RSS
RSS

-49%
Le deal à ne pas rater :
Abattant WC avec fermeture en douceur HIMIMI
21.83 € 42.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 20 Aoû - 0:02
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Une journée porte-ouvertes à Poudlard, vous y croyez-vous ? Non, moi non plus. Quoi que, elles c’étaient ouvert les grandes grilles en fer forgée en haut de cette colline quand on dépassais la gare de Pré-au-Lard, sur une concierge au nom de famille bien connu qui était aussi une cousine. De toute façon, nous autre Sang-pur, nous le sommes tous plus ou moins, cousin. Une bande de consanguin toute fière d’être cent-pour-cent sorcier. Cent pour sang connerie aussi. Car en plus de cinq mille ans d’histoire, qui pouvais réellement prétendre ne jamais avoir baisé un moldu, un sang de bourbe ou un sang mêlé et accessoirement pondu un gosse avec ? Surtout à l’époque où la contraception n’était pas vraiment la priorité de l’humanité qui préférais forniquer à outrance que de s’occuper des possibles conséquence. A bien y réfléchir, c’était toujours un peu le cas non ?

Enfin bref, ce n’est pas le sujet de ma visite côté British -la fornication j’entends- non si je suis là c’est parce que papa à eu la bonne idée de nous imposer un changement de cap. Passer de l’orient à l’occident, de l’occident à l’orient. C’était une habitude, pas vrai ? Ne serait-ce que quand on allait voir maman pour les vacances de Noël ou pour passer l’été sur la côte. Ouai, mais cette fois c’était un déménagement permanent qui se profilais à l’horizon. Pile pour célébrer mes examens de fins de cinquième année à Mahoutokoro qui prendrais place en cette fin d’année. Oh joie ! Oh désespoir !

C’est qu’en plus, comme c’est les vacances, l’école est presque vide. Seul reste les cas sociaux ou les Remy sans famille. En bref les gosses trop relou pour qu’on en veuille à la maison. Résultat des courses, je me retrouve à me coltiné cette meuf insupportable, voix haut perché. Avec ses couettes de gamines et ses cheveux blond bouclé aussi terne que le cul mal épilé d’un crocodile. Quoi ? Pas de poil sur le cul des cocos ? Ouai ben on s’en branle, vous m’avez compris, nan ? Elle parle beaucoup trop et en plus me prend pour un demeuré, du coup pour bien lui rendre la pareil, je lui fais croire depuis tout à l’heure que l’anglais et moi on n’est pas forcément copain-copain, ça lui fait les pieds et ça lui donne l’air encore plus conne quand elle me parle comme à un demeuré moitié sourd avec des grands gestes.

Arrivée pause déjeuner, dans la grande salle dont j’ai tant entendu parler, après avoir vu j’ai l’impression l’équivalent du Taj Mahal en termes de superficie, je m’assieds en bout de table. Elle parle encore, trop et elle me soule. Donc quand je fini de ne rien avalé de plus qu’un café noir et sans sucre. Je me lève, m’incline en signe de salut pour signaler mon départ -ouai c’est comme ça qu’on fait chez moi, mon vrai chez moi- et me tire bien vite par les grandes portes pour aller m’en grillée une dans le parc. Pas fumée depuis que je suis arrivée, je pourrais tuer quelqu’un. Alors quand la cancerette atteint mes lèvres, que le briquet émet un petit « clic » et que la pierre s’active pour déclencher la flamme qui allumera la fraise, j’en prend une grande bouffé que je recrache aussi sec après en avoir imprégné mes poumons.

Je marche un peu aussi, robe trop courte d’un bleu profond remuant au mouvement de mes pas, remontant peut-être un peu trop sur le chemin de la provocation. Agrémenter qui plus est de bas résille pour finir par une paire de bottine en cuir noir. Des bijoux à outrance, collier qui rebondissent sur ma poitrine, bague qui masquent mes phalanges. J’atteins le cœur du parc pour prendre appuie contre un arbre, au pif et laisser ma tête basculer en arrière alors que des ronds de fumée s’échappe de mes lèvres pour s’envoler et disparaître. Poudlard… putain de merde que je n’ai pas envie. Ils auraient pu me laisser à Mahoutokoro pour les deux dernières année, nan ? Franchement ça ne lui aurait pas bouché le trou du cul, surtout que la beldoche à sa famille là-bas, j’aurais trouvé de quoi crécher. Cinq mois, j’ai cinq mois pour m’y faire. Enfin si je m’y fais. On n’est pas dans la merde.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 


Dernière édition par W. Charlie Avery le Lun 26 Aoû - 1:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 0:38
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Qu'est-ce que c'est, cette odeur ? Celle d'une histoire qui va se jouer en journée pour une fois ? L'odeur de ce moment où l'ombre rejoint la lumière ? Où on se fend d'un beau sourire quand on tourne les dos au boss, où à celui qui se dit boss. Parce que le boss, tout le monde sait qui c'est au final. Et ce n'est certes pas la petite personne à la tête de cette petite mafia. Non, le boss il est ailleurs, il est autre chose, il a un autre goût aussi. C'est bizarre. C'est drôle aussi. C'est enivrant. Au point d'en perdre le fil de ses pensées ? Oui, sûrement. Où alors c'est la première clope après le levé qui lui fait tourner la tête...


Travailler... De jour... Ça le faisait déjà chier. Mais il fallait bien sortir du nid de temps en temps, juste pour ramener ce dont on a besoin. Du fric, en passant, ça pouvait être bien aussi. Puis, les portails dans ces écoles de ploucs, fallait bien qu'ils servent. Que les Romanov servent aussi. Leur pouvoir, leur mafia, leur influence, leurs gueules de cons.
Lui va juste s'étirer, visser un chapeau sur sa tête. Il a encore oublié de bien s'habiller. Serait-ce la tenue de la veille ? Celle de l'avant veille, c'est débraillé, même le chapeau n'y change rien. Hmmm... Il lui faut fumer. Pour oublier. Cacher le goût, compléter l'odeur. Puis ça passera le temps durant le trajet dans cet engin moldu de merde mis à disposition. Putain, c'est que Dumrstrang c'est loin... Et son portail aussi. Son doux portail. Qui offre de nouvelles perspectives, de nouveaux jeux, de nouveaux jouets.
Son dos, en y pensant, il se détend. A tel point qu'une fois devant cette école, il en est complètement avachi. Le style et lui. Le style sans lui. Ou un style à lui tout seul.



Ce trou aussi, il est géré par un Romanov. Eux, c'est comme la gangrène, ils sont partout et nulle part. Même si il préfère sa gangrène à lui. Tant qu'ils servent, si ils servent. Si ils pensent s'en servir. Ça revient au même, au fond, il les emmerdes juste. Le reste, c'est un détail et cette putain de pelouse qui mène au portail est vite avalée. Ce qu'il va foutre de l'autre côté, ça le regarde lui, mais fallait bien qu'il puisse entrer. L'excuse du fric, le fric ça marche. Puis il lui fallait de nouvelles danseuses, peut-être même une chanteuse ; c'est que le burlesque, ça paye mais ça lasse quand la chair n'est plus si fraîche. Faut changer la revue, mettre une pétasse mieux fagoter et dealer un alcool mieux distiller.
Ça faisait l'affaire, puisque le portail il le passait. Puisqu'il arrivait sur une nouvelle pelouse, dans un nouveau froid et il faisait toujours trop jour.

Il devait faire tâche ici. Ou pas. Y'avait pas un gland dehors de toute façon et qu'est-ce qu'il s'en foutait. Parce que cette école, il la verrait, à un moment. Ou à un autre. Peut-être là maintenant alors qu'une jupe trop courte se profilait. Des petits pas d'écolière dépravée qui fumait, elle voulait jouer non ? Elle l'invitait. Ou bien il s'invitait. Dans cet espace, sous ce saule qui n'évoquait rien en lui.
La clope entre ses doigts, il la lui tira. Même si autre chose aurait bien été tiré aussi. Pour l'instant, il avait juste besoin de renouveler cet air vicié qui le parcourait.

« Je savais pas qu'un gosse d'ici pouvait fumer... »

Des mots. Pour le vent. Parce que le vent c'est loin. Parce qu'il s'en tamponne en vrai alors qu'il fait chauffer la cigarette entre ses doigts à force d'inspirer. Qu'il la lui rend. Gamine pour lui. Toutes elles le sont de toute façon. Elle, elle détone juste dans le paysage. Alors c'est sympa, parce que ça va à contre courant. Il emmène où, son courant ? Dans quel sens ?

On verra. Reprends ta clope déjà, elle est presque finie...
T'en dis quoi, de me laisser la terminer ? Juste pour pouvoir l'écraser, comme le reste. Ce serait une si douce idée...

HJ : Des paliers, toujours des paliers mdr




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.


Dernière édition par Kai Moana A. Shinoda le Lun 26 Aoû - 0:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Albus P. W. B. Dumbledore
Albus P. W. B. Dumbledore
Exp : 5282
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Source
Âge IRL : 138
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 5844
J'aime : 37
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 0:38
Le membre 'Kai Moana A. Shinoda' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Dzoech10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 1:04
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Inspirer, expirer. Aspirer la fumée grisâtre pour mieux la recracher dans un nuage épais qui se mêle au vent et viens chatouiller les narines des non initié. Quoi que cette espèce-là, je n’en ai pas croisé et tant mieux. J’ai assez à faire avec l’autre cruche la, avec son uniforme pas repasser, ses bourrelets qui dépasse, ses couettes de gamines et sa gueule de conne. Putain d’école.

Une latte, il m’en faut une autre. Tiré encore, tiré toujours. Et me tiré d’ici surtout. Combien d’heure encore ? À être coincé dans ce château de merde avec ses tronches de conte de fée tout droit sortie d’un film pour ados prépubère ? Non parce qu’on est d’accord, vu que c’est les vacances et que la plupart sont rentrer chez eux, ne reste que les kassos ? Ce voyage, quelle perte de temps. Quitte à me canardé au milieu des pudding bienpensant, autant le faire d’un coup sec. Comme les pensements, on les arrache d’un coup et on attend que la douleur passe -ou pas.

Heureuse perspective cependant que de me savoir invité demain chez Kassie, enfin si on veut. Y’en aura là-bas aussi des gueules de cons qui parlerons trop. Mais au moins, y’aura aussi le l’alcool et de la défonce. Ou au moins ma défonce.

Je tire, encore, je tire sur ma clope. Et puis je me la fais tirer. Le regard remonte vers la gueule de con qui à oser me l’arraché d’entre les doigts. Bien blasée alors qu’il parle. Une face de rizière au milieu des geules de cul. Voilà qui détonne. Surtout qu’il n’a pas vraiment l’air d’avoir l’âge d’étudier ici. Et encore moins la dégaine pour y travailler, y foutre les pieds tout court en fait. Il tire lui aussi avant de me rendre mon bien.

- Je sais pas on leurs demandera.

Une réponse tout aussi blasée que ma tronche, la clope qui fume et qui arrive au filtre. Putain déjà ? Je n’ai pas envie qu’elle se termine moi. Ou alors peut-être que si, pour faire mieux, fumée mieux. Fumée mon esprit avec autre chose de plus jouïssif. Parce que la nicotine c’est bien, mais ça ne fait rien. La clope je la balance quelque part dans l’herbe et je l’écrase à gros coup de semelle. Un soupire pour marquer la frustration et mes fesses qui se laisse tomber au pied de l’arbre. Et l’autre qui reste là. Pendant que je farfouille mon sac et que j’en sort mon paquet de clope. Que ma main glisse dans mon soutif pour sortir un pochon remplit de vert. Et que je sors une feuille aussi en déchirant de quoi faire un tonc du paquet en carton.

Les yeux remontent vers lui pendant que je lèche la clope de tout son long pour en humidifier le papier et la rendre plus facile à ouvrir, tabac sur la feuille translucide qui petit à petit ce fait agrémenté de week. Et les yeux bleus qui ne tourne pas, toise de haut en bas ou de bas en haut et s’arrête sur quelques tatouages. Il ne m’a pas reconnu, moi non plus.

- Tu veux quoi ?

Même intonation, sans grande conviction. Avant que ma langue ne passe sur toute la longueur de la feuille avant que je ne finisse la cigarette magique, un cône bientôt fumée par une conne. Qui roule bamboule, je l’éclate mon splif et j’en prend une grande bouffé, que je relâche droit en direction de la tronche du mec. Une seconde latte. On m’a dit que ça se partageais ce genre de chose, j’sais pas, j’men fou. La seule chose que je partage là, c’est le regard.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 3:16
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Qu'est-ce que ça veut, ça ? Qu'est-ce qu'il veut, lui ? Qu'est-ce qu'elle veut, elle ? On veut tous quelque chose non ? Parce que c'est comme ça. Partout. Tout le temps. Dans chacun d'eux. Il se passe pas une minute sans qu'on veuille un nouveau truc. Lui, il aime les jouets. C'est sympa, les jouets. Ça détend. Ça passe le temps aussi. Puis ça permet de s'occuper pour la journée. Parce que la journée est plutôt faite pour dormir que pour vibrer. Parce que ça le fait chier de devoir travailler comme un con en pleine journée. Ça l'emmerde aussi la nuit remarque. Ou bien c'est un genre ? Un autre genre ? Quelque chose de mieux ou de moins bien, on ne sait pas trop. Lui non plus ne sait pas trop et l'intérêt sur la question devient ainsi, très relatif.
Sa cigarette, il la fume presque entière et il fini par lui rendre. La fin, le bout, ce qu'on jette après utilisation. Parce qu'on n'en a plus besoin. C'est une belle métaphore la clope. On l'allume, on l'éclate, elle nous encule à coup de nicotine et pour finir on s'en débarrasse comme d'une merde. C'est comme tout en fait. Limite ça en deviendrait presque conforme dans son esprit alors il se contente juste de sourire et de ne rien dire.

Rien dire. Parce que y'a pas grand chose à dire de plus. Et aussi parce que déblatérer avec une gamine, ça le fait chier. Comme tout aussi. Ce ne serait pas conforme ça aussi ? Un peu comme ses envies. Ou cette envie. Celle qui vient de lui traverser l'esprit et qui est déjà repartie. Il la taira pour l'instant, verra si elle revient plus tard. Les idées, c'est comme les gens, la moitié sont bonnes à jeter. Sauf certains et donc certaines ; ça suit une certaine logique. Sa logique. Parce que celle des autres est une goutte d'eau dans l'Océan. N'est-il pas l'Océan ? Ouais, ça veut bien dire ça, Moana. Donc c'est une goutte d'eau en lui, l'idée est sympa. Polluante aussi. C'est pas un peu étrange que les gens aient accroches sur l'être Océan ? Non ? Vous trouvez pas... C'est parce que votre esprit est étroit. Peut-être que le sien, à elle, il l'est moins. Ça se voit. Ça se négocie. On sait, ou on ne sait pas. Peut-être qu'on ne saura jamais aussi...

Viens, on joue. On test. On regarde combien de temps la souris verte conserve sa queue. Puisque verte tu dois l'être non ? Vu l'odeur qui sort de ton petit paquet.

« Va leur demander si tu veux, laisses moi ce sachet si t'y vas... »


Ne pas répondre ne veut pas dire qu'on ne suit pas. Ne pas répondre veut seulement dire que la phrase résonnait pas. Qu'elle trouvait pas écho. Ou bien qu'on s'en tamponnait. Mais puisqu'elle roule, autant qu'il reste. Qu'il l'observe, elle et ses yeux qui ne le quitte pas. Ils sont bien bleu ses yeux, il en a rarement vus des comme ça. Quelques fois peut-être, mais est-ce important ? Les yeux ne sont qu'une chose, des fenêtres et les fenêtres, ça se ferme. Ça s'ouvre aussi. Il y a quoi derrière les siens ? Derrière cette couleur ? De l'eau simplement ? Ou bien plus ? Peut-être qu'il pourrait les décortiquer, ou s'en faire un collier. Reste encore ce point à décidé alors qu'elle allume son joint et que la fumée s'élève dans l'air, parcoure le vent pour mieux se poser sur ses narines.

« Vouloir ? On veut tous quelque chose. Pour l'instant je veux bien que tu fasses tourner. J'ai rien sur moi. »

Ou plutôt si. Peut-être que si. Mais c'était autre chose. Une autre drogue, sa drogue à lui, qui ne le défoncerait que lui. Trois secondes. Une minute. Pas plus. C'est dommage que ça ne dure pas plus d'ailleurs et que tout soit si lassant. Peut-être qu'elle, à détonner comme ça, elle pouvait être intéressante. Au moins un instant. Comme une prostituée sur un trottoir, elle était presque aussi bien fagotée il fallait l'avouer.

« Après j'aviserais, peut-être que je vais vouloir boire un verre, ou deux. Même si le coin est pas le plus réputé. Ou bien je voudrais bosser... Ou rien. »

Un soupir dans l'air. Pas parce qu'il s'ennuie. Pas parce que ça l'ennui. Juste parce que c'est comme ça. Que ça remplace son regard quand il détourne les yeux, regarde ce parc trop vert, ce jour trop levé. Quelle idée... La nuit avait plus de charme, la nuit amenait plus de drame ; il suffisait de laisser passer le Marchand de Sable pour le savoir.
Son regard retombe sur elle. Il ne va pas s'asseoir. Parce que son dos préfère rencontrer le bois. Parce que c'est comme ça.

« Tu trouves pas que c'est mieux de faire selon l'envie du moment ? La suivre quand elle se pointe ? »

Peut-être, ou pas. Et alors ? Il fonctionne comme ça. Tributaire de l'instant « T », de l'idée qui vient, qui pointe, qui l'imprègne. Pour l'instant, il voudrait juste fumer.

Fumer... Ceci, cela, ça ou tout ?
Pour l'instant il ne sait pas mais ça se dessinera.




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 12:46
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Elle est bien gentille la boulette de riz, à tiré ma clope, tiré un sourire et jouer d’échange de regard. Mais elle me veut quoi la boulette de riz ? Parce que à un moment c’est bien mignon, mais ça fait légèrement sociopathe sur les bords. En plus il me la fumé ma clope le con. Pas grave, j’ai mieux et je fais mieux. Parce que le vert c’est écolo, le vert c’est bien et le vert sa va mettre mon cerveau en PLS façon activité fois mille. Histoire d’endurée la journée et d’attendre qu’elle passe. Comme une sodomie, c’est bien douloureux, mais ça fini par passer une fois qu’on ce l’est prise bien profond. Lui laisser mon sachet en prime ? Et puis quoi, cent galions et une chocogrenouille ? Il a vu la vierge lui un peu, nan ?

- Tu veux pas non plus ma bourse et une pipe ?

Sarcasme, sarcasme. Et pas forcément en finesse. Parce que la finesse et les pots de miels, ça va deux secondes, en société devant papa et sa femme. Mais ici, je m’en sur-bat les ovaires. Regard et observation encore, pendant que je roule, que j’éclate le joint, que j’en tire une grosse latte des familles et que je lui crache à la tronche. Tourner, faire tourner. Ouai on dit qu’il vaut mieux être seul que mal accompagner, il parait. Mais où est le fun là-dedans ? Alors ok, adosser à mon arbre je tends le bras, je tends le splif. Et puis non je me le garde et je tire. Un air de défis dans le regard. Tu fume, tu te couches. Ou au moins tu t’assieds.

Et le v’la qui raconte son programme de la journée comme un vieil alcoolique qui aurait perdu le fil de sa pensée. Un sourire en coin, dénuée de toute émotion. Les émotions, elle passe uniquement par mes yeux. Le reste, c’est du marbre, de l’indifférence. A croire que je me fais chier, ou que tout me fait chier. Ce n’est pas faux. Ce n’est pas toujours vrai non plus. On s’en branle.

- L’envie… C’est quoi l’envie ? Quand je veux je prends, parce que tu peux prendre ce que tu veux si tu le veux assez fort.

Mots dénués de sens ? Ou pas, ou si. A voir. Je tire, je tends. Partage du moment. Il prend le splif, j’en profite pour glisser ma main dans mon sac et en sortir une gourde opaque, récipient à café -en théorie- au couleur de mon école, Mahoutokoro. J’ouvre, je bois. Je ne grimace même pas quand l’alcool coule le long de ma trachée. Vous ne pensiez quand même pas que j’allais me réchauffer avec une boisson pour gamin à la con ? Non j’ai pris mes réserves. Et ça aussi, je fini par lui tendre, avec un regard en coin pour l’invité à s’assoir, s’il veut, il devra jouer. S’il veut jouer, il devra s’acclimaté des règles. Quoi que des règles, y’en a pas. Parce que c’est chiant et que ça ne laisse pas de liberté.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 16:27
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • C'est quoi ça, une invitation ? Même si ça ne l'est pas ? L'interprétation des mots et des phrases, elle est libre de choix non. Elle dépend des personnes. Parce que là où certain verront juste du sarcasme, d'autres verrons une porte. Et c'est sympathique, les portes, ça peut s'enfoncer ou se défoncer. Ça s'ouvre avec délicatesse parfois aussi et c'est plutôt un bel outil.
Et puis dans sa bouche, ils sonnent pas mal ses mots. Même si ils sonnent souvent bien dans la plupart des bouches. Il faut juste savoir dans laquelle il y a digne proposition et dans laquelle il n'y a que foutage de gueule. Même si, au final, le résultat reste le même non ? L'interprétation, c'est subjectif. La concrétisation, ça l'est moins. Reste à savoir si ça peut être marrant ou pas. Où si juste lui parler ça suffit à faire passer le temps. Parce qu'en vrai, il s'en fou un peu si ce n'est complètement. C'est pas tant qu'elle parle pour ne rien dire où qu'elle dit des choses qu'elle ne devrait pas dire. Lui, il s'en fout qu'elle soit sur le fil et qu'elle passe par-dessus. Le politiquement correct, il ne connaît qu'une fois sur deux et la deuxième est souvent rare.

« Si t'insistes, sans la bourse ça ira. »

Les bourses, il en avait déjà.

Peut-être qu'un sourire ça aurait pu suffire. Prendre un air outré de paternel bien rangé aussi. Mais c'est pas lui et ce ne le sera jamais. Qu'elle soit polie, qu'elle fasse attention à ce qu'elle dit et qu'elle ne le dise pas à n'importe quoi, c'est loin d'être son souci.
Puis se faire moralisateur, ça casse la magie. Ça casse la rhétorique aussi et ça devient ennuyant alors autant faire durer cet instant. Parce qu'il n'y a rien ici, qu'on ne se trompe pas. Il n'y a que du vent. Des petits mots qui passent d'une bouche à l'autre alors qu'il pose son dos contre le tronc, observe le joint allé et venir entre les lèvres de la jeune femme avant de faire une tentative de connexion avec lui. Tentative qui échoue, dites jeune fille, c'est pas très aimable de ne pas partager. Mais c'est divertissant aussi. Mieux que ceux qui cède d'un claquement de doigts.

Enfin, en tout cas, elle parle la gamine. Elle ne le sait peut-être pas mais ses mots sont sûrement plus profonds que ce qu'ils n'y paraissent. Mais pour ce que ça évoque chez lui. Elle peut s'en emballer de son côté totalement blasé et dépité. Elle peut s'en parer de son petit côté rebelle toujours braqué. En vérité, dans ses yeux, elle est juste une poupée. Et les poupée, ça s'habille, ça se répare aussi et puis avec le temps ça rejoint le néant. Certains disent que c'est le cycle de la vie, d'autre la sélection naturelle, pour lui c'est juste un moyen d'arriver à une fin qu'il n'a pas encore trouvé et qui ne trouve racine que chez lui.

Son dos fini par glisser contre l'arbre alors qu'il s'assoit sur le sol, repli ses jambes, lève ses manches et pose ses coudes dessus. Un peu plus de tatouages à la vue pour mieux détonner avec ce paysage trop académique pour lui. Il sait même pas si ça vaut vraiment la peine de le regarder. Après tout, c'est qu'une prairie avec un bout de château posé dessus. Pas de quoi casser trois pattes à un canard non plus et c'est pas plus utile d'en faire tout un foin. Tu penses qu'ici il y a des recoins sympas ? De quoi cacher certains cas ? Ça, ça mériterait peut-être un petit tour... Mais pas aujourd'hui. Un jour, peut-être ou pas. Si il revenait. Ou parce qu'il reviendrait sûrement, ça non plus il ne le décide pas pour l'instant.

« Et là tu veux quoi ? »

L'écho il est sympa, presque autant que le joint qui vient enfin entre ses doigts et sur laquelle il prend le temps de fumer. D'aspirer cette fumée pour mieux la contempler s'évaporer. Le chapeau rejoint bientôt le sol, comme le reste de sa personne. Parce que ça le fait chier de le porter et parce qu'ainsi ses cheveux peuvent être libéré. Des yeux sur un bout de feuille qui brûle, puis des yeux sur une fille qui donne l'impression d'être déjà brûlée où de le vouloir si fort que c'en est indécent.

« Parce que fumer et boire, c'est fait. Alors tu veux quoi ? »

Nouvelle latte. Dernière latte. Avant de rejoindre la propriétaire. Échange joint contre flasque. Flasque dont l'alcool tombe bientôt dans son gosier, lui si anesthésié. Ça ou autre chose, ça change pas grand chose pour lui. La seule chose qu'il reconnaît c'est que ça ne va pas le démonter et ça ne va pas plus l'apaiser. Pour ceux qui vivent trop dans les extrêmes, il n'y a que plus d'extrêmes qui pourrait les déphaser...





Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 20:55
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
J’aurais relancé, oui très certainement, sur le chemin de la pique et de la provocation. Si je n’avais pas été absorber par autre chose. Quoi, on ne le saura jamais. Mais ça avait été suffisant pour me faire zapper la référence à ses bourses. Qu’il se les gardes pleine et entière de toute manière, ce n’est pas comme si ça avait un quelconque intérêt. Le joint qui change de main, l’alcool qui suit. Des mots qui volent et qui sont aussi plat que lourd de sens quelque part. Ils s’envolent avec la fumée grisâtre et disparaissent à chaque latte que je tire. Il à fini par s’assoir, perdre son chapeau. D’ailleurs quand il ouvre de nouveau la bouche plutôt que de lui répondre de suite, je le vole se couvre cheffe pour le poser sur ma tête et le laisser tomber en avant -en arrière- les deux jusqu’à remonter cette robe outrancière un peu plus sur mes cuisses car je n’en ai cure, de base ce n’est pas comme si je cachais grand-chose à la base. Je plis les jambes que je croise avant de placer mes bras derrière ma tête et recouvrir mes yeux du chapeau fraîchement volé.

- Vouloir... Toi qu’est-ce que tu veux ?

On en revient aux bases. Qu’est-ce que tu veux. Pourquoi tu t’incruste, pourquoi t’est la et pourquoi tu me parle. Deux âmes qui se font tellement chier qu’elles font copain-copain dans le parc d’une école à l’autre bout du monde ? Que c’est mignon ça sonne presque comme un remixe de film pour pucelle effarouchée. Mais je ne suis ni pucelle, ni effarouché. Et lui non plus n’a pas l’air de l’être, du moins je lui souhaite si non sa vie doit être bien triste.

Un soupire dans l’obscurité que m’apporte la couverture que j’ai mis sur mes yeux, ma main qui farfouille mon sac sans quand je ne les découvre pour autant et qui sort une petite sucette en forme de cœur dont j’arrache le papier sans grand mal pour le balancer et me la fourré dans la bouche. Occupation post-fumette puisque le joint est reparti dans ses mains à lui et que la flasque, je n’ai pas envie de la vidée de suite, y’a moyen que j’en ai encore besoin. C’est même certain à vrai dire.

- Ils ont un règlement à chier. J’irais bien remplir la liste des interdits avant qu’on m’oblige à y être inscrite. Au moins, j'arrêterais de me faire chier.

Pas que tu soit chiant mais... C'est pas non plus transcendant de parler beau temps avec un inconnu. Faire potentiellement autre chose de cette journée que suivre cette gamine blonde aux couettes enfantines. Parce que je n’ai pas envie d’être là. Et que me faire expulser avant même d’y avoir mis réellement les pieds est tentant pour servir mes intérêts à défaut de ceux de mon père. Voilà qui pourrais peut-être devenir marrant, ou pas. Si non y'a la forêt à côté. Ou alors je pourrais simplement prendre la tangente. A voir.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 21:51
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Qu'est-ce qu'il veut, qu'est-ce qu'elle veut, qu'est-ce qu'ils veulent, qu'est-ce qu'elles veulent. Eux, nous, les autres, tous ? On veut tous un truc, ou bien on n'en veut pas. Vouloir répond à envie, envie répond à vouloir, sans le faire, le tour de la question est déjà fait. C'est peut-être ça qu'il y a de bien en vérité, qu'on se pose la question même si la réponse est surfaite ou contrefaite. Le joint en main, l'alcool qui le rejoint et ses jambes qui s'étendent enfin lorsque que le chapeau rejoint le sol, se fait voler, devient le jouet de mains, d'autres mains. Pas les siennes, plus les siennes. Qu'est-ce qu'on s'en fout, c'est qu'un objet, même pas digne d'intérêt. Un peu comme la conversation qui est juste utile pour faire passer le temps. Parler de rien, imaginer tout ou ne même pas l'imaginer, parce que cette simple idée pourrait le faire chier d'avantage que ce qu'il est déjà emmerdé. Venir ici en journée, ça avait de quoi le défriser.

« Et ça t'apportes quoi ? De remplir cette liste ? C'est les vacances non, alors il n'y a ici que des cons. »

Un soupir, un dos qui s'étire. Des cons partout, il y en a toujours. Parfois ils sont plus proches que ce qu'on pense, parfois ils sont aussi plus fades que ce qu'on laisse supposer et seul le pétard permet de les oublier. En quelque sorte, ou pas. L'herbe est légère ou l'être trop intoxiqué comme du poison. Il est le poison non ? Quelque chose comme ça, qui s'en rapproche, qui s'y rapporte. Il ne va pas penser à ça alors qu'il tire encore quelques lattes, laissant la fin pour la gamine dont l'aspect trop conforme lui sauterait presque aux yeux maintenant.
Malgré ses airs, elle est standard. La même que les autres. On lui dit non, elle veut le oui. On lui dit oui, elle veut le non. On lui dit ce qui est interdit, elle veut faire l'inverse. Comme une adolescente, elles sont chiantes les adolescentes ; trop prévisibles, trop elles. Trop ça. Il n'aime pas ça.

Peut-être que c'est pour ça qu'il se lève une nouvelle fois, qu'il s'étire, lève ses bras vers le ciel, replace des mèches de cheveux. Ou bien c'est juste pour recracher cette dernière bouffée de fumée, la laisser monter dans le ciel et disparaître. Tout disparaît toujours, envie, intérêt, la vie aussi. Ça arrive.

« J'ai trouvé ce que je voulais. »

Pas elle, même si il s'accroupi en face d'elle, pose une main sur son genou et relève le chapeau qui lui masque les yeux. Trop près ? Peut-être bien. Toujours trop en vérité, mais c'est ainsi. Il est comme ça. Ou il ne l'est pas. Ca dépend de ce qui lui passe par la tête, de la configuration qu'il se fait chier à adopter.

« Je veux aller sélectionner mes danseuses. »

Les danseuses, potentielles, futures, éphémères. Elle seront vites remplacées un jour où l'autre. Peut-être même qu'elles n'auront plus envie de danser une fois arrivées.

« Les Trois Balais tu sais où c'est ? »

Parce qu'il ne sait pas lui. Et parce que si il la su un jour, ça a dû revêtir presque autant d'intérêt à son oreille qu'il l'a simplement effacé. Il aurait pu choisir l'autre bouge du coin, celui géré par le pantin mais ça aurait été mal avisé. Et puis le jouet était déjà utilisé et partager, c'est pas toujours une bonne idée. Le neuf c'est bien aussi, parfois ça revient. Parfois ça repart. Il lui tend le joint à quelques centimètres de son visage.

« Sortir ça doit bien faire parti de la liste des interdits. Et puis ton herbe, aussi bonne soit-elle, à part te faire planer, elle va rien te prodiguer de plus. »

Sous-entendu ? Même pas. Pas vraiment. Y'en a pas besoin. C'est juste une invitation sur l'instant. C'est tombé sur elle, ça aurait pu tomber sur une autre. Ou bien sur personne. En fait, c'était ce que les ploucs appellent un concours de circonstance. Ou quelque chose comme ça, il ne sait pas trop où le sait trop justement mais c'est pas franchement ça qui est intéressant. Pas forcément ça qu'il note en lui recollant le chapeau sur les yeux, elle peut le garder, le balancer, lui redonner, c'est que du tissu.

« Si tu te fais chier, tu sais où me trouver. Où plutôt, où trouver de quoi te perdre un peu plus. On sait pas. »

On sait jamais. Surtout pas quand il se relève, qu'il s'étire à nouveau et qu'il observe le parc. En vérité, il est jamais vraiment venu ici. Même pas du tout pour tout avouer. Si bien que vu l'étendue des lieux...

« La sortie est par où ? »






Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 22:33
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Apporter quelque chose ? Pourquoi faire. Je m’en fou que ça m’apporte quelque chose. Ou alors je veux simplement m’occuper. Ne pas me faire chier. Chercher le vivant, le frisson, quelque chose n’importe quoi. Aussi éphémère soit-il. Aussi futile aussi. Surtout quand on sait qu’au final, aussi vite coché ses cases seraient oubliés. Parce que finalement, ce n’est pas si grisant que ça. Un peu sur le moment, et encore, seulement s’il y a un risque de se faire surprendre. Autrement ; c’est chiant. Il bouge, je ne le regarde pas, je ne lui réponds même pas. Ce n’est pas la peine, ça n’invitait de toute façon pas à la réponse. Sauf peut-être la partie sur les cons. Parce que des cons finalement, y’a que ça, partout et tout le temps. Lui aussi est un con. Et moi je suis une conne. On est tous con pour quelqu’un. Et ils le sont tous pour moi.

Il à trouver, grand bien lui fasse.

Il s’accroupit et touche, ça me fait levée un sourcil ça en revanche, parce que non. Mais il ne le verra pas, faute au chapeau.

Il lève le chapeau et trouve mes yeux qui le fixe sans rien montrer de plus que la blaze, l’éternelle blaze. Et pas un bronchement, même quand il est trop près. Juste de l’indifférence, ça suffira.

Les trois balais, je sais où c’est. C’est chiant, c’est un autre repère de con. Avec leurs bierraubeure, leurs ambiance cosy-chaleureuse et leurs serveuses qui sourit trop. Est-ce que j’ai envie de lui montrer ? ça c’est une autre histoire, une pour laquelle je me déciderais plus tard, dans quelques instant… Ou pas. Parce que les trois balais c’est chiant.

Je me redresse sur mes coudes pour tirer la dernière latte qu’il me tend sans prendre le joint entre mes mains et lui recraché près de l’oreille avant de me rallonger. Seul le regard n’a pas bougé. Qu’il le garde, l’écrase sous sa semelle ou l’aval. C’est cadeau, ce cul de jatte. Mon herbe, qu’est-ce qu’elle m’apporte ? Pas grand-chose peut-être. Une distraction ou des distractions quand l’esprit s’envole et qu’il ne reste que la défonce. Mais pour ça il m’en aurait fallu plus. Et le charger plus aussi sûrement. Mais la weed ici je ne sais pas où en trouver. Et en une semaine, je n’ai pas vraiment envie de tomber à court.

Il bascule le chapeau de nouveau sur mes yeux. Un cadeau ? Merci, pas sûr que je le garde, que je m’en souvienne ou que je ne l’oublis pas. C’était juste un désir d’un instant, sans rien de plus. Je l’ai voulu, je l’ai pris. Maintenant je n’en veux plus forcément. Me perdre, autre part que dans cette pseudo obscurité, voilà qui pourrais être sympa. Mais aux trois balais ? Sérieusement ? Qui a-t-il à perdre là-bas de plus que la patience face à toutes ses gueules de con ? Il se lève et s’apprête à partir quand finalement il s’arrête pour demander le chemin de la sortie. Un petit sourire narquois qui nait sur mon visage, léger, en coin. Discret sans l’être, c’est juste que sourire, ce n’est pas forcément ma spécialité.

- Et tu compte t’y prendre comment pour rendre les trois balais intéressant ?

Danseuse, des danseuses ok. Mais avec un balai dans le cul ça gêne pour trémousser le bassin non ? Je fini par levée le chapeau, le regarder quelques seconde pour évaluer mon envie. De quoi j’ai envie ? De distraction. Et papa m’a toujours dit de pas suivre les étrangers, surtout tatouer de la tête au pied. C’est sûrement pour ça que je me lève en fait. Parce que je le cherche se frisson. Je la cherche cette vie, ce sentiment d’être en vie. Pour juste arrêter de me faire chier.

Est-ce que j’ai envie de lui monter les trois balais ?

Pas vraiment.

La sortie ?

Pas vraiment non plus.

Est-ce que je vais le faire quand même ?

On verra…

Je penche la tête de côté, réajustant le chapeau sur ma tête et me penchant pour ramasser mes affaires en passant mon sac sur mon épaule. Un autre regard de haut en bas, un haussement d’épaule et je le dépasse pour mieux avancée dans ce parc trop vert. Trop propre. Comme Alice au pays des merveille il serait intéressant de se perdre un peu plus, se perdre pour ne pas se retrouver ou uniquement quand l’étincelle de folie aura apaiser la soif d’autre chose, autre chose que la routine, le normal, le chiant et le banal. Peut-être, ou pas, ça reste à voir. Je n’en sais rien et je m’en fou. Ou je ne m’en fou pas, on verra. Tant pis pour la blonde aux couettes de gamine, elle pourra toujours me chercher.

J’approche d’un arbre, gros et dénué de la moindre feuille. À notre arrivée il frétille alors je dégaine ma baguette pour envoyer une roche à l’aide d’un wadiwasi écrasé son nœud, celui qui dévoile un tunnel dont j’ai largement entendu parler. Par Kassie, par mon frère, par mon père même. Etonnant qu’ils ne l’ai jamais condamné. Et pourtant. Pourtant ça sera bien plus amusant de passer par la plutôt que par les grandes grilles et leurs Sanglier qui parlent trop. Par la gare et les ruelles. Ici c’est bien, c’est un petit tunnel étroit et sombre qui débouche sur une cabane tout aussi sombre. La cabane hurlante. J’avais justement toujours eu envie de la visité.

- Par ici.

Alice dans le terrier du lapin qui y invite le gars tatoué de la tête au pied. Qui s’y avance et s’y enfonce sans allumée la lumière parce que je m’en fou. Qui remonte en se baissant pour ne pas se cogner puisque plus ça va, plus c’est étroit et ça le sera jusqu’à ses quelques marches qui déboucheront sur la propriété enfermé entre planche et fil barbelée depuis le temps qu’on prétend qu’elle est condamnés.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Albus P. W. B. Dumbledore
Albus P. W. B. Dumbledore
Exp : 5282
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Source
Âge IRL : 138
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 5844
J'aime : 37
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 22:33
Le membre 'W. Charlie Avery' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dés sorts' :
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Sortry10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 26 Aoû - 23:44
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Une invitation, c'est comme toutes les autres propositions. On prend ou on ne prend pas. Parce que c'est pas si important que ça qu'elle vienne ou pas. Ca pourrait être marrant, ou bien dénoter d'un vague intérêt pour lui. Mais est-ce que ça change, en vérité, ce qu'il va faire là-bas ? Pas vraiment. Parce qu'il doit y aller de toute façon, parce que c'est presque une obligation ou bien juste quelque chose qui le change de d'habitude et lui offre un autre horizon. Comme le fait de mettre, en personne, un pied dans cette écoles de bébés. Parce qu'ils sont effectivement des bébés pour lui, des petites âmes qui ne signifient pas grand chose et qui ne suffiraient même pas à le rassasier. Enfin, y'en a qui sont sûrement intéressantes ici comme elle, cette autre dame, son autre fille à lui. Quoi qu'elle est moins intéressante que l'autre de son point de vue. Parce qu'il en a bien un, de point de vue, même si il change souvent au gré du vent et des envies. C'est comme ça, rien n'est figé. Parce qu'être figé s'est s'ennuyer, tellement que  ça en devient lassant.

Alors elle peut venir. Ou pas. Ça ne restera toujours qu'un détail. Une goutte d'eau dans l'océan, on en revient toujours à ça, n'est-ce pas ? A la base ou au centre, a ce qu'il est, n'est pas, n'est plus, n'a jamais été. Et on se plaît à se perdre dans le fil de pensées qui ne sont même pas nées.
Son regard à elle, quand il lève ce chapeau, il est là. Terne, blasé, indifférent. Conforme à ce qu'on pourrait attendre d'une gamine qui se défonce à l'herbe dans le parc d'un château de péquenots. Il est pas étonnant, il est pas pétillant. Mais il donne bien plus que ce à quoi on s'attend. Même si ça ne l'accroche pas, même si ça ne l'intéresse pas non plus plus que ça. Parce que dans sa tête à lui, il y a autre chose. Comme souvent. Quelque chose de plus flou, de plus lointain ; ça se dessinera bien assez tôt. Quand il aura quitté le juste milieu, ce milieu qui l'ennui plus que le reste, qui lui donne même pas envie. Le milieu il est conforme, il pue, il offre pas de perspectives non plus. Dommage... Ou pas. Ça non plus, on ne sait pas.

« On verra, j'y suis pas là. »

Comment, quand, de quelle façon... Tant que questions. Pas de réponses. Parce que ça sert à rien de faire des plans. Parce que c'est pas intéressant. Parce qu'il suit assez ceux des autres pour vouloir en faire lui-même et sûrement, aussi, parce qu'il en est incapable. Un plan, c'est fait pour être détourné et contourné. Alors autant ne pas en tirer et vivre dans l'instant. Après on verra, après c'est pas encore écrit.
Pourquoi s'enliser dans une idée ? Pourquoi la laisser s'implanter ? L'imprévisible c'est tellement mieux, ne pas tirer de plan sur la comète aussi. Parce que la comète n'a aucun intérêt, qu'elle est pas franchement grisante non plus et qu'elle devient juste logique. Il n'aime pas le logique, ni la logique. C'est chiant, c'est redondant. C'est une mauvaise blague que tout le monde brandit pour se dire qu'ils sont utiles, qu'ils ont cette liberté. Hors la liberté, ça n'existe pas. Pas pour eux, pas pour ça.

Elle se lève. Il suit. Puisqu'elle a décidé autant lui laisser ce pauvre petit libre arbitre. Après tout, faut bien leur laisser quelque chose à quoi se raccrocher.
Visiblement, elle connaît le coin. Même si elle a laissé entendre le contraire plus tôt. Qu'est-ce que ça change ? Ça change qu'il voyait plutôt des grilles pour servir de sortie mais que l'idée d'autre chose ça peut être bien aussi. Ça peut être divertissant. Puisqu'il s'agit que de ça, dans la vie. De faire vibrer le quotidien à un rythme qu'on comprend, qu'on entend. Même si ça ne trouvera pas vraiment écho.
L'arbre sur lequel la pierre à été lancée cesse de bouger pour laisser place à autre chose. Qu'il note sans vraiment s'en rendre compte avant de lui emboîter le pas. Il note pas l'étrangeté de la situation. Parce qu'elle n'évoque quasiment rien en lui et qu'il ne se pose jamais trop de question. Idée, envie, action. Le reste c'est du vent. Peut-être qu'on devrait lui dire, à elle, qu'inviter trop de fois les gens à suivre, à s'engouffrer, ça pouvait réserver des surprises. Plus peut-être que ce à quoi on s'attend. Moins si le joueur en face ne compte pas se mettre en action maintenant. Ca aussi, c'est une question d'instant alors que le passage devient plus étroit et que sa taille l'oblige à se plier en deux pour pouvoir passer sans se prendre les pieds dans divers objets et cailloux roulants au sol.

C'est un bon endroit. Crade ce qu'il faut. Noir ce qu'il faut. Pas franchement fourni comme un bon panier garni mais ça pourrait s'arranger alors que ses yeux s'habituent à la nuit. Si il a eu l'idée d'allumer sa baguette ? Non. Parce qu'il n'a pas envie. Parce qu'il n'a pas besoin non plus. Parce que la lumière fait fuir les ombres et que les ombres c'est la nuit. La nuit étant mieux que le jour, tout se rejoint et devient ainsi plus clair.
A moins que ce soit juste à cause de ce point de lumière qui éclair des escaliers, qui fait danser la poussière. A moins que ce ne soit son pied qui entre en collision avec une bouteille en verre. Bouteille qui se fait ramasser, secouer. Pas vide, pas pleine non plus.

La bouteille est débouché d'un coup de temps, le liquide avalé. Le contenu tendu avant d'être aussi vite relâcher. Elle le rattrape, ou pas. Il s'en fout, comme de tout. Ici c'est bien. Ici c'est sympa. Ici c'est sale aussi, juste ce qu'il faut pour imaginer ce que tout ces cadavres de bouteilles et de canettes signifient. Fêtes d'étudiants guindés ou dévergondés qui se font un petit plaisir interdit. Bande de cons. Si pour eux c'est la liberté, l'amusement, suffirait de peu pour l'écraser.

« Ta baraque pourrie est donc une sortie ? Ou bien tu voulais juste de l'intimité ? »

Question. Ou pas. Parce qu'il ne l'écoute pas vraiment. Parce qu'ici, ailleurs, là-bas, aujourd'hui où un autre jour. C'est pareil pour lui.
Ça éveille un soupire quand il sort du tunnel pour trouver ce salon délabré. C'est sympa quand tout est cassé, ça fait cocon. Ce qui l'est moins, c'est que c'était ainsi avant lui... Quand on aime, on ne compte pas. Et la destruction lui voue un culte. A moins que ce ne soit l'inverse.

Culte, Q-Ulte, ça se suit, ça se ressemble même si le second, ça ne se détruit pas comme le premier.




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 27 Aoû - 0:12
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Un tunel sombre qui débouche sur une cabane détruite, pleine de décombres. Des planches par-ci, des cadavres de bouteille par là. Et celle que j’ai dans les mains, que j’ai rattraper et dans laquelle j’ai bu qui va rejoindre les autres après que je l’ai balancé simplement jusqu’à l’entendre ce brisé au milieu des autres morceaux de verres, rependant l’alcool puant, cul de bouteille qui ne sera jamais fini. La question fait naître un rictus l’espace d’une seconde, juste une.

- Une sortie. Une envie. D’intimité ou simplement de pas croisé la conne qui m’a collé au basque toute la journée. Qui sait ? Comme si t’en avait quelque chose a branlé.

Réponse, si on veut. Parce que lui s’en fou et moi aussi. Parce que je traverse le salon et m’accroupit sans poser genoux à terre, juste le temps de jouer les équilibristes en me basculant en arrière pour fourrer ma main dans l’âtre de la cheminée noircie, charbonneuse et absolument dégelasse elle aussi, avec ses montagnes de journaux calciné et quelques restant de paquet de chips et de bonbon qui l’avait alimenté. Juste le temps de tâtonner et me souvenir d’échange de courrier, là où chercher, là où trouver. Bingo, elle est bien là, la planque dont elle m’a parler. J’en sort une bouteille avec déjà une meilleure tête que les autres. Puisque celle là n’a pas été vidé.

Je fourre la bouteille dans mon sac à l’arrache et me redresse, le temps d’essuyer une tâche de suie sur le bout du nez. Un signe de tête.

- La sortie est par là.

Quoi que je sois sûre qu’ici ça aurait été mieux que là-bas. Parce que les Rosmerta de réputation, c’est chiant. D’ailleurs c’est quoi son nom à lui ? On parle, on boit on fume. Et on s’en fou. On n’est pas là pour faire connaissance mais pour passer le temps. Un coup de hanche dans une planche et ce sont les rayons du soleil qui perce pour laisser entrevoir un jardin aussi mal entretenu ou presque que la baraque aux loup-garou. Je file dehors, main dans les poches de mon cuir et j’avance pour le guider jusqu’à la ruelle dérobée, celle qui descend à l’avenue principale du village où se trouve la terre promise du jour. Bien que je sois toujours aussi dubitative quant à son intérêt. Alors pourquoi être venu ? Juste comme ça, pour passer le temps. Mais là, ça fait répétition. Alors on prétendra une pointe de curiosité, même si elle est complètement étouffée par l’indifférence.

- C’est là. Avec les trois têtes réduites sur la porte.

Et maintenant, c’est moi qui vais suivre. Parce que à partir d’ici c’était son plan et pas le mien. Même si un plan, il semble en avoir un sans vraiment l’avoir. Et c’est qui lui pour recruter des danseuses ? Un producteur de musique ? ça expliquerait le look. Un mac ? Il est venu recruter des putes ? ça collerais aussi. On verra bien.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyDim 1 Sep - 21:46
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Elle était drôle, elle. Elle avait ce petit côté détaché et piquant cependant. Ce petit côté qui pourrait le faire sourire ou bien lui faire passer le temps, à lui. C'est un côté plutôt sympathique à observer une fois de temps en temps. Même si c'était un type de comportement normal et que la normalité le dérangeait fortement. Lui n'était pas normal, du moins il ne voulait pas être normal. Ou bien il ne le pouvait pas ? Ce n'était pas vraiment le genre de question qu'il se posait. Puisqu'il n'y avait pas vraiment de réponse. Et si réponse il y avait, lui ne la jugeait pas intéressante. C'était étrange comme raisonnement, mais c'était le sien. Et le sien prévalait sur celui des autres. Toujours, à jamais.
Mais elle était pas si conne que ça, la gamine. Elle captait bien qu'il s'en battait les couilles totalement de connaître sa réponse. Tout comme il ne se souvenait même plus si il y avait vraiment eu une question à l'origine. Pas qu'il l'ignore, mais ça lui passait au-dessus, c'était trop simple d'écouter, d'entendre, de comprendre et puis les gens ; c'était pas vraiment importants. Eux, ils étaient là juste pour faire passer le temps, s'y attacher c'était inutile. C'était des choses de passage, des trucs qu'on oubliait ou bien qu'on rangeait dans une boite et qu'on ressortait plus tard ; pour jouer avec, pour les secouer, pour se les appropriés et comme le reste, quand ça ne servait plus, on le jetait. Alors s'attacher à sa réponse, lui ne le ferait pas. Pas plus qu'il ne relèverait vraiment si ce n'est par un haussement d'épaule et un demi sourire.

Il la voit bien faire cependant, se pencher pour tirer une bouteille de l'âtre de la cheminée et la rangée. Elle fait comprendre qu'elle ne vient pas d'ici et pourtant elle connaît tout. Peut-être qu'elle était utile d'une certaine manière. Peut-être. Encore faudrait-il qu'il ait autre chose à foutre ici que d'aller dans une Auberge pour recruter des danseuses. Mais ce n'était pas le cas, parce que son terrain de jeu il n'était pas là. Ici c'était l'endroit où Elle était, l'autre rousse qui portait un nom de Déesse, celle qu'il aimait le moins. Même si c'était peut-être mieux d'être moins aimé par lui que le contraire, y'avait qu'à voir le résultat que ça avait donné avec sa mère. Qu'est-ce qu'elle avait couiné ce jour là ! Un vrai régal. Et le souvenir continua de la faire sourire alors qu'il suivit. Parce qu'en vrai, resté ici ça ne l'intéressait pas. Pas plus que sortir d'ailleurs, il s'en foutait un peu en fait. Ça l'emmerdait d'être là et d'avoir décidé d'y être, peut-être qu'il aurait dû changer de cap. Voir ailleurs si ils y étaient. Ça aurait pu être sympathique de rester dans ces ruelles, de s'y perdre et de pas en sortir. Enfin pas tout de suite. Se faire attendre vous voyez, surtout que vu la gueule du bar, il était pas certain d'avoir envie d'y entrer.

« C'que c'est traditionnel... »

Et la tradition c'est de la merde. C'est comme le conformisme, ça pue. C'est chiant et ça oblige à faire plein de truc qu'on a pas envie de faire.

« Et dans ce trou, il arrive des choses intéressantes parfois ? Où c'est conforme à la devanture et plus tu viens ? Plus tu te fais chier ? »

Putain qu'il avait pas envie d'entrer pour y finir castrer. Parce que c'était bien ce qui allait arriver non ? Y'a une guignole qui saurait même pas jouer qui viendrait le voir avec un sourire après l'avoir dévisagé. Puis elle lui proposerait à boire et il l'enverrait péter comme la merde insignifiante qu'elle était. C'était couru d'avance.
Il s'étire, soupire, sort un paquet de cigarettes de sa poche arrière, en tend une à la jeune femme et s'allume l'autre avant de ranger la petite boite et de pousser cette putain de porte à la con tout en manquant de cramer les têtes réduites au passage.
Oui, ça le détendait. Puis le feu c'était bien, sauf sur lui. Enfin il s'entendait. Putain, il commençait à avoir faim.

Au final, le coin était égal a ce qu'il en pensait. Une vrai déception. Manquait plus que les pompons à la tenancière et il lui aurait cramé les yeux quand elle s'était approchée en lui demandant de ne pas fumer. Un sourire, il penche la tête, lui crache la fumée au visage et l'ignore afin d'aller retrouver une silhouette qu'il connaît. Ce con, il l’empalerait plus tard pour avoir réserver ce coin de merde. Si elle râle ? Ouais, peut-être. Et si elle arrête pas, il est pas certain qu'elle sera pas empalée aussi, d'une autre manière peut-être. Quoi qu'elle doit pas avoir grand goût, la graisse, ça gâche tout.

« Elles sont où ? »

Bonjour, au revoir, merde ? Non. Rien. Dit, fait, exécute. Elles sont où les putes ? Danseuses. Les danseuses. Enfin c'est à peu de choses près la même chose pour lui. Toutes des jouets, faut juste trouver la plus douée pour pas trop s'emmerder. L'autre gars, il indique le bureau derrière et la petite serveuse, elle saute d'un pied sur l'autre en s'excusant. Ben oui connasse, le prix, on l'a mit. Apportes à boire et rase le mur, c'est mieux que de la voir, parce qu'elle est vraiment pas jolie pour lui.
Si la gamine elle est un peu ignorée ? Oui. Parce qu'elle suit, elle suit pas ; c'est pas son problème alors qu'il emboîte le pas à l'autre et qu'il va dans cette foutue pièce décorée comme le salon de mémé.

« Tu vas te foutre de ma gueule jusqu'à quel stade ? Ah, et part pas sans me laisser...hmmm... » Un p'tit geste pour que le mec vienne à sa hauteur et qu'il passe les mains dans les poches de son costume, retirant quelques sachet de jolies pilules, un peu d'herbe et d'autres petites choses intéressante. Puis il rencontre enfin le canapé ; qui sent le vieux mais sur lequel il peut prendre le temps de s'affaler et de s'allonger à moité. Un signe pour envoyer les gourdes, un regard vers la gamine à qui il balance un sachet magique. Fais-toi plaisir chéri, et roules en donc un autre ; parce qu'on n'a pas fini ici.




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyDim 1 Sep - 22:38
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Un temps d’arrêt devant la devanture, parce que ouai, clairement les trois balais ce n’est pas là qu’on va trouver le grand frisson. C’est chiant, c’est traditionnel, c’est du Happy End au royaume des gentils, des chiants et des relou. À sa question, à mon tour de répondre d’un simple haussement d’épaule ; après tout je l’ai prévenu non ? L’instant d’avant quand on parlait un peu, vite fait. Quand on finissait de faire tourner mon joint. Il entre, je suis, j’observe. Celle que je devine comme étant une Rosmerta à son embonpoint, pardon, ses formes généreuses faut dire il parait. Clairement de nous voir tiré sur nos clopes elle tire la gueule. Je la sens à deux doigts de me demander mes papiers pour vérifier mon âge.

Je reste là, tirant sur la clope pendant qu’il parle, s’organise. Si on peut appeler ça s’organiser. Une ombre qui ne fait que profiter d’un spectacle que je trouve déjà chiant. D’un côté il n’allait pas avoir le pouvoir de transformer ce pub en bar burlesque ou en speakeasy en un claquement de doigt. De la bouffe, je trouverais bien de la bouffe. Parce que j’ai faim. La foncedalle, ça creuse. Je tourne les yeux, juste le temps de regarder quelques gueules de cons assit à différent endroit. La déco aussi, parce que j’en ait entendu parler mais le voir, c’est pire.

Quand il bouge et entre dans le bureau, je fini par bouger aussi pour le voir s’affalée et rattraper le sachet qu’il me lance. Voilà qui mérite enfin un sourire, un peu d’intérêt. A mon tour de poser mon cul. Et puisqu’il c’est à moitié allonger sur le canapé, je passe par-dessus ses jambes pour poser mon cul sur le dossier de ce même canapé, laissant glisser mon sac entre mes jambes pour en sortir le matériel nécessaire au roulage. Parce que ouai, sans la défonce, ça va être dur d’oublier le paysage cul-cul.

Alors en avant, on roule et je n’écoute pas un mot de ce qui se joue ici, ou peut-être que si d’une demi-oreille. Observatrice toujours pendant que je roule le toncar et que je prépare la beuh. Passant de lui aux autres quand je passe la langue sur une cigarette fraichement sorti de mon paquet pour mettre le tabac dans la feuille à rouler. Ecarquillant les yeux quand je passe la langue sur la feuille pour finir le collage.

Ecarquillée les yeux, pourquoi ? Parce que la blonde là, la cruche. Avec ses couettes de cheveux frisée, ses bourrelets et son air ahurit la voilà qui déboule l’air de rien. Elle affiche un grand sourire avec son uniforme décoré de badge de licorne et ses chaussette rayé rose et jaune. Putain cette dégaine…

- Charlotte ! Je te cherchais tu fais quoi ? On n’a pas fini la visite tu sais. J’ai encore plein de chose à te montrer. Oh ! Ce sont des bonbons ? Je peux en avoir ? Et si non c’est quoi une audition ? Je peux auditionnée moi aussi ? Je me suis entrainé devant le miroir ! Maman dit que j’ai l’air d’un éléphant dans un magasin de porcelaine mais papa dit que je ressemble à la grâce incarné alors…

- C'est Charlie...

La grâce ou la graisse ? Qu’est-ce qu’elle parle et vite en plus. J’éclate le joint sans la quitté des yeux alors qu’elle se met à se dandinée pour appuyer ses mots. Le sourire s’étire sur mon visage et je me mets à rire, silencieusement et discrètement. Je tends le joint à l’autre à côté. Et c’est le retour de la Rosmerta.

- Des enfant ! Montrez moi vos papiers d’identité vous n’avez rien à faire…

- Mais quoi ? Ce n’est pas pour un spectacle de danse regardez, je sais faire ! J’ai quinze ans m’dame.

C’est bon, je ris pour de bon, silencieusement, mais je ris quand même. La voilà, la distraction. Combien de temps avant qu’ils les foutent dehors les deux-là ?

- J’ai faim. Et rend je joint.

J’ai tourné la tête vers lui en sortant le sachet de pilule que j’avais ranger dans mon soutif pour en prendre une que je tend entre l’index et le pouce pour la glissé entre ses lèvres à lui avant de pouvoir faire de même avec moi-même.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 


Dernière édition par W. Charlie Avery le Lun 2 Sep - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 2 Sep - 22:27
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Un bar de ploucs. Ou pire. Parce qu'à ce stade, on pouvait définitivement faire pire. D'ailleurs, est-ce que ça méritait simplement le nom de bar ? Ou d'auberge ? Ou peu importait comme ces guignoles appelaient cet endroit. Les Trois Balais. Clairement pas le truc qu'il recommanderait même à un ennemi. Pour peu qu'on est des ennemis, après tout, il faut considérer les gens pour les ranger dans des cases et vu qu'il n'aimait pas les cases parce que c'était chiant...
En fait, tout était un peu chiant, c'était le problème quand on se retrouvait pas dans un des multiples extrêmes et là, clairement, il n'y était pas. Il était au milieu, le cul posé sur un canapé avec une bande de greluches qui l'emmerdait profondément.
Greluches qui se multipliaient, pire que les putes ces machins là. Quand y'en avait plus, y'en avait encore et il dû se redresser de quelques millimètre lorsqu'une espèce de Matrioshka se mit à parler et à danser... Enfin danser. Quoi que... Ouais, ça pouvait être sympa ça.

« C'quoi le nom de la personne qui surveille les couloirs de votre école ? »


Si il avait fait gaffe à la mégère qui les houspillaient pour avoir leurs papiers. Ouais. Mais elle attendrait. Parce que, clairement, il avait mieux à faire maintenant alors qu'il virait enfin ses jambes du canapé pour s'asseoir et poser ses coudes sur ses genoux, les mains jointes sous le menton lorsque la dinde dansante lui répondit enfin. Bon, elle servait au moins. M'enfin pas comme danseuse quoi, où alors il allait lui falloir un ravalement de façade, mais avant ça, il allait devoir faire un peu de ménage.
Un soupir, il s'étire, attrape le joint et se rapproche enfin de la bonne femme replète. La vieille. La chose. Le truc là... Enfin qu'importe comment on l'appelait, elle garderait toujours la même allure et aurait toujours le même goût fadasse. Donc, elle ne l'intéressait pas. Elle pouvait sortir, maintenant.

« Celle-là m'assiste et la p'tite, si vous voulez je la ramène après. Votre bureau est bien le mien là non ? Donc faite entrer la première danseuse et je ramène les gamines ensuite. »

Ou pas. Parce qu'en vrai, il les laisseraient dans un coin et se casserait sûrement. Ou bien il en laisserait une sur les deux, ou aucune. En fait, il s'en tamponnait complètement tant que la vieille dégageait de son périmètre avant qu'elle lui tape vraiment sur le système. Et malgré les mots un peu rude pour le coin mais pas forcément mauvais non plus. Elle dû comprendre que la tête qu'il affichait disait le contraire de sa pensée et peut-être même un peu plus. Enfin, le temps qu'elle aille se plaindre, que les autres cons vérifient qui manquait et qui ne manquait pas dans des couloirs déserts, il avait le temps de faire dix fois les auditions de l'Angleterre qu'il serait déjà reparti. Les gamines, il verrait.

« Et filez moi un hibou. »


S'il-vous-plait ? Pour ? Parce que clairement ce n'était pas 'si ça lui plaisait', c'était 'tu le fais et tu te casses'. Parce que ça allait bien trois secondes de se faire emmerder toutes les dix minutes mais si elle voulait pas retrouver son bar à cons flamber, faudrait voir à pas trop insister. Après tout, à trop tirer sur la corde, elle finissait par lâcher. Bref, avec tout ça, il s'était légèrement endormi sur le joint alors que le satané hibou entrait ainsi que la première fille qu'il devait auditionner. La petite grosse, elle devait toujours être là, dans un coin mais il s'en bâtait les reins alors qu'il se rasseyait, tendait le joint à l'autre et avalait une petite pilule.

« Si tu veux danser, faut te changer. » Un coup d'oeil sur les deux et il s'arrêta sur l'anorexique blonde « Montre lui les fringues que t'as prévu, ou colles lui sur le cul ; fin démerdes toi, mais bébé veut danser, tu peux pas lui retirer sa chance non ? »

Quoi ? Détournement de l'esprit des enfants ? Voyeurisme ? Mais non. Ou si. M'enfin le hibou l'intéressait plus alors qu'il écrivait une petite phrase bien sentie dessus et glissait dans une vieille feuille de journal un tube de Glue Perpétuelle.  « Pour sceller vos entrées et éviter à vos gamins de se faire la malle avec des étrangers. ».

« Elle a dit que c'était quoi son nom ? » Un regard pour celle qui l'accompagne depuis le début avant de tendre la main pour récupérer le joint. « Selwyn c'est ça ? » Ouais. @Joanne Selwyn, voilà un petit cadeau spécial pour les cons. Puisque tu devais bien être trop conne pour laisser des gens comme lui aller et venir que ce soit par un portail ou par un passage secret. Et le tout, il lui envoyait avec tout son amour avant de reposer ses yeux sur Charlie.

« Tu choisis la musique si tu veux que ta pote danse, sinon tu te démerdes avec elle pour qu'elle la ferme est garde ses licornes et ses paillettes bien au chaud assise par terre. Et danses toi ! T'attends quoi ! »

Bon dieu mais qu'ils étaient cons. Y'avait de l'alcool ici au moins ? Dans ce mini bar p't'être alors qu'il s'en approchait et tirait une espèce de bouteille de Bourbon ? Tellement poussiéreuse qu'elle ne devait jamais avoir été ouverte et encore moins goûtée. Les clampins....




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.


Dernière édition par Kai Moana A. Shinoda le Lun 2 Sep - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Albus P. W. B. Dumbledore
Albus P. W. B. Dumbledore
Exp : 5282
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Source
Âge IRL : 138
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 5844
J'aime : 37
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 2 Sep - 22:27
Le membre 'Kai Moana A. Shinoda' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Dzoech10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 2 Sep - 23:09
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
- Selwyn m’sieur, Joanne Selwyn. Pourquoi elle doit auditionnée aussi m’sieur ?

Mais qu’elle était conne. Je lève les yeux au ciel en avalant ma petite pilule magique, il s’assois donc je glisse sur les coussins du canapé pour y poser mon cul, genoux relevés et arrivant à hauteur de mon menton. Pas approprié à la tenue vestimentaire ? Si vous saviez ce que je m’en bats les ovaires. Le joint est parti, reste que les yeux pour observer la réaction du bridé aux intrusions. Et pour le coup ça ne loupe pas. Ramenée les gamines, ouai voilà dans tes rêves. D’un, on sait très bien tout les deux que tu ne le feras pas. De deux, cette école je l’ai assez vue pour cette année. En revanche le coup du hibou ? Pour quoi faire ? Curiosité, curiosité. Un peu d’intérêt, mais minime.

C’est qu’en plus il allait la laisser auditionné ? Un nouveau rire silencieux pendant que je pose ma tête sur mes genoux. Elle à l’air toute fière en plus, la cruche. Mais là, ce qui m’intéresse c’est de me pencher pour lire ce qu’il écrit l’autre. Un haussement de sourcil, surtout quand je vois le tube de glue qui accompagne le petit mot. Retour à la position initiale. Hochement de tête ou haussement d’épaule. L’un des deux, on ne sait pas trop. Bref une réponse quoi quand il redemande le nom. Selwyn, la cousine, éloignée. Très éloignée. Loin, très loin ; tout là-bas, là où on ne voie pas.

Des ordres ? C’était un ordre ça ? Il croyait quoi que j’allais enfilé une jupe tailleur et jouer les petites assistante. Mais chacun sa merde. Elle m’emmerde autant que lui l’autre conne, ou plutôt le pot de colle. L’une se met à danser, l’autre l’observe en faisant des bruits d’animaux chelou dont l’existence n’a pas encore été prouvé. Ou en fait on ne sait pas trop ce qu’elle fait, mais une chose est sûre rester dans un coin elle ne sait pas faire. Alors je fini par tourner mon regard vers elle.

- Dit, tu devrais aller te préparer ! Pour l’audition ! Te changer vite, et te maquiller aussi tiens.

Cette voix, cette intonation. Toute guillerette pour lui faire écho. Comme si l’excitation était présente mais… Non non, c’est juste du foutage de gueule. Je lui balance une petite bouse de pièce au passage.

- Oh mais oui t’a raison !

- Voilà, va prendre vite une tenue adéquat. Et ramène à manger aussi, genre des gâteaux. J’ai faim.

Le joint est revenu ? Quand est-ce qu’il est revenu ? Et pourquoi elle sautille de joie l’autre comme si c’était noël. Pour la tune ? Ouai, si elle veut. Ce n’est pas la mienne, je l’ai trouvé comme ça, elle traînait sur le canapé je crois. La voilà qui sort toute fière pendant que j’écrase le joint. Putain il s’est vraiment endormi dessus. Au moins y’a la petite pilule qui commence à faire son petit effet. C’est qu’il est tout doux et tout moelleux ce canapé, et s’y enfoncer un peu plus, c’est bien aussi. Roulé un autre joint aussi c’est bien, d’ailleurs je vais le faire. Ouai je vais. Dans quelques instants. Quand j’aurais fini de regarder l’autre anorexique dans sa tenue de pute se déhanché comme un bonobo en manque qui se frotte à un arbre.

L’autre elle est sortie je crois. Et la serveuse à jeté un regard courroucé par la porte quand elle s’est ouvert et refermé. Oh d’la beuh, viens j’roule un joint ? Ou j’allume une clope.

- Donne.

Non mieux, je choppe la bouteille de Bourdon qu’il à dans les mains, parce que le Bourbon c’est bon. Et je commence légèrement à avoir la pâteuse ta vue. Donc bon, soiffassion. Des verres, on à besoin de s’embarrasser de verre ? Doit-il n’y en avoir pas loin. Alors je me penche pour en chopper un et le remplir pour moi, ma pomme. Lui ? J’suis pas son assistante, chacun sa merde. C’est pas mal le bourbon, mais sa pique un peu, nan ? Il est doux le canapé. Elle ne danse pas trop mal elle, si on omet le fait qu’elle titube sur ses échasses et donne l’impression d’un Botruc au milieu d’une boite de nuit la brindille.

- J’aime pas ses genoux. En plus elle à un peu des airs de Botruc non ? Botruc hein, pas beau truc.

Ouai faut préciser, on sait jamais.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 


Dernière édition par W. Charlie Avery le Lun 2 Sep - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyLun 2 Sep - 23:38
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Il est tellement naze ce bureau, qu'en fait il est plutôt cool. Enfin cool, c'est un façon de parler mais doit bien y avoir quelques trucs intéressants dans le coin. Plus que la danseuse anorexique qui se déhanche étrangement. On a dit danseuse du genre qui fait rêver, pas anorexique sur un fil pas plus gros qu'elle qui manque d'en tomber à chaque pas.  Enfin, ça pourrait, mais clairement ça lui plait pas des masses à regarder. En fait, c'est juste pas intéressant, il a d'ailleurs toujours pas trouver l'intérêt qu'il avait à être là. Enfin, au moins y'en a une qui est divertissante. Juste ce qu'il faut pour pas qu'il s'endorme quoi, même si, sur le joint, il s'est clairement endormi. Pas de sa faute, faut dire que le partage et lui ça fait un peu trente-six ; enfin ce partage là quoi. Y'a un autre type de partage qui passe plutôt bien, il s’appel baise et il le connaît bien, c'est un peu son voisin. D''ailleurs, faudrait peut-être qu'il pointe le bout de son nez à un moment donné. Histoire de voir si Espoir le rejoint et si ça devient vraiment intéressant que de voir une conne se déhancher.

« Un botruc avec des airs de canards, ça rendrait pas trop bien là où je veux la mettre. »

Pas dans son lit pour celle là. Ni sous ou sur une table non plus. Pas contre un mur non plus, sur le bîtume, la terre battue ; bref, nulle part en fait. Pas non plus au Speakeasy et encore moins sur le devant d'un bout de scène déglingué en pleine journée. Parce que faut pas mentir, elle est pas bonne à déglinguer celle-là. Pas assez de chaire vous voyez et si vous ne voyez pas, c'est exactement le même résultat puisque tout ce qu'il voit, c'est que la bouteille lui file des doigts.

« Et tu crois que tu ferais mieux ? » Mieux ? Ou moins bien. Même si ce serait trop prévisible alors qu'il étire un sourire en tournant son regard vers la gamine débraillée. « Mais j'crois que t'es pas valable non plus là où je veux te mettre. »

Où il finira par toutes les mètres en fait. C'est que c'était pas une carrière sur le long terme qu'il leur proposait. De un parce que la clientèle se lasserait à la minute où ils auraient trop vu les plumes qu'elles se collaient partout pour se targuer d'une petite ambiance burlesque. De deux parce que si le publique se lassait ou lui, ce qui arrivait plutôt souvent, ça finirait en panier garni. Et autant dire que pour la bouffe, il était tout autant sélectif qu'il ne l'était pas, sauf que l'anorexique elle n'avait pas ce qu'il fallait pour éveiller son appétit. En somme, elle servait pas des masses ; en tapisserie non plus et il ne comptait pas s'en faire une descente de lit. Les cheveux collés sous les pieds dés le matin, c'est franchement pas ce qu'il y a de mieux quand on sort de ses draps.

Parce qu'elle se sert un verre, il prend la bouteille sans verre. Parce que ça sert pas à grand chose alors qu'il porte le goulot à ses lèvres. Il la finira cette bouteille de toute façon. Ou elle se finira toute seule à un stade du jeu. Parce que pour endurer toute cette connerie, il fallait s'accrocher, ou bien se détacher totalement. D'ailleurs, pendant que l'autre continuait à se trémousser il se releva une nouvelle fois pour fouiller sur le bureau. Y'a toujours tout un tas de papiers là-dedans et ça pouvait l'occuper.

Quand il en attrape un, c'est pour mieux sortir un briquet et le brûler avant de le lâcher. C'est que le feu, ça brûle. Fort. Trop fort. Mais c'est sympa à regarder à ça peut même faire des trous dans les autres papiers quand on le lâche sans regarder. Pyromane ? Si peu. Mais si il s'occupait pas, c'était pas un papier qu'il allait cramer mais la danseuse qu'il regardait maintenant tout en soupirant.

« Elle a dit que t'étais nulle je crois. Ou bien qu'elle t'aimais pas. Donc tu peux te casser et faire entrer la suivante ; si tu vois la gamine tu lui dis de revenir faire son spectacle aussi. Avec elle, y'aura peut-être plus à mater. »

La délicatesse incarnée. Mais bon, elle doit bien avoir l'habitude non ? Qu'on lui parle comme ça celle-là ? Pas qu'ils ont forcément tous cette personnalité dans le métier mais lui, oui. Et pour le reste, il s'en bat les reins alors qu'il cherche un autre papier avant de laisser tomber son observation pour se poser derrière le dossier du canapé avant de s'y pencher. Proche ou loin, loin ou proche ?

« Évites de t'endormir maintenant, ou de me faire un tripe où tu vois des éléphants. Ce serait gâcher une pilule aux effets plutôt sympa sur le long terme. Ou deux ? »

Une main qui se tend dans un sourire en coin. On n'a pas dit qu'il était raisonnable. On n'a seulement dit qu'avec tout ce qu'il s'enfilait, il le supportait plutôt bien. Puis fallait l'occuper. Il voulait s'occuper. Et jouer les gardes d'enfants et les nounous si elle suivait pas, c'était une idée à chier. Il avait pas payé pour ça et il s'emmerdait déjà.




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 3 Sep - 0:13
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Ouai ouai, j’me fou clairement de sa gueule avec mon rire d’hyène qui a des airs de gamine de maternelle. D’un côté, vous avez déjà vu un hybride Botruc avec bec de canard vous ? D’ailleurs il voulait la mettre où ? Dans son pieu sûrement, un mac j’vous dit. Alors quand il demande si je ferais mieux, j’ai deux doigts qui s’enfonce dans m’a bouche, l’index et le majeur, bien profond comme le doigt qui en ressort, un bon petit va te faire. Tu me mettras nulle part, tu m’as pris pour un pion ? Une poupée ? Tes putes, fait les défilés qu’on se marre, parce que si non ça va vite devenir chiant. Même s’il est doux le canapé, ce n’est pas l’heure de la sieste là. Ça suffira en termes de communication, comme les yeux bleus qui se plante dans ses iris sombre pendant la gestuelle, provocant.

Je bois le verre, trop vite. Et j’en profite pour changer de position, en tailleur c’est plus pratique pour sortir une clope de mon sac et l’allumée pendant qu’il ponctionne la bouteille. Il se lèvre, j’allume et je crache la fumée à la gueule de la putain, parce qu’elle se fait viré comme une malpropre et que ça me fait ricanée pendant que je choppe la bouteille, il boit au goulot et moi j’ai plus envie de m’embarrasser d’un verre. C’est la flemme m’voyez. Goulot entre les lèvres quand elle sort avec un air bien vexée en pestiférant sur la façon dont elle à été traité. Pauvre bichon, tu veux une boite de mouchoir ? Parce que ta petite fierté, on s’en branle en fait. La preuve, je préfère regarder les papiers qui brûle que ton cul plat qui roule jusqu’à la sortie pour claquer la porte.

Il ne veut pas que je m’endorme ? Il veut une autre pilule magique ? Ouai aller, je ressors le sachet quand je m’extirpe sur canapé, clope dans une main, verre dans l’autre. Pourquoi le verre d’ailleurs ? Il est vide, la bouteille ça aurais été mieux. Alors le verre, j’le laisse tomber et se fracassée sur les papiers qui brûle avant que la clope ne le rejoigne que je l’écrase d’un coup de talon. Et c’est le retour du petit sachet coloré que je sors du soutif. Deux petits bonbons poser délicatement sur le bout de la langue pour mieux l’avalée.

La porte s’ouvre une rousse entre, elle à déjà un peu plus de forme. Mais clairement des épaules de camionneur. Alors soit elle soulève de la fonte, soit-elle à raté quelque chose à la naissance. Si déjà elle était comme ça pour sortir de sa daronne, c’est à se demander comment ils l’ont fait passée d’ailleurs. Les mollets aussi son gros. Ce n’est pas très gracieux tout ça et ça fait doucement sourire.

- Après le Botruc, la Goule ? Tu cherche à alimenté quoi un harem de Troll ?

Mauvaise ? Peut-être un peu parce qu’on ne lui retirera pas que le visage est sympathique avec cette bouche à pipe. Et que les seins débordes carrément de son top-soutient-gorge en dentelle. Elle met la musique, je l’aime bien cette-là. Elle danse, souplesse, souplesse. Elle sait même faire le grand écart celle-là. Mais en vrais, j’men branle, parce que la pilule ne fait pas voir des Occamy arc-en-ciel, mais donne envie quand même de profité un peu du son. Alors je remonte sur le canapé, debout, c’est tout moue quand je passe les bras par-dessus ma tête et me trémousse en fermant les yeux parce que j’men branle. Parce que la musique est sympa et que finalement je n’en ai un peu rien à foutre de ses auditions à la con. C’était sans compter le retour express de miss-pot-de-colle qui déboule en ouvrant la porte à la volé pour la faire tomber sur le cul la rouquine. Aïe, la cheville, ça doit faire mal.

- Oh ! Toi aussi tu auditionne Charlotte ? Pardon m’dame.

J’ouvre les yeux, elle à des gâteaux, je lui arrache des mains et la toise, avec sa jupe-tutu rose pétant, son débardeur rayé jaune fluo et noir, ses chaussettes montantes pas assortis du tout et son maquillage tout aussi débile. Du jaune fluo et du vert sur les yeux, les joues d’un clown et c’est quoi cette odeur ? Ses paillettes elles les à tiré d’un tube de colle ? Ouai, je ricane encore, lèvre scellée m’accroupissant pour tirer une des pâtisseries, des donuts, pas mauvais choix, pas le meilleur non plus. J’en glisse un entre mes dents pour tendre le paquet vers le Mac à côté qui fait cramer ses trucs, ou s’approche de la pendaison, ou de les pendre elles.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 3 Sep - 21:41
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 •

« C'est Charlie. »

N'était-ce pas ce qu'elle avait répondu du tac-o-tac un peu plus tôt ? Bien qu'en vérité, ça lui passe totalement au-dessus de la tête à lui. Lui qui préfère cramer les papiers liés à la comptabilité tout en les laissant s'éparpiller sur le tapis. Ça cramera pas plus de toute façon, ça laissera juste une jolie tâche marron, assortie au reste de la décoration. Puis bon, faut bien qu'il s'occupe les mains non ? Déjà que ses yeux son pas franchement occupés à regarder la danseuse alors il faut bien qu'il trouve autre chose pour s'occuper. Parce que c'est pas la seconde petite pilule qui vient se glisser sur le bout de sa langue qui va l'occuper bien longtemps. Ni même la dinde arc-en-ciel qui revient en pleine forme lui faisant arquer un sourcil. Il y a des gens qui ont un sens du goût, d'autres qui ont un goût ; elle, elle doit avoir le goût d'un cochon de lait qu'on vient d'égorger. C'est du genre frais voyez-vous, mais ça laisse une impression de gras sur le bout des doigts et de la langue, c'est un peu écœurant aussi.
La brindille défoncée doit avoir un goût plus sympa elle, un goût d'herbe déjà, peut-être même qu'elle est un poil épicée, histoire de pouvoir relever le goût mais là goûter ; il a pas vraiment envie pour l'instant. Parce que c'est la distraction du jour. Parce que c'est une jolie poupée. Pas jolie dans le sens mignonne. Parce que ça, ça n'a aucun intérêt. Mais jolie parce qu'elle offre plein de possibilités. A votre avis, jusqu'où elle peut s'enfoncer ? Et avec un peu d'aide, est-ce qu'elle s'enfoncera encore plus loin ? Après peut-être que ça vaudrait le coup de la relever pour mieux la casser. Parce qu'un jouet, ça n'a pas d'autre vocation que de se voir briser.

Logique.

Ouais. Logique. Ils sont tous objets de toute façon. Y'en a juste qui sont plus sympathiques que d'autres. Certain avec qui ont peut passer plus de vingt minutes mais c'est à peut près tout. Parce qu'au final, ils restes tous ça. Des jouets. Rien de plus, rien de moins. On peut feindre qu'ils sont plus mais ça ne sera jamais vrai.

Détachant enfin ses yeux des bouts de papiers qui flambent, il les relèvent pour voir la gamine blonde se dandiner en parlant trop. Il voit aussi la brindille se mettre à bouffer.... C'est peut-être pas une mauvaise idée alors qu'il pose enfin son regard sur le corps de la danseuse comme si il la voyait enfin.

« Viens me montrer ta cheville. »

Oui, viens. Juste un peu plus près. Assieds-toi là, poses-toi. T'en as besoin non ? Elle t'as fait mal, l'enfant. Tu trouves qu'elle à gâcher ta représentation ? Sûrement. Ou pas. Parce que toutes ces petites phrases, il ne les prononcera pas alors qu'il la fait asseoir sur une chaise, s’accroupit et relève sa cheville potelée à hauteur de son visage.
Un sourire pour elle, un sourire doux qui vient se poser des les yeux alors qu'il passe sa main sur la malléole, approchant un peu plus son pied de son visage jusqu'à déposer un baiser sur la cheville. Elle à un mouvement de recul la con, avant de regarder autour d'elle. Comme si c'était le moment de se poser des question... On se croirait au Japon où le moindre contact fait monter le rouge aux joues. C'est plus fort que lui mais il soupire en la regardant. Est-ce qu'elle croyait vraiment que c'était le moment de faire la pute occidentale gênée ? Parce que pour se pointer ici avec si peu d'habit et surtout si mal fagotée, fallait pas avoir trop froid aux yeux. Puis elle l'a invitée de toute façon, alors maintenant elle peut plus vraiment reculer alors qu'il la masse cette foutue jambe. Comme si il pétrissait lentement du pain qu'on enfournerait bientôt. Sauf que ses doigts, ils vont plus loin le long de la cuisse, qu'ils déclenchant un frisson le long de sa jambe ; frisson qui doit remonter doucement alors qu'elle doit maintenant avoir les yeux ronds. Elle le veut son boulot non ?

Un sourire et des mains joueuse alors que son corps se redresse, qu'il pose ses deux mains sur les accoudoirs, encadrant ainsi son corps un peu trop imposant. Elle fera l'affaire pour le moment, avec sa peau juste douce comme il faut et ses lèvres qui forment un 'o'. Il y mettrait bien autre chose que sa langue dans cet endroit. Ou bien il n'y mettrait rien. Une boule de geisha peut-être ? Un bâillon aussi ? Tellement de chose qu'il pourrait y enfourner mais il se contentera d'y poser ses lèvres, de l'embrasser jusqu'à sentir sa résistance fondre. L'embrasser. Ou manger. Parce qu'il le sent son corps qui perd possession de ses moyens, qui devient moins raide, moins tout. Elles sont sympas ses lèvres en fait, bien pulpeuse ; Il aurait vraiment dû y coller autre chose avant. Autre chose. Hooo... Elle se détend trop là, comme un chamallow, elle va tomber si ça continue. Mais il a pas vraiment d'arrêter. Parce qu'elle est pas si mauvaise en fait, qu'il pourrait même la tirer sur ce canapé au milieu des gamines dont il n'a rien à secouer. Mais il le fera pas n'est-ce pas ; parce que c'est pas marrant comme ça. Ça à pas spécialement de saveur non plus. En fait, c'est aussi chiant que le reste alors il l'oubli, s'oblige à séparer ses lèvres et lui maintient la tête d'une main contre le dossier.

Oups.

Ce qu'elle est drôle. Très.

« Elle est fatiguée... A toi la petite grosse, fait honneur à te tenue pendant que la dame se repose. Et fait entrer la suivante en même temps, qu'elle te donne le rythme. »

Et vite. Parce qu'il en viendrait presque à perdre patience alors qu'il va maintenant visiter une étagère et regarder ce qui s'y trouve. Sa main se tend derrière lui.

« La bouteille. »

Ordre. Pas ordre. Il s'en fout. Tout est en ordre pour l'instant. Une qui joue les dindon équilibriste, l'autre qui bouffe, lui qu'à déjà fini de manger ; pour l'instant. Un encas. Pour patienter. Pour voir si il va pouvoir se laisser avec autre chose après. Putain... C'est pas que la bouffe, ça donne d'autres idées mais là, tout de suite, l'étagère est moins intéressante qu'elle ne l'était y'a cinq minutes et il retourne s'installer sur le canapé. Bousculant la boite de gâteau de la brindille avant de poser une jambe sur elle, l'autre passant derrière sa tête pour tomber dans son dos. Distraction, distraction ; elle est où la distraction là ? C'est comme Espoir ça. Parfois il est là et l'instant d'après, il n'y est pas !




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Albus P. W. B. Dumbledore
Albus P. W. B. Dumbledore
Exp : 5282
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Source
Âge IRL : 138
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 5844
J'aime : 37
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 3 Sep - 21:41
Le membre 'Kai Moana A. Shinoda' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Dzoech10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 3 Sep - 22:26
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Les cases, ses fameuses cases dans lesquels ont aimes tout bien ranger. On à beau dire qu’on veut en sortir, la réalité c’est que classer, trier, ranger c’est le propre même de l’homme et que si vous ne vous reconnaissez pas dans les petites boites d’archive de chez vous, du voisin, qu’on vous impose ou que vous connaissez : c’est simplement que vos cases à vous sont différentes. Pas qu’elles n’existent pas. Mais je peux vous assurez qu’elles sont bien là. Elles sont le propre de vos jugements, car même celui qui prétend se foutre de tout juge toujours, tout le temps. Et du moment où vous jugez, c’est bien que votre petit avis insignifiant et souvent très chiant -n’appartenant qu’à vous d’ailleurs, parce qu’on s’en branle de votre avis- se range dans une petite, toute petite case.

Lui il m’a déjà rangé dans une case et il est entré dans une des miennes. Comme la cousine de la Goule et l’autre gamine avec ses couettes. Tous bon à mettre au placard, suivant, next. Next pilon, next pilonnage, next, next et encore next. Parce que rien est assez marrant, rien ne déclenche d’émotion. Rien ne fait rien et rien ne s’est toujours tout. Et tout est toujours trop chiant. Rien n’amuse vraiment ou bien longtemps, rien ne fait peur ou jamais très longtemps, rien ne fait vivre ou sentir vivant ou jamais très longtemps. Parce que c’est ça la vie c’est éphémère. Et au risque de me répéter, c’est chiant.

Chiant comme de le voir près à partouzé avec toutes les danseuses qu’il va auditionnée, remonter la main le long de sa cuisse et hésité entre lui foutre son chibre ou sa langue dans la bouche. Ça sera la langue, tant mieux parce que l’autre avec ses couettes elle pousse un cri de cochon pendu, totalement choqué. On n’aurait pas été chez les sorciers, à la voir ahuris comme ça je l’aurais rangé dans la case catho avec une mère balais dans le cul. C’était probablement le cas d’ailleurs, vue la tronche qu’elle tirait. Observant avec bien plus d’intérêt que moi la scène. Ouai, j’avais maté, avec un intérêt proche du néant avant d’en retourner à mon donut fourré et au prochain joint.

- Maman elle dit qu’on peut chopper des MST avec juste un baisée comme ça. C’est vrai ?

- Sûrement.

- C’est un peu dégoutant non, ils mettent la langue et tout. C’est normal dans ce genre d’audition ?

- Probablement.

- On doit savoir embrassée pour être danseuse ?

- Peut-être.

- Parce que moi ma mère elle dit que les garçons c’est dégoûtant, que c’est pas bien. Comme la drogue et l’alcool. Elle me fait faire des exercices tu sais. Elle dit que je parle trop et trop fort. Et trop vite aussi. Comment on embrasse ? Tu sais embrassée toi ? Tu l’a déjà fait ?

- ça m’est déjà arrivée.

Elle était un peu demeurée en plus de pas être très belle, la pauvre. C’était sans doute une DUFF, vous savez cette copine qu’on garde parce qu’elle est moins jolie, moins intéressante et clairement pas intelligente. C’était attachant les DUFF à ce qu’il parait, enfin quand on en avait quelque chose à foutre.

Ils ont fini, un peu plus et j’aurais pensée qu’il allait la sautée là. Grand bien lui fasse. C’est qu’elle à besoin de se remettre en plus la Goule. La cheville sûrement. La bouteille aussi, qu’il réclame. L’autre elle parle encore je crois.

- Moi aussi je doit vous embrassée à la fin de l’audition ?

La bouteille, le goulot, ça c’est pas mal. Ça glisse entre mes lèvres pendant qu’il s’installe. En plus il m’a pris pour un coussin et ça jambe là, elle gêne un peu. Pas tout à fait assise, les gâteaux moitié écrasé pousser hors du canapé. Et si je m’installais ? Cul sur le coussin pendant que je repousse l’intruse pour placer mes propres jambes par-dessus. Le Mac veut sa prochaine pute. La blonde va la chercher. Cette fois c’est une brunette. Elle est pas mal foutue avec ses longues jambes, son cul rebondit et ses yeux noisette en amande. BAB, bonne à baisée ? Elle à pas l’air d’être beaucoup plus intelligente que la blonde d’ailleurs. Surtout quand elle nous jette ce regard interdit, moitié courroucé parce que la meuf aux couettes parle encore, parle trop et lui explique qu’elle va auditionnée avec elle et qu’elle est trop contente de ce faire des nouvelles copines. C’est chiant, surtout qu’elle ne sait même pas danser. Ni l’une ni l’autre en fait. L’une est juste ça, bonne à tronché je suppose. Et l’autre, l’autre est un pot de colle. Et ça me tire un bâtiment.

- C’est chiant, j’me fait chier. Les recrutements de pute du coin, j’pensais que ça serait un peu plus divertissant.

Ah oui la bouteille, il voulait la bouteille. Alors je lui fou sur le bide, ouverte, pas ouverte, je ne sais pas et je m’en fou. Je me relève et m’étire. Sans forcément voir que la greluche c’est vexé et qu’elle a basculer en mode harpie. Elle me pousse la conne et je retombe le cul sur le dossier. Quoi c’est le mot pute que t’a mal pris ? C’est quoi qu’on dît ? « LOL » ?

Je me relève pour lui agrippée les cheveux et les tiré d’un coup sec en arrière. Elle griffe, je mords. Tout va bien. Manque plus que la boue et les bikinis. Parce que ça, pendant quelques secondes, ça va peut-être distraire. Jusqu’au moment on je n’en aurait plus rien à foutre. Vla cochonou qui s’y met en prime et lui attrape un bras pour mieux ce manger un mur. Et dans tout ça ? Ouai on rêve pas, je me suis remise à rire, pendant que l’autre bonasse insulte allègrement, que la rousse dors à moitié et que la blonde essaie -à quatre patte- de faire je sais pas quoi.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
Kai Moana A. Shinoda
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 11511
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Original
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1615
J'aime : 119
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 3 Sep - 23:12
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do.

@W. Charlie Avery
19.04.2024 • Elle trouve que c'est chiant ? Lui aussi. Surtout que ça parle beaucoup et qu'au final, ça n'avance pas des masses. On discute, on se pose des questions, on se regarde dans le blanc des yeux et on fait la tronche. Il ne sait pas vraiment ce qui est le plus dérangeant, parce qu'en vrai : Tout l'est un peu ; dérangeant. Pas dans le sens où c'est ennuyant. Plutôt dans le sens où ça n'avance pas et quand ça n'avance pas, ça veut dire qu'on est au milieu et qu'on attends. On attends un truc qui ne se produit jamais avec eux, les autres, ça. Parce qu'au final, avec eux, c'est toujours les mêmes réactions. On se regarde, on s'écoute, on se parle et on le prend mal. Parfois on le prend bien aussi. Ça dépend du con qui se retrouve en face de l'autre. Mais, quand on regarde bien, ça en revient au même. C'est exactement la même danse de thons. Ça se suit, ça s'astique et ensuite ça se bastonne et pour finir, ça va se bouder. Même si y'a pas de raisons. Parce qu'un ordre, ça reste un ordre. Parce que si Porcinet doit danser avec la pétasse brune et bien elle dansera avec, que ça plaise ou pas.

Parce que c'est comme ça. Parce qu'il s'étire de tout son long pendant que la brindille en micro-robe se fait griffer et que l'autre se fait mordre. Il en baille même carrément de les voir se jeter les unes contre les autres. Il en baille, jusqu'à ce qu'il se redresse vu qu'il ne sert plus de coussin, il en baille aussi jusqu'au moment où il passe une main dans sa poche une fois ses jambes complètement sorties du canapé. Il baille jusqu'à allumer sa clope pendant qu'elles continuent leur petite valse. Il baille aussi jusqu'au moment où il se marre franchement. Parce que c'est drôle de les voir se taper dessus. Parce que c'est drôle d'en voir une se cogner violemment la tête et parce que c'est drôle de voir la pute aux échasses commencer à saigner. C'est drôle. Non, c'est même autre chose, c'est intéressant. Et ce qui est intéressant, le fait bander.
Ou plutôt, ça pourrait l'y amener, si il y avait un peu plus d'ustensiles utilisés. Genre le cendrier là -qui est plutôt un pot pourri-, dont il ne se sert même pas ; il pourrait faire un joli bruit en rencontrant l'un des trois crânes. Est-ce qu'il aura un bruit plus sourd en rencontrant l'un ou l'autre, c'est la question. Parce qu'il pourrait aussi sonner creux et se briser. Parce qu'il pourrait aussi se briser avant d'en toucher une et pour le remplacer faudrait trouver autre chose.

Elles se battent et il rit, presque aux éclats même si le son ne s'accorde pas au mouvement. Parce qu'il sait pas rire franchement, ou pas dans ces instants là. Parce que dans son rire, y'a toujours ce petit ton pervers, ce petit ton pas sain qui le caractérise trop bien. Parce que ça, il ne le cache jamais ; surtout parce qu'il ne veut pas.

« Par le caleçon de Merlin... T'en a trop pris gros ! »

Trop. Trop de trop. Ou pas assez. Parce qu'avec plus, il aurait déjà tringlée la truie blonde pendant que la brindille aurait regardé, attachée à une chaise piquante où sur un âne espagnol. Et la brune, ben la brune ça aurait été le dessert. Le plat qu'on garde pour plus tard parce que les deux autres grues ont pas supporté tout l'amour qu'on voulait leur donner. Ouais... Trop ou pas assez.
Sur la clope il continue de tirer. Mais il a arrêté de rire. Il n'a plus qu'un sourire sur ses traits alors qu'il les observes entre ses mèches de cheveux mal coiffées. Ouais... Trop... Mais pas assez.

Pas assez pour qu'il se lève pas, tire sur la clope encore et la cale entre ses lèvres. Trop pour qu'il pète pas le bras de la brindille en arrivant derrière elle sans pour autant la toucher. Pas assez pour qu'il s'arrête pas à deux centimètres des trois, qu'il se prenne un coup qui lui était pas destiné et que son pied parte à hauteur du sol. Elle était molle la surface qu'il a rencontré. Si molle, un ventre sûrement alors qu'il baisse les yeux. Oh, non. C'était une mâchoire, celle de l'arc-en-ciel à la tête devenue toute rouge ; elle a mal vous croyiez ? En tout cas, elle à l'air sonner et ça calme un peu la brune, qui s'en prend une aussi. Allé-retour de sa main sur son visage ; quoi que le retour elle à pas dû le sentir vu qu'elle est déjà tombé.
La clope, elle quitte ses lèvres quand il s'accroupit à sa hauteur et qu'il la fixe en penchant la tête. Elle reste un instant dans ses mains avant qu'il ne la fasse tourner entre ses doigts, un air sadique sur le visage. Même si il l'a quasiment tout le temps en fait, c'est simplement que les gens choisissent de ne pas le voir.

« T'es engagée. »

Ouais. Elle l'était. Pas qu'elle danse bien, pas qu'il la fasse danser non plus. Mais elle pouvait servir. A un moment donné.

« Mets-ça, recadres-toi et va me chercher la suivante. »

Qu'elle ait envie ou pas, il s'en fout. Parce que ce qui lui sert de chemise est déjà sur les épaules de la fille et qu'il reprend sa clope entre ses lèvres. Qu'il en aspire une bonne bouffée en se relevant avant de se retourner vers l'autre ; elle. Ca maintenant aussi sûrement.

« Si t'avais envie de faire monter l'excitation, t'aurais pu frapper plus fort. Ou bien te laisser mieux frapper. Casses-toi s'tu veux si ça t’intéresse pas, mais j'dois vraiment me trouver des danseuses et pas des videurs. »

Elle fait, elle fait pas. Pour l'instant, elle a surtout l'droit à la fumée qu'il lui crache en plein visage avant de se retourner vers la grue brune qui remballe ses affaires et va ouvrir la porte. Vite, plus vite. Fallait que ça aille plus vite alors dans l'encadrement, il a fait signe aux autres d'entrer aussi. Plus on est de fous, plus on rit ; plus on s'fait chier aussi. Alors puisque les pilules toutes douces qui rendent le monde trop mous, elles sont pas vraiment faite pour lui, il fouille dans cette autre poche, celle de la carte et en sort un autre assortiment. Les mélanges, c'est sympa.




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.


Dernière édition par Kai Moana A. Shinoda le Mar 3 Sep - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://historia-pactum.forumactif.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://historia-pactum.forumactif.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://historia-pactum.forumactif.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
W. Charlie Avery
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
W. Charlie Avery
Exp : 9841
Points de vie (HP) : 2050
Baguette : 29,87cm, bois d'Aubépine et corne de serpent cornu. Particulièrement fine et souple avec un manche mêlant le bois et l'argent.
Photomaton : Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Tumblr_mneyiik6oH1qbe2lmo5_r2_250
Célébrité : Kaya Scodelario
Parchemins : 739
J'aime : 70
Date d'inscription : 18/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] EmptyMar 3 Sep - 23:45
Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. le 19 avril 2024
Ça frappe, ça mord, ça crie, et ça rit. Un peu, beaucoup, assez pour divertir au moins un peu. Quelques minutes. Jusqu’à ce que ça devienne chiant finalement parce que l’adrénaline est vite redescendue et parce que même ça, finalement, ce n’est pas si grisant que ça. Et puis ça s’arrête. Des torgnolles qui se perdent, Fifi Brindacier qui finirais presque avec le nez péter. Et la greluche cul par terre qui à son job, finalement. De rien, c’était cadeau.

L’autre se déshabille et l’envoie chercher la suivante. Bras croisés sur la poitrine pendant que je glisse un regard vers l’autre qui gémit en tenant son nez entre ses deux mains, un gros bébé joufflu trop bruyant. Le regard aussi noir qu’inexpressif, on ne sait pas trop, quand je me prends la fumée dans la tronche. Un haussement de sourcil aussi et ma main qui part lui tirer la clope d’entre les lèvres, petite voleuse en manque de nicotine. Parce que c’est plus si doux maintenant. C’est plus vraiment drôle non plus. Une latte, une bouffée que je lui crache à la gueule pendant qu’il fouille dans sa poche pour en tirer un autre sachet. Le mac venu d’ailleurs pour partouzer des putes sous le couvert d’une audition, original. Mais pas assez quand je me penche, posant une main à gauche de son visage pour écraser la clope de la droite sur le coussin du canapé. La fraise incandescente tombe sur sa clavicule à lui pour rouler et laisser une trace jusqu’au ventre. Et je me relève pour me tourner vers la gamine.

- Arrête de pleuré, c’est pas si grave. Aller vient, je te ramène à ton école.

Parce qu’elle va finir traumatisée celle là si ça continue. Vue comment elle chouine… Alors je l’embarque dehors pendant que les greluches défilent pour s’enfoncer toute dans la pièce. Cheveux en bataille, quelques gouttes de sang de-ci de-là qui font écarquille les yeux à la serveuse de tout à l’heure pendant que je sors la blonde et que je laisse le mac à ses putes. Songeuse parce que l’esprit et lent mais qu’il est toujours présent. Parce que je l’ai eu cet arrêt sur image quand j’ai vu son dos ou plutôt l’un de ses tatouages. Et que c’est bien étrange de le retrouver ici celui-là.

[…]



- T’est qui ?

Les yeux dans les yeux, bleu et déterminée, sombre et inexpressif ou pas tant que ça. J’interrompt ta partie de jambe en l’air ? Tu m’en vois désolé. Répond.


You can take anything if you want it enough.
Voir plus  fume :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://historia-pactum.forumactif.com/t4105-wendy-charlotte-avery#74084 https://historia-pactum.forumactif.com/t4106-w-charlie-avery-o-pas-encore-de-classe#74096 https://historia-pactum.forumactif.com/t4107-w-charlie-avery#74098 https://historia-pactum.forumactif.com/t4108-w-charlie-avery-3-3-libres#74100
❝ Contenu sponsorisé ❞

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
MessageSujet: Re: Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]  Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Cheers to Me for doing whatever the fuck I want to do. [Feat. Kai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Cappuccino & Croissants :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - juin 2024]-