RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Ventilateur sur pied – Hauteur réglable – Oscillation ...
21.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 La rigueur n'est pas un gros mot # Devon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyDim 18 Fév - 15:23


La rigueur n'est pas un gros mot
10 septembre 2022 - 16h30
Devon
“Monsieur Sayre, la rigueur ! Je vous assure que ce mot n’est pas une insulte. C’est primordial pour bien réussir.”

Une fois encore, je te parlais assez sèchement. Je sais que beaucoup pensait que je te prenais un peu pour un punching-ball, mais là n’était pas du tout mon but, bien au contraire. J’avais compris, et ce depuis l’an dernier, que tu avais des capacités dont tu n’avais peut-être pas conscience. Je ne te voyais qu’en cours et je n’avais jamais réellement eu davantage de relations avec toi, mais j’avais vraiment l’impression de bien te cerner. Depuis des années maintenant, j’avais tendance à demander aux élèves de se surpasser. Alors bien sûr, je pouvais facilement passer pour le professeur qui était trop exigeant, pour celui qui n’était jamais d’accord, mais je me fichais bien de ma réputation. Ma façon de procéder était payante et j’avais eu plusieurs élèves qui m’avaient remercié, en sortant des diverses écoles dans lesquelles j’avais enseigné.

“Pour le prochain cours, vous me rédigerez 30 centimètres de parchemin sur les différentes façons d’immobiliser quelqu’un. Monsieur Stewart, fermez la bouche ou j’ajoute dix centimètres de plus.”

La craie crisse sur le tableau tandis que je note le devoir à faire. Mon regard se pose alors sur les élèves de 5e année.

”Vous pouvez sortir.”

Je commence à ranger mes affaires tandis que les élèves font de même. Je déteste entendre autant de bruit, mais heureusement, ça ne dure que quelques minutes. Tout le monde est parti, sauf toi. Je relève la tête et te vois devant moi. C’est bien la première fois que tu viens me voir à la fin d’un cours et tu peux le voir à mon visage. En effet, mon attitude en cours est très différente de mon attitude hors cours. Les élèves de Serdaigle, dont je suis la directrice depuis cette année, l’ont très bien compris. Peut-être d’ailleurs que c’est cette nouvelle réputation qui te pousse à venir vers moi ? Je ne sais pas mais dans tous les cas, je ne suis pas du tout hostile à ta présence.

“Puis-je faire quelque chose pour vous, Monsieur Sayre ? Je n’ai pas cours après, nous avons donc tout notre temps.

En effet, nous sommes en fin de journée et c’est donc mon dernier cours de la journée. Alors soit, j’ai toujours quelques petites choses à faire, car gérer une maison de Poudlard n’est jamais de tout repos, mais je peux bien évidemment t’accorder quelques minutes de mon temps. Je ne les trouve pas spécialement précieuse et je considère qu’un enseignant doit être à l’écoute de ses élèves. Il faut dire qu’en parcourant le monde, en découvrant diverses pédagogies, tant aux Etats-Unis, qu’en France en passant par le Japon, j’ai pu comprendre qu’au final, tous les élèves étaient les mêmes, qu’importe leur passé, qu’importe leur éducation ou leurs traditions: ils avaient soif d’apprendre, et ils avaient besoin qu’on les pousse au maximum. Et même si ma façon de faire n’était pas la plus confortable, je suis certain que tu me comprendrai, un jour.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyLun 19 Fév - 2:13

La rigueur n'est pas un gros mot.


J'ignore ce que j'avais eu durant la nuit, mais je n'avais pas réussi à fermer l'œil, chose qui m'arrivait rarement. J'aurais bien pu prendre un jour de congé, mais était donné que cette année était celle qui me verrait passer les BUSE en juin, je refusai, préférant prendre congé seulement quand je serais réellement malade. Pour résumé, j'avais passé ma journée de cours à moitié endormi, changeant de salle après chacun. Je n'avais même pas pris de petit déjeuner, ni même de déjeuner, je n'avais pris qu'une pomme, au matin, et elle était toujours dans mon sac, là où je l'avais cachée.

Le dernier cours de la journée n'était pas différent des autres, c'était même pire : mes paupières étaient lourdes et je menaçais de laisser ma tête tomber sur le bureau que j'occupais - pour une rare fois, au fond de la classe. En entendant mon nom, je sursautai et regardai mon professeure. Sa voix, sévère et stricte, avait réussi à me redonner un peu d'aplomb, mais pour combien de temps? J'avais raté, au moins mentalement, la moitié du cours et je me doutais qu'elle s'en était rendue compte, surtout que la totalité de la classe s'était retournée vers moi.

Je ne pouvais m'empêcher de penser que cette année, en cours de sortilèges, allait être aussi pire que la précédente. Certes, j'avais réussi à amélioré mes résultats, ce qui était vraiment bien si je considérais une des options que j'envisageais pour ma future carrière : Aurore. Par contre, elle était sur mon cas depuis maintenant plus d'un an, même si je lui donnais un peu raison de l'être, en ce dixième jours à Poudlard. Et elle avait raison : il me manquait beaucoup de rigueur, en ce moment, j'étais mou et endormi. J'allais devoir corriger ça, et pour le reste de l'année.

Si elle souhaitait me faire chier une autre année, j'allais la décevoir; je mettrai les bouchées doubles pour obtenir un Optimal en Sortilèges et revenir dans sa classe pour passer mes ASPIC et réussir à nouveau avec un Optimal. Comme si j'allais la laisser me mettre au tapis sans réagir. D'ailleurs, j'avais doublé les efforts, l'année précédente, déjà. C'était un cas rare, pour aujourd'hui, j'étais fatigué.

Je notai quand même sur un morceau de parchemin le devoir qu'elle nous demandait, elle allait les avoir ses trente centimètres de parchemin, elle allait peut-être même en avoir soixante, sur les méthodes d'immobiliser quelqu'un, même si pour le moment, je ne pensais qu'au maléfice du saucisson. En meilleur état de veille, j'aurais pu en trouver plus. Non, mais le saucisson, c'était déjà la façon la plus facile à penser.

Le cours prit fin après cela. La fatigue me décourageait face à cette année à venir, seul l'orgueil de réussir réussit à me faire ranger mes choses, même si c'était sans vigueur, et à me rendre au bureau de mon enseignante.Je me devais de m'excuser, ou je le croyais. Alors quand elle me demanda ce qu'elle pouvait faire pour moi, j'en fus un peu surpris, je pensais qu'elle savait déjà ce que je souhaitais faire.

"En fait, professeure, je tiens à m'excuser, pour aujourd'hui, ce n'est pas dans mes habitudes d'arriver ainsi en cours..."

Je laissai échapper un bâillement, malgré moi et poursuivis

"... j'ai juste eu de la difficulté à dormir, la nuit dernière. Je vais me ressaisir avant la fin de la semaine, je vous le promets."

J'attendais sa réponse, espérant qu'elle accepterait mes excuses pour mon manque de rigueur d'aujourd'hui.






(c) Kira pour Never Utopia



Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyLun 19 Fév - 21:07


La rigueur n'est pas un gros mot
10 septembre 2022 - 16h30
Devon
Je savais très bien qu’il n’était pas évident pour les élèves de me cerner. J’étais une de ces personnes qui a tendance à paraître glaciale alors qu’au fond, ce n’était qu’une façade, un masque, un costume que l’on m’avait appris à enfiler bien trop tôt dans ma vie. Petite déjà, ma grand-mère me disait que je devais savoir cacher mes émotions afin que personne ne puisse voir si j’étais touchée par une quelconque chose : paraître blessée était strictement interdit, et ne parlons pas des sentiments d’affection. Je n’avais jamais reçu le moindre geste d’affection de mes parents, alors autant dire que j’étais un peu une handicapée de l’amour. Mais j’apprenais, et c’est notamment avec Leigh-Ann que j’avais appris cela.

Alors oui, ma voix sèche, mon air parfois hautain, mes remarques cinglantes, tout cela faisait partie de ce personnage et j’ai bien conscience que cela ne faisait pas de moi un être humain très sympathique aux yeux de tous, dont toi. Heureusement, la vie fait parfois en sorte que l’on puisse découvrir autre chose venant des gens. Bien sûr, il ne fallait pas t’imaginer que j’étais une femme finalement délurée, qui faisait des embrassades à tout va et qui allait se mettre à danser un rock endiablé dès la porte de la classe refermée. Mais j’allais pouvoir être plus détendue.

Je n’aimais pas vraiment voir un élève décrocher, alors que ce dernier avait de réelles capacité. Oui, c’est bien de toi dont je parle. Je n’étais pas omnisciente, et je ne pouvais pas savoir si tel ou tel élève ferait réellement de grandes choses dans la vie. Mais je savais reconnaître un sorcier qui avait de réelles prédispositions à la magie. Alors je ne pouvais pas te laisser t’endormir et gâcher tes capacités. Là était la raison de mes remarques. Je ne savais pas comment tu le prendrais, et à vrai dire, je n’en avais pas vraiment grand chose à faire.

J’étais étonnée de te voir devant moi. Jusqu’ici, tu avais choisi de me fuir, pensant sûrement que je m’acharnais sur toi à tort. Jamais tu ne m’avais manqué de respect, et je voyais en cela une force de caractère et je ne pouvais qu’admirer cela. Je n’avais aucune honte à avouer que je voyais en certains de mes élèves des personnes qui avaient bien plus de capacités que moi, même si, à l’époque comme maintenant, j’étais tout de même plutôt douée.

C’est avec étonnement que j’accueillis tes excuses. Je ne m’étais pas attendue à cela mais je dois avouer que cela me touchait. Tu pus alors voir mes traits se détendre, et, immédiatement, un léger sourire apparut sur mon visage tandis que je t’invitais à t’asseoir:

”Asseyez-vous, Monsieur Sayre.”

Encore une fois, mes paroles pouvaient sembler sèches mais au final, tu sentais forcément dans ma voix qu’elle était légèrement différente de celle de d’habitude. Je pris à mon tour place en face de toi:

”Vous savez, vous avez le droit de ne pas être en pleine forme à longueur de temps. Il est vrai que j’ai tendance à vous secouer, mais je veux que vous sachiez que c’est uniquement parce que je considère que vous êtes un élève à fort potentiel. Vous savez, si quelque chose vous tracasse, au point de vous empêcher de dormir, vous devriez peut-être en parler … ou régler le problème.”

J’avais bien noté ta fatigue, notamment par ton baillement qui t’avait échappé. Je ne le relevais pas, tu avais fait cela assez respectueusement, ne baillant pas à pleine bouche de façon à me laisser entrevoir tes amygdales.

”Dites-moi, Monsieur Sayre, qu’est-ce qui peut empêcher un jeune homme de votre âge de dormir correctement ?”

Curiosité mal placée ? Très certainement.
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyMar 20 Fév - 1:50

La rigueur n'est pas un gros mot.


J'étais là, devant ma professeure, j'avais de la difficulté à réfléchir convenablement, mon esprit était dans un brouillard si dense. Je n'étais pas tout à fait certain d'avoir fait le bon choix en allant m'excuser.
Je détestais me retrouver devant elle, surtout seul. J'avais déjà de la difficulté à me présenter à son cours, c'était pénible de l'avoir constamment sur mon dos, épiant tous ce que je faisais. Je me disais que j'aurais réellement dû rester dans la salle commune et me déclarer malade pour la journée. Je ne me sentais vraiment pas à ma place, dans cette salle de cours et devant un enseignant qui était loin d'être parmi mes favoris.

Je m'attendais à me faire engueuler, pour avoir été trop mou durant le cours, peut-même la journée si elle avait su que je n'avais pas failli m'endormir seulement dans son cours. Mais au contraire, elle me demanda de m'asseoir. Toujours sur un ton autoritaire, mais quelque chose sonnait différent et je n'aurais su dire quoi. J'étais encore trop fatigué pour le découvrir, ou même tenter de découvrir, je me contentai de faire ce qu'on me demandait, je pris un chaise d'un bureau d'élève pour l'installer à un mètre du bureau du Professeur Posy Lewis. J'aurais quand même préféré quitter les lieux et ne pas me faire retenir ici. J'essayais tant bien que mal de rester éveillé, mais je réussissais, étonnamment. Je devais encore avoir ce regard fatigué, probablement les yeux injectés de sang également, mais je la regardais dans les yeux.

Je l'écoutais, enregistrant du mieux que je le pouvais ce que le professeur de sortilèges me disait. J'avais de la difficulté à tout saisir, mais déjà, je comprenais qu'elle m'autorisait à ne pas être toujours au meilleur de ma forme. Je lui avais pourtant promis que ce serait la seule fois de l'année, et peut-être même la dernière fois avant les ASPIC. Je refusais de laisser une si basse image de moi-même. Je me devais de me ressaisir, je ne devais compter sur personne pour le faire à ma place, ou même me secouer et me pousser à faire de plus en plus d'efforts. Par contre, je soulignai facilement son compliment, et je ne savais même pas quoi répondre. Mais je refusais de parler, me contentant de hocher la tête quand ce professeur me dit qu'il serait judicieux de parler de ce qui m'empêchait de dormir. Normalement, j'avais Gwen, pour qui je n'avais aucun secret, exception du fourchelangue.

Même que la question suivante me déstabilisa, je n'y avais même pas pensé, encore.

"Je l'ignore, en fait. Mes cauchemars ne doivent pas m'aider, et certaines situations avec les amis non plus. Mais j'ignore la cause exacte, je n'ai pas pris le temps d'y penser."

Je ne comprenais même pas pourquoi je lui en parlais, en grande partie parce que je n'en avais pas parler à Gwen, à qui je confiais tout. C'était assez drôle comme situation : je ne parlais pas à celle qui m'accompagnait dans tous mes cours, mais j'en parlais à un professeur que j'étais encore loin de porter dans mon cœur.




(c) Kira pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyMar 20 Fév - 22:42


La rigueur n'est pas un gros mot
10 septembre 2022 - 16h30
Devon
Je restais paisible face à toi, ne voulant pas te stresser davantage. Je me doutais que le fait de venir me voir, prendre ton courage à deux mains pour venir t’excuser de ton attitude et de ton manque d’attention durant ce cours, cela n’était pas bien évident pour toi. Alors je savais que mon attitude face à toi devait concorder avec les efforts que tu faisais. J’avais donc un sourire serein, un air calme et je t’écoutais avec attention, essayant de ne pas être trop sèche dans mes paroles. Mais il était parfois difficile de mettre de côté une attitude que l’on m’avait apprise à avoir.

Je voyais bien que tu n’étais pas dans ton assiette. Je n’avais pas vraiment fait attention lors de mon cours, puisqu’évidemment, j’avais d’autres élèves en même temps. Tu avais en effet les yeux marqués par la fatigue. On voyait à ta pupille que tu peinais à supporter la lumière du jour. Il fallait à tout prix que tu te reposes, tu n’avais pas le choix. J’avais connu des personnes qui avaient essayé de ne pas dormir pendant des jours et qui avaient vu leur santé en pâtir. Mais tu ne semblais pas en être à ce niveau-là … Pas encore.

”Des cauchemars ? Je ne veux pas m'immiscer dans votre vie, mais êtes-vous au courant que vous pouvez en parler à des personnes de confiance ? Je ne vous promets pas de comprendre vos états d’âme d’adolescent, mais comme vous le savez, j’ai moi-même une fille, qui a à peu près votre âge, et même si je suis consciente de la différence garçon/fille à votre âge, je pense pouvoir être une oreille attentive, voire une bonne conseillère.”

Oui, là, tu allais vraiment être déstabilisé. D’ailleurs, j’aurais pu m’étonner moi-même si j’avais agi ainsi il y a quelques années, lorsque j’avais encore un peu de mal à admettre que je pouvais être une bonne épaule pour les élèves. Il fut un temps où je n’étais qu’une enseignante, et où j’étais encore plus froide avec mes élèves. Mais avec le temps, avec l’amour de ma fille, j’avais appris à être plus sociable. Finalement, j’étais comme le fin, je me bonifiais avec le temps. .

”Sinon, si vous ne voulez pas m’en parler, vous devriez demander une potion à l’infirmerie. Je sais que très souvent, ils ont à faire à ce genre de problèmes, même si cela arrive plus souvent en période d’examens. En début d’année, c’est plus étonnant. N’avez-vous donc pas passé de bonnes vacances ?”

Oui, j’insistais peut-être. Mais je me disais que si quelque chose te tracassait à ce point, tu risquais d’être à côté de la plaque pendant bien plus d’un cours. Et si je pouvais admettre que tu ne sois pas en forme pendant quelques jours, je ne pourrais pas faire comme si de rien n’était si cela continuait. Tu n’allais tout de même pas louper tes BUSE ! C’était une année importante pour toi. D’ailleurs:

”Vous avez pris le temps de parler d’orientation avec votre directrice de maison ?”
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyMer 21 Fév - 1:57

La rigueur n'est pas un gros mot.


Assis sur la chaise, je menaçais toujours de m'endormir, malgré mes efforts pour ne pas le faire. C'était difficile, je devais être éveillé depuis trente-six heures, peut-être un peu plus, et c'était sans compter la dizaines d'heures de sommeil qu'il me manquait depuis les trois jours précédents. Et dire que je restais là, plutôt que d'aller me coucher.

Étonnamment, j'étais plutôt attentif, contrairement à toute la journée. J'écoutais, avec le peu de mots que je disais, je ne pouvais faire que ça. Évidemment, je savais que je pouvais parler, mais avec le peu de personnes à qui j'étais prêt à en parler - Gwen allait s'imaginer des trucs - se résumait à aucun. Même avec mes profs, surtout elle, je ne savais pas si je pouvais en parler. Et, à vrai dire, je ne m'attendais pas à recevoir sa proposition. Si j'étais fatigué, je ne l'étais pas assez pour cacher mon étonnement.

"Je ne sais pas quoi dire, professeur."

En fait, j'avais un peu peur de ce qu'elle penserait. Pas qu'un peu, en fait. Ces cauchemars révélaient un peu trop de choses que j'essayais de cacher depuis que j'avais appris que c'était souvent considéré de pair avec les mages noirs, jumelé avec Tom, avec qui je partageais un ancêtre commun. Je ne voulais pas qu'on me prenne pour son double ou sa réincarnation. J'étais loin d'être comme lui!

Sinon, j'avais toujours l'option des potions de somnolence, l'infirmerie était toujours prête pour des élèves dans mon cas, comme le disais mon enseignante. J'agitai doucement la tête de gauche à droite, je ne voulais pas avoir recours à cela aussi facilement, même si d'autres y allaient volontiers pour avoir cet aide sommeil. Je me devais de le reconnaître, il était rare que des élèves avaient des troubles du sommeil en début d'année. Elle était curieuse en demandant si j'avais passé de bonnes vacances d'été.

"Très belles, en fait. Comme toujours, ma mère a retardé la visite au chemin de traverse. Elle déteste le mois d'août depuis quatre ans et je la comprends, même si j'avais hâte de revoir Gwen. Cette fille est devenue comme ma sœur depuis que je la connais."

J'évitais de parler de Roxane. J'ignorais ce qui se passait avec elle, les choses changeaient, ou c'étaient mes perceptions. Certes, elle n'était plus la gamine de onze ans que j'avais rencontrée en deuxième année. J'avais à peine commencé à lui donner un peu plus de respect, dans les environs du mois d'avril dernier. Mais je n'étais pas prêt à parler de ça, non plus.

Le changement de sujet me plu, par contre. Orienter mes études pour ma carrière professionnelle. J'étais encore confus au sujet de ce que j'allais faire, surtout qu'une des options que j'envisageais était un peu incompatible avec un livre que j'avais acheté durant l'été.

"Non, nous en avons pas encore parlé, elle et moi. J'ai déjà quelques options en tête, mais je ne suis pas encore fixé. Je pense à, peut-être, revenir ici pour enseigner la métamorphose ou je ne sais quoi, j'ai juste toujours eu des bonnes notes en métamorphose, sinon j'ai songé à devenir Aurore pour le ministère de la magie ou le MACUSA."

Pourquoi pas? Si on ne voulait pas de moi au Royaume-Uni, je pouvais toujours retourné aux États-Unis, là où j'étais né. Peut-être même enseigner la métamorphose à Ilvermorny. Dire que mon nom de famille y était célèbre et que celui qui me l'avait donné était un moldu...

Et puis, j'étais là, je m'ouvrais presque à elle, malgré toutes les réticences du monde, tout l'orgueil que j'avais, mes ambitions ne valaient-elles pas plus que tout ça? Ne valait-il pas mieux que je parle de me cauchemars, plutôt que de gâcher mes BUSE à cause du manque de sommeil?

"Vous savez, pour mes cauchemars, en fait, c'est que je vois mes proches se faire attaquer, au début par un boa... j'essaie de lui dire d'arrêter, mais il continue et il grossi, atteignant les quinze mètre de long, avec quelque chose de similaire à un crête de coq sur la tête. Quand il en a fini avec sa première victime, il se retourne vers moi et... je me réveille avant de croiser son regard et mon lit est trempé de sueur."




(c) Kira pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyMer 21 Fév - 8:38


La rigueur n'est pas un gros mot
10 septembre 2022 - 16h30
Devon
Je me souviens qu’à une époque, j’étais à peu près dans le même état que toi. La différence, c’est que je n’étais pas à Poudlard à ce moment, mais enfermée dans un hôpital psychiatrique. Je pouvais remercier ma grand-mère maternelle d’avoir vécu ça … Bien sûr, cela est ironique. C’était Minerva que je devais remercier, elle qui était venue m’expliquer ce qu’il m’arrivait et qui était parvenue à convaincre mon père de me laisser partir pour Poudlard.

Personnellement, j’avais usé des potions de somnolence pendant un moment, en 1ère année. Il faut dire que les cauchemars que je faisais, suite à mon passé, m’empêchait réellement de dormir. Mais Mme Pomfresh, ayant eu vent de ce que j’avais du traverser, m’avait convoquée à l’infirmerie et m’avait expressément demandé de prendre quelque chose qui me permettrait de mieux dormir, d’un sommeil sans rêve ni cauchemar. Cela avait été des plus efficaces, et c’est bien pour cela que je t’en parlais aujourd’hui.

”Vous êtes tout de même au courant que certains sorciers sont devenus fous car ils n’arrivaient plus à dormir ?”

J’avais bien sûr conscience que cette phrase était un peu sèche, mais elle avait clairement pour objectif de te secouer et de te faire comprendre que ce qui t’arrivait n’était pas quelque chose d'anodin, puisque j’avais vraiment l’impression que tu ne prenais pas conscience de la dangerosité de l’insomnie.

”Je vois. Votre mère aime profiter de votre présence. C’est plutôt une bonne chose. Il ne s’est donc rien passé cet été qui puisse expliquer vos insomnies ? Vos cauchemars ?”

Pourquoi cela arrivait-il en ce début d’année scolaire ? Pourquoi pas en fin d’année dernière ? Non, je pensais réellement qu’il y avait un réel souci et que le jeune homme n’avait peut-être pas conscience que quelqu’un ou quelque chose avait pu déclencher cela.

”Mais il est bien que vous ayez une personne de confiance ici. Peut-être vous sentiriez-vous plus à l’aise en lui en parlant personnellement …”

Oui, il serait finalement normal que tu sois plus à l’aise avec une personne que tu considères comme ta soeur. Je ne voulais donc pas te mettre davantage mal à l’aise, et c’est pourquoi j’orientais la conversation vers ton avenir professionnel. J’appris alors que tu avais plusieurs options. Bien sûr, c’était normal à ton âge:

”C’est plutôt bien d’avoir plusieurs options. Il faudra penser à prendre rendez-vous avec votre directeur de maison. Il vous aiguillera sur les matières que vous ne devez pas louper aux BUSE. Par contre, cela vous donne deux pistes pour vos stages d’été de vos 6e et 7e année. C’est très intéressant.”

C’est alors avec surprise que je t’entends me parler de tes cauchemars. Finalement, tu te confies à moi. Alors je t’écoute avec grande attention. Et lorsque tu me parles d’un boa, je ne peux m’empêcher de penser que cela a un lien avec la maison serpentard. Il faut dire que j’ai étudié à Poudlard pendant l’une des périodes les plus noires de l’histoire de la magie anglaise.

”Etrange … En effet … Le fait de faire partie de la maison serpentard vous pose-t-il un problème ?”
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyJeu 22 Fév - 0:45

La rigueur n'est pas un gros mot.


Je ne bougeais pas vraiment, sinon c'était pour montrer un peu de malaise dans cette situation peu courante pour moi. J'étais loin d'avoir l'habitude de parler de mes problèmes, de mes peurs, de mes plans de carrière ou de mes amis avec une Professeur de Poudlard, et pour tout dire, je n'aurais jamais cru que ce serait elle qui réussirait à me faire parler, j'aurais même cru qu'elle serait la dernière à réussir cet exploit.

Je croyais qu'elle me détestait, depuis qu'elle enseignait dans cette école. Rien ne me disait qu'elle aurait une quelconque intérêt pour ce qui m'arrivait, encore moins pour ma santé mentale. Je ne cachai pas mon étonnement, j'étais trop fatigué pour le faire, mes yeux s'étaient ouverts de surprise, ce qui pouvait sembler me remettre temporairement d'aplomb pour quelques minutes.

"Ne vous en faites pas, je n'irai pas jusqu'à devenir fou, je veux juste éviter d'avoir recourt aux potions, certaines personnes sont incapables de dormir sans ça et je veux pas que ça m'arrive. Vous avez cependant raison, s'il n'y a pas d'autre moyen, j'irai à l'infirmerie."

J'étais raisonnable, au moins, mais je savais que je n'en avais pas besoin. Je n'en avais pas besoin, je réussirai à dormir sans y avoir recourt, je le savais, mais j'étais prêt à aller à l'infirmerie pour prendre cette potion si ça menaçait mes résultats aux BUSE.

Et dire que nous parlions maintenant de ma mère, de sa déception de me voir quitter la maison à chaque année pour y retourner à Noël, Pâques et durant l'été. Pour profiter de m'avoir à la maison, elle le faisait, mon père aussi, mais il était moins démonstratif.

"Ma mère me garde presque confiné à la maison, comme si je n'avais que le droit de me rendre dans la piscine, quand j'ai trop chaud, ou me chercher de la crème glacée. C'est difficile pour moi aussi de la laisser à King's cross à chaque été, elle finit par me manquer. S'est-il passé quelque chose durant l'été? Pas vraiment, tout était comme d'habitude."

Après un mois et demi, c'était Gwendolyne Griffin qui me manquait. Je n'avais aucun moyen d'avoir des contact avec elle. OK, il y avait toujours les service postaux moldu, mais c'était long, nous risquions de retourner à l'école avant de recevoir la première lettre. Je n'avais pas de hibou, j'étais plus fan des serpents que des rapaces. Gwen le savait, mais pour le côté pratique, je pensais parfois à m'acheter un Grand Duc. C'était plutôt rare, dans le coin.

"Je peux difficilement avoir plus confiance en quelqu'un d'autre qu'elle, en effet, mais il y a des choses que je n'ai pas encore osé lui dire. Pourtant elle sait tout de mes recherches sur mes ancêtres. Isolt Sayre et James Steward, fondateurs d'Ilvermorny. C'est assez drôle de dire que mes parents adoptifs sont des moldus et que j'ai quand même hérité du nom d'Isolt."

J'espérais seulement qu'elle ne connaissait pas tout sur Isolt, comme la descendance de ses deux parents. William Sayre était un descendant de Morgane Le Fay, alors que Rionach Sayre, née Gaunt, était une descendante de Serpentard lui-même. Je ne voulais pas qu'on me juge pour mes ancêtres. J'avais d'autres ambitions qu'eux, d'autres idées pour mon futurs. En fait, je préférais être comparé à Isolt et James, plutôt qu'à Morgane et Salazar Serpentard. Et je savais ce dont j'avais besoin pour y arrivé:

"Sortilèges, métamorphose, défense contre les forces du mal et potions sont des nécessité pour devenir Aurore, et il faut au moins sept mention d'efforts exceptionnels dans les ASPIC pour que le Ministère considère la candidature de quelqu'un pour le poste d'Aurore. J'ai déjà fait quelques recherches sur le sujet. J'imagine que la note Optimale est un prérequis pour enseigner une matière, que ce soit ici ou n'importe quelle école."

J'avais fini, aussi, par avoué ce qui se passait dans mes cauchemars. Chacun leur tour, ça tournait entre Gwen, mes parents et Roxane, ils se faisaient attaquer par ce serpent qui refusait de m'écouter et qui grandissait jusqu'à devenir un Basilic mâle. Encore une fois, quelques recherches sur l'animal m'avait permis de l'identifier. J'avais dû croiser une image de cet animal pour le voir dans mes songes.

"Je ne regrette en rien d'être à Serpentard, au contraire, je me vois mal dans l'une des autres maisons; je suis trop solitaire pour être à Poufsouffle, trop peu studieux pour Serdaigle et pas assez casse-cou pour Gryffondor. Je ne sais pas ce j'ai, mais cet animal me fait peur."

Et encore là, elle n'avait pas relevé que je parlais à ce serpent dans mes mauvais rêves. Je lui disais d'arrêter, chose qu'il ne faisait pas. Je ne voulais pas qu'elle se doute de ma capacité au fourchelangue, il fallait éviter que ça s'ébruite. Putain d'héritage de Serpentard!




(c) Kira pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyJeu 22 Fév - 22:18


La rigueur n'est pas un gros mot
10 septembre 2022 - 16h30
Devon
Mon but n’était pas de copiner avec les élèves de Poudlard, bien au contraire. Je considérais que les enseignants devaient apprendre à garder une certaine distance avec leurs camarades, et bien évidemment qu’ils devaient servir de modèle. Nous étions les adultes, et eux, ils étaient des adultes en devenir. Nous les formions à devenir les futurs citoyens de notre monde, et pour cela, nous avions des responsabilités des plus importantes.

Ma façon de me comporter en classe était donc en particulier pour faire comprendre à mes élèves que dans le futur, ils allaient être confronté à leurs supérieurs, leurs patrons, qui se comporteraient de cette façon-là aussi. En effet, il y avait des règles à respecter, et tant que l’on ne gravissait pas les échelons, on devait montrer un grand respect pour les personnes qui étaient déjà en haut. D’ailleurs, même pour les autres il fallait en avoir, et je veillais à ce que pendant mes cours, chacun se respecte de la même manière.

”Je comprends, mais sachez que l’infirmière connait très bien son travail et qu’elle commencera avec des potions n’entraînant aucune accoutumance ni dépendance. Mais encore une fois, c’est vous qui voyez.”

C’était étonnant que je me sente aussi vite à l’aise dans le rôle d’une directrice de maison. Oh, certes, je n’étais pas celle de serpentard, mais on comprend vite que l’on doit avoir un comportement similaire même avec les autres élèves. Finalement, je m’accoutumais à être en quelques sorte une guide, et je me rendais compte que Leigh-Ann avait entièrement raison lorsqu’elle me disait que je me sous-estimais sur ce point. Bien sûr, jamais je ne l’avourais devant un élève comme toi, mais c’était déjà beaucoup que je me l’avoue à moi-même.

”L’amour d’une mère est inquantifiable, Monsieur Sayre, et elles aiment à leur façon.”

Je ne savais trop bien que ce que c’était d’être trop protectrice, voire trop possessive. Néanmoins, ce que tu me dis par la suite piqua ma curiosité.

”J’avoue que je n’avais jamais fait le rapport. J’ai enseigné durant quelques année à Ilvermorny, et j’ai donc appris quelques petites choses sur l’histoire de sa fondation … Je ne suis pas une spécialiste, mais … Isolt Sayre était le neuveu d’un Gaunt, non ?”

Cela faisait bien des années que je n’avais pas eu l’occasion de me replonger dans les livres théoriques sur l’histoire des grandes familles sorcières. Mais il fut un temps où cela me passionnait, et mes connaissances étaient donc plutôt développées sur le thème.

”Vous avez clairement les capacités d’obtenir les efforts exceptionnels requis. Il faut juste que vous compreniez que la concentration est la clé de toute chose, ainsi que la confiance en soi. Pour les sortilèges, je ne me fais pas de soucis. Vous avez des résultats tout à fait respectable, et je préfère vous dire que le niveau que je demande en cours est bien supérieur à ce qui est demandé en BUSE.”

Je ne cachais pas le fait que je demandais toujours beaucoup de mes élèves. Je préférais que ces derniers peinent en donnant le meilleur d’eux-mêmes, et soient fiers de leurs résultats aux examens finaux.

Tes cauchemars … Je ne fis pas le lien avec la descendance de serpentard, tout simplement car je ne me focalisais pas là-dessus. Si on m’avait titillé l’oreille, j’aurais bien sûr fait le rapprochement, mais pour le moment, je me disais qu’en fait, dans tes cauchemars, le Boa était la métaphore de toi-même.

”Vous devriez peut-être en parler au professeur de divination … A moins que tout simplement, ce soit un manque de confiance en vous. Vous seriez le Boa dans votre rêve, ou du moins ce serait la métaphore de votre subconscient, tandis que la forme matérialisée serait votre conscience … Je ne suis pas douée en psychologie.”

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyVen 23 Fév - 3:39

La rigueur n'est pas un gros mot.


C'était maintenant pénible de rester assis et de discuter, malgré toute la distance, j'entendais mon oreiller m'appeler. Je voulais dormir et, pour une fois, je me sentais mieux avant d'aller me coucher. Peut-être que ma professeure avait eu raison : parler était soulageant. Il ne fallait pas que j'en prenne l'habitude, mais si au moins je pouvais bien dormir durant les prochaines nuits, ça aurait valu la peine.

Mais j'étais quand même attentif, au moins le plus attentif que je pouvais être. Surtout que nous parlions de mes problèmes de sommeil et des solutions à trouver. Le potions étaient une option que je refusais d'utiliser, malgré que je sus que l'infirmière n'utiliserait pas une mixture causant accoutumance et dépendance.

"J'ai conscience qu'elle n'utilisera pas quelque chose qui va me rendre accro, mais je tiens quand même à utiliser cette solution en dernier recourt. Je peux faire autre chose, j'imagine, avant d'en arriver là."

Mais quoi? Je ne trouvais pas, je n'arrivais pas à réfléchir, la seule chose à laquelle je pensais, c'était d'aller au lit, sans même manger. Heureusement que ma mère ignorait ma situation, elle me ferait rapatrier à la maison. Je voulais, par contre, rester à l'école, c'était un peu devenu la maison pour moi, comme pour bien d'autre. J'étais bien ici, en dehors des récents cauchemars, et malgré tout son amour pour moi, ma mère ne m'écouterait probablement pas sur mon désir de rester à Poudlard.

"L'amour d'un fils est comme celui d'une mère : immensurable et inconditionnel. Que ce soit ma mère ou mon père, je les aimes du plus profond de mon cœur, même chose pour mes amis."

Même si l'une d'entre eux me distrayait parfois de mes cours. Une autre, je révélais tout, ou presque. Je ne lui avais pas encore mentionné pouvoir parler aux serpents - je n'allais probablement jamais le faire - ni mentionner le nouveau regard que je portais sur une autre, j'allais être peu crédible avec le tas de fois que nous nous étions disputer ou que javais manqué de respect. Je lui avais quand même avoué mes origines, le noms de mes ancêtres Isolt et James.

"Isolt? C'était une femme très appréciée quand elle a fondé Ilvermorny avec son mari, mais oui, sa tante, Gormlaith était une Gaunt. Sa mère, Rionach, portait le nom des Gaunt avant de se marier avec William Sayre. La seule de ses filles à avoir eu des enfants était une née-sorcier, elle n'avait aucun talent magique. Isolt et James ont nommé leurs deux filles d'après les grands-mère des petites, Rionach Steward a enseigné à Ilvermorny et Martha s'est mariée avec un amérindien."

Après tout, j'avais appris à bien connaître l'histoire de mes ancêtres. C'était dans mes veines. Oui, je descendais d'une née-sorcier, je n'en avais pas honte, et de ce fait, d'un né-moldu. Le talent magique étant réapparut dans la lignée je ne sais trop quand selon les informations que j'avais obtenues du MACUSA. Ma mère biologique avait, finalement, hérité du sang de Isold et James et était décédée en me donnant la vie, dans un hôpital moldu d'Adams, au Massachusetts. J'avais été adopté et j'avais déménagé à Londres avant mes deux ans, ce qui m'avait valu une place à Poudlard plutôt qu'Ilvermorny.

"Je suis étonné que vous ayez enseigné à Ilvermorny, je ne croyais pas que vous avez enseigné où que ce soit avant ici. Je vous avoue que si je n'avais pas été adopté, j'y aurais fait mes études, je suis né tout près de l'école."

Par contre, Ilvermorny, étant moins élitiste que Poudlard, je n'aurais peut-être pas eu d'aussi bon résultat. La pression que me laissaient certains prof, dont Professeure Lewis, me motivait à donner plus, et mon orgueil ne m'aidait pas à vouloir me contenter que de la note de passage, l'ambition me poussait à être le meilleur.

"Respectable n'est pas suffisant pour moi, ça signifie un "A" aux BUSE. Je veux un "O," ni plus ni moins."

Mais ce n'était pas en évitant de dormir que j'allais réussir à obtenir de si bon résultat. Mes cauchemars ne m'aidaient pas, le Basilic ne m'aidait pas. Les victimes qu'il choisissait... c'était surtout ça qui m'empêchait de m'endormir, je refusais de les voir et les revoir souffrir.

"Je ne sais pas si c'est ça, Professeure, il y a tellement de chose à considérer. Les victimes que ce serpent se choisit sont des amis proches ou mes parents. Ou elle. Je ne sais même pas comment réagir, quand c'est cette amie qu'il attaque, et quand je me réveille, je pleurs malgré moi, parce que j'étais incapable de faire quoi que ce soit."




(c) Kira pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyVen 23 Fév - 21:47


La rigueur n'est pas un gros mot
10 septembre 2022 - 16h30
Devon
La fatigue semblait vraiment te peser et je ne pouvais m’empêcher d’avoir le coeur serré en te voyant. Oui, j’étais une femme stricte, qui passait souvent pour une sorte de reine des glaces qui avait bien trop d’exigence. Mais le temps passait et, doucement, Poudlard m’apprivoisait. C’était une chose que les autres écoles n’avaient pas réussi à faire, et c’était sans doute pour cela que je changeais de pays tous les deux ans. Mais je me posais enfin, déjà pour Leigh, et ensuite pour moi-même.

Il fallait pas que je te garde plus longtemps ici même si, en y réfléchissant bien, c’était toi qui étais venu et donc tu partais lorsque tu en avais envie. Notre conversation sur les potions de somnolence tourna cours, je comprenais totalement que tu ne veuilles avoir recours à cela que si réellement, tu n’avais pas le choix. J’étais différente sur ce point, n’hésitant pas à user des potions lorsque j’en ressentais le besoin.

J’aimais entendre qu’un enfant aimait forcément ses parents, même s’il m’avait fallu du temps pour m’en rendre compte. Bien sûr, petite, j’étais attachée à mes parents même si ces derniers ne me démontraient pas leur affection, et encore moins lorsqu’on découvrit que j’étais une sorcière. Mais aujourd’hui, je découvrais la chance d’être mère, et tout ce qui allait avec. Je comprenais qu’un parent, biologique ou adoptif, était forcément dévoué à son enfant. Je parle bien de parent, et non de géniteur.

”Eh bien, le moins que l’on puisse dire, c’est que vous avez travaillé sur votre arbre généalogique.”

Si tu n’avais pas été dans cet état-là, j’aurais peut-être rebondi sur ton adoption, je t’aurais sans doute demandé comment tu l’avais appris et ce que tu pensais de cela. Mais pour le moment, je pensais que tu devais aller te reposer. Peut-être que très bientôt, je reviendrai te voir pour t’en parler. Pour cela, il fallait que j’accepte qu’un simple élève puisse m’être de bon conseil. Un sourire apparut sur mon visage tandis que tu m’avouas que cela t’étonnait que je puisse avoir enseigné avant.

”Je ne sais pas comment je dois le prendre, Monsieur Sayre … Vous trouvez peut-être que ma pédagogie est particulière ? Vous seriez étonné dans ce cas-là de vous retrouver par exemple à Beauxbâtons, où les enseignants ont cette façon de faire. A vrai dire, j’ai changé d’école à peu près tous les deux ans. J’ai enseigné dans une petite dizaine d’écoles.”

Il est vrai que je n’en parlais jamais à mes élèves, restant quelqu’un de très pragmatique. Hochant la tête lorsque tu me parlas d’avoir un O:

”Alors il va falloir vous reposer. Et si j’étais vous, je le ferais dès ce soir. Mettons les potions de côté, il paraît que l’air frais et le sport aident à se vider l’esprit. Peut-être devriez-vous vous balader sur un balai avant d’aller vous coucher ?”

Une idée comme une autre.

”Si cela continue, Monsieur Sayre, je devrais en référer au professeur Vablinzky. Il se peut que ce soit quelque chose de psychologique, et dans ce cas, seul le temps pourra vous aider. Mais si cela signifie autre chose … Allez vous reposer. Nous en rediscuterons très bientôt.”

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyVen 23 Fév - 23:53

La rigueur n'est pas un gros mot.

 

J'étais un peu borné, surtout par orgueil, je refusais de prendre quoi que ce soit pour m'aider à dormir paisiblement. Je n'étais pas orgueilleux comme ça pour rien, et j'étais à Serpentard en partie pour cette qualité. Je m'efforçais au moins de ne pas avoir un orgueil mal placé, j'étais quand même capable de m'excuser quand je commettais des torts à quelqu'un, comme je l'avais fait à la fin du cours.

Je dois l'avouer : j'avais préféré parler de ma généalogie, des recherches qui m'avaient pris un été en entier, et une partie de la seconde année pour finalement apprendre qu'Isolt était une descendante de Salazar Serpentard.

"J'y ai passé du temps, quand j'ai voulu connaître mes origines magiques. J'ai eu de la chance que ma mère biologique était une sorcière et que ce ne soit pas mon père biologique, mon certificat de naissance du Massachusetts affichait que mon père était inconnu. En suivant la trace de mes grands-parents, et de leurs parents, je suis remonté jusqu'à Isolt Sayre et William Steward, dans les dossiers du MACUSA. Quand je suis revenu à Poudlard, j'ai fait des recherche sur Isolt, James et Ilvermorny."

Si je n'avais aucun problème à parler d'Isolt et James, je refusais de remonter l'arbre généalogique d'Isolt dans mes explications, je refusais d'avouer à tout le monde que j'étais le descendant de Morgane Le Fay, Salazar Serpentard et Cadmus Pevrell. Ils avaient tous les trois commis ce que je qualifiais d'erreurs et, même si j'en faisais aussi, je ne voulais pas qu'on m'associe à eux.

Parmi mes erreur, une mauvaise formulation de ce que je voulais dire au sujet du Professeur Lewis. J'avais mentionné que je ne croyais pas qu'elle avait enseigné ailleurs, mais c'était surtout autre chose que je voulais dire dans cette phrase, je ne voulais surtout pas offusquer celle qui m'enseignait, elle allait se mettre sur mon cas encore plus que maintenant.

"Je voulais dire que je suis étonné parce que c'est la première fois que j'entends parler d'immigration chez les sorciers."

Je ne voulais surtout pas dire qu'elle était chiante à regarder constamment ce que je faisais dans son cours, même si c'était vrai, elle allait me le remettre pendant trop longtemps. Déjà que j'étais prêt à tout supporter pour obtenir un O en sortilèges.

"Oui, je sais, je dois dormir, mais je crois que j'ai encore un cours d'astronomie, à 21h, ça va devoir attendre pour dormir et il faudrait bien que je mange quelque chose avant, je n'ai rien avalé de la journée. Pour les sports, je crois pas, je n'ai pas de balais et je n'ai jamais aimé faire du sport, pas même du foot quand j'étudiais encore chez les moldus, j'y ai jamais été doué."

Pour mes cauchemar :

"Vous pouvez en parler, même si je refusais que vous le fassiez, vous êtes en autorité de le faire."

Je me levai, doucement, je ne voulais surtout pas qu'elle me croit pressé de quitter les lieux, même si c'était un peu le cas.

"Bonne soirée, Professeur, et au prochain cours."

En souhaitant ne pas la recroiser d'ici là.



(c) Kira pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Le choixpeau magiqueHistoria PactumLe choixpeau magique
Maitre du jeu
Exp : 1427
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : les chapeau n'ont pas de baguette
Photomaton : La rigueur n'est pas un gros mot # Devon 3267122442_1_3_oMmgz4Wk
Célébrité : Le choixpeau magique
Parchemins : 5061
J'aime : 112
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon EmptyJeu 15 Mar - 14:52

Mise en danger des membres
ne me quitte pas ♫
«Mise en danger pour cause d'innactivité »

Votre sujet n'a pas eu de réponse depuis plus de 2 semaine ! Sans réponse d'ici le 30/03, celui-ci sera archivé !


100x100

délai

10 jours pour terminée ta fiche, 10 jours après validation pour faire tes fiches et ton premier RP.
100x100

Inactivité.

1 rp demander par quinzaine, ne pas laisser un sujet délaissée plus de 15 jours.
100x100

Absence

merci de signalé toute absence dans la section prévue à cet effet.

©️️ Narja - Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
MessageSujet: Re: La rigueur n'est pas un gros mot # Devon   La rigueur n'est pas un gros mot # Devon Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

La rigueur n'est pas un gros mot # Devon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 0 [été 2022 - juin 2023]-