RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
Le Deal du moment :
Abonnement 12 mois Nintendo Switch Online
Voir le deal
15.99 €

Partagez
 

 Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyVen 2 Mar - 21:37


Un bobo ? Une friandise !
12 septembre 2022 - 16h30
Leigh-Ann
J’étais contente d’avoir pu me rendre à Pré-au-Lard, sans avoir à encadrer les élèves. Mais je savais que pour la prochaine, je devrais forcément en être de la partie. Non pas que je n’aimais pas cela, enfin si … Devoir vérifier qu’aucun élève mineur ne se rende dans les endroits peu recommandés du village, s’assurer que chacun avait bien l’autorisation de ses parents, attendre chaque élève à la fin de la journée pour punir les retardataires … Soyons clairs, ces trois choses n’avaient rien d’excitants ! Surtout que les trois quart du temps, certains essayaient tout de même de passer entre les mailles du filet.

Néanmoins, je n’étais pas restée de longues heures et pour cause. J’avais du te laisser dans mes appartements parce que tu étais souffrante. Rien de bien grave, un mal de ventre dû certainement à l’arrivée de la mauvaise période du mois, mais j’avais quand même une petite appréhension. C’est ça, quand on est mère. On s’inquiète au moindre bobo de notre enfant, même si on fait comme si tout allait bien. J’étais donc allée te chercher un peu de tous les bonbons qu’Honeydukes commercialisait, espérant que cela égaierait ta journée. Je savais que tu avais une certaine passion pour ces petites friandises, et j’espérais d’ailleurs que nous dégusterions cela tous les deux.

Arrivée dans le château, je grimpais immédiatement les escaliers afin de te rejoindre. Poussant la porte de mes appartements, je te vis allongée tranquillement. Tu semblais encore dormir, et je me dis que la potion que je t’avais donnée avait donc fait effet. M’approchant doucement de toi, je t’embrassais sur le front, délicatement. J’essayais de ne pas faire de bruit mais je me doutais que ce geste risquait de t’éveiller. Je restais quelques secondes à t’observer, comme émerveillée. J’étais fière de ce que tu étais devenue. Tu étais devenue une magnifique jeune fille.

Me reculant doucement, je posais le paquet de bonbons sur le bureau lorsque je t’entendis. Surprise, je me tournais vers toi, tenant toujours les friandises:

Surprise !”

Revenant vers toi, je te tendais mon petit cadeau.

J’ai croisé Azur à Pré-au-Lard, elle t’embrasse. Tu vas mieux ?”

Même si j’essayais de ne pas paraître inquiète, mon regard parlait pour moi.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyLun 5 Mar - 3:33


Un bobo ? Une friandise!
“La tortue est la plus sage car elle transporte sa maison et tout ceux qu'elle aime par la même occasion!”
J'étais déçu de ne pas pouvoir me rendre à Pré-au-Lard. J'étais fan des sorties et puis j'aurais pu y aller avec Azur, ma meilleure amie. Après, il y avait bien ma mère qui y allait, comme elle était enseignante. Ça m'aurait fait d'autant plus plaisir! Il était vrai que ce n'était pas toujours rose ni de la tartre d'être l'enfant d'une enseignante auprès de mes camarades de classes. Il m'arrivait comme tout le monde de faire des mauvais coups, mais j'étais certes en général très sage. Il restait néanmoins que je restais discrète et plus posée lorsque ma mère était de sortie avec nous. Quoique cela ne m'empêchait guère de lâcher mon fou, de m'amuser et rigoler! Au contraire, quant à moi, ma mère était une bonne professeure, mais aussi amusante!

Toutefois, je n'avais pas pu y aller, à cette sortie, cette fois-ci. J'étais mal en point. J'avais mal au ventre. C'était des crampes dûes à mes menstruations. Ô la la! Comme je détestais cela. J'étais d'autant plus irritable que souffrante. Avec ma mère, j'avais décidé de rester à la maison, pour me reposer et reprendre des forces. Ça m'évitait de me fatiguer pour rien et de reprendre de l'énergie et des ressources pour les prochains jours d'école. Je n'étais pas très studieuse, mais j'aimais tout de même avoir de bonnes notes et de l'attention en classe! Déjà que je n'en avais pas tellement. Lunatique et moi, étions de bons amis! Je n'avais aucune idée si ma mère savait à quel point je n'écoutais pas suffisamment en classe et à quel point j'étais souvent dans la lune, mais à tout le moins, elle se montrait fière de moi et compréhensive à bien des égards et la majorité du temps.

J'étais tout de même très déçue et triste de rester allongée dans mon lit. J'en avais tout de même trouvé un sommeil réparateur. Sans agitation et j'étais endormie lorsque maman arriva au pied de mon lit. Jeme réveillai qu'au moment où elle venait de déposer un baiser sur mon front et qu'elle s'était reculée, bien assise sur mon lit. Elle était si douce et souriante, en ce moment. Ça avait dû être une bonne sortie, pensais-je en ouvrant les yeux aussitôt. Je retournai la tête au moment où elle me dit : «surprise!» Je souriai immédiatement. Un rictus sympathique et rayonnant. Merci! Dis-je aussitôttrès reconnaisssante. Je regardai le sac de bonbons et tendis la main pour faire signe à ma mère de m'en donner quelques- uns afin d'y goûter. Ainsi, nous pourrions les partager ensemble en même temps qu'elle me raconte sa journée et la sortie. Elle me dit qu'elle avait vu Azur et me demanda comment j'allais, si ça allait mieux. Elle était fidèle à elle-même. Un air inquiet accroché à son front.

Comment va-t-elle?dis-je avec curiosité? Oui ça va mieux, merci maman. Fis-je délicatement.

Toi ça va? Lui demandais-je à mon tour septique et inquiète. J'aimais bien veiller sur elle, moi aussi. Racontes-moi tout, fis-je avec enthousiasme, tout en prenant une friandise dans ma bouche. Je grimaçai aussitôt, c'était succulent, mais vivement acidulé.
code by bat'phanie


Dernière édition par Leigh-Ann Posy le Lun 12 Mar - 3:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyLun 5 Mar - 22:31


Un bobo ? Une friandise !
12 septembre 2022 - 16h30
Leigh-Ann
Ma fille … Tu étais très clairement la personne la plus importante de ma vie, et je ne savais pas ce que je serai réellement devenue sans toi. Sûrement une femme acariâtre, encore moins sociable et bien plus glaciale. Mais ton regard qui s’était posé sur moi il y a plus de quinze ans avait totalement fait fondre mon coeur de glace. Souvent, je me remémore ce moment où j’ai entendu hurler dans un local poubelle, lorsque je me suis demandée si j’étais, ou non, en train de rêver. J’avais poussé cette porte et tes deux petites billes m’avaient tout de suite subjuguée. Je t’avais alors pris dans mes bras, je t’avais calmé, et je t’avais promis que je ne te laisserais plus jamais seule … Et j’avais tenu ma promesse. Alors bien sûr, j’avais conscience qu’un jour tu volerais de tes propres ailes. Mais j’aimais à penser que cela serait le plus tard possible, me disant que, de toute façon, aucun homme ou aucune femme n’arrivait à ta cheville pour t’enlever à moi. Et pourtant, j’étais consciente que d’ici quelques temps, tu me tournerais le dos … Du moins, c’était ce que j’imaginais lorsque tu apprendrais la vérité.

Te tendant le paquet de bonbons, je vins m’installer à tes côtés. J’étais bien décidée à profiter au maximum de ta présence dans mes appartements pour la soirée. Je ne savais même pas si tu rentrerais au dortoir ce soir, mais cela n’était pas grave, puisque bien évidemment, je te laisserai une place dans mon lit. Après tout, les appartements à Poudlard appartenaient aux professeurs et si tu en avais besoin, tu avais le droit de rester avec moi. C’était un des privilèges à être enseignant.

Piochant dans ton paquet un suçacide, je répondis à tes diverses questions.

”Elle va bien, ma puce. Disons qu’elle aura peut-être besoin que tu l’aides à s’affirmer comme capitaine de l’équipe de quidditch, elle appréhende de devoir dire non à certains. J’ai essayé de la rassurer, mais je pense que tu auras bien plus d’impact que moi.”

Et je mis le suçacide dans ma bouche. J’étais rassurée que tu ailles mieux et tu pus le voir à mes traits qui se détendaient. Je savais très bien que cette horreur qui nous arrivait une fois par mois était des plus douloureux, et même si, de mon côté, je n’avais pas énormément de problème à ce niveau, je savais que nous n’avions pas toutes la même chance.

Grimaçant sous l’acidité de la friandise, j’attendis un moment avant de répondre à ta deuxième question:

”Oh, moi, tu sais … Ta vieille mère ça va toujours … Surtout lorsqu’elle partage un paquet de bonbons avec sa magnifique fille.”

Je te souris doucement et je pose ma main sur la tienne.

”Tu voudras rester ici ou tu retourneras dans ton dortoir ? C’est comme tu veux, ne crois pas que si je te fais de tels yeux doux, c’est pour t’encourager à rester. Mais sache que tu as tout à fait le droit.”

Oui, je ne peux pas m’empêcher d’espérer passer une soirée en ta compagnie. Il faut dire qu’après les deux mois de vacances, ça fait bizarre d’être de nouveau séparée.

”Je ne t’ai pas demandé, mais tu as pu papoter un peu avec les élèves de Durmstrang et de Beauxbatons ?”
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyDim 11 Mar - 20:43


Un bobo ? Une friandise!
“La tortue est la plus sage car elle transporte sa maison et tout ceux qu'elle aime par la même occasion!”
J'étais le genre de fille assez proche de sa mère. Cela pouvait paraître surprenant pour une jeune fille de mon âge, mais j'aimais bien passer du temps avec elle. Elle m'amusait et j'avais vraisemblablement le sentiment d'être compris. Si bien que nous nous chicanions rarement et que je pouvais souvent te demander conseil, maman!  J'avais l'impression que nous avions aucun secrets l'unes pour l'autre.   Enfin si, bien quelques uns, mais rien qui nous créait de fossé entre nous. Je ne pouvais tout de même pas lui raconter tous les potins, mes béguins ni mêmes mes erreurs. J'étais bien une adolescente comme les autres qui essai de prendre de l'autonomie avec son petit jardin secret. Dans tous les cas, j'étais sans doute une enfant agréable à élevé et aimer et tu étais pour moi chère mère, une personne très chère à mon cœur, un guide et modèle, mais aussi une fierté pour moi. J'étais si contente et fière d'être ta fille, bien que nous n'étions pas de la même maison!

Ainsi, après cette sortie, tu étais rapidement venue me voir. J'étais rassurée par la présence de ma mère! Qui ne le serait pas... En fait, oui je savais bien que certaine personne pouvait ne pas apprécier et être confortable avec la présence de leurs parents. Dans tous les cas, je posais rapidement de nombreuses questions, de manière enthousiasme. Je m'extirpai assez vite de mon sommeil et de mes airs souffrants à la suite de cette mauvaise semaine mensuelle! Je savais déjà que nous allions passé une bonne partie du reste de la soirée ensemble et peut-être même de la nuit. J'étais si confortable dans ses appartements-ci et dans ce lit. Je m'étais si bien installée, d'ailleurs toi maman, tu m'avais si bien bordée et dorloter au lit avant de partir que je n'avais pas eu à sortir du lit de tout ce temps.

Tu me répondis que Azur allait bien, comme je te posais la question. Elle aurait semble-t-il besoin que je l'aide concernant le quidditch. Je fis des yeux compatissant et rigolai dû au commentaire de ma mère concernant leur échange. Il faut qu'elle se montre ferme et directive, comme avec les sortilèges, fis-je avec vigueur. Puis, je riai finement à ma blague. Je l'aiderai, promis-je en souriant.

J'allais mieux et je retournai la question. J'appris que ma «vieille mère», comme elle dit, allait bien, surtout du fait que nous mangions des bonbons ensemble. Je pouffai de rire, puis roulai les yeux, pour faire suite à mon opinion en tête que j'exprimai: ta magnifique fille tout rabougri du fait d'être dans sa semaine de fille et d'être trop lâche et faible pour faire une sortie! Fis-je exaspérée et honteuse. Je repris une poignée de bonbon m'empiffrant presque avec ardeur.

Maman me prit la main. Elle me demanda si je voulais rester ou aller au dortoir ce soir. Elle me rassura quant à mon droit de rester, mais aussi sur mon possible choix, bien qu'elle avait de beaux yeux doux, comme elle le disait si bien. Je souris, bien amusée! Tu me laisses réellement le choix avec cet air de chat botté, fis-je pour la taquiner. Je compte rester, si tu veux bien, mais j'avais dis à Azur que je passerai lui piquer une jasette avant d'aller au lit pour la nuit si j'allais mieux, ça t'ennuie, demandais-je.

”Je ne t’ai pas demandé, mais tu as pu papoter un peu avec les élèves de Durmstrang et de Beauxbatons ?”  me demanda-t-elle soudainement. Je hochai la tête terminant une bouchée de bonbons que je venais de me régaler. Puis répondis: Non pourquoi? Ça t'inquiète, dis-je, surprise. Quant à moi, ça ne me dérange pas tellement, enfin, pas en ce moment même.
code by bat'phanie


Dernière édition par Leigh-Ann Posy le Jeu 22 Mar - 1:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyMer 14 Mar - 23:07


Un bobo ? Une friandise !
12 septembre 2022 - 16h30
Leigh-Ann
Depuis quelques temps, mon esprit cogitait pas mal. Il faut dire que je savais que l’évènement que je redoutais le plus allait bientôt venir chambouler ta vie: bientôt, je t’apprendrai que tu n’étais pas ma fille biologique. Comment allais-tu réagir ? Je l’ignorais … Je m’étais répétée ce moment tellement souvent que j’avais des tas de scénarios en tête. Du plus optimiste, où tu me disais simplement que tu l’avais toujours su et que cela n’avait aucune importance, car ta mère, c’était moi, et que tes géniteurs n’étaient rien pour toi, au plus pessimiste, où tu partais, sans un mot, le regard haineux. J’étais littéralement tétanisée par cette idée, et c’est bien pour cela que je repoussais au maximum ce moment. Et ce n’était pas aujourd’hui que j’allais t’annoncer cela.

Alors forcément, en ce moment, je faisais tout pour passer le maximum de temps avec toi, avec bien évidemment que du positif. Je me disais que peut-être que le souvenir de ces instants pèserait dans la balance lorsque le drame se produirait.

Après avoir parlé d’Azur, je reconnus bien ta malice lorsque, en riant, tu me dis qu’elle devait se montrer ferme et directive. Ce n’était pas du tout ton tempérament, donc je compris immédiatement que tu plaisantais.

”Mais bien sûr … Je vous vois bien vous transformer en hyène de Poufsouffle ... “

Te dis-je avec un sourire non dissimulé. Il faut dire que je commençais à bien vous connaître toutes les deux, et vous n’étiez pas du tout du genre à faire régner la terreur sur le château. D’autres s’en sortaient bien mieux pour cela.

Grimaçant lorsque tu me dis que tu étais lâche et faible, je posais mon regard dans le tien, et, avec une infinie tendresse, je replaçais une mèche blonde derrière ton oreille.

”Ne dis pas ça, chérie … Beaucoup de femmes sont dans cet état, crois-moi. J’avais une amie, à Poudlard, qui ne pouvait pas bouger de son lit pendant trois jours. Ste Mangouste envoyait très régulièrement des potions d’une force qu’on n’imaginait pas. Cela l’endormait, et c’était mieux, vu à quel point elle souffrait.”

Je ne sais si prendre cet exemple réel allait t’aider, mais je me disais que savoir que certaines femmes étaient dans des états encore plus graves que toi pourrait te faire comprendre que ce n’était ni de la lâcheté, ni de la faiblesse.

Effectivement, le regard que je portais sur toi ne pouvait que te montrer que j’avais envie de te garder près de moi. Je n’aurais pas aimé te savoir souffrir, même si cela allait un peu mieux. Je n’aurais pas pu dormir tranquillement. Alors bien sûr, lorsque tu me demandas si tu pouvais aller papoter avec ta meilleure amie avant de te coucher, j’étais absolument incapable de te dire non.

”Bien sûr … Mais tu reviens avant 22h car tu sais que le couvre-feu est à cette heure-là.”

J’avais beau être avec toi, j’étais incapable de ne pas me montrer strict d’un point de vue du règlement. Je m’intéressais alors à l’arrivée des autres écoles:

”Non, du tout, mais je me demandais si certains de tes amis faisaient partie de la délégation. Peut-être même que certains ont mis leur nom dans la coupe !”
©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyJeu 22 Mar - 2:42


Un bobo ? Une friandise!
“La tortue est la plus sage car elle transporte sa maison et tout ceux qu'elle aime par la même occasion!”

Avoir une mère comme la miennes, c'était une chance inouïe. J'étais fière d'elle, en pleine admiration. C'était sans doute pour cela que je m'entendais si bien avec elle et qu'elle ne me dérangeait jamais. Je ne cherchais pas à être loin de ma mère comme les autres sorciers de mon âge. Elle était une si bonne sorcière. J'étais fière d'avoir cette appartenance auprès d'elle et d'être la chaire de sa chaire. J'avais beau ne pas avoir de père dans le décor. Cela ne me dérangeais pas du tout, je ne manquais de rien et je trouvais cet homme stupide de nous avoir laissé, elle et moi. Nous étions deux femmes superbes et de bonnes personnes. Ma mère me l'avait sans cesse répété, pour s'assurer que je n'en souffre pas. Elle avait fait un travail remarquable! Nous étions en train de discuter de ma meilleure amie. C'était agréable de pouvoir en parler, comme elle la connaissait. Elle l'aimait bien! Azur était de la même maison que moi. Washhh des hyènes. Fis-je en grimaçant et en rigolant. Il est vrai qu'Azur et moi n'étions pas du tout comme ça. Nous étions plutôt du genre bonne amie, on gagnait à nous connaître et je disais tout de même sans avoir un trop grand ego, si si, c'est sincère!

Puis, je me plaignais sur ma situation, mais aussi sur ma façon d'affronter cette mauvaise semaine. Je m'en voulais, j'étais honteuse. Après, ce changement brusque d'hormones et ces crampes, faisaient en sorte que j'étais davantage à fleur de peau et moins confiante quant à ma personne. Ma mère me dit, je l'écoutai avec attention :  ”Ne dis pas ça, chérie … Beaucoup de femmes sont dans cet état, crois-moi. J’avais une amie, à Poudlard, qui ne pouvait pas bouger de son lit pendant trois jours. Ste Mangouste envoyait très régulièrement des potions d’une force qu’on n’imaginait pas. Cela l’endormait, et c’était mieux, vu à quel point elle souffrait.” Ôôôô mince alors! Fis-je surprise. Je pris une profonde inspiration tout en ravalant ma salive. Je pris une pause histoire d'absorber cette histoire. J'avais beaucoup d'empathie et j'étais sensible comme fille. Tu as surement raison, je vais t'écouter et être indulgente et patiente fis-je en souriant délicatement.

Finalement, je t'avais partager ma petite idée pour rejoindre Azur. Tu me répondis qu'il n'y avait pas de problème, mais de ne pas tarder et dépasser le couvre-feu de 22h.  J'acquiesçai de la tête, affirmativement. Pas de soucis maman. Fis-je enthousiasme et amusée. Je n'étais pas du tout offensée. Après tout, je n'aimais pas avoir des ennuis et parfois, j'étais tête en l'air. Je n'avais pas une très bonne notion du temps et je ne comptais pas sur le fait d'être la fille d'une professeure pour m'en sortir sans conséquence. Évidemment, à Poudlard, les traitements étaient assez juste, bien que certains essayaient d'y échapper, certains snob à mon avis. Bref!

”Non, du tout, mais je me demandais si certains de tes amis faisaient partie de la délégation. Peut-être même que certains ont mis leur nom dans la coupe !”   me répondis-tu suite à ma question. À moi de te répondre alors: Oui il en a bien quelques uns, mais je n'ai pas encore prêté attention à cela. Faudrait que je vois davantage à cela, si je veux garder contact. Fis-je avec  «lunatisme».

Tu es certaine que ça va maman, tu me semble un peu tracassée???
code by bat'phanie


Dernière édition par Leigh-Ann Posy le Dim 29 Avr - 5:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyVen 30 Mar - 13:48


Un bobo ? Une friandise !
12 septembre 2022 - 16h30
Leigh-Ann
Ce n’était une nouveauté pour personne, j’avais beaucoup de mal à rester agréable avec ces fameuses reines ou princesses de Poudlard, qui estimaient qu’elles étaient les plus belles, les plus populaires, et qu’elles valaient mieux que les autres. Alors bien sûr, à toute époque, ces femmes avaient existé. et on pouvait même dire qu’aujourd’hui, elles étaient un peu moins présentes. Mais voilà, le fait qu’il en reste encore quelques-unes n’était pas fait pour me faire plaisir, et j’étais bien contente que toi, ma fille, tu ne fasses pas partie de ces petites pestes. J’estimais que l’éducation faisait beaucoup, et jamais je ne t’aurais appris à te montrer hautaine et à rabaisser les autres. Oh, bien évidemment, tu avais tes défauts, mais je ne les voyais pas.

”Pourquoi ? Tu les appellerais comment ces dindes qui gloussent constamment et qui font tout pour exclure ceux qui ne rentrent pas dans leur moule ?”

Je n’étais pas tendre, mais je n’utilisais ce genre de vocabulaire que parce que nous étions seules toi et moi. Je ne pouvais pas me permettre de parler ainsi en tant que professeur, et encore moins en tant que directrice de maison. Mais en tant que Maman … En plus, je savais très bien que tu n’étais pas du style à aller dire à ces petites pimbêches le fond de mes pensées.

Te raconter ce qu’une amie avait traversé me semblait être un bon moyen de te faire relativiser les choses. Et cela semblait fonctionner. Je te souris doucement, posant une main sur ton genou.

”Il faudra qu’un jour, tu cesses d’être trop dure avec toi-même.”

J’aurais pu dire qu’elle tenait ça de moi, ce qui était peut-être le cas. Oh, bien sûr, pas au niveau génétique, mais disons qu’en t’élevant, j’avais moi-même été quelqu’un de très exigeant envers moi-même. Par contre, je n’avais jamais été réellement dure avec toi, même si j’avais insisté pour que certaines valeurs comme la tolérance et la politesse te soit rapidement inculquées. D’ailleurs, ton premier mot avait été merci … Si cela n’était pas de la politesse !

”J’ai du mal à imaginer l’état des parents qui apprennent que leur enfant a mis son nom dans la coupe. Je vais peut-être être méchante, mais je suis heureuse que ce soit cette année et non l’année prochaine. De toute façon, tu n’aurais pas mis ton nom ?”

Je m’imaginais déjà à me ronger les ongles. Mais ta réponse allait peut-être me rassurer … Ou pas … Et lorsque tu me demandas pourquoi je semblais tant tracassée, je rebondis là-dessus, évitant ainsi de me trahir. Ce n’était pas le moment pour que je t’apprenne tes origines.

”Non, c’est juste que je m’imaginais dans quel état je serais si tu t’inscrivais …”
©BESIDETHECROCODILE
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann EmptyDim 29 Avr - 5:40


Un bobo ? Une friandise!
“La tortue est la plus sage car elle transporte sa maison et tout ceux qu'elle aime par la même occasion!”

”Pourquoi ? Tu les appellerais comment ces dindes qui gloussent constamment et qui font tout pour exclure ceux qui ne rentrent pas dans leur moule ?” me demanda-t-elle à la suite de notre discussion.  Je la regardai bien franchement. Tu as raison, je ne pourrais pas dire mieux ni autrement, Fis-je amusée. Je n'étais pas surprise de son langage ni de sa sincérité. Je connaissais bien ma mère. Puis, j'aimais bien qu'elle me parle de ses impressions et opinions. C'était aussi bien comme ça. Ainsi, elle me parlait en me considérant et en m'estimant. Elle avait toute ma confiance et j'avais sans doute la sienne.

Par la suite ma mère me raconta qu'il fallait que je sois indulgente envers moi-même concernant mes règles. Elle me le confirma également en me disant:  ”Il faudra qu’un jour, tu cesses d’être trop dure avec toi-même.” J'acquiesçai affirmativement... Malgré que ma mère elle-même était perfectionniste et pas toujours que tendre à son égard. Peut-être que je prenais son exemple. J'étais tout de même la chair de sa chair et sa fille unique, laquelle elle avait élevée seule! Il fallait tout de même mentionner que ma mère avait toujours été indulgence et douce, très compréhensive avec moi. J'étais d'ailleurs très très fière des valeurs et principe qu'elle m'avait inculquée. Ma mère était une femme intelligente, amusante, talentueuse, aimable et si belle! C'était un modèle pour moi et j'espérais au moins lui arriver à la cheville et lui ressembler le plus possible. J'espérais également la rendre fière et choyée de m'avoir.

”J’ai du mal à imaginer l’état des parents qui apprennent que leur enfant a mis son nom dans la coupe. Je vais peut-être être méchante, mais je suis heureuse que ce soit cette année et non l’année prochaine. De toute façon, tu n’aurais pas mis ton nom ?” me demanda-t-elle. Ôooo je ne sais pas. Tu me parles d'une question... Fis-je pensive. Hésitante: Je ne crois pas, mais c'est difficile à dire, lui admis-je un peu inquiète. Je comprenais son point de vue. Après, j'étais parfois impulsive, mais je ne recherchais pas la gloire.  Je lui avais finalement demandé si elle était tracassée et elle me répondit que non, elle ne l'était qu'à la vue de ce scénario de coupe. Je souris, en hochant la tête. Je lui pris la main, souriante, je lui dis: Je comprends, ne t'en fais pas maman, de toute façon, je ne suis pas inscrite cette année, c'est ce qui compte.

C'est ainsi que notre discussion pris fin et que j'allais me préparer pour aller rejoindre brièvement Azur pour notre petit «rendez-vous» entre amies avant le couvre-feu.

[sujet fermé]
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
MessageSujet: Re: Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann   Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Un bobo ? Une friandise # Leigh-Ann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 0 [été 2022 - juin 2023]-