RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.

Partagez
 

 Blanche-neige n'a qu'à bien se tenir # solo, quête n°1 familier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéHistoria PactumAnonymous

Blanche-neige n'a qu'à bien se tenir # solo, quête n°1 familier Empty
MessageSujet: Blanche-neige n'a qu'à bien se tenir # solo, quête n°1 familier   Blanche-neige n'a qu'à bien se tenir # solo, quête n°1 familier EmptyJeu 3 Jan - 12:22

Blanche-Neige n'a qu'à bien se tenir
La France, bonjour ! Bon sang que j’adorais ce pays ! Il faut dire que les français avaient certaines choses dont je raffolais, à commencer par un goût pour la mode indescriptible. Mère et moi avions donc parcouru les rues de Paris, sorcières et moldues, pour dévaliser les plus belles boutiques de la capitale. J’avais hâte de pouvoir enfiler mes ensembles plus originaux les uns que les autres et qui donneraient sûrement envie aux autres ! J’avais tout de même pris deux tenues pour ma meilleure amie car nous devions toutes les deux être à la pointe de la mode si nous voulions être prises au sérieux comme reine et princesse de Poudlard. Jess ? Pour moi elle n’était que le bouffon de la reine, et un bouffon n’a nul besoin d’habit de valeurs. Comme vous pouvez le remarquer, je n’estimais que peu la troisième personne du trio. A réfléchir, Tasha était bien moins … agaçante. Mais ce qu’elle avait fait à Kassie ne pouvait être oublié ainsi.

Après une bonne nuit de repos, Mère m’expliqua que nous allions nous faire chouchouter dans une cité balnéaire pour sorciers de France. Enchantée, je la suivis en utilisant la poudre de cheminette et je découvris alors Port-de-Niche, ville que je ne connaissais pas jusqu’alors. Nous avions beau être début janvier, le ciel était d’un bleu azur qui donnait envie de se mettre en bikini, mais le fond de l’air était tout de même assez frais. Nous fûmes alors accueillis dans un hôtel gigantesque, où nous nous installâmes au dernier étage. Par la fenêtre de ma chambre, je pouvais sentir les effluves de la mer. J’étais aux anges. J’allais pouvoir profiter des bains, me délasser, et revenir complètement décontractée et zen. Certaines mauvaises langues diraient que cela me ferait en effet le plus grand bien.

Alors que j’enfournais quelques viennoiseries le matin, au petit-déjeûner, je vis ma mère descendre, au petit trot, et venir s’installer face à moi. Oh, je ne connaissais que trop bien cet air et ce petit sourire. Elle avait un sujet sur le feu et elle avait besoin de moi. Je ne savais pas ce que j’aurais à faire mais je savais bien que je ne pouvais pas refuser grand chose à celle qui m’avait donné la vie et qui faisait de cette dernière un véritable enchantement, laissant sa deuxième fille totalement de côté, en Angleterre, loin de nous. J’étais d’ailleurs bien contente de ne pas voir cette débile traîner avec nous, surtout depuis qu’elle s’était teinte les cheveux en violet. Non mais sérieusement, comment pouvait-on faire ça ? Le but avait sûrement été de se faire remarquer, mais elle n’avait pas besoin de ça pour se démarquer par son mauvais goût.

”Chérie, il y a le fils du ministre de la magie français qui se trouve ici. Beaucoup disent qu’il fréquente une jeune actrice et qu’il la rejoindrait régulièrement, dans le coin. Je veux que tu le suives, moi, j’ai un autre sujet sur le feu. Tu peux bien faire ça pour moi !”

Sur le coup, je n’avais pas vraiment compris dans quoi cela allait m’entraîner, loin de là. Je m’étais imaginée que j’allais devoir le filer, simplement, ou alors le manipuler en lui parlant et en faisant battre mes longs cils. Mais c’était une illusion qui allait bien vite s’envoler. J’allais donc enfiler une tenue composée d’un jean, d’un top de couleur jaune et d’une veste noire, et je mis mes escarpins louboutins. Ma mère m’avait montré à quoi il ressemblait et je n’avais plus qu’à partir à sa recherche. Il ne fut pas bien dûr à trouver puisque, devant l’hôtel, il faisait partie d’un petit groupe de cinq personnes. Je suivis donc la troupe, étant arrivée en retard, et ne sachant pas du tout ce qui allait se passer. Je n’imaginais alors pas un seul instant l’aventure que j’allais vivre et à quel point cela allait changer ma petite vie.

”Tu n’as pas pris de sac à dos ?”

Hein ? Mais pourquoi est-ce qu’il me faudrait un sac à dos. Celui qui menait la marche me balança un sac que je rattrapais au vol, et que j’ouvris: nourriture, gourde … Dans quoi m’étais-je embarquée ?

”Tes chaussures … Tu crois sérieusement que tu vas pouvoir nous suivre ainsi ?”

J’ignorais la question et je tentais de rattraper le groupe pour échanger avec la personne qui m’intéressait. Mais ce dernier n’était pas des plus loquaces, je dus l’avouer. Au bout d’une bonne minutes de marche, je regardais autour de moi pour n’y voir que falaises et forêt à perte de vue. C’était donc ça l’activité de la journée ? Allais-je réellement pouvoir suivre ? Je me retrouvais alors avec une carte dans les mains, et même si la personne en charge de la randonnée nous rappela que nous avions notre baguette, j’étais tout, sauf rassurée. Mettant mon sac sur le dos, j’essayais de suivre le fils du ministre de la magie, qui, étonnamment, était parti à l’écart. Allait-il rejoindre sa douce ?

Un pied après l’autre, je tentais de ne pas le perdre de vue. Cela devait faire à peine une demi-heure que nous étions là et déjà, j’avais totalement perdu et le groupe, et mon objectif. Râlant, je m’assis pour ouvrir mon sac et sortir la gourde, pour boire goulument et d’une seule traite l’eau qui m’avait été donnée, sans me dire que je devais me rationner pour qu’il m’en reste pour plus tard. Puis je repartis. Me prenant quelques branches dans la tête, me cassant la figure un nombre incalculable de fois, je finis par faire une chute de quelques mètres, laissant un talon derrière moi.

”Aie !”

J’avais mal aux pieds, mal à la cheville, mal partout … Je n’en pouvais plus. Mes yeux se fermaient tout seuls et je ne tenais clairement plus. Je finis par m’endormir, oubliant totalement que là où j’étais, je pouvais me faire foncer dessus par n’importe quelle créature. Lorsque je rouvris les yeux, quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver au milieu d’une petite clairière ensoleillée. Aucun prince à l’horizon, il faut dire que je ne croyais pas vraiment à leur existence, mais je devais avouer que j’étais persuadée de faire un rêve. Comment pouvais-je me retrouver dans cet endroit quasi-paradisiaque lorsque je m’étais endormie, voire évanouie, dans un endroit qui, pour moi, était cauchemardesque. Je m’apprêtais à me pincer lorsque je fus totalement subjuguée par une scène se passant devant moi.

Un troupeau de licornes, dix, peut-être même vingt, galopait dans cette prairie, pour disparaître au loin. Non, je devais rêver … Ce n’était pas possible autrement. Ou alors j’étais morte de déshydratation dans un coin et j’étais au paradis ? Quoiqu’il en soit, j’allais profiter de cet endroit et c’est pourquoi je me relevais … Ah tiens, mon talon était toujours cassé. Ce rêve était tout de même super bien fait ! Je retirais donc mes chaussures pour sentir l’herbe caresser mes pieds. C’est fou, on aurait presque dit des petits morceaux de laine par sa douceur. Je me mis à rire doucement et je courais dans la prairie. On aurait presque dit une pub pour je ne sais quel fromage ! Mais bon sang, comme ça faisait du bien d’être au soleil, dans un endroit aussi magnifique !

La question restait tout de même là : étais-je en train de rêver ? Je m’arrêtais donc de tourner et je me pinçais, assez violemment. Esquissant une grimace de douleur, je ne pus que me rendre à l’évidence : je n’étais pas dans un rêve. Est-ce qu’on souffre en se pinçant au paradis ? Aucune idée. Bon, ben … On va se balader ? Puis on va bien voir ce qu’il se passe, avais-je le choix ? Je cherchais dans ma poche et vérifiais que ma baguette était là. Mon regard s’arrêta donc sur une chose, au loin, qui brillait davantage. Je m’avançais, fronçant les sourcils, et j’eus l’impression qu’il s’agissait d’un oeuf. C’est d’ailleurs en arrivant à quelques centimètres que je compris que j’avais bien raison. Que faisait un oeuf ici ? Et si … ? L’idée qu’il s’agisse d’un oeuf de licorne me traversa l’esprit mais je ne savais même pas si cela était possible. D’ailleurs, ça pond des oeufs les licornes ? L’espace d’un instant, je regrettais de ne pas avoir pris les soins aux créatures magiques, mais juste le temps d’un instant car rapidement, j’imaginais toutes ces choses ignobles que les élèves avaient eu à approcher et qui ne contrebalançaient pas avec les choses mignonnes.

Regardant autour de moi, je pris alors l’oeuf et j’entrepris de trouver comment retourner à l’hôtel. Je n’avais de toute façon par le choix. Il me fallut marcher longtemps pour me trouver à la frontière entre la forêt et cette fameuse prairie. Me retournant une dernière fois vers l’endroit enchanteur, je m’avançais et déjà, j’entendais des voix s’élever et qui m’appelaient. Ma mère avait du se demander où j’étais passé. Je m’assis donc, gardant l’oeuf caché, et j’attendis qu’on vienne me chercher pour me ramener. J’avais disparu depuis plus de dix heures.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
 

Blanche-neige n'a qu'à bien se tenir # solo, quête n°1 familier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?
» Une bonne douche bien méritée [PV Lelouch][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-