RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
-26%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Disque SSD Interne 2 To
154.59 € 209.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perceval HagridHistoria PactumPerceval Hagrid
Perceval
Exp : 35500
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : Bois d'amourette, cœur en plume d'hippogriffe, 35 centimètres, épaisse et flexible
Photomaton : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Giphy
Familier : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 3_2em1c-fi6158559x392
Âge IRL : 24
Célébrité : Kit Harington
Parchemins : 5132
J'aime : 101
Date d'inscription : 26/09/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] EmptyMar 16 Avr - 23:00


«[...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. »

« [...] Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. À mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre. La clarté inquiète de la flamme les faisait remuer à l’œil. Il y avait des guivres qui avaient l’air de rire, des gargouilles qu’on croyait entendre japper, des salamandres qui soufflaient dans le feu, des tarasques qui éternuaient dans la fumée. Et parmi ces monstres ainsi réveillés de leur sommeil de pierre par cette flamme, par ce bruit, il y en avait un qui marchait et qu’on voyait de temps en temps passer sur le front ardent du bûcher comme une chauve-souris devant une chandelle.

Sans doute ce phare étrange allait éveiller au loin le bûcheron des collines de Bicêtre, épouvanté de voir chanceler sur ses bruyères l’ombre gigantesque des tours de Notre-Dame. [...] »


Les bruits précipités des sabots labourant le sol, la lumière d'une torche passant devant la fenêtre, Marat se levant précipitamment, se précipiter vers la porte en aboyant alors que, dans le même temps, des coups forts, puissants, impatients, s’abattirent sur la dite porte, firent que le garde-chasse fut dans l'obligation de lever les yeux de son livre. “Perceval!” Tonna, dans toute la maisonnée, la voix de Firenze, ne faisant que doubler les aboiements frénétiques et excités du berger australien rouge tricolore.
On était dimanche matin, tôt. Très tôt. L'un de ces dimanches matins très tôt de la fin janvier. Il faisait encore nuit noire, dehors. Le soleil ne pointait pas encore, à l'horizon, et les arbres de la Forêt Interdite, tels de petits soldats au grade à vous, bien serrés les uns contre les autres en rang d'oignon, n'étaient que masse noire - une supplémentaire -, noire et compacte, que l'on devinait à peine et encore plus lugubre qu'en plein jour - tant en hiver qu'à l'été -, veillaient, tels les Détraqueurs d'Azkaban, sur l'école, à l'autre bout du parc, et sur la cabane d'Hagrid, à quelques pas de là.

Les coups contre la porte qui n'avaient pas cessés se firent de plus en plus insistants - quoi que cela fut-il seulement possible? “Perceval! Ouvre! On a besoin de toi!” L’interpellé, éclairé par le feu de cheminé, derrière lui, et la lumière de la chandelle posée au centre de la table ronde de la seule pièce de la cabane paternelle, se leva. Entre le vieux Centaure qui s'énervait derrière sa porte et le chien qui s’excitait à l'intérieur, si ça ne rameutait pas toute l'école - ni les membres du personnel, ni les élèves n'apprécieraient de se faire réveiller un dimanche, bien avant cinq heures, par les diverses créatures avec lesquels les Hagrid, tant père que fils, avaient sympathisé depuis l'entrée de Rubeus à Poudlard, en septembre mille neuf cent quarante -, ça tenait du miracle! Firenze était un vieil ami des Hagrid-Maxime - des Hagrid, surtout - et était connu à Poudlard comme le loup blanc. Malgré tout, Perceval s'avait pertinemment que le corps professoral et la direction de l'école britannique n'apprécieraient pas qu'il sème la panique au sein du périmètre scolaire. Dans l'intérêt de tous, le fils de l'ancien garde-chasse et gardien des clés et des lieux avait donc tout intérêt à aller ouvrir. Il traversa donc la pièce, fit taire, bien qu'assez difficilement, chose exceptionnellement rare, le chien et, après un temps qui parut une éternité au vieil ami de la famille qui ne devait plus avoir de poing, ouvrit finalement la porte. “Firenze!” Le salua poliment le vingtenaire. Marat, qui, dans les jambes de son maître, trépignait sur place d'impatience tout en gémissant, était, au goût du demi-géant, beaucoup très énervé. Quand à Firenze, malgré son âge avancé, il avait les traits extrêmement tirés et fatigués, comme s'il venait de mener un long, rude et difficile combat. Les deux choses combinées. “On a un sérieux problème au campement - Percy l'aurait compris tout seul comme un grand, mais préféra garder pour lui sa réflexion, au vu de la tête que tirait celui qu'il considérait comme son oncle -: habille-toi, prend ton arbalète et suis-moi! Je t'expliquerais en route!” Se fut à ce moment-là que le fils Hagrid-Maxime réalisa que le vieux Centaure ne tenait pas en place: ses sabots, dans un bruit mât, frappaient de façon impatiente le sol de terre sèche du chemin reliant la cabane du garde-chasse à l'entrée principale de l'école de sorcellerie. Ni une, ni deux, sans plus de cérémonie et sans plus se poser de questions, Hagrid attrapa son arbalète, posée à côté de l'entrée, alla précipitamment souffler la flamme de la chandelle, manquant presque de la renverser, alors que le Notre Dame de Paris, du Moldu Victor Hugo, allait s'écraser sur le sol poussiéreux et que la table manqua de se casser en deux sous le mouvement brusque du presque propriétaire de la cabane. Ce dernier revint sur ses pas, attrapa sa cape, accrochée sur l'un des crochets cloués du côté intérieur de la maisonnée, et, tout en sortant, son berger australien sur les talons, et en fermant la porte derrière lui, l'enfila tant bien que mal.

Tout en rejoignant le Centaure qui avait pris les devants et était déjà à l'entrée de la forêt et en laissant Marat s'y enfoncer tout seul - il n'irait pas loin en n'ayant pas Percy hors de son champs de vision, ce dernier le savait très bien et lui faisait entièrement confiance pour ce qui était de revenir -, le demi-géant se dit que c'était une chance inouïe qu'il fut déjà réveillé, n'ayant pas réussi à dormir plus longtemps, alors que le troupeau de Centaures semblait avoir urgemment besoin de lui justement à ce moment précis. “Bon, qu'est-ce qui se passe de si urgent!?” S'enquit le jeune homme en entrant à grande enjambée dans la noire et inquiétante Forêt Interdite où, en plus des Centaures, vivaient un nombre incroyable de créatures aussi étranges, que magnifiques ou dangereuses, allant des licornes d'un blanc immaculé aux Acromentules, filles et fils, petites-filles et petits-fils d'Aragog, l'Acromentula mâle ami d'Hagrid père, pour la grande majorité.
Firenze avait calé son pas à celui du fils de son vieil ami. Le froid était mordant et il faisait aussi noir que pouvait l'être un Obscurus dans le cœur d'un Obscurial. Les deux hommes n'y voyaient pas correctement à un mètre, mais grâce à la torche de Firenze et leur connaissance de la Forêt, ils retrouvèrent assez rapidement le reste des Centaures au-milieu desquels se trouvait déjà Marat. Quand au froid, l'un et l'autre étaient tellement sur les nerfs - l’impatience de son chien et l'inquiétude grandissante de son ami avaient fini par déteindre sur le demi-géant, alors qu'il ne savait encore pas exactement ce qui pouvait bien se passer, et se sentait à deux doigts de perdre le contrôle de son énervement et d'exploser! - qu'ils n'y prêtèrent même pas attention. “Les Acromentules ont attaqué notre camp, avait plus ou moins rapidement expliqué le vieux Centaure au petit-fils de géantes, et on a besoin de renfort pour les en faire partir!”

En rejoignant le reste du troupeau de Centaures vivant dans le cœur de la Forêt, selon un accord avec le Ministère de la Magie de Grande-Bretagne, Percy ne put que constater les dires de Firenze: les créatures hybrides, mi-humaines, mi-équidés, n'étaient plus dans leur campement et s'énervaient entre eux pour que les araignées géantes le leur rendent. Il y avait bien un temps où les Centaures et les Acromentulas avaient se qui ressemblaient à un semblant d'entente et arrivaient à cohabiter sur le territoire de la Forêt Interdite dans une relative bonne acceptation des uns et des autres, sans trop vouloir s'entre-tuer. Mais ça, c'était avant. Bien avant! Il y avait de cela pas loin de trois bonnes décennies en arrière, du temps où Aragog, qui avait été placé dans la Forêt il y avait de cela bien des années, en mille neuf cent quarante-trois, après qu'il eu été découvert par un Seigneur des Ténèbres encore élève dans les affaires de l'un de ses camarades de Gryffondor, était encore en vie. Par respect pour Hagrid qui avait pris dans de risques pour lui, jusqu'à se faire définitivement renvoyé de l'école magique, Aragog avait réussi à tenir sa progéniture, la faisant marcher à la baguette. Lorsqu'il avait fini par mourir, étant devenu trop vieux, Rubeus Hagrid n'avait pas réussi à garder un minimum de contrôle sur ses nombreux enfants qui avaient, entre autre, rejoint les rangs de Lord Voldemort.

Le fils Hagrid avait beau adoré la presque totalité des bêtes et créatures, le comportement des Acromentules vivant à proximité de l'école, depuis la mort de leur chef, même s'il savait et comprenait que c'était leur comportement naturel, le comportement de ces dernières, vis-à-vis des Centaures, l'exaspérait au plus haut point...

Même si tout le monde était sur les nerfs et fatigués - les Centaures avaient tout de même tous une nuit sans sommeil et pleine de combats, ainsi que de rages et des colères, mêlés à un sentiment d'injustice compréhensif, derrière eux -, il fut décidé d'envoyé Percy au campement. L'objectif était qu'il arrive, de part la discussion, lui qui n'était pas forcément le meilleur orateur qui soit mais avait pour son seul avantage être l'ami de toutes les créatures, à convaincre les gigantesques araignées de lever le camp et de retourner dans leurs tanières. Malgré le fait que son père avait été l'ami de leur père et grand-père, voir même arrière-grand-père, n'aida pas Percy à arranger les choses pour les Centaures, aux yeux globuleux des monstres noirs à huit pattes...

Plus tard - bien plus tard -, alors que l'aube éclaircissait le ciel d'une nappe de bleu-gris annonciatrice d'un temps grisâtre, froid et sans doute aucun neigeux et floconneux, les Centaures avaient repris possession de leur campement. Perceval, sonné, n'arrivait pas, plus, à remettre de l'ordre dans ses idées. Quand les Acromentules avaient refusé de rendre leur lieu de vie aux Centaures, il avait eu un violent accès de colère comme il en avait parfois et comme il lui en prenait, par moment. Ça lui tombait dessus, comme ça, sans prévenir, à n'importe quel moment et, aussi étonnant que cela puisse paraître, certaines fois sans événement particulier déclencheur. Ces excès de violence, dû à son sang de géant, il les détestait, car ce n'était pas lui, ce n'était pas dans son caractère d'être violent!
Autour de lui, du sang. Du sang d'Acromentules et de Centaures, ainsi qu'un peu du sien, qui avait giclé et c'était mêlé sur le sol, sur les branches nues des arbres et sur les troncs. Tout ce sang, il en sentait l'odeur immonde et poisseuse, en plus de le voir. Et il le sentait, aussi, coulé le long de l'une de ses joues. Autour de la clairière où les Centaures avaient élu domicile, ces dernières années, il y avait des troncs d'arbres brisés. Tous ne l'étaient pas, avant le début de ce dernier combat de la nuit. Ça, le demi-géant en était certain. Tous n'étaient pas tombés sous le départ précipité des Acromentules blessées ayant fini par comprendre qu'elles ne gagneraient pas la bataille. Perceval, il le savait, il en avait la parfaite conscience, même s'il ne voulait pas se l'admettre, était, lui, avec l'aide de sa force démesurée qu'il n'arrivait pas à maîtriser pour une mornille, responsable du déracinement et du cassage en deux de certains arbres. Il les avait très certainement utilisé comme rempart contre les attaques acromentules. Le seul avantage qu'il voyait désormais à être venu en aide aux Centaures était de réaliser qu'il n'avait plus cette fascination pour le sang qu'il avait longtemps eu.
Au milieu de ce grand capharnaüm, se fit soudain entendre un jappement. °Marat...!° Percy se souvint soudain qu'il avait un chien. Il l'avait totalement oublié. Il eu un moment de panique: est-ce qu'il avait été blessé!? Et où était-il!? Il le chercha désespérément des yeux, avant de finalement le trouver, à l'autre bout de là où lui-même se trouvait, entrain de tourner en rond autour d'un quelque chose qu'il ne pouvait voir, de là où il était. “Hé bin, mon chien, qu'est-ce que t'as trouvé!?” Lui demanda-t-il, une fois arrivé vers lui, tout en lui tapotant le flanc, après qu'il eu posé son arbalète. Percy écarta Marat pour mieux voir ce qui intriguait tant l'animal. Ce qu'il vit le figea net sur place: sur le sol gelé, se trouvait un œuf! En plus d'avoir voulu prendre leur campement aux Centaures, les Acromentulas n'avaient pas en plus oublié leurs œufs sur le lieu de leurs méfaits!? Rien qu'à cette idée, il sentit, depuis son estomac, l'arrivée de cette rage sourde qu'il n'aimait pas avoir. Il entendit Marat, qu'il tenait toujours, gémir de se faire pincer trop fort par ce maître incapable de maîtriser sa force. Même s'il savait que, même dans ses pires moments de colère, il ne ferait pas de mal au chien - chien qu'il avait fini lâché et était allé se coucher entre les sabots de Firenze, d'ailleurs -, la rage sourde qui bouillonnait en lui de savoir cet œuf abandonné de tous les siens, après ce qui venait de se passer, ne désemplissait pas, alors qu'il essayait, tant bien que mal, bon gré, malgré, de se maîtriser car, il le savait et en avait encore la conscience, s'il devait passé son accès de colère sur quelque chose - c'est à dire, les arbres -, il serait incapable de se maîtriser, tout du moins, sa force, il ne la maîtriserait pas et il ne donnait pas cher de l'état de ce qui restait de la clairière. Il essaya donc de se calmer en inspirant et en expirant profondément...


« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4300-perceval-percy-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2814-perceval-hagrid-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2791-perceval-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2853-perceval-hagrid-o-acromentula-nom https://www.historia-pactum.com/t2656-perceval-hagrid-les-rp#40328
Perceval HagridHistoria PactumPerceval Hagrid
Perceval
Exp : 35500
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : Bois d'amourette, cœur en plume d'hippogriffe, 35 centimètres, épaisse et flexible
Photomaton : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Giphy
Familier : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 3_2em1c-fi6158559x392
Âge IRL : 24
Célébrité : Kit Harington
Parchemins : 5132
J'aime : 101
Date d'inscription : 26/09/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: Re: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] EmptyMar 16 Avr - 23:01
Lancé du dé


« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4300-perceval-percy-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2814-perceval-hagrid-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2791-perceval-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2853-perceval-hagrid-o-acromentula-nom https://www.historia-pactum.com/t2656-perceval-hagrid-les-rp#40328
Albus P. W. B. DumbledoreHistoria PactumAlbus P. W. B. Dumbledore
Albus
Exp : 4073
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Source
Âge IRL : 139
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 6705
J'aime : 47
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: Re: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] EmptyMar 16 Avr - 23:01
Le membre 'Perceval Hagrid' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Ychec10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Perceval HagridHistoria PactumPerceval Hagrid
Perceval
Exp : 35500
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : Bois d'amourette, cœur en plume d'hippogriffe, 35 centimètres, épaisse et flexible
Photomaton : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Giphy
Familier : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 3_2em1c-fi6158559x392
Âge IRL : 24
Célébrité : Kit Harington
Parchemins : 5132
J'aime : 101
Date d'inscription : 26/09/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: Re: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] EmptyMer 17 Avr - 23:03
Relançage du dé pour le palier 2


« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4300-perceval-percy-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2814-perceval-hagrid-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2791-perceval-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2853-perceval-hagrid-o-acromentula-nom https://www.historia-pactum.com/t2656-perceval-hagrid-les-rp#40328
Albus P. W. B. DumbledoreHistoria PactumAlbus P. W. B. Dumbledore
Albus
Exp : 4073
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Source
Âge IRL : 139
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 6705
J'aime : 47
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: Re: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] EmptyMer 17 Avr - 23:03
Le membre 'Perceval Hagrid' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Ychec10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Perceval HagridHistoria PactumPerceval Hagrid
Perceval
Exp : 35500
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : Bois d'amourette, cœur en plume d'hippogriffe, 35 centimètres, épaisse et flexible
Photomaton : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Giphy
Familier : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 3_2em1c-fi6158559x392
Âge IRL : 24
Célébrité : Kit Harington
Parchemins : 5132
J'aime : 101
Date d'inscription : 26/09/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: Re: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] EmptyJeu 18 Avr - 23:02
Relance du dé pour le palier 2 demi-géant Arrow


« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4300-perceval-percy-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2814-perceval-hagrid-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2791-perceval-hagrid https://www.historia-pactum.com/t2853-perceval-hagrid-o-acromentula-nom https://www.historia-pactum.com/t2656-perceval-hagrid-les-rp#40328
Albus P. W. B. DumbledoreHistoria PactumAlbus P. W. B. Dumbledore
Albus
Exp : 4073
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Source
Âge IRL : 139
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 6705
J'aime : 47
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: Re: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] EmptyJeu 18 Avr - 23:02
Le membre 'Perceval Hagrid' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Ryussi10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
MessageSujet: Re: « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]   « [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

« [...] On voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. » [Quête familier] [Palier 2 Demi-Géant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-