RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Polo Lacoste – imprimé crocodile – 5 couleurs dispo
72 € 120 €
Voir le deal

Partagez
 

 Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement? [Quête familier] [Partie III]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ramsés BorgiaHistoria PactumRamsés Borgia
Ramsés
Exp : 39604
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : Bois d'aubépine, avec un cœur en poil de Niffleur, mesure 20,5 centimètres, est rigide et fine
Photomaton : Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement? [Quête familier] [Partie III] Tumblr_inline_npdpm3ZgnQ1szaa83_250
Familier : Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement? [Quête familier] [Partie III] Veaude10
Âge IRL : 24
Célébrité : Jared Leto
Parchemins : 7363
J'aime : 116
Date d'inscription : 13/08/2017

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement? [Quête familier] [Partie III] Empty
MessageSujet: Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement? [Quête familier] [Partie III]   Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement? [Quête familier] [Partie III] EmptyJeu 30 Mai - 18:34



Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement?

- C'est arrivé que les gens vous croient quand vous dites de ne pas s'inquiéter ?
- J'ai pour philosophie que s'inquiéter c'est souffrir deux fois. ♪ Les Animaux Fantastiques 1


feat. Moi-même

Après avoir présenté le Veaudelune nouvellement né à ta petite-fille tu, comme tous les habitants de l'école, t'étais rendu au Grand Réfectoire de l'institution scolaire pour le repas de midi. Le déjeuner terminé, tu avais été intercepté par l'une de tes collègues qui avaient le fils Kolvalevic en cours. Le gamin n'était pas forcément un mauvais bougre mais, comme sa mère avait pu elle-même l'être durant sa propre scolarité, il pouvait se montrer quelque peu dissiper et l'enseignante ne savait plus quoi faire pour essayer de l’intéresser, surtout qu'il était censé passer ses B.U.S.E.S., l'année prochaine... Après lui avoir fait savoir que tu en parlerais à la jardinière en chef - elle avait vécu la même chose, à quelques détails prêts: elle saurait donc certainement quels mots trouvés pour parler à son fils? -, tu remercias ta collègue pour sa sollicitude vis-à-vis de ses élèves, avant de prendre poliment congé d'elle en lui faisant savoir que, comme d'habitude, elle savait où te trouver en cas de besoin. Tu traversas le Grand Refectoire, sifflas Bianca, lorsque tu en gagnas la porte, et, une fois qu'elle se fut poser sur ton épaules, tu regagnas tes appartements. Arrivé dans la pièce qui te servait de chambre, tu refermas la porte derrière toi, avant de t'y adosser. Un lit ornait le milieu du mur de droite, entouré de deux tables de nuit sur lesquelles trônaient quelques photos de famille sur l'une et quelques bibelots de tes voyages passés ou offerts par tes enfants sur l'autre. A côté de l'une des tables se trouvait un perchoir où Bianca était allée se poser. Un traité sur les conséquences de la Révolution française sur Beauxbâtons que tu avais emprunté à la bibliothèque se trouvait au milieu du lit. A la base, il aurait dû se trouver sous l'un de tes oreillers, mais comme le Veaudelune s'y était réfugié, il avait dû émigré ailleurs dans l'attente qu'il retrouve sa place initiale - pour peut que la petite créature ne soit d'accord de la lui rendre... Une grande baie vitrée, juste en face de toi, éclairait encore suffisamment la pièce de la lumière du jour sans que tu n'es, pour un temps, encore, le besoin d'allumer les bougies du lustre accroché au milieu du plafond. Et, en face du lit, était disposée une armoire en bois à habits. A l'angle de ce même mur, l'on pouvait voir, sur un haut tabouret, une plante. A côté de toi, à la gauche de la porte à laquelle tu étais toujours adossé, se trouvait une petite bibliothèque avec quelques-uns de tes livres personnels d'auteurs italiens et espagnoles, tant sorciers que Moldus.
Après avoir balayé cette chambre que tu connaissais désormais par cœur, tes yeux se posèrent sur le Veaudelune. Dans un soupir, tu ne pus t'empêcher de penser tout haut:

Qu'est-ce que je vais bien faire de toi, hein? Samuelle a raison: il te faut un nom, on ira pas bien loin, sinon...

Petit moment de silence avant que tu ne te décides à quitter la porte pour aller t'accroupir à côté du lit et de continuer:

Mais si on commençait par essayer de te donner un bain? Qu'est-ce que tu en dis?

La créature te regardait, avec ses grands yeux et ses longs membres disproportionnés. C'était bête, mais tu te sentais aussi impressionné vis-à-vis d'elle que la première fois que tu avais eu ton fils dans les bras ou que tu lui avais donné toi-même son bain pour la première fois, à la sortie de la maternité de Mirabelle. Tu avais toujours trouvé que ta femme s'en était toujours mieux sortie que toi, avec vos enfants: elle était douce et patiente, avait semblé d'instinct ce qui était bien pour eux et leur avait toujours si facilement savoir qu'elle les aimait et qu'elle était fière d'eux. Toi... Toi, en revanche, ne serait-ce que te laisser aller à l’émotionnel, avec eux, tu avais toujours eu de la peine et c'était toujours un peu le cas, à l'heure d'aujourd'hui. Serais-tu vraiment plus apte à t'occuper d'un Veaudelune, maintenant que tes trois enfants étaient tous des adultes et que tu étais devenu un grand-père presque trop gâteaux!?

Dans un soupir, tu te relevas pour te rendre dans la salle de bains adjacente. En quittant la chambre, tu sentis deux paires d'yeux dans ton dos. Le Veaudelune ne semblait pas très rassuré de cette nouvelle absence de ta part, même si tu n'étais qu'à côté, tandis que ta corneille, sa tête penché sur le côté, devait sans doute se demander ce que tu pouvais bien manigancer, alors que tu ouvrais l'eau dans la baignoire. Est-ce qu'on pouvait, pour un Veaudlune, utiliser les mêmes produits de douche qu'un humain? Voilà bien une question que, entre ta perplexité face à l’œuf et ton travail, tu n'avais pas pensé à demander aux Hagrid et il était désormais trop tard pour essayer de mettre la main sur ton collègue enseignant la magizoologie. Tant pis, tu irais au talent! En espérant que ce serait sans conséquence. Un bébé, qu'il soit humain ou animal, restait un bébé, de toute façon, n'est-ce pas!?

Après avoir remplit - mais trop non plus, histoire qu'il ne se noie pas - le fond de la baignoire d'une eau pas trop chaude mais trop froide non plus, tu allais cherché le Veaudelune, toujours pelotonné sous tes oreillers. En essayant de ne pas faire de mouvements trop brusque, tu l'attrapas délicatement. Il poussa une sorte de petit couinement, mais il se laissa porter assez facilement. Tu eus un peu plus de mal à le mettre dans l'eau. Cette chose liquide ne semblait pas trop l'emballer... Est-ce que l'un de tes enfants, que ce soit Luis, Lucrézia ou Lola, avaient seulement résister à être mis dans la bassine d'eau pour leur premier bain, après leur naissance? Ça ne t'avait pas frappé, en tout cas!

C'est juste de l'eau, pour te laver un peu et t'aider à te débarrasser des restes de coquille d’œuf qui te collent au pelage. Tu verras, tout se passera bien!

Essayas-tu de le rassurer. Tu ne sus dire si se fut efficace, mais il n'empêche que tu réussis finalement, après moult négociations - dans la mesure où cela était possible de négocier avec une créature qui ne devait peut-être pas comprendre un traître mot de la langue des Hommes, que ce soit en française, en italien ou en espagnol -, à le déposer dans le fond d'eau. Il connaissait un peu la salle de bains pour y être né, mais il n'empêche que, comme un petit humain, il ne pouvait s'empêcher de regarder partout, à l’affût du moindre objet qu'il ne connaissait pas pour pouvoir le découvrir. L'eau, surtout, semblait l’intéresser particulièrement, maintenant qu'il était assis dedans. Il regardait ses jambes dépliées qu'il voyait à travers. Lorsqu'il bougeait, ça faisait des petites vaguelettes sur la surface à la base lisse. Ça, surtout, semblait l'amuser particulièrement, vu qu'il essayait d'attraper chaque petites vagues, quitte à taper l'eau et à t'éclabousser au passage. Tu ne pus t'empêcher de te faire la réflexion que certaines choses, entre les bébés des diverses espèces, qui étaient propres à toutes.

Après avoir plus ou moins réussi à faire comprendre au petit Veaudelune que taper dans l'eau pour essayer dans attraper les vaguelettes ne servirait à rien, les yeux de ce dernier se posèrent sur ton produit de douche, sur le bord de la baignoire.

Si les vaguelettes t'intéressent, ça, ça fait des bulles. Je suis sûr que ça va te plaire tout autant. Attends, je te montre!

Lui dis-tu en allant attraper la bouteille de produit avant qu'il n'ai eu le temps d'aller la chercher de lui-même. Tu mis une noix du liquide dans ta main et reposa la bouteille sur le rebords de la baignoire, avant de te mettre à frotter la fourrure de l'animal, prenant soin de ne pas lui en mettre dans les yeux. Se voir recouvert de mousse et de bulles eu l'effet escompté: cela l'amusait beaucoup. Tu le laissa s'amuser un peu avec les bulles, avant de le rincer à l'aide du pommeau de douche.
Le temps que tu ailles cherche un linge propre dans la commode et de te retourner dans l'espoir de sortir le Veaudelune de son bain pour le sécher... tu te dis que laisser la bouteille de produit de douche à sa porter, ce n'était peut-être pas la meilleure des idées qu'il t'était passée par la tête, ses dernières semaines: il l'avait attrapée, l'avait retournée et en avait vidé le contenu dans l'eau de son bain. Maintenant, il essayait d'en faire éclater les bulles...

Mais non...!

Tu le savais, pourtant, qu'on ne laissait pas un bébé sans surveillance parce que ça pouvait faire n'importe quoi et que tout pouvait leur arriver! Il était trop tard, de tout façon: ce qui était fait était fait! Il était désormais difficile - pour ne pas dire carrément impossible! - de revenir en arrière.
Tu attrapas le Veaudelune, l'emmaillota dans le linge de bain et alla le déposer sur ton lit pour pouvoir le sécher. Qu'il se laisse faire au sortir du bain aurait été trop facile. Il c'était débattu comme un beau diable, inondant à moitié la pièce d'eau, mais tu avais décidé de ne pas te laisser faire par ce petit diable et tu l'avais sorti quand même, quitte à ce qu'il te boude un moment. Alors qu'il était encore un peu humide, tu le laissas enroulé dans le linge, sur ton lit, pour pouvoir aller nettoyer la salle de bains et, même si l'on était qu'au milieu de l'après-midi, tu en profitas pour prendre une douche, tempe comme tu l'étais...


(c) Codage par Asmareth pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3432-ramses-cesare-borgia https://www.historia-pactum.com/t2815-ramses-borgia-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2792-ramses-borgia https://www.historia-pactum.com/t2845-ramses-borgia-o-veaudelune-o-nom https://www.historia-pactum.com/t2216-ramses-borgia-disponibilite-0-4
 

Moi? M'occuper d'un Veaudelune? Sérieusement? [Quête familier] [Partie III]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-