RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
-25%
Le deal à ne pas rater :
Abonnement PS Plus de 12 mois
44.99 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Rp aléatoire - Irina & Hristina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dumblibouh-mateurHistoria PactumDumblibouh-mateur
Maitre du jeu
Exp : 1017
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : multi-baguette
Célébrité : Multiface
Parchemins : 380
J'aime : 64
Date d'inscription : 26/04/2019

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyLun 10 Juin - 22:46




Le plus beau des bouquets



Contexte :
fin mars 2024
@Irina A. Lupin Tu es d'excellente humeur ce matin et tu veux faire plaisir aux pauvres élèves qui sont cloués dans leurs lits à l'infirmerie. Pour ce faire, tu décides de leur apporter de magnifiques bouquets. Tu vas donc dans les sublimes jardins du domaine avec ta baguette et des gants et tu commences à couper des fleurs ici et là. Les plus grosses, les plus belles. Celles qui donneront du peps à tes protégés.

@Hristina Kolvalovic, tu t'étais levée de bonne heure pour t'occuper des mauvaises herbes - ou autre chose - dans le jardin. C'est alors qu'un bruit de coupe te parvint aux oreilles. En t'approchant tu vois avec horreur que l'infirmière de l'école marche dans tes platebandes, les piétines, les saccages, avec des fleurs à la main. Ta journée commence bien... ou pas, à vous de voir.

Bon rp à vous deux.








Revenir en haut Aller en bas
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Hippogriffe
Exp : 16175
Points de vie (HP) : 3150
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina Giphy
Familier : Rp aléatoire - Irina & Hristina 03cda1aa97b707f3231288eda6f3790530eb7d67r1-367-367v2_hq
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 818
J'aime : 145
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyVen 14 Juin - 14:02
Nous y voilà enfin, la fin Mars, cette période où les gels et dégels se faisaient moins fréquents. Cet instant suspendu entre deux saisons. Ou l'hiver commençait à mourir alors que le printemps peinait à s'installer. La porte du bureau d'Irina s'ouvrit sur elle, sourire aux lèvres alors qu'elle passait entre les lits des patients. Petites âmes encore endormies dans les draps blanchis. Sur les tables de chevet, des fleurs coupées qui commençaient à se faner. Installée ici depuis la semaine précédente, elles avaient fait leur temps et la jeune femme pencha doucement la tête sur le côté, observant les vases avant de se retourner prestement. Il était temps d'apporter à cet endroit une nouvelle touche de gaîté et elle savait exactement à qui demander.
D'humeur guillerette, comme souvent, Irina retourna rapidement dans son bureau, sa robe beige volant derrière elle alors qu'elle attrapait une paire de gants. L'heure était parfaite.

Parfait pour aller faire un tour dans les jardins afin d'y croiser Hristina. Ou bien pour s'y perdre au milieu des senteurs. Pour y voir les couleurs naître ou simplement pour profiter. Elle n'avait pas encore décidé, Irina ne décidait jamais dans ces moments là, elle laissait simplement ses pas la porter et avisait en fonction du lieu où elle se retrouvait. La démarche légère, sûrement un peu trop dansante, elle quitta rapidement les murs de l'académie pour se retrouver dehors. L'aube avait étirée ses rayons depuis plusieurs minutes maintenant, laissant dans l'herbe cette rosée matinale qui donnait à l'air une odeur toute particulière. Un sourire étira ses lèvres. Oui, c'était l'instant parfait. Celui entre le jour et la nuit. Celui où les fleurs s'éveillaient. Il lui fallu peu de temps pour rejoindre les parterres de fleurs à la recherche de sa collègue et Irina resta un long moment à flâner entre les rangées avant de s'accroupir pour poser ses doigts sur une fleur dont le bourgeon venait tout juste de s'ouvrir.

Savoir s'émerveiller de peu. Oublier de penser et prendre la vie à pleine main. Irina passa ses doigts sur les pétales de la fleur avant d'en observer une autre, puis une autre. Sans vraiment s'en rendre compte, elle était maintenant accroupie devant un parterre bien plus rempli, les cheveux relevés et le bas de sa robe fermement attaché à sa taille. Plus loin, deux souliers abandonnés, comme si ils étaient en trop.

"Peut-être que ça devrait être toi, n'est-ce pas?"

Comme si elle lui répondait, la fleur trembla dans un léger souffle de vent et Irina releva le visage la moue pensive. Hristina n'était pas là. Elle en avait besoin pourtant de cette fleur là et ses yeux continuèrent de parcourir les alentours avant d'aviser un sécateur. Elle grimaça, il y avait trois ans déjà, elle avait eu la chance de parfaitement comprendre qu'on ne jouait pas dans les parterres quand la jardinière en chef n'était pas là. Depuis, elle avait toujours pris la peine de lui commander les bouquets, avec des fleurs moins fraiche ou bien proche du changement.
Irina soupira légèrement et fit quelques pas pour attraper l'objet entre ses doigts avant de revenir vers cette fleur qui lui faisait la conversation. Silencieusement, elle échangea encore quelques mots avec elle avant de la couper délicatement pour en humer le parfum. Il lui faudrait une amie maintenant.

Un pas, puis deux alors que la plante des pieds foule la terre fraîchement retournée au risque que quelques épines viennent s'y glisser. Puis un sentiment. Celui d'être épié. Celui qui vous fait doucement redresser les cheveux sur la nuque. Irina grimaça avant de se retourner vers sa collègue pour lui adresser un sourire enchanté. La vie, c'est un jeu n'est-ce pas ? On en profites et on l'habite, peut-être même qu'on s'y invite mais quand on sait être en tord, pourquoi prendre la peine de vouloir le cacher ou de se défiler. Au milieu d'un parterre, sécateur dans une main, fleur dans l'autre, autant voir le côté positif de la chose n'est-ce pas ?

"Bonjour Hristina, je te cherchais justement mais je crois que je me suis un peu égarée en y pensant..."

Observant les fleurs autour d'elle, Irina grimaça. Vraiment, il faudrait qu'elle apprenne la retenu un jour venu, ce matin n'était visiblement pas le jour qu'elle avait prévu pour ce faire...


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Hristina KolvalovicHistoria PactumHristina Kolvalovic
Oiseau-Tonnerre
Exp : 36228
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 22 cm, bois d'Amourette et moustache de Fléreur
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina K555
Âge IRL : 24
Célébrité : Ksenia Solo
Parchemins : 5379
J'aime : 109
Date d'inscription : 21/04/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyMer 24 Juil - 22:25

550 de large
Le plus beau des bouquets
La plus belle de toutes les fleurs est la fleur de la liberté. — Jean Fischart
Le printemps revenait. Il n'était pas encore super bien installé, mais il revenait. Gentiment mais sûrement et qui vient à point à qui sait attendre, comme disait, répétait, inlassablement Krešimira Kolvalevic à ses deux filles, lorsqu'elles s'impatientaient.

Hristina et Svetozara avaient toujours eu du mal à comprendre le manque d'affection et de petites attentions de la part de Boromir, leur père. Krešimira leur assurait que sa viendrait, qu'il avait juste besoin d'un peu de temps, lui qui avait si peu l'habitude du schéma type de la famille aimante dont tous les membres s'aimaient, comme on en voit dans les films. La jeune mère de famille essayait de travailler, de son côté, avec celui qu'elle n'avait jamais épousé mais qu'elle considérait tout de même comme son époux pour qu'il soit un peu plus prévenant avec leur progéniture. Malheureusement, la vie en avait décidé autrement, fauchant la vie de Krešimira une année avant que l'on découvre que l'aînée de ses filles et l'homme de sa vie n'étaient pas des monstres à cause de leur étrangeté, mais des sorciers. Depuis lors, l'aînée des sœurs Kolvalevic avait la désagréable impression que ses liens avec celui qu'elle appelait татко, papa, n'avaient fait que se détériorer. Ils se seraient rompus de manière définitive, si la cadette des frangines n'avait pas réussi à en sauver le peu qu'elle avait pu, une décennie et demie plus tôt.
Et si l'arrivée du printemps pouvait être magnifique, avec la fanaison des derniers perce-neiges et autres fleurs de la saison froide, elle avait aussi son côté plein de tristesse, pour la jardinière en cheffe au poste depuis cinq ans et travaillant à Beauxbâtons depuis dix ans. Car la fin de la saison hivernale signifiait le retour de la vie: la verdure recouvrait les jardins et les prés; les agriculteurs Moldus ensemençaient leurs champs; les ours sortaient de leur hibernation et pour une bonne partie des animaux, si ce n'était pas déjà le cas, ça allait être la saison des amours, avec les premiers petits pointant le bout de leur nez. Ce retour de la vie rappelait à Hristina que sa mère, sa mère chérie, sa mère adorée, la première à l'avoir regardé autrement que comme le monstre qu'elle se considérait, enfant, elle, n'était plus là. C'était dur. Très. Ça faisait mal. Énormément. Pourtant, la trentenaire avait décidé, ce matin-là, en se réveillant, de ne pas se laisser abattre...

Se réveiller chaque matin avec l'infime espoir que quelque chose de merveilleux, parce qu'hier ne reviendra jamais et que demain n'existera peut-être jamais! Ce fut, grosso modo, ce que la jeune femme se dit, sous sa douche bien chaude pour chasser son petit coup de mou de la nuitée, tout en remerciant elle ne savait plus trop qui pour ces citations.
Indépendamment du décès de sa mère, de ses relations compliquées et conflictuelles d'avec son père et du fait qu'elle passait toujours pour la fille bizarre de Rijeka Crnojevića, elle était assez contente de sa vie: elle avait, contre l'avis de beaucoup, décidé de garder et d'élever Branimir qui était né alors qu'elle passait ses A.SP.I.C.S. et qui, à l'heure d'aujourd'hui, à l'aube de ses quinze ans, était, de son point de vue, un bon garçon, bien qu'un peu turbulent. Mais quel élève de quatrième année, en pleine puberté qui plus est, ne l'était pas un peu? S'ajoutait à ça qu'après une formation de maraîchère, elle avait eu l'occasion de se perfectionner comme fleuriste et d'accroître ses connaissances en tant qu'herboriste-pharmacienne, avant qu'Olympe Maxime, l'ancienne directrice de l'Académie, n'accepte de l'engager comme jardinière à Beauxbâtons et que Ramsés Borgia, son actuel patron, ne lui garde la place de jardinière en cheffe. Prise de grade que la prédécesseur de ce dernier lui avait fait miroiter, avant son départ à la retraite, cinq ans plus tôt. Oui, elle était assez contente de sa vie, la bulgaro-monténégrine. Une vie simple au milieu des fleurs, des plantes et des arbres. Une vie au service de la nature dont elle se contentait, simplement et chichement.

En sortant de sa longue douche philosophique, une fois intégralement sèche et un linge sur la tête emprisonnant ses cheveux lui donnant ainsi un air de Sultan ou de Maharadja sorti tout droit des contes Moldus des Milles et une nuits, elle alla enfiler une vieille chemise d'homme à longues manches et un vieux pantalon en toile de jute. Ce n'était pas les fringues les plus glamours que la jardinière avait dans son armoire à habits mais ils avaient l'avantage d'être confortables. Surtout que, dans son programme de la journée, la jeune femme avait bien l'intention de faire du désherbage: enlever les quelques mauvaises herbes qui commençaient à poindre, ainsi que faire quelques bouquets avec les dernières fleurs hivernales qui subsistaient bon gré malgré ne feraient pas de mal à la pousse des fleurs printanières dont la semence de certaines graines c'étaient faites à l'automne. S'ajoutait à ça que les divers bouquets que Hristina et ses équipes avaient installé dans les diverses pièces communes de l'école (principalement le Grand Réfectoire, l'infirmerie et les pavillons des trois ordres) commençaient quelque peu à faner. Les derniers bouquets ayant été faits la semaine précédente, que la trentenaire fasse le tour du palais pour jeter ceux qui ne l'avaient pas encore été, nettoyer les vases - les elfes de maison pourraient très bien s'occuper de ça, mais Tina préférait le faire elle-même, étant du genre à apprécier faire intégralement ce qu'elle avait commencé - et en replacer des nouveaux, tout beau et fraîchement cueillis ne ferait de mal à personne. Et surtout pas aux fleurs!

Une fois habillée, elle alla se poster devant le lavabo de sa petite salle de bains au-dessus duquel trônait un miroir. Enlevant le linge qu'elle avait sur la tête et avec l'aide d'un peigne et d'élastiques, Hristina se fit deux queues de cheval partant du dessus de son crâne et retombant dans son dos. Elle avait volontairement laissé deux longues mèches encadrés son visage. Elle en avait laissé tomber une de chaque côté de sa frange qui cachait une partie de son front en tombant au-dessus de ses yeux. Puis, se regardant une dernière fois dans la glace, ses grands yeux bleu clair presque translucides croisèrent une dernière fois son regard dans le miroir. Sans prendre le temps de se faire un quelconque maquillage - pourquoi faire, après tout? Elle allait bosser, pas participé un défilé de Jean-Paul Gautier, d'Yves Saint-Laurent, de Coco Chanel ou de Karl Lagerfeld! - elle alla enfiler une paire de bonnes chaussures. Une fois cela fait, elle quitta, de bien bonne humeur, son petit appartement  présent à l'intérieur de l'école de magie française. Une fois à l'extérieur de la battisse, elle alla chercher sa paire de gants et les quelques outils qui pourraient lui être utiles pour la matinée, avant de se rendre dans les parterres de fleurs où se mêlaient perce-neiges, clématites et quelques autres fleurs d'entre-saison. Si les fleurs d'hiver comme les perce-neiges allaient bientôt disparaître pour ne renaître qu'aux prochaines neiges, les clématites et ses consœurs, à l'inverse, n'allaient qu'accroître, au fur et à mesure que le printemps reprendrait ses droits sur le monde. En y arrivant, la jardinière ne put que constater que quelqu'un avait déjà pris possession des lieux. Une tête blonde habillée d'une simple robe, accroupie entre les diverses variétés de fleurs, nue pied, telle une batteuse de pavés qu'elle n'était pas tan que ça ou une bohémienne qu'elle était un peu plus.
Irina Lupin, bien qu'actuellement squatteuse des plates bandes de fleurs, était l'infirmière de Beauxbâtons depuis trois ans, maintenant. Hristina était son aînée de quelques années et elles s'étaient sans doute aucun déjà un peu croisées, dans les couloirs de l'Académie, à l'époque où elles y étaient toutes les deux étudiantes. Si la jardinière s'y traînait déjà une réputation de fille facile, l'infirmière, elle, devait déjà avoir son côté d'idéaliste vivant au pays des Bisounours et des jolies petites fleurs, bien qu'ayant un côté très polie. C'était, tout du moins, la vision qu'avait eu la bulgaro-monténégrine, lors des discussions qu'elle avait pu avoir avec sa collègue française. La brune admirait à sa façon, la politesse de la blonde, elle qui pouvait être du genre à mettre ses vifs d'or sur la table sans se soucier d'aucune façon que ce soit de la politesse et de la bien séance.
Les poings sur les hanches, les jambes quelque peu écartées, sa paire de gants dans une main et son sécateur dans l'autre, elle attendait, la mine sérieuse et un sourcil froncé, qu'Irina s’aperçoive d'elle-même qu'elle n'était plus seule au monde.  

«Oui, bonjour... »

Lui répondit-elle, alors que l'infirmière se relevait. Sans mauvais jeu de mots aucun, la jardinière n'aimait pas que l'on marche sur ses plates bandes, même si elle ne doutait pas des bonnes intentions de cette fille de bonne famille qui lui faisait face. Si elle avait eu affaire à un élève plutôt qu'à l'une de ses collègues, Tina lui aurait sans doute rué dans brancards sans passer par les salutations d'usage. L'envie de dire très clairement sa façon de penser à Irina la démangeait, la titillait, désagréablement, pourtant, mais ses réflexions existentielles d'un peu plus tôt et sa résolution de passer une bonne journée firent qu'elle préféra s'auto-censurer tout en arrondissant les angles:

«Et du coup, les pieds nus, c'est pour être en meilleurs communion avec les fleurs dont tu as besoin? »

Lui demanda-t-elle, les mains toujours sur les hanches, bugant quelque peu sur le mot communion, preuve irréfutable que la langue de Molière n'était pas sa langue maternelle, comme si son fort accent du pays des Balkans d'où elle était originaire ne suffisait pas de lui-même à le prouver. Et à ses paroles, elle avait joint un regard mi-critique mi-amusé à la tenue - et aux pieds déchaussés, surtout, pour être tout à fait franc - de la blonde qui lui faisait face et dont les chemins n'auraient fait que s'éffleurer si elles étaient restées ces deux ados plus ou moins rencontrées sur les bancs de l'école et si, à l'approche de la trentaine, le destion - pour peu qu'il existe - n'avait pas fait en sorte qu'elles se retrouvent, dans cette école qui les avait toutes les deux vu apprendre la magie entre ses murs...


100x100

Our Story.

Nous sommes à la fin mars 2024, en début de matinée, dans le jardin de Beauxbâtons.
100x100

And...

Collègues de travail

© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Hippogriffe
Exp : 16175
Points de vie (HP) : 3150
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina Giphy
Familier : Rp aléatoire - Irina & Hristina 03cda1aa97b707f3231288eda6f3790530eb7d67r1-367-367v2_hq
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 818
J'aime : 145
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyMar 30 Juil - 12:25
Mains près des fleurs et pieds dans la terre. Si Irina n’avait pas eu cette étrange sensation qu’on l’observait, elle aurait pu rester ainsi pendant des heures. Jusqu’à en oublier de respirer sûrement alors qu’elle faisait la conversation aux divers pétales, tiges, racines et pistils. Néanmoins, l’impression qu’on l’observait avait fait son office alors qu’elle se relevait, avisant la présence de la jardinière en cheffe. Ainsi vêtue, elle lui faisait penser à une sorte de pirate. Reine des flots et aussi menue qu’elle était implacable. Sa posture elle-même, renforçait cette impression. Ce sentiment qu’Irina avait de savoir qu’elle marchait sur un terrain déjà conquis. Un lieu qui n’était pas le sien, qu’elle aurait eu mieux fait d’éviter pendant quelques heures. Le temps de mettre la main sur la légitime propriétaire de ce domaine floral un peu trop enchanté et enchanteur pour la stabilité d’esprit de l’infirmière.Elle, incapable de résister, qui s’y était aventurée. Certes, l’intention n’était pas de nuire ou de détruire mais ça restait une intrusion quoi qu’on en dise. Et la voix de Hristina ne pu que lui confirmer sa pensée. Elle se retenait, n’est-ce pas ? De ne pas l’emplafonner pour avoir aussi justement piétiné son domaine ?

Qu’a cela ne tienne, aussi courtoise et souriante pouvait-elle être, elle aurait très certainement eu le même type de réaction si elle avait trouvé quelqu’un en train de s’aventurer dans les armoires de son infirmerie. Pas parce que les remèdes, potions et ustensiles qui s’y trouvaient pouvaient potentiellement être dangereux si on ne s’en servait pas de la bonne manière. Mais plutôt parce que c’était son espace, son domaine à elle et qu’elle entendait qu’il soit visité par des personnes qu’elle pouvait autoriser. Pour autant, aussi similaire les réactions auraient-elles étés dans le fond, dans la forme, la mise en garde aurait certainement pris deux chemins bien différents. Preuve en est que les individus ont des caractères et des façons de penser bien différentes les uns des autres. Preuve aussi, peut-être, que tous ces points divergeant sont capable de se retrouver en tout un chacun. Comme les fleurs et leurs variétés, ils sont simplement Légion, naissent de manières hétéroclites, s’expriment de façons dissemblables. Mais en reviennent toujours au même point finalement.

Irina soupira, leva les bras en croix avant de les laisser retombés. Sécateur dans une main, fleur dans l’autre. Elle était comme ça. Avec cette étrange faculté de se laisser emporter, de ne pas prévoir la suite de ses actions jusqu’à finir dans un lieu qu’elle n’aurait pas dû ainsi fouler. Devait-elle seulement s’excuser de sa façon d’être ou bien en rire ? En rire sûrement alors que sa voix passait la barrière de ses lèvres tandis qu’elle essayait de masquer cet éclat avec le dos d’une de ses mains. Jusqu’à ce que les paroles de la jeune femme en face d’elle viennent trouver une sorte d’écho. Réussissent à s’implanter dans son esprit pour trouver le chemin et formuler une réponse.

« Les quoi ? Hooo… »

Le rire se transforma en sourire alors qu’elle baissait la tête, observant par-delà le pan de sa robe relevée pour considérer ses pieds dénudés. A quel moment avait-elle encore retiré ses chaussures exactement ? Et comment se faisait-il que, chaque fois, elle oubliait qu’elle le faisait ?A la seconde question, elle avait déjà là réponse. Qu’elle ne prit même pas la peine de formuler dans son esprit alors qu’elle reposait son regard azur sur sa collègue, le visage toujours éclairé d’un sourire enfantin, presque trop mutin.

« Mauvaise habitude que j’ai là. Ou bien bonne vue les circonstances… Ne crois-tu pas que j’aurais provoqué plus de dégâts si je les avais conservés aux pieds ? »

Rhétorique insensible et pourtant si naturelle. Répondre à une question, par une autre question. Certains disaient que ça ne se faisait pas. Que ce n’était pas poli. Pour elle, ça signifiait simplement que la conversation s’engageait et qu’elle évitait ainsi toutes les explications superflues sur lesquelles elle n’avait pas vraiment envie de s’attarder.De plus, la question de Hristina n’en était pas vraiment une non plus, ça sonnait plutôt comme une remarque. Reproche masqué qu’elle comprenant assez bien même si elle n’irait pas jusqu’à le souligner. A quoi bon ? Légèreté valait mieux que conflits et insinuations hasardeuses qui ne trouveraient aucun écho chez elle.

« Mais tu as raison sur un point… » Relevant sa robe un peu plus encore, Irina fit un pas en avant. Son pied restant cependant en suspension dans l’air alors qu’elle tendait l’une de ses mains en direction de sa collègue. « Aides moi donc avant ça, s’il-te-plait, que je passe au moins par le chemin que j’ai emprunté la première fois. »

Main toujours tendue, elle attendit quelques secondes tout en regardant la terre autour d’elle. Dire qu’elle avait parfois deux pieds gauches n’était pas loin de la réalité. Combien de fois par semaine se prenait-elle les pieds dans ses propres jupons ? Combien de fois manquait-elle de bien viser l’encadrement d’une porte quand elle avait les bras chargés ? Ça ne se comptait pas vraiment ? Elle n’était pas vraiment maladroite, elle oubliait simplement, par moment, de faire attention. Etrangement, ces faits se produisaient plus souvent quand elle savait devoir faire attention. Quand elle souhaitait accorder à un mouvement toute sa concentration. Comme si son cerveau refusait purement et simplement qu’elle lui impose quelque chose.  

« Mais ce n’est pas de fleur dont j’ai besoin en premier lieu, plutôt de toi. »

Les deux se rejoignaient bien entendu. Les deux se rejoignent toujours. Depuis trois ans, Irina n’imaginait pas Hristina ailleurs que dans les jardins de l’école, tout comme elle n’imaginait pas ce navire fleuri sans sa capitaine.

« Ou bien, devrais-je reformulé la chose. J’ai effectivement besoin de fleurs pour égayer l’Infirmerie ; mais je préférerai que tu choisisses toi-même ce qui irait le mieux. Ton expertise dans ce domaine est plus conséquente que la mienne. Avouons aussi que je viens déjà de t’offenser une première fois n’est-ce pas, réitérer n’est pas vraiment une bonne idée. »

Légère et joyeuse alors qu’un rire revient prendre la place qu’il n’a jamais vraiment quitté. Avoir conscience de faire ce qu’on ne devrait pas faire. Savoir que ça ne plait pas et le relever juste assez pour ne pas s’en sentir gêné. Juste assez aussi, pour s’excuser à sa façon et ne pas se laisser embourber dans milles explications et justifications. Elle en aurait été bien incapable cela dit en passant, tout comme elle était incapable de s’attacher à tout ce qui était négatif. Dans son esprit, ça devenait fatalement positif à un moment où à un autre et puis, nous n’en étions qu’au tout début de la matinée, pourquoi ne pas continuer et passer une merveilleuse journée ?


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Le choixpeau magiqueHistoria PactumLe choixpeau magique
Maitre du jeu
Exp : 1229
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : les chapeau n'ont pas de baguette
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina 3267122442_1_3_oMmgz4Wk
Célébrité : Le choixpeau magique
Parchemins : 5061
J'aime : 112
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyDim 1 Sep - 1:59




/!\ Attention /!\



Ce RP n’a pas reçue de réponse depuis 1 mois ou plus ! Il sera archivé et donc annulé d’ici le 15/09 sans réponse de votre part !

/!\ Au bout de 3 avertissements à la même personne (celle a qui c’est le tour de posté), la personne est mise en danger !










Revenir en haut Aller en bas
Hristina KolvalovicHistoria PactumHristina Kolvalovic
Oiseau-Tonnerre
Exp : 36228
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 22 cm, bois d'Amourette et moustache de Fléreur
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina K555
Âge IRL : 24
Célébrité : Ksenia Solo
Parchemins : 5379
J'aime : 109
Date d'inscription : 21/04/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyVen 13 Sep - 13:14

550 de large
Le plus beau des bouquets
La plus belle de toutes les fleurs est la fleur de la liberté. — Jean Fischart
Ses yeux d'un bleu pâle translucide, presque transparent, qui font deux ou trois tours dans leurs orbites et un léger sourire qui étire ses lèvres dans une ligne fine, presque inexistante. A ça s'ajouta un léger haussement de sourcil de la part de la brunette, alors que sa collègue aux cheveux blonds aux reflets blancs et argentés plaçait l'une de ses mains devant sa bouche pour ne pas laisser échapper le rire qui lui venait du plus profond de ses tripes: Irina était-elle en train se foutre royalement de sa gueule?

«Les pieds - les tiens, s'entend, hein!? - s'ils sont nus, c'est pour une meilleure communion avec les fleurs dont tu as besoin? »

Répéta la jeune jardinière en cheffe en désignant avec la pointe de son sécateur successivement les pieds de sa collègue de l'infirmerie et sa paire de chaussures, à la limite de la plate bande de fleurs dans laquelle cette dernière se trouvait.

«Irina Améthyste Fauchet-Lupin, tu es incorrigible! »

Lâcha Hristina à la réponse par une question de la jeune blonde.

«Une mauvaise herbe est plus facile à mater et à tenir en place que toi... »

Continua-t-elle en rangeant sa paire de gants dans l'une des poches de sa chemise d'homme pour tendre sa main une fois libérée de son fardeau à l'infirmière qui, un pied en l'air, tentait tant bien que mal de sortir de ce patelin floral et coloré.
Est-ce une insulte que la bulgaro-monténégrine venait de lancer à la française? Pas vraiment, lorsque l'on savait qu'elle était du genre à ne pas se gêner d'utiliser des termes plus... virulents!?, voir même sacrément moins sympathique, lorsqu'elle décidait de vraiment déposer ses vifs d'or sur le table - quoi qu'il n'y ai pas eu en vue, de table, dans cette partie du jardin, bien qu'ils auraient pu être posés sur la Fontaine Flammel que l'on voyait, de très loin - lorsque l'on venait à les lui briser sérieusement de façon sévère. Non, du point de vu de la trentenaire, c'était plutôt une petite pique pas insultante pour un euro. De plus, elle avait à faire à Irina et il lui semblait qu'il lui en faudrait un peut plus que de se faire comparer à une mauvaise herbe pour qu'elle se sente insultée. Mais l'infirmière, avec son côté enfantin et mutin, pouvait parfois être assez difficile à cerner et s'il on avait tous une façon différente d’interpréter les choses, Tina, malgré les quelques années qu'elle avait déjà pu passer aux côtés de sa collègue, avait parfois du mal à savoir comme elle allait prendre les choses. De toute façon, que ce soit Irina ou quelqu'un d'autre, pour le grand malheur de beaucoup de gens, la jardinière en cheffe n'était pas du genre à prendre des gants ni à tourner sa langue sept fois dans sa bouche, lorsqu'elle se sentait dans l'obligation d'avoir à dire quelque chose, bien qu'elle avait parfaitement conscience d'où se trouvait la limite et jusqu'où elle pouvait aller avec son interlocuteur, pour peu qu'elle le connaisse un minimum. Preuve en était, avec cette petite pique, que celle qui avait grandi dans une herboristerie-pharmacie d'un petit village du Monténégro n'en voulait, dans le fond, pas - ou plus - tant que ça, à sa cadette...

Après ce qui aurait pu s'apparenter à un parcours du combattant, Irina ayant tant bien que mal et avec l'aide de Tina essayé de passer par le même chemin qu'elle avait pris à l'aller, les deux jeunes femmes se rejoignirent à "l'orée" du parterre du fleurs.
L'aînée eu tout de même un franc haussement de sourcils, laissant ainsi comprendre que la réflexion de la plus jeune sur la fait qu'elle la cherchait l'intriguait: elle était tout de même au milieu de ses fleurs, en cueillant certaines, donc avait-elle réellement besoin de l'aide, de l'avis ou d'une permission quelconque de la part de celle qui était depuis cinq ans la jardinière en cheffe du jardin à la française de l'Académie de magie Beauxbâtons? Si elle avait pu se permettre, sans gêne d'aucune sorte que ce soit, d'aller se servir de fleurs, c'est qu'elle n'avait peut-être pas tant besoin que ça de Tina et qu'elle savait parfaitement ce qu'elle se voulait, si!? Quoi que... non, en fait, après réflexion: c'était Irina, pas n'importe qui d'autre! Malgré tout, ses yeux bleu pâle toujours rivés sur la petite blonde, elle la laissa continuer sans l'interrompre pour autant.

«Je peux te proposer plusieurs petits bouquets de primevères au milieu desquels je pourrais piquer une hellébore ou une renoncule. »

Lui proposa la jardinière, un sourire aux lèvres et en balayant l'air de la main, signe qu'elle oubliait le léger massacre de la plate bande par sa collègue qu'elle savait, dans le fond, pas dans une intention de faire du mal volontairement, même si elle s'en serait volontiers passé. Quand aux bouquets pour l'infirmerie, les primevères - principalement les bleues - pourraient s'avérer utiles, vu qu'ils étaient généralement utilisés pour les petits bouquets d'intérieur: un bouquet de ses fleurs pourrait être déposé sur chacune des petites tables de chevet qu'il y avait aux côtés de chacun des lits de la zone médicale de l'école. Et dans la vase, en plus des primevères, au milieu de ces dernières, pourrait ressortir une renoncule orange ou une rose de Noël verte.
Des primevères de couleur bleue car, dans le langage des fleurs, cette couleur faisait référence aux personnes rêveuses et créatives. Et comme Irina s'avérait être, à sa façon, une rêveuse, des primevères bleues pourraient être assez représentatives de sa personne. Au milieu de ces fleurs, les premières à pousser au printemps, dans un bouquet sur deux, une renoncule orange, et dans les bouquets où il n'y aurait pas de renoncules, seraient mis une rose de Noël verte.
Les renoncules trouvaient leur origine en Asie et étaient, du point de vu de Tina, assez originales car leurs pétales formaient une spirale assez serrée. L'on en trouvait principalement des roses, des jaunes, des pourpres, des blanches ou encore des oranges. Les fleurs orangées signifiaient, indépendamment du fait que l'orange était une couleur chaude, la bonne humeur. Les patients d'une infirmerie avaient bien besoin de bonne humeur et quoi de mieux que quelques renoncules oranges pour ça?
Les étoiles de Noël, également appelées hellébores, quand à elles, fleurissent principalement en hiver, d'où leur nom. Au printemps, l'on trouvait encore les dernières gerbes de cette fleur hivernale que l'on pouvait trouvé dans divers coloris allant du blanc pur au pourpre en pouvant même passer par le vert. Et qui s'y connaissait un minimum savait que le vert était porteur d'espoir naturel. Qui n'a pas eu besoin, à un moment donné ou à un autre de sa vie, d'un peu d'espoir? Et quel meilleur endroit que l'infirmerie pour y placer les dernières hellébores vertes des jardins?

«Tu veux m'aider? »

Proposa Hristina à Irina, preuve définitive que la hache de guerre était enterrée.


100x100

Our Story.

Nous sommes à la fin mars 2024, en début de matinée, dans le jardin de Beauxbâtons.
100x100

And...

Collègues de travail

© Narja - Never-Utopia


Rp aléatoire - Irina & Hristina 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Le choixpeau magiqueHistoria PactumLe choixpeau magique
Maitre du jeu
Exp : 1229
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : les chapeau n'ont pas de baguette
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina 3267122442_1_3_oMmgz4Wk
Célébrité : Le choixpeau magique
Parchemins : 5061
J'aime : 112
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyVen 3 Jan - 16:47




/!\ Attention /!\



Ce RP n’a pas reçue de réponse depuis 1 mois ou plus ! Il sera archivé et donc annulé d’ici le 31.01.2020 sans réponse de votre part !










Revenir en haut Aller en bas
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Hippogriffe
Exp : 16175
Points de vie (HP) : 3150
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina Giphy
Familier : Rp aléatoire - Irina & Hristina 03cda1aa97b707f3231288eda6f3790530eb7d67r1-367-367v2_hq
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 818
J'aime : 145
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyVen 24 Jan - 23:55
Incorrigible ?! Elle ?! Irina ?! Non, non, non, ce n'était pas vrai. Elle était tout à fait corrigible... Dans l'utopie d'un monde où la vie ne serait faite que de personnes totalement normales avec des modes de pensées normaux et des idées bien terre-à-terre. Dans ce monde là, oui... Certainement, elle serait corrigible mais y vivre serait-il seulement intéressant ? Parce que n'était-ce pas la nature de l'Homme -avec un grand H ne soyons pas radins- qui faisait que cette vie était intéressantes ? Heu... Attendez. Stop... Irina, la fille de l'infirmerie qui écoute les gens et oublie tout aussi rapidement vient de penser que c'est vachement intéressant d'écouter les autre parler... Et l'hôpital, il viendrait pas se foutre doucement de sa charité ? Mais alors vraiment, un tout petit peu ? Sûrement... Mais ce n'était pas important. L'important c'était l'objectif de la mission, si mission il y avait. D'ailleurs elle l'aurait presque oublié à mesure que Hristina parlait. C'est qu'elle avait une capacité proche de zéro à ne pas se perdre toute seule dans le labyrinthe que formait son esprit. Où alors elle venait tout juste de développer une profonde allergie lorsque sa collègue avait, gentiment, prononcé l'ensemble de ses prénoms et nom... A coup sûr, le frisson et la grimace de dégoût avaient clairement été perceptibles. Un peu plus et elle en aurait mimé un vomissement. C'est qu'entendre la voix de sa mère dans le corps de la Jardinière en Cheffe, c'était tout de même un peu perturbant. Elle allait tout de même pas se mettre à lui faire l'article sur l'engagement et le mariage n'est-ce pas ? Non parce qu'à ce stade, Irina préférait encore bouffer les pissenlits par la racine, au moins, il n'y aurait plus que ses pieds à être en communion avec la nature !

Mais bon, raisonnablement... Hristina ne pouvait pas être aussi méchante que ça, n'est-ce pas ? Et puis, elle l'avait bien coupée cette jolie fleur, donc drame il n'y avait pas. D'accord, elle avait un peu piétiner tout autour des racines, et continuait alors qu'elle sortait des plates-bandes pour se retrouver près de sa consœur, mais ce n'était pas de sa faute ! Enfin si, un peu... Dites, et si on arrêtait d'épiloguer sur le sujet pour se concentrer sur autre chose. Par exemple, laisser Tina faire ce qu'elle savait faire de mieux. Composer, décorer, allier un fleur à l'autre dans un bouquet presque parfait. Presque, parce qu'il manquait les abeille de l'été pour le compléter. Ou bien n'importe quel petit animal qui pourrait y élire domicile. Un ver de terre ça passerait bien aussi.
Pardon ? Les bouquets sont pour l'infirmerie ? Oups... D'accord, sans bestioles alors. Pour éviter les cris des adolescentes prises de paniques devant le plus inoffensif des insectes. Et dire qu'on les traitaient encore parfois de nuisible mais... On s'égare pas un peu, encore une fois ?

Mais ce n'était pas de sa faute à elle, si elle se perdait ! C'est parce qu'elle était inspirée à la regarder s'affairer. Si bien qu'elle avait l'esprit pas du tout caler. Et puis, il y avait bien trop de choses à observer dans cette douce et fraiche matinée. Des odeurs qui continuaient de s'élever de l'herbe, de la terre, des fleurs qui s'ouvraient lentement et qui bientôt formeraient un bouquet. Avec un peu de chance et beaucoup de silence, on pourrait presque imaginer entendre jusqu'à la plus petite fourmis travailler... Irina n'était plus là, sauf peut-être physiquement alors qu'elle restait plantée près des fleurs à observer un peu de tout et un peu de rien.

« Tu as une théière ? »

Oui, pour faire du thé. Ça parait évident non ? Et puis c'était tout à fait logique que de sortir ça maintenant. Tiens, d'ailleurs, elle allait aller chercher son thé -oui on sait tous ce que peut provoquer un Accio mal employé dans les Jardins de Beauxbâtons, @Etienne A. L. Ballessaim, le découvrira un jour dans ce rp- donc autant faire en sorte de ne pas faire venir à elle tous les thés du monde. Quoi que ça restait des plantes, Hristina ne lui en voudrait sûrement pas.

« Avec des gâteaux légèrement sucrés... Hoo, j'ai une idée ! »

Et pas qu'un, mais la réflexion est plus pour elle que pour Hristina qu'elle laisse presque plantée là. Bien entendu, elle reviendra. Courte sur pattes c'était certain mains c'était souvent les plus petits qui courraient le plus vite ; question de survie. Si tôt partie, si tôt revenue.... Bon, ne délirons pas, Tina avait bougé entre temps et la blonde eu quelque peu de mal à reconnecter ses neurones. Mais elle avait sa théière, une nappe aussi et quelques biscuits de sa confection. Bien, l'odeur ferait revenir la Jardinière de toute façon. Ou bien une inquiétude quelconque sur la disparition de la jeune femme. Sait-on jamais. Il ne faut vraiment pas la laisser seule plus de trois secondes dans ce paysage qui semble, pour elle, être une véritable caverne d'Ali-Baba. Hooo... Qu'il est mignon ce papillon, avant, pour sûr, c'était une Chenille, bleue, toute bleue et elle vivait dans un épais nuage de fumée. Ou pas, ça c'était peut-être plutôt ce qui allait lui arriver si elle finissait la théière pleine de ce thé... Quelle heure était-il déjà ?


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Hristina KolvalovicHistoria PactumHristina Kolvalovic
Oiseau-Tonnerre
Exp : 36228
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 22 cm, bois d'Amourette et moustache de Fléreur
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina K555
Âge IRL : 24
Célébrité : Ksenia Solo
Parchemins : 5379
J'aime : 109
Date d'inscription : 21/04/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyLun 3 Fév - 11:18

550 de large
Le plus beau des bouquets
La plus belle de toutes les fleurs est la fleur de la liberté. — Jean Fischart
A la grimace de sa collègue, après qu'elle lui eu énuméré l'intégralité des noms présents sur ses papiers, la jardinière en cheffe eut un moment d'hésitation quand à savoir si, oui ou non, elle devait lui tendre ses mains en bol pour qu'elle y vomisse. Oui mais non, en fait. Après la dite hésitation - très courte, n'est-ce pas? -, Tina se dit que, au pire du pire, elle tiendrait les cheveux d'Irina, en espérant qu'elle aurait la décence de ne pas vider ses tripes et ses boyaux dans le parterre de fleurs. Au pire, si elle venait à se vider dans les fleurs, elle pourrait l'étriper et l'utiliser comme engrais lors de sa prochaine tournée de plantage de graines pour les fleurs de la saison prochaine. Comme ça, ni @Ramsés Borgia, ni @Etienne A. L. Ballessaim n’accepteraient l'excuse de 'je voulais tester un nouvel engrais' pour expliquer la mort soudaine de l'infirmière? Non, les gars, franchement? Ça vous dit pas, l’innovation? Et comment ça, c'est pas recevable, comme excuse? En plus, la brune était quasiment sûre que la blonde ne serait pas contre de donner son corps à la terre... Mais bref, passons! Tina tenait trop à sa place pour prendre le risque de dégnomer une collègue qui aurait eu l'idée de saugrenue de bousiller une partie des fleurs des jardins. Le directeur et son adjoint avaient sans doute beaucoup d'humour, la bulgaro-monténégrine n'en doutait pas une seule seconde, même si le premier était plus du genre cynique que réellement d'une drôlesse imparable, mais on allait pas pousser l'humour noir, mémé dans les orties et pépé à la prostitution en poussant le bouchon aussi loin...

La jeune femme taillada ce qu'elle pu des fleurs encore en état, dans ce petit bout de coin de paradis, pour en faire quelques bouquets pour l'infirmerie.

«Pardon!? »

Qu'elle demande à sa collègue, les yeux ronds, en se redressant, des fleurs plein les mains. Oui, les yeux ronds, vous avez bien lus. Déjà que Tina peu avoir un regard assez impressionnant de base, mais si en plus elle écarquille les yeux plus que de raison, la sensation de regard impressionnant peu être d'autant plus impressionnant. C'est que, pour le coup, Tina, elle était pas prête à la demande d'Irina qui venait de lui demander... si elle avait une théière? Seriously!?

«J'ai une brouette, si tu veux, dans ma réserve, mais je ne pense pas que ça fera l'affaire, si!? »

Mais déjà, la petite blonde piquait un sprint vers le palais abritant l'école. Cours, Louis Zamperini, cours! Quoi que, pour le coup, Irina avait plus des airs de Sam Gamegie que de Louis Zamperini! Mais on va mettre ça sur le compte que le petit suisse qui sert de joueuse à la jardinière c'est regardée le film Invincible, récemment... Mais, dans tous les cas, Tina savait sa collègue capable de préparer du thé dans une brouette, sauf qu'elle était déjà trop loin pour que l'idée ne lui traverse l'esprit. La jardinière profita donc que l'infirmière s’éclipse pour aller chercher quelques vases qu'elle remplit d'eau. Elle y fourra divers bouquets de fleurs tous autant colorés les uns que les autres, avant d'aller les dispatcher à l'infirmerie sur les tables de chevet séparant les lits. En revenant dans les jardins, la bulgaro-monténégrine retrouva la française assise sur une nappe entourée d'une théière et de biscuits divers, en train d'admirer une petite chenille bleus.

«Tu sais à qui tu me fais penser? »

Qu'elle lui demande, en s'asseyant à côté d'elle.

«A Alice, dans Alice au pays des merveilles, de Charles Lutwidge Dodgson. »

Qu'elle répond d'elle-même, sans laisser à sa collègue le temps d'ouvrir la bouche. Tina attrape la théière, ainsi qu'une tasse qu'elle remplit

«C'est l'heure du thé, mon cher Chapelier! »

Continua la jardinière en tendant la tasse fumante à Irina. La Née Moldue n'était pas certaine que sa collègue connaisse réellement Les aventures d'Alice au pays des merveilles, cette dernière ayant grandi dans une famille de sorciers, mais perchée comme elle l'était, ça ne serait pas étonnant.


100x100

Our Story.

Nous sommes à la fin mars 2024, en début de matinée, dans le jardin de Beauxbâtons.
100x100

And...

Collègues de travail

© Narja - Never-Utopia


Rp aléatoire - Irina & Hristina 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Hippogriffe
Exp : 16175
Points de vie (HP) : 3150
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina Giphy
Familier : Rp aléatoire - Irina & Hristina 03cda1aa97b707f3231288eda6f3790530eb7d67r1-367-367v2_hq
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 818
J'aime : 145
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyMar 18 Fév - 11:50
Perchée, elle ? Non, non, non. C’était tout à fait logique que de demander une théière en plein milieu d’une conversation sur les plantes. Bon, d’accord, c’était un peu comme demander où étaient passé ses chaussures entre le fromage et le dessert de la veille mais c’était un fil raisonnablement logique dans une conversation. Il fallait juste suivre. Et sincèrement, est-ce que ça avait l’air de l’intéresser que de savoir si les gens suivaient son raisonnement ou non ? C’était un moment parfait pour boire du thé. A la fraiche, dans l’herbe encore humide et avant le début des cours qui marqueraient une nouvelle journée à l’Académie Française. Dans quelques heures, ou peut-être quelques minutes maintenant, il y aurait la queue des flemmards aigus devant son infirmerie et des bailleurs aux corneilles dans les jardins de Tina. Alors profiter de ces quelques minutes de silence -pour peu que les deux jeunes femmes soient réellement silencieuses- dans les jardins ; ça n’avait pas de prix !

La brouette non plus n’en avait pas ! Mais ce serait moins compliqué de terminer une théière fumante qu’une brouette qu’on devrait mettre à chauffer sur un feu de camps. Et puis, il y aurait moins de risque de terre dans les poumons et de coupures sur des épines qui provoquerait le tétanos et autres joyeusetés ! Imaginez, ci-gît Irina, infirmière de Beauxbâtons, tuées par une épine de rose fichée dans une brouette terreuse remplie de thé. Ladite épine s’étant plantée dans son œsophage alors qu’elle mangeait un gâteau sucré. Ça faisait mauvais genre sur la pierre tombale non ? Sa mère apprécierait sûrement peu et finalement, faire don de ses cendres à la terre serait peut-être une meilleure idée… Si un jour elle entrait dans les pensées de Tina et en viendrait à avoir connaissance de la volonté de cette dernière de se servir d’elle comme engrais, elle lui soufflerait peut-être une méthode de conservation sur la durée pour servir ad vitam aeternam !

Mais vu qu’elle n’avait pas encore cette faculté, autant continuer de courir jusque dans ses appartements pour faire chauffer ce fiche thé et récupérer les tasses, petits gâteaux et jolie nappe qui adorait être posée à terre. Le tout en virevoltant de façon incessante pour mieux se perdre dans les couloirs et revenir a son point de départ. Même pas essoufflée qu’elle était ! C’est que ça avait un avantage d’être capable de passer du coq à l’âne aussi bien mentalement que physiquement. Tout comme ça en avait un de rire comme une baleine agonisante les trois quarts du temps. Mais vu qu’on a déjà débattu sur les otaries, on va peut-être éviter de se faire la même sur d’autres mammifères marins…

Et c’est sûrement ainsi que Tina la retrouva, toute à sa petite préparation entre deux hallucinations sur les chenilles et les papillons. Un peu plus et elle allait imiter Heimlich dans ce film moldu que les enfants français avaient sûrement adorés à l’époque de sa sortie -c’est que 1001 pattes était très drôle de son point de vue, même si le voir sur grand écran avait été un problème de taille à l’époque-. Alors avant qu’elle commence à crier « Je voooole, wegawdez, jo souis oune mageunifique papillion ! » elle allait s’en retourner à sa tasse de thé et à sa théière.

« J’aime beaucoup cette œuvre ! Tout à fait intéressante. Tu savais qu’il y en avait des versions illustrées assez rares mais dont les couleurs semblent réellement vivantes ? »

Bon après, elle n’était pas certaine d’être vraiment une Alice. Ou alors elle devait plus être un croisement entre un Chapelier, un lièvre de Mars, Alice et TweedleDee ; sauf qu’elle n’avait pas de jumelle pour faire le Dum.

« Tiens, manges ça, il n’attend que ça. Tu m’en diras des nouvelles, c’est une recette que j’ai inventée hier. »

Ou il y a quelques jours. Enfin, c’était mangeable. Sucré, très sucré mais très bon ! Qui refuserait une razzia de sucre ? Certainement pas elle et Tina non plus à qui elle enfournait le biscuit dans la bouche. Après les yeux ronds, elle pouvait toujours faire une tentative de bouche en cul de poule pour pas s’étouffer avec le sablé du gâteau.

« La prochaine fois je vote pour des cupcakes, avec un toping rose et des paillettes en sucre, ça ira bien avec le bleu des fleurs et ça rendra plus joyeux tes vêtements. »

Bon après, si le côté chimique du rose trahissait la contrefaçon de champignons aussi bien que le sablé trahissait l’utilisation de racines, il n’y aurait peut-être plus besoin de couleurs sur les gâteaux pour voir la vie en rose…


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Hristina KolvalovicHistoria PactumHristina Kolvalovic
Oiseau-Tonnerre
Exp : 36228
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 22 cm, bois d'Amourette et moustache de Fléreur
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina K555
Âge IRL : 24
Célébrité : Ksenia Solo
Parchemins : 5379
J'aime : 109
Date d'inscription : 21/04/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyJeu 12 Mar - 21:30

550 de large
Le plus beau des bouquets
La plus belle de toutes les fleurs est la fleur de la liberté. — Jean Fischart
C'était très mignon cette image de l'infirmière en pleine discussion avec Absolem, la chenille sur le point de devenir un merveilleux papillon, qu'eu la jardinière en revenant dans les jardins. Après être allée déposer les bouquets de fleurs mis en vases sur les tables de chevet de l'infirmerie, Tina était restée quelques secondes à observer sa cadette, au loin, un sourire aux lèvres. Irina, malgré un début de trentaine, avait su garder un côté assez - pour ne pas dire très - enfantin, si l'on puis dire.

Quand les cheveux blanchissent, l'esprit se développe, comme dirait un certain proverbe de Bulgarie, ce pays avec lequel elle avait quelque peu coupé les ponts après la naissance de son fils.
Si la française avait l'air d'avoir des cheveux plus blancs que sa collègue bulgaro-monténégrine, cette dernière n'était pas certaine que l'une d'entre elles ait un esprit plus développer que l'autre. Pas qu'elles étaient stupides, loin de là, c'était juste que... Qu'avec Irina, l'ambiance était un peu plus détendue. Tout du moins, la jardinière en cheffe pouvait se laisser un peu plus aller avec sa collègue de l'infirmerie qu'en présence des élèves qu'elle croisait régulièrement dans les jardins et avec qui elle pouvait parfois être moins cool. Et ce fut donc toute à ses réflexions que Tina vint finalement s'asseoir aux côtés d'Irina. Alors qu'elles se servaient le thé, entre les appellations d'Alice et de Chapelier Fou, ainsi que la présence d'Absolem la chenille, il ne manquait plus que qu'un lapin blanc toujours en retard (en retard, en retard, je suis en retard!), un lièvre, les jumeaux Tweedle et un chat de Cheshire et les deux jeunes femmes auraient pu être bonnes pour jouer dans la prochaine adaptation des aventures au pays des merveilles. Irina dans le rôle de Mirana et Tina dans celui d'Iracebeth, ça le fait, non? Surtout que, à l'image de la reine de cœur, la noiraude n'aurait pas été contre l'idée de couper quelques têtes. Et non, pour le coup, elle ne pensait pas forcément à la blonde! Blonde qui, malgré le fait qu'elle pouvait parfois - souvent, même - donné des envies de meurtre à la mère de famille en perdant - l'infirmière ne dirait-elle pas oublié, plutôt, olé olé qu'elle pouvait l'être? - ses chaussures un peu partout dans les extérieurs de l'école française, les jardins en tête. Ça avait été surprenant et déroutant, les premiers temps - non parce que, c'est original comme nouvelle espèce de fleurs, les chaussures de la Lupin, non!? Pas que ça aurait dérangé plus que ça la Kolvalovic de se tester avec sa collègue à la découverte de nouvelles fleurs ou autres plantes à partir de chaussures on rajoute @Lorn Atwings et ses collègues botanistes enseignant aussi bien à Beauxbâtons qu'à Durmstrang dans ce petit groupe d’innovateurs et ce serait le pompon, l’apothéose, de la recherche!, mais la jardinière en cheffe n'aurait pas été contre non plus d'être mise au courant de cette initiative. Il ne lui avait pourtant pas fallu longtemps pour comprendre qu'Irina n'abandonnait pas ses chaussures dans un espoir vain de créer une nouvelle espèce de fleurs, mais parce qu'elle était tête en l'air et qu'elle était, sans doute aucun, mieux pieds nus.

Tina eut un sourire. Oui, elle savait qu’il y en avait des versions illustrées assez rares mais dont les couleurs semblent réellement vivantes. Et il y en avait eu tellement, des versions des Aventures d'Alice au pays des merveilles, depuis sa première parution en juillet 1865 aux éditions Macmillan and Co et écrite par Carroll. Des longs métrages, tant d'animation que pour le cinéma, à la radio, des téléfilms, des séries télévisées, des séries animées, des bandes dessinées et des jeux vidéos, sans comptes les œuvres qui en sont inspirées. Tina en connaissait une partie, sans pour autant les avoir toutes vues et lues, trop nombreuses qu'elles étaient.

«Mgrmmf...! »

Que la trentenaire tenta de protester, lorsque la petite blonde lui fourra quelque chose de pâteux, mou et sucré dans le bec. Tentative d'assassinat! A l'aiiiiiiiiiiiiide! Ah, non! Fausse alerte! On arrête tout! Réexpédiez les Aurors du Ministère de la Magie de France, la gendarmerie, les flics, les ambulanciers et éventuellement les pompiers par chez eux: c'est juste Irina qui a été prise d'un élan de bonté profonde et sincère en faisant prendre son petit déjeuner à Hristina!
Tout en mastiquant pour tenter de désengorger sa bouche et avaler sans être à deux doigts de s'étouffer - ça, c'était un peu compliqué -, la jardinière assassinée finalement pas assassinée écouta poliment le débit de paroles de la petite blonde. Bon, on dit petite pour désigner la Sang-Pure française, mais les deux femmes ne devaient pas avoir plus de six centimètres de différence, mais chut What a Face !

«Quoi 'es fêt'ments? Qu'ech qu'y chont mes fêtements? »

Tenta d'articuler Tina tout en s'essayant à avaler le biscuit bleu. Pas sûr que les mots qui étaient sortis de ça bouche aient pu vraiment être compréhensible - déjà qu'elle avait un accent monténégrin, quand elle parlait la langue de Molière ou quand elle s'essayait à celle de Shakespeare, à couper au couteau ou à faire faire une syncope à des vaches normandes et fribourgeoises -, mais balek - en non francophone de naissance qu'elle était, Tina avait mis un moment à comprendre que ça voulait dire on s'en bat les cacahuètes -, comme diraient les jeunes. Et puis c'est vrai, quoi: qu'est-ce qu'ils avaient, ses vêtements? C'étaient des vêtements en toile de jute pour les bas et une vieille chemise d'homme pour le haut, mais tout de même. Tina n'avait pas besoin de ressemble à un caméléon ou à un arc-en-ciel pour travailler, si!?

«T'es sûre qu'il n'y a que des paillettes, dans tes gâteaux? »

Qu'elle demande, Tina, perplexe, en haussant un sourcil et en lançant un regard en coin à Irina, la pâtisserie finalement avalée. Oui, parce que, depuis trois ans, c'est qu'elles avaient commencé à bien se connaître, les deux jeunes femmes, et ce n'est pas qu'il était de notoriété publique que la blonde était du genre à être quelque peu portée sur la fumette et les plantes et autres racines hallucinogènes. Du coup, lorsqu'elle vous offrait des petites douceurs, il valait mieux y aller mollo, car elles n'étaient sans doute aucun pas composées uniquement des ingrédients que l'on aurait dû y trouver à la base.

Vous voyez, le Disney Dumbo? Vous savez, ce bébé éléphant qui a de grandes oreilles? Lorsqu'il est séparé de sa maman sous le seul prétexte qu'elle avait voulu protéger son petit, comme le ferait n'importe qu'elle maman digne de ce nom - ce Disney avait toujours fait pleurer Tina et plus particulièrement ce moment précis, avec celui où il va la revoir à travers les barreaux de sa cage -, il fit la connaissance de Timothy, une petite souris adorable qui devient vite son ami. A un moment donné, dans l'histoire, les deux amis abusent un peu trop de la boisson alcoolisée et finissent dans un arbre à faire des bulles d'éléphants roses et dansants.
Pas que la vision de gros éléphants bien flippants et tout roses en train de danser la polka polka sur un air de jazz ou de blues l'auraient traumatisé plus que ça, mais, par contre, on ne pouvait pas dire que l'idée de voir l'une de ses fleurs virées au jaune pissenlit - autant dire jaune urine, comme diraient certainement certains - alors qu'elles étaient plutôt dans les tontes bleues, violettes, roses ou blanches, elle risquait certainement de vriller un bon coup!


100x100

Our Story.

Nous sommes à la fin mars 2024, en début de matinée, dans le jardin de Beauxbâtons.
100x100

And...

Collègues de travail

© Narja - Never-Utopia


Rp aléatoire - Irina & Hristina 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Hippogriffe
Exp : 16175
Points de vie (HP) : 3150
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina Giphy
Familier : Rp aléatoire - Irina & Hristina 03cda1aa97b707f3231288eda6f3790530eb7d67r1-367-367v2_hq
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 818
J'aime : 145
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyJeu 19 Mar - 22:53
Thé servit et gâteau amoureusement enfoncé dans la bouche de sa chère et tendre collègue et voilà que le meilleur moment de la journée pouvait commencer. Maintenant que Hristina ressemblait à ce perroquet dans un dessin animé (moldu toujours, la sang pure en a grave des références) qui, perché sur l'épaule de son maitre sorcier s'étouffait chaque fois qu'un sultan lui en collait un dans le bec, il fallait passer aux choses sérieuse. C'est à dire, siroter cette tasse de thé en avalant un petit biscuit de son cru tout en regardant sa collègue se débattre avec celui qu'elle avait dans la bouche. Amusée, Irina mit un certain temps à s'enlever l'image du volatile de l'esprit alors qu'elle branchait son décodeur à bouches pleines.
C'est qu'il était toujours très dangereux de laisser la jeune infirmière en présence de biscuits, chocolats ou autres gâteaux... N'avait-elle pas fait avaler, par mégarde, une moitié de chocolat aphrodisiaque au professeur @Etienne A. L. Ballessaim quelques jours plus tôt ? Et le tout, dans un égout infesté de rats... Mais que la jardinière se rassure, il n'y avait là dedans aucune potion susceptible de provoquer un amour transcendant pour la première personne qui passerait. Après tout, elle les avaient cuisinés elle-même ces gâteaux et elle savait exactement ce qu'il y avait dedans ! Enfin presque...

« Tes vêtements sont très bien ! Saillants à souhait. Peut-être pourrais-tu même me les prêter afin que je découvre la sensation que c'est que d'être une pirate sans bateau... »

Parce que oui, elle trouvait toujours que la jardinière en cheffe ressemblait à un pirate dans ces vêtements. Il ne lui manquait plus qu'un tricorne et un drapeau noir pour parfaire le look de l'instant ! Mais bon, ça en reviendrait à mélanger plusieurs dessins animés en même temps n'est-ce pas ? Parce que, pour l'heure, la blonde aux paillettes multicolore avait plus la sensation d'être un croisement entre une reine éthérée et un génie bleu turquoise qui se balançait d'un pied sur l'autre en promettant monts et merveilles à qui voudrait bien frotter sa lampe.
Cette image tout à fait surnaturelle lui en boucha un coin alors qu'elle manquait de s'étouffer avec son biscuit en riant. Légère qu'elle était avant que ses yeux ne se posent sur le ciel tout en observant le vide.
Le meilleur moment de la journée on vous dit ! Et peut-être qu'il serait agréable de le stopper à cet instant présent, que plus rien ne bouge si ce n'était le son du vent dans les fleurs et dans les herbes parfaitement coupée. Le bruissement d'un animal qui rentre sous terre dans un parterre de fleurs impeccablement entretenu... Elle aurait pu s'y perdre un long moment comme ça, à bailler aux corneilles mais la voix de Tina sembla la ramener les deux pieds sur terre alors qu'elle tournait son regard dans sa direction, un sourcil levé.

« Comment ça ? »

La jardinière insinuait-elle qu'Irina ne savait pas cuisiner autre chose que des douceurs hallucinogènes à base de plantes ? Bon d'accord, elle savait exclusivement créer de la nourriture à base de plantes vu qu'il était hors de question qu'elle mange le moindre produit d'origine animal... Quatre ans plus tôt, cette tendance au naturel était même devenue une mode aussi bien chez les moldus que chez les sorciers. Plus qu'être végétarien, c'était devenu être Végan et avoir toute la philosophie qui allait avec. Les idées bêtes aussi parfois... Après tout, dans les potions, il y avait bien quelques extraits d'animaux et pas les plus mignons. Mais... Ce n'était pas le sujet n'est-ce pas ? Aussi, essaya-t-elle de se concentrer -plus facile à dire qu'à faire- tout en prenant un biscuit entre ses doigts avant de l'approcher de son visage. Suspicieuse qu'elle était tout d'un coup... Il faut dire qu'elle était allée assez vite en besogne lors de son escapade dans ses quartiers et... étrangement, elle n'était plus certaine que cette nourriture n'avait pas été visiter un pays enchanté avant de finir dans une assiette.

« Je ne crois pas avoir fait tremper ces biscuits dans l'Ayahuasca si c'est ce qui t'inquiète... Mais... Maintenant que tu me pose la question... »

Tout en reposant le biscuit, elle se rassit de manière plus convenable avant de poser ses deux mains sur les épaules de la jardinière, un sourire mutin aux lèvres.

« Surtout, dis moi si il te prend l'envie de vouloir courir nue au milieu des jardins. Je n'aimerais pas que la moitié de l'établissement face une crise cardiaque devant ta nudité... »

Et la voilà qui éclatait de rire tout en la relâchant. Merlin qu'elle la visualisait bien la tête de @Ramsés Borgia si il lui prenait l'envie de sortir la tête par la fenêtre de son bureau pour découvrir une jardinière qui dansait nue -sans feu de camp- au milieu d'une foule d'élèves ahuris et de fleurs qui se mettraient à chanter sous le coup d'un sortilège. Elle aurait payé cher pour voir, également, la tête du professeur @Etienne A. L. Ballessaim si elle s'était jointe à la fête et avait parcouru les jardin en tenu d'Eve.
C'est qu'à défaut de valoir son pesant d'or, ça valait clairement son pesant de cacahuètes !

« D'ailleurs, tu devrais peut-être plus te soucier du thé que des biscuits pour une fois... J'ai fais vraiment très vite pour tout emporter avec moi... »

Et la voilà qui rit encore alors que les images de son délire interne se dessinent devant ses yeux. C'est qu'elle allait bientôt n'en plus pouvoir la pauvre petite blonde. Elle allait même finir pliée en quatre si ça continuait comme ça. C'était soit ça, soit il y avait bel et bien quelque chose qui n'aurait pas dû se trouver la dedans de si bon matin... C'est que commencer sa journée en planant plus que d'ordinaire, ça pourrait peut-être poser problème non ? Même si il y avait une chance sur mille qu'on remarque que l'infirmière était encore plus haut perchée que d'ordinaire...


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Hristina KolvalovicHistoria PactumHristina Kolvalovic
Oiseau-Tonnerre
Exp : 36228
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 22 cm, bois d'Amourette et moustache de Fléreur
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina K555
Âge IRL : 24
Célébrité : Ksenia Solo
Parchemins : 5379
J'aime : 109
Date d'inscription : 21/04/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyDim 5 Avr - 16:46

550 de large
Le plus beau des bouquets
La plus belle de toutes les fleurs est la fleur de la liberté. — Jean Fischart
L'air amusé de sa collègue de l'infirmerie, alors qu'elle essaye de ne pas s'étouffer avec le gâteau que cette dernière lui a fourré dans le gosiller, elle le voit bien, la jardinière en cheffe. Ses yeux s’écarquillent donc d'autant plus, chaque parole prononcée manquant d'envoyer les bouts du gâteau dans ses poumons plutôt que dans son œsophage et dans ses intestins et autres estomacs. Oui, oui, autres estomacs. Comment ça, si c'est de notoriété publique que certains animaux, comme les vaches, par exemple qui en ont quatre ou cinq - ou peut-être moins ou plus? Ce serait le genre de question à aller à poser à @Perceval Hagrid ou à @Nicolas De Castille, la prochaine fois qu'elle le croiserait, tiens! -, les humains, eux, n'en avaient qu'un seul? Bref, on était pas là pour débattre et pour refaire l'anatomie humaine et animale, mais plutôt pour continuer de mastiquer de le bouffe et ne pas mourir dans les minutes - voir même les secondes! - suite à un étouffement.
Malgré tout, une fois la sucrerie bien avalée, la bulgaro-monténégrine ne put s'empêcher d'avoir un sourire, à la réflexion de la française. Une pirate sans bateau, hein? La comparaison avait de quoi faire sourire. Une sorte d'Elizabeth Swann, mais sans son William Turner et avec des cisailles, des pelles et des râteaux pour s'occuper de fleurs terrestres plutôt que des pistolets et des sabres pour occire les comparses de Davy Jones et de Salazar. A la rentrée prochaine, d'ici quelques mois, elle pourrait le lui dire, à ce petit con de @Colin Berlinski qu'elle devra se coltiner pour des heures de colle, que les jardinières, malgré les apparences, elles pouvaient aussi être considérées comme des pirates. Pirates d'eau douce, certes, plutôt que pirates d'eau salée péchant des colins dans les eaux de l'Alaska, entre deux avis de vents forts dû aux tempêtes Lothar et Ciara, pour ne citer que celles-ci. Mais pour ça, il faudrait qu'elle y pense, ce qui ne lui traversera pas forcément l'esprit, alors qu'elle sera en train d'essayer de ne pas lui arracher les yeux et de saisir si, oui ou non, il voulait apprendre à différencier les différentes sortes de fleurs pour ne pas les utiliser comme poison pour jouer un mauvais tour à un comparse de bancs d'école.

Chacune à leurs réflexions respectives durant un court instant tout en observant le ciel du matin, au milieu des jardins encore beaucoup trop calmes, se fut la femme des Balkans qui rompit finalement le silence en demandant à la française si elle n'avait pas mis des racines hallucinogènes dans ses douceurs. Ce fut à cette dernière qui prit un air complètement choqué, cette fois-ci. Et, ne nous mentons pas: pour qu'Irina Lupin, un petit début de trentaine, infirmière à l'Académie de magie française Beauxbâtons, prenne un air choqué ou se sente insulter, il fallait vraiment pousser le bouchon de la bouteille de vin des caves Ballessaim très très très très très très - rajoutez-en encore une petite vingtaine, de ces très, que vous n'y seriez pas encore! - loin. Et Tina semblait peut-être l'avoir poussé un peu trop loin, ce fameux bouchon.

«Pas que je veuille t'insulter, mais si je prends mes anémones pulsatilles pour des aponogetons distachyos alors que je n'en ai pas planté après avoir petit-déjeuner avec toi, je risque de vriller grave, comme qui dirait. »

Se défendit la non francophone de naissance.

Anémone pulsatille: Pendantes lorsqu'elles sont en bouton, les fleurs violettes, au cœur d'étamines jaune d'or, se redressent peu à peu en s'épanouissant. Après la floraison, les tiges florales s'allongent encore en portant des fruits plumeux et argentés, très décoratifs. Ces toupets restent plusieurs mois sur la plante avant d'être dispersés par le vent.

Aponogeton distachyos: L'épi d'eau est une plante à souche bulbeuse qui s'enracine dans la vase. Ses feuilles lancéolées, vert foncé, flottantes et dérivantes, peuvent atteindre 20 cm de long. De très belles fleurs blanches dans un premier temps, puis vertes, d'aspect cireux, se dressent de quelques centimètres au-dessus de la surface, la base de l'inflorescence restant immergée.

Tina aurait encore pu faire une liste longues comme les bras de fleurs du printemps dont elle n'avait pas planté les graines durant l'automne dernier ou de fleurs ne poussant pas durant la toute première saison de l'année qu'elle aurait pu voir durant la digestion du gâteau, si le fait que sa collègue ne croyait ne pas avoir mis d'ayahuasca, n'avait rien de très rassurant.

Ayahuasca:  L’ayahuasca ou yagé est une préparation fournissant à ses utilisateurs des hallucinations visuelles, celles-ci considérées comme un voile que le chaman doit lever lors de cérémonie. À base de lianes, prise sous forme de breuvage, elle est consommée traditionnellement par les chamans des tribus amérindiennes d'Amazonie qui l'utilisent pour ses capacités curatives conformément aux croyances et pratiques locales.

Par extension, ayahuasca est le nom donné aux lianes du genre Banisteriopsis dont l'écorce sert principalement à la composition de cette boisson.


Pour en reprendre une courte définition de la chose. Et quand on savait que la petite blonde avait été formée au métier d'infirmière par des chamans du Sud de l'Amérique, qu'elle face allusion à cette plante n'avait rien de rassurant. Non parce que l'idée d'être prise d'une vision digne d'un chaman amer-indien ou d'un vaudou vaudou d'un village perdu au fin fond du continent africain, ça ne la tentait pas non plus plus que ça, la petite noiraude. Quoi que, quitte à choisir, en fait... Après une mure réflexion, avoir une vision chamanique, c'était presque mieux que d'avoir des hallucinations florales.

L'air presque trop sérieux d'Irina lorsqu'elle fait savoir à Hristina de la tenir informer, si l'envie venait à lui prendre de courir nue au milieu des hectares de fleurs fit sourire l'aînée des deux commères. L'envie de se foutre à poil lui prenait, par moment, et ce n'est pas d'être complètement dénudée qui allait la gêner plus que ça, mais Tina savait tout de même se tenir un minimum, dans l'enceinte de l'école. Donc effectivement, mieux vaudrait prévenir Irina tout de suite, si l'envie venait à lui prendre comme ça, sans raison. L'image, par contre, de @Ramsés Borgia ou d'@Etienne A. L. Ballessaim passant la tête par la fenêtre de leur bureau respectif pour observer les jardins et tombant sur leur collègue des jardins dansant à poil, elle fut très drôle. C'était le genre de chose qui sentait la convocation dans le bureau du directeur et, avec l'aide d'Irina, expliquer à leurs deux patrons que c'était une nouvelle méthode pédagogique que Tina testait pourrait être amusant. Surtout si elles arrivaient à définitivement rendre chauve Ramsés.

«Irina Lupin, tu es incorrigible! »

Finit par déclarer Hristina en se laissant aller à poser ses mains un peu plus loin, derrière elle. La tête rejetée en arrière, elle laisse échapper un éclat de rire à l'image de l'explication qu'elle serait emmenée à devoir fournir au directeur et à son adjoint, si elle finissait pas réellement faire un rite spirituel autour d'un feu de camp, en face de la fontaine Nicolas Flammel, sans un seul vêtement sur le dos. La réflexion de l'infirmière de se méfier du thé, rentre par l'un des oreilles de la jardinière pour ressortir par l'autre - même pas sûre qu'elle l'est entendue, cette réflexion, d'ailleurs - alors que la première rejoignait la seconde dans son éclat de rire. Et voilà les deux femmes qui, riant à gorge déployée, devaient sérieusement avoir l'air d'une bande de baleines perdues et échouées qu'elles étaient sur leur couverture...


100x100

Our Story.

Nous sommes à la fin mars 2024, en début de matinée, dans le jardin de Beauxbâtons.
100x100

And...

Collègues de travail

© Narja - Never-Utopia


Rp aléatoire - Irina & Hristina 1vc3

Si tu confonds la monarchie/Avec la tyrannie
Vive la république/Adieu l'Afrique/Je ferme la boutique
Ah prends garde Lion/Ne te trompe pas de voie


Risque d'absence réduite, voir totale, jusqu'au 31.12.2020
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina   Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Rp aléatoire - Irina & Hristina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: RP Atypiques :: Retourneur de temps-