RSS
RSS
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez
 

 Rp aléatoire - Irina & Hristina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dumblibouh-mateur
Dumblibouh-mateur
Exp : 68
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : multi-baguette
Célébrité : Multiface
Parchemins : 196
J'aime : 33
Date d'inscription : 26/04/2019

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Rp aléatoire - Irina & Hristina  Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyLun 10 Juin 2019 - 22:46




Le plus beau des bouquets



Contexte :
fin mars 2024
@Irina A. Lupin Tu es d'excellente humeur ce matin et tu veux faire plaisir aux pauvres élèves qui sont cloués dans leurs lits à l'infirmerie. Pour ce faire, tu décides de leur apporter de magnifiques bouquets. Tu vas donc dans les sublimes jardins du domaine avec ta baguette et des gants et tu commences à couper des fleurs ici et là. Les plus grosses, les plus belles. Celles qui donneront du peps à tes protégés.

@Hristina Kolvalovic, tu t'étais levée de bonne heure pour t'occuper des mauvaises herbes - ou autre chose - dans le jardin. C'est alors qu'un bruit de coupe te parvint aux oreilles. En t'approchant tu vois avec horreur que l'infirmière de l'école marche dans tes platebandes, les piétines, les saccages, avec des fleurs à la main. Ta journée commence bien... ou pas, à vous de voir.

Bon rp à vous deux.








Revenir en haut Aller en bas
Irina A. Lupin
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Irina A. Lupin
Exp : 12210
Points de vie (HP) : 2450
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina Giphy
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 661
J'aime : 139
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina  Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyVen 14 Juin 2019 - 14:02
Nous y voilà enfin, la fin Mars, cette période où les gels et dégels se faisaient moins fréquents. Cet instant suspendu entre deux saisons. Ou l'hiver commençait à mourir alors que le printemps peinait à s'installer. La porte du bureau d'Irina s'ouvrit sur elle, sourire aux lèvres alors qu'elle passait entre les lits des patients. Petites âmes encore endormies dans les draps blanchis. Sur les tables de chevet, des fleurs coupées qui commençaient à se faner. Installée ici depuis la semaine précédente, elles avaient fait leur temps et la jeune femme pencha doucement la tête sur le côté, observant les vases avant de se retourner prestement. Il était temps d'apporter à cet endroit une nouvelle touche de gaîté et elle savait exactement à qui demander.
D'humeur guillerette, comme souvent, Irina retourna rapidement dans son bureau, sa robe beige volant derrière elle alors qu'elle attrapait une paire de gants. L'heure était parfaite.

Parfait pour aller faire un tour dans les jardins afin d'y croiser Hristina. Ou bien pour s'y perdre au milieu des senteurs. Pour y voir les couleurs naître ou simplement pour profiter. Elle n'avait pas encore décidé, Irina ne décidait jamais dans ces moments là, elle laissait simplement ses pas la porter et avisait en fonction du lieu où elle se retrouvait. La démarche légère, sûrement un peu trop dansante, elle quitta rapidement les murs de l'académie pour se retrouver dehors. L'aube avait étirée ses rayons depuis plusieurs minutes maintenant, laissant dans l'herbe cette rosée matinale qui donnait à l'air une odeur toute particulière. Un sourire étira ses lèvres. Oui, c'était l'instant parfait. Celui entre le jour et la nuit. Celui où les fleurs s'éveillaient. Il lui fallu peu de temps pour rejoindre les parterres de fleurs à la recherche de sa collègue et Irina resta un long moment à flâner entre les rangées avant de s'accroupir pour poser ses doigts sur une fleur dont le bourgeon venait tout juste de s'ouvrir.

Savoir s'émerveiller de peu. Oublier de penser et prendre la vie à pleine main. Irina passa ses doigts sur les pétales de la fleur avant d'en observer une autre, puis une autre. Sans vraiment s'en rendre compte, elle était maintenant accroupie devant un parterre bien plus rempli, les cheveux relevés et le bas de sa robe fermement attaché à sa taille. Plus loin, deux souliers abandonnés, comme si ils étaient en trop.

"Peut-être que ça devrait être toi, n'est-ce pas?"

Comme si elle lui répondait, la fleur trembla dans un léger souffle de vent et Irina releva le visage la moue pensive. Hristina n'était pas là. Elle en avait besoin pourtant de cette fleur là et ses yeux continuèrent de parcourir les alentours avant d'aviser un sécateur. Elle grimaça, il y avait trois ans déjà, elle avait eu la chance de parfaitement comprendre qu'on ne jouait pas dans les parterres quand la jardinière en chef n'était pas là. Depuis, elle avait toujours pris la peine de lui commander les bouquets, avec des fleurs moins fraiche ou bien proche du changement.
Irina soupira légèrement et fit quelques pas pour attraper l'objet entre ses doigts avant de revenir vers cette fleur qui lui faisait la conversation. Silencieusement, elle échangea encore quelques mots avec elle avant de la couper délicatement pour en humer le parfum. Il lui faudrait une amie maintenant.

Un pas, puis deux alors que la plante des pieds foule la terre fraîchement retournée au risque que quelques épines viennent s'y glisser. Puis un sentiment. Celui d'être épié. Celui qui vous fait doucement redresser les cheveux sur la nuque. Irina grimaça avant de se retourner vers sa collègue pour lui adresser un sourire enchanté. La vie, c'est un jeu n'est-ce pas ? On en profites et on l'habite, peut-être même qu'on s'y invite mais quand on sait être en tord, pourquoi prendre la peine de vouloir le cacher ou de se défiler. Au milieu d'un parterre, sécateur dans une main, fleur dans l'autre, autant voir le côté positif de la chose n'est-ce pas ?

"Bonjour Hristina, je te cherchais justement mais je crois que je me suis un peu égarée en y pensant..."

Observant les fleurs autour d'elle, Irina grimaça. Vraiment, il faudrait qu'elle apprenne la retenu un jour venu, ce matin n'était visiblement pas le jour qu'elle avait prévu pour ce faire...


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Hristina Kolvalovic
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Hristina Kolvalovic
Exp : 23528
Points de vie (HP) : 3400
Baguette : 22 cm, bois d'Amourette et moustache de Fléreur
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina K555
Âge IRL : 23
Célébrité : Ksenia Solo
Parchemins : 3774
J'aime : 87
Date d'inscription : 21/04/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina  Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyMer 24 Juil 2019 - 22:25

550 de large
Le plus beau des bouquets
La plus belle de toutes les fleurs est la fleur de la liberté. — Jean Fischart
Le printemps revenait. Il n'était pas encore super bien installé, mais il revenait. Gentiment mais sûrement et qui vient à point à qui sait attendre, comme disait, répétait, inlassablement Krešimira Kolvalevic à ses deux filles, lorsqu'elles s'impatientaient.

Hristina et Svetozara avaient toujours eu du mal à comprendre le manque d'affection et de petites attentions de la part de Boromir, leur père. Krešimira leur assurait que sa viendrait, qu'il avait juste besoin d'un peu de temps, lui qui avait si peu l'habitude du schéma type de la famille aimante dont tous les membres s'aimaient, comme on en voit dans les films. La jeune mère de famille essayait de travailler, de son côté, avec celui qu'elle n'avait jamais épousé mais qu'elle considérait tout de même comme son époux pour qu'il soit un peu plus prévenant avec leur progéniture. Malheureusement, la vie en avait décidé autrement, fauchant la vie de Krešimira une année avant que l'on découvre que l'aînée de ses filles et l'homme de sa vie n'étaient pas des monstres à cause de leur étrangeté, mais des sorciers. Depuis lors, l'aînée des sœurs Kolvalevic avait la désagréable impression que ses liens avec celui qu'elle appelait татко, papa, n'avaient fait que se détériorer. Ils se seraient rompus de manière définitive, si la cadette des frangines n'avait pas réussi à en sauver le peu qu'elle avait pu, une décennie et demie plus tôt.
Et si l'arrivée du printemps pouvait être magnifique, avec la fanaison des derniers perce-neiges et autres fleurs de la saison froide, elle avait aussi son côté plein de tristesse, pour la jardinière en cheffe au poste depuis cinq ans et travaillant à Beauxbâtons depuis dix ans. Car la fin de la saison hivernale signifiait le retour de la vie: la verdure recouvrait les jardins et les prés; les agriculteurs Moldus ensemençaient leurs champs; les ours sortaient de leur hibernation et pour une bonne partie des animaux, si ce n'était pas déjà le cas, ça allait être la saison des amours, avec les premiers petits pointant le bout de leur nez. Ce retour de la vie rappelait à Hristina que sa mère, sa mère chérie, sa mère adorée, la première à l'avoir regardé autrement que comme le monstre qu'elle se considérait, enfant, elle, n'était plus là. C'était dur. Très. Ça faisait mal. Énormément. Pourtant, la trentenaire avait décidé, ce matin-là, en se réveillant, de ne pas se laisser abattre...

Se réveiller chaque matin avec l'infime espoir que quelque chose de merveilleux, parce qu'hier ne reviendra jamais et que demain n'existera peut-être jamais! Ce fut, grosso modo, ce que la jeune femme se dit, sous sa douche bien chaude pour chasser son petit coup de mou de la nuitée, tout en remerciant elle ne savait plus trop qui pour ces citations.
Indépendamment du décès de sa mère, de ses relations compliquées et conflictuelles d'avec son père et du fait qu'elle passait toujours pour la fille bizarre de Rijeka Crnojevića, elle était assez contente de sa vie: elle avait, contre l'avis de beaucoup, décidé de garder et d'élever Branimir qui était né alors qu'elle passait ses A.SP.I.C.S. et qui, à l'heure d'aujourd'hui, à l'aube de ses quinze ans, était, de son point de vue, un bon garçon, bien qu'un peu turbulent. Mais quel élève de quatrième année, en pleine puberté qui plus est, ne l'était pas un peu? S'ajoutait à ça qu'après une formation de maraîchère, elle avait eu l'occasion de se perfectionner comme fleuriste et d'accroître ses connaissances en tant qu'herboriste-pharmacienne, avant qu'Olympe Maxime, l'ancienne directrice de l'Académie, n'accepte de l'engager comme jardinière à Beauxbâtons et que Ramsés Borgia, son actuel patron, ne lui garde la place de jardinière en cheffe. Prise de grade que la prédécesseur de ce dernier lui avait fait miroiter, avant son départ à la retraite, cinq ans plus tôt. Oui, elle était assez contente de sa vie, la bulgaro-monténégrine. Une vie simple au milieu des fleurs, des plantes et des arbres. Une vie au service de la nature dont elle se contentait, simplement et chichement.

En sortant de sa longue douche philosophique, une fois intégralement sèche et un linge sur la tête emprisonnant ses cheveux lui donnant ainsi un air de Sultan ou de Maharadja sorti tout droit des contes Moldus des Milles et une nuits, elle alla enfiler une vieille chemise d'homme à longues manches et un vieux pantalon en toile de jute. Ce n'était pas les fringues les plus glamours que la jardinière avait dans son armoire à habits mais ils avaient l'avantage d'être confortables. Surtout que, dans son programme de la journée, la jeune femme avait bien l'intention de faire du désherbage: enlever les quelques mauvaises herbes qui commençaient à poindre, ainsi que faire quelques bouquets avec les dernières fleurs hivernales qui subsistaient bon gré malgré ne feraient pas de mal à la pousse des fleurs printanières dont la semence de certaines graines c'étaient faites à l'automne. S'ajoutait à ça que les divers bouquets que Hristina et ses équipes avaient installé dans les diverses pièces communes de l'école (principalement le Grand Réfectoire, l'infirmerie et les pavillons des trois ordres) commençaient quelque peu à faner. Les derniers bouquets ayant été faits la semaine précédente, que la trentenaire fasse le tour du palais pour jeter ceux qui ne l'avaient pas encore été, nettoyer les vases - les elfes de maison pourraient très bien s'occuper de ça, mais Tina préférait le faire elle-même, étant du genre à apprécier faire intégralement ce qu'elle avait commencé - et en replacer des nouveaux, tout beau et fraîchement cueillis ne ferait de mal à personne. Et surtout pas aux fleurs!

Une fois habillée, elle alla se poster devant le lavabo de sa petite salle de bains au-dessus duquel trônait un miroir. Enlevant le linge qu'elle avait sur la tête et avec l'aide d'un peigne et d'élastiques, Hristina se fit deux queues de cheval partant du dessus de son crâne et retombant dans son dos. Elle avait volontairement laissé deux longues mèches encadrés son visage. Elle en avait laissé tomber une de chaque côté de sa frange qui cachait une partie de son front en tombant au-dessus de ses yeux. Puis, se regardant une dernière fois dans la glace, ses grands yeux bleu clair presque translucides croisèrent une dernière fois son regard dans le miroir. Sans prendre le temps de se faire un quelconque maquillage - pourquoi faire, après tout? Elle allait bosser, pas participé un défilé de Jean-Paul Gautier, d'Yves Saint-Laurent, de Coco Chanel ou de Karl Lagerfeld! - elle alla enfiler une paire de bonnes chaussures. Une fois cela fait, elle quitta, de bien bonne humeur, son petit appartement  présent à l'intérieur de l'école de magie française. Une fois à l'extérieur de la battisse, elle alla chercher sa paire de gants et les quelques outils qui pourraient lui être utiles pour la matinée, avant de se rendre dans les parterres de fleurs où se mêlaient perce-neiges, clématites et quelques autres fleurs d'entre-saison. Si les fleurs d'hiver comme les perce-neiges allaient bientôt disparaître pour ne renaître qu'aux prochaines neiges, les clématites et ses consœurs, à l'inverse, n'allaient qu'accroître, au fur et à mesure que le printemps reprendrait ses droits sur le monde. En y arrivant, la jardinière ne put que constater que quelqu'un avait déjà pris possession des lieux. Une tête blonde habillée d'une simple robe, accroupie entre les diverses variétés de fleurs, nue pied, telle une batteuse de pavés qu'elle n'était pas tan que ça ou une bohémienne qu'elle était un peu plus.
Irina Lupin, bien qu'actuellement squatteuse des plates bandes de fleurs, était l'infirmière de Beauxbâtons depuis trois ans, maintenant. Hristina était son aînée de quelques années et elles s'étaient sans doute aucun déjà un peu croisées, dans les couloirs de l'Académie, à l'époque où elles y étaient toutes les deux étudiantes. Si la jardinière s'y traînait déjà une réputation de fille facile, l'infirmière, elle, devait déjà avoir son côté d'idéaliste vivant au pays des Bisounours et des jolies petites fleurs, bien qu'ayant un côté très polie. C'était, tout du moins, la vision qu'avait eu la bulgaro-monténégrine, lors des discussions qu'elle avait pu avoir avec sa collègue française. La brune admirait à sa façon, la politesse de la blonde, elle qui pouvait être du genre à mettre ses vifs d'or sur la table sans se soucier d'aucune façon que ce soit de la politesse et de la bien séance.
Les poings sur les hanches, les jambes quelque peu écartées, sa paire de gants dans une main et son sécateur dans l'autre, elle attendait, la mine sérieuse et un sourcil froncé, qu'Irina s’aperçoive d'elle-même qu'elle n'était plus seule au monde.  

«Oui, bonjour... »

Lui répondit-elle, alors que l'infirmière se relevait. Sans mauvais jeu de mots aucun, la jardinière n'aimait pas que l'on marche sur ses plates bandes, même si elle ne doutait pas des bonnes intentions de cette fille de bonne famille qui lui faisait face. Si elle avait eu affaire à un élève plutôt qu'à l'une de ses collègues, Tina lui aurait sans doute rué dans brancards sans passer par les salutations d'usage. L'envie de dire très clairement sa façon de penser à Irina la démangeait, la titillait, désagréablement, pourtant, mais ses réflexions existentielles d'un peu plus tôt et sa résolution de passer une bonne journée firent qu'elle préféra s'auto-censurer tout en arrondissant les angles:

«Et du coup, les pieds nus, c'est pour être en meilleurs communion avec les fleurs dont tu as besoin? »

Lui demanda-t-elle, les mains toujours sur les hanches, bugant quelque peu sur le mot communion, preuve irréfutable que la langue de Molière n'était pas sa langue maternelle, comme si son fort accent du pays des Balkans d'où elle était originaire ne suffisait pas de lui-même à le prouver. Et à ses paroles, elle avait joint un regard mi-critique mi-amusé à la tenue - et aux pieds déchaussés, surtout, pour être tout à fait franc - de la blonde qui lui faisait face et dont les chemins n'auraient fait que s'éffleurer si elles étaient restées ces deux ados plus ou moins rencontrées sur les bancs de l'école et si, à l'approche de la trentaine, le destion - pour peu qu'il existe - n'avait pas fait en sorte qu'elles se retrouvent, dans cette école qui les avait toutes les deux vu apprendre la magie entre ses murs...


100x100

Our Story.

Nous sommes à la fin mars 2024, en début de matinée, dans le jardin de Beauxbâtons.
100x100

And...

Collègues de travail

© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Irina A. Lupin
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Irina A. Lupin
Exp : 12210
Points de vie (HP) : 2450
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina Giphy
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 661
J'aime : 139
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina  Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyMar 30 Juil 2019 - 12:25
Mains près des fleurs et pieds dans la terre. Si Irina n’avait pas eu cette étrange sensation qu’on l’observait, elle aurait pu rester ainsi pendant des heures. Jusqu’à en oublier de respirer sûrement alors qu’elle faisait la conversation aux divers pétales, tiges, racines et pistils. Néanmoins, l’impression qu’on l’observait avait fait son office alors qu’elle se relevait, avisant la présence de la jardinière en cheffe. Ainsi vêtue, elle lui faisait penser à une sorte de pirate. Reine des flots et aussi menue qu’elle était implacable. Sa posture elle-même, renforçait cette impression. Ce sentiment qu’Irina avait de savoir qu’elle marchait sur un terrain déjà conquis. Un lieu qui n’était pas le sien, qu’elle aurait eu mieux fait d’éviter pendant quelques heures. Le temps de mettre la main sur la légitime propriétaire de ce domaine floral un peu trop enchanté et enchanteur pour la stabilité d’esprit de l’infirmière.Elle, incapable de résister, qui s’y était aventurée. Certes, l’intention n’était pas de nuire ou de détruire mais ça restait une intrusion quoi qu’on en dise. Et la voix de Hristina ne pu que lui confirmer sa pensée. Elle se retenait, n’est-ce pas ? De ne pas l’emplafonner pour avoir aussi justement piétiné son domaine ?

Qu’a cela ne tienne, aussi courtoise et souriante pouvait-elle être, elle aurait très certainement eu le même type de réaction si elle avait trouvé quelqu’un en train de s’aventurer dans les armoires de son infirmerie. Pas parce que les remèdes, potions et ustensiles qui s’y trouvaient pouvaient potentiellement être dangereux si on ne s’en servait pas de la bonne manière. Mais plutôt parce que c’était son espace, son domaine à elle et qu’elle entendait qu’il soit visité par des personnes qu’elle pouvait autoriser. Pour autant, aussi similaire les réactions auraient-elles étés dans le fond, dans la forme, la mise en garde aurait certainement pris deux chemins bien différents. Preuve en est que les individus ont des caractères et des façons de penser bien différentes les uns des autres. Preuve aussi, peut-être, que tous ces points divergeant sont capable de se retrouver en tout un chacun. Comme les fleurs et leurs variétés, ils sont simplement Légion, naissent de manières hétéroclites, s’expriment de façons dissemblables. Mais en reviennent toujours au même point finalement.

Irina soupira, leva les bras en croix avant de les laisser retombés. Sécateur dans une main, fleur dans l’autre. Elle était comme ça. Avec cette étrange faculté de se laisser emporter, de ne pas prévoir la suite de ses actions jusqu’à finir dans un lieu qu’elle n’aurait pas dû ainsi fouler. Devait-elle seulement s’excuser de sa façon d’être ou bien en rire ? En rire sûrement alors que sa voix passait la barrière de ses lèvres tandis qu’elle essayait de masquer cet éclat avec le dos d’une de ses mains. Jusqu’à ce que les paroles de la jeune femme en face d’elle viennent trouver une sorte d’écho. Réussissent à s’implanter dans son esprit pour trouver le chemin et formuler une réponse.

« Les quoi ? Hooo… »

Le rire se transforma en sourire alors qu’elle baissait la tête, observant par-delà le pan de sa robe relevée pour considérer ses pieds dénudés. A quel moment avait-elle encore retiré ses chaussures exactement ? Et comment se faisait-il que, chaque fois, elle oubliait qu’elle le faisait ?A la seconde question, elle avait déjà là réponse. Qu’elle ne prit même pas la peine de formuler dans son esprit alors qu’elle reposait son regard azur sur sa collègue, le visage toujours éclairé d’un sourire enfantin, presque trop mutin.

« Mauvaise habitude que j’ai là. Ou bien bonne vue les circonstances… Ne crois-tu pas que j’aurais provoqué plus de dégâts si je les avais conservés aux pieds ? »

Rhétorique insensible et pourtant si naturelle. Répondre à une question, par une autre question. Certains disaient que ça ne se faisait pas. Que ce n’était pas poli. Pour elle, ça signifiait simplement que la conversation s’engageait et qu’elle évitait ainsi toutes les explications superflues sur lesquelles elle n’avait pas vraiment envie de s’attarder.De plus, la question de Hristina n’en était pas vraiment une non plus, ça sonnait plutôt comme une remarque. Reproche masqué qu’elle comprenant assez bien même si elle n’irait pas jusqu’à le souligner. A quoi bon ? Légèreté valait mieux que conflits et insinuations hasardeuses qui ne trouveraient aucun écho chez elle.

« Mais tu as raison sur un point… » Relevant sa robe un peu plus encore, Irina fit un pas en avant. Son pied restant cependant en suspension dans l’air alors qu’elle tendait l’une de ses mains en direction de sa collègue. « Aides moi donc avant ça, s’il-te-plait, que je passe au moins par le chemin que j’ai emprunté la première fois. »

Main toujours tendue, elle attendit quelques secondes tout en regardant la terre autour d’elle. Dire qu’elle avait parfois deux pieds gauches n’était pas loin de la réalité. Combien de fois par semaine se prenait-elle les pieds dans ses propres jupons ? Combien de fois manquait-elle de bien viser l’encadrement d’une porte quand elle avait les bras chargés ? Ça ne se comptait pas vraiment ? Elle n’était pas vraiment maladroite, elle oubliait simplement, par moment, de faire attention. Etrangement, ces faits se produisaient plus souvent quand elle savait devoir faire attention. Quand elle souhaitait accorder à un mouvement toute sa concentration. Comme si son cerveau refusait purement et simplement qu’elle lui impose quelque chose.  

« Mais ce n’est pas de fleur dont j’ai besoin en premier lieu, plutôt de toi. »

Les deux se rejoignaient bien entendu. Les deux se rejoignent toujours. Depuis trois ans, Irina n’imaginait pas Hristina ailleurs que dans les jardins de l’école, tout comme elle n’imaginait pas ce navire fleuri sans sa capitaine.

« Ou bien, devrais-je reformulé la chose. J’ai effectivement besoin de fleurs pour égayer l’Infirmerie ; mais je préférerai que tu choisisses toi-même ce qui irait le mieux. Ton expertise dans ce domaine est plus conséquente que la mienne. Avouons aussi que je viens déjà de t’offenser une première fois n’est-ce pas, réitérer n’est pas vraiment une bonne idée. »

Légère et joyeuse alors qu’un rire revient prendre la place qu’il n’a jamais vraiment quitté. Avoir conscience de faire ce qu’on ne devrait pas faire. Savoir que ça ne plait pas et le relever juste assez pour ne pas s’en sentir gêné. Juste assez aussi, pour s’excuser à sa façon et ne pas se laisser embourber dans milles explications et justifications. Elle en aurait été bien incapable cela dit en passant, tout comme elle était incapable de s’attacher à tout ce qui était négatif. Dans son esprit, ça devenait fatalement positif à un moment où à un autre et puis, nous n’en étions qu’au tout début de la matinée, pourquoi ne pas continuer et passer une merveilleuse journée ?


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002
Le choixpeau magique
Le choixpeau magique
Exp : 4
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : les chapeau n'ont pas de baguette
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina 3267122442_1_3_oMmgz4Wk
Célébrité : Le choixpeau magique
Parchemins : 4784
J'aime : 82
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina  Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyDim 1 Sep 2019 - 1:59




/!\ Attention /!\



Ce RP n’a pas reçue de réponse depuis 1 mois ou plus ! Il sera archivé et donc annulé d’ici le 15/09 sans réponse de votre part !

/!\ Au bout de 3 avertissements à la même personne (celle a qui c’est le tour de posté), la personne est mise en danger !










Revenir en haut Aller en bas
Hristina Kolvalovic
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Hristina Kolvalovic
Exp : 23528
Points de vie (HP) : 3400
Baguette : 22 cm, bois d'Amourette et moustache de Fléreur
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina K555
Âge IRL : 23
Célébrité : Ksenia Solo
Parchemins : 3774
J'aime : 87
Date d'inscription : 21/04/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina  Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyVen 13 Sep 2019 - 13:14

550 de large
Le plus beau des bouquets
La plus belle de toutes les fleurs est la fleur de la liberté. — Jean Fischart
Ses yeux d'un bleu pâle translucide, presque transparent, qui font deux ou trois tours dans leurs orbites et un léger sourire qui étire ses lèvres dans une ligne fine, presque inexistante. A ça s'ajouta un léger haussement de sourcil de la part de la brunette, alors que sa collègue aux cheveux blonds aux reflets blancs et argentés plaçait l'une de ses mains devant sa bouche pour ne pas laisser échapper le rire qui lui venait du plus profond de ses tripes: Irina était-elle en train se foutre royalement de sa gueule?

«Les pieds - les tiens, s'entend, hein!? - s'ils sont nus, c'est pour une meilleure communion avec les fleurs dont tu as besoin? »

Répéta la jeune jardinière en cheffe en désignant avec la pointe de son sécateur successivement les pieds de sa collègue de l'infirmerie et sa paire de chaussures, à la limite de la plate bande de fleurs dans laquelle cette dernière se trouvait.

«Irina Améthyste Fauchet-Lupin, tu es incorrigible! »

Lâcha Hristina à la réponse par une question de la jeune blonde.

«Une mauvaise herbe est plus facile à mater et à tenir en place que toi... »

Continua-t-elle en rangeant sa paire de gants dans l'une des poches de sa chemise d'homme pour tendre sa main une fois libérée de son fardeau à l'infirmière qui, un pied en l'air, tentait tant bien que mal de sortir de ce patelin floral et coloré.
Est-ce une insulte que la bulgaro-monténégrine venait de lancer à la française? Pas vraiment, lorsque l'on savait qu'elle était du genre à ne pas se gêner d'utiliser des termes plus... virulents!?, voir même sacrément moins sympathique, lorsqu'elle décidait de vraiment déposer ses vifs d'or sur le table - quoi qu'il n'y ai pas eu en vue, de table, dans cette partie du jardin, bien qu'ils auraient pu être posés sur la Fontaine Flammel que l'on voyait, de très loin - lorsque l'on venait à les lui briser sérieusement de façon sévère. Non, du point de vu de la trentenaire, c'était plutôt une petite pique pas insultante pour un euro. De plus, elle avait à faire à Irina et il lui semblait qu'il lui en faudrait un peut plus que de se faire comparer à une mauvaise herbe pour qu'elle se sente insultée. Mais l'infirmière, avec son côté enfantin et mutin, pouvait parfois être assez difficile à cerner et s'il on avait tous une façon différente d’interpréter les choses, Tina, malgré les quelques années qu'elle avait déjà pu passer aux côtés de sa collègue, avait parfois du mal à savoir comme elle allait prendre les choses. De toute façon, que ce soit Irina ou quelqu'un d'autre, pour le grand malheur de beaucoup de gens, la jardinière en cheffe n'était pas du genre à prendre des gants ni à tourner sa langue sept fois dans sa bouche, lorsqu'elle se sentait dans l'obligation d'avoir à dire quelque chose, bien qu'elle avait parfaitement conscience d'où se trouvait la limite et jusqu'où elle pouvait aller avec son interlocuteur, pour peu qu'elle le connaisse un minimum. Preuve en était, avec cette petite pique, que celle qui avait grandi dans une herboristerie-pharmacie d'un petit village du Monténégro n'en voulait, dans le fond, pas - ou plus - tant que ça, à sa cadette...

Après ce qui aurait pu s'apparenter à un parcours du combattant, Irina ayant tant bien que mal et avec l'aide de Tina essayé de passer par le même chemin qu'elle avait pris à l'aller, les deux jeunes femmes se rejoignirent à "l'orée" du parterre du fleurs.
L'aînée eu tout de même un franc haussement de sourcils, laissant ainsi comprendre que la réflexion de la plus jeune sur la fait qu'elle la cherchait l'intriguait: elle était tout de même au milieu de ses fleurs, en cueillant certaines, donc avait-elle réellement besoin de l'aide, de l'avis ou d'une permission quelconque de la part de celle qui était depuis cinq ans la jardinière en cheffe du jardin à la française de l'Académie de magie Beauxbâtons? Si elle avait pu se permettre, sans gêne d'aucune sorte que ce soit, d'aller se servir de fleurs, c'est qu'elle n'avait peut-être pas tant besoin que ça de Tina et qu'elle savait parfaitement ce qu'elle se voulait, si!? Quoi que... non, en fait, après réflexion: c'était Irina, pas n'importe qui d'autre! Malgré tout, ses yeux bleu pâle toujours rivés sur la petite blonde, elle la laissa continuer sans l'interrompre pour autant.

«Je peux te proposer plusieurs petits bouquets de primevères au milieu desquels je pourrais piquer une hellébore ou une renoncule. »

Lui proposa la jardinière, un sourire aux lèvres et en balayant l'air de la main, signe qu'elle oubliait le léger massacre de la plate bande par sa collègue qu'elle savait, dans le fond, pas dans une intention de faire du mal volontairement, même si elle s'en serait volontiers passé. Quand aux bouquets pour l'infirmerie, les primevères - principalement les bleues - pourraient s'avérer utiles, vu qu'ils étaient généralement utilisés pour les petits bouquets d'intérieur: un bouquet de ses fleurs pourrait être déposé sur chacune des petites tables de chevet qu'il y avait aux côtés de chacun des lits de la zone médicale de l'école. Et dans la vase, en plus des primevères, au milieu de ces dernières, pourrait ressortir une renoncule orange ou une rose de Noël verte.
Des primevères de couleur bleue car, dans le langage des fleurs, cette couleur faisait référence aux personnes rêveuses et créatives. Et comme Irina s'avérait être, à sa façon, une rêveuse, des primevères bleues pourraient être assez représentatives de sa personne. Au milieu de ces fleurs, les premières à pousser au printemps, dans un bouquet sur deux, une renoncule orange, et dans les bouquets où il n'y aurait pas de renoncules, seraient mis une rose de Noël verte.
Les renoncules trouvaient leur origine en Asie et étaient, du point de vu de Tina, assez originales car leurs pétales formaient une spirale assez serrée. L'on en trouvait principalement des roses, des jaunes, des pourpres, des blanches ou encore des oranges. Les fleurs orangées signifiaient, indépendamment du fait que l'orange était une couleur chaude, la bonne humeur. Les patients d'une infirmerie avaient bien besoin de bonne humeur et quoi de mieux que quelques renoncules oranges pour ça?
Les étoiles de Noël, également appelées hellébores, quand à elles, fleurissent principalement en hiver, d'où leur nom. Au printemps, l'on trouvait encore les dernières gerbes de cette fleur hivernale que l'on pouvait trouvé dans divers coloris allant du blanc pur au pourpre en pouvant même passer par le vert. Et qui s'y connaissait un minimum savait que le vert était porteur d'espoir naturel. Qui n'a pas eu besoin, à un moment donné ou à un autre de sa vie, d'un peu d'espoir? Et quel meilleur endroit que l'infirmerie pour y placer les dernières hellébores vertes des jardins?

«Tu veux m'aider? »

Proposa Hristina à Irina, preuve définitive que la hache de guerre était enterrée.


100x100

Our Story.

Nous sommes à la fin mars 2024, en début de matinée, dans le jardin de Beauxbâtons.
100x100

And...

Collègues de travail

© Narja - Never-Utopia


Hristina Kolvalovic
"Nous estions ignorants, nous le serons moins d'ici l'an."


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3440-hristina-tina-kolvalovic#54624 https://www.historia-pactum.com/t3701-hristina-kolvalovic-o-pas-encore-de-classe#57799 https://www.historia-pactum.com/t3700-hristina-kolvalovic#57798 https://www.historia-pactum.com/t3702-hristina-kolvalovic-disponibilite-4-4#57806
Le choixpeau magique
Le choixpeau magique
Exp : 4
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : les chapeau n'ont pas de baguette
Photomaton : Rp aléatoire - Irina & Hristina 3267122442_1_3_oMmgz4Wk
Célébrité : Le choixpeau magique
Parchemins : 4784
J'aime : 82
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Rp aléatoire - Irina & Hristina Empty
MessageSujet: Re: Rp aléatoire - Irina & Hristina  Rp aléatoire - Irina & Hristina EmptyVen 3 Jan 2020 - 16:47




/!\ Attention /!\



Ce RP n’a pas reçue de réponse depuis 1 mois ou plus ! Il sera archivé et donc annulé d’ici le 31.01.2020 sans réponse de votre part !










Revenir en haut Aller en bas
 

Rp aléatoire - Irina & Hristina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Cappuccino & Croissants :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-