RSS
RSS



 


Coupe des 4 Maisons



Compétition des Ordres



/! Wanted /!

Les Macaron et les Baklavas
sont actuellement en effectif
réduit, n'hésitez pas à gonfler
leurs rangs en prenant élèves
et professeurs de
Beauxbâtons et Durmstrang !
Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Anneau10
Partagez
 

 Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Etienne A. L. BallessaimHistoria PactumEtienne A. L. Ballessaim
Dragon
Exp : 22010
Points de vie (HP) : 4350
Baguette : 35cm, bois de chêne et plume de Phoenix
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. 1564027179-rpwtf-irienne
Âge IRL : 28
Célébrité : Chris Hemsworth
Parchemins : 1047
J'aime : 101
Date d'inscription : 21/11/2018

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyMar 30 Juil - 21:48
Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.feat. @Irina A. LupinVendredi 15 Mars 2024 ▬ Un vendredi soir comme un autre, ou peut-être pas. Alors que les cours se terminais sur une note sympathique après cette classe commune aux trois écoles pour enseigner les bases des duels de sorcier. Etienne avait quitté l’étage blanc après l’avoir vu se vider petit à petit de la masse d’élève qui l’avais peuplé un peu plus tôt. Emportant avec lui sa mallette dans une main, sa baguette dans l’autre pour rejoindre son bureau quelques étages plus bas. Sourire malicieux aux lèvres, il s’attendait à voir déboulé d’ici quelques minutes une certaine jeune femme à laquelle il avait envoyer une convocation par hiboux à peine un peu plus tôt. Des airs bien officiel de convocation forcée dont il attendait la réaction.

S’installant dans son antre, le professeur rangea soigneusement son manteau sur le portant, suivis par la mallette qu’il vida de ses parchemins pour les triés d’avance sur son bureau, histoire de pouvoir commencer les corrections de copies, papier administratif et autres joyeuserie quand lui prendrait l’envie dans les meilleures conditions possible. S’en suivis la sorti d’une bouteille de bourbon assez vielle, l’attendant dans un récipient de cristal dont il retira la fermeture pour se servir un fond de verre qu’il alla boire devant sa cheminée. Pieds poser sur la table basse devant son fauteuil, un ouvrage sur les genoux, l’homme portais une première fois le verre à ses lèvres. Jetant un coup d’œil à l’horloge, attendant patiemment l’arrivée d’Irina dont le contenue de l’invitation n’avait pas dû faire rosir les pommettes de la même manière que leurs précédents échanges. Plongeant dans l’ouvrage alors que l’aiguille tournais dans un tic-tac à la fois reposant et agaçant, jusqu’à ce qu’il l’oublis complètement, bien trop occuper à laisser voguer son imagination à travers les aventures des héros de ce livre.
:copyright: 2981 12289 0



Golden Boy.
code par Summer's Desire pour Epicode

•••
Award été 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t2640-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2803-etienne-a-l-ballessaim-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t2779-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2851-etienne-a-l-ballessaim-o-occamy-nom https://www.historia-pactum.com/t2642-etienne-a-l-ballessaim
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Runespoor
Exp : 7706
Points de vie (HP) : 1650
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Giphy
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 524
J'aime : 75
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyLun 5 Aoû - 0:37
Etienne & Irina
❝ Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. ❞


15.03.2024 • L'infirmerie, lieu de repos où pourtant les vas et viens semblaient être incessants. Petits bobos ou grosses blessures, peines de cœurs ou bien physique ; chacun y allait de sa petite raison pour venir y faire un tour. Et même dans les moments de creux, ceux plus calmes où les draps restaient vides et les rideaux séparant les lits étaient ouverts, il y avait toujours quelque chose à faire. Ajouter une touche de couleur ici, remettre correctement les fleurs qui ornaient ce vase ci, préparer une nouvelle tournée de potion où bien en passer commande au Professeur en charge de la matière et qui se ferait un plaisir de l'y aider. Restait aussi à trier les herbes, mixtures et nettoyer les divers objets. De quoi s'occuper, en vérité. Ou bien de quoi éviter de remplir les dossiers de santé des élèves chaque fois qu'ils repartaient. Précisez d'où venait la blessure, comment elle avait été traitée, à quelle fréquence survenait-elle, quelle pouvaient en être la raison ? Sans aucun doute, le moment de la journée que la jeune femme appréciait le moins. Celui où il fallait s'ordonner, être concentrée, relater des faits en quelques mots pour que le prochain qui y plonge sache connaisse les antécédents médicaux. A bien y regarder, ça restait clairement une intrusion dans la vie privée...

Irina soupira alors qu'elle étirait son dos contre le dossier de son fauteuil. Ses pieds croisés sous le bureau jouant dans les airs pour battre en rythme l'air qui accompagnait son ennui le plus profond. Plume en main, à moitié dans la bouche et paume de la main collée contre sa joue. Pourquoi décidait-elle, toujours, de faire l'administratif le vendredi ? N'était-ce pas là, la forcer à se souvenir toutes les visites de la semaine ? Remettre des noms sur les visages de ses patients et leurs maux. Ainsi celui venu avec un poignet cassé était donc un sixième année ? Irina nota l'observation sur un bout de papier. Il était toujours plus simple pour elle de se souvenir du nom de ses patients quand elle les associait à ce qui les menaient jusqu'à elle. Une technique qu'elle taisait volontiers d'ordinaire, préférant laisser penser qu'elle n'avait aucune difficulté pour ce qui était des prénoms et des visages. Ce n'était pas le cas même si ça pouvait parfois l'être. Quelle heure était-il d'ailleurs ?

Tôt. Trop tôt. La moitié de la journée était à peine entamée. A peine... Un soupire léger, un visage qui se tourne vers la fenêtre et des yeux qui s'envolent vers le ciel avant qu'un bruissement d'ailes ne la fasse sursauter et se lever d'un bond, les deux mains posées sur son bureau alors qu'un hibou s'engouffrait par la porte. Irina grimaça. Pour l'hygiène on repassera !
C'est d'ailleurs quelque peu agacée qu'elle attrapa le bout de papier et chassa l'animal de son antre. Parce qu'avouons le, si il décidait de se soulager... Bref, un dessin n'était pas vraiment à l'ordre du jour. Une note cependant, remerciant ses collègues de bien vouloir garder les volatiles hors de son infirmerie pourrait être une bonne idée.
Parce que oui, on avait les sorts qu'il fallait pour récurer, on avait aussi aucun mal à se prémunir des maladies. Mais voir un hibou se laisser aller sur un élève endormi dans un lit, merci mais non merci ! Les oiseaux, dehors et dans les couloirs, pas dans son infirmerie ! En plus ça lui donnait envie de le nourrir et de lui caresser les plumes plutôt que de restée concentrée sur ses papiers alors OUST, du vent, de l'air !

L'animal remercié un peu prestement, elle posa le parchemin qu'elle avait entre les mains avant de reprendre son précédent ouvrage. C'est qu'un oiseau, c'est un divertissement voyez-vous. Et quand on voulait terminer son devoir, on ne pouvait se laisser distraire trop longtemps. Peut-être est-ce pour cela qu'elle n'ouvrit le parchemin qu'à la fin de l'après-midi. Qu'elle en bondit une nouvelle fois en voyant le caractère officiel de ce dernier et qu'elle plaqua les mains sur son bureau en se rendant compte de l'heure qui y était indiquée...
Le parchemin, l'heure, l'horloge plus loin... Elle espérait sincèrement que le directeur adjoint de l'académie avait trouvé de quoi s'occuper entre temps. Parce qu'être en retard, c'était sa marque de fabrique... Et là, elle signait même l'être trois fois. Quelle idée aussi, que de lui envoyer une convocation officielle sans venir la voir entre temps pour être certain qu'elle l'avait bien ouvert ? Lu ? Entendue ?

Irina pesta, et pas qu'intérieurement alors qu'une bonne dizaine de noms d'oiseaux passèrent la barrière de ses lèvres avant qu'elle ne contrôle chaque lit de l'infirmerie et ferme la porte derrière elle.

Elle ne ralenti qu'une fois près du bureau du professeur. Son esprit semblant former enfin les questions liées à cette convocation. C'est vrai ça, pourquoi était-elle là ? Irina haussa les épaules, frappa quelques coups à la porte et... entra pour trouver... Le temps d'arrêt qu'elle marqua en refermant dans son dos devait pouvoir se sentir à l'autre bout de l'académie. Parce que clairement, la vision qui s'étalait devant ses yeux la faisait beaucoup rire. Le directeur adjoint était bien âgé de moins de quarante années n'est-ce pas ? Alors pourquoi avait-elle l'impression d'avoir en face d'elle un grand père qui n'allait pas tardé à faire la lecture à ses petits enfants ?
Même si la convocation était de nature officielle comme l'indiquait la note, ce fut plus fort qu'elle. Et elle se mit à rire avant de s'avancer légèrement dans la pièce, observant les lieux avant que son regard ne s'arrête sur la pile de copies...

« Ne me dites pas que vous m'avez convoquée ici pour faire votre paperasserie ?! »

Outrée ? Pas vraiment. Mais il fallait avouer qu'elle n'était pas totalement ravie non plus. Elle était plutôt entre deux eaux pour tout avouer, restait pour elle de savoir si la balance allait penchée.


(c) sweet.lips


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”




Dernière édition par Irina A. Lupin le Lun 19 Aoû - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002 En ligne
Etienne A. L. BallessaimHistoria PactumEtienne A. L. Ballessaim
Dragon
Exp : 22010
Points de vie (HP) : 4350
Baguette : 35cm, bois de chêne et plume de Phoenix
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. 1564027179-rpwtf-irienne
Âge IRL : 28
Célébrité : Chris Hemsworth
Parchemins : 1047
J'aime : 101
Date d'inscription : 21/11/2018

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyLun 12 Aoû - 0:05
Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.feat. @Irina A. LupinVendredi 15 Mars 2024 ▬ La lecture est intéressante. Suffisamment pour faire oublier l’heure au professeur Ballessaim qui tourne les pages à un rythme régulier, sirotant un peu de sa boisson par moment, humidifiant son index à d’autre pour mieux accrocher le papier. On pourrait croire, ainsi, qu’il a pris au moins une trentaine d’année. Que neni ! Il suffirait sans doute de se pencher sur le contenue de l’ouvrage pour se rendre compte qu’effectivement, il cache bien son jeu le « gentleman ». Pas que ce genre de roman soit vraiment sa tasse de thé, voyez vous la réalité et toujours meilleure que la fiction et il n’a pas besoin de ça pour se satisfaire, mais Coqueline à insister pour le lui faire lire, lui disant que c’était vraiment une lecture intéressante. Et après l’avoir vu également sur la table de chevet de Melissandre, la curiosité aura été plus forte que lui !

Une porte qui s’ouvre, un visage familier qui s’y engouffre. Un rire qui lui échappe. Etienne se redresse, marquant les pages de son livre entre les doigts quand il se retourne pour regarder d’abord son horloge, puis le visage de la jeune femme qui viens d’arriver. Un haussement de sourcil alors qu’elle lance une petite plaisanterie et il prend un air sérieux quand il fini par glissé le marque page là où il c’était arrêter pour poser son livre sur la table basse et se redressé, sortant de son fauteuil de « papy » sans plus un regard pour l’âtre de la cheminée, le regard accroché par la jeune infirmière.

- Vous êtes en retard Mademoiselle Lupin, j’ai bien cru que vous alliez me poser un lapin.

Lupin, lapin, lapin, Lupin. Ça allait bien ensemble non ? Chassant bien vite l’idée de son esprit, une tenue bien cocasse ayant forcée son imagination, l’homme invita d’un geste du bras Irina à prendre place sur un des fauteuil visiteur alors que lui-même contournais son bureau pour prendre place sur son siège de cuir sombre. Joignant ses mains contre son torse alors qu’il s’enfonçais un peu plus dans le rembourrage de son assise, il dévisageait clairement la jeune femme en se pinçant les lèvres.

- Vous savez, j’imagine, pourquoi je vous ait demander de venir ce soir ?

Une voix tranquille, peut-être paraissant un peu froide en comparaison s de leurs rencontre habituelle. Peut-être trop formel alors qu’il se redresse, pose ses mains à plat sur le bois du bureau et approche quelques peu la chaise avant d’attraper une plume et de sortir un épais dossier étiqueté au nom de la jeune femme et de la mention « infirmerie ». Il ne l’ouvrit pas cependant et se contenta de faire jouer la plume entre ses doigts alors que son poignet reposait sur ce même dossier.
:copyright: 2981 12289 0



Golden Boy.
code par Summer's Desire pour Epicode

•••
Award été 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t2640-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2803-etienne-a-l-ballessaim-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t2779-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2851-etienne-a-l-ballessaim-o-occamy-nom https://www.historia-pactum.com/t2642-etienne-a-l-ballessaim
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Runespoor
Exp : 7706
Points de vie (HP) : 1650
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Giphy
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 524
J'aime : 75
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyLun 19 Aoû - 21:52
Etienne & Irina
❝ Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. ❞


15.03.2024 • En retard ? Comment ça, en retard ? Le retard était une idée tout à fait subjective. Certains considéraient que vous étiez en retard lorsque vous dépassiez l'heure de vingt minutes. D'autres encore supposaient que vous étiez en retard si vous n'étiez pas présent cinq minutes avant l'heure convenue. Alors que ce soit une minute, dix seconde ou plus d'une heure, tout ceci n'était qu'une question de point de vue. Point de vue qu'elle entendait cependant parce que oui, elle était en retard et oui, elle avait bien failli lui poser un lapin. Et pas un petit par la même occasion. Ne vous as-t-on pas appris à prévenir à l'avance ? Et quand elle entendait prévenir, elle n'entendait une note, aussi officielle soit-elle, arrivée par hibou mais bien prévenir. Venir. S'assurer que quelqu'un vérifiait que tout était bien enregistré et, au besoin, venir la chercher par la peau du cou peu importait l'endroit où elle se trouvait. C'est qu'avec sa mémoire de poisson rouge et son esprit qui dérivait souvent, elle avait du mal avec le Saint Temps. Comme avec les obligations, les rendez-vous, les noms et jusqu'à l'oubli de ses propres affaires. Au moins n'oubliai-t-elle pas sa baguette... Ses chaussures par contre, elles semblaient adeptes des disparitions intempestives. Un peu comme les chaussettes, même si elle n'en portait quasiment jamais.

« Pour poser un Lapin à quelqu'un, encore faut-il avoir pris note du rendez-vous imposé. Ne pensez-vous pas ? »

Un sourire étira ses lèvres alors qu'elle se pencha légèrement en avant pour étudier l'ouvrage d'un peu plus près. Oui, même à quelques mètres, elle pouvait encore le voir ce bouquin qui donnait des airs de grand-père à un professeur qui devrait plutôt être dehors que dans son bureau un vendredi soir.
Enfin grand-père... Vu le titre et même si elle ne l'avait jamais lu... Ça faisait peut-être un peu plus papy pervers que papy gâteau.
Et parce qu'elle était intriguée par ce livre. Ou bien simplement parce que ça lui permettait d'éviter de répondre à la précédente question trop hâtivement, Irina alla rapidement attraper l'ouvrage avant de l'ouvrir et de daigner, enfin, poser ses fesses sur le fauteuil indiqué plus tôt tout en reportant son attention sur le dossier qu'il avait entre les mains.

« J'imagine qu'il ne s'agit pas là de mon curriculum vitae n'est-ce pas ? A moins que vous notiez dans ce dossier tout mes mouvements. Une passion pour l'observation approfondie d'un sujet dans son environnement naturel peut-être ? Comment appellerons-nous ça ? Puisque Magizoologique est déjà emprunté pour l'étude des animaux ? »

La tête penchée sur le côté ? Parce qu'au final si il sortait un dossier intitulé « Infirmerie » c'est bien que ça avait un rapport avec son travail plutôt qu'avec autre chose non ?
Enfin... Peut-être était-ce normal que ce genre de convocation arrive de temps en temps. Même si elle y prêtait peu d'attention puisque quand ça rentrait par une oreille, ça ressortait aussi rapidement par l'autre.

« Très bien, dîtes moi, l'écriture est trop en pattes de mouches dans les dossiers ? »

Ou bien trop décorée peut-être aussi ? Il était vrai que certains... Éléments de ce qu'elle pouvait remplir se retrouvait parfois avec des bonhommes bâtons en bas de page. Suffisait alors de les tournées pour les voir s'animer. Il était fort probable aussi qu'elle ait oublié quelques feuilles de thés séchées ici et là, ou autres feuilles d'ailleurs aussi. Petits dessins de fleurs et de paysages ? Une petite rature sur un nom ? Un inventaire mal fait ? Non ça, ça devait aller. Alors quoi ? Elle écrivait mal ? Elle faisait trop de dépenses ? C'était pas assez plein ? Si il n'y avait que ça, elle pouvait bien mettre quelques laxatifs dans le repas du matin, pas de doute que son étage serait rapidement remplie d'une longue file d'attente.

« Toujours est-il que vous avez des lectures étonnantes. Mais allez-y, parlons de ce dossier. Il est épais. Permettez que je feuillette le livre en même temps ? Question de concentration. »

Parce que sinon, elle n'allait pas faire que s'asseoir en tailleur sur ce fauteuil après avoir retiré ses chaussures. Non, il y aurait plutôt fort à parier qu'elle n'allait pas tarder à se lever puisque marcher dehors était toujours mieux qu'être assise à l'intérieure.


(c) sweet.lips


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002 En ligne
Etienne A. L. BallessaimHistoria PactumEtienne A. L. Ballessaim
Dragon
Exp : 22010
Points de vie (HP) : 4350
Baguette : 35cm, bois de chêne et plume de Phoenix
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. 1564027179-rpwtf-irienne
Âge IRL : 28
Célébrité : Chris Hemsworth
Parchemins : 1047
J'aime : 101
Date d'inscription : 21/11/2018

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptySam 24 Aoû - 13:03
Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.feat. @Irina A. LupinVendredi 15 Mars 2024 ▬ Etienne réprimait un sourire amusé, observant la jeune femme et sa… présence d’esprit. C’est que de l’esprit elle n’en manquait pas. Il l’avait bien vu s’attarder sur sa lecture quelques seconde, il l’avait entendu la petite pique. Mais n’avait pas relevé, pas encore. Non, il avait préféré rejoindre son bureau et l’invité à en faire de même avant de sortir un épais dossier plein de parchemins tous plus… originaux les uns que les autres. Ce plaignait-il des fantaisies d’Irina ? Jusque-là, ça n’avait jamais été le cas. Alors pourquoi est-ce que ça commencerait aujourd’hui ? Survoler les informations, c’était du travail. S’amuser des quelques trouvailles plus surprenantes les unes que les autres, ça cassait la monotonie et ça le faisait sourire. Bien qu’il ne le dirait jamais.

- Nous avons des dossier pour tout et n’importe quoi, ce que requiert l’administration et surtout le conseil d’administration. Mais passons, si vous voulez mon avis c’est trop de papier pour pas grand choses au final. Mais il semblerait que garder trace de tout soit dans les priorités de l’école. N’en déplaise à ceux qui doivent conjuguer avec cette tonne de paperasses.

À savoir bien souvent Ramsés et lui-même. Ils se partageaient la tâche, râlais tout deux quand le conseil venait à leurs demander toujours plus. Se n’était ni une question de choix ou de lubie ou de plaisir, Etienne n’éprouvait aucune passion dévorante à devoir traiter avec des formulaires et douze parents d’élèves de vielles familles venu leurs brisé les roubignoles dès qu’ils pensaient à une nouvelle lubie. Sa mère faisant partie de ce même conseil ne facilitait pas la chose. Mais passons, le professeur n’était pas là et n’avait pas fait venir la demoiselle pour faire l’étalage de ses déboires avec une bande de cul serrée persuader par leurs auto-suffisances de savoir ce qu’ils y avaient de mieux pour l’éducation des jeunes quand bien même, eux-mêmes, n’avait pas remis les pieds dans une écoles depuis plusieurs décennies.

- Vous restez lisible si c’est ce qui vous inquiète.

Ah ! Le voilà, le petit sourire, alors qu’il semble s’être mis en quête de quelque chose sous une autre pile de papier, sourcils froncés, contrarier de ne plus savoir où il l’a mis. Relevant le regard, amusé, lorsqu’elle releva le sujet de ses lectures.

- Melissandre, le professeur Vablatsky, et Coqueline n’ont fait que me venté ses livres. Je voulais savoir de quoi il en retournait. Curiosité, que voulez-vous. Mais faites donc, vous pourrez m’expliquer l’engouement autour de se genre de livre comme ça.

Le voilà ! Le formulaire sur plusieurs pages qu’il cherchait. Il le sorti pour le poser à coté du dossier de l’infirmerie.

- Comment ça se passe cette année pour vous ? Avec l’ouverture des portails, ça vous fait trois fois plus d’élèves qui vous sollicites, vous arrivez à accorder vos violons avec les infirmières des deux autres école ?

Il marque une pause, le temps de se remettre au fond de son fauteuil en observant Irina par-dessus ses mains jointes, coudes sur le bureau.

- Je vous ai demander de venir pour vous donner une pile de candidature. Il semblerait que vous deviez choisir l’élève qui vous assistera à l’infirmerie cette année et la suivante. Vous ne manquez pas de candidatures d’ailleurs. Il y en a de chez nous mais aussi de Poudlard et Durmstrang. Et il nous faudra un nom au maximum pour la fin de semaine prochaine.

Sujet principal ? Non l’un des sujets, tant qu’il y était. Plutôt que d’envoyer un hibou, autant faire d’une pierre, deux coups. Non ?

- Par ailleurs, je prévois une sortie scolaire pour la fin de l’année et je voulais savoir si vous seriez d’accord pour m’y accompagner ?

Pourquoi elle ? Pourquoi pas Coqueline ou un autre collègue ? Aucune idée, sûrement pour éviter de tomber dans la monotonie. Surement aussi parce qu’il se disait que ça ne pouvait que pimenté la-dîtes sortie.

- Et si vous acceptez, alors j’aurais besoin que vous m’accompagnez ce soir un peu en dehors du village, pour faire un premier tours d’un des trois lieux auquel j’ai pensé.

L’un des trois ou l’un des milles, mais il c’était fait violence pour finalement restreindre la liste. Et ces trois choix, quoi que quelque peu cocace, pouvais avoir du potentiel car ils étaient chargés en histoire. Le but n’étant pas une prolongation d’un cours ennuyeux mais simplement un petit camp sympathique avec option jeu en groupe pour entraîner les élèves et développer à la fois leurs esprits de déduction, d’équipe et leurs autonomies. Chose expliquer quand il se pencha pour lui tendre le formulaire qu’il avait sorti un peu plus tôt et qui présentais l’activité dans un « texte à trous », puisque certains blancs restaient à combler. Et qui de mieux que l’infirmière complètement perché pour justement mettre à mal nos cher tête blonde et trouver des idées plus saugrenues les unes que les autres ?
:copyright: 2981 12289 0



Golden Boy.
code par Summer's Desire pour Epicode

•••
Award été 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t2640-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2803-etienne-a-l-ballessaim-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t2779-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2851-etienne-a-l-ballessaim-o-occamy-nom https://www.historia-pactum.com/t2642-etienne-a-l-ballessaim
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Runespoor
Exp : 7706
Points de vie (HP) : 1650
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Giphy
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 524
J'aime : 75
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyMar 27 Aoû - 21:41
Etienne & Irina
❝ Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. ❞


15.03.2024 • Si elle l'écoutait ? Certainement. Mais peut-être que d'une oreille cependant. Il faut dire que ce qu'elle pensait trouver utile pour garder sa concentration sur la conversation, n'était peut-être pas le livre qu'elle avait entre les doigts. Parce qu'il l'avait aspiré ce livre. Ou plutôt, le passage qu'elle lisait et qui lui faisait légèrement froncer les sourcils tout en penchant la tête. Est-ce qu'ils faisaient bien ce qu'elle pensait ? C'est que, de détails, ça n'en manquait pas vraiment mais... Est-ce qu'il utilisait bien un... ?
Fin de la page, Irina apporta son doigt à ses lèvres pour l'humidifier rapidement avant de tourner la page et parcourir la suite de la phrase.

« Oh ? C'est bien un admoniteur qu'il utilise là ? »

Tournant le livre vers Étienne qu'elle découvrait perdu dans un pile de papiers qui n'en finissait plus, elle tapota sous le dessous de la ligne avant de reposer le livre sur ses genoux. C'est que ce genre de texte et le contexte, ça lui demandait un petit temps de réflexion. Tout comme relever les yeux de sa lecture et d'en tourner plusieurs pages pour revenir à un autre sujet qui ne requiert pas l'utilisation d'objets de contentions ni de fouets.

« Avez-vous déjà pensé que c'est aussi une épreuve pour celui qui doit, en premier lieu, écrire sur le papier ? Mais j’imagine que c'est aussi le lot commun de tout rapporter. Ce livre est très étrange... Des Admoniteurs et … Oh ?! Intéressant. Mais je ne vois pas trop l'intérêt, d'écrire autant je veux dire. Et de tout retranscrire, y compris dans mes dossiers. »

Si passer du coq à l'âne était parfois un exercice compliqué, pour Irina, ça notait juste qu'elle gardait assez de concentration dans le moment présent pour pouvoir suivre le fil. Et ce, même si son esprit était quelque peu perturbé par un nouveau passage un peu trop osé et... Disons que ce n'était pas vraiment sa tasse de thé. En fait, ça ne l'était même pas du tout. Ce petit délire de domination et de soumission ça lui passait tellement loin au-dessus de la tête qu'elle ne comprenait clairement pas comment on pouvait écrire ça. Pour elle, c'était un peu une aberration que de penser vivifiant que d'avoir ce genre de relation. Enfin, certains pouvaient aimer, mais l'étaler dans un bouquin.

« Et vous êtes certains que ni Coqueline ni Melissandre ne sont l'auteur de ce bouquin ? »

Parce qu'il fallait être un peu frappé pour pouvoir l'apprécier. Pour elle, ça manquait de charme et de paillettes, c'était aussi trop sombre, trop rude, trop tout. Le total opposé de ce qu'elle était et de comment elle visualisait ce genre d'expérience où la passion et la finesse étaient plutôt tournés vers l'élévation de l'esprit que la destruction mutuelle assurée.

« Les portai-quoi ? Candidatures ? »

Aussi rapidement prononcé que le livre se voyait fermé, une petite page coincée entre deux doigts. Elle y avait été un peu fort en le refermant d'ailleurs vu qu'elle retira ses extrémités dans un nouvel élan de rapidité avant de secouer sa main. Il se fichait d'elle c'était ça ? Un apprenti... Ou une d'ailleurs... Elle ? Former quelqu'un. Alors que s'auto-gérer était déjà d'une grande difficulté. Preuves en était que pour avoir la paix avec sa famille, elle avait balancer son pavé dans la marre concernant une relation nouvelle et qu'elle attendait maintenant de voir combien de remous ça allait provoquer.

« J'ai reçu trois lettres, répondu à la dernière. Votre mère devrait être au courant maintenant, qu'une de vos collègue issue d'une petite branche de la Noblesse fréquente un autre membre de la Noblesse. Reste à savoir combien de temps cela prendra avant que le lien ne soit fait. Peut-être qu'à ce moment là, je vous donnerais ma réponse sur la possibilité de prendre un apprenti.  Et je m'entends bien avec Hailey, la médicomage qui occupe le poste d'infirmière à Poudlard. Je connais moins celui en charge de l'infirmerie Bulgare. »

Les pavés, c'était souvent drôle à balancer. Il fallait juste prendre le temps de regarder la façon qu'ils auraient de tomber avant de savoir comment se repositionner. Ce qu'elle ne faisait jamais alors qu'elle rouvrait le livre.

« Est-ce que parmi ces gens, vous en avez notés qui ont un réel intérêt pour l'humain et pas juste le soin ? »

Parce qu'on oubliait trop souvent que pour certain, ce genre d'activité était simplement un point d'entrée vers une carrière assurée. Le rêve de beaucoup serait de devenir Médicomage et certains finiraient par considérer que bien que doués, les infirmières restaient en bas de l'échelle parce qu'elles avaient eu la flemme de s'élever ou de passer du temps le nez vissés dans un bouquin. Ils oubliaient parfois, que sans le début, il n'y avait pas de fin et que sans les infirmières, il n'y avait pas de Médecins.
Alors, c'était clair pour elle. Elle ne formerait pas quelqu'un qui avait les dents trop longues et qui finirait par oublier par où il avait commencé. Pas plus qu'elle ne formerait quelqu'un qui n'avait pas l'envie de simplement aider quelqu'un. Que ce soit en lui parlant où en lui administrant une potion.

Enfin, c'était bien beau tout ça. Mais ça ne l'aidait pas, ni lui en fait et elle soupira avant de reposer le livre fermé sur le bureau.

« Vous savez que vous m'en demandez beaucoup, n'est-ce pas, que de faire un choix ? »


Pour une fois que la question n'était rien d'autre que sérieuse... Irina pinça les lèvres avant de se remettre à sourire. Effaçant cette partie de la conversation de son cerveau.

« Mais au moins, vous proposez une idée qui pourrait tout faciliter. Mais avant de me décider... Où allons-nous ce soir ? Parce qu'ils serait trop simple que je dise oui sans avoir eu un avant-goût, ne pensez-vous pas ? Je prendrais ça en rentrant »

Parce que les formulaires, c'est encombrant cela dit en passant. Et aussi parce qu'elle n'a pas vraiment le temps alors qu'elle est déjà debout sur ses deux pieds. Sortir d'ici ? Quelle bonne idée, il serait toujours temps d'y revenir à un autre moment et de mettre dans les cases blanches de nouveaux mots aux belles idées.


(c) sweet.lips


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002 En ligne
Etienne A. L. BallessaimHistoria PactumEtienne A. L. Ballessaim
Dragon
Exp : 22010
Points de vie (HP) : 4350
Baguette : 35cm, bois de chêne et plume de Phoenix
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. 1564027179-rpwtf-irienne
Âge IRL : 28
Célébrité : Chris Hemsworth
Parchemins : 1047
J'aime : 101
Date d'inscription : 21/11/2018

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyMar 27 Aoû - 23:49
Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.feat. @Irina A. LupinVendredi 15 Mars 2024 ▬ Ils étaient dans la même pièce, assit face à face. Semblaient presque communiquer du moment où, on enclenchait la fonction « mute » sur le son. Mais dès qu’on remettait celui-ci, on se rendais vite compte que leurs sujets de conversation étaient bien différents. Et si lui pensait travail, elle pensait lecture. Si lui parlais dossier et continuité, elle se penchais plutôt sur l’analyse littéraire -plus ou moins- d’un livre dérobé qui ne lui appartenais même pas. Et pourtant, pourtant ils parvenaient quand même -au grand minimum- à donner du sens à cet échange en semblant se répondre. Comme ce moment où elle avait pointé du doigt un paragraphe et où il avait haussé les épaules. Ou cet autre moment, celui où il avait souris quand elle c’était justement lancé dans la critique d’un manuscrit que lui-même n’avait pas terminé. Tout en terminant par une allusion plus ou moins subtile sur ses propres dossiers en passant, ce qui eu pour effet d’accentuer le petit sourire en coin du professeur.

- En soit, tant que j’ai l’essentiel… Mais que voulez vous le conseil d’administration est pointilleux.

Réponse distraite entre deux. Ce qui fini par lui faire lever la tête de la paperasse cependant, le fait rire aussi. Coqueline ou Melissandre ? Voilà qui est bien trouvé, peut-être. Ou pas les connaissant toutes les deux.

- Je ne les aient jamais vu l’une ou l’autre passionnée par ce genre de pratique, du moins pas comme ça. Mais je ne manquerais pas de leurs demander si ça vous tient à cœur de savoir.

Du coq à l’âne, puis de l’âne au coq alors qu’il terminait à peine sa réplique et qu’elle percutais -en parti- les mots dont il avait usé un peu plus tôt. Il ne manqua pas l’étonnement, ni le fait qu’elle s’infligeais la douleur d’un pincement en se montrant peut-être un peu trop réceptive aux quelques mots.

Il ouvrit la bouche, avant de la refermé comme un poisson. Arrêt sur image. Quoi ? ça mère ? Que… Et ça lui revient, ce petit deal dans les bois à leurs premières rencontres. Il se pince les lèvres imaginant déjà la beuglante arrivée. Passe une main dans ses cheveux et soupire avant de ne plus rien laisser paraitre. Un mal pour un bien. L’hystérie d’une mère, la moue boudeuse d’une sœur pour une certaine forme de liberté conditionnel. C’était ça, le deal, non ?

- Pas apprentis, assistant. Nuance. Et vous me donnerez votre réponse avant la fin du mois. Ma mère l’aura compris bien plus tôt. Ça ne m’étonnerait pas de la voir déboulé, elle ou Audrey, avant la fin du week-end. Harpies qu’elles sont. Epérons simplement qu’elles n’iront pas en faire tout un plat. Bien que vous sachiez ce qu’on dit de l’espoir.

Une pause, pour réfléchir à la question et repasser à un autre sujet. Trois conversations en simultané, deux, trois ? C’est trop et pourtant, pourtant ils jonglent. La pause dure assez pour laisser le temps à la demoiselle de râlé, en quelque sorte. Quoi que râlé ne soit pas vraiment le terme exact. Mais il conviendra quand même.

- Je ne doute pas que certain de nos élèves puissent parfaitement convenir à vos attentes. Attendez donc de voir qui postulera. Mieux vaux que ce soit votre choix plutôt que celui de l’administration, non ? J’ai préféré vous le rappelez avant que le conseil ne décide pour vous et vous mettent dans les pates un de leurs… favoris.

Un soupir, il se relève sans forcément se rendre compte de suite qu’elle en a fait de même du moment où il à évoquer sa proposition de ballade nocturne. Le temps de ranger quelques feuillets, préparer une enveloppe et ranger, mettre de l’ordre pour partir serein. Et c’est seulement à ce moment là qu’il relève la tête pour la voir sourire et entendre sa question. Son visage se radoucit, ce fait plus taquin aussi alors que son sourire forme une petite ride au coin de ses lèvres.

- Quels étaient vos mots déjà ? « La prochaine fois je suis sûre que vous trouverez un moyen d’être aussi entreprenant que surprenant » ? Oui il me semble que c’était ça. Alors laisser moi essayer d’entreprendre de vous surprendre. Qu’en dîtes vous ?

Il contourne son bureau et lui présente son bras. Avance vers la porte qu’il ouvre d’une main en vérifiant en tâtonnant son jean une fois la poignée tournée, qu’il n’aura rien oublié d’important. Quand l’instant passe et que son inventaire mental semble satisfaisant, il invite d’un geste du bras la jeune femme à sortir avant d’éteindre les lumières et de refermé la porte de son bureau à clé. Jetant un dernier regard vers l’Occamy, veillant à ce qu’il ne manque ni d’eau ni de nourriture pendant son absence.

- Nous allons pour le moment prendre la direction du village aux millefeuille. Après vous ?

Ou avec vous ?
:copyright: 2981 12289 0



Golden Boy.
code par Summer's Desire pour Epicode

•••
Award été 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t2640-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2803-etienne-a-l-ballessaim-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t2779-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2851-etienne-a-l-ballessaim-o-occamy-nom https://www.historia-pactum.com/t2642-etienne-a-l-ballessaim
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Runespoor
Exp : 7706
Points de vie (HP) : 1650
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Giphy
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 524
J'aime : 75
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyMer 28 Aoû - 0:31
Etienne & Irina
❝ Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. ❞


15.03.2024 • SConseil d'administration, sélection, paperasse, ce n'était définitivement pas de bons sujets de conversations pour une fin de semaine qui avait été chargée. Dire qu'elle aurait préféré l'esquiver n'était pas peu dire. Même si, soyons clairs, un moment avec le directeur adjoint quand il était moins directeur que adjoint, n'était pas pour lui déplaire. C'était juste le sujet qui n'était pas plaisant, où les sujets. Un admoniteur vraiment !
Alors à l'énoncé du Conseil et de cette nuance qui pour elle n'en était pas une, elle grimaça simplement. Mieux valait s'asseoir définitivement là-dessus même si elle avait bien noté qu'elle n'y couperait pas et qu'à défaut d'apprentis, elle aurait droit à un assistant. Qu'elle allait devoir former cela dit en passant pour qu'il arrive à s'adapter à sa façon de fonctionner.

« Ils en ont vraiment beaucoup... de drôles d'idées... »

Parce que mettre quelqu'un dans les pattes d'Irina c'était pas forcément l'idée du siècle. Certes, elle adorait les gens mais les gens réussissaient rarement à la suivre complètement. Alors forcément... Si l'assistant devait assister, il allait vite se retrouver coulé si elle ne l'aidait pas, un minimum à s'adapter. Un patient, n'est pas un assistant et être avec ses pairs n'est pas s'occuper des gens. Là aussi, il y a une certaine nuance. Mais lancer ce débat ne servirait pas. Puisque la décision est prise de toute façon et qu'elle n'a pas vraiment le choix.

« Votre Mère est perspicace, et ça aidera sûrement la mienne à la paix ! » Une pause, comme pour mieux apprécier ce fait « Allons, que votre sœur ne soit pas satisfaite est moins important que le retrait de cette épée au-dessus de nos têtes. On dit aussi qu'il y a de très bons sortilèges, contre les Harpies. »

Un clin d’œil, comme pour clore un sujet. Parce que de tout ceux qu'ils partagent pour l'instant, c'est encore celui qui lui plaît le moins. Peut-être parce qu'il est un peu dangereux, ce jeu. Et parce que c'est un peu triste aussi, d'une certaine manière, que l'on soit obligé d'en arriver à de tels extrêmes pour avoir un peu de paix.
Mais c'était un mal pour un bien, n'est-ce pas ? Tant que ça ne signifiait pas que toute cette nouvelle relation n'était basée que sur ça... Hmmm... Mauvaise pensée que celle là. Pensée qui rejoignit les autres et fut vite rangée.

Retour à la base. Retour à ces moments qui étaient beaucoup plus attrayants. Retour aussi à ces épisodes qu'ils partageaient depuis quelques temps maintenant et qui, plus que le reste, retraçait assez bien les contours de leur relation. C'est incroyable, n'est-ce pas, que de passer près de trois années dans les mêmes couloirs qu'une autre personne et de ne prendre le temps de la connaître que récemment ? Ou pas. Puisqu'il y avait toujours d'autres personnes dans ces couloirs, d'autres choses à faire aussi. D'autres trames à tissées. Et puis, c'était comme ça, la vie. Ce n'était pas parce qu'on évoluait dans la même sphère qu'on prenait le temps de se lier forcément.

« Pour la surprise... Je crois que vous avez déjà fait bien fort ce soir. Dois-je vous rappelez tout ce que j'ai noté jusqu'à maintenant ? »

Un sourire malicieux alors qu'elle prend son bras, oubli ce qu'elle a laissé traîner quelques minutes plus tôt et se contente de lui emboîter le pas. Parce que l'esprit va plus loin que le reste et que le sien va toujours plus loin.

« J'ai reçu une note au caractère très officielle, même si, je l'avoue, j'ai manqué ne pas la lire. J'ai ensuite découvert votre attrait pour les relations... non conventionnelles diront-nous. Ou bien pour la domination ? Et par la même occasion, vous me souffler discrètement que je dois choisir un assistant avant qu'on ne le fasse pour moi... Ne trouvez-vous pas que c'est d'autant plus surprenant que nos précédents échanges n'ont jamais été de ce gabarit là ? »

Un sourire toujours.

« Est-ce là le tout nouveau pouvoir du Directeur Adjoint que je vois ? »

Suivi par ce sempiternel rire qui revient toujours. Parce qu'au final, ce n'est pas vraiment important mais qu'il est tout autant intéressant de le noter cependant. Peut-être aussi parce que ça prouve qu'elle a réussi à tout enregistrer sans rien oublier -mis à part ses chaussures, restées sur le sol de ce bureau qu'ils viennent de quitter-

« Mais j'avoue préférer que l'on aborde ces sujets à l'extérieur... Surtout si vous promettez de mettre tous vos efforts dans cette cerise qui devrait venir se poser sur le gâteau qu'est ce début de soirée. »

Parce que vu comme elle a commencé et même si elle a déjà balayé les divers sujets de ses pensées, il n'en reste pas moins qu'elle espère vraiment découvrir autre chose de plus ou moins important. Parce que c'est tout l'intérêt que de passer du temps avec lui qui semble si différent que ce qu'il montre tout le temps. C'est étrange, tout ces masques que l'ont peut revêtir et que l'on fini pas s'approprier. Elle en porte aussi, sûrement, même si elle tend à vouloir tous les effacer pour ne laisser que la vérité.


(c) sweet.lips


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002 En ligne
Etienne A. L. BallessaimHistoria PactumEtienne A. L. Ballessaim
Dragon
Exp : 22010
Points de vie (HP) : 4350
Baguette : 35cm, bois de chêne et plume de Phoenix
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. 1564027179-rpwtf-irienne
Âge IRL : 28
Célébrité : Chris Hemsworth
Parchemins : 1047
J'aime : 101
Date d'inscription : 21/11/2018

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyJeu 29 Aoû - 1:02
Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.feat. @Irina A. LupinVendredi 15 Mars 2024 ▬ Si la semaine avait été chargé ? C’était un euphémisme. Surtout avec les derniers préparatifs du cours qui avait eu lieu l’après midi même au sein de l’étage blanc alors que des élèves des trois écoles de sorcelleries en liens c’était réunis pour suivre des travaux pratique en termes de duel. Avec, en bonus, une démonstration musclée qui avaient dû les motivés. Du moins c’est ce qu’espérais Etienne. Tout en se disant qu’Irina avait dû avoir quelques un de ses élèves à rabibocher justement après l’activité. Donc effectivement, le soir était peut-être mal choisi pour remplir un peu plus les têtes de choses à penser, mais il le fallait. Par ailleurs, il ne relava pas spécialement la petite remarque de l’infirmière sur les bonnes idées du conseil, n’avouant que du regard partager son point de vue.

- Ma sœur m’en voudra surtout de ne pas avoir été la première au courant et de ne pas vous avoir encore rencontré. Je pense que vous devriez le plaire.

Pas que ça importait dans leurs situations. Après tout, avaient-ils vraiment besoin de faire bonne impression à leurs famille respective quand on connaissait l’envers du décor ? Ce petit accord entre eux ? Probablement que non. De même qu’il n’était pas utile d’en parler encore d’avantage, car le sujet n’était pas de ceux sur lesquels on continue à déblatérée à l’infini. Mieux valait revenir à l’instant présent, cette petite sortie. Cette surprise qui, si on en croyait la demoiselle, n’était qu’une autre parmi une série qui avait déjà commencer à peine le hibou avait-il toqué à la fenêtre de son bureau un peu plus tôt. Ce qui fit sourire l’homme qui baissa la tête en la secouant légèrement de gauche à droite.

- Vous oubliez qu’en trois ans de cohabitation dans ce palais, nous en avons eu d’autre des réunions de ce genre.

Nota-t-il simplement. Était-ce un oubli ? Ou simplement le fait que depuis quelques semaines ils avaient appris à se voir et plus seulement noté la présence de l’autre sans réellement y faire attention ?

- Pouvoir ? Voilà un choix de mot bien étrange. Ce n’est vraiment pas celui que j’aurais choisi.

Ils entament leurs marchent dans les couloirs, descendent les étages pendant que quelques mots sont échangés. Les lumières tamisées du palais projettent l’ombre des feuillages extérieurs sur les murs boisés de l’intérieur, faisant danser quelques branchages à la manière d’ombre chinoises alors qu’au détour d’un couloir ils atteignent la grande porte qui mène à l’extérieur.

- Une nouvelle aventure, croyez bien que j’y place autant d’attentes que vous.

Ponctua-t-il alors qu’ils franchissaient les grandes portes qui c’étaient ouvertes d’elles même devant eux, passant les quelques marches pour apprécier les petites bourrasques d’un vent de la mi-mars qui vins remuer quelques mèches de cheveux.

- Vous n’allez pas avoir froid ? Nous avons un peu de marche avant d’arrivé à destination. Après tout, vous m’avez expressément ordonné de ne plus vous faire subir le supplice de la moto volante.

Plaisanta le professeur, sans pour autant se rendre compte des petits petons dénudée de la jeune femme, après tout, il préférais de loin observer son visage ou bien le paysage entretenue par Hristina, plutôt que les pieds de sa collègue.
:copyright: 2981 12289 0



Golden Boy.
code par Summer's Desire pour Epicode

•••
Award été 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t2640-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2803-etienne-a-l-ballessaim-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t2779-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2851-etienne-a-l-ballessaim-o-occamy-nom https://www.historia-pactum.com/t2642-etienne-a-l-ballessaim
Irina A. LupinHistoria PactumIrina A. Lupin
Runespoor
Exp : 7706
Points de vie (HP) : 1650
Baguette : Epine de monstre du fleuve blanc, 19.75 cm, bois de charme
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Giphy
Célébrité : Emilia Clarke
Parchemins : 524
J'aime : 75
Date d'inscription : 31/03/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyDim 1 Sep - 23:41
Etienne & Irina
❝ Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. ❞


15.03.2024 •

« Et quel mot auriez vous utilisez si ce n'est, pouvoir ? »

Une question qu'on croirait sortie de nulle part tant elle arrive vite mais qui n'en est pas moins importante. Parce que Le Pouvoir ou Un Pouvoir, c'est très subjectif, comme le fait d'arriver en retard. Et puis, avait-il déjà oublié la lecture qu'il avait quelques instants plus tôt ? Lecture qu'elle avait parcourut cela dit en passant et qui traitait d'une forme de relation alliant domination et soumission. Hors, la domination n'était-elle pas une forme de Pouvoir ?
Donc oui, clairement, elle trouvait le mot particulièrement bien choisi alors qu'elle le gratifiait d'un sourire canaille tout en continuant de marcher à ses côtés.

Et puis, elle n'allait pas mentir, ça l'intéressait vraiment de savoir ce qu'il avait au fond du crâne. Lui qu'on voyait plus souvent très calme et dont on ne devinait pas les pensées. En vérité, mise à part dans quelques situations bien précises, elle ne l'avait encore jamais réellement vu perdre le contrôle de quelque manière que ce soit. Hors, tout garder à l'intérieur ou n'en montrer qu'une partie sous prétexte que la bienséance ne le permettait pas, ça avait un petit côté ennuyant.
Pas ennuyant dans le sens rébarbatif cependant. Mais plutôt ennuyant puisqu'à force de ne montrer que ce qui doit être montré, on fini par se perdre un peu et ne plus profiter. Ou quelque chose comme ça, elle ne savait pas vraiment pour le moment. Tout ce qu'elle savait, c'était que cette question que l'on pourrait juger rhétorique, ne l'était pas tant que ça. La réponse lui importait vraiment. Allez savoir pourquoi ? Peut-être que leurs quelques escapades avaient remuer quelque chose qui laissait plus de place qu'à la politesse courtoise et aux petites blagues. Moyennant bien entendu, que se pencher là-dessus lui évitait aussi de se pencher sur son autre remarque concernant leur collaboration depuis trois ans.

« D'autres réunions ? De ce genre ? De celles où je lis un livre quelque peu spécial pendant que vous me parlez du recrutement d'un apprentis ? Vraiment ? C'est possible oui... »

Le léger rire qu'elle retint était sans équivoque. Irina oubliait beaucoup de choses. Ou plutôt, disons qu'y repenser après coup n'entrait pas forcément dans son mode de fonctionnement. Ce n'était pas tant qu'elle était impolie ni que ça l'intéressait si peu qu'elle ne faisait pas attention. Mais plutôt que son esprit avait cette tendance à tout trier de façon très automatique et que, parfois, il évinçait une partie des souvenirs pour qu'il n'en reste que certains.

« Vous devriez savoir, depuis trois ans, que j’oublie nombre de chose importantes. D'ailleurs, la fenêtre de votre bureau est-elle ouverte ? »

Tout en prononçant ces mots, la jeune femme s'arrête. Lève son visage vers l'académie dont ils parcourent maintenant le parc paysager et repose ses yeux sur le professeur. Un soupire passa la barrière de ses lèvres alors qu'elle lui lâche le bras et attrape sa robe à deux mains, la remontant légèrement sur ses mollets pour agiter dans l'air un pied totalement déchaussé bientôt suivit par l'autre.

« Vous voyez... Beaucoup de choses. Y compris l'indispensable mais puisque nous devons marcher... j'aimerai autant que votre fenêtre soit ouverte, faire venir mes chaussures à moi serait une moins grande perte de temps que de remonter. Ne pensez-vous pas ? »


Sauf qu'elle se voyait mal tenter son accio et briser ses carreaux, voir pire. Parce qu'elle pouvait toujours faire pire après tout. Comme appeler toutes ses paires de chaussures dispersées dans l'académie...

« Et je doutes que Hristina apprécie que j'aille chercher les chaussures que j'ai, probablement, abandonné une ou deux fois dans ses parterres. »

Promis, Hristina, juste une ou deux fois. Enfin... Oui, si. La troisième elle les avaient récupérées. Ou pas ? Grimaçant, Irina tourna un regard vers le professeur. Voulait-il bien jouer les sauveurs pour cette fois et lui confirmer qu'il ne vivait pas enfermer à double tour dans sa tour sans jamais ouvrir de fenêtre pour aérer ?  


(c) sweet.lips


Irina Améthyste Lupin
“Il n'y a pas de grande réalisation qui n'ait été d'abord utopie.”


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3371-irina-lupin-uc-delai-jusqu-au-17-04 https://www.historia-pactum.com/t3486-irina-a-lupin-o-pas-encore-de-classe#55947 https://www.historia-pactum.com/t3485-irina-a-lupin#55946 https://www.historia-pactum.com/t3855-irina-a-lupin-o-botruc-nom#64420 https://www.historia-pactum.com/t3511-irina-amethyste-lupin#56002 En ligne
Etienne A. L. BallessaimHistoria PactumEtienne A. L. Ballessaim
Dragon
Exp : 22010
Points de vie (HP) : 4350
Baguette : 35cm, bois de chêne et plume de Phoenix
Photomaton : Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. 1564027179-rpwtf-irienne
Âge IRL : 28
Célébrité : Chris Hemsworth
Parchemins : 1047
J'aime : 101
Date d'inscription : 21/11/2018

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. Empty
MessageSujet: Re: Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.   Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul. EmptyVen 13 Sep - 21:14
Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.feat. @Irina A. LupinVendredi 15 Mars 2024 ▬ Le pouvoir… Ce mot avait une sorte de connotation négative pour Etienne, il faut dire que sa famille en avait du pouvoir. Est-ce qu’ils l’utilisaient à bon escient pour autant ? Pas vraiment. Est-ce qu’ils en abusaient en ce donnant un statu supérieur aux autres ? Très souvent oui. Son père lui avait si souvent rabâcher les oreilles avec ce mot, qu’il en était devenu un terme… des plus déplaisant. Voilà sans doute la raison qui avait poussé Etienne à rectifié quelque peu la réplique de la jeune femme qui l’accompagnais, bien qu’il ne réponde pas forcément à la question qui suivis, préférant garder le silence en baissant simplement la tête pour faire un léger signe négatif de gauche à droite avant de bien vite se redresser tant dis qu’il fermait son bureau à double tours. Ne sait-on jamais, une bombabouse dans la journée était amplement suffisant, nul besoin de tenté le diable !

- Pas exactement le même genre de réunion effectivement. Simplement d’autre réunion, trop formel sans doute pour marquer l’intérêt.

À ça, il avait répondu, un léger sourire en coin flottant sur ses lèvres alors que ses iris bleues pétillaient de malice quand il jetait un regard en coin à la demoiselle, reconnaissant de fait le caractère bien particulier, quoi que rafraichissant, de celle-ci. Originale, c’était peut-être le mot. Hors du commun si non peut-être ? En tout cas, elle n’entrait dans aucune des petites cases prédéfinis qu’on essayait de lui faire entrer dans le crâne depuis l’enfance. Point positif sans doute qui lui faisait apprécier les moments passer en sa compagnie.

L’air frais au dehors aidant à se sentir plus libre, respirer un grand coup pour apprécier finalement l’obscurité qui ne tarderais pas à se dessinée. Le soleil à l’horizon disparaissant petit à petit pour laisser place à un autre moment de la journée, celui où la lune pour seul éclairage donnerait presque des airs mystiques à ses jardins Français à la coupe au carré parfaitement bien entretenu. Sa fenêtre ? ouverte ? Sans doute, peut-être ? Il n’avait pas pensée à vérifier, pourtant, par là aussi les petits plaisantins pouvaient aisément s’amuser à laisser s’engouffrer bon nombre de farce et attrape que ce soit par hiboux ou à l’aide d’un maléfice quelconque.

C’est en songeant à cette possibilité qu’il tourna la tête vers Irina pour l’observer soulever son jupon et lui montrer deux petits petons qui avaient perdu leurs couvre-chefs. Un petit rire silencieux de l’homme

- Est-ce le froid qui vous à finalement rappeler la nudité de vos pieds ? Ou simplement l’humidité de l’herbe ? On évitera de laisser l’infirmière attraper un rhume, il parait, si l’on écoute la vielle elfe de maison du château, que c’est par les pieds qu’on attrape la plupart de nos maladies. Du moins, c’est ce qu’elle me répétait quand j’étais enfant et que je refusais de mettre des chaussures pour courir sur les parquets ou dans les jardins. Qu’en pensez-vous ?

Le sourire là, il est franc, amusée aussi quand il partage ce petit souvenir d’enfance avec une pointe de tendresse dans le regard, sans doute pour cette vielle elfe à leurs services depuis si longtemps qu’Etienne pense l’avoir toujours connu. Sortant sa baguette de sa ceinture, il la lève et a un instant d’hésitation.

- A vrai dire, je ne sais plus du tout si la fenêtre est ouverte et fermé. Je suppose que je le découvrirais en rentrant… Mais en attendant : accio chaussure d’Irina !

Un mouvement fluide du poignet en direction du palais. Il range l’instrument là d’où il l’avait sorti l’instant d’avant. Il faudra sans doute quelque seconde supplémentaire pour que les chaussures fassent leurs petits bonhomme de chemin, mais pour sur qu’elles arriverons. Sauvant ainsi Irina d’une probable maladie !
:copyright: 2981 12289 0



Golden Boy.
code par Summer's Desire pour Epicode

•••
Award été 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t2640-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2803-etienne-a-l-ballessaim-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t2779-etienne-a-l-ballessaim https://www.historia-pactum.com/t2851-etienne-a-l-ballessaim-o-occamy-nom https://www.historia-pactum.com/t2642-etienne-a-l-ballessaim
 

Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, vous sauriez qu'on ne le perd pas. Il se perd tout seul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» Elles étaient aussi bien de fesses que de face.
» Veux-tu courir avec moi? (PV Lakini)
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: La France :: Village aux Millefeuilles-