RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.

Partagez
 

 On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Iwao MasaakiHistoria PactumIwao Masaaki
Eruptif
Exp : 17892
Points de vie (HP) : 3350
Baguette : 28,99 cm, bois de Cèdre et poil de Troll
Photomaton : For when you fall, I will be the one telling you : I told you so.
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 3335220522_1_9_S6qDiyy3
Âge IRL : 23
Célébrité : Ji Chang-Wook
Parchemins : 417
J'aime : 259
Date d'inscription : 09/05/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyJeu 5 Déc - 5:41


On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre.
Who decides why we live and what will die to defend... who chains us ?
Juste avant qu'elle ne réponde, il ne l'avait pas vu ce moment suspendu, cette fragile hésitation d'un quart de seconde, le temps de récupérer la bouteille, et de se rassoir. Non, il n'avait pas vu ça, parce que son regard sombre s'était perdu dans les flammes, écoutant le crépitement doux du bois dans l'âtre, comme si les bûches aussi avaient des réponses à donner.

Et puis ses mots. Légers. Qui font sourire doucement le nippon, mais qu'à moitié parce qu'il attendait autre chose qu'une blague. Et alors qu'elle reprenait, cette fois plus sérieusement, il laissa son regard glisser à nouveau sur son visage. Une demi seconde sur ses mains qui galéraient à tenter d'ouvrir la bouteille. Retour à ses yeux, perdus eux aussi dans les flammes. Semblant perdus loin, et un tristes, ou tendres, alors qu'un nom qu'elle décida de taire se prononça dans le silence. Il étira un nouveau sourire, le japonais, un peu fade cette fois, un peu mélancolique. Juste le temps de se retrouver avec la bouteille dans les bras, et de la déboucher en deux gestes simples. (Y a pas de honte, Kassie, j'ai l'habitude stout)

La suite, il l'écouta mais avait cessé de regarder l'adolescente. Il s'était replongé dans l'observation des flammes, tout en avalant directement au goulot quelques gorgées de l'alcool blanc. Chaleur. Piquant. Douceur. Et puis elle lui avait demandé pourquoi, pourquoi cette question. Dans les yeux noirs, il y avait eu comme une vague de doute. Il avait demandé... Est-ce que c'était cette journée bizarre qui lui mettait le cerveau à l'envers ? C'est vrai que ce genre d'interrogations, ça ne lui ressemblait pas. De demander, comme ça. A celle... Celle qui l'employait. Il baissa les yeux. Une seconde, il eut un gout amer dans la bouche. Il avala une gorgée de saké pour l'oublier. Il avait demandé ça parce que... Ça l'intéressait vraiment ? Oui. Aussi étrange que ça puisse sembler. Aussi mal venu que ce soit. Kassie Gaunt Ollivander l'intéressait. Encore, ce gout amer, qu'il chassa d'une rasade de saké. Et puis si il tendait assez l'oreille aux craquements du bois noircis, aux lèches des flammes rousses, alors il entendait le murmure d'une voix qui suggérait que cette question, c'était à lui qu'il voulait la poser. Alors bien sur, il n'écouta pas le feu, parce qu'il ne voulait pas que sa question lui revienne en boomerang.

A force de réflexion, il n'avait pas dit un mot pour répondre à Kassie. Mais ne semblant pas perturbée pour autant, la brune attrapa la baguette qu'il avait glissée à sa ceinture, lui colla entre les doigts et lui fit faire un geste un peu bancal en direction du plafond. Il n'avait pas regardé en l'air. Non. Le contact avec sa peau lui avait fait légèrement froncer les sourcils, et c'était son visage qu'il avait détaillé pendant ce petit tout de magie. Toujours alors qu'elle s'allongeait sur la peau en parallèle de l'âtre. Encore alors qu'il reglissait l'artéfact à sa place. Il cherchait à comprendre ce qui clochait dans ce qu'il ressentait.

« Ce n’est pas aussi beau que sur votre île. »

L'île.

Iwao prit une profonde inspiration. Une bonne gorgée d'alcool. Leva les yeux vers le plafond qui avait laissé place à la voute céleste. C'est vrai que c'était moins beau. C'était comme si les étoiles brillaient moins fort, ou qu'il y en avait moins, ou qu'elles étaient différentes. Moins paisibles. Moins présentes. Moins. L'île...

Il expira doucement. Posa la bouteille sur le parquet tout proche, et s'allongea à côté de Kassie, croisant ses mains sur son torse.

« Je t'ai demandé ça parce que j'ai envie d'apprendre à te connaitre. »

Rien de plus à dire, c'était déjà assez difficile à sortir, ces quelques mots. Juste assez pour comprendre ce qui clochait. Juste assez pour voir que, le problème avec ce qu'il ressentait, c'était justement qu'il ressentait quelque chose.

Et une idée fugace lui donna envie de rire. Pour une fois, il n'avait pas en tête de la draguer, cette fille là. Peut-être qu'il la respectait trop pour ça. Ou peut-être que c'était l'élément Eiji qui jouait (et c'était très probablement ça en fait). Mais c'était assez inédit et rare pour être noté !

C'est donc en ayant retrouvé un sourire malicieux qu'Iwao roula sur le côté, calant sa tête sur son bras gauche replié, pour regarder Kassie.

« Hé ! » il chuchota comme pour indiquer qu'il allait lui confesser un grand secret. « J'ai faim ! »


MADE BY FRIMELDA


shikokku no hebi
Who decides why we live and what will die to defend...
who chains us ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3694-iwao-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3727-iwao-masaaki-o-pas-encore-de-classe?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t3726-iwao-masaaki?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t5325-iwao-masaaki-o-botruc-nom#135879 https://www.historia-pactum.com/t3733-iwao-massaki-tout-l-art-de-la-guerre-est-base-sur-la-duperie?highlight=iwao
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34769
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Giphy
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Basili10
Âge IRL : 13
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4912
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyJeu 5 Déc - 6:14


On ne s'accuse de la rage
que pour faire croire que l'on sait mordre.
FEAT. @IWAO MASAAKI • LE 30.03.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Une inspiration suivie d’un soupire quand il me répond. Je cligne des yeux lentement et tourne mon visage vers lui tout aussi lentement quand il roule de côté pour me glisser quelques mots. Le sourire s’étend, peut-être un peu plus enfantin comme tout à l’heure. Mais avant que je n’aie le temps de répondre un « pop » sonore retentis à nos pieds. Elle s’approche, l’elfe. Elle semble contrariée à en croire ses yeux plissée et inquisiteur qui ne sont presque plus que deux fentes. A croire que trop de bridé vont et vienne à la maison si elle commence à les imités. D’ailleurs elle se met à marcher entre nous avec ses petites jambes, quitte à nous marcher dessus d’ailleurs quand elle amène le petit plateau garnis et me force à reculer jusqu’à presque finir dans le feu quand elle se baisse pour le poser là où était mon visage et celui d’Iwao il y à encore quelques secondes. Elle le regarde, me regarde, s’incline de façon assez raide et s’en va tout aussi sec en nous laissant avec la nourriture.

« Elle n’est juste pas croyable. »

Des mots qui m’échappe dans un éclat de rire après que Neely soit partie. J’en oublierais presque de regarder le plateau qui contiens les mets préparer ce soir. De la nourriture à la Française avec deux toasts de fromage frais et saumon fumée, deux bols de salade avec du canard fumée, des ravioles et quelques autres ingrédients et des fruits pour rafraîchir le tout. Je n’oublis pas longtemps cependant, me remettant en tailleur à côté d’Iwao après m’être relevée le temps d’éloignée mes cheveux du feu crépitant un peu trop proche derrière moi. Ce serait balo de finir la boule à zéro et la nuit à Sainte Mangouste.

Attrapant un toast que je fourre entre mes lèvres je me rends compte qu’effectivement, j’avais faim. Je n’aurais pas faim longtemps me connaissant. Mais autant faire honneur au mal que c’est donner mon elfe en mangeant un peu de tout. Reposant le toast et plaçant ma main, paume vers l’extérieur, devant mes lèvres -habitude ou toc quand je mange avec quelqu’un comme pour cacher le processus de mastication – j’utilise pour autre main pour aller piocher dans la salade un petit peu de tout histoire de bien profité de chaque saveur. Ma fourchette restera cependant en suspens quand je l’amènerais a mes lèvres après avoir attendu quelques secondes.

« Je comprends que tu aies besoin de savoir pour qui vous travaillez. J’ai été étonner qu’Eiji ne me pose pas plus de questions au début. »

C’était ma façon de faire suite à ce qu’il m’avait dit. Ma compréhension de ses mots. Est-ce que je pouvais m’imaginer qu’Iwao n’était pas comme son cousin ? Sans réel sentiment ou approche humaine ? Non. Et vu le temps que j’avais mis à passer la carapace d’Eiji, je m’attendais à ce que ce soit aussi dur, voir plus avec Iwao qui semblait cacher sa froideur derrière de faux-air sociable. Ce qui en soit, le rendait sans doute encore plus dangereux. J’avais compris avec le temps qu’un contrat était un contrat et rien de plus. Même si les choses avaient évolué, même si d’autres avaient été dites. Garder les barrières et faire la part des choses était essentielle.

« Déjà tu sais que généralement on sert de la bonne cuisine ici, du moins quand les invités se présente convenablement et pas par effraction ! »

La fourchette finie par rejoindre mes lèvres et je ponctue ma boutade par un coup d’épaule amical avant de reposer l’objet en métal, fixant le feu crépitant face à nous tout en prenant quelques seconde pour apprécier ma bouché. C’est suffisant pour moi et après l’avoir terminée, je pousserais le plateau vers lui et reprendrais ma position allonger, la même, pour fixer le plafond tout en jouant avec un fruit que je tiens entre le pouce et le majeur, le glissant entre mes lèvres pour extraire le jus et l’apprécier avant de manger la chair, l’air distrait tourné vers ses fausses étoiles. J’avais oublié combien j’aimais les fraises enrobées de chocolats.
code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Iwao MasaakiHistoria PactumIwao Masaaki
Eruptif
Exp : 17892
Points de vie (HP) : 3350
Baguette : 28,99 cm, bois de Cèdre et poil de Troll
Photomaton : For when you fall, I will be the one telling you : I told you so.
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 3335220522_1_9_S6qDiyy3
Âge IRL : 23
Célébrité : Ji Chang-Wook
Parchemins : 417
J'aime : 259
Date d'inscription : 09/05/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyVen 6 Déc - 2:09


On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre.
Who decides why we live and what will die to defend... who chains us ?
On aurait presque dit que Neely l'avait entendu, tellement son timing était parfait. Iwao n'eut qu'à l'observer une seconde pour qu'une envie de rire le prenne. Il se contenta d'un mince sourire, tout en se décalant pour éviter de finir écrasé par l'elfe énervée. C'était une impression, ou Neely ne l'aimait pas beaucoup ? Le nippon la regarda disparaître en se posant la question, avant de finalement poser les yeux sur le plateau. Tout avait l'air bon, et sentait bon, mais il n'était pas sur de tout connaître. Une seconde, il chercha les baguettes des yeux. Ah. Y en a pas. Il attrapa donc sa fourchette, et piqua un raviole pour l’amener à son nez. Oui, ça sentait bon. Et il gouta.

C'était délicieux, bien sur, et il aurait pu le dire, si la voix de Kassie n'avait pas résonné la première. Ce qu'elle lui dit le fit fixer une seconde le feu. « Ce n'est pas... » Il avait commencé, mais la jeune femme avait enchaîné sur une blague concernant leur première rencontre. Alors il avait ravalé ses mots et hésité à sa voir s'il devait lui expliquer le fond de sa pensée ou pas. Après tout, elle n'avait pas tord de ramener le sujet à la base du lien qui les unissait : un contrat, un travail. Il avait des ordres, Iwao, et s'il prenait un malin plaisir à éprouver les limites de la patience de son cousin, il savait bien qu'il ne devrait pas trop pousser s'il ne voulait pas voir débarquer un visage paternel plus craint qu'autre chose...

L'attrait de la liberté était une notion étrange, avec le japonais. Il se sentait à sa place parmi les sien. L'île, le clan... Ce n'était pas une option, c'était sa vie. C'était ce qu'il voulait. Ce qu'il avait choisi. Et pourtant, parfois il se retrouvait à fixer les étoiles, ou un bâton d'encens qui se consume, ou le visage d'une anglaise mystérieuse, et il se prenait à se demander si... Si il avait fait un autre choix. Oh, la pensée ne restait pas longtemps. Il n'y avait qu'à voir son état quand il était séparé de sa soeur et d'Eiji trop longtemps pour comprendre que ce n'était pas envisageable une demi seconde. Mais quand même. C'était là. Le petit et si qui allait causer la réaction en chaine jusqu'à la catastrophe...

Mais on n'y était pas encore, là. Non, pour le moment on était devant la cheminée, dans le manoir Ollivander, à manger une salade de ravioles au magret séché et toasts de fromage frais. Il soupira discrètement. Kassie s'était rallongé et grignotait ce qui ressemblait à une fraise enrobée de chocolat. Iwao jeta un regard à son assiette à peine touchée et haussa un sourcil en se disant qu'il devrait lui dire de finir, mais - sage décision - il n'en fit rien et s'occupa plutôt de son assiette.

« Tu avais laissé ouvert, ce n'est pas vraiment une effraction... Moi je vois ça comme une invitation ! »

Sourire amusé, clin d’œil. Oui, il voulait bien la suivre dans la plaisanterie. Après tout, c'était plus léger que le cours actuel de ses pensées, et ça lui allait bien mieux.


MADE BY FRIMELDA


shikokku no hebi
Who decides why we live and what will die to defend...
who chains us ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3694-iwao-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3727-iwao-masaaki-o-pas-encore-de-classe?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t3726-iwao-masaaki?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t5325-iwao-masaaki-o-botruc-nom#135879 https://www.historia-pactum.com/t3733-iwao-massaki-tout-l-art-de-la-guerre-est-base-sur-la-duperie?highlight=iwao
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34769
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Giphy
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Basili10
Âge IRL : 13
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4912
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyVen 6 Déc - 2:44


On ne s'accuse de la rage
que pour faire croire que l'on sait mordre.
FEAT. @IWAO MASAAKI • LE 30.03.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Grignotant la fraise, ou plutôt la vidant de son jus le regard tourné vers ses fausses étoiles quand ma seconde main c’est glissé sous ma tête et que mes jambes ont remonté légèrement pour se fléchir avant que la gauche ne monte sur la droite pour que le pied entame une espèce de tic nerveux le remuant dans un rythme qui n’existe que dans ma tête. Mes iris vertes s’éclairent du feu de la cheminée dont la chaleur est la bienvenue après la journée que nous venons d’avoir.

Un nouveau rire m’échappe quand il réplique, au même moment mes yeux font un tour dans leurs orbites avant que ma tête se tourne pour le regarder avec l’air le plus sérieux du monde -ou pas- puisque le petit sourire en coin est toujours bel et bien présent.

« Je dors souvent la fenêtre ouverte. Si c’était une invitation je me serais déjà taper une visite d'une bonne partie de l’Angleterre, l’Ecosse et même l’Irlande à défaut d’aller pécher chez les Japonais. Or, ce n’est pas le cas. »

Le sous-entendu, la plaisanterie son clair et s'agrémente d'un clin d'oeil. [...] Pas vraiment, même si je laisse entendre le contraire. Même si mes débuts catastrophiques m’ont collé une réputation que je laisse couler, que j’agrémente même parfois. Même si finalement, il n’y en a pas eu tant que ça. Pas assez pour utiliser complètement mes deux mains, à peine pour l’entamer peut-être. Peut-être, ça me regarde. Et autant laisser planer le doute avec les autres qui sont si prompt à juger. Ça me fait rire de toute façon, leurs petits airs offusqués.

« Les portes c’est bien aussi, je t’assure. C’est vachement plus pratique aussi. Ça t’évite quelques ennuis pour commencer. Et même si mon Érable est solide, il n’est pas non plus collé à la fenêtre. Faut sans doute être un ninja surentraîné pour s’y risquer. Personnellement, je préfère monter sur les toits. »

La voilà, la conversation banale. Au moment même ou de nouveau je tourne la tête en direction du faux plafond, attrapant à tâtons une serviette pour m’essuyer les mains et le coin des lèvres.

« Ça me fait penser aux fêtes de fin d’année, on voit même la grande ours ta vue ? »

Dis-je en pointant du doigt l’alignement d’étoile. Une conversation presque trop normale, non ? Presque comme si ça avait été n’importe qui d’autre sauf Iwao, le cousin d’Eiji. Assassin surentraînée payer pour… quelques petits travaux.

« Vous fêté Noël sur l’île ? Non probablement pas. »

On est en Mars… Noël, c’était il y a trois mois. Alors pourquoi j’y pense ? Sans doute le goût du saumon encore sur mes papilles et qui se mélange au canard. Peut-être le feu crépitant dans la cheminée et ses lueurs rougeâtre qui se reflète sur les dorures de la pièce. Ou bien ce ciel étoilé là, juste au-dessus.

« Silent night, holy night
All is calm, all is bright
'Round yon virgin Mother and Child
Holy infant so tender and mild
Sleep in heavenly peace
Sleep in heavenly peace
Silent night, holy night!
Shepherds quake at the sight!
Glories stream from heaven afar;
Heavenly hosts sing Al-le-lu-ia ! »

Chanter ? ça n’a jamais vraiment été une passion ou même un talent. J’en avait, des dons, mais pas celui-là. Pourtant, c’était sorti tout seul. D’une voix douce, semblant presque cassée par moment. Ecaillée comme un bijou qui aurais subit la corrosion des années et du sel. Les yeux toujours tourner vers les étoiles avant que ça ne finisse par un bâillement que je cachais du revers de ma main. Fermant les yeux pour ne plus me concentré que sur le soulèvement de mon ventre à mesure de mes respirations. Juste un moment normal, ou pas. Un moment vrai, sûrement. Qu’il voie un peu peut-être de ce que son cousin avait vu. Et que je ne montrais qu’a de rares personne. L’adolescente derrière la couronne de glace.
code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Iwao MasaakiHistoria PactumIwao Masaaki
Eruptif
Exp : 17892
Points de vie (HP) : 3350
Baguette : 28,99 cm, bois de Cèdre et poil de Troll
Photomaton : For when you fall, I will be the one telling you : I told you so.
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 3335220522_1_9_S6qDiyy3
Âge IRL : 23
Célébrité : Ji Chang-Wook
Parchemins : 417
J'aime : 259
Date d'inscription : 09/05/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyVen 6 Déc - 3:41


On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre.
Who decides why we live and what will die to defend... who chains us ?
Il avait prêté un rire à sa remarque, bien que le sous entendu, pour une fois, ne lui donne pas envie de répliquer. Malgré lui, un souvenir qui ne lui appartenait pas venait de se glisser entre deux pensées, et il jugea le sujet glissant. Il l'écouta continuer. La conversation simple qui prenait place avait quelque chose de rassurant. De reposant. L'évocation de l'érable, a nouveau lui tira un petit rire, et il se permit même de lancer : « Mais pas du tout, je t'assure que c'est très facile de grimper par là, je t'apprendrais ! »

Quand la brune lui montra la constellation du doigt, Iwao se la dessina dans la tête. Le temps que son regard glisse du visage de Kassie à son épaule, sur son bras, sa main, et finalement le faux ciel. Il savait les noms des constellations, et de pas mal d'étoiles. Il les avait apprises un jour, pour les raconter à Kaneko. Le visage de sa soeur flotta dans son esprit... Il aurait voulu qu'elle soit là aussi, avec eux. Elle, et Eiji, et Kassie. Il aurait été parfaitement bien.

« Non, pas vraiment... » il répondit dans un souffle à la question posée. Non, ils ne fêtaient pas Noël comme la fête chrétienne qui prenait place ici. Vers la vingtaine de décembre, rien n'était différent sur l'île. On allumait des lampions, parfois, mais ce n'était pas vraiment pour marquer le jour. En fait, des lampions, on en éclairait souvent.

Il regardait toujours vers le ciel quand la voix de Kassie le tira de sa contemplation. Mais cette fois, pas pour parler. Sa voix, se cassant par moment, se cherchant adorablement, déroula un chant de Noël qu'Iwao laissa couler. Il ferma les yeux pour l'apprécier vraiment. Et aux dernières notes, il prit une seconde avant de les rouvrir. L'adolescente bailla. C'est vrai que la journée avait été longue, il était temps de se reposer. Mais... Encore un peu, il voulait la garder comme ça. Détendue, presque confiante ? Il n'avait pas tout à fait fini de manger, et avait encore un peu faim, mais il poussa quand même le plateau en se disant qu'il aurait le temps de finir une fois qu'elle serait endormie. La nourriture décalée, il reprit sa place près d'elle, qui avait fermé les yeux et respirait doucement.

« On ne fête pas Noël, mais... » Il se mordit la lèvre. Mais... Mais il connaissait une chanson, lui aussi. Une qu'il avait apprise pour frimer, à Mahoutokoro. Une qui lui revenait vaguement, puisque ça semblait être le moment des chansons hivernales. « I don't want a lot for Christmas... There is just one thing I need. » Sa voix, douce et pas plus sure que celle de Kassie, était cela dit assez juste. Il cassait le rythme en la chantant doucement, comme s'il réfléchissait à ce que les paroles voulaient dire en même temps qu'il les prononçait. « I don't care about the presents...
Underneath the Christmas tree... »
Son coude gauche replié pour poser sa tête sur son bras, Iwao leva doucement sa main droite pour aller frôler les cheveux de la serpentard. « I just want you... for my own... » Ses doigts se refermèrent dans sa main sans avoir touché les mèches brunes, comme s'il hésitait à le faire. « More... than you could... ever know... » Il déplia les doigts, et les glissa doucement sur son front, caresse tendre qu'il avait pour habitude de faire à sa soeur. Sur Kassie, c'était presque étrange. « Make my wish come true, all I want for Christmas is...


you. »


MADE BY FRIMELDA


shikokku no hebi
Who decides why we live and what will die to defend...
who chains us ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3694-iwao-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3727-iwao-masaaki-o-pas-encore-de-classe?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t3726-iwao-masaaki?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t5325-iwao-masaaki-o-botruc-nom#135879 https://www.historia-pactum.com/t3733-iwao-massaki-tout-l-art-de-la-guerre-est-base-sur-la-duperie?highlight=iwao
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34769
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Giphy
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Basili10
Âge IRL : 13
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4912
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyVen 6 Déc - 4:11


On ne s'accuse de la rage
que pour faire croire que l'on sait mordre.
FEAT. @IWAO MASAAKI • LE 30.03.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Noël était une fête que j’aimais bien. Quand on allait chez Marie-Jeanne et qu’elle nous faisait ses gâteaux de noël. Quand on revoyait nos cousins et que l’oncle Gregory avait toujours plein de choses à nous raconter. Quand on voyait les « vieux » se disputé et la femme de l’un taper sur les doigts de l’autre pour lui dire d’arrêter un peu avec l’Hydromel. Quand on se retrouvais Mattie et moi à dormir dans le même lit quand nous étions enfant en attendant l’ouverture des cadeaux au matin du vingt-cinq et qu’il me racontait des histoires à faire peur avant de m’endormir pour que je sois sage. C’étaient de bons souvenirs pour la plupart. Qui éludait finalement les moins bons avec ma mère très souvent. Et en tout cas, c’est à ceux là que je pensais en contemplant les étoiles. Le cœur serré d’entendre que par chez eux ils n’avaient pas ça. Bien sur la fête chez les sorciers n’avait rien à voir avec l’avènement d’un prétendu prophète ou je ne sais pas quoi. On savait tous que les légendes des dieux moldus n’étaient que le produit de créatures magiques et sorciers ayant voulu assouvir leurs pouvoirs sur les personnes dénué de magie. Mais l’esprit restais beau. Et les souvenirs précieux.

Son choix de chanson et sa façon de l’interpréter ne pu que me sortir de mes pensées. J’en perdit rapidement le fil à mesure que les notes coulaient dans les airs pour rester suspendu par des vibratos relativement juste (et étonnant). Les yeux rouverts en sentant la présence se rapprocher quand ma bouche s’entre-ouvrit légèrement, laissant voir sans doute autant de surprise que d’air qui me passais entre les deux oreilles. Réaction sans doute au contact de ses doigts sur mon front qui outre l’étonnement m’avait fait perdre le fil et froncé légèrement les sourcils quand mon regard croisa le sien sur sa dernière note pour ne rien y comprendre. Pas à la chanson, je la connaissais. A ce geste plutôt. Iwao était vraiment quelqu’un de bizarre. Ou bien c’était moi qui étais bizarre ?

La seconde resta en suspension dans cet échange de regard qui ne voulait pas dire grand-chose, si ce n'était exprimer une certaine gène. Je me rassieds aussi sec et cette fois me prend de plein fouet le front du Japonais. Combien de bosses aujourd’hui ? Peut importe puisque déjà je recule en crabe et me remet sur mes pieds. Trop vite et dans la panique puisqu’un pas devant l’autre et je me fais un croche pied toute seule qui me déséquilibre légèrement, bras écarté comme sur une patinoire quand on essaie de garder l’équilibre. Puis ils retombent le long de mon corps avant que le droit ne remonte sur le gauche pour serrer mon avant-bras et que le sourire en coin devienne plus gêné.

« T’a soif ? Moi j’ai soif. Je vais chercher à boire. »

Quoi, la bouteille précédemment ouverte ? Je l’ai peut-être oublié. Peut-être. Ou pas. Mais là, j’étais trop près du feu je pense puisque mes joues me brûlent et que j’ai besoin d’air. Air que je trouverais dans la véranda. Si, si, y’a un bar là-bas aussi.
code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Iwao MasaakiHistoria PactumIwao Masaaki
Eruptif
Exp : 17892
Points de vie (HP) : 3350
Baguette : 28,99 cm, bois de Cèdre et poil de Troll
Photomaton : For when you fall, I will be the one telling you : I told you so.
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 3335220522_1_9_S6qDiyy3
Âge IRL : 23
Célébrité : Ji Chang-Wook
Parchemins : 417
J'aime : 259
Date d'inscription : 09/05/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyVen 6 Déc - 5:17


On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre.
Who decides why we live and what will die to defend... who chains us ?
Il avait suffit qu'elle rouvre les yeux pour qu'Iwao regrette son geste tendre. Il savait que c'était trop. Que ce n'était pas approprié. Mais il avait voulu oublier d'y penser, et le résultat ne le surprenait pas vraiment. Il récupéra sa main pendant cette seconde suspendue à s'observer en chien de fusil, et puis quand elle se décida à bouger, le nippon eut la même idée, et leur mouvement brusque leur causa de se cogner un peu fort, un crâne contre l'autre. Il ne laissa pas s'échapper de mot, mais sa main vint se presser contre son front aussitôt, fermant un oeil alors que l'autre restait à scruter la jeune fille qui maintenant se redressait maladroitement, manquait de peu de s'étaler pour finalement s'enfuir en se cachant derrière la pire excuse qui soit. Oui la pire, parce pour boire, il y avait la bouteille juste là au bord du tapis, et le bar là aussi à portée de main. Et au pire, il y avait Neely. Un soupire... Il avait réussi à la faire fuir ! Il allait ronchonner dans sa tête quand il se fit la réflexion que la situation inversée, il ne l'aurait pas forcément mieux prit. Certes, lui n'aurait pas assommé Kassie, ni n'aurait glissé en se redressant. Mais enfin un contact physique comme celui là, sans prévenir, dans ce moment un peu spécial... Lui aussi, il aurait prit peur.

Iwao se redressa doucement, pour se remettre en tailleurs, et regarda une seconde les flammes devant lui. Toujours dans un geste lent, il re tira le plateau de nourriture pour le mettre face à lui, et il attrapa la fourchette pour continuer à engloutir le repas préparé par l'elfe de maison. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour finir son assiette, et même piquer une bouchée dans celle de Kassie. Juste assez de temps pour laisser à l'adolescente de l'espace. Puis il se leva, attrapa le bol de fraises enrobées de chocolat et la bouteille de saké, et s'évertua à suivre le chemin qu'elle avait emprunté juste avant. En tendant l'oreille, il suivit sa trace jusqu'à la véranda.

« Tu sais, j'avais ouvert la bouteille de saké si tu voulais boire. »

Un sourire amusé, et puis se rapprochant d'elle, mais pas trop, il lui tendit le bol de fraises pour lui en proposer.

« Tu ne t'es pas fait mal en te relevant au moins ? »

Son regard se posa un instant sur son front, avant de redescendre à ses yeux.

MADE BY FRIMELDA


shikokku no hebi
Who decides why we live and what will die to defend...
who chains us ?


Dernière édition par Iwao Masaaki le Ven 6 Déc - 23:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3694-iwao-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3727-iwao-masaaki-o-pas-encore-de-classe?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t3726-iwao-masaaki?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t5325-iwao-masaaki-o-botruc-nom#135879 https://www.historia-pactum.com/t3733-iwao-massaki-tout-l-art-de-la-guerre-est-base-sur-la-duperie?highlight=iwao
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34769
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Giphy
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Basili10
Âge IRL : 13
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4912
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyVen 6 Déc - 5:42


On ne s'accuse de la rage
que pour faire croire que l'on sait mordre.
FEAT. @IWAO MASAAKI • LE 30.03.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Sortir de la salle à manger et y laisser Iwao, c’était la bonne chose à faire sur le moment. Ce qu’avait provoquer le malaise en tout cas. Tout comme le fait d’aller dans la véranda, chargée en souvenir. Un soir de février, une bouteille de saké ou deux. Quelques confidences et une fissure dans la poitrine ce soir-là qui c’était recollé au Japon. Peut-être pas complètement cependant puisque l’insécurité demeurais. Je soupire quand j’arrive dans la pièce, regardant mon fauteuil suspendu en forme d’œuf une seconde avant de plutôt me diriger vers la baie vitrée. Prendre à boire ? Ah oui, c’était ça l’idée. A l’origine. Avant de rejoindre les vitres, je me détourne donc vers le bar pour l’ouvrir, agenouillée le temps de tiré sur quelques goulots de bouteilles pour les penché et en lire les étiquettes jusqu’à en trouver une qui me ferais envie. Celle là est pas mal, vodka de Bison dont je me sers un petit verre sur un lit de glace pillée.

Faisant tourner le liquide dans une main, suspendu à mon second bras pour y prendre appuie, j’ouvre la porte-fenêtre d’un coup sec pour faire entrée l’air de la nuit. Il me fait frissonnée. Faut dire que la tenue n’est pas forcément appropriée pour être à demi en extérieur lors d’une soirée de mars. Même si après demain ce sera avril. L’épaule du bras qui tient mon verre prend appuie sur l’encadrement de la porte. Le second bras enserre ma taille et le liquide transparent tourne toujours dans le verre, suspendu par-dessus mon avant-bras quand mon regard se perd sur l’extérieur. Les jardins du manoir et plus loin le petit bois. La piscine qui ne sert pas en cette saison, le salon de jardin un peu plus loin et les balançoires. J’aime être à la maison, bien plus qu’être à Poudlard. Poudlard où je n’ais toujours pas envie de retourner. Et où je ne serais pas d’ailleurs depuis quelques jours si ça n’avait pas été pour les bons conseil de Jo.

Un soupire m’échappe quand mon verre arrive à mes lèvres et que je prends une gorgée qui me brûle la trachée. Au même instant des fraises accroché à une main entre dans mon champ de vision et me font sursauter, presque recraché l’alcool par le nez (presque). Je ne l’ai pas entendu arrivée. Le prochain Ninja qui entre chez moi, je lui accroche une clochette au cou, comme les chats. Ça m’évitera les demi-crise cardiaque toutes les trois minutes.

« J’ai l’impression de ne boire que ça, du saké depuis quelques temps. C’est sympa mais pas vraiment mon alcool préféré. Je préfère les patates au riz. Question de culture alimentaire je suppose. »

Répliquais-je après avoir manqué de m’étouffé et avoir repris un peu de contenance comme si de rien n’était.

« Non t’inquiète j’ai la tête dure. Il en faut plus pour me faire mal. Demande à Eiji, la moitié de mes bleus doivent venir des entrainements avec lui. »

Et c’est sans compter l’opération avec pour seul anesthésiant quelques aiguilles d’acupuncture. Celle à plaie ouverte qu’il fallait curer. Alors non, ce n’est pas le fait de me cogner la tête à la sienne qui allait me faire pleurer ou chouiné. Quoi que, ça m’arrivait aussi parfois de couiner pour un rien. Juste pour jouer les princesses et qu’on s’occupe de moi. Mais c’est normal pour une fille de mon âge, une ado, une princesse. Pas vrai ? Une seconde gorgée avant de refermer la porte vitrée pour ne plus laisser entrée l’air froid et évité d’attraper mal juste avant de retourner à l’école. Déjà que je devrais y être et qu’à force de m’y échapper, j’allais finir par avoir de sérieux ennuis si je me faisais attraper.

Tournant les talons en attrapant une fraise que je glissais entre mes lèvres pour la suçoté à l’image de la précédente, je me laissais tomber sur le sofa en osier recouvert d’un rembourrage crème en tissus, ramenant mes jambes à moi pour m’asseoir en chien de fusil et laisser ma tête tomber en arrière quand mes bras encadrent mes jambes tenant toujours le fruit dont le jus risque de tâcher l’assise et le verre d’alcool encore à demi-remplit pour fermer les yeux encore. C’est la fatigue qui se fait sentir d’une longue journée qui finira par avoir raison de moi.

« Pour quelqu’un qui ne fête pas Noël, tu connais l’une des chansons les plus cliché de cette fête. C’est comme ça que tu drague les nanas en fin d’année ? »

Pointe d’humour pour mieux rebondir et qui s’accompagne d’un sourire qui renaît et s’élargit comme pour revenir à un moment de légèreté. C’est bon, c’est passée. On reprend où on en était. Enfin presque ou pas trop. Pas trop pour ne pas faire renaître la gêne. Ou pas trop parce que je risque très fortement de m’assoupir au moment même ou il prendra le temps de me répondre. Au risque que mon verre me glisse des mains à l’instar de ce qu’il reste du fruit et aille rependre jus rougeâtre et alcool blanc sur le tapis ou le canapée quand je tomberais de côté, peut-être même sur son épaule s’il s’est assis à côté. Visage angélique qui aura fini par capituler sous le poids de la fatigue et de trop d’émotions causé par toutes les aventures de la journée.
code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Iwao MasaakiHistoria PactumIwao Masaaki
Eruptif
Exp : 17892
Points de vie (HP) : 3350
Baguette : 28,99 cm, bois de Cèdre et poil de Troll
Photomaton : For when you fall, I will be the one telling you : I told you so.
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 3335220522_1_9_S6qDiyy3
Âge IRL : 23
Célébrité : Ji Chang-Wook
Parchemins : 417
J'aime : 259
Date d'inscription : 09/05/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptySam 7 Déc - 1:03


On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre.
Who decides why we live and what will die to defend... who chains us ?
Un petit rire. Il ne savait pas si les goûts en alcool étaient ou non une histoire de culture alimentaire, mais il était certain que lui préférait le sake a tout le reste. Déjà pour la simple et bonne raison que c'était quand même vachement plus fort que pas mal d'autres alcools. Bref. Il acquiesça a son explication. C'est vrai que les entrainements du cousin devaient être pire qu'un coup de tête malencontreux... Iwao regarda Kassie prendre une fraise et s'éloigner de quelques pas pour aller prendre place sur le canapé. Il ne bougea que lorsqu'elle reprit la parole, affichant un sourire plus pour la forme que parce qu'il en avait vraiment envie. Silencieusement, il vint la rejoindre. Il s'assit près d'elle, laissant entre eux assez d'espace pour que Kaneko ait pu s'assoir si elle avait été là. (pas grand chose quoi héhé) Et puis il se pencha pour poser le bol de fraises sur la table basse, en attrapa une qu'il glissa entre ses lèvres mais sans la croquer tout de suite. Un regard sur la brune.

Elle lui avait posé une question, mais vu son état, elle n'allait sans doute pas tarder à rejoindre le pays des rêves. Kawaii. Oui, même Iwao connait ce mot.
Ses dents se refermèrent sur le chocolat, coupant à moitié la chair du fruit, avant de l'engloutir. C'était pas trop mal comme dessert. Une gorgée de saké, dont il tenait toujours la bouteille à la main. Et puis il se laissa tomber contre le dossier, et entreprit de répondre, quand même. A sa respiration, pour le moment, il pouvait dire qu'elle était encore consciente.

« Pas qu'avec ça, je te rassure. Non mais, plus sérieusement, c'est une des seules chanson de noël que je connais par cœur. Au Japon, on se sert presque de Noël comme d'une deuxième Saint-Valentin, alors... Et sur l'île... Sur l'île on allume des lampions. »

Un sourire nostalgique. Kassie commençait à avoir une respiration plus lente, et lourde. Il la regarda une seconde, jaugea la force déclinante dans ses muscles. Il posa la bouteille de saké sur le sol, avant de récupérer délicatement le verre de Kassie, et sa fraise à demi mangée. Il allait les reposer sur la table, mais suspendit son geste, regardant tour à tour ce qui restait de Vodka et le fruit. Sa tête se tourna une seconde vers la brune. Il esquissa un sourire attendri. Cette jeune fille n'avait pas eu une vie facile, et ça n'allait pas aller en s'arrangeant. Iwao se redressa, avala la demi fraise, et vida le restant de vodka d'un trait. Soupire. Un moment, il resta comme ça, assis à regarder devant lui sans voir le décors, à repasser dans sa tête les images d'une petite fille en larme et de sa mère qui crie, d'un cimetière glauque, d'un bain au déroulé tragique, d'un coup de poignard regretté, de deux yeux carmins déchirant le fil de ses pensées. Sa main droite tenait le verre désormais vide, reposant sur sa cuisse. La main gauche posée sur le tissu crème de l'assise. Il savait qu'elle n'entendait plus.

« Je n'ai pas voulu t'effrayer. Je ne sais pas pourquoi tu m'intrigues autant. J'aimerais que tu sois comme les autres occidentaux. Comme les autres gens. Insipide, stupide. Ce serait plus facile de t'ignorer. De faire seulement ce que je dois. » Il parlait doucement, presque en chuchottant, dans un japonais ancien et presque cérémonieux. « Je n'aurais pas dû accepter de lire dans ta tête. Maintenant... J'ai envie de te protéger. »

Au bout d'un moment, Kassie endormie avait commencé à glisser sur le côté, jusqu'à finir appuyé à son épaule. Délicatement, le nippon se leva, en retenant la jeune fille pour la laisser s'allonger lentement. Après avoir posé le verre à côté du bol de fraises sur la table, il se retourna, et souleva la serpentard, la portant dans ses bras comme une princesse évanouie.

C'est sans bruit, mais en galérant pour ne pas marcher sur son pyjama et risquer de le perdre en route, qu'Iwao traversa le manoir Ollivander. Il gagna le deuxième étage sans peine, et s'avança jusqu'à la porte qu'il savait être la chambre de Kassie. Devant, il baissa les yeux sur elle, cherchant le médaillon autour de son cou. Et puis il hésita. Il savait que Kassie considérait l'endroit comme son senctuaire, l'endroit où personne ne venait la déranger. Et il avait déjà pénétré cette bulle sans y être invité une fois. Devait-il recommencer ? Le ninja s'agenouilla, et déposa à demi l'aolescente sur le sol.

« Neely ? »

Un "pop" sonore plus tard, l'elfe se tenait devant lui. Elle regarda sa maîtresse, puis le japonais. Ses lèvres pincées semblaient vouloir refléter une désapprobation, mais comme toujours, elle ne dit rien et attendit les ordres.

« Elle s'est endormie. Tu peux la mettre au lit ? »

L'elfe posa une main sur le bras de sa maîtresse, et elles disparurent toutes les deux. Iwao prit une inspiration qu'il retint un moment, avant d'expirer en se relevant. Il resta planté devant la porte à écouter le silence. Un nouveau pop, Neely se présenta devant lui. Elle n'avait plus cet air pincé, mais ses yeux le dévisageaient sans qu'il ne comprenne vraiment pourquoi. Après quelques secondes de cet échange de regards, l'elfe plissa les yeux, et finalement, disparut.

Resté seul, Iwao finit par s'éclipser. Toujours en silence, il redescendit les marches pour gagner la salle à manger. En arrivant, le feu brûlait encore faiblement, mais le plateau avait été débarrassé. Il s'approcha de la cheminée, et s'allongea sur le tapis comme un peu plus tôt, son bras gauche replié sous sa tête lui servant de coussin, le visage tourné vers le feu.


MADE BY FRIMELDA


shikokku no hebi
Who decides why we live and what will die to defend...
who chains us ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3694-iwao-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3727-iwao-masaaki-o-pas-encore-de-classe?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t3726-iwao-masaaki?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t5325-iwao-masaaki-o-botruc-nom#135879 https://www.historia-pactum.com/t3733-iwao-massaki-tout-l-art-de-la-guerre-est-base-sur-la-duperie?highlight=iwao
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34769
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Giphy
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Basili10
Âge IRL : 13
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4912
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptySam 7 Déc - 2:00


On ne s'accuse de la rage
que pour faire croire que l'on sait mordre.
FEAT. @IWAO MASAAKI • LE 31.03.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Des lampions éclairés par la flame qui doucement les élevaient vers le ciel. Voilà de quoi je commençais à rêver. Sans doute du fait d’avoir à demi-entendu la réponse d’Iwao alors que le sommeil m’emportait peu à peu. Le reste fus un enchevêtrement de scène étrange. Eiji vêtu d’une cape rouge sang qui me demandais de venir avec lui dans un volcan quelque part. Suivit de mon frère Edward qui ne me tirais pas le bras en m’ordonnant de rester là, ne pas bouger pour qu’elle n’arrive pas. Elle qui ? M’interrogeais-je avant que Neely prenne la place d’Eiji pour me demander d’aller lui préparer une tasse de thé, à la rose, alors que j’interrogeais Edward en vain qui refusais de me répondre. Les deux disparurent en même temps et je me retrouvais alors dans une salle sombre éclairé à peine par quelque torche. Ce fus ma mère qui vint en suivant pour me toisée sans rien dire. Et alors que je courrais vers elle pour l’attraper, lui parler, la serré dans mes bras elle semblait de plus en plus loin. Jusqu’à disparaître. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le noir, si noir. Obscurité qui ne me laissait plus rien voir ni entendre. Silence pesant, angoissant qui me prie au trippes. Avant qu’ils n’apparaissent ses deux yeux rouge brillant dont la pupille n’était plus que la fente d’un œil de serpent. Suivis par une main au doigt fin et un visage… Un visage qui me fit peur. Qui me fit criée, hurlé alors que je restais là tétanisée. Qu’elle approchait main tendu son sourire malsain aux lèvres. Autour la lumière revenait pour éclairer quelques silhouettes. Celle d’Eiji et de Sutton me tournant résolument le dos et ignorant mes appels à l’aide, préférant se tenir la main. Celle de mes frères qui eux me regardais en riant avant de partir. Celle de Jessica qui voulait presque me pousser vers la silhouette. Celle de Loukia qui imitais Sutton et Eiji. Et celle d’Iwao presque moqueuse avant qu’ils ne disparaissent tout. Qu’il ne reste une fois de plus que l’obscurité et cette main, ses doigts, ce regard près à ce refermé sur moi.

C’est dans un dernier cri que je m’assieds sur mon lit haletant et avec un mal de crâne suffisant pour que je m’assieds en chien de fusil, tenant mon visage de mes deux mains. Le regard embué avant que je ne me rende compte que mon drap était taché de rouge là ou était enfouis mon visage l’instant d’avant. Une de mes mains, tremblante, tapotât le dessous de mon nez avant que je ne regarde mes doigts, portant eux aussi quelques gouttes carminent. Je restais assise ainsi quelques instants encore à regarder cette même main l’air interdite. Elle tremblait encore quand j’essayais de regagner mon souffle et un peu de contenance. De me remettre les idées en place.

Puis finalement je me levais. Sans oser regarder mon reflet dans le miroir, pas une fois alors que j’allais dans la salle de bain pour allumée l’eau de la douche et laisser les traces de mon cauchemar disparaître. Pas une fois alors que j’en sortais en séchant les pointes de mes cheveux pour rejoindre mon dressing. Toujours pas quand je m’habillais de mon uniforme d’école, jupe plissée raccourcit et chemise laissée volontairement un peu trop ouvert avant que je ne remonte mes hautes chaussettes jusqu’à mes cuisses et enfile mes chaussures., petite bottine en cuir au talon raisonnable (pour moi, pas nécessairement pour les autres). J’enfile le veston et referme le bouton central avant d’attacher mes cheveux en une queue de cheval un peu brouillonne. En apparence, car tout reste maîtrisée dans chacun de mes gestes. Et je n’ai pas besoin de mon reflet pour en être certaine. Reflet que je fuis toujours quand je glisse mon sac sur mon épaule et replace les deux médaillons entrelacés sous mes vêtements.

Des gestes mécaniques et bien huilé, que je maîtrise et qui petit à petit me permette de regagner mon calme. Effacée l’inquiétude, la peur et la peine aussi sans doute. Les doute, oui c’est ça. Des doutes rien de plus. Et quand je passe la porte de ma chambre, je pense les avoirs enterrée. Du moins ce sera comme si. Mais avec le masque se dessine un visage de glace, figée et dont les traits sont ceux que je montre à la face du monde bien qu’ils ne me ressemblent pas. Pas toujours du moins. Je déscend les escalier lentement, tête qui tourne toujours et mal de tête qui ne veux pas partir j’appelle mon elfe en arrivant dans le premier salon ou je pose mon sac sur un siège avant que l’elfe n’aparaisse. Je lui demande alors un remède pour mon mal de tête, fort, très fort. Et un café, grand, très grand. Que je prendrais sur la terrasse. Car même s’il ne fait pas chaud, j’ai besoin d’air. Je traverse donc le couloir emprunté la veille et passe devant la salle à manger sans m’y arrêter, m’imaginant qu’Iwao à du s’évanouir dans la nuit. Pour entrée dans la véranda et ouvrir la porte fenêtre avant de m’asseoir sur la petite table à l’extérieur, laissant balancer mes jambes pendant que mes mains me tiennent au meuble sur lequel je suis assise, attrapant un paquet de cigarette dissimulée et d’en sortir une que je fais tourner entre mes doigts et qui n’attend que le café pour être consommée. Un soupire qui s’échappe dans un petit nuage de buée quand je regarde la cime des arbres au loin. Retourner à l’école, je n’ai pas le choix. Pas l’envie non plus. J’ai envie de voir Matthew, sans en avoir envie. J’ai envie d’être seule, tout en voulant être entouré. J’ai envie de voir Eiji, pourquoi pas d’un entrainement, pourquoi pas d’autre chose. Et en même temps, je n’en ai pas envie. C’est une humeur étrange. Qu’il faudra bien que je me force à oublier quand je demanderais à Neely de me raccompagner à Poudlard.
code by bat'phanie




Dernière édition par Kassie G. Ollivander le Mer 18 Déc - 4:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Iwao MasaakiHistoria PactumIwao Masaaki
Eruptif
Exp : 17892
Points de vie (HP) : 3350
Baguette : 28,99 cm, bois de Cèdre et poil de Troll
Photomaton : For when you fall, I will be the one telling you : I told you so.
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 3335220522_1_9_S6qDiyy3
Âge IRL : 23
Célébrité : Ji Chang-Wook
Parchemins : 417
J'aime : 259
Date d'inscription : 09/05/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptySam 7 Déc - 3:01


On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre.
Who decides why we live and what will die to defend... who chains us ?
Tournent et tournent les flammes dans l'âtre, lèchent le bois et rougissent, rongent, consument. Iwao avait regardé les buches devenir charbon, et mourir les flammes, sans rien faire d'autre que respirer paisiblement, sa bouger, comme bloqué dans un instant interminable, ou en pleine méditation. Le sommeil refusait de venir. Comme un invité en retard, un rendez-vous manqué, une ombre qui rôde mais jamais ne vient délivrer. Alors il avait attendu patiemment, silencieusement. Ce n'est qu'au moment où le ciel passait du noir au bleu sombre que ses yeux se fermèrent enfin pour quelques heures. Mais dans sans tête encore, des flammes dansaient.

Toute la nuit, il rêva que Kaneko tissait assise sous un cerisier, en haut d'une colline. A un moment, la foudre s’abattit sur l'arbre, et ses branches se mirent à flamber. Pourtant sa sœur restait là, imperturbable, voulant achever son œuvre. Quand le cerisier fut réduit en cendres et qu'il n'en restait plus rien, sa sœur se leva. Le grand carré tissé rose et blanc était terminé. Elle le récupéra, gracieuse, et en recouvrit les cendres de l'arbre mort avant de s'en aller. Quand elle fut arrivée en bas, elle releva les yeux vers son frère. Mais ses yeux n'étaient pas noirs et purs. Ils étaient enflammés, et verts comme deux émeraudes polies. Elle leva sa main fine pour la poser sur le torse d'Iwao, geste qu'elle avait fait si souvent pour le calmer.

Le contact fit ouvrir les yeux au nippon. Cette fois, devant lui, le feu était mort. Mais étrangement il n'avait pas froid. La lumière était encore faible, signe qu'il ne devait pas s'être écoulé bien longtemps, et le silence de la demeure semblait indiquer qu'il était seul à être réveillé. Doucement, il se redressa. Neely était visiblement venue le couvrir d'un plaid vert sombre. Le ninja se redressa doucement, ramassant la couverture pour la plier et la déposer sur le dossier d'une chaise. Il marqua un temps de pause. Sur la table, il y avait des vêtements propres qui l'attendaient, un jus de fruit, et la bouteille de sake. Il esquissa un sourire amusé. Il prit la pile de vêtements et se dirigea vers la salle de bain qu'il avait utilisé la veille. En quelques gestes, il retira le pyjama en soie bleu et le pendit là où il l'avait prit, derrière la porte. Il plia le caleçon sur le côté de l'évier, y posa également sa nouvelle baguette, et alla sous la douche. Comme la veille, il ouvrit le robinet d'eau sur un flux trop chaud. Immédiatement, ses cheveux vinrent lui coller à la peau, certaines mèches finissant sur son visage, mais il ne les chassa pas, laissant l'eau le bruler presque. Le même manège que la veille, à croire qu'il lui fallait ça pour se remettre les idées en place ? Eau bouillante, savon, eau tiède. Sortir, se sécher vaguement, s'habiller. Iwao se demanda une seconde si les frères de Kassie étaient au courant qu'il leur piquait des fringues, et puis se disant qu'en fait la réponse ne l'intéressait pas tant que ça, il enfila ce que Neely lui avait préparé. Encore une fois, tout était un peu trop grand, mais c'était quand même plus raisonnable que le pyjama qui tombait. Un jean clair, un T-shirt vert pastel, une veste en laine grise. Il récupéra sa baguette qu'il glissa dans sa poche tant bien que mal, sortit ses cheveux de son col pour les faire retomber dans son dos, et finalement poussa la porte de la salle de bain. Devant lui, par terre, il y avait ses chaussures, propres et sèches. Il regarda à droite, puis à gauche, mais aucun signe de l'elfe de maison. Iwao la remercia mentalement, et les enfila.

Quand il regagna la salle à manger, il ne faisait pas encore tout à fait jour, et un feu avait été rallumé. Sur la table, en plus du jus et du sake, il y avait désormais une assiette fumante avec des oeufs, des fèves et du bacon. A côté, un saladier de fruits. Et une planche présentant des toasts beurrés. Il y avait également une tasse dont se dégageait une légère fumée. En s'approchant, il apprécia de voir qu'il s'agissait d'un thé vert. Il saisit le récipient chaud pour l'apporter à ses lèvres. Avant même la première gorgée, il reconnut l'odeur du thé japonais. Voilà exactement ce dont il avait besoin... Il poussa un soupire d'aise, et prit place devant l'assiette.

Il avait fini de déjeuner depuis quelques minutes quand il entendit finalement du bruit. Entre temps, il s'était levé, et de là où il se tenait, droit comme un i, il pouvait apercevoir le couloir. Il vit Kassie passer sans s'arrêter et partir en direction de la véranda. Un temps. Silencieux comme un loup dans la neige, il lui emboita le pas.

La jeune fille était assise à l'extérieur quand il arriva. Entre ses doigts se consumait une cigarette, et ses jambes se balançaient doucement. Le nippon avança jusqu'à elle, s'arrêtant juste assez tôt pour ne pas être dans son champ de vision, et croisa les bras sur son torse pour regarder dans la même direction qu'elle. Le parc avait quelque chose de serein dans la lumière crue du matin. Le silence était parfait, coupé seulement du chant des oiseaux. Il ferma les yeux un instant.

« Encore merci, pour la baguette. »

Surement qu'un bonjour aurait été plus approprié, mais Iwao avait presque la sensation que leur conversation de la veille ne s'était jamais arrêtée. Rouvrant les yeux, il les tourna vers Kassie, à qui il venait surement de causer une nouvelle crise cardiaque...


MADE BY FRIMELDA


shikokku no hebi
Who decides why we live and what will die to defend...
who chains us ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3694-iwao-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3727-iwao-masaaki-o-pas-encore-de-classe?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t3726-iwao-masaaki?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t5325-iwao-masaaki-o-botruc-nom#135879 https://www.historia-pactum.com/t3733-iwao-massaki-tout-l-art-de-la-guerre-est-base-sur-la-duperie?highlight=iwao
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34769
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Giphy
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Basili10
Âge IRL : 13
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4912
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptySam 7 Déc - 4:00


On ne s'accuse de la rage
que pour faire croire que l'on sait mordre.
FEAT. @IWAO MASAAKI • LE 31.03.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Le café a fini par arrivée, avec une maigre tentative de Neely de me faire avalée un petit déjeuner. Brioche qui repose dans une petite assiette de porcelaine que je ne regarde même pas. Buvant plutôt le liquide noir déjà refroidit car c’est comme ça que je l’aime le matin. Il est suivi de la cigarette que je fini par coincer entre mes dents, par allumée pour en tiré une bouffé que je recrache dans un nuage grisâtre devant moi. Si profondément caché dans mes propres pensée, hantise d’un rêve qui pourtant n’était que ça ; un rêve. Que je ne l’entends pas cette fois non plus. Je pense que même à pas d’éléphant je ne l’aurais pas entendu. Mais je ne sursaute pas, pas cette fois. Je frissonne simplement.

« Tu aurait pu prendre une chambre. On n’en manque pas. »

Je ne l’ai pas vu mais ce n’est pas difficile de devinée qu’il n’aura pas dormi là-haut, dans le premier étage au-dessus du rez-de-chaussée, un plus bas que ma chambre. Non il a surement fait comme son cousin, à même le sol. Il m’a remercié pour la baguette ? Oui j’ai vaguement entendu et aussi choisi de ne pas répondre. Parce que je n’ai pas besoin de sa reconnaissance ou sa gratitude. De base si sa baguette à été brisée c’était à cause de moi. Lui en procurer une autre était normal, même si on aurait simplement pu aller dans la boutique de ma famille sur le chemin de traverse pour qu’une baguette déjà construite le choisissent. On aurait pu. Mais je n’avais pas voulu. Une seconde bouffée qui s’envole et quelques secondes après une troisième. La cigarette se consume et son odeur âcre se repend dans l’air.


« Tu peux me déposer à Pré au Lard ? Près de l’Apothicaire de ma famille ça sera le plus pratique. »

Pratique parce que je pourrais m’échapper dans l’appartement du dernier étage encore quelques heures avant de regagner Poudlard. Me plonger dans du travail en retard peut-être ou simplement boire un autre café le regard perdu par la fenêtre à voir le village vivre en contrebas. La cigarette après ses minutes mêlant silence et requête arrive à son terme, tout comme ce moment. Je l’écrase ou la noie plutôt dans une vasque remplit d’eau de pluie et fini par descendre de mon perchoir. Le visage bien différent de la veille au soir. Bien plus comme celui que j’avais eu au matin. Ce n’est pas lui, c’est moi. Moi qui aie besoin de me fermer pour mieux marché la tête haute. Digne reine qui s’avance dans le couloir, récupère son sac et passe les portes du manoir pour m’avancer dans l’allée et arrivée au portail en fer forgée. Poser une main sur son bras et attendre le voyage. Parce qu’il est temps de revenir au quotidien, à la réalité. N’est-ce pas ?
code by bat'phanie




Dernière édition par Kassie G. Ollivander le Mer 18 Déc - 4:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Iwao MasaakiHistoria PactumIwao Masaaki
Eruptif
Exp : 17892
Points de vie (HP) : 3350
Baguette : 28,99 cm, bois de Cèdre et poil de Troll
Photomaton : For when you fall, I will be the one telling you : I told you so.
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 3335220522_1_9_S6qDiyy3
Âge IRL : 23
Célébrité : Ji Chang-Wook
Parchemins : 417
J'aime : 259
Date d'inscription : 09/05/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyMar 10 Déc - 0:02


On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre.
Who decides why we live and what will die to defend... who chains us ?
« Tu aurais pu prendre une chambre. On en manque pas. »

Iwao esquissa un sourire en retournant ses yeux vers le parc. Oui, il aurait pu. Mais il avait voulu rester pour elle, alors quitte à dormir quelque part, autant que ce soit à l'endroit où elle s'était allongée un peu plus tôt. Et puis le tapis n'était pas inconfortable, alors... Au lieu de répondre avec des mots, il se contenta de hausser vaguement les épaules.

Ce qu'il pensait, au fond, ce que lui disait la petite voix qu'il prenait soin d'étouffer, c'était qu'il aurait voulu dormir avec elle. C'était assez étonnant de constater qu'Iwao avait, en fait, assez de mal à dormir seul. Depuis petit, dès qu'il le pouvait, il cherchait la chaleur d'un autre corps pour le rassurer. Sa mère. Sa sœur. Son cousin. Et en grandissant, ses conquêtes. Trouver Iwao seul dans un lit, c'était assez mauvais signe... Ou alors il ne dormait pas.

Kassie reprit la parole pour demander au nippon de la déposer à Pré-au-lard. Iwao la regarda en biais sans commenter. Mais il se demanda pourquoi elle ne voulait pas rejoindre directement l'école. Après tout, elle pouvait prendre le temps encore de déjeuner, de profiter du manoir, ou même remonter la haut dans son sanctuaire privé, et il pourrait la raccompagner plus tard... Il se demanda tout ça, mais ne formula rien. Elle demandait, il appliquait. Sans bruit, sans un mot, il la suivit jusqu'à la grille du domaine, où elle posa sa main sur son bras en attendant qu'il transplane. Il regarda son visage à l'expression fermée. Serra les dents. La Kassie d'hier, qu'il avait eu juste pour lui une soirée, elle était déjà partie, disparue comme les cendres du feu. Il avait du rester planté là à la fixer un peu trop longtemps, parce que la serpentard finit par relever les yeux vers lui. Oups. Immédiatement, et un pop plus tard, ils étaient devant la porte de l'apothicaire, comme le lui avait demandé la brune. Iwao fit un pas en arrière.

« Dis moi, quand veux-tu qu'on se voit pour ton occlumencie ? »

Est-ce qu'il essayait de faire durer la conversation, encore et encore ? Il faut la laisser, Iwao, tu sais. Il faut aller faire ton boulot maintenant. Oui mais... Peut-être... Encore un peu ? Juste un peu. Et puis c'était une question légitime. Si elle voulait de l'aide, il allait falloir bosser, et donc... Iwao senti ses muscles se détendre légèrement.
Bosser, et donc, se revoir. Retrouver peut-être la Kassie de la veille. S'entrainer. Discuter. Seuls.


MADE BY FRIMELDA


shikokku no hebi
Who decides why we live and what will die to defend...
who chains us ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3694-iwao-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3727-iwao-masaaki-o-pas-encore-de-classe?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t3726-iwao-masaaki?highlight=iwao https://www.historia-pactum.com/t5325-iwao-masaaki-o-botruc-nom#135879 https://www.historia-pactum.com/t3733-iwao-massaki-tout-l-art-de-la-guerre-est-base-sur-la-duperie?highlight=iwao
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34769
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Giphy
Familier : On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Basili10
Âge IRL : 13
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4912
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 EmptyMer 18 Déc - 4:07


On ne s'accuse de la rage
que pour faire croire que l'on sait mordre.
FEAT. @IWAO MASAAKI • LE 31.03.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


L'envie d’être seule… l’envie de ne pas l’être. L’envie de prolonger ses « vacances » improvisée, l’envie de retourner dans la gueule du lion. Tout n’était que contradiction quand nous arrivions à Pré-au-Lard. Et je pouvais jurer que ça c’était très largement vu sur mon regard, celui qui c’était attardé dans le tiens dans une seconde d’hésitation avant de se détourner et que je ne morde ma lèvre inférieure, remontant mon bras gauche pour attraper le droit alors que la hanse de ma besace glissait sur mon épaule menaçant de glissé avant que je ne la replace en remontant un peu plus ma main dans un geste lent.

« Je vais faire un Sault par l’appartement de ma famille avant de retourner à l’école. »

J’avais plus d’un sanctuaire, plus d’une cachette. Et quand je ne fuyais pas dans les profondeurs de la forêt interdite, ne rejoignais pas le confort de la chambre des secrets ou ne pouvais pas déambuler dans les couloirs du manoir ; c’est là qu’on avait le plus de chance de me trouver je suppose. L’appartement du dernier étage de l’Apothicaire qui appartenais à ma famille, au-dessus d’un petit studio que ma tante Marie-Jeanne louait. A qui ? Si j’avais su… Lui, Iwao savait même s’il ne savait pas que les deux appartements étaient dans la même bâtisse. Pourtant j’aurais dû la reconnaître, cette odeur d’encens flottant dans l’air quand on passait au premier étage. Mais je n’avais jamais fait le rapprochement. Et ma joueuse trouve ça particulièrement drôle de me laisser dans l’ignorance.

« J’ai des affaires de cours à récupérer là-bas. »

Mensonge, un mensonge simple et inoffensif. J’avais surtout une bonne bouteille qui m’y attendais et que je viderais avant d’aller m’échouer sur le lit de ma cousine. L’avantage d’être dimanche, j’avais encore quelques heures avant de devoir montrer mon visage à Poudlard. Du moins, si Matthew et Edward ne lançais pas un avis de recherche d’ici là. A bien y réfléchir, il y avait peu de chance. Mattie était en mission pour le ministère à leur quartier de Londres de mémoire. Et Edward, il devait crouler sous les copies vu la charge de travail qu’il nous avait donner en métamorphose (bien fait pour lui).

« Je ne risque pas grand-chose à Pré-au-Lard. T’a autre chose à faire que de surveillée une ado. »

J’ai relevée la tête pour cette dernière phrase, forçant un sourire à apparaître prétextant à la fois la taquinerie et une forme de plaisanterie là aussi qui mentais. Mais j’étais bonne menteuse, je l’avais toujours été. Manipulatrice, sans aucun mal à jouer la comédie. Feindre et prétendre. Si on en croît Eiji, ça lui rappelait justement fortement Iwao. M’enfin je ne suis pas censé non plus le savoir puisqu’il ne l’a pas formulé ailleurs que dans ses pensées.

« Pour l’occlumencie, quand tu auras le temps je suppose. »

Mon regard qui retourne à la ruelle, reviens au visage d’Iwao. Un hochement de tête quand je laisse retomber mon bras, pour dire au revoir. Et me voilà qui tourne déjà les talons. Ayant fermé la conversation sans vraiment la fermé. Ayant dit au revoir sans vraiment le dire. Mais marchant vers cette enseigne à seulement quelques foulées d’ici. Ouvrant la porte du magasin fermé aujourd’hui pour en ouvrir la porte vitrée dans le tintement de la cloche qui annonce les visiteurs. L’endroit est désert, forcément, c’est dimanche.

Et après l’avoir passée cette porte, je devrais traverser la salle. Je ne prends jamais l’entrée arrière, celle qui finalement ne doit être utiliser que par le locataire de l’appartement du premier. Je traverse la boutique et rejoint pourtant les mêmes escaliers. Puis monterais les deux étages, passant devant la porte du locataire sans la voir. Ne m’arrêtant ou ne ralentissant pas quand mes talons claqueront sur le bois des marches que je grimperais quatre à quatre pour retrouver la porte de l’appartement et faire teinter mes clés le temps d’ouvrir la serrure pour déboucher sur la pièce principale. Face à cette table en bois massif devant une large fenêtre, encadré par deux bancs. A droite la cuisine et la porte d’une première chambre avec en face un dressing. A droite une bibliothèque, la porte d’une seconde chambre et la porte vers la salle d’eau. C’est ici chez moi aussi. Chez nous, notre planque à Pré au Lard.
code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]   On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥] - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

On ne s'accuse de la rage que pour faire croire que l'on sait mordre. [PV Wao ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-