RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
-50%
Le deal à ne pas rater :
Echo Flex : contrôle des appareils connectés par commande vocale ...
14.99 € 29.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34866
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Giphy
Familier : No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Basili10
Âge IRL : 14
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4915
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Empty
MessageSujet: No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.   No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. EmptyLun 2 Sep - 0:51


No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.
FEAT. @ROXANE EAGLE • LE 04.05.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Le grand lac noir de Poudlard. Sa surface lisse, elle s’étend si loin, tellement qu’on peut se perdre à la contemplation de ce point, au loin, où les nuages se mêles à l’eau pour ne devenir qu’un tableau de plus, une peinture figée dans le temps et qu’on s’imagine immortelle. Elle était là bien avant moi et y sera toujours bien après mon passage ici, là-bas. Assise au pied de ce saule pleureur que j’affectionne tant, entrée secrète d’un autre monde où les masques ne sont pas nécessaires. Où je peux me retrouver avec moi-même. Un sanctuaire, un lieu pour moi et ou je passe presque plus de temps que dans mon dortoir depuis quelques temps. Petite grotte millénaire dont la sortie me plait tout autant, sous cette cascade de feuille, ce tronc solidifier par le temps et les années où j’aime me perdre, que ce soit dans une simple contemplation de ma réflexion, ou l’expression de celle-ci à travers divers moyens.

Comme aujourd’hui, alors que mes mains travail le bois, une petite caisse à outil poser à ma gauche. Les yeux sur l’ouvrage, la concentration aussi d’ailleurs. Les brises de vent pour soulevée quelques mèches de mes cheveux, relevée en un chignon approximatif pour ne pas être trop gêné alors que les tracés se précise encore d’avantage à mesure que l’écorce disparais pour ne laisser que le bois brut. Un samedi, pas forcément comme les autres, une matinée où j’imagine déjà mes camarades en pleines activité loin, très loin. Et c’est bien comme ça. Parce que je n’ai toujours pas envie de voir l’air de chien battue de Sutton. Parce que je n’ai pas envie de supporter les sarcasmes de Jessica. Parce que je ne veux pas non plus croiser mon frère. Pire encore, Lancelot avec qui je devrais pourtant avoir une discussion. A qui je dois des explications et peut-être des excuses aussi.

Alors plutôt que d’y pensée, plutôt que de me fustigée à la simple pensée de tous ce qui aura été de travers cette année. Et si j’en réparais quelques petits méfaits ? Comme cette baguette cassée de @Roxane Eagle. La pauvre l’avait perdu au nouvel an je crois ? Elle avait du ce débrouillée entre temps je suppose, puisque je ne la voyais pas sans un bâton de bois magique. Mais il n’empêchait que, de ce que j’avais entendu, celle-ci ne lui convenais pas aussi bien que l’ancienne. Et quelque part, la culpabilité, celle qui était devenu mon amie et que je laissais me torturer pour ne pas plus m’enfoncer dans le trou noir de la tête de l’autruche qui se plonge dans le sable, me poussais à vouloir faire au moins ça.

Culpabilité… Elle avait commencé avec Oriana. Elle à qui j’osais à peine pensée sans avoir un pincement dans la poitrine, une douleur, un sentiment de honte aussi. Je le cachais bien, je suppose. Ou peut-être pas. Et depuis Oriana, tant de choses qui avait tourné cours. Le ministère bien sûr, épisode ou plutôt fiasco mémorable. Mais aussi le Japon et puis Butterbott, pauvre professeur de divination. A-t-elle aussi, j’avais écourté l’espérance de vie. Et si j’en parlais avec moi-même avec autant d’aisance, c’était sans doute parce que quelque part j’étais encore dans le déni, celui qui me poussais à le dire, mais jamais vraiment le réaliser. Celui aussi qui m’invitais, un samedi matin aux premières heures du jour, à travailler le bois.

Elle prenait forme, cette petite baguette. De l’image que j’avais de la jeune danseuse, j’en avait fait un bâton fin, léger. Souple sans trop l’être pour lui laisser la place de l’expression et de l’imagination, sans en faire une canaille pour autant. Elle n’était pas courte, pas longue non plus. Les dessins qui petit à petit ornais sa longueur laissais apparaitre trois petites colombes gravées dans le manche et arrivant un peu plus loin, accompagner de ce qu’on pouvait devinée être des pétales de fleur. Je le pose devant moi, ce travail encore inachevé, pour sortir ma propre baguette. Poncé le bois, le rendre plus lisse sans en effacer le travail pour autant.

Le cœur, le cœur de cette baguette allait batte et finalisée sa naissance, lui donner tout son éclat aussi. Finir de la dessinée pour lui donner sa forme finale. Car c’est bien ça le cœur, c’est le point culminant de tous ce qui vis. Organe si laid, d’une utilité pourtant purement pratique, vitale. Auquel ont prêtes tant de mots, tant de maux… Ma main gauche commence un balai, une danse bien rodée qui fait apparaître des fils d’or à son extrémité qui tisserons le fil rouge pour donner son souffle de vie à l’instrument. Un autre instant de concentration, accompagner de murmure que je siffle entre mes dents. Langue Serpentine qui ne produit finalement pas que le mal. Une finalité, une réussite. Et un fin sourire qui se dessine sur mes lèvres alors que je me vois satisfaite du résultat final. Bien que ce ne soit pas à moi qu’il doive plaire. Alors me saisissant d’un petit morceau de parchemin, j’y griffonne quelques mots qui propose de me rejoindre à ce même endroit. Pour y découvrir un petit quelque chose, rien de bien « ouffissime ».

Et en attendant qu’elle arrive, je l’observe, mon travail. De sa longueur de vingt-deux centimètres et demi, en bois de Pin, aussi clair et rayonnant que sa future propriétaire, avec un cœur d'Aspara, qui mettra en lumière l'éleance de ses gestes et saura révélée ses véritables capacités en terme de sorts curatif autant qu'en maléfices et enchantements.
code by bat'phanie




Dernière édition par Kassie G. Ollivander le Mer 25 Sep - 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Roxane EagleHistoria PactumRoxane Eagle
Augurey
Exp : 18623
Points de vie (HP) : 3450
Baguette : 22.53 cm, bois de Pin et mèche d'Apsara
Photomaton : No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Original
Familier : No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. 420px-10
Célébrité : Maddie Ziegler
Parchemins : 781
J'aime : 95
Date d'inscription : 04/01/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Empty
MessageSujet: Re: No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.   No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. EmptyDim 15 Sep - 15:28
Des chaussons de danse classique délicatement posés sur le rebord de son lit, Roxane semble absorbée par sa contemplation de la plante qui trône sur sa table de chevet. Si, en premier lieu, elle avait émis l'idée d'aller s'enfermer dans l'un des salles de Beauxbâtons pour pratiquer son art favoris. Si, elle en avait même revêtu ses collants aussi blanc que du lait et sa robe courte et légère dont le coton fluide semblait aussi léger qu'une plume. Il semblerait que le Mimbulus Mimbletonia l'avait totalement fait changer d'avis alors qu'elle s'asseyait sur le rebord du lit les mains sur les genoux.
Penchant la tête sur le côté, ses cheveux impeccablement tirés en un chignon, elle eut le geste de vouloir replacer une mèche de cheveux derrière son oreille. Chose inutile cependant alors qu'elle riait doucement de sa propre inattention. Un défaut de concentration sûrement, ou bien la perte d'une partie de son esprit qui se retrouvait capté par la plante rare venue d'ailleurs.

Un sourire sur les traits, Roxane se pencha en avant pour venir ouvrir le petit tiroir de sa table de nuit. Poussant lentement les quelques objets dont elle n'avait pas besoin, elle attrapa avec délicatesse une petite pochette en cuir souple avant de la déposer sur ses genoux. Ça faisait quelques jours qu'elle ne s'était pas occupé de lui, il devait en avoir besoin. Ou bien en avait-elle simplement envie alors que tout semblait ralenti autour d'elle. Les doigts fins et assurés vinrent caresser les instruments avant qu'elle ne choisisse de quoi brosser ce compagnon si particulier. Des geste doux, des gestes simples, comme pour lui permettre d'entrer dans son propre monde sans trop de difficulté. Comme pour placer une barrière entre elle et l'extérieur alors qu'elle changeait d'outil, rangeant par automatisme le premier dans le petit kit d'entretien.  

Lorsqu'un hibou vint frapper aux carreaux de la tour des bleu et bronze, elle ne sut exactement combien de temps elle avait passé ainsi. A s'occuper de la plante alors que l'air, lui-même, semblait avoir arrêté de bouger. Ne venant emplir ses poumons qu'à un rythme régulier.
Son geste suspendu dans l'air, a quelques centimètres de la plante, elle fronça légèrement les sourcils devant l'insistance de l'oiseau à vouloir entrer dans la pièce. Ce n'était pourtant pas l'heure du courrier. A moins qu'elle n'ai tellement perdue la notion du temps, qu'elle soit restée dans cette même position pendant une journée et une nuit entière... Peu probable, même venant d'elle alors qu'elle chassait cette idiote pensée d'un geste fictif de la main tout en se levant pour aller ouvrir la fenêtre.

Satisfait l'oiseau vint se poser sur sa main, agitant ses serres pour qu'elle y attrape le bout de parchemin. Une légère caresse du bout du doigt plus tard et la jeune fille ouvre le parchemin tout en regardant l'oiseau s'éloigner.
Une moue se dessine sur son visage quand elle parcourt les lignes de celui-ci, butant à plusieurs reprises sur le terme « ouffissime » qu'elle n'utilise jamais et qui sonne étrangement à son oreille. Ouffissime... Ouf ? Fou ?
Un instant, elle cherche réellement le sens du mot avant de regarder la petite signature en bas de la lettre. Kassie ? Qu'est-ce qu'elle peut bien avoir de si... Ouffissime à lui montrer ? Pas qu'elle doute que la sixième année en soit capable mais... Même en cherchant, elle n'arrive pas à poser le doigt dessus. Ne lui reste qu'à aller voir n'est-ce pas ?

Sûrement. Et Roxane repli le bout de parchemin avant de revenir près de sa table de nuit, de ranger soigneusement ses chaussons de danse et son kit d'entretien dans un coin de la petite étagère sous la table de chevet. Elle prendrait le temps plus tard de tout bien remettre à sa place alors qu'elle sautait dans une paire de ballerine tout en attrapant sa baguette. Enfin « Sa », vu ce qu'elle réussissait à produire avec...
Ses lèvres se pincèrent au souvenir de l'ancienne qui, somme toute, bien que caractérielle, produisait des sortilèges bien plus raffinés que la baguette de remplacement qu'elle avait fini par trouver. Après beaucoup trop d'essais cela dit en passant. A croire que plus aucune baguette ne voulait d'elle vu comment elles la refusaient comme propriétaire, comme sorcière ?

Roxane soupira, quittant la tour a pas lents avant de descendre la volée d'escaliers. Il lui fallut un bon moment avant d'arriver dans le parc et de se rendre à l'endroit indiqué par son aîné. Pas qu'elle traîne la patte véritablement mais se poser des questions avait le don de la faire ralentir dans ses mouvements. Peut-être était-ce pour ça qu'elle ne pensait jamais à rien quand elle dansait ? Ou bien c'était autre chose ? Une question de plus sûrement. Une question de plus alors qu'elle arrivait près du saule pleureur et qu'elle voyait la silhouette de la vert et argent assise.

Elle tient quelque chose dans ses mains, la Serpentard. Quelque chose qu'elle ne met pas bien longtemps à analyser. Une baguette. Qui tourne, est observée. Roxane fronce les sourcils. Sans dire qu'elle surveille Kassie de près, elle sait cependant à quoi ressemble sa baguette et ce n'est pas celle-là... Pourquoi en aurait-elle deux ? Ou alors ce n'était qu'un bout de bois ? Ou bien... ?
Les pensées s'arrêtent alors que la quatrième année arrive à hauteur de la jeune femme. Que ses yeux passent du visage de cette dernière à l'objet entre ses mains. Ça ne devait pas être étrange, que de voir une héritière de fabricant de baguettes, avec une baguette dans les mains. C'était même plutôt logique en fait...

« Kassie ? » Une voix douce. Trop peut-être. Presque un souffle qui aurait peur de déranger et qui n'est pas certain que sa propriétaire devrait être là au final. « J'ai reçu ton mot. Tu voulais me montrer quelque chose de 'Ouffisime' »

Elle n'allait pas s'en remettre de ce mot. Même si son esprit semblait le balayer alors que ses yeux restaient fixés sur l'objet glissé entre les mains de la jeune femme. Il y avait quelque chose avec cet objet. Quelque chose qui la faisait frissonner. Pas un frisson de peur, pas un frisson de froid. Un frisson d'envie ? D'euphorie peut-être ? D'excitation sinon ?

« Je peux ? Juste pour la voir de plus près ? »

Juste. Ou bien parce qu'elle avait envie. Que ça l'appelait. Qu'elle n'entendait, ni ne voyait vraiment le reste et que tout autour d'elle, le monde était devenu blanc. Elle avait demandé par politesse, n'était pas certaine d'avoir entendu la réponse alors que ses yeux n'arrivaient pas à se détacher de l'objet. Que sa main s'approchait lentement, délicatement, pour toucher le bois sculpté. Dans ses yeux, c'était des larmes qui montaient non ? Des larmes qui allaient bientôt rouler ? Des... larmes ? Parce qu'il se passait quelque chose avec cette baguette. Elle le sentait, la baguette aussi sûrement. Parce que c'était comme ça et qu'elle n'arrivait pas à s'en empêcher maintenant qu'elle avait l'objet dans les mains.

Quand l'avait-elle pris déjà ? Quand l'avait-elle fait dansé devant elle. Quand le bois s'était-il vu glisser entre ses doigts ? Elle ne sait pas. Elle ne sait plus. Parce que y'a trop d'émotions là-dedans. Trop d'émotions nées en un instant.


« Qu'est-ce que la danse sinon du théâtre fabriqué à partir d'une musique ?»
FLORISSONE

Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t2875-roxane-eagle#44340 https://www.historia-pactum.com/t2887-roxane-eagle-maj-le-06-01-2018#44587 https://www.historia-pactum.com/t2886-roxane-eagle#44586 https://www.historia-pactum.com/t3120-roxane-eagle-o-hippogriffe-nom https://www.historia-pactum.com/t2888-roxane-eagle#44588
Kassie G. OllivanderHistoria PactumKassie G. Ollivander
Kassie
Exp : 34866
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : 27.7 cm, bois d'Amourette et croc de Basilic
Photomaton : No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Giphy
Familier : No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Basili10
Âge IRL : 14
Célébrité : Phoebe Tonkin
Parchemins : 4915
J'aime : 451
Date d'inscription : 15/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Empty
MessageSujet: Re: No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.   No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. EmptyDim 6 Oct - 0:12


No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.
FEAT. @ROXANE EAGLE • LE 04.05.2024 • dialogues en #186353
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


La voix douce de Roxane m’arrivait aux oreilles et si tôt je tournais les yeux dans sa direction, un sourire aussi léger qu’une brise de vent flottant sur mon visage. Je ne dis rien, pas encore attendant simplement de voir la réaction de Roxane face à l’instrument que j’avais en main. La relation entre la baguette et son sorcier est particulière, tant d’ailleurs qu’on peu le comparer à ce que les romantique appel « coup de foudre ». Si un sorcier à bien une âme sœur dans sa vie, elle n’a rien à voir celons moi avec l’être humain mais bien avec celle qui l’accompagnera toute sa vie ou du moins ses plus belles années : sa baguette.

Je ne fus pas déçue à voir la curiosité de la Serdaigle à qui je tendais la baguette en lui présentant le manche, mon sourire se transformant petit à petit pour devenir mon éternel sourire en coin alors que la quatrième année prenait le bois en main. Mes yeux, ils pétillent en cet instant. Chose rare en soit, qui arrive de moins en moins souvent. Mais qui accompagne les émotions qui se lisent sur le visage de la Serdaigle comme pour lui répondre. Je la laisse découvrir le bois, la taille fine de l’instrument et ses détails. Il faut un petit moment que je lui laisse pour faire la connaissance de cette baguette avant que finalement, je ne rompe le silence après quelques minutes.

« Vingt-deux centimètre, elle est courte. En bois de Pin avec une mèche d’Aspara comme cœur. »

Je fini par me levée, époussetant ma jupe et rangeant mes quelques instruments dans mon sac sans vraiment y prêter attention, détournant mon regard de Roxane le temps de ce faire.


« Tu as perdu ta baguette au ministère non ? Qu’est-ce que tu penses de celle-là ? »

Je parle d’un ton détaché, comme si ça n’était pas grand-chose. Même si c’est tout finalement. Un sorcier sans sa baguette, ce n’est pas envisageable. Pas chez nous en tout cas. Ou peut-être que ce sont là les paroles d’un fabriquant de baguette. Je ne sais pas.


« Si elle te convient, elle est à toi. Ce serait dommage que tu ne puisses pas collectionner les Optimal l’année prochaine à cause d’une mauvaise baguette. »

Mon regard se reporte de nouveau sur elle alors que je balance mon sac sur mon épaule, mon sourire ne disparaissant pas un seul instant quand je la gratifie d’un clin d’œil. Il n’y a pas de raison à ce cadeau, ou alors il y en a un millier. La culpabilité sans doute quelque part. Mais ce n’est pas tout. Après tout, Roxane n’était pas la seule à avoir souffert au nouvel an. Et si je devais envoyer des panier cadeaux à chaque victime autant dire que je n’aurais pas fini. Surtout qu’en fait, les autres, je n’en avais un peu rien à foutre. La quatrième année devant moi cependant. Elle avait quelque chose de si pur, si innocent, elle était attachante. Suffisamment pour que j’ai eu envie de la lui faire, cette baguette.
code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3029-kassie-g-ollivander-o-bite-me https://www.historia-pactum.com/t2805-kassie-g-ollivander-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2781-kassie-g-ollivander https://www.historia-pactum.com/t2856-kassie-g-ollivander-o-basilic-nom https://www.historia-pactum.com/t2453-kassie-g-ollivander
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Empty
MessageSujet: Re: No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.   No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

No guilt is forgotten so long as the conscience still knows of it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-