Coupe des 4 Maisons



Compétition des Ordres



/! Wanted /!

Les Macaron et les Baklavas
sont actuellement en effectif
réduit, n'hésitez pas à gonfler
leurs rangs en prenant élèves
et professeurs de
Beauxbâtons et Durmstrang !
Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Anneau10
Le Deal du moment : -40%
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
228 €

Partagez
 

 Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiji N. K. MasaakiHistoria PactumEiji N. K. Masaaki
Eiji
Exp : 31442
Points de vie (HP) : 5150
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 2201
J'aime : 391
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyLun 16 Sep - 22:41

08.03.2024 - Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.

C'est étrange, cette impression. Celle que la vie s'impose à vous avec une telle violence qu'elle en serait presque capable de vous faire mettre un genou à terre. Plus qu'étrange, c'est même impressionnant. Bien qu'habituel aussi, peut-être ? Comme à chaque fois qu'il quitte l'île. Qu'il quitte des paysages connus pour mettre un pied à l'extérieur. Quand il étudiait à Durmstrang, ça lui faisait cet effet là aussi, les premiers jours. Ça lui donnait l'impression qu'il avait le souffle coupé tandis que son cœur s'accélérait, jusqu'à se serrer. Puis ça disparaissait, parfois plus lentement que d'autre. Parce que c'était comme ça. Parce que ça ne pouvait pas être autrement non plus. Parce qu'il avait le choix que ça arrive, que ça se répète et que ça revienne sans cesse.
Pourtant cette fois, ça avait un autre goût, un goût plus dur. Plus rude mais plus doux aussi. Quoi que non, la douceur elle était partie. Comme la tristesse, comme la faiblesse, comme un peu tout en fait. La rationalité avait repris le dessus lentement sur cette route tellement longue qu'elle lui avait donné l'impression de durer une éternité.

Une éternité pour tout analyser. Pour tout conserver, pour essayer d'assimiler. Une route où la vitesse qu'un engin à deux roues n'avait pas fait paraître moins long. Malgré les embardées, malgré ce danger permanent dont il s'était entouré. Une route qui l'éloignait de celle avec qui il avait passé une semaine... Une semaine ou bien une vie ? Peut-être plus une vie d'ailleurs, vue la vitesse à laquelle les événements s'étaient enchaînés les uns à la suite des autres.
Si il avait refusé d'en voir certains pendant ce séjour au Japon, puis pendant ce séjour sur l'île. Tout était revenu avec bien trop de violence. Comme une piqûre qui n'en finissait plus alors que l'on faisait tourner encore et encore l'aiguille dans la peau, qu'on tournait par dix fois ce couteau dans cette plaie. Il avait fait bonne figure là-bas, au milieu du clan, du moins autant qu'il le pouvait. Mais il n'était pas dupe, il savait, au fond, que tout s'était sûrement vu. Et à défaut, que ça avait été ressenti. Parce qu'ils étaient tous un peu comme ça malgré tout. Ils attendaient, laissaient venir, pointaient le défaut et le laisser s'épanouir. Jusqu'à ce que l'autre, celui d'en face qui refusait de voir, se rende compte par lui-même. Qu'il entende enfin et que ça exploser enfin.

Parce que ça finissait toujours par exploser. Même si seul l'intérieur se retrouvait éparpillé au gré du vent. Même si sur le visage il n'y aurait rien. De la lassitude peut-être, cette nuit, alors que le bâtiment abritant un petit studio se dessine clairement devant ses yeux. Ça fait un moment maintenant, qu'il est en bas. Qu'il ne monte pas. Qu'il fixe une façade qu'il ne voit même pas.
Peut-être parce qu'il doute finalement de son choix. De cette idée de venir ici. De la retrouver que ce soit maintenant ou plus tard. Est-ce que c'était nécessaire ?
Sa mâchoire se crispa et une profonde inspiration monta, soulevant jusqu'à ses épaules alors qu'il se décidait enfin. Une bulle brisée pour une autre qu'il pouvait retrouver ?

Un endroit connu dans ce monde bien trop connu. C'est paradoxal de penser ainsi, sûrement. Mais le poids est trop lourd pour qu'il s'en rende vraiment compte. Lourd parce qu'il y a trop a assimilé maintenant qu'il n'y a plus de barrière pour empêcher l'esprit de tourner. Les pensées, elles s'enroulent, elles défilent, elles se décident enfin à faire naître des stratégies. Elles prennent le contrôle alors qu'il est retombé dans le silence. L'a-t-il jamais quitté, finalement ? Un nouveau soupir, plus prononcé. Et des pas qui lui font passer l'entrée du bâtiment, monter ces marches, déverrouiller cette porte de cette clé. Et finir par entrer. Ce n'est pas chez lui, chez eux. Là-bas. Mais ça y ressemble d'une certaine manière. Ça y ressemble parce que c'est simple, parce qu'au milieu du rien il y a tout de même quelque chose. Une odeur aussi, familière. Même si c'est vide, même si elle n'est pas là...

Est-ce qu'il respire maintenant ? Un peu plus ? Un peu moins ? Alors qu'en deux enjambées, il a déjà rejoint le centre de la pièce, cette table basse et ce sol. Ce futon aussi, sur lequel il s’asseoir avant de laisser reposer son dos contre le mur. Le calme d'un endroit dans ce monde en perpétuel mouvement, est-ce qu'il va encore le happer ce monde ? Lui faire perdre pied ? Ou bien le perdre tout court. C'est lourd, en fait. Trop lourd, tellement lourd. Même lorsqu'il ferme les yeux tout en croisant les bras sur son torse. Juste pour quelques secondes, le temps de réfléchir.

Quelques secondes... Ou bien plus longtemps... Depuis quelques temps, tout semble vouloir s'éterniser autour de lui, s'étirer et s'effacer.

Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3163-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2777-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom https://www.historia-pactum.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Kaneko MasaakiHistoria PactumKaneko Masaaki
Phoenix
Exp : 29678
Points de vie (HP) : 4700
Baguette : 15.37cm, bois de Cerisier du Japon et crin de Kelpy. Elle est plutôt rigide et fine.
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Âge IRL : 29
Célébrité : Yoon So-yi
Parchemins : 1307
J'aime : 155
Date d'inscription : 21/12/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyLun 16 Sep - 23:26

Masaaki
Kaneko

Kurotchkine
Eiji

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.
La distance entre l’Hôpital pour Sorciers et sorcières de Sainte Mangouste et le petit studio étudiant pré-meublé de Kaneko n’est pas si grande. Il n’est donc pas rare pour la jeune femme de traversé les rues et ruelles comme une ombre aux levées du jour ou au contraire au coucher du soleil quand elle rentre de ses gardes. Marché, pensée, réfléchir. Ou simplement laisser derrière soit sur la route les milliers d’idées et de visages qu’elle aura vue défilé tout au long de la journée. Retirer un masque pour petit à petit, laisser seulement son vrai visage mis à nue passer la porte du vieux bâtiment Londonien dont les lumières restent allumées quelques soit l’heure du jour et de la nuit.

Fort est à parier d’ailleurs que l’immeuble aurais sans doute connu une période de massacre à coup de Katana si la demoiselle n’avait pas été une sorcière dotée d’une baguette et plus spécifiquement d’un sourdinam. Mais ça, c’est une autre histoire qui ne concerne pas ce jour ci. Car à l’instant ou la Nippone se déplace telle une ombre, silencieuse autant qu’elle est rapide à retrouver le chemin de sa porte, ses pensées ne sont plus véritablement tournées vers l’Angleterre, ses habitants ou même l’occident en général.

Poussant la porte qui est déjà ouverte, elle n’est pas si surprise que ça finalement de le voir là. Si paisible quand il dort qu’il aurait presque le visage d’un ange. Mais après tout, les diables de la mythologie moldus ne sont-ils pas eux-mêmes des anges déchus ? A commencer par le plus beau et majestueux d’entre eux, qu’on appellera dans leurs contes pour enfant -la bible- Lucifer, ou Samael. Son regard ne s’attarde pas sur les fournitures plaquées aux murs qui était déjà là avant son arrivée. Que ce soit le petit bureau en bois ou la table replié sur le mur pour s’y encastrer. Ni même les deux plaques de cuisson et le frigidaire de petite taille. Encore moins cette banquette canapée qu’elle aura choisi d’ignoré pour placer plutôt un futon au centre de la pièce et une table, plus simple et plus basse pour mieux se rappeler chez elle quand elle recouvrirait le reste de ce décor qui n’était pas elles de plantes et d’armements qui ornes les murs. Après tout, cette banquette, n’y avait-il pas qu’Iwao pour s’en servir ?

Kaneko le pas aussi léger qu’à son habitude s’approche et laisse glisser le long de ses épaules puis de ses bras la blouse qu’elle abandonne sur l’unique chaise des lieux, celle qui se positionne face à cette table encastrée dans le mur ou au bureau, celons le besoin. Sauf que, besoin, il n’y en a pas vraiment. Alors elle fait office de porte manteau ou bien de porte-plante. Elle laisse poser son sac aussi au pied de cette même chaise et accueil avec un sourire le petit oisillon incapable de voler, si timide qu’en voyant l’homme, il n’avait pas osé sortir de son placard. Sans doute à cause de l’odeur féline qu’il ne devrait pourtant pas porter, alors que Kaneko c’était dit qu’il devait être à peine rentrée.

Un sourire passe sur ses lèvres quand elle s’approche pour mieux s’asseoir en tailleur à ses côtés, discrète comme elle l’est toujours quand son regard se fixe sur un point invisible sur le mur après avoir pris juste quelques instants pour le regarder lui, lui si angélique dans se sommeil. Une respiration, profonde, alors que son regard fixe ce mur et qu’elle sait, qu’elle sent qu’il sait, qu’il sent sa présence et ne tardera sans doute pas agir alors que le petit Dirico, lui s’en est retourné à la base du pot d’une plante pour prend un bain de terreau.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3401-kaneko-masaaki#53058 https://www.historia-pactum.com/t3449-kaneko-masaaki-o-maj-le-24-04-2019#54857 https://www.historia-pactum.com/t3450-kaneko-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3659-kaneko-masaaki-o-dirico-nom#56166 https://www.historia-pactum.com/t3451-kaneko-masaaki-3-3-libres
Eiji N. K. MasaakiHistoria PactumEiji N. K. Masaaki
Eiji
Exp : 31442
Points de vie (HP) : 5150
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 2201
J'aime : 391
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyLun 16 Sep - 23:54

08.03.2024 - Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.

La respiration lente, profonde et qui marque les micro-cycles du sommeil. L'alternance entre sommeil profond, sommeil sans rêve et ce moment où l'on se situe entre deux eaux. Cet instant juste avant le réveil qui laisse si souvent les rêves parvenir jusqu'à l'esprit du dormeur, jusqu'à cette case qui se fait souvenir quand les yeux s'ouvrent enfin. Ils ne s'ouvriront pas cependant. Du moins pas avant qu'elle n'arrive et qu'il sente, au fond, qu'il se détend vraiment. Que la boucle est bouclée et que tout est à sa place.
Un moment encore, il restera sans bouger. Au seuil de cet instant qui lui fera reprendre pleinement conscience et le forcera lentement à ouvrir les yeux pour les poser sur elle. Pour observer un court moment qui paraîtrait presque durer une heure, les détails de son visage. Ses yeux en amende, ses traits fins, son teint ; des détails que chez les autres il ne voit pas vraiment. Des détails qui le font rarement esquisser un sourire aussi, même si celui-là est furtif alors qu'il laisse sa tête reposer un peu plus en arrière. Qu'il ferme les yeux à nouveau tout en décroisant légèrement les bras.

D'un geste simple, d'un geste lent comme trop souvent quand il est avec elle, il glisse une main dans la manche de son vêtement. Fouille le repli de la couture pour en sortir un Kanzashi. Petit accessoire qu'il a prit spécialement pour elle durant son court passage sur l'île. Parce qu'il sait, comme le reste, qu'elle sait sûrement aussi. Et parce que même si elle ne le sait pas encore, elle ne tardera pas à le savoir. Alors autant que ça vienne de lui, qu'il lui offre l'épingle en métal où les fleurs gravées rappellent sans difficultés les fleurs de cerisier et de pêcher qu'on retrouve si souvent dans leur contrée. Comme au Japon, comme ailleurs en Asie.
Ce n'est qu'à ce moment là qu'il ouvrira les yeux, pour l'observer à nouveau alors qu'il sort enfin l'objet de sa manche et le lui tend, sans aucun emballage.

Parce que même si la coutume veut que le papier entourant le cadeau soit aussi important que ce qu'il y a à l'intérieur, pour lui, ce n'est pas le cas. Parce que ce n'est pas tant un cadeau en vérité, qu'une pensée qu'il a eu pour elle quand il est retourné chez eux. Peut-être aussi une façon de s'excuser, sûrement, de ne pas l'avoir amenée finalement. D'avoir caché des faits, encore, pour ne les dire qu'au derniers moment. Dans une lettre adressé à son cousin. Une lettre plus pour qu'il s'occupe d'une créature magique que pour qu'il note ce qui se produisait plus loin.

Iwao... Eiji soupira. Une semaine pour oublier celui-là. Une semaine pour oublier son travers. Cette escapade dans un manoir où il n'aurait pas dû mettre les pieds. L'occident rendait fou, n'est-ce pas ? Alors pour Kaneko, il pouvait bien faire l'effort de l'emmener partout avec lui, même si ce n'était qu'en pensées. Et principalement si c'était pour fouler ces terres d'orient.

« Tu m'as manqué. »

Manquée. Comme souvent en vérité. Comme à chaque fois qu'ils ne sont pas là et pour toutes ces fois où il ne le dit pas. Parce que les événements se seraient peut-être déroulés différemment si elle avait été là. Pour peu qu'il eut accepté de l'écouter. Ça devenait redondant, non ? Toutes ces idées qui tournaient tout le temps et qui ajoutait du poids à d'autres poids, même si ils étaient bien différents maintenant.
Pourtant, ce ne sont pas seulement ces mots qu'expriment son regard. C'est autre chose, quelque chose de plus profond sûrement et sur lequel il ne veut pas encore poser de nom. Parce qu'en poser un, ce serait avouer d'autres choses. Des choses qui ont changées et qui doivent pourtant restée cachée. Elle le sait, n'est-ce pas ? Tout ce qu'il y a eu là-bas. Tout ce qui à été fait et qui ne pourra plus être défait. Parce que c'est comme ça et que le passé ne peut être modifié, même avec toute la force de sa volonté.

Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3163-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2777-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom https://www.historia-pactum.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Kaneko MasaakiHistoria PactumKaneko Masaaki
Phoenix
Exp : 29678
Points de vie (HP) : 4700
Baguette : 15.37cm, bois de Cerisier du Japon et crin de Kelpy. Elle est plutôt rigide et fine.
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Âge IRL : 29
Célébrité : Yoon So-yi
Parchemins : 1307
J'aime : 155
Date d'inscription : 21/12/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyMar 17 Sep - 0:15

Masaaki
Kaneko

Kurotchkine
Eiji

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.
Elle lui laissera le temps qui lui faudra, pour ouvrir les yeux. Pour s’éveillée et peut-être partager plus qu’un peu d’espace dans cette petite pièce unique. Unique du moins si on omet la toute petite salle d’eau dont la porte se trouve à côté d’un pan de mur coupant la kitchenette de ce qu’on appellera « pièce principale » sans doute. Un moment pour fixer le mur sans le voir et repensée aux missives qu’elles à reçue. Les, au pluriel, parce qu’il y en à eu plus d’une. Il y aura eu @Iwao Masaaki qui aura eu besoin d’elle pour panser une morsure de ZouWu pendant l’absence de son cousin. Il y aura eu celle de petites mains pour la tenir informer de la venue du chef d’un clan avec une Occidentale sur une île bien caché. Il y aura eu celle de son père aussi, Akihito, plus récente que les autres et toujours ouverte sur ce petit bureau de bois, entre les pages d’un épais ouvrage qu’elle étudie le soir jusque tard avant que le sommeil ne l’emporte de force.

Elle le sentira son regard et croisera ses prunelle l’espace d’une seconde avant qu’il n’en retourne au mur pour refermer les fenêtres qui l’espace de quelques secondes c’étaient pourtant ouverte aux mondes. Pour mieux user de ses mains et sortir des pans de son vêtement un ornement qui fera naître un léger sourire flottant sur les lèvres de la jeune femme qui accueillera le cadeau humblement. Ses yeux parlant bien plus qu’un millier de mots. Parce que les mots, ça n’était pas leurs fort à eux. C’était une arme pour Iwao, pour elle c’était une entrave. Pour lui aussi.

Elle l’effleurera de ses longs doigts fins, le regard perdu dans la contemplation de l’ouvrage. Un petit pincement quelque part, bien ancré, dans un endroit caché ou bien barbelé. Un endroit qui lui dit que la maison lui manque. Ce qu’elle n’a finalement, pas tant de mal que ça à admettre. Pas à lui en tout cas qui le sait et le comprend bien plus que quiconque. Caresse du bout des doigts sur le métal supposément froid pourtant réchauffer par la place qu’il prenait jusque-là, entre les tissus d’un vêtement porter par Eiji. Kaneko tourne ses prunelles sombre vers son cousin. Conversation dans le silence avant que celui-ci ne soit rompu par son cousin pour faire naître un nouveau regard, un nouveau sourire, une nouvelle tendresse aussi quelque part qu’elle n’a finalement que pour lui, pour son frère et parfois bien que plus rarement pour son père.

Se laissant doucement tomber de côté, le visage de Kaneko rejoint les genoux d’Eiji, tourner vers l’extérieur alors qu’une cascade de cheveux ébène cacherais presque la vue de ses traits, si ce n’est la pointe de ce petit nez qui dépasse ou de ses cils qui battent lentement pour accompagner le mouvement de ses paupières.

- Laisse moi venir avec toi, la prochaine fois.

Des mots dans un murmure pour répondre à ce qu’il lui aura dit. Quelque chose chez lui à changer, est différent. Il aura vu et vécu sans doute. Et ce que les mots aurons transmis dans les petites missives ne suffira pas à la jeune femme pour vraiment comprendre. Ou peut-être en as-t-elle compris plus qu’elle ne laisserait entendre, simplement en voyant les traits de l’homme, ce qu’exprime son regard aussi. Et peut-être finalement qu’elle veut simplement l’entendre lui.

- Akihito m’a écrit. Il n’était pas le seul.

Akihito, parce qu’elle ne l’appel plus papa depuis longtemps. Père un jour, il l’est toujours bien sûr. Mais c’est sans doute plus simple comme ça pour elle, pour eux. Peut-être plus naturel aussi. Elle ne sait pas. C’est juste, comme ça.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3401-kaneko-masaaki#53058 https://www.historia-pactum.com/t3449-kaneko-masaaki-o-maj-le-24-04-2019#54857 https://www.historia-pactum.com/t3450-kaneko-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3659-kaneko-masaaki-o-dirico-nom#56166 https://www.historia-pactum.com/t3451-kaneko-masaaki-3-3-libres
Eiji N. K. MasaakiHistoria PactumEiji N. K. Masaaki
Eiji
Exp : 31442
Points de vie (HP) : 5150
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 2201
J'aime : 391
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyDim 22 Sep - 14:12

08.03.2024 - Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.

Tout ce temps qu'elle passera à observer l'épingle à cheveux, décoration aussi simple qu'elle peut se révéler sophistiquée et qui traduit bien le savoir-faire que protège l'île de leur enfance, il l'observera en silence. Retraçant les contours de son visage de son regard. Un regard qui ne se veut ni trop tendre, ni trop doux. Un simple regard comme ils en partagent tant depuis des années. Peut-être que ce regard est un peu différent de celui qu'il posait sur elle il y a quelques mois encore, quelques années peut-être aussi. Mais rien qui ne traduise autre chose que ce qu'il éprouve pour elle. On ne posera pas de mots sur ce sentiment, parce que ce n'est pas nécessaire d'aller chercher jusque là. Et parce que tout doit être profondément enfoui et ne jamais trop sauter au visage.
Il l'aime, sa cousine. Même si il ne l'avouera pas. Même si c'est simplement logique. Même si c'est aussi plus complexe qu'un simple sentiment comme les gens en partagent tant. Ils ne sont pas si simples finalement, ils ne sont pas si transparents non plus. Sauf peut-être l'un pour l'autre, en ce genre d'occasion où ils ne sont que tous les deux.

Un fin sourire sur les traits, il inspire silencieusement en reposant son regard sur la petite pièce qui les entoure. Une pièce qu'il voit sans voir lorsqu'elle pose sa tête sur ses genoux, que son visage disparaît entre ses mèches de cheveux et qu'elle se laisse aller lentement contre lui. Avec elle, tout est toujours un peu suspendu dans le temps. Comme si tout ce qu'elle dégageait se perdait dans l'air et dans le vent. C'était apaisant quelque part, même si la conversation l'était moins. Même si les mots de la jeune femme s'inséraient plus profondément en lui que n'importe quelles autres paroles. Parce que ses mots, à elles, ils sont bien rares. Parce qu'ils ne naissent pas de sa bouche sans raison et qu'ils traduisent trop bien ses idées et ce qui se trouve derrière.

Le visage légèrement baissé pour observer la masse de cheveux noirs, il laisse le silence s'installer entre eux comme si souvent. Parce qu'aller vite, ce n'est pas bon. Parce qu'une pause est toujours plus agréable que la précipitation et parce qu'il à d'autres choses à lui promettre qui n'ont pas besoin d'être dites. Qu'il les as déjà dites en avouant qu'elle lui avait manquée.
Pour toute réponse à ses paroles, il posa une main sur sa hanche avant de laisser, pour la troisième fois, sa tête se reposer contre le mur et ses yeux découvrir une point invisible à l'autre bout du petit appartement. Lentement, ses doigts se perdent dans le tissu, comme si ils souhaitaient l'enlacer pour ne plus jamais s'en détacher. Preuve, peut-être, qu'il ne la laisserait pas derrière la prochaine fois. Que l'emportée avec lui était tout ce qu'il voulait, tout comme il l'avait fait en venant ici.

« Dis-moi... »

Lentement les yeux d'Eiji se fermèrent. Protection ou bien simple repos de l'esprit alors qu'il laissait le temps à la jeune femme de prendre sa dernière décision. Celle de lui dire, ou non, ce que cette lettre avait révélée. Ce qu'elle voulait savoir sûrement aussi. Parce qu'une parole de la jeune femme n'est jamais prononcée pour rien. Parce qu'il y a souvent plus derrière que de simples mots et qu'ils sont tous les deux incapables de l'exprimer mieux. Ou de l'exprimer tout court. Ou bien, parce qu'ils n'en ont pas besoin et que ce qui reste suspendu dans le silence est sûrement plus important que le reste.  

Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3163-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2777-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom https://www.historia-pactum.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Kaneko MasaakiHistoria PactumKaneko Masaaki
Phoenix
Exp : 29678
Points de vie (HP) : 4700
Baguette : 15.37cm, bois de Cerisier du Japon et crin de Kelpy. Elle est plutôt rigide et fine.
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Âge IRL : 29
Célébrité : Yoon So-yi
Parchemins : 1307
J'aime : 155
Date d'inscription : 21/12/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptySam 28 Sep - 22:13

Masaaki
Kaneko

Kurotchkine
Eiji

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.
Un soupire échappe à Kaneko quand le silence est brisé par son cousin après quelques minutes simple, à partager une étreinte qui aura un effet apaisant tant pour l’un que pour l’autre malgré la teneur de leurs conversations qui n’a peut-être rien de vraiment calme. Elle prend alors encore quelque instant simplement pour continuer à inspirer profondément, le nez enfouis dans les vêtements d’Eiji, les yeux clos parce qu’avec lui elle n’a pas besoin d’être toujours alerte ou attentive. Les liens du sang son sacré chez eux, dans leurs trios encore plus. Les occidentaux ont bien des mots pour qualifier leurs relations, aucun qu’eux n’ont l’habitude d’utiliser ou le besoin de prononcer, jamais. Parce que finalement ce sont des choses, des sentiments qui n’existe ou ne devrait pas exister chez eux. Mais qui les animes quand même. C’est ce qui les rend humain aussi et pas seulement assassin qu’ils sont. C’est dans la pudeur d’ailleurs qu’ils l’expriment le mieux, dans le silence aussi ou le simple partage d’un regard, de quelques gestes discrets. Le service d’un thé, une prise sur un poignet au moment opportuns. Acte discret qui pour beaucoup ici n’ont aucune signification. Et pourtant, ne dit-on pas, même dans cette contré étrange, que tout est dans le détail ? Comme cette simple main poser sur la hanche de la Nipponne. Ou ce repos au creux de ses bras qui n’a rien d’anormal entre cousin et cousine. Sauf quand on était eux.

Après plusieurs minutes encore comme ça cependant, Kaneko se redresse et reprend sa place contre le mur. Elle se pince les lèvres quand sa main glisse à l’intérieur de son vêtement et en sort trois rouleaux de parchemin dont les sceaux ont été ouvert. Lettre qui lui avait été adressée un peu plus tôt. Qui l’avait assailli de quelques émotions qui n’aurait pas due exister et qui pourtant l’avait perturbée l’espace de quelques instants. Elle n’en tendra qu’une cependant, de ses missives, à son cousin. La seule finalement qui a réellement de l’importance et résumera les nouvelles reçues par la jeune femme de chez elle. Celle de son père Akihito. Car reporter les mots d’un autres ne sont pas forcément quelque chose qu’elle apprécie de faire, préférant lui montrer directement. Celle-ci est aussi la plus récente, celle qu’elle a reçue aujourd’hui même aux premières lueurs du jours. Qui aura suivis un repas. Elle laisse les trois rouleaux poser entre eux, mettant la plus importante sur les deux autre comme une pyramide qui parlerais d’elle-même.

Puis elle se relève doucement pour rejoindre la petite kitchenette qui ne comporte qu’un petit réfrigérateur sous l’évier et les deux plaques de cuisson avec un placard à sa gauche contre le mur. S’agenouillant elle sort de ce même placard une théière et deux petits bols pour mettre de l’eau à bouillir et préparer un thé qu’elle aura ramenée de l’île, reposant dans un petit écrin de métal dans un autre placard à double porte suspendu au-dessus du meuble devant lequel elle se tiens. Des gestes rapides, des gestes précis et maîtrisée qu’elle maîtrise depuis bien longtemps. Puis elle revient vers lui, s’assois en tailleurs cette fois pour lui faire face, plaçant le petit plateau entre eux sur lequel repose les deux petits bols et la théière dont la fumée s’échappe avec volupté. Elle leurs sert le thé de manière traditionnelle avant d’ouvrir une autre petite boite de friandise.

- Ce sont celle préparer par Iwao.

Elle prend son petit bol entre ses mains et le porte à ses lèvres, croisant enfin le regard d’Eiji, comme pour y lire les pensées, les réflexions aussi. Mais tout ce qu’elle voit pour le moment c’est l’usure, la fatigue. Ce qui lui arrachera un nouveau soupire silencieux qu’on ne remarquera que par le léger soulèvement de ses épaules.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3401-kaneko-masaaki#53058 https://www.historia-pactum.com/t3449-kaneko-masaaki-o-maj-le-24-04-2019#54857 https://www.historia-pactum.com/t3450-kaneko-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3659-kaneko-masaaki-o-dirico-nom#56166 https://www.historia-pactum.com/t3451-kaneko-masaaki-3-3-libres
Eiji N. K. MasaakiHistoria PactumEiji N. K. Masaaki
Eiji
Exp : 31442
Points de vie (HP) : 5150
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 2201
J'aime : 391
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyDim 24 Nov - 0:36

08.03.2024 - Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.

Ça semble étrange, non ? Que ces rouleaux de parchemins posés sur la table lui semblent si lourds. Que le simple fait de savoir sans même les lire ce qu'ils devraient contenir, augmente le poids qu'il porte sur son cœur et sur ses épaules. Il s'est effondra là-bas, est-ce qu'il va s'effondrer ici aussi ? Montrer tout ce qu'il y a à montrer sans essayer de se raccrocher aux branches comme il l'a tant de fois fait par le passé ?
Est-ce que ça ne serait pas mieux que de garder les yeux fermés et de n'imaginer que les mouvements du corps de sa cousine depuis qu'elle s'est redressée ? Depuis qu'il ne sent plus le poids de sa tête sur ses genoux, qu'il ne sent plus la chaleur de sa hanche contre ses doigts au travers du tissu ? Ne serait-ce pas mieux, une nouvelle fois, d'arrêter le temps ? De retourner sur cette île qui l'a vu naître et de ne plus considérer le monde autour ?

Sûrement... Peut-être... Certainement.

Au fond, il n'est rentré que pour ramener la femme qu'il doit protéger n'est-ce pas ? Est-ce que se dire ça va masquer le reste ? Va lui permettre de maintenir la façade face à sa cousine ? Ou bien n'aurait-il pas dû venir ? Ne jamais venir pour ne pas être mis à nu en quelques coups d’œil ?
Eiji aura un soupir léger quand il sentira le matelas reprendre sa forme initiale lorsque Kaneko se lèvera pour faire quelques pas. Il lui faudra encore quelques secondes pour ouvrir les yeux une nouvelle fois et approcher ses doigts des parchemins. En tracer les contours avant de prendre le rouleau posé au-dessus des autres et l'ouvrir. Quelques secondes pour parcourir les caractères alignés les uns à la suite des autres et en découvrir autant le sens premier que le sens caché.

Si il avait eu plus de force où une autre personnalité, il aurait peut-être rit l'espace de quelques secondes. Un rire qui aurait sonné faux, qui aurait donné l'impression qu'un grain de folie s'insinuait en lui. Pourtant il n'aura aucune réaction en laissant retomber son bras contre le long de son corps, en laissant le parchemin glisser sur le futon comme si il n'était rien. Fatigue et lassitude que de devoir toujours tout surveiller et de ne pas arriver à s'en détacher. Fatiguant que c'était que de s'infliger soit-même plus de choses encore et encore.

Fatiguant... Et la tête se baissera enfin, laissant une cascade de cheveux entourer un visage bien pâle et qui malgré la chaleur du petit appartement semble perdre de ses couleurs.
Les mots, des mots. Ils en connaissent les dangers. Ils savent aussi quel est l'adage du clan, celui qu'on leur répète depuis tant d'années. Celui qu'il est certain d'entendre si il commence à parler, à se laisser aller. A quitter une carapace qui n'aurait pas dû être fissurée. Finalement, n'aurait-il pas dû boire tout simplement ? Boire autre chose que du thé pour oublier, pour ne pas se souvenir d’événements précis qui impacteront l'avenir à un moment certain.

Planifier, étudier, analyser pour quoi au final ? Pour se laisser tomber dans un travers qui ne devait pas exister. Pour y tomber les deux pieds dedans et s'y sentir bien pendant un temps et si mal le moment suivant.
Pourquoi il s'effrite encore, pourquoi il se casse encore. Il a déjà tout réparé là-bas, en sortant de cette salle de bain. En quittant l'île et son parfum. Il a tout réparé. Il a tout accepté. Mais ça danse et ça revient et finalement, c'est encore plus pesant qu'avant. Il l'avait dit, non ? Qu'il ne voulait pas être le chef. Qu'il voulait que ce soit elle, parce qu'elle était la plus stable malgré les apparences. Parce que ça n'avait jamais été lui, ni maintenant... Ni avant...

Et puis, pourquoi est-ce qu'il avait envie de crier maintenant ? Envie qu'on l'aide. Qu'on tire l'épine où qu'on la place de telle façon qu'elle ne soit plus un poids. Un nouveau poids...
Fatigue, lassitude et inconfort. Il y en a bien trop encore. Trop de choses qui tournes, qui vibres et qu'il garde au fond de lui.
De l'aide ? Ou de l'apaisement, il est venu chercher quoi, ici, finalement ? 

Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3163-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2777-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom https://www.historia-pactum.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Kaneko MasaakiHistoria PactumKaneko Masaaki
Phoenix
Exp : 29678
Points de vie (HP) : 4700
Baguette : 15.37cm, bois de Cerisier du Japon et crin de Kelpy. Elle est plutôt rigide et fine.
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Âge IRL : 29
Célébrité : Yoon So-yi
Parchemins : 1307
J'aime : 155
Date d'inscription : 21/12/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyVen 29 Nov - 12:42

Masaaki
Kaneko

Kurotchkine
Eiji

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.
À l’observé, elle aurait presque l’impression qu’il à vieillit. Elle voit une ride se creusé entre ses sourcils, peau habituellement si lisse qui commence à être marquer par la vie et le poids qui repose sur ses épaules. Tant de fatigue, tant de chose qu’on peut lire sur ses traits. Qu’on ne voit jamais, qu’il cache comme eux, comme elle. Des choses qui n’existes pas, qui ne sont pas censé existés. Des choses qui font d’eux des êtres à demi-vivant seulement. Car finalement, quand le cœur c’est arrêté dès l’enfance et que les Hommes agissent sans émotions, que leurs restent-ils ? Du vent sans doute, des ombres. Des ombres, c’est ce qu’ils sont, ce qu’ils ont appris à être. C’est à la fois une malédiction et un salut sans doute. Et une fois quitté le confort de leurs cocons, leurs îles. C’est toute la fondation de leurs éducations qui se vois ébranlé par l’extérieur et ses déviances.

La fatigue, tant de fatigue. Et la lassitude aussi qui se lis sur ses traits et serre le cœur de Kaneko qui se pince les lèvres. Ils mentent depuis tant d’année maintenant que même eux ont fini par croire à leurs mensonges. Leur cœur n’a jamais vraiment cessé de battre, il à toujours continuer au moins un peu. Pour eux. Pour eux trois ou pour son père à elle, juste un peu. Même si on l’a carapaçonnée de faux semblant, entouré d’un mur de glace. Ne rien ressentir, s’éteindre ils savent faire. Ils peuvent le faire, seulement parce qu’ils ont appris à ne rien voir chez les autres, les autres eux qui ne sont pas du clan. Qui ne sont pas eux. Convaincue que ce n’était pas de l’amquoi ?!, pas ce sentiment si inutile, si puéril. C’est « autre chose ».

Pourtant en cet instant, elle aimerait pouvoir le serrer contre elle, si fort. Lui chuchoter que tout ira bien comme l’aurais fait une mère ou une grande sœur. Lui dire qu’il n’a rien fait de mal finalement, même si pour eux il à commis une faute qui ne pardonne pas. Celle qui mène à la mort. Celle qu’ils craignent et qui s’inscrit même dans l’adage de leurs clans. Beaucoup auraient pris ses mots aux premiers degrés, mais quand on sait véritablement lire et comprendre le sens des mots alors ont le vois, le voile fin qui masque la réalité. Des mots qui forment tant de maux pour eux qui n’ont jamais su s’embarrassée de plus qu’il ne fallait. A l’exception d’Iwao peut-être. Chose que Kaneko aura toujours admiré chez son frère autant qu’elle le trouve agaçant.

Son corps se soulèvera finalement du futon quand la tasse ira se reposer sur le petit plateau. C’est sur ses genoux que son dos se courbera pour entourer Eiji de ses bras et le serrée contre elle, contre sa poitrine. Il entendra les pulsations et les ratés, car le voir lui aussi fissuré ça réveil une certaine douleur. Elle aussi calme que l’eau qui dors et qui pourtant pourrais se révélée aussi violente que la tempête qui emporte les navires au creux de la nuit. Et elle restera comme ça, l’entourant de ses bras comme dans un cocon pour le protéger lui. Son visage à elle ira se nicher dans son cou juste un instant. Celui pour lequel il est peut-être venu.

Parce qu’elle veut qu’il relève la tête. Parce qu’elle n’a pas de jugement pour lui et qu’elle n’en aura jamais. Parce qu’elle est Kaneko et qu’il est Eiji.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3401-kaneko-masaaki#53058 https://www.historia-pactum.com/t3449-kaneko-masaaki-o-maj-le-24-04-2019#54857 https://www.historia-pactum.com/t3450-kaneko-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3659-kaneko-masaaki-o-dirico-nom#56166 https://www.historia-pactum.com/t3451-kaneko-masaaki-3-3-libres
Le choixpeau magiqueHistoria PactumLe choixpeau magique
Maitre du jeu
Exp : 971
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : les chapeau n'ont pas de baguette
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko 3267122442_1_3_oMmgz4Wk
Célébrité : Le choixpeau magique
Parchemins : 5035
J'aime : 111
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyVen 3 Jan - 16:50




/!\ Attention /!\



Ce RP n’a pas reçue de réponse depuis 1 mois ou plus ! Il sera archivé et donc annulé d’ici le 31.01.2020 sans réponse de votre part !










Revenir en haut Aller en bas
Eiji N. K. MasaakiHistoria PactumEiji N. K. Masaaki
Eiji
Exp : 31442
Points de vie (HP) : 5150
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 2201
J'aime : 391
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyLun 6 Jan - 22:03

08.03.2024 - Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.

'Couvre mes yeux, couvre mes oreilles, dis moi que ces mots ne sont que mensonges et qu'ils n'ont jamais existé.'

Dit, Kaneko, est-ce qu'on peut revenir dans le passé ? Où est-ce que c'est trop lâche ? Est-ce qu'on peut continuer comme on est maintenant et avoir la certitude que ça n'aura aucun impact sur nos activités ? Sur nos tâches, sur les devoirs qu'on s'est imposés ou qu'on se voit imposer ? Dit, Neko, c'est possible ça ? De retourner à ce moment où nous étions de simples enfants ? A celui où toutes ces questions n'avaient pas lieu d'être ? A ce moment avant, avant qu'on nous façonne à l'image des anciens et qu'on se perde dans l'enchevêtrement de fils tissés par le destin.

Ce n'était pas possible. Et peut-être était-ce la seule chose dont il était certain pour le moment. Ce n'était pas possible. On ne revenait pas en arrière, il s'interdisait d'ailleurs souvent de penser à ce qu'il y avait derrière lui. Parce que la route qu'ils devaient tous prendre, elle était devant et qu'il devait montrer le chemin maintenant. Perdu entre deux mondes et deux réalités qui ne peuvent pas vraiment coexister, il a cette désagréable impression de tomber un peu plus profondément dans ce que le commun des mortels appellerait la dépression. De vivre une sorte d'angoisse permanente qui ne devrait pas exister. Parce qu'être eux, c'est ne pas avoir à se poser ouvertement ce genre de question, c'est être capable d'en faire abstraction et se concentrer sur d'autres faits, plus réels, plus utiles aussi. Et qui mieux que sa tendre cousine pour le savoir ?
Savoir qu'on ne peut tuer avec trop de cœur, qu'on ne peut vivre en supportant un trop plein de sang versé et que s'ouvrir ça reste le début de la fin. Ce moment où on se pose des questions et où on se trompe parfois trop de chemin. Il allait devoir faire avec pourtant n'est-ce pas ?

Alors que le corps de Kaneko se rapprochait du sien pour venir l'enlacer, Eiji eu un profond soupir. Un soupire qui cachait peut-être une douleur plus profonde que le simple fait d'avoir des sentiments pour quelqu'un qui n'était pas de son sang. Un soupir qui lui fit plus mal qu'il ne le soulagea alors qu'il passait une main le long du dos de la jeune femme, agrippant à un pan de son Kimono. L'autre main elle, resta comme morte sur ce futon. Comme si le mouvement avait été suspendu dans le temps. Comme si il était incapable de faire tout autre mouvement.

« Reste avec moi...Aide moi. »

Il n'allait pas y arriver tout seul. Il n'allait plus y arriver tout seul. Il ne pourrait pas tout gérer tout seul. Encore moins loin de l'île, encore moins maintenant. Il n'y arriverait pas. Il y avait trop d'autres choses à gérer en plus des Gaunt, de ses sentiments naissants, des histoires internes au clan. Il y avait trop. Et bientôt, avec ce qu'il s'était passé au Japon, il y aurait plus encore.
Même si il avouait avoir réellement besoin d'elle, ne pas se sentir capable ou à la hauteur de la tâche qu'on lui avait confié, ça restait une faiblesse qu'il ne pourrait plus jamais avouer. Il savait, au fond, qu'elle l'aidait déjà beaucoup ; qu'elle l'aiderait toujours. Est-ce que plus, elle accepterait ? D'être lui sans l'être dans ces moments où il ne peut pas l'être ? Le temps de voir ce que demain réserve, de voir si le temps fige l'homme qu'il est où si il va devenir autre chose, être quelqu'un d'autre et apprendre à respirer à nouveau normalement ?

La main dans le dos de la jeune femme raffermi lentement sa prise alors qu'un sourire éteint glissait sur son visage. Une grimace sur son visage qui n'avait rien à voir avec de l'apaisement où de la joie. Après plusieurs minutes passées ainsi, il desserra son emprise sur le dos de la jeune femme jusqu'à venir poser sa main sur son épaule et éloigner leurs corps de quelques centimètres. Les yeux perdus dans ceux de sa cousine, sa mâchoire se crispa doucement avant qu'une moue plus sincère que toutes celles dont il était capable vienne se poser sur son visage. Un nouvel échange silencieux, un remerciement peut-être et il alla déposer un léger baiser sur le front de la jeune femme avant d'en revenir à la table basse, son thé et ses pâtisseries. Comme pour effacer cette nouvelle trace d'une faiblesse qu'il ne devrait plus se permettre. Au fond, pour ce clan, il n'est plus homme n'est-ce pas ? Il est au-dessus de ça et dire que lui se trouve tellement en-dessous de tout ça...

Un soupire, moins opprimant peut-être, vient se frayer un nouveau chemin avant qu'il n'aille poser ses doigts sur la tasse de thé encore fumante.

Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3163-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2777-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom https://www.historia-pactum.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Kaneko MasaakiHistoria PactumKaneko Masaaki
Phoenix
Exp : 29678
Points de vie (HP) : 4700
Baguette : 15.37cm, bois de Cerisier du Japon et crin de Kelpy. Elle est plutôt rigide et fine.
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Âge IRL : 29
Célébrité : Yoon So-yi
Parchemins : 1307
J'aime : 155
Date d'inscription : 21/12/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyJeu 9 Jan - 17:02

Masaaki
Kaneko

Kurotchkine
Eiji

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.
Est-ce qu’elle avait vraiment besoin de le lui dire ? Qu’elle serait là, toujours. Comme elle l’avait toujours été. Qu’elle le choisirait toujours lui, plutôt que qui que se soit d’autre. Qu’elle était capable de le choisir lui plutôt que son propre frère, que son propre père. Parce que lui, représentait bien plus qu’un simple cousin, bien plus qu’un compagnon d’arme, bien plus qu’un frère ou qu’une union impossible dont elle avait rêvé sans jamais l’assumée réellement. Il était aussi le cœur de leurs clans, le maillons qui tenait toute la chaîne. Celui qui avait été choisi et qui, bien qu’animé de tant de doute, sous estimais sa propre capacité. Kaneko en était convaincue, de part le profond respect qu’elle avait toujours eu pour lui. Surement aussi parce que quelque part les sentiments, aussi caché et peu exploité soit-il, lui dictais aussi qu’un cœur, même supposément mort, influence parfois l’esprit.

Ça lui fait mal de le voir comme ça, elle en souffre, physiquement et mentalement. Mais pour lui, elle ne montre rien de plus qu’un soutiens sans faille et sans limite, comme elle l’a toujours fait, comme elle le fera toujours.

Alors elle n’avait rien dit, les mots n’était pas nécessaire. Il aurait sans doute été de trop de toute manière. Non elle avait plutôt raffermi sa prise, serrer encore d’avantage le corps d’Eiji contre le sien tout en nichant son nez au creux de son cou. Respirant calmement comme pour l’apaiser de sa simple respiration. Et doucement, sa main avait commencé à tapoter son dos. Geste péjoratif pour les occidentaux qui avait une toute autre interprétation chez eux. Qui avait une forte symbolique aussi. Tout comme se simple échange, qui bien que normal pour eux, les autres, pouvais être difficile pour elle, pour lui. Pourtant elle le voulait, être sa canne, celle qui l’aiderais toujours à avancer, à gravir les montagnes et surmonté les obstacles. A avancée toujours vers les portes du destin sans jamais avoir à se retourner. A continuer leurs quêtes, leurs missions. Ce pourquoi ils avaient décider de quitter l’île, ce pourquoi ils se battais férocement.

Après quelques instants encore, quelques instants à se serrer toujours plus fort alors que les battements du cœur contrastent avec le calme de sa respiration, Kaneko laisse Eiji les séparer, le temps d’un regard. De quelques mots silencieux qui s’échangent et lui réponde aussi en un sens. Ils se réinstallerons l’un et l’autre devant leurs petites tasses de thé respective, humant l’odeur qui s’échappe du récipient et apaise un peu plus l’esprit alors que la jeune femme se lèvera pour mieux s’accroupir un peu plus loin et sortir une boite en bois assez longue et pas si épaisse qu’elle amènera avec elle sur le futon ou elle se réinstallera en position du lotus. Laissant découvrir à l’intérieur de l’écrin un présent que son cousin lui aura fait pour « Noël » une autre fête occidental dont les coutumes lui sont étrangère mais qu’elle à accepter d’observer.

Sortant le long instrument de musique, presque ressemblant à une guitare, elle poussa sa boite sur le sol pour libéré la place sur ses genoux, installant l’instrument et prenant position, mains délicates qui viennent petit à petit caresser les cordes pour laisser la musique s’élever, filé dans les airs et bercée l’instant autour du partage d’une tasse de thé qui se veux apaisante, rassurante aussi.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3401-kaneko-masaaki#53058 https://www.historia-pactum.com/t3449-kaneko-masaaki-o-maj-le-24-04-2019#54857 https://www.historia-pactum.com/t3450-kaneko-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3659-kaneko-masaaki-o-dirico-nom#56166 https://www.historia-pactum.com/t3451-kaneko-masaaki-3-3-libres
Eiji N. K. MasaakiHistoria PactumEiji N. K. Masaaki
Eiji
Exp : 31442
Points de vie (HP) : 5150
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 2201
J'aime : 391
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptyVen 10 Jan - 23:53

08.03.2024 - Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.

Le son de fines cordes que l'on pince entre des doigts agiles. Cette musique qui s'élève dans un silence qu'ils ont pour habitude de maintenir entre eux. Même si, à leurs yeux, ils se disent sûrement plus de choses dans ces instants que ce qu'on pourrait s'imaginer. Même si les autres, ceux qui ne sont pas eux, ne pourrons jamais le comprendre. Ils ne pourront pas savoir a quel point cette musique est apaisante. Ce qu'elle véhicule à travers l'air...
Comme si la mélodie appelait au souvenir. A une époque où tout était plus simple et où les sensations ressenties par des cœurs éteints semblaient normales. Normales...

Normal que de tuer un homme de sang froid en le regardant dans les yeux. Normal de n'avoir que peu d'intérêt pour ceux qui n'étaient qu'étrangers à leurs yeux. Normal que de se dire qu'on ne ressentait rien et de s'en convaincre en un tournemain. Normal aussi que de démontrer sa tristesse comme on démontrait sa joie, dans le marbre de visages qui ne souriaient que peu, qui ne savaient plus pleurer et qui ne véhiculaient plus grand chose d'autre que de l'impassibilité. Normal, au final, d'être une âme errante qui se cherche un but et le trouve au creux des siens.
Cet air qu'elle jouait, cousine vénéré et hisser sur un piédestal dont il ne la ferait pas descendre, lui donnait l'impression de revenir des mois, des années en arrière. Quand tout était logique, quand tout était simple. Il avait l'impression de revoir cette île qu'ils parcouraient ensembles et dont il connaissaient chacun des secrets. Il voyait ces salles d'archives qu'il voulait explorer plus jeune. Puis les autels qui étaient venus se dresser près du Temple, jusqu'au mois de Juin dernier. Même ça, au final, c'était rassurant. Même si ça révélait autre chose au final.

Quelque chose qui signifiait qu'avant, ce n'était plus maintenant. Lâcher des mots qu'il n'aurait jamais pensé dire avait été plus rude pour lui qu'un coup de massue, qu'une lame s'enfonçant dans la chaire et pourtant, en présence de Kassie, la douleur s'était insinuée. Sauf qu'elle n'était plus là à présent et qu'il devait se faire face de lui-même. Étrangement, maintenant, c'était bien plus compliqué, si compliqué qu'il en ferma les yeux. Comme pour retracer, au son du Shamisen, tout ce que ça pourrait engendrer.
Il ne su trop combien de temps il resta ainsi, la tasse de thé entre ses doigts et les yeux légèrement fermés alors que sa tête se baissait lentement pour mieux profiter du cadeau offert par Kaneko. Il ne su combien de temps elle joua avant qu'il ne se détende enfin. Qu'il ait cette sensation que le monde ne s'écroulait plus vraiment autour de lui et qu'il pourrait toujours faire un pas en avant. Des pas peut-être différent mais dans le sillage desquels sa cousine se trouverait. Elle si douce, elle si simple, elle qui servait de pilier dans son monde. Au même titre, sûrement, que Iwao même si ce qu'il développait pour elle était bien différent. Quelque chose qu'on ne dit pas et qu'on ne dira jamais. Parce que c'est ainsi, qu'ils sont ainsi. Parce que cette relation va au-delà de la simple cousinade mais qu'elle ne sera jamais plus non plus. Parce qu'il faut un équilibre en toute chose et qu'il perd déjà assez le sien comme ça. Parce que c'est Elle aussi peut-être et qu'il ne pourra pas la perdre si ils en reste là ; en équilibre sur ce fil tracé par le destin.

Et tout comme le monde semble tourner au ralenti, il déposera sa tasse avec douceur sur la petite table basse. Relèvera enfin les yeux pour observer le visage de la jeune femme avant de laisser un demi-sourire apparaître sur ses traits fatigués. C'est pour ça qu'il est venu après tout, pour accepter une évidence et la laisser filer. Pour retirer un peu de ce poids qu'il prend sur ses épaules ; ces poids qui s'accumulent lentement depuis des mois parce qu'il ne délègue pas assez. Ou bien parce qu'il a trop à penser. Lui, pas si certain que ça d'être à la juste place dans l'organisation du Clan. Et pourtant, il n'a pas le choix maintenant. Pas plus qu'il ne peut se laisser glisser le long de cette nouvelle bandelette de destinée.

Il aura un soupir, sûrement. Celui de l'acceptation avant de se laisser glisser contre le futon, d'étendre son corps pour mieux fixer quelques instants le plafond. Sa main viendra certainement joué sur un bout du vêtement de Kaneko, elle y est même certainement déjà, alors que ses yeux papillonne. Que la musique le réchauffe de l'intérieur jusqu'à ce qu'il ferme les yeux et qu'il se laisse aller. En confiance sûrement, lui qui ne dort quasiment jamais. Sauf ici, sauf avec elle et dans tous ces endroits où il sait qu'elle est là. C'est étrange, n'est-ce pas ? Ou pas tant que ça... C'est son pouvoir à elle, celui qu'elle a sur lui et qu'il partage volontiers avec son cousin quand il est dans les parages. Même si à trois, ça reste différent, légèrement. Une nuance de gris parmi tant d'autres dans ce monde où les chemins sont tous dessinés en noir ou blanc.

Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3163-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2777-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom https://www.historia-pactum.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Kaneko MasaakiHistoria PactumKaneko Masaaki
Phoenix
Exp : 29678
Points de vie (HP) : 4700
Baguette : 15.37cm, bois de Cerisier du Japon et crin de Kelpy. Elle est plutôt rigide et fine.
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Âge IRL : 29
Célébrité : Yoon So-yi
Parchemins : 1307
J'aime : 155
Date d'inscription : 21/12/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptySam 25 Jan - 0:06

Masaaki
Kaneko

Kurotchkine
Eiji

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.
La musique s’élève dans l’air, les notes rappellent petit à petit d’autres lieux, d’autres contrés. D’autre histoires aussi. L’histoire d’un clan, l’histoire d’une famille. L’histoire d’une cousinade qui aura traversé les âges ensembles. De l’enfance à l’âge adulte. Elle appellera aussi aux années à venir et à tous ce que le symbole que chacun d’eux porte à leur poitrine représente. Ce ne sont pas des sentiments que forme les notes assemblées par la Japonaise, c’est une histoire. Leur histoire et leur souvenir commun. Une identité qu’on leurs à forger bien avant la naissance. Une identité qui perdurerait à travers les âges et bien après leurs morts. Parce que finalement il ne s’appartenait pas, ou pas vraiment. Il ne ce n’était jamais appartenue et Kaneko n’avait jamais remis en question cet état de fait, contrairement par exemple à son frère qu’elle avait bien faillit appeler traitre. Mais qui n’en était pas un. Contrairement à l’autre, le déserteur, celui qu’elle ne pardonnerait jamais d’être partis. C’est à lui aussi qu’elle pense quand ses doigts pincent un peu trop fort la corde, rendant la note qui devait se jouer trop aigüe, bien qu’elle arrive à la fondre dans la mélodie au moment où elle referme les yeux pour poursuivre et concentré ses pensées au cœur de ses souvenirs. Souvenirs de paysage lointain, d’odeur qui ne seront jamais oubliés et de visage qui sont gravée quelque part, en elle. En lui, en eux.

Elle sent la main de son cousin contre le pan de son vêtement, mais elle ne le voit plus. Plus à travers ses yeux mais uniquement à travers des sensations. La musique vibre, s’éternise encore un instant, un long instant. Suffisamment pour dissipée les doutes, les questions et les égarements d’un chef de clan qui doute bien trop de lui-même. Elle ne l’a pas jugé de ses déviances, ne le jugera jamais. N’était-elle pas elle-même loin d’être à l’abris de vivre un jour une situation similaire après tout ? Bien que son habit de perfection laissât entendre le contraire, Kaneko sous ses vêtements de glace restait humaine après tout.

La musique s’arrête, l’instrument est ranger avec grand soin dans son écrin de geste rapide et délicat. Les yeux de Kaneko vont se poser sur Eiji, si fatigué, si las et pourtant à l’air déjà plus apaisée qu’au moment où elle l’avait retrouvé. C’était là son rôle, celui d’être toujours là pour l’aider à avancer. Qu’il sache qu’il pouvait se reposer sur elle. Elle se lèvera doucement pour aller chercher un petit sachet de velours dans un autre écrin de bois qu’elle amènera près du futon avant de se mettre à genoux au côté de la silhouette étendu de l’homme, commencera petit à petit à ouvrir la boite et découvrir l’intérieur du sachet de soie et les aiguilles qui y reposent. Une invitation comme une autre, dans un silence presque parfait à se laisser faire. Elle approchera ses main, douce et pourtant parfois hésitante pour ôter les nœud et l’inviter à se tourner, découvrir un dos qui déjà montre nombre traces des année. Kaneko lui offrira un peu plus de temps, de douceur aussi. Par un massage mêlant l’acupuncture à quelques techniques de leurs ancêtres, une danse manuelle qui durera et s’étendra encore jusqu’à ce que chaque nœud soit dénoué, chaque muscle plus détendu, chaque nerf relâchée. Du moins c’est ce qu’elle veut, ce qu’elle voudrait (mais c’est sans compter le probable appel d’Iwao en plein milieu). Pas un mot n’est nécessaire quand elle s’affaire à la tâche, une sorte d’habitude ou de rituel quand il vient ici que de prendre soin de ce corps, celui qui abrite l’âme d’un cousin, d’un frère et d’un chef.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3401-kaneko-masaaki#53058 https://www.historia-pactum.com/t3449-kaneko-masaaki-o-maj-le-24-04-2019#54857 https://www.historia-pactum.com/t3450-kaneko-masaaki https://www.historia-pactum.com/t3659-kaneko-masaaki-o-dirico-nom#56166 https://www.historia-pactum.com/t3451-kaneko-masaaki-3-3-libres
Eiji N. K. MasaakiHistoria PactumEiji N. K. Masaaki
Eiji
Exp : 31442
Points de vie (HP) : 5150
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Giphy
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 2201
J'aime : 391
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko EmptySam 25 Jan - 1:40

08.03.2024 - Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true.

Apprendre à respirer de nouveau, à se sentir mieux si ce n'est bien. A être apaisé par des sons qui éveillent mémoire et souvenirs. D'ordinaire, il le dit lui-même, il ne vit pas dans le passé. Il préfère l'oublier et aller de l'avant, sauf si ça concerne son Clan, ces serpents qui sont sa famille et la raison qui les fait tous avancer. Parce que malgré les routes empruntées, on en revient toujours au même point et c'est sûrement pour ça que c'est si compliqué d'être eux. De vivre comme eux. Et la différence entre les cultures en est d'autant plus exacerbée quand ils ne sont plus chez eux, dans ce lieu. Celui qui leur vaudrait mille mort comme ils lui donnerait leurs mille et une vie. Et ce devait être toujours ainsi.
Peut-être que lui, était plus habitué à cet extérieur. Après tout, n'avait-il pas étudié parmi les occidentaux ? Mais l'habitude n'a jamais rendu vraiment plus fort, elle aurait même plutôt tendance à rendre plus mou, plus vulnérable. Comme si le socle de la stabilité avait tendance à s'effacer. Pourtant, en cet instant, il la sentait bien loin cette pensée. Lui qui dérivait plutôt sur la mer aux embruns glacés, qui volait sur ces vents salés en repeignant les contours d'une île au soleil si froid qu'il en devenait presque brûlant. Son cœur à lui, le cœur pour tous. Et ça resterait toujours ainsi.

Alors oui, il s'éloigne, son esprit cesse de tourner en rond comme un poisson coincé dans un bocal d'épines. Les traits de son visage en viennent à se détendre lentement tout comme ses épaules qui semblent peser moins lourd. Pourtant ça ne durera que quelques instants, de longue minute pendant qu'il imagine une Flûte du Dragon accompagner le Shamisen. Il aurait peut-être du emporter celle de sa mère finalement mais... Non. Un souvenir resterait un souvenir, une partie d'un être qui ne faisait surface qu'une fois la nuit tombée et dans la solitude d'un ciel étoilé. Si tôt que la musique cessa de dessiner les contours de leurs vies qu'il se tendit à nouveau, c'était imperceptible sûrement mais bien présent. Comme si le silence de l'Occident faisait remonter à la surface des idées qu'il avait pu laisser s'envoler. Comme une angoisse tenace qui ne fut apaisée que par la présence de Kaneko à ses côtés. Son amie, sa sœur, sa cousine et peut-être bien sa mère aussi. Un tout.

Lorsqu'il sentit ses mains approcher du tissus fermé, il sembla comprendre sans avoir besoin d'ouvrir les yeux. C'était une sensation connue, celle de s'apprêter à recevoir ce qu'il était sans doute venu chercher. Un moment d'oubli juste pour lui et pour elle. Quelque chose qu'ils pouvaient partager sans ressentir la gène d'une semi-nudité. Parce que ça n'avait pas cours entre eux, parce que ça n'existait pas alors qu'il se tournait lentement, plaçait sa tête au creux de ses bras pour mieux dévoiler son dos. Ses mains sur lui, aussi habiles qu'elles étaient précises et le mélange entre la sensation de ses doigts et les aiguilles le fit bientôt soupirer. Un nœud qui saute et qui se détend, comme si il n'avait jamais existé ; cette sensation que le mal ancré à l'intérieur pouvait s'échapper, glisser par les pointes médicinales et s'évaporer dans l'air. Assez pour que ses yeux ne se rouvre pas, qu'ils ne se rouvrent plus. Qu'il reste comme ça, dans ce silence qui leur allait si bien, juste pour profiter des bienfaits. Juste pour ce souvenir que des aiguilles n'étaient pas bonnes qu'à tuer où incapacité. Juste un moment, quelques instants ; pour être vide. Se sentir vide et donc totalement lui. Présent. Quelque part dans une sphère que peu de gens supporteraient d'arpenter, dans un monde où la vie côtoyait la mort. Où s'imprimer de la souffrance était la plus grande des tendances, vivre avec pour vivre mieux et continuer sa route en se traînant un passé.

Quelques minutes, plusieurs. Jusqu'à tard, jusqu'à jamais peut-être aussi... Avant qu'il ne s'endorme au rythme de ses doigts caressants, de ses mains dansantes qui dissipaient les souffrances et les cicatrices. Les physiques resteraient, parce qu'elles étaient lui ; celles du cœur et de l'esprit, peut-être, commenceraient à disparaître. Pour que le rien reprenne place dans des rêves vêtus de voiles noirs qui ne laissent pas voir la surface.

Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3163-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2777-eiji-n-kurotchkine https://www.historia-pactum.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom https://www.historia-pactum.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
MessageSujet: Re: Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko   Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Cover my eyes, cover my ears, tell me these words are a lie... It can't be true || ft. Kaneko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [[??]] True Legend [DVDRiP]uptobox
» [UPTOBOX] True Crimes [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: RP Atypiques :: Retourneur de temps-