RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.

Partagez
 

 Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Empty
MessageSujet: Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]   Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] EmptySam 2 Nov - 11:05
Peter's

Wishes
And I woke up to the beauty of the world and fell in love with a key.
23.04.2024 • De retour chez ses parents après cette jolie fête chez la belle Kassie, Peter passait ses journées affalé sur le sofa dans le petit salon où sa mère aimait peindre lorsqu’elle n’était pas occupée en ville. Elle avait pris cette habitude à Beauxbâtons et les deux amantes ne s’étaient jamais quittées. Peut-être l’amquoi ?! de Peter pour l’art et la beauté venait-elle de là ? Son visage tendre et fin se terminait en un petit nez légèrement retroussé qui lui donnait un air mutin. Une fée parmi les sorcières, son fils en était persuadé. L’odeur de la peinture fraîchement étalée sur une toile embaumait la pièce et l’enveloppait dans un cocon protecteur. Il était à la maison. Rien ne pouvait l’atteindre dans ce salon et gare à ceux ou celles qui s’y essaieraient : maman veillait ! Elle jetait des regards furtifs à sa progéniture comme la lionne protectrice et tranquille qui menaçait de bondir au moindre bruit, au plus petit froissement de hautes herbes. Le garçon se retourna dans le sofa pour changer de main : il était plongé dans une lecture fascinante. Une autre de ses théories dont il aimait garder le secret. Sa mère ne tentait jamais de faire irruption dans son petit monde ; c’était ainsi que l’on cultivait son imagination, son jardin secret, et un jardin secret bien entretenu donnait les plus belles fleurs. Son doux regard se contentait de scruter son fils avec un petit sourire sur le bout des lèvres. Elle brossait un joli portrait de son enfant et le figeait à tout jamais dans la beauté de ses dix-sept ans sans se douter une seconde qu’il cherchait justement à se préserver des effets de l’âge. Peter était raisonnablement facile à décrire : grand éphèbe à la beauté lunaire et magnétique, on aurait pu le confondre avec le fils d’une vélane. À force de courir après des légendes, l’ambitieux Serdaigle avait le sentiment de pouvoir toucher du bout des doigts ses rêves les plus fous. Bien entendu, les mythes l’avaient bien mis en garde de ne pas suivre l’exemple de Narcisse. Pourtant, il se perdait déjà dans la beauté d’autrui, s’en entourant, les caressant, les adorant jusque dans la chaleur d’un ou plusieurs lits. Il ne se refusait aucun plaisir de la vie ; elle qui ne demandait qu’à être savourée.

“Ma’ ? Je peux te poser une question ?”

Pour toute réponse, le garçon entendit sa mère fredonner une mélodie ; elle avait ce petit défaut de toujours s’inquiéter plus que de raison et de ne pas répondre directement aux questions qui lui étaient posées, comme si celles-ci n’étaient jamais vraiment dignes de son intérêt.

“J’ai besoin d’acheter une fiole en cristal un peu spéciale pour les travaux pratiques en alchimie et je me demandais si je pouvais vous emprunter quelques galions supplémentaires.”

Les MacArthur mettaient un point d’honneur à apprendre à leur fils l’art de gérer ses propres finances. Ainsi, leur progéniture avait très vite eu un accès total à son compte dans la banque la mieux gardée du monde magique. Une pension lui était versée régulièrement pour l’achat de son matériel, ses - nombreux - petits plaisirs et sa future vie. La famille avait la chance de ne manquer de rien. Et pour tout dire, le jeune homme s’était souvent demandé pourquoi en grandissant.

“L’as-tu déjà trouvée, cette fiole dont tu me parles avec engouement ?”

La lionne connaissait décidément son fils. Sans dire un mot, elle déposa son pinceau sur le petit plateau de bois où reposait la matière qu’elle étalait sans relâche puis se dirigea vers une petite boîte déposée honteusement à la vue de tous. Elle était si peu dissimulée que jamais Peter n’avait eu la bonne idée de la fouiller pour en découvrir les trésors. Et quels trésors ! Avec le petit accent français dont elle n’avait jamais complètement réussi à se passer, la mère du garçon lui intima silencieusement l’ordre de lui faire de la place sur le sofa et elle s’asseya en cachant quelque chose dans sa main : un des nombreux secrets de famille.

“Aujourd’hui, je crois que tu es assez grand pour connaître notre petit secret. Oh, nous ne sommes pas les seuls, juste parmi quelques privilégiés.”

De sa main, elle révéla enfin le contenu. Une clef. Elle était belle, finement décorée et agrémentée de petites touches dorées. Son style rococo lui rappelait la France et ses châteaux. Le regard empli de paillettes, le jeune homme ferma son livre et écoute sa mère lui parler d’une salle incroyable, d’une salle unique en son genre.

Le voilà qui était parti sur son balais pour rejoindre l’école de Poudlard. En réalité, le garçon ne souhaitait pas pénétrer dans les lieux ouverts pour les quelques élèves n’ayant pas le bonheur de pouvoir rentrer chez eux pendant les vacances. Il voulait simplement profiter du portail magique qui avait été mis en place par les directeurs et directrices des écoles européennes pour faciliter le transfert de l’une à l’autre. Peter avait lui-même l’habitude de l’emprunter pour se rendre à ses cours optionnels. Bien qu’il habitait en Écosse, terre d’accueil de Poudlard, le voyage lui prit quelques heures de vol. L’objet magique montrait quelques signes de fatigue quand il plongea en piqué jusque sur le sol rassurant de la cour carrée du château. Peter salua quelques élèves, resserra son chignon et partit déposer son balais à l’abris des regards, dans la salle commune.

En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, le garçon était redescendu et s’apprêtait à traverser le portail, une clef incroyable gardée bien en sécurité dans la poche intérieure de sa cape de sorcier. Il avait également emprunté une valise à ses parents pour pouvoir “transporter quelques affaires oubliées à l’école” (c’est en tout cas ce qu’il avait prétexté).

Un parfum de rose envahit ses narines alors qu’il apparaissait en France, à l'Académie de Beauxbâtons. Le village tant attendu se trouvait à deux pas de là. Marcher jusqu'à l’entrée de cette salle merveilleuse lui ferait faire un peu d’exercice, ce n’était pas plus mal.

Des torches s’allumèrent lorsqu’il enclencha la clef dans la serrure de la porte. Le tunnel jusqu’alors sombre s’animait comme un géant de pierre que l’on aurait réveillé. Peter jeta un œil derrière lui pour s’assurer qu’il n’avait pas été suivi, retira la clef, la plaça dans la même poche et ouvrit la porte impressionnante qui grinça pour la forme.

Il faisait noir mais on dans la pénombre Peter parvenait à distinguer des dorures impressionnantes sur tous les murs. Ils se faisaient lointains tant ils s’écartaient du seul meuble décoré d’or, lui aussi. Assis là, au centre de la pièce, se tenait un petit guéridon d’or. Suivant les conseils de sa mère, le garçon ferma les yeux et déposa sa main sur l’objet, en flatta les contours et demanda :

“J’ai besoin d’un objet qui me permettra de me déplacer sans être vu, de voir sans être pris.”

Une fiole ? Ce n’est pas tout à fait ce qu’il avait eu en tête tout du long. Les torches s’éteignirent puis se rallumèrent plus flamboyantes qu’avant. À deux pas de lui flottait une carte. En s’en approchant, Peter en lut le titre :

“La Carte du Marauder ?”

À ses côtés se tenaient une petite étiquette, gracieuse dans son vol. Peter eut à peine le temps d’en lire le contenu que celle-ci se consuma dans une tempête de paillettes dorées. Le sorcier décrocha l’objet de son socle invisible et cacha la carte dans sa cape noire et finement tissée.

Les yeux du garçon s’animèrent d’une joie à peine dissimulée. Il voulait voir, il voulait croire sa mère quand elle lui avait dit que cette salle renfermait ses plus beaux rêves et lui offrirait monts et merveilles s’il savait les demander. Rien ne lui manquait, pas même la fiole de cristal à laquelle il avait fait référence. Peter faisait parti de ces garçons gâtés sans être pourris, incapable de rêver davantage que ce qu’il détenait déjà. Faisant volte-face, le sorcier se repositionna derrière le guéridon, la main délicatement posée sur l’artefact - loin de lui l’idée de le brusquer - pour souhaiter de nouveau, les yeux fermés comme un enfant Moldu qui attendrait le Père Noël.

“Je rêve d’une maison que l’on transporte, où la chaleur règne dans le froid hivernal et qui saura me protéger des tempêtes.”

Derrière ses paupières close, le jeune homme parvient à distinguer la lumière sortir pour revenir plus éblouissante que jamais. De l’autre côté du guéridon, dans l’imposante et gigantesque ventre de pierre se trouvait une tente assez grande pour l’engloutir lui. Elle n’avait rien à envier à celles que l’on achetait sur le Chemin de Traverse : elle semblait robuste et ingénieusement conçue. Oui, mais voilà, il lui fallait la déplier s’il voulait l’emporter. Le garçon fut pris d’un fou-rire incontrôlable. Sans nulle doute, il flânerait davantage en France lorsqu’il viendrait suivre ses cours d’arts magiques ou qu’il viendrait rendre visite à ses amis. Sa mère avait raison : dans sa poche de trouvait la clef d’un trésor inimitable. Aussi tenta-t-il de dupliquer la clef dans un ultime effort avare et égoïste. L’objet lui rit au nez. Face à l’échec, le jeune homme se décida enfin à replier la tente qu’on venait généreusement de lui offrir et de l’enfourner dans sa valise. Elle était lourde, mais il ne lui fallait plus qu’à regagner Poudlard. L’antre de tissue pourrait rester dans son coffre sous son lit dans le dortoir des Serdaigle. La carte, elle, il la garderait bien au chaud pour l’étudier et en découvrir les secrets.

Le sourire aux lèvres, Peter jeta un dernier regard dans la salle qu’il reviendrait visiter très rapidement, puis laissa la porte se refermer et se verrouiller dans un bruit de magie et de gongs.
CODAGE PAR AMIANTE
IMAGES PAR ezramillerfaces & fireworkofdec


Nombre de mots : 1631 = 750x2
Objets délivrés :



  • PETITE TENTE MAGIQUE - Nv 2 - Objets Utilitaires
  • CARTE DU MARAUDEUR - Nv 2 (stock 1/2) - Objets Utilitaires
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Empty
MessageSujet: Re: Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]   Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] EmptySam 21 Déc - 16:30
Peter's

Wishes
And I woke up to the beauty of the world and fell in love with a key.
08.04.2024 • Il ne faisait pas tellement le fier à sa sortie de l’hôpital. Sa vie avait changé pour le meilleur et pour le pire. Il ne s’était pas marié ou fiancé, non. Quoique ce serment, cette allégeance avait tout d’une union, d’un mariage sacré. Il avait bu la potion et son corps avait commencé à bouillir. Il était mort pour mieux renaître. Son visage parfait, ses traits et ses yeux brillaient d’un feu auquel il devait maintenant échappé à tout prix s’il ne voulait pas que cette mort soit la dernière. Pris au piège dans une cage qu’il avait désiré plus que tout au monde, le garçon avait dû commettre l’irréparable ; il avait tué une amie et avait aspiré la vie d’une innocente. Son corps était tombé, infâme morceau de chair et d’os, sur le sol d’un tombeau qui avait, très vite, réclamé son dû. Lorsqu’il l’avait vu se relever, là, Peter n’avait reconnu qu’un corps et aucun âme. Elle s’était approchée et avait tenté de faire taire les autres ; comme si son secret ne devait pas quitté l’espace de cette tombe en Egypte. Lorsqu’il s’était éveillé dans cette chambre aux murs blancs et aux odeurs de filtres et diverses potions, le garçon n’avait pas saisi l’ampleur de son changement. Le sorcier en avait très vite, pourtant, ressenti les effets. Son estomac s’était très vite tordu, lui intimant l’ordre de se nourrir d’une nourriture qu’aucune Chocogrenouille n’aurait pu satisfaire. Une soif de gens, de plaisirs, de gémissements et de chaleur. Mais une fois étanchée, cette chaleur disparaissait à jamais des corps qu’il laissait derrière lui. Il n’en restait qu’un autre amas de chair, tout juste prêt à être ramené sous terre. Le regard des autres, auquel il était si sensible, s’avérait être une délicieuse malédiction tant il attirait ses faveurs et ses feux. Celui de quelques-uns, pourtant, révélait leur avis sur sa personne. Il transpirait de méfiance et d’incrédulité. Son petit jeu d’acteur n’avait pas suffisamment convaincu et depuis ce jour, Peter savait qu’il devait faire davantage attention. Sa position, son rêve l’avaient placé dans une situation dangereuse. Pour ce qu’il avait fait à Kassie, on le ferait sûrement payer de sa propre vie.
Pas tant qu’il pourrait respirer et réfléchir. Les MacArthur savaient sauver leur propre vie. Ils avaient ce quelque chose de survie qui avait permis à la famille de prospérer et de grandir dans le paysage écossais.

Le garçon retourna promptement à Poudlard où il put enfin se changer et se débarrasser de ces vêtements qui puaient l’innocence de son ancien lui. Le médaillon attaché autour de son cou, il sentit la chaleur de son pouvoir embraser ses poumons. Un tee-shirt noir, un pantalon écru et il était parti dans la chaleur estivale qui se profilait. Le jeune homme pressentait que quelque chose arriverait bientôt. Il lui fallait se protéger, trouver des artefacts, des magies capables de le protéger et le laisser vivre sa vie de Mage du Q-Ulte. Il n’avait pas tant et tant galéré pour obtenir sa place pour que tout s’arrête du jour au lendemain parce qu’un homme avait décidé de venger l’amour de sa vie. Merci, non merci. Le portail scintillait et offrait à sa vue le paysage qu’il s’apprêtait à rejoindre : la France, là où tout avait commencé. Le garçon n’avait pas l’intention de revenir sur les lieux du crime. Il leur préférait la chaleur et la candeur du petit village qui se juxtaposait à l’académie des sorciers français. Une rue, puis deux qu’il parcourait à grandes enjambées. Trois et puis un tournant. La salle se trouvait par-là, même mort-vivant, Peter en connaissait les secrets. Il allait entrer, y pénétrer avec un seul souhait : la protection, l’alarme. Le jeune homme pénétra dans l’imposante salle qu’une magie mystérieuse et qu’un secret protégeaient jalousement.

Là, sur son socle, reposait déjà un objet aux courbes étranges. C’était comme un cercle, une boîte ovale blanche. Il lui semblait en avoir déjà vu une semblable chez les Moldus qui vivaient près de chez ses parents. Une petite étiquette dorée y était accrochée pour répondre à chacune de ses questions.

“Capteur De Dissimulation...”, lut-il à haute voix.

Derrière, un petit descriptif lui disait comment utiliser l’artefact ensorcelé. Quiconque tentant de se cacher pour le prendre par surprise serait révélé à ses yeux par sa magie. Un sourire se dessina sur le coin de sa bouche. Avec ça, il était sûr d’être en sécurité. Remerciant silencieusement la caverne des merveilles, le jeune homme sortit aussi vite qu’il y était entré (de peur, peut-être, que l’objet ne disparaisse avec elle). Il pressa le pas jusqu’au portail pour regagner la fraîcheur estivale de son Ecosse natale. Au château, Peter gravit une à une les marches qui le menaient jusqu’à la salle commune des Serdaigle, puis jusqu’à son dortoir où l’attendait paisiblement le lit sur lequel il avait jeté les vêtements qu’il avait portés la veille. Vêtements qui, ce soir-là, finiraient dans la cheminée (encore allumée). Dans sa boîte aux trésors, Peter déposa l’objet avant de saisir sa baguette et de jeter un sort sur la malle.

“Collaporta!”, un.
“Repello Moldum!*”, puis deux.
“ Salveo Malifecia!*”, puis trois.

Il voulait bien les y voir, ceux qui tenteraient de s’emparer de son butin.
CODAGE PAR AMIANTE
IMAGES PAR ezramillerfaces & fireworkofdec


Nombre de mots : 876
Objet délivré :



  • CAPTEUR DE DISSIMULATION - Nv 2 - Objets Utilitaires
Revenir en haut Aller en bas
Albus P. W. B. DumbledoreHistoria PactumAlbus P. W. B. Dumbledore
Albus
Exp : 3588
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Source
Âge IRL : 139
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 6694
J'aime : 47
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Empty
MessageSujet: Re: Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]   Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] EmptySam 21 Déc - 16:30
Le membre 'Peter J. MacArthur' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Dzorzo10 Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Dzoech10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Empty
MessageSujet: Re: Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]   Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] EmptySam 21 Déc - 16:31
ERREUR je voulais lancer un dé échec et un autre sortilèges pour le bouclier. Du coup je retente le bouclier :
Revenir en haut Aller en bas
Albus P. W. B. DumbledoreHistoria PactumAlbus P. W. B. Dumbledore
Albus
Exp : 3588
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Source
Âge IRL : 139
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 6694
J'aime : 47
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Empty
MessageSujet: Re: Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]   Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] EmptySam 21 Déc - 16:31
Le membre 'Peter J. MacArthur' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dés sorts' :
Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Sortry10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Empty
MessageSujet: Re: Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]   Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Un secret de famille dissimulé à la vue de tous [SEUL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Les Tuche [DVDRiP]
» [UploadHero ] La Cuisine au beurre [DVDRiP]
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» [UploadHero] Les Vieux de la vieille [DVDRiP]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-