RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
Le deal à ne pas rater :
L’ORÉAL PARIS Men Expert – Lot Gel douche + Déodorant spray + ...
8 €
Voir le deal

Partagez
 

 Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyVen 16 Déc - 17:14


Surprise of the end of the year ?


« An interview is an interrogation without harm, although eventually tight »







Une interview ? Rien que ça ? En soit, la jeune étudiante de Poudlard ne m'en demande pas beaucoup mais en raison du passif de sa mère, je reste quelque peu méfiante quant à cette idée. J'avais reçu un hibou peu avant les vacances d'une fille Skeeter qui me demandait la possibilité d'avoir un entretien. En soi, je n'y vois aucun inconvénient et en tout sincérité, la Serpentarde ne le fait que pour le bien du journal de Poudlard. Je ne me souviens même plus s'il existait un journal au sein de l'école lorsque j'y étais. Les deux ou trois premières années, j'en doute fortement au vu de tout ce qui s'est passé mais il n'est pas impossible qu'un journal de Poudlard ait vu le jour à un moment donné.

C'est donc après mure réflexion que j'avais répondu favorablement à la demande de la jeune élève tout en lui fixant un rendez-vous. Et le jour J est désormais présent.  Ne travaillant pas en ce jour, j'étais à peu près libre de faire ce que je voulais et cela va me permettre aussi de partir à la recherche d'un cadeau pour ma vieille amie qu'est Cora. Bien que je me souvienne à peu près de ses goûts, c'est de plus en plus compliqué de trouver quelque chose pour elle. Pourtant, nous sommes des adultes mais Cora a toujours été là, présente et disponible lorsque tout allait mal alors je ne fais que lui rendre la monnaie de sa pièce.

Nous sommes donc le vingt-trois décembre et j'avais rendez-vous à dix heures aux Trois Balais afin de faire la rencontre de cette journaliste en herbe. Partant de bonnes heures, j'avais laissé mes jumeaux dormir vu qu'ils sont en vacances. Je ne peux pas leur en vouloir de profiter de leur congés pour se laisser aller bien que tout ne passera pas. Je suis une mère exigeante mais c'est aussi pour leur bien et je tiens à avoir des enfants bien élèves qui ne pensent pas qu'à créer des problèmes. Cela reste des adolescents mais ils ne m'ont jamais réellement causé de problème. Jusqu'à maintenant du moins. Une fois habillé, je profite d'un coin dissimulé du domaine afin de transplaner à Pré-Au-Lard. Je savais exactement où j'allais.

Arrivant sur les lieux de l'unique village entièrement sorcier écossais, je savais ce que je voulais faire. Levant mon bras droit, j'observe ma montre et je montre un sourire. Ayant plus d'une heure devant moi, je n'avais plus qu'à faire mes emplettes. Je savais déjà ce que je voulais pour mes jumeaux mais je devais trouver pour Cora. Marchant normalement comme n'importe qui, je portais des gants et un gros manteau vu que la neige est déjà installé. En même temps, Noël sans neige, ce n'est pas Noël. J'ai toujours connu Noël avec de la neige alors sans neige, cela va me paraître étrange. Souriante, je ressentais tout de même une vent plutôt froid mais c'est chose courante en hiver en écosse et je vis dans ce pays depuis mon plus jeune âge alors je connais très bien la météo de ce pays.

Aprés une heure à avoir faire mes emplettes, je prends enfin la route evrs les Trois Balais. Dans le fond, j'étais quand même curieuse de savoir les questions que la fille de la journaliste la plus célèbre du pays allait me poser. Malheureusement pour la mère, elle n'a pas forcement une bonne réputation contrairement à ce qu'elle pense. Cependant, les enfants ne ressemblent pas forcement à leur parents. Montrant un sourire en coin, je vais bien vite découvrir la jeune élève. Remontant la rue unique du village, j'avais des sacs en main avec des bricoles et je pense que je ne trouverais pas ce que je cherche ici. Peut-être devrais-je aller au chemin de traverse tout à l'heure. Comme ça, je vais en profiter pour aller récupérer ce que j'ai oublié au bureau hier en partant.

Levant la tête, je remarque l'enseigne des Trois Balais et je relève mon bras droit pour observer l'heure. C'est parfait, j'ai une dizaine de minutes d'avance. Je décide donc d'entrer à l'intérieur et de retirer mes gants. La chaleur d'un feu de bois se fait ressentir et cela fait du bien. Rangeant alors mes gants dans ma veste, je détache ma demi-cape tout en m'avançant vers une petite table dans un coin du pub. Posant ensuite les paquets et la demi-cape, je commande une bièraubeurre histoire de me réchauffer un peu. Je ne suis pas en service et puis, c'est une boisson à la portée de tous. Puis je retire ma veste avant de m’asseoir sagement en restant silencieuse. Dans peu de temps, elle serait là et je n'ai plus qu'à rêver un instant. Une fois que la jeune fille sera présente, je lui offrirais un truc à boire. Mais ne connaissant pas ses goûts, je ne préfères pas commander en avance.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart
815 mots



Dernière édition par Elhenna A. McLeod le Lun 26 Déc - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyVen 16 Déc - 22:53

❝Rendez-vous journalistique❞
- Sutton & Elhenna -
C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
J'étais ravie de l'idée que j'avais eu avec mes journalistes, et plus particulièrement avec Natasha Nott, la plus jeune de mes pigistes. Faire une interview d'un adulte dans le but de présenter les branches professionnelles, permettant en plus d'approcher des personnes importantes dans le monde de la magie. J'avais donc envoyé un hibou à ma mère qui m'avait conseillé quelques personnes éminentes, comme le juge McLeod. C'est donc avant les vacances que je lui avais envoyé un hibou afin de lui demander un entretien, chose qu'elle avait acceptée, me donnant rendez-vous le vingt-trois décembre, à dix heures, aux rois balais. J'avais donc travaillé une bonne partie de la soirée et même de la nuit afin de trouver pas mal de questions à lui poser. Ma mère m'avait évidemment donné de nombreux conseils, et j'en avais suivi, pour la plupart. Il faut dire qu'elle était tout de même la rédactrice en chef de la gazette du sorcier et la journaliste la plus connue de notre temps, et même la plus redoutée.

Je m'étais donc levée assez tôt ce matin-là, afin d'être des plus présentables et surtout, afin de vérifier les questions que j'avais trouvées. La nuit porte conseil, dit-on, et ce fut en effet le cas puisque je trouvais de nouvelles questions alors que j'étais sous ma douche. Me vêtissant chaudement, je soupirais en regardant par la fenêtre, voyant qu'il avait neigé. Je n'aime pas la neige. Je rangeais avec regret mes escarpins dans mon dressing, sortant une paire de bottes fourrés, noires, qui certes n'avaient pas autant de classe que mes escarpins, mais qui feraient l'affaire. Descendant dans notre salon, je saisis de la poudre de cheminette que je lançais, prononçant distinctement les mots "Pré-au-lard".

C'est d'un pas assuré que je me dirigeais vers les trois balais, avec, dans mes mains, ma plume à papote et mon calepin me permettant de prendre des notes. Pénétrant à l'intérieur du bar, je vis alors la juge installée à une table. Saluant le patron du bar, je m'avançais vers elle, un sourire professionnel aux lèvres, entendez par là le sourire ultra-bright, digne des plus grand dirigeants lorsqu'ils font de la diplomatie.

"Bonjour, Juge Mc Leod, je suis Sutton Skeeter. Je vous remercie d'avoir accepté cet entretien. Puis-je m'asseoir ?"

Je tendais ma main afin de la saluer. Si ma mère avait fait toute mon éducation, je l'avais aussi utilisé pour être sur un plan professionnel moins brutale qu'elle. J'étais beaucoup plus insidieuse. J'avais appris qu'avec des bonnes manières, en se comportant parfaitement, on ne pouvait pas vous reprocher d'obtenir des informations et de les publier. Mais je ne devais pas oublier que j'étais principalement ici pour faire le portrait d'un métier. Bien sûr, si je pouvais poser deux ou trois questions un peu croustillantes, cela serait clairement un plus pour mon article.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 505 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptySam 17 Déc - 0:10


Surprise of the end of the year ?


« An interview is an interrogation without harm, although eventually tight »







Observant autour de moi, je reste silencieuse et je portais dans mes cheveux, ma baguette. Ses derniers temps, je ne sors jamais sans. Ce n'est qu'un précaution. Pour les Moldus, c'est un objet quelconque qui n'a aucune valeur et c'est pour cette raison qu'on a jamais essayé de me la voler jusqu'à maintenant. Cheveux attachés, je reste à observer. Malgré que je ne sois pas au travail, j'ai quand même quelques traits austères. Lâchant un soupir, je finis par lever ma main vers ma baguette affin de détacher ma chevelure foncée qui s'arrête un peu plus bas que les épaules. Ma fille me dit souvent que je devrais mettre des couleurs plus joyeuses lorsque je suis en dehors du travail et j'admets qu'elle n'a peut-être pas tord. Je suis presque toujours habillée en couleurs sombres.

Chassant donc la réflexion de ma fille de la tête, je la secoue légèrement avec un sourire en coin. Je ne peux pas m'empêcher de penser à eux. Finalement, je sors un livre d'un de mes sacs et je lis paisiblement. L'âme de Serdaigle est toujours présente puisque j'ai fais mes études dans la maison de la Dame Grise. Fantôme avec qui j'ai eu l'occasion de parler à de multitudes de reprises. Au départ, elle peut être distante mais avec le temps, elle devient plutôt sympathique. Des souvenirs de Poudlard me passent alors par la tête et contrairement à ce que disait la rumeur, il n'y a pas eu que des catastrophes dans mes années scolaires là-bas. J'en ai gardé plus de bons souvenirs que de mauvais pour être honnête.

C'est alors que la sonnette d'entrée des Trois Balais me sort de mes songes et je lève la tête pour apercevoir une jeune femme blonde bien emmitouflée dans une tenue plus chaude qu'habituellement. Attentive, je la vois se diriger vers moi et je me lève pour l'accueillir chaleureusement. Montrant un grand sourire, je lui fais signe de prendre place après qu'elle se soit présentée. C'est le minimum tout de même. Elle me connait peut-être mais je ne l'avais jamais vu jusqu'alors et on avait fait que correspondre pour obtenir cet entretien. Je serre alors sa main avec énergie et fermeté en même temps sans pour autant lui faire mal.

« - Bonjour Miss Skeeter. Je vous en prie. Asseyez-vous. »

Il faut quand même être un minimum accueillant avec un métier comme le mien mais aussi beaucoup de patience. Rangeant alors mon livre, je vois le patron apporter ma commande et j'attendais celle de la jeune élève pour assurer le paiement. On ne sait jamais. Non pas que je doute de la jeune femme et de l'argent mais c'est disons plus courtois lors d'un entretien de ce genre. Après tout, c'est moi qui l'ait invité ici alors je ne fais que tenir mon engagement. Mais attention, pas n'importe quoi non plus. Je n'oublie que mon contact est encore mineure et tout ne lui soit pas autorisée à son âge.

« - J'espère que vous allez bien.  Souhaitez-vous boire quelque chose de chaud pour vous réchauffer un peu ? »

Me remettant assise, je pose mes coudes sur la table afin d'écouter les questions de ma jeune connaissance qui se trouve désormais en face de moi. Décalant la  bièraubeurre, je ne lâche pas la jeune fille du regard. Je ne suis pas un monstre même si j'ai des manières qui peuvent faire peur par moment. Ma baguette rangée avec le livre, j'avais tout de même un sourire alors que la blonde devant moi devait être en train de retirer ses vêtements hivernaux. Il vaut mieux être bien couvert avec le temps qu'il fait dehors.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart
608 mots



Dernière édition par Elhenna A. McLeod le Lun 26 Déc - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyLun 26 Déc - 14:23

❝Rendez-vous journalistique❞
- Sutton & Elhenna -
C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Les trois balais étaient le bar le plus connu de Pré-au-Lard, et l'un des mieux fréquentés. Ce n'était pas comme la tête de sanglier qui était plutôt un endroit mal famé. J'étais donc totalement décontractée, et j'avais hâte de faire l'interview d'une femme aussi bien placée dans la hiérarchie sorcière. Il est vrai que le système judiciaire n'était pas très évident et surtout, il était méconnu de beaucoup des adolescents. Cette idée de présenter chaque mois un métier d'une branche différente me motivait réellement et j'étais persuadée que cela allait me permettre de me faire un petit carnet d'adresse bien sympa, et peut-être qu'avec un peu de chance, je pourrais même avoir  une ou deux informations croustillantes. Ben oui, je reste une Skeeter, même si je n'use pas des même techniques de ma mère, bien plus sournoise que cette dernière, préférant la flatterie aux tacles frontaux. J'avais tiré des leçons des erreurs de ma mère, qui s'était parfois mis des personnes à dos avant même de réussir à avoir les informations à leurs propos. Il faut dire que prôner le faux pour savoir le vrai était monnaie courante chez la rédactrice-en-chef actuelle de la gazette.
Je pris donc place en face du Juge McLeod, qui me proposa une petite boisson chaude.

"Avec plaisir ! Je prendrais un chocolat chaud viennois, s'il vous plait."

Politesse, sourire ... Oui, je maîtrise à merveille la langue de bois des adultes. Bon, j'ai sûrement encore beaucoup à apprendre. Mais continuons sur ce chemin, je suis certaine que je pourrais bien me faire voir auprès de la mère des jumeaux. Je ne désire qu'une chose, faire du journal de Poudlard la gazette la mieux conçue par un groupe d'étudiants, et surtout, je voulais aussi me faire assez d'expérience pour rentrer dès ma sortie de Poudlard à la gazette du sorcier. Alors oui, je sais que ma mère est à sa tête et, par conséquent, je n'aurais pas vraiment à trop en faire pour y parvenir, mais j'avais aussi envie de montrer que je méritais cette place, plus que quiconque. J'avais deux ans pour faire mes preuves, et peut-être même pour faire de la gazette de Poudlard la petite soeur de la gazette du sorcier.

"Je suis consciente que vous devez avoir un emploi du temps chargé. Si vous le voulez bien, nous allons commencer l'interview de suite, afin de ne pas prendre trop de votre précieux temps. Vous êtes un éminent juge de notre justice magique, pourriez-vous expliquer votre rôle à nos lecteurs ?"

Mon regard se plongea dans celui de la jeune femme, et ma plume à Papote venait déjà d'écrire la question que j'avais posée. C'était ma première interview avec ce cadeau, et je pensais alors que je devais absolument demander l'autorisation:

"Cela vous dérange-t-il que j'utilise une plume à papote ? Bien évidemment, vous aurez un regard sur ce qu'il sera écrit dans mon article. Après tout, c'est la moindre des choses."

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 520 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyMar 27 Déc - 15:34


Surprise of the end of the year ?


« An interview is an interrogation without harm, although eventually tight »







Il est vrai que les Trois Balais est un lieu très fréquenté. C'est peut-être pour ça que je l'ai choisi même s'il y a que peu de monde en ce moment. Fidèle à moi-même, je reste quelqu'un d'accessible et je sais que ma fille cherche à tout prix à ce que je me remette avec quelqu'un. Cependant, je n'ai jamais ôter mon alliance de ma main car j'aimais plus que tout mon défunt mari. Bien que cela fasse quinze ans, je ne l'ai jamais oublier et si les jumeaux n'avaient pas été là, je n'en serais peut-être pas là aujourd'hui. A travers eux, je vois mon époux et cela me donne la force d'avancer et de les voir grandir. Mais cela fait parti des nombreux secrets que je garde. Gardant les yeux sur la jeune élève de Poudlard, j'hochje la tête lorsqu'elle demande un chocolat chaud. Sortant une bourse, je paie la commande au serveur qui va donc aller préparer le chocolat chaud de la blondinette.

Je ne suis pas au Ministère et je ne suis pas là pour juger. Je ne fais déjà assez comme ça. Lorsque je ne me trouve pas au Ministère, j'aime garder ma personnalité déjà très forte pour m'être imposer au Ministère comme étant une figure judiciaire grimpante mais aussi juste et équitable. Mais croyez-moi, ce n'est pas simple et je me suis fermement battue pour en arriver là. Mais maintenant que je suis bien installer, je ne compte pas quitter mon poste de sitôt. Je ne suis pas devenue Juge pour me laisser marcher dessus. Oh que non et le chantage n'a jamais fonctionné sur moi. Du moins jusqu'à aujourd'hui. Même à l'époque de Poudlard, je ne me laissais pas intimider facilement. Pourtant, cela remonte à si loin que je ne me rappelle pas de tout. Dans les quelques minutes qui suit, le chocolat chaud de ma Miss finit par arriver sur la table et je remercie d'un signe de la tête la personne qui l'a apporté.

Croisant donc mes doigts sur la table, je penche la tête légèrement sur le côté afin de prêter toute mon attention à cette jeune femme. Celle-ci prend la parole en me disant qu'elle est consciente de mon emploi chargé. Chose qu'elle ignore probablement, c'est que je suis en congés aujourd'hui et une fois de temps en temps, cela fait du bien de prendre du recul vis-à-vis de ma profession. Et comme les affaires que j'ai en cours ont déjà bien avancé, j'ai pu me permettre ce genre de frivolités comme certains pourrait dire. Mais il ne faut surtout pas s'imaginer qu'être juge est simple mais aussi permet d'avoir autant de temps libre car ce n'est pas vrai. Avec les procédures qui ne cessent d'augmenter, les amplitudes de travail d'un juge ne font que s'allonger mais nous sommes aussi des humains et que nous pouvons être malades ou épuisés même si le Magenmagot n'apprécie pas forcement.  

« - Aujourd'hui, j'ai tout mon temps. J'ai pris un jour de congés pour pouvoir répondre à toutes les questions que vous voulez, Miss Skeeter ! »

Je montre un vrai sourire et j'attrape ma boisson pour en boire une gorgée l'air tout à fait sereine. J'avais aussi pris congés pour mes jumeaux et le diner de ce soir avec Cora. Bien que nous soyons en après-midi, j'avais quand même un peu hâte de la revoir vu que cela faisait un long moment que nous nous étions pas vu. La jeune étudiante a posé sa première question et j'hoche la tête. Puis elle m'observe et elle me demande ensuite l'autorisation d'utiliser une plume à papotte. Ma foi, je n'y vois aucun inconvénient et j'approuve d'un signe de tête afin de rassurer la jeune élève de Serpentard.

« - Il n'y a aucun problème. Vous pouvez utiliser votre plume à papote librement..  »

Je reste sereine et neutre. Après tout, ne devais-je pas montrer l'exemple en manifestant les qualités et le comportement que doit avoir un juge de mon état au sein du Magenmagot ? Cela peut être compliqué mais c'est surtout qu'à travers ça, je reste moi-même et ça, on me dit souvent que je devrais arrêter de me cacher derrière mon « masque de juge. Ou du moins, avec mes enfants. Replaçant une de mes mèches de cheveux de manière tout à fait naturelle, je garde le sourire et je prends une inspiration discréte pour répondre à sa première question.  

« - Un juge est une personne disposant d'un certain pouvoir d'application qui remplit une activité de décision juridictionnelle, ce qui signifie que par sa décision prise à l’issue d’un procès le juge annonce officiellement ce qu’est le droit et clos le litige. Les décisions juridictionnelles ne peuvent être contestées en dehors des voies de recours prévues par les lois. Je suis donc chargé de trancher des litiges opposant des personnes dans le cadre d'une procédure aboutissant à un procés en fonction d'un dossier établi par le Département de la Justice Magique du Ministère.  »

Je suis vraiment à l'aise dans ma façon de me tenir et cela me surprend. En général, je me méfie souvent des articles de journaux mais je ne peux pas reprocher à la fille les bêtises de la mère.  Qui sait, la jeune élève devant moi est peut-être plus douée que sa mère... Ce sera donc à cette jeune femme de me surprendre et je vais probablement demander à mes jumeaux de m'en prendre un exemplaire et je sais qu'au moindre faute pas, mes enfants seront les premiers à me défendre dans le château des quatre maisons.

« - Cette procédure est un ensemble de règles et d'actions permettant l'obtention d'autorisations variées pour l'ensemble des enquêteurs centré sur l'affaire. En général, on fait appel aux juges lors d'affaires dites délictueuses, c'est à dire que l'acte reproché constitue un délit : Meurtres, Espionnage, Corruption, Attentat, Crimes diverses, Vol aggravé etc...   »

Et que c'est très simple d'invoquer ce genre de délit lorsqu'on sait s'y prendre. Un sorcier un tantinet malin pourrait faire condamner quelqu'un à sa place après des délits de ce type. Prendre la baguette de quelqu'un d'autre, user du sortilège de contrôle voir même de la Magie Noire. Il y a une multitude de possibilités mais on est pas en mesure de tous les répertorier... Malheureusement.

« - Vous n'êtes pas sans savoir que le Magenmagot représente la cour de justice magique en Grande-Bretagne. Les juges président les audiences, interrogent les accusés et témoins et analysent les informations constituées d'un dossier afin de déterminer le degré de culpabilité que peuvent avoir les personnes convoquées devant l'assemblée. Les décisions prises sont déterminées par les lois que nous connaissons tous aujourd'hui. Mais tout ne se passe pas forcement dans le calme et dans ce cas, un juge peut avoir recours à diverses méthodes par l'intermédiaire de documents officiels ,tel que des ordonnances et des arrêtés, comme un recours à la force ou médical et elle sera dite légitime.  »

Et hop, en voilà une de faite. J'ai envie de dire au suivant ? Non, ce serait un profond manque de respect et ce n'est pas vraiment mon genre. Fermant ma bouche, je laisse la jeune femme prendre des notes et j'avais hâte de savoir le reste des questions qu'elle avait préparé pour moi. Mais on peut dire que pour le moment, c'est très bien parti. Pourvu que cela dure et que la mère de l'adolescente en face de moi ne se pointe pas. Cela risquerait de terminer en catastrophe... Et je n'y tiens absolument pas...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart
1258 mots  

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptySam 31 Déc - 13:49

❝Rendez-vous journalistique❞
- Sutton & Elhenna -
C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
J'avais tout à fait conscience que le juge Mc Leod m'accordait du temps alors qu'elle était certainement surbookée. J'étais assez reconnaissante pour cela. Ma mère m'avait dit que c'était une juge intègre, qui était très soucieuse de l'avenir du monde magique. Et qui était l'avenir ? Les élèves de Poudlard bien évidemment ! C'était donc avec une certaine assurance que je me tenais devant la brillante brune, ma plume à papote prête à passer à l'action, et surtout, mon cerveau bien accroché car je me doutais que tout n'allait pas être simple à comprendre. J'espérais que la juge n'allait pas oublier que j'avais aussi des élèves de première année qui allait lire la gazette, et qu'elle allait ajuster son vocabulaire en conséquence.

La première question fut posée. Une question simple, basique, logique, quelque chose pour bien commencer l'interview. Le but premier était tout de même de présenter aux élèves les différents métiers du monde magique. Alors certes, j'espérais bien tirer deux ou trois informations croustillantes, mais sincèrement, ce n'était pas ce qui était le plus important.
Des sorciers journalistes de la gazette du sorcier s'occupaient déjà de courir après les scoop du monde adulte. Mon boulot, finalement, était surtout de récolter ceux de Poudlard, et d'offrir à mes lecteurs de la détente, du plaisir mais aussi des informations pour leur avenir. Je gardais les yeux sur la juge, laissant faire ma plume à papote. Les mains posées sur le chocolat chaud, je ne peux m'empêcher d'apprécier la chaleur dégagé par le liquide.

La juge m'apprit donc qu'elle avait prise sa journée et que nous avions donc tout le temps nécessaire pour l'interview. Elle m'autorisa aussi à utiliser ma plume à papote, ce qui me ravit. C'était la première fois que j'allais l'utiliser pour une interview, mais j'avais tellement vu ma mère faire que c'était comme si je l'avais eu depuis toujours. Le juge Mc Leod commença alors à répondre à ma question, et même si je gardais un sourire figée sur mon visage, je peinais à tout comprendre. Après tout, je n'ai que quinze ans et le vocabulaire qui va avec, et même si j'ai été élevée dans le milieu journalistique, je ne possède pas forcément celui pouvant me permettre de comprendre les subtilités du monde judiciaire. Ma plume à papote note donc mot pour mot, tandis que je m'efforce de comprendre tout cela.

"D'accord. Donc si je comprends bien, un juge est la personne qui va gérer les affaires les plus délicates, qui demandent plus de ... comment dire ... de connaissances des lois et qui va prendre la responsabilité de dire si une personne est coupable ou non ?"

J'espérais avoir bien compris. J'allais devoir faire un petit résumé de tout ça pour les plus jeunes. Bien sûr, les 7ème année auraient les mots de la juge tels quels. J'en profitais alors pour poser ma seconde question, après avoir été plonger mes lèvres dans le liquide crémeux et brun.

"Et quels sont, pour vous, les avantages et les inconvénients de votre métier ?"
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 544 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyMer 4 Jan - 18:37


Surprise of the end of the year ?


« An interview is an interrogation without harm, although eventually tight »







Je sais que les termes utilisés peuvent être compliqué mais ma difficulté du moment est d'essayer de traduire ça. J'espère que la journaliste en herbe devant puisse m'aider. Pour moi, l'usage des termes techniques est tellement naturelle que j'en perds mon latin comme le dirait mes jumeaux.  Et je suis quelqu'un qui prête toujours une attention à tous les détails, toutes les ombres lorsque j'en trouve dans certains dossiers. C'est comme ça que j'ai pu éviter Azkaban à certaines personnes voir pire. Mais je reste un juge et il est important pour moi de rester neutre mais aussi juste. Tout le monde n'applique peut-être les mêmes principes que moi mais chacun est maître de choisir. Je me suis imposée une ligne directive et je m'y tiens.

Prenant une gorgée de ma boisson, j'écoute la jeune femme qui semble un peu galérer avec mes termes. C'est vrai que c'est un gros morceau à avaler. C'est vrai que des enfants d'onze ans va lire la Gazette de Poudlard. Je me mets donc à réfléchir pour trouver des mots plus simples. Cela faisait longtemps que je n'avais plus faire cet exercice vu que je ne peux pas en parler en dehors de mon travail. Et au sein du Magenmagot, on utilisait les termes techniques. Donc oui, je me préoccupe de l'avenir et si on me demande de prendre en charge les élèves qui sortent de Poudlard, je le ferais avec grand plaisir. Chaque année, je n'ai pas peur de prendre des stagiaires et cela permet à tout le monde de comprendre le monde de la Justice qui n'est pas très simple lorsqu'on est pas dedans. Et c'est une chose dont j'ai bien conscience.

Observant la blonde, j'hoche la tête lorsqu'elle me demande si elle a bien compris. Elle a effectivement bien compris. En théorie, c'est même plus compliqué car on nous nomme Juge et c'est une responsabilité qu'on a avec le grade si on peut dire ça comme ça. Il faut avoir une certaine expérience pour se permettre de prendre de telles responsabilités qui sont quand même assez monstrueuses quand on y pense. Bougeant mon bras gauche, je la plonge dans une de mes poches afin d'en sortir un mouchoir en tissu. En effet, je devais m'essayer la bouche et je le sais simplement sans gêne. Penchant alors la tête de l'autre côté, je garde le sourire avant de reprendre la parole

« - C'est tout à fait ça. Avec documents en guise de complément d'information.  »

Autant être clair. Mais c'est vrai que je dois faire gaffe à mon langage. Mais au moins, j'espère que cet interview va plaire à beaucoup de personne.  Après, je sais que le Magenmagot recrute chaque année de nombreuses personnes. Cependant, tout le monde ne finit pas sa carrière chez nous. Les raisons ? Malheureusement, c'est assez difficile et je me rappelle de mes années de formation qui étaient assez costauds. J'ai du m'accrocher mais quand on regarde où j'en suis, je suis contente de ne pas avoir baisser les bras. Je suis juge et je connais mon métier. C'est à moi de maintenir ma position que j'ai actuellement dans les mains. Je peux tomber de haut n'importe quand alors toutes les cartes sont dans mes mains. Vient alors la seconde question de la blonde et je l'écoute avant de prendre quelques secondes de réflexion. Finalement, je réponds en premier lieu une phrase qui reste vague mais c'est fait exprès.

« - Je ne sais pas si on peut parler d'avantages ou d'inconvénients. On peut en tirer beaucoup de satisfactions personnelles. Il est plus question de connaissances que de pratique. On dit souvent des Aurors qu'ils doivent sans cesser se défendre à l'aide de leur baguette mais il existe plusieurs façons de le faire... »

Je retombe dans mon mutisme tandis que je réfléchis à approfondir ma réponse. Cela reste vague mais je doute que c'est le genre de réponse que désire la jeune femme. Je reste neutre et je cherche toujours quoi répondre. Bien sûr, ce n'est que mon avis et je tente de rester le plus neutre possible afin de n'influencer personne. A hauteur de mon poste, je dois montrer que j'applique une neutralité et je tente de le faire comprendre à travers cet article. Puis, je reprends alors la parole afin d'en dire plus sur la question qu'elle m'a posé. Je suis honnête et je ne cherche pas à lui en dire plus que nécessaire pour des raisons plus qu’évidentes. Si je viens à révéler trop de détails, il n'est pas impossible qu'on me tombe dessus alors je devais être prudente. Cependant, pour le moment, les questions ne sont pas vicieuses et me paraissent tout à fait correctes. Pourvu que ça dure, han !

« - Le métier de juge permet de développer sa rhétorique (ou l'art de manier les mots) ainsi que sa logique. On ne peut pas condamner un citoyen de vol s'il n'y a aucune preuve formelle contre lui. Si on ne s'en tient qu'à des paroles qui peuvent être mensongères alors il n'y aurait plus aucune justice au Royaume-Uni. Après l'un des gros inconvénients majeurs c'est votre exposition. Plus une affaire sera médiatisée et plus le personnel judiciaire peut être mis à rude épreuve. Il m'est déjà arrivé d'entendre parler de confrères qui ont été menacés, blessés ou kidnapper parce que le juge aurait soi-disant rendu le mauvais jugement. »

On peut dire ce qu'on veut mais cela arrive souvent et il n'est pas rare que ses gens attirent des partisans. Pour le moment, je n'ai jamais eu affaire à ce genre de cas mais je ne suis pas à l'abri. Les plus pervers et vicieux peuvent aussi s'en prendre à ma famille et ça, je ne le tolérerais pas. De toute façon, je ne réagis pas sous la menace ou sous la violence. Je suis censée être capable de me débrouiller avec la rhétorique et avec mes connaissances en Défense ou en Sortilèges. Comme tout le monde, je suis aller à Poudlard et ce n'est pas dit que je me laisse faire. Heureusement pour nous, les lois nous protègent.

« - Mais il ne faut pas en avoir peur car il existe des articles de lois qui existent dans le but de protéger les membres du pouvoir judiciaire. En dehors de cela, il est possible que vous passiez plusieurs journées enfermés dans les salles d'audience qui s'enchaînent les unes après les autres et que vos horaires théoriques de présence soient largement dépassés tout comme il n'est rare d'être contacté en pleine nuit pour des urgences. »

Hochant la tête, je me demande si elle a besoin d'exemples d'articles de loi. Finalement, je la regarde et je me permets de lui poser la question. Sait-on jamais... Il faut dire qu'elle est là pour parler du métier de juge alors autant mettre toutes les chances de son côté. Reprenant une gorgée de ma boisson, je reprends mon mouchoir en tissu que je repasse sur mes lèvres avant de reposer le conteneur devant moi.

« - Vous vous voulez des exemples ? »

Et oui, peut-être que cela permettra aux plus jeunes que tout le monde peut être protégés par les lois et ce sont les mineurs qui le sont le plus. On a qu'à regarder rien que toutes les lois qui interdit les mineurs de se servir de la Magie en dehors de l'école. Cela peut paraître débile mais c'est aussi pour les protéger car les moldus n'auront jamais aucune pitié pour nous... Et ce sont des dessins qui ne cessent de se reproduire. On ne peut pas leur en vouloir après ce qui s'est passé il y a plus de vingt ans maintenant. Cela remonte à très loin mais je n'ai pas oublié ce qui a pu se passer vu que cela a influencé ma vie et peut-être même mes principes... Même ma façon d’élever mes enfants ont été influencés par tout ce qui s'est passé. Comment oublier ma seconde ou troisième année alors que les Mangemorts étaient les maîtres de l'école ? Comment oublier les cours de Forces du mal qui n'utilisaient que la haine, la colère et la violence ? Comment oublier la façon dont j'ai du me faire discrète pour être certaine de finir mon année ? Comment ne pas penser à la noirceur qu'est devenu cette grande école cette année-là ? Heureusement pour moi et mes enfants, tout ça est terminé mais la question est pour combien de temps ? Allez savoir... car même moi, je n'en ai aucune idée.

Au fond de moi, j’espérais que jamais mes enfants ne subiront ça et je ne me souviens même plus comment j'ai pu faire pour continuer à aller à l'école. Cela remonte à trop loin. Je garde le sourire devant la journaliste en herbe mais Poudlard ne me rappelle pas forcement de bons souvenirs... Tout n'est pas rose ou beau là-bas. Certains ont juste de modestes disputes avec leur amis, moi j'avais la lutte contre les sang purs si on peut dire ça comme ça. Surtout quand ils essayent de faire de toi ton jouet. Je ne veux pas que mes enfants subissent ça et cela fait partie de mon aspect noire de ma vie. Tout n'est pas blanc dans ma vie aussi glorieuse peut-elle être. C'est difficile d'y penser mais je devais me taire et en parler que si on me pose la question. Pour le moment, je devais rester neutre et répondre avec la plus grande franchise à cette jeune femme qui ne demande pas mieux que de connaître mon métier et peut-être mon parcours professionnel. A voir.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart
1603 mots  




Dernière édition par Elhenna A. McLeod le Jeu 19 Jan - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyMar 10 Jan - 22:20

❝Rendez-vous journalistique❞
- Sutton & Elhenna -
C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Je n'étais pas idiote et je savais pertinemment qu'en faisant cette nouvelle rubrique dans la gazette de Poudlard, j'allais me retrouver face à des personnes au vocabulaire bien plus développé que le mien. Les termes techniques étaient courant dans le monde adulte, mais ce n'était pas du tout ce à quoi nous étions confrontés à poudlard, à tort peut-être. Il est vrai que Poudlard avait beau être une école à mon sens géniallissime, elle ne préparait pas assez au monde professionnel post 7ème année. Alors bien sûr, depuis quelques années, des efforts avaient été faits et les élèves pouvaient faire des stages. Mais cela restait peu car nous n'étions même pas obligés de les faire. Un élève pouvait très bien obtenir ses ASPIC sans jamais avoir mis les pieds ailleurs que dans l'école.

Mais revenons à nos moutons. Je ne vais pas vous faire une dissertation sur les petits soucis de Poudlard, je ne suis pas là pour ça mais bel et bien pour faire une interview avec la juge Mc Leod. Faisant un sourire lorsqu'elle me confirme que j'ai bien compris, je suis soulagée de voir que même si je suis une blonde en puissance, je ne suis pas écervelée. En même temps, lorsqu'on envisage, un jour, d'être à la tête de la gazette du sorcier, il vaut mieux en avoir un minimum dans le crâne, non ? Et même si c'était la première fois que j'interrogeais une personne aussi hautement placée dans le monde sorcier, j'avais à plusieurs reprises vu ma mère le faire, et j'en avais tiré de la graine.

Ma question sur les inconvénients et les avantages du métier de juge était importante. Quand on est jeune, comme moi, on a besoin de savoir dans quoi on s'engage. Tout métier a ses avantages et ses inconvénients, et les crétins qui pensent qu'un métier n'a que l'un ou l'autre seront rapidement déçus. J'écoutais donc avec attention sa réponse, alors que ma plume à papote notait mot pour mot chaque parole de la juge, qui m'expliquait que l'avantage était surtout la satisfaction personnelle. Mouais, ça fait peu quand même ! Surtout lorsqu'elle me présente le principal inconvénient. Vous voyez sincèrement le ministère de la justice faire la promo pour être juge : Juge, un métier où vous risquez chaque jour de vous faire kidnapper et tuer, mais qui va vous combler !

La juge Mc Leod ajouta même que les horaires étaient extensibles à souhait, même la nuit ! Ouais, j'imaginais vraiment pas ça comme ça.

"Mais du coup, y'a pas beaucoup d'avantages en fait ... Pour quelles sortes d'urgence peut-on vous appeler la nuit ? Et rassurez-moi, le salaire compense tout cela, non ?"

Oui, je m'intéresse à l'argent. Quoi ? Vous pouvez me citer quelqu'un qui fait un travail pour ne pas être payé ? Faut bien se nourrir et surtout, se vêtir !


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 508 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyDim 22 Jan - 21:59
Rendez-vous Journalistique


Très calme et posée, je suis quelqu'un de neutre, surtout en ce moment. Penchant ma tête sur le côté, je joins mes deux mains que je pose ensuite sur la table. Cependant, je suis assez d'accord avec la pensée de la jeune fille. On est jamais réellement prêt à affronter le monde sorcier adulte. Surtout lorsqu'on est des jeunes mineurs. C'est pour cette raison que j'ai développé les stages au sein du Magenmagot. Malheureusement , on ne peut pas obliger les gens s'ils ne souhaitent pas y aller. Par ailleurs, je vais peut-être devoir élargir un peu mes possibilités mais c'est un sujet que je travaillerais un peu plus tard et quelques idées me viennent en tête. Mais je ne vais pas pouvoir les mettre en place de suite. De raison, en premier lieu, ce sont les vacances scolaires et je dois encore exposé mes idées au Ministre ainsi qu'à la directrice de Poudlard. Cependant, cela reste des idées. Quand je vois mes enfants, je me dis que mon idée serait plutôt excellente à exploiter. Et puis, cela leur changerait probablement les idées. Il faut dire que pour certains, c'est la période proche des examens. Je vais donc conserver cette idée dans un coin de ma tête et je m'en occupe plus tard. Pour le moment, j'ai une jeune femme qui me pose des questions alors autant que je me concentre sur elle. Reprenant ma boisson, je reste attentive à ses questions. La demoiselle en face de moi était là pour ça. Malgré que je sois juge, je ne porte aucun jugement sur la jeune élève devant moi. Cela ne serait pas normal que je le fasse. Elle est une citoyenne du monde Sorcier et à ce juste titre, elle doit avoir mon respect et puis la jeune femme s'est montré polie et courtoise.

Reposant mes yeux sur elle, je reste moi-même et je lui laisse le temps de réfléchir, de surveiller que sa plume à papote écrit. De toute façon, j'ai tout mon temps pour aujourd'hui. Et puis, malgré que je sois une personne des plus communes, je dispose de responsabilités qui ont toute leur importance uniquement dans une salle d'audience. En dehors de ça, je suis une citoyenne comme les autres et je ne demande pas qu'on m'appelle par mon titre dés que je suis à l'extérieur. Je ne suis pas roi, reine, ou monarque d'un quelconque pays. Je suis une femme qui a passé sa vie dans la magie auprès de mes parents et de mes enfants pat la suite. Comme tout le monde, j'ai été éduqué d'une certaine manière et je transmets tout ça à mes enfants car j'estime que mes parents m'ont transmets d'excellentes valeurs que tout le monde dans l'univers sorcier ne dispose pas. A croire que l'éducation d'enfants en bas-âge n'est pas pour tout le monde. Jusqu'à maintenant, je n'ai jamais eu de retour négatif de mes enfants et j'espère ne jamais en avoir car ils savent très bien ce qui les attend le jour où cela va arriver. Je divague un peu avant que la voix de la jeune élève me fasse redescendre sur terre. Manifestant un sourire en coin, j'aurais du me préparer à cette question. Hochant la tête, je joins la parole au geste.

« - Oui, heureusement. Il est vrai que je gagne plutôt bien ma vie en tant que Juge mais comme vous dites, il y a peu d'avantage. Mais n'oubliez pas qu'en travaillant où que vous voulez, vous rendez service à la communauté même si c'est chacun de façon différente. Vous-même en travaillant pour la Gazette de Poudlard, vous parlez d'évènements où certaines personnes n'ont pas pu aller : un bal, une fête saisonnière, un match de Quidditch et cetera. Quoique vous pourriez en dire, vous rendez service à la communauté en l'informant de ce qui se passe aussi bien au plus proche comme au plus éloigné... »

Je ne peux pas être plus claire et les salaires ne sont pas les mêmes. Contrairement à la mère de cette dernière, j'ai un poste plus fixe avec un salaire fixe alors que la richesse des Skeeter ne se joue que sur la popularité de la Gazette des Sorciers et sur sa concurrence. Et autant dire qu'il n'y a pas de concurrence mais il est connu que la mère de la blondinette devant moi n'a rien de neutre comparé à d'autres journaux que j'ai pu connaître en étant plus jeune. Mais je ne connais pas plus que ça le journal que tient la jeune femme et je ne me permets donc pas de critiques ou de juger son travail de journaliste. Et je ne suis pas là pour ça. Je suis ici pour passer un bon moment avec elle, à discuter, à répondre à ses questions sans qu'on vienne me pourrir la vie. Nous sommes proche de Noël et le calme est agréable même si celui-ci est avant la tempête. Malheureusement... Le pire est probablement à venir.

© 2981 12289 0
828 mots  


Dernière édition par Elhenna A. McLeod le Jeu 16 Fév - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptyMer 25 Jan - 19:33

❝Rendez-vous journalistique❞
- Sutton & Elhenna -
C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Pardon ? Cela ne se fait pas de demander le salaire de quelqu'un ? Parce que vous, vous travaillez pour la reconnaissance et pour vous occuper les journées ? Non ... On est bien d'accord. Alors bien sûr, aimer son métier c'est important. Mais quand il y a autant d'inconvénients que le dit le juge Mc Leod, il faut bien une compensation, non ? Vous me trouvez un peu brutale ? J'aurais pu lui demander son salaire en gallions et je ne l'ai pas fait, estimez-vous heureux. J'aurais peut-être du ... Ma mère me dit que certains juges reçoivent des pots de vin pour certaines affaires, ce qui explique que parfois, le résultat de la condamnation n'est absolument pas ce à quoi tout le monde s'attendait, dans un sens ou dans l'autre. Je sais que dans ces moments-là, ma mère n'hésite pas à aller fouiner pour essayer de trouver des preuves de la corruption du système judiciaire. Mais apparemment, ils savent bien dissimuler la vérité.

Je gardais bien évidemment mon sourire de journaliste, tandis que la jeune femme me faisait une pseudo morale sur le service à la communauté de chaque métier sorcier. J'acquiesçai doucement, mais intérieurement, je n'étais pas forcément des plus convaincus. Je voyais bien évidemment ce qu'elle voulait dire, mais ce n'était pas pour autant que l'on devait se faire exploiter avec un salaire minable voyez-vous. D'ailleurs, n'ayant pas franchement ma langue dans la bouche, je finis par lâcher cela:

"Oui mais bon, il faut le salaire qui suit car s'il ne s'agit que de rendre service, cela ne paie ni le loyer, ni les paires de chaussures. Après, c'est sûr qu'avec des dessous de table, la vie doit être plus facile, mais je ne suis pas certaine que ce soit de l'ordre du service à la société. Ce qui m'amène à une question. Vous savez que l'on parle beaucoup, en ce moment, de corruption du système judiciaire sorcier. Qu'en pensez-vous ? Je ne vais pas vous demander si vous en faites partie, vous me répondrez que non, bien évidemment."

Voilà, voilà. Bon, que ceux qui ne s'attendaient pas à ce que je dévie un peu lèvent la main. Personne ? Arf, je suis trop prévisible on dirait ! Ma mère serait à cet instant fière de moi, je le sais. Pour sa part, elle aurait été plus frontale dès le départ, parlant immédiatement de corruption. Mais il faut savoir faire une entrée plus douce, quelque chose de moins brutal. Parfois, on se demande comment j'ai appris cela ... Simplement qu'au départ, j'avais une manière plus directe, et que je me suis prise quelques revers. J'ai appris de ma petite expérience de journaliste, et j'ai appris en regardant aussi ma mère. Il ne me reste qu'à attendre la réaction de la juge. Parfois, une grimace ou un regard en dit plus long que des mots.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 510 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] EmptySam 18 Fév - 23:28
Rendez-vous Journalistique


Cela dépend de l'avis des gens. Personnellement, je ne vais pas en vouloir à la jeune journaliste d'en vouloir savoir plus sur les compensations. Par ailleurs, même si elle m'aurait demander mon salaire, je ne lui aurais pas répondu. Ce genre d'information peut vraiment être mal vu pour les Sorciers et je ne suis pas du genre à toucher des pots de vin. On n'a jamais réussi à m'acheter et cela n'a jamais fonctionné sur moi. J'ai un code de conduite et de principe et je m'y suis toujours tenu. Je dois reconnaître que ce n'est pas le cas de tout le monde et tout le monde n'est pas comme moi. A vrai dire, j'ai entendu parler de rumeurs allant dans le sens de la corruption mais ce n'est pas à moi de gérer tout ça. Et quand bien même, comment pourrais-je y remédier ? En vérifiant tous les comptes en banque des membres du magenmagot ? C'est juste impossible et les gobelins de Gringott's n'accepteront jamais ça. Les pots de vin peuvent être cachés ou même être reçu en liquide... C'est compliqué de traquer tout ça...

revenant sur la jeune femme, le but de ma tirade n'était pas de lui faire la morale mais simplement de faire le rapprochement entre probablement son futur métier et le mien. Quoi qu'on en dise, il n'y a qu'une seule raison qui rapproche toutes les professions et je l'ai donné à la jeune élève de Poudlard. Libre à elle d'en faire ce qu'elle en veut, elle est assez grande pour ça. Et je ne suis pas sa mère. Je l'entends alors parler de payer son loyer ou se payer des chaussures. Je comprends tout à fait son point de vu mais je suis loin de ne pas payer mon loyer ou de m'acheter de quoi me revêtir. Cela me fait bien entendu sourire et je vais la rassurer là-dessus.

« - J'ai largement de quoi payer mes factures et m'habiller. Je suis même propriétaire d'une demeure en Écosse donc rassurez-vous, il y a bien une compensation légale ! »

Je me contente de mon salaire qui n'est pas moindre. Je n'ai le salaire de la Ministre mais j'ai largement de quoi vivre avec mes deux enfants, adolescents, à ma charge. Ils ne se sont jamais plains et ils ont toujours eu ce qu'ils voulaient. Les juges ne gagnent pas non plus le salaire d'une secrétaire mais c''est aisément suffisant pour une personne seule. Là-dessus, la sous-secrétaire gagne plus sa vie que moi mais je me fiche de ce qu'elle gagne. Je suis quelqu'un d'honnête et rien n'est plus gratifiant que d'être honnête. Bien sûr, tout le monde n'est pas de cet avis... Malheureusement. Et c'est relativement compliqué de traquer les fraudeurs. Cependant, il serait peut-être temps de remédier au problème des pots-de-vins. Mais je sais déjà d'avance ce que l'on va me dire si jamais je venais à exposer ça en Conseil Restreint au sein du Magenmagot. Si on veut faire ça, il faut être discret... Certaines personnes seraient prêts à vous faire tomber par tous les moyens pour vous empêcher d'aboutir. A croire que la Seconde Guerre Sorcière n'a pas servi de leçon à l'ensemble de la Communauté. Elle en vient alors à une question sur la corruption. Prenant quelques secondes pour réfléchir, je finis par répondre honnêtement à sa question. Après tout, il s'agit d'une réalité que tout le monde connait et a conscience.

« - Il sera mensonger de dire que la corruption n'a jamais existé. Nous apprenons à travers l'histoire que la corruption peut-être partout même chez des personnes très proches. La corruption a toujours existé sous différentes formes : l'argent, action en bourse, un meilleur poste. Cependant, je pense que depuis la réforme du 3 mai 2000 ,mise en place par Kinsley Shacklebolt, la corruption est beaucoup moins présente qu'à sa précédente époque où le département de la Justice Magique et le Magenmagot s'est clairement pointée de la baguette comme étant des services responsables de la situation chaotique d'après guerre. Je reste persuadée que c'est cette réforme qui a sauvé les départements respectifs et qui a permis de retrouver une certaine stabilité. »

Même chez les Moldus, la corruption existe. Mais je n'ai pas de remèdes miracles face à un tel fléau. La corruption est peut-être l'avidité des êtres humains comme le raconterait les contes pour enfants qu'ils soient moldus ou sorciers. Cette rumeur est persistante et aller savoir qui l'a lancée... C'est toujours extrêmement compliquée de gérer ce genre de rumeurs. Après, c'est la croyance qu'en ont les sorciers qui font la différence. J'apprécie la franchise de la jeune journaliste devant moi et je reconnais qu'elle a des traits de sa mère. Rita serait moins douce. Mais c'est aussi important pour un journaliste de prendre des directions différentes pour obtenir les informations qu'il cherche. Ne dit-on pas d'eux qu'ils sont les vrais porteurs de la vérité ? Même moi, je me le demande parfois. J'avais répondu honnêtement et je reprends une gorgée de ma boisson alors que la plume à papote continue à gribouiller sur le morceau de parchemin. J'entends le bruit de l'écriture et cela ne me gène absolument pas. Quand au fait que faire partis des corrompus, ma réponse est non. Cependant, ce n'est pas à la jeune journaliste que je dois des comptes. Sa mère pourrait s'y mêler qu'elle n'y trouverait rien. Chacun de mes salaires sont imposables et je paie mes impôts comme presque tout le monde. Le crédit sur ma demeure ? J'ai fini de le payer et je l'ai fais de manière légale donc les preuves sont à la banque des Sorciers. Au pire, j'ai les doubles au cas où j'aurais une visite de contrôle. On m'a toujours dit qu'il fallait toujours garder ce genre de papiers toute sa vie et surtout à l'abri. On est jamais sûrs de rien après tout. Et puis, je suis quelqu'un de très méticuleuse et je sais exactement où j'en suis. Contrairement à bien de nombreuses personnes, mes papiers importants sont tous rangés quelque part à l'abri de toutes tentatives de falsifications. En admettant que cela arrive un jour, je serais aisément en mesure de le prouver. Avec la Magie à mon âge, on peut faire beaucoup de chose que beaucoup ne peuvent soupçonner...  

© 2981 12289 0
1049 mots  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
MessageSujet: Re: Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]   Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Rendez-vous journalistique [Sutton G. Skeeter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Ancienne version-