RSS
RSS

Historique du Forum

15/01/2020 — Saison 2 sur l'année 2024/2025
15/09/2018 — Saison 1 sur l'année 2023/2024
10/01/2018 — Saison 0 reboot du forum, sur l'année 2022/2023
30/10/2016 — Ouverture du forum
14/10/2016 — création du forum

Teaser

à adopter de toute urgence !

Top sites

©️linus pour Epicode
En bref



 
Partagez
 

 Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 26 Jan - 14:12

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Maxime, de par sa nature, est sensible aux arts. Il aime les regarder, les entendre, les toucher, les analyser et le fait de ne parfois pas les comprendre ne le dérange pas. Que ce soit la peinture, la sculpture, le théâtre, la musique… Il fait preuve d’une grande sensibilité pour chacun d’entre eux. Mais jamais il n’avait songé à y prendre part. Alors quand Rasmus lui a proposé d’être un modèle pour son art, Maxime a dû y réfléchir à deux fois. D’une part parce que jamais on ne lui avait proposé tel poste, mais surtout parce qu’il n’est pas certain d’être un modèle intéressant. Il est bien loin, dans sa naïveté, de s’imaginer le but de Rasmus derrière une telle demande mais force est de constater qu’encore une fois, il s’est laissé convaincre de faire quelque chose qui ne lui ressemble pas.

Le français a tenu à faire cela dans une salle de Beauxbâtons car aller à Poudlard, c’est prendre de trop gros risques d’y croiser Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Non, pas Voldemort, mais bien Peter. Depuis ce qu’il s’est passé chez lui à Paris, cette fois où il s’est ouvert à lui et a été plus vulnérable que jamais, autant sur le plan psychique que physique, et s’est fait rejeter comme un objet sans réelle importance, Maxime fait tout son possible pour ne pas avoir à penser au Serdaigle. Ce dernier, d’ailleurs, joue au même jeu mais à un stade bien plus avancé : il le fuit. L’évite. S’en va dès qu’il entre dans la même pièce ou amorce une tentative de discussion car oui, même s’il souffre et même si cela lui coûte, Maxime a besoin de parler de ce qui s’est passé. Sauf que Peter ne lui ne laisse pas l’occasion, ne lui donne aucune explication.

Patient, Maxime attend donc dans la salle que son artiste arrive. Il est un peu mal à l’aise et espère seulement que Rasmus n’est pas du genre à déshabiller ses modèles. Quoique, si on venait à les surprendre, peut-être que cela rendrait Peter un peu jaloux ? Bien qu’il en doute. Sa manière de le rejeter lui a bien fait comprendre qu’il ne l’intéressait pas de cette manière. Le jeune homme secoue la tête pour ne plus y penser et accueillir comme il se doit son congénère. Même s’il n’est pas à l’aise avec ce qui va se passer, il veut faire en sorte que tout se déroule bien. Il se dit que ce n’est pas le premier modèle que Rasmus a et qu’il saura le mettre à l’aise.

La porte de la salle s’ouvre et il se redresse comme un piquet, avec un sourire un peu gêné. L’artiste-peintre est bel et bien arrivé et il s’en approche pour le saluer. “

“J’espère que cette salle te convient ! Niveau lumière, tout ça… Dis-moi juste comment m’installer et on commence ! Tu peins beaucoup d’élèves de cette façon ?” Lui parler, déceler des émotions ou des réponses chez lui est sa manière de se détendre face à une situation qu’il ne maîtrise pas.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 26 Jan - 17:05
En règle générale, Rasmus était quelqu'un dont il était relativement simple d'ignorer l'existence. Peu bavard, pas le genre à participer en cours où il ne brillait pas par ses talents magiques, ni à chercher la compagnie des autres. On lui connaissait bien quelques amis mais rien, vraiment, ne le faisait sortir du lot, sinon peut-être deux choses : ses peintures et ses obsessions. C'était là deux forces qui avaient chacune la surprenante capacité d'extirper le Serpentard de son retrait naturel, et elles étaient toutes deux à l'oeuvre à cet instant précis.

Tout avait commencé par la surprenante séance de peinture avec Peter, séance pendant laquelle ce dernier s'était révélé être un modèle plein de surprises et de mystères. Il n'en avait pas fallu beaucoup plus pour piquer l'intérêt de Rasmus, et une étrange passe d'arme verbale avait débutée entre les deux garçons. Chacun avec ses propres objectifs en tête.

Pour Rasmus, c'était clair : il voulait enfin avoir l'occasion de produire un portrait, un vrai, pas une simple croûte figurative comme on apprenait à en faire à la pelle, non, quelque chose de vraiment profond, de vraiment... vivant. La peinture magique n'était pas qu'une simple reproduction de la réalité, comme aimaient à le faire les moldus, on pouvait insuffler dans un tableau un caractère, des sentiments, mais pour cela il fallait encore trouver un modèle prêt à se laisser croquer dans toute sa complexité.

Rasmus avait donc tiré un grand enthousiasme, quoique teinté de malaise, de ce projet, enthousiasme proportionnel à la frustration qui l'avait rapidement suivi. Il était évident que Peter lui cachait des choses, et de toute façon, sans doute ne lui faisait-il pas assez confiance pour se livrer autant qu'en aurait eu besoin Rasmus pour son travail. Mais là où un autre peintre aurait respecté cette pudeur, le Serpentard avait des penchants obsessionnels et prit donc sur lui d'en apprendre plus, par ses propres moyens, sur ce qui pouvait tourmenter son modèle.

Une rapide petite enquête l'avait finalement mené sur les traces d'une aventure passé, et celle-ci portait le nom de Maxime Leroy. Un Français de Beauxbâtons dont Rasmus n'avait jamais entendu parler, n'étant de toute façon guère familier avec les élèves étrangers. Quand il eut suffisamment d'éléments en sa possession, et de preuve qu'il avait effectivement été proche de Peter par le passé, le Serpentard entreprit de lui écrire un mot. Rien de très extravagant, il y prétextait chercher des modèles - ce qui était vrai - et qu'on lui avait recommandé Maxime - ce qui était faux mais ne manquerait pas de flatter le garçon, à son avis, ce qui faciliterait peut-être la première approche.

Finalement celui-ci avait accepté, et un rendez-vous avait été fixé. Avec ce coup, Rasmus se sentait un peu comme les détectives des séries moldus qu'il aimait à regarder, ce qui ne manqua pas d'augmenter encore un peu plus son excitation. Au fond, tout ça n'était qu'un jeu, à ses yeux, mais un jeu terriblement sérieux. Il était question d'art, de sentiments et de magie rare, complexe qu'il s'imaginait explorer bientôt, du bout de sa baguette et de son pinceau. Bien sûr il n'était pas complètement naïf et sa séance avec Peter avait suffit à le persuader qu'il se jouait derrière tout cela sans doute un peu plus qu'on ne voulait bien l'admettre, et des choses sombres, qui hantaient le garçon.

D'aucuns auraient rit, prétexté qu'on n'était qu'à l'école, non ? Qu'est-ce qui pouvait bien prendre la tête à un gamin de dix-sept ans ? Rasmus n'était pas de ceux qui se moquent ou prennent ces choses à la légère. Sa douloureuse expérience avec son frère et ses propres accointances avec certains maléfices lui intimaient de rester prudent. Ce n'était pas parce qu'on était jeune qu'on n'avait rien à dire, ou n'était pas dangereux. Après tout, Potter lui-même n'était pas plus âgé qu'eux lorsqu'il avait affronté et vaincu le Seigneur des Ténèbres, non ?



C'est avec un sourire amusé qu'il poussa la porte de la salle d'arts magiques. Quelques mois plus tôt, c'était aussi ici qu'il avait retrouvé Peter, et que tout cette histoire avait commencé. D'ailleurs, coïncidence étrange, celui qui devait être le fameux Maxime se tenait au même endroit, comme un parallèle dans le temps, que seul Rasmus pouvait relever.

Le jeune homme qui se tenait devant lui était... pas comme il l'avait imaginé. Allez savoir pourquoi, Rasmus avait visualisé quelque chose d'autre, plus proche physiquement de Peter, peut-être. Si ces deux-là avaient partagé des sentiments, comme on le lui avait raconté, le Serpentard avait fini, à force de réfléchir à la façon qu'il aurait de gérer la situation une fois en face à face, par projeter sur Maxime certaines des caractéristiques de Peter. Force était de constater qu'il s'était trompé.

Le jeune homme avait une douceur dans la voix, une petite gêne aussi, mais rien d'anormal lorsqu'on rencontre des inconnus. Si Rasmus n'avait pas été là avec des objectifs bien en tête et mûrement réfléchis, il aurait sans doute été dans le même état. Autre chose à noter, Maxime était un garçon assez agréable à regarder. Même s'il n'y avait pas eu cette histoire, il aurait fait un modèle intéressant à peindre, à condition bien sûr que ses qualités ne se résume pas à sa plastique. Il lui serra la main en souriant, tâchant de se montrer avenant.

- Salut, enchanté !

Il hocha la tête à la question de son nouveau modèle, tout en déposant son matériel sur une table à proximité.

- Oui, la plupart du temps c'est ici que je peins, enfin, quand ce sont des portraits. Parce que pour les paysages, c'est moins intéressant...

Une évidence, Rasmus avait le don de s'agacer lui-même parfois, lorsqu'il avait la pression il avait tendance à se réfugier derrière les mots, qui du coup devenaient souvent maladroits.

- C'est un portrait vivant, alors, pour le moment je n'ai pas forcément besoin que tu tiennes une pause, on verra quand il faudra entrer dans les détails. Donc sens toi libre de bouger un peu comme tu le sens, juste... Il fixa le jeune homme avant de hocher la tête. Bon disons que si c'est pas ton truc de sauter partout, le fais pas, tu vois. Faut que ça colle un peu à toi.

En expliquant cela, il avait commencé à installer son matériel, une grande toile posée sur un chevalet et ses pots de peintures ensorcelées, qu'il fabriquait pendant son temps libre, ou achetait dans des boutiques spécialisées lorsqu'il avait l'occasion de revenir passer quelques jours à Londres. Chacune de ces couleurs avaient des propriétés uniques, mais c'était surtout la magie qu'on leur insufflait qui leur donnait vie, et pour cela, il fallait d'abord cerner le modèle.

Ce qu'il fit, tout en tâchant d'assouvir la curiosité du jeune homme.

- Non pas vraiment, je travaillais surtout sur des natures vivantes, avant. En vrai, c'est un peu mes premiers essais dans ce format. J'ai essayé pas mal de croquis ou de dessins préparatoires, mais j'ai encore besoin de pratique pour les vrais tableaux.

Étrangement, plus il scrutait le français, moins il avait envie de lui mettre des couleurs. Rasmus récupéra ses affaires et sorti de son sac différents morceaux de fusains. Maxime n'avait pas l'air d'être quelqu'un que la couleur mettait en valeur. Oh, ce n'était pas une question de ton, même si le jeune homme était plutôt pâle de visage et de grain de cheveux, mais plutôt de contraste. A voir la manière dont il se tenait, dont il parlait, il avait l'air d'être quelqu'un de chaleureux, sympathique, mais également discret, à sa manière. Cela, Rasmus ne le déduisait pas qu'en observant, il avait fait quelques recherches au préalable, sur la réputation du jeune homme. Tout le monde l'avait décrit comme quelqu'un de doux, et de drôle. Mais à le voir ainsi, ça n'aurait pas été de bon goût de rajouter à cela quelque chose de trop bariolé. Il existe des clowns tristes, après tout, et chercher du côté de la noirceur lui permettrait peut-être de faire ressortir d'autres aspects de sa personnalité.

Sans bien s'en rendre compte, Rasmus en était presque arrivé à perdre de vue son objectif premier en organisant cette rencontre, et se projetait déjà et entièrement dans le tableau à faire. Il avait donc pris la décision de travailler seulement dans les tons sombres, jouer avec les ombres, les nuances. Ça lui semblait un choix adapté à la situation. Il rangea ses fioles pour ne garder que le fusain, et sa baguette à proximité.

- Encore merci d'avoir accepté de poser, en tout cas, je sais que c'est pas l'activité la plus marrante du monde, mais c'est un peu nécessaire pour pratiquer la peinture vivante, malheureusement... en tout cas bien sûr je t'offrirai le dessin à la fin... Il marqua une pause, affichant un demi-sourire.. Sauf si tu le juges raté, bien sûr.

C'était plus fréquent qu'on ne le pensait, avec Rasmus. Sa manie de ne pas représenter ses modèles sous leur aspect les plus flatteurs, mais au contraire d'essayer de mettre en lumières leurs failles, leurs doutes, lui avait valu quelques remarques désobligeantes sur la qualité de son travail. Ba, ces gens n'avaient rien compris.

Un trait, deux, une ligne fine puis une tâche sombre. Comme un architecte qui pose les bases d'un bâtiment, Rasmus commençait par dresser les lignes de force de son dessin.

- Pour être honnête, t'es mon premier français. Il sourit. Je ne sais pas si c'est pour ça qu'on va plutôt tenter le fusain, peut-être pour le côté classieux...?

Tout cela, c'était des paroles en l'air. Si Maxime s'en montrait digne, peut-être Rasmus lui expliquerait ce qu'il mettait vraiment derrière chacune de ses couleurs, à quoi rimait ses pigments. Mais faute d'être certain des capacités de son modèle à comprendre ce genre de chose, il préférait rester évasif et amener les choses petit à petit.

- Quelques camarades de Maison, surtout, je crois que j'ai dû saouler tous les Serpentards avec mes séances, et puis un Serdaigle, aussi, MacArthur. Mais au final, on ne peut jamais connaitre la qualité du modèle à l'avance, c'est toujours ce qui se révèle pendant la peinture, qui importe.

Il avait dit ça l'air de rien, mais l'hameçon était lancé. Allait savoir ce qui allait se passer à présent.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 26 Jan - 17:34

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Avant que la porte ne s’ouvre, Maxime s’était fait une représentation de Rasmus, cherchant des indices dans la lettre qu’il avait reçue. Mais rien, pas même les ragots dans les couloirs, ne pouvait vraiment décrire le Serpentard. Comme si beaucoup ne le voyaient pas. C’est donc à un être particulièrement banal auquel il s’attend, une personnalité et un physique effacé, ce qui irait à l’encontre de ce qu’est un artiste pour lui. Mais il n’est qu’adolescent, qu’y connaît-il réellement en arts ? C’est donc avec plein de surprise qu’il découvre Rasmus. Son enveloppe charnelle, en tout cas. D’une petite tête de moins que lui, l’air fermé, il a pourtant un air quelque peu mignon qui prendrait plus de place s’il s’en laissait l’occasion. S’approchant de lui, Maxime enchaîne les questions de façon un peu brutale. Il n’est pas à l’aise et cela se voit. Dans un autre contexte, il aurait été charmant et avenant, tout comme on le décrit toujours. Mais là, il s’agit de peinture.
Il remarque que Rasmus le dévisage, comme s’il s’attendait à voir quelqu’un d’autre. Étrange. Il décide de ne pas s’en soucier et se dirige vers l’endroit où, il le pense, il va s’installer. Son visage s’étire en un petit sourire à la tentative de blague de Rasmus, mais il décide de ne pas relever. On aurait alors l’impression qu’il en fait un peu trop pour les mettre à l’aise. Après cela, il lui donne les directives de la séance et Maxime écoute avec attention. Il ne veut pas mettre à mal l’art de Rasmus et être le meilleur élève possible. Comme d’habitude. Donc il hoche la tête pour signifier qu’il a bien compris ses attentes.

“Rester naturel, d’accord.” Même si cela semble difficile à croire sur le moment, c’est une option qu’il préfère. Rester immobile à ne rien faire, cela ne lui ressemble pas. Il n’est pas non plus friand des poses un peu trop pensées, qui donnent l’impression qu’on se pense supérieur aux autres. Maxime aime le naturel et c’est ce qu’il veut laisser paraître. Si on le décrit ainsi, c’est pour une raison précise, non ?
Il le regarde installer son matériel, curieux de voir la manière dont il peut l’utiliser. Dans un même temps, il s’installe confortablement plus ou moins face au peintre et replie ses jambes en tailleur - position plus que naturelle chez lui. Il est, en général, plus à l’aise ainsi pour discuter qu’avec ses longues jambes qui pendouillent dans le vide.

“Je te fais confiance.” Dit-il très naïvement, sans même penser que Rasmus puisse avoir une autre idée derrière la tête que de s’entraîner sur un autre modèle que ceux qu’il a eu récemment. “Je trouve ça intéressant de voir comment tu procèdes, donc je suis ravi de pouvoir participer un peu ! Me rendre utile.” C’est tout le souci de sa vie. Il ne se sent jamais réellement utile. Avec les autres, dans les situations de crise… il a toujours la sensation d’être mis de côté, de ne pas savoir comment aider. Pourtant, il ne souhaite que cela ! Apporter sa contribution au monde. Apparemment, Rasmus opte pour autre chose que la peinture et donc, il est d’autant plus curieux de voir ce que cela peut donner. Il observer sa main et son bras s’activer, son air concentré et il trouve ça très passionnant à regarder. À quoi pense-t-il quand il dessine quelqu’un ?

“Il faut une première fois à tout.” A qui le dites-vous… “J’ai hâte de voir ce que ça va donner dans ce cas.” Il ne connaît pas très bien les caractéristiques du fusain mais une nouvelle fois, il fera confiance au Serpentard. Il n’a pas de raison de s’en méfier, non ? Jouant avec sa baguette sans pour autant lancer de quelques sorts, il relève brusquement la tête et se fige en écoutant Rasmus parler. A-t-il dit… MacArthur ? Comme SON MacArthur. Enfin, non, pas le sien… plus le sien. Il n’a peut-être même jamais été le sien. Maxime déglutit difficilement et tout en posant sa question, essaye de ne pas montrer ce que le fait de mentionner son prénom suscite chez lui.

“Tu as peins Peter ? Peter MacArthur ?” Une avalanche de questions s’abat sur lui. Il voudrait tout savoir. Ce qu’ils se sont dit, comment ça s’est passé, si Peter a au moins évoqué son prénom… ou son existence. S’ils ont eu une histoire ensemble même si, au fond, il n’en doute pas. Peter a quasiment couché avec tous les 6e et 7e année. Alors que lui, il n’attendait qu’une chose : qu’il lui soit exclusif. Il ne demandait rien d’autre. Maxime ferme les yeux quelques secondes pour refouler ses sentiments négatifs : la colère, la rancœur, la tristesse… puis les rouvre pour poser son regard sur le Serpentard.

“Et tu as eu des modèles mémorables parmi ceux-ci ? Je me doute que cette pratique est exigeante et difficile, et qu’on ne peut pas réussir ce qu’on entreprend avec tout le monde. D’ailleurs, pourquoi tu m’as demandé de le faire ? Je ne crois pas avoir suscité un quelconque intérêt chez des élèves de ce cours récemment…” Qui aurait bien pu le conseiller à ce garçon comme potentiel modèle ? Peter ? Non. Il faut qu’il arrête de tourner ses pensées vers lui, ce n’est qu’enfoncer le couteau dans la plaie. Si ça se trouve, ce n’est qu’un pur hasard. L’ami d’un ami d’un ami commun qui a proposé Maxime car, pour une raison ou pour une autre, il lui a semblé correspondre. Mais Rasmus ne l’a même jamais vu… sera-t-il assez naïf pour gober son explication ?
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 26 Jan - 19:48
De son côté de la toile, le dessin prenait forme par à-coups, le travail du fusain était très différents de celui de la peinture, jusque dans la manière de tenir l'outil mais également d’ensorceler les pigments. Il ne pouvait plus se reposer sur les substances alchimiques pour accompagner sa magie, tout devait venir du geste et des enchantements qui passaient à travers son bras jusqu'au tableau.

Maxime se montrait tout à fait coopératif, ce qui lui facilitait les choses. Il avait l'air vraiment désireux de rendre service et puis, servir de modèle, c'était toujours un peu flatteur. Rasmus avait appris dès ses débuts : en effet, difficile de refuser la proposition de quelqu'un qui vous juge suffisamment intéressant pour passer plusieurs heures de son temps sur votre portrait. Et puis ça faisait un dessin vivant gratuit, après tout.

Retranché derrière sa toile, comme s'il avait posé un mur entre eux-deux, Rasmus se sentait à son aise. C'était une position qui lui allait, une manière de discuter plus sécurisante, où les rôles étaient clairement établis, où chacun savait ce qu'il avait à faire ici. On était à l'abri d'un blanc gênant, qu'on pouvait aisément mettre sur le compte de la concentration, ou de ce genre de malaise qui peut surgir entre deux individus qui cherchent à poser les bases d'une conversation. Ici, point de ça, comme au coiffeur, il n'était pas honteux de juste se laisser faire.

Aussi, le jeune homme, se contentait-il d'attendre, derrière son tableau, caparaçonné dans son armure de peintre, les réactions de Maxime aux perches qu'il lui tendait. La première d'entre-elles ne se fit pas attendre. Quand il avait évoqué Peter, il était difficile de passer à côté des sentiments que cela semblait avoir provoqué chez son modèle. Même si le jeune homme avait cherché à le cacher, il était compliqué de dissimuler quelque chose à quelqu'un qui sait quoi chercher. Sa réaction confirmait les hypothèses de Rasmus : manifestement, il se passait quelque chose, et Maxime était sans doute la personne la plus à même de lui apporter les réponses qu'il convoitait.

Il laissa néanmoins filer la remarque, à la fois par prudence, mais également parce que son travail lui tenait à cœur, et plus le dessin prenait forme, moins il restait un prétexte, plus il devenait un véritable projet, ambitieux et sérieux. Rasmus l'aurait-il voulu qu'il aurait été bien incapable de bâcler son travail, de tous les défauts qu'il pouvait compter, celui d'être négligeant n'en faisait pas parti. Ce portrait se devait d'être tout autant soigné que les autres, quelle qu'ait été sa motivation première.

C'est aussi pourquoi il prit son temps pour répondre à la dernière question de Maxime. A ce stade là, il leur fallait encore s'apprivoiser l'un l'autre, c'était nécessaire aussi bien pour trouver réponses aux questions qui habitaient Rasmus que pour réussir un portrait réussi.

- En fait... ça dépend aussi de ce qu'on attend.

Il reposa son fusain un instant, fixant le jeune homme qui s'était assis.

- N'importe qui qui sait un peu dessiner peut faire un beau portrait, s'il a les bonnes peintures. Mais le risque c'est de créer un dessin un peu fade, tu vois, qui ne sera qu'une pâle copie de l'original, ou qui ne mettra en avant que ses qualités les plus évidentes.

Il secoua la tête.

- Ce n'est pas vraiment ça qui est intéressant. Quitte à juste faire une image animée, autant prendre une photo.

Rasmus se saisit d'un autre morceau de fusain, plus fin mais à la texture légèrement plus grasse, pour souligner des petites ombres, dans le pli d'un vêtement, ou les mouvements de la bouche.

- Du coup, c'est difficile de dire si quelqu'un est un meilleur modèle qu'un autre, au final, ça dépend de ce qu'il accepte de donner de lui-même, tu vois. Je peux pas inventer une personnalité aux gens, et puis, ça sonnerait faux, le portrait ne leur ressemblerait pas.

Manière de noyer le poisson, il reprit sans trop laisser à Maxime l'occasion de voir qu'il n'avait pas vraiment répondu à sa question.

- Certaines personnes parlent juste plus facilement que d'autres. Et d'autres ont plus de choses à raconter, mais je vais pas juger.

Cela, il l'avait dit à moitié caché derrière son tableau. Rasmus avait beau s'imaginer pouvoir la jouer grand manipulateur, il avançait encore beaucoup trop à taton à son goût et bien que Maxime soit un modèle beaucoup plus apaisant que le Peter maladif qu'il avait découvert en fin d'année précédente, le Serpentard n'en restait pas moins prudent, et peu sûr de lui dans la manière de faire avancer la discussion là où il le voulait.

D'autant que les questions du français étaient légitimes, presque dangereuses à vrai dire. Si Maxime commençait à nourrir des doutes sur ses intentions, toute cette séance risquait de virer au fiasco et il était bon pour se taper une réputation de forceur auprès des élèves de Beauxbâtons, voire de Poudlard. A leur âge, la réputation, ça comptait et même si Rasmus n'avait jamais cherché à être populaire, il aimait autant ne pas être connu que l'être en mal. Autant ne pas trop se complexifier la vie.

Aussi, il haussa les épaules, comme si la question n'était pas si importante que ça.

- Ba, tu sais, les gens parlent, surtout en cours d'Art. On se file des tuyaux, tu n'es pas le seul à qui j'ai proposé... Voila, ça devrait le rassurer sur ses intentions. Il ajouta toutefois, non sans une certaine malice. Souvent les gens ne savent pas trop dans quoi ils mettent les pieds avec la peinture magique, quand on explique que c'est un peu plus qu'un portrait, souvent ils préfèrent ne pas aller trop loin. Ça demande pas mal de confiance, en plus envers un inconnu, je peux comprendre que ce soit pas simple.

Il parlait en connaissance de cause. Lui même avait toujours refusé de poser, même pour de simples exercices. Déjà il ne se trouvait pas très intéressants, plutôt banal, d'autres faisaient bien mieux l'affaire, avec des physiques plus atypiques. Ensuite, puisqu'il explorait lui-même le potentiel de la peinture magique, il n'était pas certain des véritables conséquences de se faire tirer le portrait. Pour lui, cela restait un acte mystérieux, complexe, dont il préférait se tenir éloigné, du moins de ce côté là de la toile.

Il ajouta, ensuite, se voulant toujours rassurant.

- Pour le moment, je ne fais que les formes de toute façon, donc pas besoin de se prendre la tête avec ça. Ca ferait un dessin très ressemblant et qui bougera un peu comme toi.

Ce n'était que partiellement vrai, Rasmus avait déjà débuté sa propre interprétation, mais cela il préférait le taire pour le moment.

- Pour le reste, c'est à toi de voir. Le tableau sera ce que tu décides de mettre dedans au final, plus tu te dévoiles à lui, plus il te ressemble. Il sourit. Le peintre est juste là pour accompagner le processus. Ou l'encourager, selon sa déontologie.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 26 Jan - 20:28

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Il a cette question en tête. Ce besoin de savoir, pourquoi lui ? Il avait eu la même il y a de cela quelques mois, lors de son anniversaire. Pourquoi le choisir, lui ? Pourquoi lui infliger un tel supplice ? Qu’a-t-il de différent d’un autre ? Maxime n’est pas du genre méfiant, c’est même d’ailleurs un tort. Sa volonté de faire confiance aux autres le pousse à être régulièrement déçu par les vraies convictions de ses congénères. Il ne sait pas pourquoi Rasmus l’a choisi, tout comme il ne sait pas pourquoi ce soir-là, Peter a fait de lui sa cible. Tout ce qu’il sait, en fin de compte, c’est qu’il est susceptible de souffrir. Mais rien ne peut lui arriver présentement, n’est-ce pas ? Ce n’est qu’un portrait. Il n’imagine pas se mettre en danger dans ce cadre, bien que les intentions de Rasmus soient toujours floues. Ce dernier, d’ailleurs, le noie dans un océan de paroles qu’il tente de suivre comme il le peut. Il essaye de comprendre son fonctionnement et sa volonté mais tout lui échappe. D’ordinaire, cela ne le dérangerait pas mais il y a quelque chose dans cette situation qui le questionne. Peut-être ne se sentirait-il pas comme cela si le nom de Peter n’avait pas été mentionné, quelques secondes plus tôt. Rasmus n’a même pas pris le temps de lui répondre à ce sujet. Peut-être même ne l’a-t-il pas entendu ? Son questionnement est pourtant légitime mais Maxime n’est pas du genre à pousser les autres en quête de réponse. Il prend son temps, il laisse les choses se faire… quitte à ce qu’on le fuit pendant des mois.

“Je vois” hoche-t-il simplement de la tête, pas certain d’avoir compris tous les propos du jeune artiste. Tout ce qu’il retient, c’est que s’il veut un bon portrait, il doit se livrer à Rasmus. Or, il ne le connaît ni d’Eve, ni d’Adam. Lui qui ne s’est réellement confié qu’à quelques uns, y arrivera-t-il ici présent ? La dernière personne à qui il s’est ouvert de cette façon s’est bien jouée de lui. Il ne sait pas s’il est prêt à recommencer ce numéro. Mais en même temps, Rasmus a le bénéfice du doute. Rien ne dit que ses actes sont prémédités, dans un but négatif. Peut-être est-il simplement à la recherche de bons modèles.

“Je ne sais pas si j’ai grand chose à dire !” Dit-il en riant. Il sait très bien que cela est faux. Le français en aurait des choses à révéler, surtout sur lui-même. Des choses que les autres ne voient pas, par ignorance ou par manque d’intérêt. Il est clair que si Maxime décide de donner de lui-même pour ce portrait, on n’y verra pas qu’un sourire. C’est peut-être pour cela qu’il hésite encore, d’ailleurs. Montrer aux autres la facette la plus importante de sa personnalité n’est pas chose aisée.
Il ne sait pas si Rasmus dit cela pour le rassurer, mais le fait qu’il ne soit pas le seul candidat sur la liste lui permet de souffler un peu. Au final, il n’est qu’un parmi tant d’autres qui a simplement accepté l’exercice. Pourquoi s’est-il autant pris la tête à essayer de deviner les “réelles intentions” du Serpentard ? Encore une fois, il se trouve stupide. Le Français se détend un peu et commence à regarder autour de lui, avant de poser à nouveau ses yeux sur le jeune homme. Ce qu’il lui explique a du sens et il se demande qui d’autre, à Beauxbâtons, a eu l’audace de passer sur sa toile. Il se répète intérieurement qu’il a vraiment envie d’aider les autres dans leurs domaines, alors il compte bien faire un effort.

“Tant que tu ne me fais pas ressembler à une mante religieuse…” Dit-il en souriant, avec un brin d’humour. Le fait qu’il soit si mince et si grand lui a souvent fait penser à cet animal. Maxime espère, avec cette boutade, détendre un peu l’atmosphère. Il a posé beaucoup de questions d’ordre pratique à Rasmus mais cela ne l’intéresse plus, pour le moment. Il veut savoir ce qu’il peut faire pour entrer réellement dans le processus de la peinture magique.

“D’accord donc… je dis ce que je veux sur moi, c’est ça ? Est-ce qu’il faut que je me décrive ? Je fais un monologue ou tu acceptes de me poser quelques questions pour me ‘guider’ ?” Il ne sait pas à quel point il est naïf à cet instant et se contente de passer sa main dans ses cheveux pour les ébouriffer, comme à son habitude. Geste totalement naturel qu’il ne contrôle même plus. Parfois, Maxime a l’air complètement débraillé ou avec une tête qui laisse penser qu’il vient de sortir du lit. Ce n’est pas qu’il soit négligent mais son apparence compte peu à ses yeux. Bien sûr, il prend soin de ses uniformes, mais chercher à se coiffer d’une certaine manière ? Très peu pour lui. Il aime le naturel et c’est probablement pour cela qu’au départ, Peter lui plaisait autant. Il semblait… vivre sa vie sans se soucier du regard des autres. Sans s’accommoder de leurs jugements. Il lui semblait si pur… mais la réalité est bien plus difficile à accepter. Il l’a appris à ses dépends. Le problème, c’est qu’il n’est pas sûr de ne pas refaire la même erreur aujourd’hui. Il se sent encore profondément attaché à Lui, quand bien même ce dernier l’a repoussé. Et il n’arrive pas à se défaire de cette empreinte qu’il a eu sur sa peau, sur son corps, sur son esprit. Il est pris au piège par ses propres sentiments. Un œil averti remarquerait la douleur dans son regard dès qu’il entend ou prononce ce prénom.
Ce dernier se reporte sur Rasmus, prêt à donner son maximum pour repartir avec un portrait authentique de sa propre personne. Ce serait un bon souvenir de ses années d’étude, pas vrai ?
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 26 Jan - 21:57
“Je ne sais pas si j’ai grand chose à dire !”

Ça commençait toujours un peu comme ça, en général. C'était que l'exercice était difficile, face à un inconnu, qui plus est aussi jeune et amateur dans son travail. Que dire en effet ? Des banalités ? On débutait par là, souvent, on racontait son histoire, on cherchait les limites de ce qui pouvait se formuler ou non, de jusqu'où on était prêt à aller.
Déjà qu'il pouvait être compliqué d'accorder sa confiance à son psy, alors à un ado connu ni d'Eve ni d'Adam... Là résidait aussi le travail de Rasmus, arriver à dédramatiser la situation, à laisser l'autre trouver ses marques, prendre confiance. La plupart des gens aimaient parler d'eux, même si souvent ils ne se l'avouaient pas, c'était humain. Rares étaient les occasions, même avec des amis proches, de pouvoir évoquer des sujets sensibles, ou tabous, des fragilités. Parfois, le faire avec un inconnu pouvait aider, les mots s'envolaient, disparaissaient dans un dessin, ils étaient sans gravité mais soulageaient tout de même d'un poids.

- Une mante religieuse ? L'idée ne lui avait pas traversée l'esprit, à ses yeux les dessins anthropomorphistes avaient tendance à réduire un peu leur sujet, comme les caricatures, d'ailleurs. C'est ton animal totem ? On peut partir sur un portrait chinois si tu veux...

Des fois, ça aidait. Si tu étais un animal ? Une couleur ? Un artiste connu. C'était ludique et ça débloquait un peu la situation, au moins au début. Suffisait ensuite de rebondir sur les réponses. Mais avant cela, il devait encore donner des gages à Maxime, le rassurer sur le fait que tout cela était bien sérieux, et pas juste un délire d'anglais dérangé.

- En général ça prend la forme d'une conversation, oui, mais si tu as déjà préparé ton texte je veux pas te freiner.

Il avait dit cela sur le ton de la blague, lui aussi. Travaillant toujours sur la structure du tableau, sans être encore passé aux détails, il prenait soin de ne pas regarder Maxime en face, ou seulement par à-coups, pour prendre la mesure de telle ou telle forme, de telle ou telle mimique que pouvait avoir le garçon. Ça aussi il l'avait appris à force de croquer les gens, l'expérience était intrusive, on pouvait réduire la gêne avec un peu de politesse de regard. Il était toujours surprenant de voir comment Rasmus, étudiant au caractère si réservé, si maladroit dans ses relations avec les autres au point de parfois passer pour asocial, pouvait se montrer assez clairvoyant sur les codes à suivre dans ses interactions, lorsqu'il peignait. C'était vraiment la seule situation où il se sentait sûr de lui. La plupart du temps, néanmoins.

- Ça va la vie à Beauxbâtons ? L'ambiance est cool ? Il avait lancé ça comme ça, histoire de dire, mais gardait tout de même au fond de son crâne cet objectif inavoué : comprendre quel lien le reliait à Peter, et ce qu'il pouvait apprendre de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyLun 27 Jan - 16:02

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Est-ce que Rasmus n’a pas saisi la blague ? Pendant quelques secondes, il se pose réellement la question. Peut-être plaisante-t-il lui aussi ? Vaudrait mieux que ce soit le cas, sinon il y aura un blanc gênant. Maxime décide donc de répondre, à son tour, sur le même ton. “Je ne préfère pas ! Je risquerais d’en effrayer plus d’un parmi les tableaux.” Il y a pire dans le monde des sorciers que des mantes religieuses, c’est une certitude, mais ça le faisait un peu rire d’imaginer cet insecte en version géant courir après les personnages des tableaux pour leur arracher la tête, comme avec leurs partenaires sexuels. Enfin bref, il pouvait avoir l’imagination débordante.

Il demande un peu l’aide de Rasmus pour savoir ce qu’il attend de lui exactement. De quelle façon est-il censé “se livrer” ? Élève consciencieux, il veut bien faire et surtout, obtenir un tableau réussi à la fin. Si c’est pour repartir avec une simple ébauche de ce que peut être sa personnalité, cela n’a pas grandement d’intérêt. Ni pour lui, ni pour l’artiste qui lui fait face - quoi qu’il se cache surtout pas mal derrière son pupitre. Est-ce que Rasmus serait de nature timide ? C’est à lui de l’observer à présent, tandis qu’il lui explique de quelle façon, d’ordinaire, les choses se déroulent. Une conversation ? Maxime est tout à fait capable d’en entretenir une. N’ont-ils pas déjà commencé, d’ailleurs ?

“Je ne suis pas sûr qu’un monologue ou qu’une tirade lyrique rendrait ta tâche plus facile !” Dit-il dans un léger rire, tout en changeant la position de ses jambes. Toujours assis en tailleur, il continue à observer le jeune homme, qui ne doit pas être beaucoup plus âgé que lui. Minimum sixième année, sûrement septième. Il a un sourire à sa question et commence à parler assez naturellement. Sans même évoquer ses potentielles relations ici ou à Poudlard. “Franche camaraderie oui ! Personnellement, j’aime beaucoup. J’ai pu voir un peu ce que ça donnait à Poudlard en y allant pour mes différentes options et… je ne sais pas… ça reste différent. Mais les deux sont biens ! J’aurais aimé voir ce que ça fait de grandir scolairement à Poudlard, sous la gestion de Dumbledore, à l’époque. Cela devait être sacrément cool. Bien que compliqué de vivre dans un tel climat de tensions. Est-ce que tu as déjà rencontré Harry Potter, là-bas ? Il y repasse de temps en temps ?” Les questions fusent, de vraies questions qu’il se pose parfois et il a un Serpentard sous le coude, pourquoi ne pas en profiter ? Bien sûr, pour le moment, il émet volontairement d’évoquer les événements récents, comme à la Garden Party. Les tensions existent aussi en 2024, il a bien pu le constater même s’il n’a pu y faire grand chose. C’est d’ailleurs un détail qui le ronge. Maxime se sent particulièrement inutile en ces temps de trouble. Comme si sa présence en tant que sorcier était plus que négligeable… dispensable. Lui ou un autre, à quoi bon ? Il ne pèse pas dans la balance. Comme beaucoup, il rêve de grandeur… mais n’est pas certain que ce soit un destin pour lui.

“Et puis, les paysages ne sont pas les mêmes. Il fait souvent meilleur temps ici et plus chaud, je trouve. J’y suis plus habitué. Même si bon, à Paris, c’est parfois pas terrible. Ah oui, je viens de Paris, j’y suis né. Cela semble couler de source mais j’aime bien le préciser parfois parce que mine de rien, il y a beaucoup de villes intéressantes en France mais tout le monde semble toujours croire qu’on vient de Paris. Pour mon cas, c’est vrai. Mais pas pour tout le monde. Tu as déjà visité Paris ? C’est vraiment une jolie ville, qui a du vécu, ça se sent.” Note à lui-même, ne jamais commencer à parler de sa ville natale. Il finit toujours pas en dire un peu trop, longtemps, et cela ennuie tout le monde. Surtout pour ceux de Beauxbâtons qui connaissent souvent la capitale. Mais il se dit qu’il est possible que Rasmus, lui, soit un novice en la matière alors pourquoi ne pas lui en parler ? C’est un bon sujet de conversation qu’il ne doit pas forcément avoir avec ses camarades de Poudlard.

"Désolé, au final, j'ai vraiment fait un monologue !"
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMar 28 Jan - 14:46
Rasmus ne pu s'empêcher de sourire à la première remarque de Maxime. Effrayer les tableaux vivants... quand il était gosse et que ses parents affichaient ses dessins au mur de la maison, le jeune homme s'était plus d'une fois amusé à inventer des monstres qu'il prenait plaisir à coller à côté des portraits et des natures mortes du salon. Si cela le faisait beaucoup rire de voir ses ancêtres s'enfuir en courant à l'approche d'un loup à trois pattes, il avait compris en grandissant que ses croquis n'étaient que des dessins d'enfants, pas effrayant pour un sous, et que les portraits jouaient la comédie pour l'amuser. C'est à cette époque que le jeune homme avait également commencé à comprendre l'intérêt de se faire un ami des tableaux. Chez lui d'abord, mais aussi de ceux de Poudlard dont il était devenu un confident et camarade, n'hésitant pas à rendre de petits services à chacun, sous formes de paysages souvent, selon que l'un d'eux souhaitait pouvoir se promener dans un nouveaux décor.

Il ne fit néanmoins pas mention de cet épisode. Les tableaux vivants avaient tendance à s'ennuyer dans leurs cadres et pouvaient se montrer particulièrement bavards si l'on prenait la peine de les écouter. Rasmus en avait tiré de nombreuses informations intéressantes, sur la vie de l'école, bien sûr, mais également sur l'histoire et le caractère des sorciers dont ils étaient l'image. Qu'on le veuille ou non, se faire tirer le portrait n'était jamais un acte anodin, on y laissait toujours un peu de soi.

Si ces questions hantaient Rasmus depuis bien longtemps, la plupart des gens ne s'y intéressaient même pas, il fallait bien le dire. Chacun ses obsession, après tout. Mais une chose était certaine, c'était que Maxime ne semblait pas traversé par ce soucis de prudence. En vérité, une fois lancé, il était particulièrement loquace.
Le plus longtemps possible, Rasmus se contenta de l'écouter sans intervenir, hochant simplement la tête régulièrement pour signifier qu'il était attentif. Sur sa toile, le croquis prenait de plus en plus forme et l'on y reconnaissait clairement le jeune homme, à présent, bien qu'il lui manque encore certains volumes et de la profondeur. Mais c'était une représentation assez réaliste de l'image qu'il donnait à l'instant. Restait maintenant à nuancer un peu tout ça.

En vérité, c'était moins ce que disait Maxime qui intéressait le peintre, mais bien la manière dont il le faisait. Le jeune homme avait une joie de vivre assez évidente, un entrain peut-être un peu naïf mais qui lui donnait un côté indéniablement sympathique. Ça, c'était les apparences. C'est simple, les apparences, tout le monde peut en faire ce qu'il veut. Un peu d'intelligence sociale suffisait à se faire dire ce que l'on était pas, à se persuader soi même des plus insolents mensonges.

Cela n'intéressait pas Rasmus. Il n'avait pas envie de faire un croquis joyeux, pour raconter, quoi ? Tout ce que tout le monde lui disait déjà ? "Maxime est un garçon drôle et charmant, il a la bonne humeur communicative". C'était à la fois faux, et également insultant. C'était s'arrêter aux apparences, et c'était son travail à lui, en tant qu'artiste, d'aller chercher au-delà, de savoir rendre justice à ce qu'étaient vraiment les gens au fond d'eux, mêmes s'ils n'étaient pas toujours prêts à se l'avouer eux-mêmes.

Il releva cependant la tête à la première question du jeune homme. Harry Potter, la grande bataille, oui, ça c'était des sujets qui lui parlaient.

- Non il ne repasse pas, enfin, peut-être discrètement pour voir la directrice, mais j'ai déjà eu l'occasion de lui parler, une fois, au ministère !

Disant cela, le jeune homme avait des étoiles dans les yeux. Sa rencontre avec probablement le plus grand sorcier de sa génération avait été... étrange, mais clairement stimulante. Pour Rasmus, toutes ces questions restaient encore un passionant centre d'intérêt. Comment Voldemort s'était-il rendu quasi immortel ? Quelle était cette étrange magie qui avait sauvé Harry, encore enfant, à Godric's Hollow ? Autant d'interrogations qui restaient sujettes à débat et laissaient entrevoir, peut-être, de nouvelles opportunités d'innovation pour la magie.

Maxime était-il sensible à ces sujets là, également ? Se pourrait-il que derrière son air bonhomme, le garçon fasse preuve d'un peu plus de curiosité et d'ambition qu'il ne pouvait le laisser paraître ? C'était à creuser et même si Rasmus était clairement en train de projeter ses propres questionnements sur son camarade, il n'en avait absolument pas conscience.

- C'est un gars bizarre, mais... il a des choses à dire.

Il marqua une pause, ne sachant s'il devait aller plus loin, mais ces sujets lui brûlaient la langue depuis un moment, alors il se lança.

- Tu vois... j'ai l'impression que ce qui s'est passé pendant sa scolarité... bon, ça a laissé des traces, c'est évident. Mais ça ne justifie pas d'être aussi prudent sur les questions d'expérimentation magique.

Pas sûr d'être très clair, il posa son fusain.

- Tu vois, depuis qu'il est au département de la justice magique, ils ont pas mal serré la boucle, en Angleterre. Il y avait du ménage à faire, avec les mangemorts, c'est sûr, mais aujourd'hui, je sais pas, j'ai l'impression qu'on ne s'autorise plus vraiment à explorer de nouveaux domaines, de nouveaux sorts, comme si tout le monde flippait de voir un nouveau Voldemort sortir du chapeau.

Il soupira avant de reprendre son dessin.

- C'est idiot, on est en train de prendre un retard monstre sur les moldus et leur science. Bientôt ils guériront le cancer qu'on sera encore à se faire des potions au choux pour réparer les os cassés.

L'image pouvait être amusante, mais elle ne tira pas un sourire au jeune homme. C'était là un vrai sujet de société, et lui-même ressentait une grande frustration dans ses cours à Poudlard, comme si on se refusait trop souvent à laisser place à leur créativité individuelle, pour simplement leur apprendre des formules toutes faites.

Soudain, comme si Rasmus venait de prendre conscience qu'il venait lui-même de livrer un peu trop d'informations à son goût, il rebondit sur la dernière tirade de son camarade, histoire de changer de sujet.

- C'est un peu pareil en Angleterre, tu sais, tout tourne un peu trop autour de Londres. Heureusement que Poudlard est en Ecosse, alors. Mais non, je ne suis jamais allé à Paris, encore. Peut-être un de ces quatre ?

Il haussa les épaules. Il y avait sans doute de belles choses à peindre, là bas. Encore fallait-il trouver un emplacement à l'abri des regards indiscrets, difficile d'expliquer pourquoi la tour Eiffel s'agitait au vent à des moldus un peu trop curieux.

- T'inquiète, ça me permet de savoir un peu plus quoi mettre dans le portrait.

En réalité, Rasmus était un peu perdu, à cet instant. Sa digression sur Potter lui avait fait perdre sa concentration et il était présentement tiraillé entre son objectif d'en savoir un peu plus sur Peter, et celui de faire un tableau réussi, ce qui impliquait de creuser un peu plus la personnalité de Maxime. Pourtant, le jeune homme ne semblait pas décidé à vouloir encore trop s'aventurer sur des sujets personnels. A lui de l'y pousser, dans ce cas.

Rasmus attrapa doucement la toile de chaque côté du chevalet et le fit pivoter sur lui même, pour l'exposer à Maxime. Sur la feuille blanche, une petite réplique du jeune homme se tenait là, assis comme lui, un sourire en coin.

- Ça a l'air de l'amuser de te voir. Enfin, de se voir.

Le dessin était assez réaliste, bien qu'encore un peu vide au goût de son créateur. Si le personnage qui se relevait à présent dans le tableau ressemblait à Maxime, ce n'était pourtant que la réplique de son apparence, de ses gestes, de ses tics et mimiques, mais rien de plus. Rasmus y avait bien ajouté un peu de bonne humeur et une touche d'espièglerie, mais ça n'en faisait pas un caractère très complexe pour autant.

Il ajouta.

- Bon, c'est une première étape, on va dire. Pour le moment, c'est juste une carapace, enfin, c'est mon avis. Un peu comme un portrait de moldu, tu vois, c'est juste... une réplique physique, avec un peu de ton caractère dedans.

Il avait dit cela sur un ton qui se voulait neutre, mais un esprit attentif y aurait décelé une pointe d'amertume, ou de frustration. Si la séance s'arrêtait là, elle serait un échec.

- Ça te plait pour l'instant ?

Certains, ceux qui avaient du goût selon Rasmus, pouvaient parfois être un peu dérangés par ce double creux qu'on leur présentait dans un premier temps. Comme pour la vallée de l'étrange, il y avait un côté un peu dérangeant, parfois, à se voir ainsi figuré par un corps sans profondeur. D'autres s'en contentaient. Ils ne souhaitaient qu'un tableau à afficher dans leur salle à manger, pourquoi alors s’embarrasser de nuances ? Avoir l'air heureux leur suffisait.

- On peut faire une pause, si tu en as marre, mais... bon, à ce stade, c'est juste une ébauche, pour moi. Ça te rend pas vraiment justice. Il prit sur lui de fixer Maxime dans les yeux. Les gens sont quand même un peu plus que juste un joli sourire.

Dans ces moments là, il se faisait un peu trop penser à un adulte, avec son ton sérieux et ses airs de grand sage plein de recul. On le lui avait déjà fait remarqué. Cocasse pour un gamin qui n'avait au final jamais connu de véritable relation avec qui que ce soit et préférait la plupart du temps rester dans son coin faute d'envie de se socialiser. Enfin, ça faisait partie de son travail, en tant que peintre, d'endosser le rôle du psy. Ou du moins d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMar 28 Jan - 15:31

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Harry Potter… c’est un sujet éternellement intriguant et passionnant. Maxime fait partie de ceux dont l’histoire du sorcier fascine et envoûte, mais aussi se fait se poser des questions. Il était un garçon de leur âge lorsqu’il a vaincu le plus grand sorcier de magie noire de tous les temps et a subi tellement de choses… mais aussi découvert de nouveaux aspects de la magie dont aujourd’hui, on ne parle quasiment plus. Par peur, peut-être, que ces techniques soient de nouveaux utilisées à de mauvaises fins. Curieux de nature, il a toujours un peu regretté de ne pas avoir fait sa scolarité à Poudlard pour en apprendre plus sur cet homme et, peut-être, le croiser autre part que dans les livres d’histoire. Il ne pense pas avoir grand chose à lui dire qui soit réellement pertinent. Il envie simplement sa bravoure et son utilité dans le monde magique, ce qui lui fait actuellement défaut. Maxime pourrait ne pas exister que la sorcellerie s’en trouverait inchangée.

“Cela a dû être très impressionnant et excitant !” Dit-il avec une pointe de jalousie dans la voix. Il est réellement ravi pour Rasmus mais comme tout un chacun, il a ses failles et voir les autres accomplir leur vie tandis que lui patine avec la sienne, cela le met mal. Mais il sait que c’est de sa faute. Peut-être ne se donne-t-il pas assez de chance d’être dans l’action ?
Rasmus aborde un sujet dont le Français n’a jamais osé parler avec qui que ce soit. Pas que cela soit interdit mais… il est très difficile d’expliquer pourquoi on veut à tout prix apprendre de nouvelles choses en terme de sorcellerie. Explorer de nouvelles voies qui peuvent être dangereuses, c’est une certitude. Tout le monde craint le retour d’une réplique de Voldemort et si cela devait se produire, Maxime lui-même se sentirait tiraillé entre la volonté d’aider et celle de se protéger. Mais le jeune Serdaigle a raison et ses propos font écho à ce qu’il pense au fond de lui depuis toujours. Fils de moldue, il connaît tous les progrès passés, présents et à venir de cette population, l’ambition dont ils font preuve pour dépasser les limites de l’entendement, de ce qu’ils connaissent déjà. Leur science fait des merveilles autant qu’elle peut détruire des vies. Mais cela ne les empêche pas de continuer encore et encore, quitte à se détruire eux-mêmes. Les sorciers, eux, semblent avoir abandonné l’idée de pousser la magie au-delà de ses limites. De se contenter de ce qui existe déjà, de ce qui est sûr. Jamais discours ne lui avait semblé plus juste.

À sa comparaison, Maxime a un léger sourire crispé. L’image est drôle mais la réalité bien triste. “Je crois que je n’ai jamais entendu quelqu’un dire tout haut ce que je pense tout bas. Je veux dire… La peur va nous condamner. Si on continue de jouer la sûreté de la sorte, le jour où il y aura vraiment une ou un groupe de personnes qui s’en prendra au monde des sorciers, on sera en sous-puissance. Parce qu’on se sera contenté de ce qu’on sait déjà. Tu sais, parfois quand on est en cours, j’ai envie de poser certaines questions ou d’essayer certains mélanges d’ingrédients mais je me sens obligé de me retenir parce que je ne veux pas passer pour un sorcier “à risques” mais… en même temps, ces questions, on devrait pouvoir se les poser non ?” Sa question est purement rhétorique bien sûr. Maxime n’est pas un bousculeur de foule. On le trouve trop jovial et gentil pour être l’élève qui transgressera les règles mais, comme tous, il lui arrive parfois d’avoir envie de le faire.
Sur un ton plus léger, il reparle de Paris car il sent bien que ce sujet ternie l’ambiance, même s’il peut être profondément passionnant. Il n’est pas non plus certain que Rasmus soit la personne adéquate avec qui partager ses pensées les plus profondes en matière de magie. Il s’excuse, par ailleurs, de l’intensité de son discours, qui lui a laissé peu de place pour la parole. Mais si cela lui est utile, tant mieux. Il se demande où il en est de son portrait et si, quand il le verra, il sentira quelque chose. Comme si c’était un vrai miroir. Y verra-t-on le vrai Maxime ? Impossible, le Serpentard n’en a même pas effleuré la moindre petite parcelle.
Comme s’il avait entendu ses pensées, Rasmus tourne sa toile pour lui montrer le premier jet. Et en effet, il reste dubitatif. La qualité du trait est bien présente et pour cela, Maime ne peut que l’applaudir. Lui qui dessine également ne se sent pas encore capable de faire des portraits de cette envergure. Rasmus a un talent indéniable. Mais est-ce vraiment ainsi que tout le monde le voit, d’ordinaire ? Juste cette jolie plastique et ce sourire ? L’ensemble lui semble creux et bien sûr, il ne se reconnait pas. Mais c’est de sa faute, il n’a pas donné tous les éléments au jeune homme.

“Oui je vois. Mmmh… eh bien, ce qui est sûr, c’est que tu es très doué. Et comme tu le dis, ce n’est qu’une première étape mais… je le trouve… vide. Je ne sais pas si je m’exprime correctement et je ne veux pas dire quelque chose qui te froissera, mais là, quand je le regarde… je trouve la personne sur le tableau totalement dénuée d’intérêt, creuse et superficielle. Est-ce que c’est vraiment ce que je renvoie aux premiers abords ?” Demande-t-il avec sérieux et une pointe d’inquiétude. Peut-être qu’il a mis en évidence le manque de consistance de sa personnalité quand il ne s’ouvre pas aux autres. Il faut dire qu’il se débrouille très bien pour la cacher et il est fort probablement qu’en effet, on ne voit de lui que ces éléments. Ce qui est certain, c’est que Maxime ne se reconnaît pas dans ce portrait. Ce sont bien ses cheveux, son visage et sa posture, mais il trouve cela trop… simple. On dirait une personne dont la vie n’a pas grand intérêt, qui n’accomplira jamais de grandes choses. Et c’est ce qui lui fait le plus peur. Ne rien accomplir de sa vie. N’être… que ça. Qu’un garçon au sourire en coin et aux yeux pétillants.

“Non, continuons, je ne veux pas de pause. Je suis déjà assez ébahi par ton tracé et je veux te donner ce qu’il faut pour que ce portrait me ressemble. Peut-être que je devrais… je ne sais pas… être un peu plus honnête avec toi. En voyant ce résultat d’ébauche, je me rends compte que la première impression des gens à mon sujet n’est pas la bonne. Bien sûr, je souris et j’aime rire. J’aime faire rire. Le bonheur, c’est quelque chose auquel je tiens vraiment. Mais tu sais, chez les moldus, y’a une phrase d’un gars - je ne sais plus qui - qui dit… Ce sont toujours les plus tristes qui ont les plus beaux sourires. Mince, c’est quoi son nom…” Il se perd dans sa réflexion, dévoilant ainsi un pan de ce qu’il est sans même s’en rendre compte. Tendant à Rasmus la perche idéale pour creuser un peu plus dans sa personnalité. Ne voit-il pas cette lueur dans ses yeux ? Le sanglot dans ce sourire ?
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMer 29 Jan - 21:46
Il y a des mots, comme cela, qui peuvent faire basculer une situation. D'une conversation somme toute un peu superficielle, on avait soudain glissé dans quelque chose de plus... intéressant. Du moins aux yeux de Rasmus. C'était en fixant ceux de Maxime qu'il l'avait réalisé, le garçon les avait particulièrement expressif. Une faiblesse pour qui sait s'y montrer attentif car si le Serpentard était encore bien loin de pouvoir, à la manière des legilimens, s'introduire dans l'esprit des gens, il ne s'en montrait pas moins surprenamment observateur, quand il souhaitait s'en donner les moyens.

Etait-ce de l'amertume qu'il percevait chez le garçon ? Ou une forme de frustration ? Difficile à dire, mais le langage corporel ne mentait pas, contrairement à lui. A la mention de ce stage au ministère, son attitude avait légèrement changée, comme survolée d'une ombre inavouable. Dans ces instants, la politesse, les conventions sociales ne peuvent complètement gommer les élans du coeur, particulièrement chez les gens expressifs.
Rasmus se promit de creuser ce sujet un peu plus tard. Personne n'était foncièrement gentil, gratuitement généreux. Cela n'existait pas. Même le plus humble des hommes a des ambitions, des rêves et peut ressentir de la colère à les voir lui échapper, qu'elle soit dirigée contre le monde ou contre lui-même. Maxime, très certainement, ne faisait pas exception. Surtout à leurs âges, des périodes pleines de fragilité et de doutes, et l'une des manière pour Rasmus de ne pas gérer les siens, c'était de s'occuper de ceux des autres. Enfin, "s'occuper", à cet instant il avait plutôt les airs d'un voyeur que d'un thérapeute. Artiste était sans doute un bon compromis entre les deux.

Quoiqu'il en soit, les choses avaient soudain pris une tournure nouvelle et c'est avec surprise que le jeune homme apprit que Maxime partageait visiblement certains de ses points de vue, ce qui lui tira une remarque amusée.

- Tu aurais eu ta place à Serpentard, alors.

Dans sa bouche, c'était un compliment. Même s'il n'était pas essentialiste, la plupart des autres maisons lui avaient souvent paru un peu trop... propres. Pas assez curieuses de leur propre potentiel. Là où les disciples de Salazar n'hésitaient pas à faire preuve d'une certaine audace, en général, bien que parfois un peu naïve ou maladroite.

En retournant le tableau, c'était en tout cas une nouvelle chose sur laquelle il se promit de revenir plus tard. La réaction de Maxime en découvrant son portrait le satisfit. Bien que celui de Peter et le sien n'aient rien eu à voir, presque en miroir l'un de l'autre tant il avait grimé une face inquiétante et malsaine au Serdaigle, quand le français avait lui droit à un dessin particulièrement consensuel, leurs réactions avaient été les mêmes. C'était exactement ce que Rasmus cherchait à provoquer, ou en tout cas, espérait. Quelqu'un qui se serait satisfait d'une première ébauche de tableau n'aurait, à ses yeux, pas vraiment mérité d'en voir plus. Le modèle n'aurait pas été à la hauteur de l'oeuvre, se disait-il du haut de toute sa prétention de seize ans.

Il reçut les compliments avec un hochement de tête poli, laissant le français développer avant de lui répondre.

- C'est toi qui décide de ce que tu renvoies, au fond. Montrer un caractère lisse, c'est aussi un moyen de pas trop attirer l'attention, d'être tranquille, ou de se protéger.

Rasmus en savait quelque chose, appliquant cette stratégie avec succès depuis le début de sa scolarité.

Il croisa les bras, attentifs aux paroles du jeune homme. Ce dernier avait soudain l'air un peu perdu, laissant entrevoir une légère forme de détresse, comme si la vue de son portrait l'avait plus touché qu'il ne voulait le laisser paraitre. Ce n'était jamais simple de se regarder dans le miroir avec franchise, loin d'atténuer cet effet, la peinture avait encore plus tendance à grossir le trait, à insister sur les forces et les faiblesses de son modèles, sur lesquelles elle bâtissait son interprétation. Bien sûr il pouvait arriver de faire fausse route, de mal "retranscrire" le caractère d'un individu, c'était déjà arrivé à Rasmus, ce qui expliquait qu'il travaillait désormais par étapes, essayant de deviner petit à petit ce que chacun était prêt à révéler.

Il sourit en hochant la tête.

- Ok, pas de pause.

Il récupéra son fusain, il y avait beaucoup à dire, encore.

- Ce que tu disais, sur "les questions qui fâchent"... D'une certaine manière, c'est un peu ce que j'essaye, là. Enfin, ce qu'on peut essayer. Je crois vraiment que la peinture magique, bon, ça a plus à nous apporter qu'on ne le pense, tu vois ? Faire des portraits, ok, mais tu sens bien que le processus de création est plus complexe, et intime, que juste reproduire bêtement un modèle pendant deux heures.

Étrangement, Rasmus se retrouvait tout d'un coup lui aussi à partager des choses. En tout cas bien plus qu'il ne l'avait osé avec Peter, avec qui il avait toujours tâché de rester au maximum dans le contrôle. Sans doute que Maxime l'effrayait moins, déjà, mais aussi que sa première tirade, sa curiosité sur les questions magiques, étaient communicatives et raisonnaient fort chez Rasmus qui n'avait jusqu'ici trouvé que peu d'interlocuteurs qui partagent ses préoccupations théoriques. Bien que ses habitudes lui soufflent de rester prudent, sa nature profonde, elle, gagnait du terrain, faisant monter une palpable forme d'excitation quant au projet qui s'annonçait.

Mais s'il ne s'agissait que de cela... les mots alertent le Serpentard, au même titre qu'une nouvelle nuance dans le regard du jeune homme. Décidément, il l'a expressif. Comme un serpent, Rasmus s'engouffre dedans, avec calme mais vivacité. Au fond, ne vient-il pas de le confesser quelques instants plus tôt ? L'éthique, l'empathie, ce n'est pas son problème. Seul compte le savoir, et son art.

Il remue un peu, feint d'être mal à l'aise, sourit avec douceur.

- T'as l'air d'en avoir gros sur le cœur, mec. Je dis plus ça forcément pour le tableau, d'ailleurs, mais... si t'as besoin d'en causer, on peut le faire, tu sais.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMer 29 Jan - 23:03

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Lui, sa place à Serpentard ? Il prend ça comme un compliment. Bien que cette maison ait accueilli en son sein des sorciers qui ont mal tourné, elle n’en reste pas moins une maison pleine d’ambition et c’est cela qui l’attire. Les élèves Serpentard, tout comme le discours de Rasmus le laisse entendre, ne sont pas du genre à simplement reproduire les choses qu’on leur donne. Ils veulent innover, chercher bien plus loin que l’imaginable. Et c’est une cause qui l’attire.

Leur conversation dévie naturellement sur le tableau que désormais, le jeune sorcier lui montre. Et bien sûr, sa réaction ne se fait pas attendre. Bien qu’il tente souvent de dissimuler ses expressions - surtout les négatives - Maxime a cette fâcheuse tendance à tout ressentir au travers de ses yeux. Si on les inspecte assez longtemps et qu’on en comprend le fonctionnement, on peut y voir tout ce qui lui passe par la tête. Et bien sûr, cette fois-ci ne fait pas exception. La déception doit donc se lire dans son regard car il espérait ne pas avoir cette apparence extérieure, bien qu’il sait que cela est entièrement de sa faute. C’est lui qui entretient cette “coquille” qui paraît bien vide, quand on y regarde. Presque sans gêne, il exprime son avis à Rasmus, espérant ne pas le blesser au passage avec ses mots. Son talent n’est pas remis en cause… non, c’est lui. C’est ce qu’il donne qui ne convient pas. Ce n’est pas ça qu’il veut voir quand on parle de SON portrait. Ce n’est pas ce garçon totalement naïf et stupide qu’il veut voir… même si, bien souvent, il a peur de montrer autre chose que cela. Il ne veut pas qu’on le prenne en pitié, qu’on lui reproche sa tristesse constante. Le bonheur, c’est tellement plus facile à disséminer… mais plus lourd à porter, quand on ne le ressent pas vraiment soi-même.

“Oui, je vois ce que tu veux dire. C’est carrément une introspection de la part du modèle et tu dois des fois avoir l’impression d’être un genre de psy/stalker non ?” Il rit un peu, même s’il n’en pense pas moins. Il ne serait sûrement pas capable de faire ce que Rasmus fait actuellement. Creuser à l’intérieur d’une âme humaine pour en connaître les secrets. Car c’est bien là le secret de son art, n’est-ce pas ? Il ne se trompe pas. Peut-être est-il naïf, mais pour le coup, il comprend assez bien que le Serpentard le pousse à se confier. Sa dernière remarque, d’ailleurs, tend à le prouver. Et ce n’est même pas une question de tomber dans son piège ou non… mais plutôt de savoir si Maxime, lui, a envie de soulager ses épaules d’un tel fardeau. Rasmus semble discret, pourquoi ne pas lui donner ce qu’il cherche et, en plus, récupérer un tableau plus que valable en résultat ? Il y voit de moins en moins d’inconvénient.

Bon, bien sûr, il ne lâchera pas le morceau aussi vite. Ce serait bien trop facile. Il veut voir Rasmus à l’action, voir son fonctionnement. Comment fera-t-il pour lui tirer encore plus les vers du nez ? “C’est juste que les choses s’accumulent et qu’à force de tout faire pour paraître une certaine personne, ça en devient insupportable. Je ne dis pas que je suis faux avec tout le monde, ce n’est pas ça… j’aime vraiment rire et toutes ces choses qui ont attrait au bonheur. Simplement… des fois, c’est bien d’avoir quelqu’un autour de soi qui SAIT. Qui sait qui on est vraiment tout au fond, qui sait décrypter nos sourires ou nos larmes… C’est ce qui me manque le plus, je crois. J’avais quelqu’un comme ça mais…” Son regard se perd un peu, son visage se baisse légèrement. Il est parti loin dans ses souvenirs, à l’époque où cette personne en qui il avait pleinement confiance, qui le comprenait en un seul regard, était encore vivant. Peter lui manque tellement ! Peter, son frère, bien que ce soit le cas aussi pour l’autre Peter… celui pour qui, aussi, il était prêt à tout dire. Dans les deux cas, il a été abandonné et s’est retrouvé seul avec ses secrets. Maxime n’est pas certain de pouvoir trouver un jour une seule personne qui puisse lui procurer cette sensation de confiance aveugle.

“Tu vois, pour que tu fasses un portrait du vrai moi, je pense qu’il faut que je te donne les bonnes informations. Je suis là à digresser sur le bonheur, tout en mettant de côté la chose la plus importante qui me pèse depuis tant d’années. J’ai un frère moldu qui… enfin qui est décédé d’un cancer quand j’étais plus jeune. Et je ne m’en suis jamais remis. J’ai passé les trois années de ma vie après sa mort à… détester tout ce qui pouvait être beau ou joyeux. Je ne savais plus rire. Je trouvais la magie perfide parce qu’elle n’avait pas réussi à le sauver. Et c’est pourquoi aujourd’hui je pense que la magie devrait être repoussée encore plus loin, comme les moldus le font avec la science. Je m’en voulais. Je m’en veux encore. Et je pense que cet état de fait ne changera jamais. Et que tu ne pourras jamais faire un vrai tableau de moi, du vrai Maxime, si on n’y voit pas quelque part cette ombre qui plane constamment. Parce que putain, je dois être le gars le moins heureux de l’école…” La dernière phrase, il n’était pas censé la dire. Il ne le voulait pas. Mais c’est bien là que se cache la vérité. Bien qu’il paraisse tellement joyeux et heureux de vivre, c’est loin d’être le cas. Il se demande toujours ce qu’il fait là, à quoi il pourrait bien servir ou à qui.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyJeu 30 Jan - 13:04
Rasmus hocha la tête à la première remarque du jeune homme, souriant à sa remarque mais y répondant d'un ton sérieux.

- C'est ça, sans prétention, je pense même que ça peut avoir un but thérapeutique.

Il y avait de la prétention. Même si le Serpentard n'osait pas se l'avouer en ces termes, il avait vraiment une ambition assez inconséquente vis-à-vis de son travail, au point d'y consacrer un temps non négligeable qui empiétait aussi bien sur sa scolarité que sur sa vie sociale. De fait, les deux étaient assez médiocres, avouons-le. La mention de "stalker" lui fit tout de même hausser un sourcil. Rasmus ne voyait pas cela comme ça, même si c'était exactement ce type d'attitude qui l'avait conduit jusqu'à Maxime à l'heure actuelle.

- Je sais pas. Tant que tout le monde est consentant, c'est ok, non ?

Une manière comme une autre de justifier ses pratiques, et sans doute un peu de se mentir à lui-même également. Légèrement refroidit par cet échange, il s'était imperceptiblement refermé et se contenta ensuite d'écouter le jeune homme en silence, avec attention.

Ce qui se disait à présent était une vraie mine d'or, enfin, plutôt les premiers grammes, mais la promesse d'un filon. Pour être tout à fait honnête Rasmus était au fond partagé entre un mélange de calme excitation, et de confusion. Il n'était encore jamais été arrivé à ce stade, lors d'un portrait. Oh bien sûr, il arrivait qu'il ait eu des discussions profondes, que des amis lui avouent leurs angoisses ou leurs doutes, mais c'était toujours à demi-mot, et jamais dans la démarche assumée d'être véritablement honnête. Bien sûr à ce stade il supposait que Maxime était loin d'être prêt à ouvrir franchement son cœur, mais ça restait tout de même un bon début, très encourageant. Il était son premier modèle qui semblait véritablement prêt à jouer le jeu, et également à en comprendre et accepter les enjeux.

En tout cas, Rasmus avait maintenant abandonné une grande partie de sa prudence. Peut-être était-ce le langage corporel de Maxime, ou son ton, à moins qu'encore ce ne soient ses yeux qui parlaient pour lui, toujours est-il que le jeune homme paraissait déjà loin, parlant de choses comme on se parlerait à soi-même. Le Serpentard avait l'impression d'être le spectateur discret d'une scène de révélation, mais rongeait son frein d'y intervenir. Il devait faire un véritable effort de volonté pour ne pas rebondir sur chacun des mots du jeune homme. Jusqu'à la fin, jusqu'à ce qu'il évoque son frère.

A ce moment là, Rasmus en avait presque oublié de peindre. Il se tenait assis sur une des tables de la salle, les jambes dans le vide, et écoutait avec une attention presque tétanisée les révélations de son modèle. Lui qui s'était jusqu'ici toujours contenté de la confortable position de spectateur, de voyeur, venait soudain d'être assez brutalement ramené à ses propres pertes, celle de son frère. Contrairement à celui de Maxime, Martin n'était pas décédé, mais c'était presque tout comme. L'esprit rongé par une magie noire, ils 'était progressivement éloigné des siens, jusqu'à disparaitre dans la nature, les abandonnant sans un mot. Rasmus avait assisté à sa chute, mais trop jeune à l'époque, n'avait rien su faire, rien compris. Tout ce qui lui restait à présent, c'était son livre, cet étrange livre noir qui lui parlait parfois à l'oreille, lorsqu'il peinait à trouver le sommeil, et qui avait du parler à Martin de la même façon, jusqu'à le rendre fou. Rasmus n'avait pas l'impression de devenir fou, mais il comptait bien ne pas faire les mêmes erreurs que son aîné, et n'avait désormais plus qu'une obsession : explorer ces étranges recoins de magie qu'on leur gardait inaccessible. Au fond il en était sûr, avec une meilleure prévention, des cours adapté, son frère n'aurait pas succombé si facilement aux charmes noirs.

- Oh, je suis... désolé...

Les mots de Maxime avaient résonné en lui bien plus fort qu'il n'aurait voulu se l'avouer, et à cet instant il se sentait comme ébréché. Si Rasmus n'était pas vraiment le genre de garçon qui avait la compassion facile, il pouvait même se montrer assez froid face à la détresse d'autrui, en général, il ne pu à cet instant s'empêcher de ressentir une certaine affection pour Maxime. Pas du genre paternaliste, ou protecteur, mais plutôt comme on rencontrerait un camarade, ou un frère d'arme, qui aurait partagé les mêmes expériences douloureuses que vous.

- Merci de ta confiance, en tout cas. Je... ne sais pas trop quoi te dire...

C'était honnête. Rasmus en était à peu près certain, quoi que Maxime aurait pu lui dire d'autre, il aurait su rebondir dessus. Sauf ça. Là, il se sentait vraiment désarçonné et un peu perdu, découvrant avec une certaine stupeur, et non sans un peu de frustration, qu'il était tout simplement encore incapable d'avoir le recul nécessaire à son travail d'analyse, sur un tel sujet.

- Je te suis à 100%, sur les limites qu'on impose à la magie. On fait... plus de mal, à ne pas oser aborder les sujets qui fâchent qu'à vraiment les prendre à bras le corps. C'est injuste, c'est idiot, et c'est archaïque ! Sous prétexte de tabous idiots, on s'empêche de se donner les moyens de vraiment agir sur nos sociétés, et oui, de sauver des vies !

Parlait-il pour Maxime ou pour lui-même ? Difficile à dire, sans doute un peu des deux. A cet instant, les idées fusaient dans sa tête, se mélangeaient, pour le meilleur et pour le pire, et il n'était pas sûr d'y voir bien clair. Alors avec la franchise un peu maladroite qui pouvait le caractériser lorsqu'il était perdu, il ajouta :

- Si on prenait le temps, si tu me le décrivais assez bien, je pourrais le dessiner, ton frère ? Vous seriez à deux, dans le tableau.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyVen 31 Jan - 22:11

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Il ne prévoyait pas de se lâcher autant, bien qu’il n’ait pas encore tout dit. Il y a tellement de pensées qui parcourent son esprit, de sentiments qui dévorent son cœur… qu’il lui faudrait sûrement plusieurs heures pour tout extérioriser. Mais si cela n’est pas forcément possible, Maxime se dit qu’il peut toujours donner les éléments principaux qui forgent sa personnalité. On ne peut pas vraiment connaître le Français si on ignore son passé, et c’est pourquoi la plupart de ses camarades ont une fausse image de lui. De ce qu’il est. Et il ne leur en veut pas puisque cela est uniquement de son fait. Personne ne cherche réellement à creuser et il ne donne pas matière à le faire. Être le copain drôle et joyeux, ça lui suffit pour le moment. Mais cette fois-ci, devant Rasmus, il doit bien admettre que les mots sont libérateurs. Parler de son frère, de cette mort qui l’a tant blessé, c’est quelque chose qu’il n’expérimente pas souvent et la dernière fois qu’il l’a fait, cela s’est très mal terminé. Peter n’a pas été capable de l’écouter, de le comprendre… du moins, c’est son impression. Car qui se sauverait comme ça après que sa conquête ait été si vulnérable ? Lui ait avoué tant de choses ? Il ne l’explique pas et ce n’est pas avec le comportement fuyant du Serdaigle qu’il obtiendra satisfaction à ce sujet.

Pendant sa longue tirade, il voit de temps en temps que Rasmus l’écoute, beaucoup plus que ce à quoi il s’attendait. Ses premiers mots suite à cette révélation sont ceux qu’il entend toujours dès qu’il mentionne cet élément de son passé. Un “je suis désolé” qui, en fin de compte, n’apporte rien et ne panse pas ses plaies. Mais il ne peut décemment pas attendre un tel effet de la part du Serpentard, qu’il connaît à peine. Disons que c’est la formule d’usage.

“Tu sais, t’as pas forcément besoin de dire quelque chose. Je suis là pour faire ce portrait et je veux qu’il soit bien fait alors… te donner toutes les clés, c’est mon job. Le tien est de t’en servir pour faire quelque chose de cool et magique.” Dit-il dans un léger sourire teinté de tristesse. Il ne sait pas vraiment ce que Rasmus fera de cette information mais il se dit qu’il saura l’utiliser à sa guise. Il s’attendait, néanmoins, à ce que le jeune homme fonce la tête la première dans la faille et le harcèle de question - ou du moins, tente d’en savoir plus. Ce n’est pas le cas, du moins, pas sur le moment. C’est à son tour de le dévisager, attendant une réaction qui ne vient pas.
Sauver des vies… il aurait aimé que ce jour-là, la magie soit repoussée au-delà de ses limites. La nécromancie n’est pas quelque chose de bien, il le sait mieux que personne. Mais avant d’en arriver là, il aurait aimé que la magie agisse sur la maladie. Elle est capable de tellement de choses… mais à côté de cela, il faut continuer à mourir de ce type de maladie ? Il ne le conçoit pas. Il y a forcément quelque chose pour réparer ces défauts de l’organisme, comme on peut réparer des os brisés. Mais ça, personne n’en fait vraiment la recherche. Peut-être que c’est le but qu’il doit atteindre dans sa vie ?

La proposition de Rasmus lui fait lever un sourcil de surprise, puis un franc sourire illumine son visage. L’espoir, également, vient tailler son chemin jusqu’à son regard. Se revoir à côté de lui, c’est tout ce qu’il aimerait. “C’est vrai ? Tu l’incluerais ? Après, je ne sais pas ce à quoi il aurait pu ressembler aujourd’hui mais… oui, je peux faire ça.” Malgré le temps et les années, le visage de Peter ne l’a jamais quitté et les photos souvenirs aident à cela. C’est donc avec le plus de précision possible qu’il tente de décrire son frère à son camarade. Un garçon grand pour son âge, tout comme lui. Châtain, le visage fin, des yeux presque noir avec un regard très soutenu. À l’époque, il avait les cheveux longs jusqu’aux épaules. Maxime décrit également son unique fossette à la joue gauche, ses lèvres fines, ses oreilles décolées. Il est mince et porte toujours un vieux t-shirt rétro de Bart Simpson. Souvent, ses pantalons étaient écorchés aux genoux parce qu’il jouait beaucoup par terre. Tout comme lui à l’époque, il s’efforçait toujours de sourire, mais le sien était plus tendre et retenu. Un petit sourire discret, tout comme il l’était. Sauf pour lui. Pour lui, c’était le grand-frère de rêve.

“Est-ce que c’est suffisant pour toi ?” Demande-t-il alors, au bord des larmes de s’être souvenu de tant de détails qui lui font visualiser nettement des souvenirs qu’il pensait bien enfouis au fond de lui.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyVen 31 Jan - 23:47
Aux paroles de Maxime, Rasmus hocha simplement la tête, descendit de la table où il s'était assis et récupérant son fusain, se replaça devant la toile. Le Français avait prononcé des paroles de bon sens, pragmatiques, matérielles. C'était tout ce qu'il fallait au Serpentard pour sortir de son état légèrement hébété et se recentrer sur ses préoccupations concrètes. Il n'était pas psychologue, il ne savait pas y faire socialement et il était, de sa propre estimation, moins doté de compassion que la plupart de ses camarades. Au final, la seule véritable manière pour lui de vraiment apporter quelque chose à cette situation, c'était bien de peindre. Il n'avait jamais eu l'ambition de se rapprocher de Maxime pour d'autres raisons que ses portraits, et si leurs histoires et opinions partagées lui avaient un moment fait sentir, espérer peut-être ? comme un lien possible, avec quelqu'un qui serait capable de voir les choses à sa manière, tout cela il venait de le refouler ailleurs.

On ne gommait pas en quelques mots un caractère aussi têtu que le sien. Pourtant si compassion il n'y avait pas, il ne manquait pas d'empathie, et c'était précisément cette force-là qui à cet instant s'était mise à guider sa main sur la toile. Il ne savait pas vraiment par où commencer, alors il y allait par teintes, comme un pointilliste, ou plutôt un aquarelliste qui gouttes après gouttes nuance ses couleurs jusqu'à leur trouver une teinte satisfaisante. Il faut y aller doucement, ne pas se précipiter. Le Maxime joyeux n'a pas été soufflé par la force de ses déclarations, sa flamme danse juste... autrement. Rasmus touche au regard, beaucoup de choses passent par là, ils peints des gestes infimes, un sourire qui hésite une seconde de trop à sortir, un coup d'oeil fatigué à chercher, quoi ? Seul lui le sait.

Au bout de quelques minutes, déjà, il y a une ombre qui plane sur ce portrait. Au premier regard, elle est invisible, bien sûr. Il faut se pencher, se concentrer sur le petit jeune homme en noir et blanc, pour y déceler un peu de cette gêne, ce je ne sais quoi qui invite à se questionner. A protéger aussi, mais pas seulement. Rasmus n'aime pas les candides, alors il invite aussi à se méfier et celui qui jusqu'alors aurait pu passer pour une petite chose fragile prend soudain une teinte plus inquiétante, celle des ambitieux, celle de ceux dont les aspirations font trembler les bourgeois.

Le jeune homme recule d'un pas. Fixe son travail un moment, porte ses yeux sur Maxime, puis à nouveau à la toile, et ainsi de suite plusieurs fois. Il fait la moue, pour lui même.

- Ce n'est pas encore bon...

Alors il fait une pause, passe au frère décédé. Etrange expérience, c'est bien la première fois qu'il peint quelqu'un qu'il n'a jamais vu, un mort qui plus est. L'idée ne lui déplait pas, en fait, c'est un travail fascinant. Bien sûr il lui faut souvent demander à Maxime de vérifier s'il ne fait pas fausse route, et son trait reste encore de l'ordre du simple croquis, mais petit à petit, une seconde silhouette prend forme. Un peu comme un fantôme, se fait-il la réflexion.

Finalement, le deuxième personnage esquissé, il revient sur celui de Maxime, qui fixe ce deuxième protagoniste en construction avec une certaine curiosité. Rasmus n'a pas encore terminé avec son premier modèle. Pris d'une espèce d'inspiration qui lui survient parfois, lorsque son trait devient trop académique à son goût, il sort sa baguette, prononce le sortilège.

- Colomazis...

Alors celui qui jusqu'ici n'était fait que de nuances de noir, s'en voit ajouter une de regret. La peinture magique prend une couleur indescriptible, tendant peut-être vert quelque vert vaporeux, délicat, quasi imperceptible mais qui envahit tout le jeune homme, si bien qu'on ne le voit pas mais qu'on ne peut que le ressentir.

A nouveau il recule, bien sûr il reste encore beaucoup de travail mais la tournure du projet lui procure une excitation certaine, au point de ne pas pouvoir s'empêcher d'exprimer son avis à haute voix.

- Tu vois, si les tableaux nous survivent même après notre mort, est-ce que peindre un mort c'est lui offrir une forme de résurrection ?

Il a dit cela sans regarder Maxime, toujours perdu dans la contemplation de son travail. Que sa remarque soit inappropriée ou puisse être mal prise, il n'en a pas conscience, son art, c'est son pouvoir et avec son pouvoir il pourra atteindre ses objectifs. S'il est capable de peindre le frère de Maxime, pourquoi ne pourrait-il pas faire de même avec le sien ? Cette idée ne lui a jamais traversé l'esprit jusqu'ici, il y a encore une sorte de tabou sur ses proches, mais s'il peut reproduire son frère en portrait, alors il pourra lui demander des explications, et peut-être, apprendre vers où il a fuit ?

C'est à cet instant seulement qu'il croise le regard de Maxime. Comme une sonnerie d'avertissement retenti en lui, il s'est un peu trop laissé emporter et en a négligé son modèle. Ce-dernier a l'air au bord des larmes. Manifestement le travail mémoriel lui coûte et si d'un côté Rasmus s'en montre satisfait : il y voit la preuve de l'honnêteté du jeune homme, ainsi que de l'efficacité de cette pratique, de l'autre le voila soudain parcouru d'un malaise. Comment gérer une telle situation ? Devrait-il dire quelque chose ? Une parole de réconfort ? Le connaissant, elle a toutes les chances de tomber à plat. Alors il hoche simplement la tête, dans un effort pour signifier la compassion.

- Accroche toi, mec. C'est pas très agréable mais les premiers résultats commencent à apparaitre. dit-il en désignant sa toile. Puis il ajouta, comme pour ne pas abandonner son modèle à une trop lourde introspection. Maintenant, j'aurai bien d'informations plus... concrètes, pas juste des adjectifs. Est-ce que tu pourrais me décrire un peu la relation que tu avais avec ton frère ? Comment s'appelle-t-il d'ailleurs ? Ou si tu préfères attendre un peu, des relations qui ont compté pour toi, des moments forts dans ta vie, que je sache comment tu es... "dans la vraie vie".

Sur cette dernière demande, il y a de nouveau l'ombre de MacArthur. Laissé de côté depuis quelques moments, Rasmus n'en a pas complètement oublié son objectif initial, démêler l'improbable puzzle qui semble graviter autour de Peter.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 2 Fév - 20:39

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Il ne se permet pas de se remémorer si souvent le visage de Peter, la principale raison étant que le simple fait d’évoquer son nom lui provoque une douleur atroce dans la poitrine. Les souvenirs sont parfois difficiles à maîtriser et il sait qu’aujourd’hui, pour que cette peinture soit réaliste, il faut qu’il rouvre certains tiroirs de sa mémoire qu’il aurait préféré laisser fermer. Parfois, le mal est nécessaire. Alors avec application et beaucoup de nostalgie, Maxime décrit celui qui était son frère, de la façon dont il s’en souvient. On ne peut voir dans sa description qu’un jeune moldu à qui la vie n’a pas souri, aimé par sa famille et dont le départ est regretté. Il ne s’étend pas encore sur la relation qui les liait, simplement parce qu’il est déjà difficile pour lui de se rappeler tant de détails sans qu’il ne pleure. Un vrai sensible.

À sa grande surprise, Rasmus semble comprendre ses propos et interprète son frère de la façon dont il s’en souvient le mieux. La magie aidant, il a l’impression de le voir revivre, ce qui ne fait que raviver la douleur de sa mort. Car, bien entendu, un simple portrait ne suffit pas à remplacer un être cher perdu. Il inspecte la progression du peintre, fasciné par ses mouvements et les détails qu’il accorde au tableau. Bien qu’il ne comprenne pas tout, il trouve le travail du Serpentard vraiment beau et fidèle. Peut-être que cette séance vaut le coup, après tout ? Lui qui avait des craintes les voit de plus en plus s’effacer au fur et à mesure que Rasmus lui prouve ses talents.

“Je ne sais pas…” Dit Maxime suite aux propos du jeune homme. Il n’a jamais envisagé la chose de cette manière et cela lui est étrange d’envisager ce tableau comme une résurrection. Car même s’il décrit Peter de la meilleure façon possible, ce ne sera jamais vraiment lui. Ce qu’il aurait pu devenir. Ce ne serait qu’un souvenir, le fantôme d’une présence passée. “J’imagine que pour ceux qui voient la chose de cette façon, c’est assez rassurant. Mais au fond, ce n’est qu’un tableau. On ne le touchera jamais. On ne le verra pas vieillir avec soi.” Il a un certain regret dans la voix, cela s’entend et il ne le cache même pas. Grandir sans son frère a toujours été une épreuve pour lui, eux qui étaient si fusionnels. Maxime frotte ses paupières un court instant, chassant les larmes qui essayent déjà de s’y installer. Il ne veut pas passer pour un faible… Il a un léger sourire de reconnaissance en sentant le soutien de Rasmus à son égard, bien que cela puisse être un peu maladroit. Mais après tout, il est là pour ouvrir les gens comme des coquilles et en sortir tout ce qu’il est possible non ? Il doit être habitué à ce qu’on soit si vulnérable face à lui. Du moins, c’est ce que le Français pense au fond de lui.

L’adolescent fronce les sourcils aux propos du Serpentard. S’il comprend qu’il veuille en savoir plus sur la relation, il ne sait pas pourquoi cela lui paraît étrange, sur le moment, qu’il veuille savoir qui d’autre a compté pour lui dans sa vie. Cela, Maxime n’est pas encore prêt à le révéler. Il aimerait pourtant se soulager de ce poids mais s’en sent, pour le moment, incapable. Le souci, c’est que les deux histoires sont liées par un seul et même prénom.

“Il s’appelait Peter.” Dit-il d’une voix sourde, dont le son est comme bloqué par sa propre gorge. Comme s’il n’avait plus le droit de prononcer ce prénom maudit. Ce sont d’autres souvenirs qui lui montent alors à la tête, bien plus récents d’une cuisante humiliation et d’un abandon qui lui a encore coûté sa joie de vivre et sa confiance. Non, mieux vaut pour lui qu’il se concentre sur son frère. Même si sa mort a été dévastatrice, au moins, la plaie est moins béante. “On était très fusionnels. Il était plus âgé que moi de quelques années mais on jouait beaucoup ensemble. On se comprenait sans rien dire. C’était mon meilleur ami. J’ai été dévasté d’apprendre que j’étais un sorcier et pas lui, parce que c’était une chose qu’on ne pourrait pas partager. Remarque, il n’a pas pu partager son cancer avec moi donc… S’il était encore vivant, je pense que je lui raconterais toujours tout ce qui m’arrive à Beauxbâtons, même si c’est un moldu. J’aurais envie de lui raconter toutes mes joies, mes peines, mes déceptions… et j’en ai eu beaucoup des déceptions, dernièrement…” Lance-t-il plus pour lui-même que pour Rasmus. Lui vient alors une question d’ordre personnel qu’il a envie de poser au garçon, afin de comprendre s’il est le seul à être si naïf ou si tout cela n’a été qu’un concours de circonstance. Bien sûr, il ne peut pas prononcer le nom de Peter directement, au risque d’attiser d’avantage sa curiosité et donner de la consistance aux rumeurs qui circulent déjà à leur sujet. Surtout que Rasmus l’a eu comme modèle, semblerait-il. Non, il veut juste poser la question anonymement, d’un garçon à un autre.

“Je sais que je passe du coq à l’âne mais… tu as vécu une déception amoureuse ? Genre… quand tu tombes amoureux de la mauvaise personne, qui te mène juste en bâteau et te fait passer pour la personne la plus conne de toute l’histoire du monde…” Ses yeux cherchent dans ceux de son camarade un signe de soutien quelconque, juste de quoi lui rassurer sur ce qu’il est. Parce qu’il ne peut pas être aussi bête, n’est-ce pas ? Bien d’autres ont cédé aux avances de Peter auparavant, mais pourquoi a-t-il la sensation d’être le seul à s’être fait éjecter ?
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMer 5 Fév - 20:07
Quand Maxime prononça le nom de "Peter", Rasmus retint son fusain un instant dans les airs, attentif, comme un prédateur. Il se remit néanmoins rapidement à peindre mais d'un geste distrait, pleinement attentif à ce qui allait se passer ensuite. Manifestement, il n'avait pas eu à lancer son filet bien loin pour ramener à lui les informations qu'il convoitait. Du moins le croyait-il à cet instant. Les mots qui suivirent le firent froncer les sourcils. Quelques années ? Qu'entendait-il par là ? Lui et Peter avaient le même âge, si ses calculs étaient bons, et puis cette histoire de moldu, quoi ?

Rasmus nageait en pleine confusion, tâchant de donner le change alors que son cerveau moulinait à toute vitesse, incapable de mettre le doigt sur ce qui pouvait lui échapper. Ayant MacArthur à l'esprit depuis presque le début de la séance, il n'avait pas pu envisager une seule seconde qu'il existe un second Peter : le frère de Maxime. En réalité il fallut quasiment qu'il attende la fin de la tirade de ce dernier pour que la lumière se fasse dans son esprit.

Quel imbécile ! Etait-il possible de se faire avoir par un quiproquo aussi bête ? On se serait cru dans un Vaudeville. Rasmus recula d'un pas, contemplant ses derniers ajouts d'un oeil critique. Si Maxime parlait de son frère et pas de son amant, il s'était fourvoyé dans les derniers sentiments qu'il avait attribué à son portrait, manifestement. Reposant rapidement le morceau de fusain sur sa palette, il le troqua pour sa baguette avec laquelle il tapota la toile pour en extraire les dernière erreurs et les renvoyer dans un pot.

Alors qu'il allait transposer les sentiments de Maxime vers son frère, l'autre Peter, donc, qui restait inachevé dans sa toile, une question du jeune homme l'interpela soudain. A nouveau il fronça les sourcils, cette fois plus gêné qu'agacé.

- N... non, pas vraiment.

Avait-il connu une déception amoureuse ? Rasmus n'avait jamais été amoureux. Ni même été en couple, pour être honnête, mais ça, ce n'était pas forcément quelque chose de facile à avouer, surtout à son âge. Il y avait des jours où le sujet le travaillait plus que d'autres, parfois il était simplement content d'avoir du temps libre pour s'adonner à ses travaux de peinture et de recherche, parfois il se demandait s'il était normal et si quelque chose ne clochait pas chez lui. Oh il n'aurait sans doute pas craché contre le fait de pouvoir se blottir contre quelqu'un à la fin de sa journée, mais enfin, il ne trouvait juste personne qui lui convienne, ou même qui s'intéresse à lui, ne faisant aucun effort dans ce sens.

Afin de ne pas laisser s'installer un malaise, il hocha les épaules, l'air de s'en foutre.

- J'attends la bonne personne pour être déçu.

Au moins c'était dit. Il ajouta non sans un léger sourire.

- C'est quand même assez spécifique, comme question. Elle est tirée d'une histoire vraie ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMer 5 Fév - 21:47

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Il s’épanche peut-être un petit peu trop, mais Rasmus veut connaître la relation qu’il avait avec son frère et il ne peut pas la décrire sans évoquer tout cela. C’est comme s’il y avait un contrat tacite signé entre eux pour qu’il puisse parler librement sans craindre que le sorcier aille tout répéter. C’est donc avec une petite confiance qu’il se met à parler, évoquant ces souvenirs avec, c’est vrai, un peu de joie dans le ton de sa voix. Après tout, même si la Mort est passée par là pour tout arrêter, il a vécu de bons moments avec Peter. Des moments inoubliables. Mais il y a en a eu aussi des tristes, c’est certain et cela fait écho à sa situation actuelle. Il pense à l’autre Peter, celui qui met son cœur en miettes chaque jour d’avantage et se trouve stupide d’être si faible face à lui. Qu’il soit si facile de lui faire de la peine. Il se demande s’il est le seul à être aussi naïf parfois en amour, ou s’il a des compatriotes qui, eux aussi, souffrent de vouloir trop facilement faire confiance à l’être aimé. Et alors qu’il pose son regard sur Rasmus - dont la baguette s’agite devant le tableau sans qu’il ne comprenne pourquoi - il est curieux de savoir ce que ce garçon-là peut bien vivre sentimentalement. Ce qui le passionne en amour, quel est son type de personne. Après tout, personne n’a dit qu’il devait être le seul à se confier !

Malheureusement pour lui, la réponse est négative. Rasmus ne peut pas partager sa peine, il se demande même s’il est en mesure de la comprendre. Doit-il donc en parler ? Au risque qu’elle soit mal interprétée sur sa toile ? Il est hésitant et au final, un sourire interrompt ses pensées. Un sourire que le Serpentard lui a provoqué par ses mots. Car elle reflète sa situation amoureuse. Maxime n’est jamais réellement tombé amoureux avant de rencontrer Peter, il ne s’était jamais mis en couple - et ce n’est toujours pas le cas d’ailleurs. Il attendait juste ‘la bonne personne’ et pensait l’avoir trouvé en la personne du Serdaigle. Et c’est cette même ‘bonne personne’ qui l’a déçu, n’est-ce pas désolant ? Il ne sait pas à quel point il a raison.

“Peut-être…” répond-il évasivement au départ, fuyant quelque peu son regard. Il n’est pas encore sûr de pouvoir en parler, bien qu’il en ressente l’envie. Il n’est pas certain non plus que Rasmus puisse comprendre et il redoute son jugement. Des rumeurs vont déjà bon train les concernant, avec Peter, et il a peur que cela n’empire s’il se confie trop. Pendant quelques secondes, il se fait muet, regardant la pièce autour de lui, n’apportant rien de plus au travail de Rasmus. Ce dernier doit le trouver bien ennuyeux d’ailleurs. Et puis, au final, Maxime cède. Les sentiments le rongent, il a besoin d’en parler à quelqu’un et comme son frère n’est plus de ce monde… il est bien obligé de se rabattre sur la seule personne qui se propose pour l’écouter.

“En fait, si. C’est tiré d’une histoire vraie. J’ai… rencontré ce gars y’a quelques temps et… enfin il m’a plu direct. Je ne suis pas du genre à aller séduire tu vois et je ne me suis jamais vraiment mis en couple avec quelqu’un jusqu’à présent. Mais avec lui, j’en avais vraiment envie. Et… je pensais que ça allait se faire. Même s’il a une réputation de merde et qu’il est du genre à pas s’attacher, j’ai commencé à croire qu’il voudrait bien faire un effort pour moi. C’était bien parti pour. Alors, j’ai cédé à ses avances. Parce que oui, il m’en faisait, mais j’avais toujours eu peur de me faire prendre pour un bleu. Je ne sais pas ce qui s’est passé, si j’ai trop parlé ou déballé mes sentiments trop tôt, mais il s’est barré en courant. Il m’a fui comme jamais on ne l’avait fait auparavant. Je me suis senti… pire que con parce qu’on en était arrivé à un stade où j’étais vraiment vulnérable. C’est comme s’il avait pris ce qu’il voulait prendre puisqu’il était parti sans demander son reste. Je parle encore beaucoup trop…” Dit-il dans un soupire, cherchant toujours à comprendre ce qui a bien pu passer dans la tête de Peter ce soir-là. Dans sa tête, il se refait le déroulement de la soirée et ne comprend pas ce qu’il a fait de mal pour qu’il le fuit ainsi. Enfin, à part le fait qu’il ait pleuré comme une madeleine… ce n’est pas très sexy, on en conviendra. Mais il avait l’air de le comprendre… Comment aurait-il pu savoir que cela forcerait le Serdaigle à s’enfuir, au moment-même où il se sentait prêt à se donner à lui ? Maxime n’est pas très doué pour déchiffrer ces choses-là chez les autres. Il ne sait pas toujours quand on le drague, ni si l’intérêt qu’on lui porte est sincère. Il a envie de croire en tout le monde mais force est de constater qu’il ne le peut pas. Qu’il ne le doit pas. Et tout comme avec Peter à l’époque, la question se pose pour Rasmus : se jouera-t-il de lui à son tour ? Il cherche dans les yeux du jeune homme une réponse à sa question. Une preuve de sa bonne foi. Il ne lui trouve pas de raison valable pour lui faire de la peine mais sait-on jamais.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyVen 7 Fév - 19:29
Maxime parle, parle du quotidien, d'une vie passée qui n'existe plus. Mais sur ses paroles, il y a une autre ombre, plus actuelle, plus récente. Si Rasmus ne prétend pas lire dans le jeune homme comme un livre ouvert, ça au moins il peut le sentir. Il y a trop de choses qui se répètent, pas seulement dans les mots que prononce le jeune homme, mais aussi dans sa manière de les prononcer, de parler d'une manière évasive, triste, profonde. Pour Rasmus, tout ça est d'abord un peu un mystère, difficile de ne pas trouver cucul une romance tragique, quand on n'a pas soit même éprouvé l'amour. Et pourtant... et pourtant à mesure que Maxime s'explique, il commence à mieux comprendre, son état d'esprit, ses doutes, mais aussi ce qu'il ne lui dit pas, cette tension qui sous-tend son discours...

- Mec, je veux pas jouer au psy, mais il y a quand même pas mal de trucs qui clochent, dans ce que tu me racontes là.

Il croisa doctement les bras. Peindre ses idées, les idées qu'il se faisait des choses, ça avait ses avantages, la peinture était plus cryptique qu'une franche discussion et si parfois il surinterprétait un peu trop ou faisait fausse route, il pouvait aisément faire passer cela pour un geste artistique. Mais c'était tricher. Pour la première fois depuis longtemps, Rasmus avait la chance d'être tombé sur un modèle vraiment coopératif et il entendait ne pas laisser passer cette chance de produire un tableau d'exception, où il pouvait pleinement laisser s'exprimer sa vision de cet art si particulier qu'était la peinture vivante. Alors pas question de se tromper, il devait questionner, aller jusqu'au bout des choses et mettre ses interprétations à l'épreuve de leur inspirateur : Maxime. Il n'y avait que lui qui pouvait le remettre sur le bon chemin, ou affiner sa lecture des choses.

- Pour résumer, tu avais un frère, un confident, un gars à qui tu faisais profondément confiance, à qui tu confiais tout. Et il meurt, te laisse tout seul. Tu te refermes, jusqu'à rencontrer cet autre gars, MacArthur. Je sais pas si c'est une coïncidence, mais il s'appelle Peter aussi, on va dire que c'est le hasard. Bon, tu crois que tu peux lui faire confiance, tu te laisses aller, tu retrouves des sensations perdues... et là le mec te lâche en plein vol.

Il secoua la tête, pas désolé pour deux sous, mais un peu accablé. Les mots étaient rudes, mais Rasmus n'avait jamais été quelqu'un de très délicat, en parole tout du moins. Il pensait qu'une bonne vérité méritait d'être dite avec franchise et sans chichis. Il fallait crever l’abcès avant qu'il ne s'infecte, pour parler crument.

- Si j'en crois ta logique, t'es bon pour te refermer à nouveau pendant trois ans là. Il laissa un instant passer, réfléchissant avant de reprendre. Tu vas pas remplacer ton frère par quelqu'un d'autre, c'est évident, et c'est en demander un peu trop à Peter de prendre ça en charge. En fait visiblement t'as toujours pas fait ton deuil, je crois. C'est peut être par là qu'il faudrait commencer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 9 Fév - 18:00

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Difficile de comprendre toute son histoire si on n’a pas tous les éléments et ça, Maxime le sait bien. De base, il refuse de communiquer l’identité de la personne qui lui a fait tant de mal, surtout pour ne pas alimenter les rumeurs qui circulent déjà à leur sujet. Peter est un sorcier qui a déjà une réputation assez sulfureuse et il ne veut pas être affiché comme l’une de ses conquêtes de passage. Ce qu’il ne pense et n’espère pas être, au plus profond de lui. Il veut bien admettre que tout cela est confus et que, peut-être, il fait ainsi ressortir sa naïveté de brebis face aux loups comme MacArthur. Il a pourtant tout fait pour lutter contre cette attirance qu’il avait à son égard - en vain.

“Peut-être que je ne raconte pas assez bien, je n’en sais rien… c’est un peu confus là-haut !” Dit-il en levant les yeux vers son propre cerveau, affichant un sourire qui n’est là que pour le protéger de ses réels sentiments sur l’instant. Il se sent misérablement triste et se dit que le portrait que Rasmus risque de tirer de lui sera très sombre, et qu’il ne pourra le montrer à personne de risque qu’ils comprennent son manège. S’il accepte de se dévoiler au sorcier aujourd’hui, ce n’est pas pour autant qu’il accepte de le faire face au reste du monde.
Le résumé que le Serpentard fait de son histoire est plutôt concret, à un détail près. Maxime est sûr et certain de ne pas avoir mentionné MacArthur dans son récit - à moins que cela lui ait échappé ? Ou qu’il n’ait pas été assez subtile. Aussitôt, la gêne l’habite et il se fige. La conclusion de Rasmus quand à l’identité de ce “connard” est bonne, mais il ne veut pas qu’il le sache. Il n’en a pas besoin, d’ailleurs. A quoi cela lui servirait de savoir qui est cet amant perdu et volage ? Sa mâchoire se crispe. Mais avant même de répondre qu’il faisait fausse route, le jeune homme reprend avec une franchise qu’il ne lui attendait pas. Le genre de parler franc qui fait mal. Et bien sûr, Maxime se sent vivement attaqué, bien qu’il ne le veuille pas. Il se doute que Rasmus ne fait cela que pour parfaire son tableau, mais il trouve ses mots durs et la vision qu’il transmet de lui pathétique. Est-ce vraiment ce qu’il fait ? Est-ce que si Peter est parti ce soir-là, c’est de sa faute ? Immanquablement, il se braque, comme n’importe qui d’autre le ferait.

“Je ne cherche pas à le remplacer, je sais que je n’aurais plus jamais cette connexion avec personne et… et mon deuil, je l’ai fait ! En plus, je ne vois même pas pourquoi tu mêles MacArthur à ça ! Tu fais complètement fausse route !” Dit-il sur un ton qui en dit long sur la vérité. Maxime ne sait malheureusement pas mentir sur tout, spécialement quand il aborde un sujet qui lui tient à cœur. Il se défend bien mal face aux propos de Rasmus car ils l’ont profondément remis en question. Le Français se sent bête et démuni à l’idée que tout ce temps, il pensait avoir fait son deuil alors que, peut-être, comme l’insinue son camarade, il ne cherchait qu’à trouver un remplacement à son frère. Et cette idée le terrifie. À ses yeux, personne ne pourra remplacer Peter et il a toujours cru en être conscient. Ce serait vain de chercher en quelqu’un cette connexion si particulière… mais, et si c’était le cas ? Et s’il n’arrivait pas à construire de relation amoureuse avec les autres uniquement parce que ses recherches sont beaucoup trop ciblées ? Cela expliquerait pourquoi il a ressenti tant de déception et de peur envers le Serdaigle, quelques mois plus tôt. Son début de sentiment pour lui a provoqué des attentes que l’élève était dans l’impossibilité de remplir. Alors tout est de sa faute…

“Bon et… si c’était le cas ? Si… j’ai vécu cette déception amoureuse parce que je cherche en un partenaire ce qu’il est incapable de me donner quoi qu’il en soit, quelle est la solution ? Je pensais vraiment avoir fait mon deuil, si c’est vraiment possible de le faire pleinement un jour dans ce type de situation…” Il soupire, perdu. “Je ne sais pas ce que je dois faire, honnêtement. Je sais que t’es pas psy ou un truc du genre mais là, franchement, j’suis paumé avec ce que tu viens de me dire. Parce que ça voudrait dire que depuis tout ce temps, le problème, c’est moi… et pas les autres.” Bien sûr, il n’a jamais totalement remis la faute sur les autres, conscient qu’une relation ne marche pas comme ça. Il sait aussi qu’il cache des choses à ses camarades et que si ceux-ci ne peuvent pas l’aider, c’est à cause de ses mensonges sur sa personnalité. Néanmoins, il n’a jamais envisagé faire un tel report sur des personnes qui n’ont rien demandé. C’est à se demander s’il n’a pas une case en moins. Le voilà donc encore plus perdu qu’à l’arrivée. Non seulement il trouve une bonne raison au fait que Peter se soit senti dépassé par ses aveux, mais en plus cette raison lui incombe entièrement. Est-ce que cela veut dire qu’il devrait s’excuser auprès de lui ? Il n’était pas non plus obligé de fuir de cette manière…

“Après, peut-être qu’être refermé n’est pas plus mal. Au moins, ça évite la déception non ?” Il ne connaît pas vraiment Rasmus mais ce dernier ne semble pas être un modèle d’ouverture, du peu qu’il ait vu. À part ses opinions quand à l’art magique et les limites de la magie, il ne sait absolument rien de lui.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyLun 10 Fév - 21:03
En voyant la réaction de Maxime, Rasmus se demanda s'il n'avait pas été un peu trop loin. S'il se mettait le garçon à dos, pour une parole déplacée, c'en serait fini de l'espèce de confiance qu'il avait réussi à construire jusqu'ici, ce qui mettrait immédiatement fin à son projet de tableau le plus abouti jusqu'ici. Autant dire qu'il ne pouvait tolérer une chose pareil.

Bon pour être honnête, c'était tout de même un peu de sa faute, il avait clairement forcé le déroulement de leur conversation avec un mouvement intrusif et dans sa lancée, il en avait oublié qu'en effet, Peter MacArthur n'avait encore jamais été mentionné aussi clairement dans leur discussion. C'était une erreur de débutant, mais tant pis, maintenant il fallait avancer sous peine de perdre Maxime en route, comme on entame une fuite en avant. Si le jeune homme décidait que cette situation devenait trop inconfortable pour lui, il pouvait décider de tout arrêter soudainement, il ne fallait pas lui laisser cette occasion. Comme avec Peter quelques mois avant lui, c'était lorsque ses modèles se trouvaient les plus vulnérables qu'il fallait les resserrer son emprise, pour les faire s'abandonner toujours un peu plus. Jusqu'à finalement toucher leur véritable essence.

D'ailleurs, il suffisait de voir la réaction de Maxime pour comprendre que, d'une manière ou d'une autre, Rasmus avait touché juste, quelque part. Il ne savait pas encore où, ni dans quelles proportions, mais ce genre de réaction de repli signifiait bien que certaines blessures étaient encore vives. Cela se voyait dans le regard du français, pour son malheur, il l'avait terriblement expressif, rendant ses émotions sans doute trop transparentes à son goût. Si Rasmus avait touché à côté, son erreur aurait laissé le jeune modèle bien plus indifférent. Comme disait l'adage "seule la vérité blesse". C'était une phrase idiote, mais qui avait parfois son fond de vérité.

L'apprenti peintre laissa un moment s'écouler après les deux tirades de Maxime. Rasmus avait l'impression d'observer une bête qui se découvre soudainement acculée et rue avec violence et désespoir. L’ambiance était soudain devenue beaucoup plus tendue, électrique, et la pièce semblait plus étouffante que jamais. Peut-être qu'il se faisait juste des idées ? En tout cas il ne lâcha pas le jeune homme des yeux. Dans cette situation, ce n'était plus une discussion qui avait lieu, mais une véritable bataille. Celui qui prendrait l'ascendant mènerait la suite des échanges où bon lui semblerait, le tout était de s'imposer assez sans pour autant pousser le français jusqu'à ses limites.

Finalement, quand celui-ci eut terminé, le Serpentard hocha doucement la tête, sans brusquerie superflue.

- Tant mieux si le problème vient de toi, non ? Il haussa les épaules. Au moins tu as le contrôle dessus, tu peux le régler.

C'était bien plus difficile de changer les autres que de se changer soi-même, Rasmus en était persuadé. D'ailleurs il avait toujours agit dans cette perspective : ne pas tenter de changer le monde, ne pas essayer de s'imposer, agir dans l'ombre, pour soi, loin des règles idiotes qu'on respecte en plein jour, pour faire illusion.

Il fronça les sourcils, soucieux. Cela l'embêtait d'invoquer Martin dans une telle situation, il avait un peu l'impression d'utiliser la mémoire de son frère à des fins égoïstes. D'un autre côté, ce salaud n'allait pas s'en formaliser, après les avoir ainsi tous abandonné, il n'avait pas son mot à dire. Pas tant qu'il n'aurait pas fourni de sérieuses explications.

- Je peux pas t'aider à régler tes soucis, Maxime... mais je peux dire que... moi aussi j'ai perdu quelqu'un. Enfin, "perdu", il a disparu, c'était mon grand frère.

A nouveau il haussa les épaules, mais cette fois-ci plus par gêne et pour se laisser le temps de réfléchir, que par réel désintérêt.

- Nos histoires sont pas vraiment comparables mais... il fixa le jeune homme avec insistance. J'ai quand même l'impression que la clef, c'est de vivre pour soi, et pas pour les disparus.

Il avait l'impression d'enfoncer une porte ouverte en disant cela, ce qui ne l'empêcha pas de continuer. D'un geste, il désigna la toile, à laquelle il n'avait plus touché depuis quelques minutes, absorbé par leur discussion et les réactions de Maxime qu'il essayait de cerner le plus clairement possible.

- La peinture, c'est une manière d'exorciser ça, hein, on va pas se mentir.

Cela dit, il croisa les bras, l'air grave, avant de laisser pointer une ombre de sourire malicieux.

- Le problème, c'est bien que tant que t'auras pas trouvé ce qui toi te fait vraiment vibrer, bon, moi je vais avoir du mal à avancer sur mon tableau. Si tu ne sais même pas toi-même ce que t'as au fond des tripes, ça va être difficile de bien te cerner.

Ayant dit cela, il attrapa ses crayons et ses fusains et fit mine de commencer à les ranger, avant de se tourner à nouveau vers le français.

- T'as de l'ambition, ça crève les yeux, mais tu sais pas où la diriger parce que tu te traines des fantômes aux pieds.

Une fois de plus, il s'autorisa un sourire. Si en son fort intérieur, Rasmus avait fortement conscience d'être sur un fil rouge, de jouer un jeu risqué avec son modèle, surtout dans l'état de fébrilité dans lequel se trouvait ce-dernier à cet instant, il ne pouvait tout de même s'empêcher d'avancer. Comme à son habitude, lorsque sa curiosité se faisait trop impérieuse, il n'était plus maître de lui même, c'était la passion qui parlait et celle-ci lui hurlait aux oreilles de pousser Maxime dans ses retranchements, de lui faire cracher ce qu'il avait au fond du bide, que cela prenne une heure ou un an pour sortir, peu importait. De cela dépendait la réussite de son œuvre.

- Des fantômes, j'en ai peint un certain nombre. Des gens torturé, il y en a un paquet, crois moi. Mais des gars sincères avec eux-mêmes, droits dans leurs bottes... hm... c'est plus rare, plus intéressant aussi.

Il fit un pas en direction du jeune homme, le toisant debout.

- Te renfermer c'est des conneries, soit discret si tu veux, mais pas renfermé, t'es du genre à être prêt à mettre les mains dans la crasse quand tu veux quelque chose, mais t'as juste peur de te salir pour le moment. Ton frère, tes déceptions, ba, c'est juste des trucs qui doivent te rendre plus fort, le reste on s'en fout.

Que ce soit vrai ou non, cela sonnait bien. Et le plus important au final, c'était que Maxime y croit, s'en persuade, que cette pensée le pénètre et le pousse à bouger. Alors Rasmus ne serait plus seulement un reproducteur, un simple copiste, mais également un sculpteur, capable d'agir directement sur son modèle. Se détournant finalement du jeune homme, il lui tourna le dos, reprenant son entreprise de rangement de ses outils de travail.

- T'as dit que tu voulais un vrai portrait ? Qui te montre vraiment comme tu es ? Ok, assume, je te peindrai avec plaisir, quand tu seras prêt à tout donner.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyLun 10 Fév - 21:25

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Maxime n’est pas réellement soulagé d’apprendre que le problème, c’est lui. Bien sûr, on peut voir cela positivement, se dire qu’ainsi, il peut avoir le contrôle sur la situation… mais il ne voit pas tout à fait les choses comme ça. Bien qu’il a toujours eu conscience de ne pas être tout blanc dans l’histoire, il a du mal à se dire que de lui et Peter, c’est lui qui est en faute. Cela touche évidemment son ego et le pousse à se renfermer face à Rasmus. Ce dernier ne semble avoir aucune limite à ses propos et cela ne fait que commencer.

Ce à quoi il ne s’attendait pas, par contre, c’est la confidence du peintre. Il est surpris de découvrir que comme lui, Rasmus a subi une perte, bien que la sienne soit moins irréversible que celle qu’il a vécu avec Peter. Affichant une réelle tristesse, il porte son regard sur le Serpentard, partageant sa peine passagère. “Je suis désolé pour toi.” Se contente-t-il de dire par qu’en fin de compte, il n’y a pas toujours les mots pour exprimer ce que l’on ressent. Quand à vivre pour soi… c’est un concept qu’il a bien du mal à appliquer dans la vie de tous les jours. Peut-être vit-il réellement dans l’ombre de son défunt frère, mais il a bien du mal à vouloir en sortir. Tout cela lui tient bien trop à cœur.

“J’imagine.” Il hausse les épaules, ne parvient plus à s’ouvrir et son corps le montre. Sa position laisse clairement entendre que l’ouverture dont pouvait profiter Rasmus un peu plus tôt commence à disparaître au fur et à mesure qu’il prend ce ton avec lui. Lui qui voulait réellement faire un bon tableau se retrouve bouche-bée lorsqu’il lui annonce que son implication ne sera jamais suffisante. Qu’il ne se connaît lui-même pas assez pour qu’il puisse peindre quoi que ce soit. Mais à son âge, se connait-on vraiment ? N’est-ce pas justement le moment de se chercher ? Rasmus ne peut pas s’attendre à trouver en ces camarades des modèles affirmés et totalement construits. Il le voit commencer à ranger son matériel et ne sait pas quoi dire pour le retenir de le faire.

“Tu insinues donc que je ne suis pas sincère avec moi-même ?” Pourtant, il a toujours eu l’impression de l’être. Ses sentiments sont pourtant clairs. C’est avec les autres qu’il ne joue pas franc jeu, voilà tout. Maxime se sent légèrement offusqué, il ne sait pas ce qu’il doit comprendre. Se ment-il vraiment tant que ça ? Et que veut-il vraiment ? Il dit toujours chercher à être utile, que c’est tout ce qui l’importe… il veut faire quelque chose de concret de sa vie mais ne sait toujours pas quoi. C’est bien ça le problème.
Il écoute distraitement la tirade de Rasmus, lui trouvant autant de sens que de bêtise, sur le coup. C’est bien beau de donner des conseils qu’on ne suit pas soi-même… Est-ce que lui, la disparition de son frère, ça l’a réellement rendu plus fort ? Et il s’en sert pour quoi, de cette force ? Faire des tableaux d’adolescents qui se cherchent encore ?

Piqué au vif, le jeune homme fronce les sourcils. “J’ai jamais dit que je ne l’étais pas ! Je suis prêt à tout donner, c’est la réalité ! Tu peux me demander ce que tu veux, je te répondrais honnêtement, sans détour. Je ne suis pas un lâche.” Peut-être rentre-t-il dans son piège. Si c’est le cas, il n’en a pas conscience. Il se sent juste frustré de passer pour un garçon qui n’assume pas ce qu’il est. En toutes circonstances, il est prêt à tout donner de lui-même pour réussir et ce tableau ne sera pas une exception. Retrouvant une position confortable et avec un regard déterminé, il toise Rasmus.

“Remets tes affaires en place et continuons. Je suis prêt.” Et cette fois, il l’est vraiment.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMar 11 Fév - 23:15
A bien regarder Maxime, on pouvait voir les émotions se succéder en lui, comme des vagues. Tour à tour blessé, indigné, voire vexé, Rasmus n'était plus bien sûr que sa stratégie soit la bonne. Et pourtant, il n'y avait plus de retour en arrière possible, à ce stade, et puis, il n'avait jamais prétendu souhaiter se faire un ami de son modèle, non, son but était ailleurs. Même s'il avait caressé un instant l'idée, et peut-être l'espoir, que leurs expériences communes, les idées proches par certains aspects, puissent les rapprocher, une fois de plus la personnalité du Serpentard avait tout noyé sur son passage. Ce projet commun était une entreprise sérieuse, peut-être historique, même, du point de vue de Rasmus, et tant pis pour les pertes et fracas, il ne s'arrêterait pas en si bon chemin sous prétexte de ménager son modèle. Au contraire, Maxime avait besoin d'être secoué, comme on agite un arbre pour en faire tomber les fruits.

Il avait presque achevé de ranger son fusain et commençait sérieusement à se demander s'il n'était pas allé trop loin, quand le jeune homme prononça sa dernière phrase. Rasmus se figea un instant, lui tournant toujours le dos. Une profonde satisfaction lui nouait le ventre... il était passé en force mais peut-être que, pour la première fois de sa jeune carrière, il allait pouvoir commencer les choses sérieuses.

Il se retourna avec douceur. Toute trace d'agressivité semblait avoir disparu de son visage et du ton de sa voix.

- Ok...

Il croisa les bras, fixant le jeune homme avec insistance, mais non sans une certaine bienveillance, presque paternelle cette fois. Il était peintre, lui modèle, il n'avait pas pour objectif de faire du mal à Maxime, non, cette idée d'ailleurs lui répugnait. Il se sentait soudain presque responsable du jeune homme, comme si, en donnant son accord, cette fois avec une véritable sincérité, leur relation venait soudain d'évoluer. Rasmus avait conscience qu'il s'aventurait là dans une expérience risquée, pour lui cette fois. S'il s'investissait émotionnellement dans cette peinture, pour parvenir à cerner au plus près Maxime, et que ce dernier se révélait finalement faux-jeton, cela le blesserait profondément. Parce que son travail, et ses espoirs, s'en trouveraient souillés et gâchés. C'était la raison qui l'avait poussé à attaquer si dur : il devait avoir la certitude que le jeune homme était prêt, et ne prenait pas les choses à la légère.

D'un geste de baguette, il détacha sa toile et l'envoya se poser tranquillement sur une table non loin. Puis délicatement il sortit un nouveau tableau, vierge, prêt à recevoir de la franchise. L'autre dessin n'avait été qu'un brouillon, mais Rasmus le gardait quand même. Il y avait dessus une ébauche de Peter, son frère, qui était précieuse.

- Quels sont tes rêves, Maxime ? Qu'est-ce qui fait que tu te lèves le matin, ou juste que tu te fous pas en l'air parce que la vie n'a pas de sens ? Au fond de toi, qu'est-ce qui te fait tenir ?

Il avait dit ça avec une certaine gravité, mais aussi de la délicatesse. C'était peut-être la seule question qu'il faille poser, mais elle était d'une profondeur insondable, on pouvait passer sa vie entière sans trouver quoi y répondre. C'était une question d'ado, mais aussi une question de philosophe. Pour Rasmus, c'était surtout une question de peintre, car sans un début de piste, il ne saurait jamais à quoi réellement s'en tenir, avec son modèle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyMer 12 Fév - 12:55

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Il doit le retenir car Maxime sent, au plus profond de lui, que cet exercice lui sera bénéfique en fin de compte. Même s’il ne comprend pas vraiment où Rasmus veut en venir, il se sent obligé de le rappeler pour lui faire savoir qu’il se pliera à ses demandes d’être plus honnête et ouvert. Bien sûr, cela ne sera pas facile car même s’il est dorénavant prêt à mettre cartes sur table, Maxime est capable d’en éprouver de la difficulté. Mais il fera de son mieux, ça, il peut le promettre. Anxieux, il le regarde se stopper dans son rangement, avant de signifier son accord de revenir à la peinture, ce pour quoi ils sont là à l’origine. Il semble vouloir en recommencer une toute nouvelle et cela, il peut bien le comprendre. Cela va même le pousser à être le plus honnête possible, pour ne pas entacher son travail. Le Français se demande ce qu’il pourra bien lui demander en premier lieu. Est-ce que ce sera l’identité du garçon dont il parlait un peu plus tôt comme d’une déception amoureuse ? Il sera forcé d’avouer qu’il avait raison sur toute la ligne à ce sujet. Pas grave, tant qu’il peut s’assurer de sa discrétion.

Mais contrairement à ce qu’il pensait, Rasmus ne prit pas cette direction. Ses questions, plus philosophiques, le laissèrent un premier temps sans voix. Bien sûr, il a envie de répondre sincèrement mais comment le faire quand on a aucune idée de la réponse ? Maxime prend le temps de chercher en lui les mots justes, qui feront écho à la réalité de ce qu’il ressent. Qu’est-ce qui le fait vraiment tenir, se lever chaque matin ? Il lui arrive de se poser la question sans vraiment y trouver de réponse nette. Parfois, il se dit que c’est la découverte du monde magique qui le pousse à continuer encore et encore, avec la possibilité d’enfin trouver sa place dans la société. Et d’autres fois, il reste juste dans son lit, à se dire que s’il n’existait pas, les choses ne seraient pas si différentes.

“Tu commences fort…” Dit-il pour se donner un peu plus de temps de réflexion. Et finalement, il décide de laisser ses pensées sortir d’elles-mêmes, franches et pures. Sans aucun contrôle. “Je crois que si je me lève tous les matins malgré ce qui continue de m’arriver, c’est parce que je suis intimement persuadé que c’est la seule chose qui me permettra de trouver ma place dans ce monde. Je veux être utile, je veux faire quelque chose de ma vie qui ait un sens et si je ne me lève pas, si je ne me bouge pas, alors je ne le saurais jamais. Je rêve d’être une personne à laquelle on fait appel quand on a un souci, qui soit en mesure de régler des situations étranges. C’est assez vague, c’est vrai, mais je veux être quelqu’un.” Il se mordille la lèvre, se frotte le bras de sa main gauche. Il aurait aimé faire quelque chose pour Peter, son frère, avant que celui-ci ne succombe à sa maladie. Maxime ne souhaite pas spécialement être médecin, mais être un élément utile de l’univers lui suffirait amplement. C’est bien pour cela qu’il se donne à fond dans son travail, qu’il tente de rafler les meilleures notes aux examens. C’est aussi pour cela qu’il se lève tous les matins avec la conviction parfois branlante qu’un jour, tout ceci paiera.

“Et puis, c’est peut-être un peu débile aussi, mais j’aimerais trouver quelqu’un à aimer, qui me le rende en retour. Cela fait partie de mes rêves, d’avoir un vrai couple solide. De partager mes victoires et mes défaites avec quelqu’un qui puisse me comprendre.”
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Rasmus Rask
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Rasmus Rask
Exp : 10043
Points de vie (HP) : 1550
Baguette : Cyprès & moustaches de Fléreur, 24cm
Photomaton : Chaotique neutre ou « esprit libre » (un peu sociopathe aussi)
Âge IRL : 11
Célébrité : Tom Holland
Parchemins : 1281
J'aime : 88
Date d'inscription : 02/11/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyVen 14 Fév - 0:07
La remarque de Maxime, soulignant qu'il ne prenait pas de gants, lui tira un sourire. Certes. Mais on n'était plus là pour rigoler, après tout, c'était important d'en avoir conscience. Les petites questions, celles du quotidien, les déceptions banales, les histoires sans enjeux... tout cela, au fond, on s'en foutait. C'était important pour les finitions, mais pour réellement construire une œuvre, la bâtir pas à pas sur des bases solides et véridicites, il lui fallait attaquer directement les questions qui fâchent. Celles qui fondent un individu, révèlent ses doutes, ses hésitations les plus enfouies. Ensuite seulement, on rajouterait des fioritures.

Quand son modèle reprit la parole, presque en harmonie avec les mots qui étaient prononcés, le fusain de Rasmus suivit. Dans ces moments là, quand il se concentrait vraiment totalement, il avait un peu l'impression de jouer une partition. Les intonations dans la voix, les inflexions, le rythme, cela guidait sa main sur le papier, donnait l'intensité de son tracé. Les mots, leur sens, eux, créaient les formes, faisant apparaitre lentement un nouveau personnage, encore très simple mais bâti sur des paroles profondes.

C'était un peu comme si les pensées qu'exprimait Maxime se transposaient sur la toile. Rasmus n'en était que l'intermédiaire, charge à lui de les modéliser, de les traduire en dessin, comme on traduirait une langue étrangère. Il y avait bien sûr un travail d'interprétation à faire, c'était la dimension artistique de la peinture, car évidement on ne peut retranscrire parfaitement des mots en image, mais l'important était surtout de comprendre et respecter l'esprit général. Ce que le jeune modèle voulait faire, ou faisait à son insu, passer comme message. Ce n'était pas tant un travail de l'esprit, à ce niveau, mais quelque chose d'instinctif, et Rasmus laissait ses gestes guidés par les paroles, presque spectateur de l'apparition de sa propre œuvre.

- Tu pars un peu à l'aventure de toi-même, si je comprends bien. T'essayes de voir où es ta place...

Il fronça les sourcils, pensif.

- C'est un point de vue très... heu... "utilitaire", je dirai, ça se comprend.

Un sourire lui échappa. Il n'y avait aucune malice dedans, juste de la curiosité, comme un enfant enthousiaste à l'idée d'ouvrir un cadeau, ou qui se réjouit d'avance en pensant à sa prochaine visite au zoo.

- Mais est-ce que ça veut dire que tu ne te définis que par rapport à ce que tu peux apporter aux autres ?

La dernière remarque de Maxime, à nouveau, lui tira un rictus amusé, quoique un peu plus dubitatif. Rasmus comprenait très bien ce sentiment. Enfin, différemment. Lui était plutôt du genre à complexer sur son incapacité totale à nouer des relations intimes avec qui que ce soit. A seize ans, il se demandait de plus en plus fréquemment si sa situation était bien normale, voyant ses camarades faire et défaire les couples et amourettes, et il commençait vraiment à s'inquiéter d'avoir du retard sur les gens de son âge.
Un regard avec un peu plus de recul sur sa situation l'aurait pourtant rassuré : il était loin d'être le seul à n'être jamais sortit avec personne, mais plus que le vide de ses expériences, c'était sa relative incapacité à tomber amoureux qui l'angoissait. Rasmus était quelqu'un qui entretenait des rapports... atypiques, aux autres, exprimant de réelles difficultés à leur faire confiance, mais également à les considérer autrement qu'en les objectifiant. Cela se traduisait par un fort désir de les comprendre, comme on comprendrait un animal, peut-être, avec un regard assez scientifique, finalement, mais également à les voir changer, progresser, se perfectionner, au même titre qu'on travaillerait sur une voiture, par petites touches et ajustements, pour l'améliorer. Il n'avait pas vraiment de rapport "humain" au sens traditionnel du terme, mais au moins il en avait conscience, et cela avait tendance à l'inquiéter. A vrai dire, Rasmus se demandait de plus en plus sérieusement s'il n'y avait pas quelque chose qui clochait dans sa tête.

Aussi, le soucis de Maxime, il le comprenait assez bien, mais lui donnait une dimension différente. Lui s'inquiétait moins de trouver un partenaire pour partager ses expériences, que d'être capable d'en supporter un tout court. C'était bien simple, l'idée que quelqu'un d'autre puisse faire intrusion ainsi dans son intimité l'angoissait autant qu'elle le révoltait. Ce qui, évidemment, ne l'encourageait pas à tenter quoi que ce soit avec les autres.

Il hocha la tête.

- C'est pas débile.

Il marqua une pause, et son fusain aussi. Fixant la toile, il réfléchissait.

- Pourquoi tu as besoin de... "quelqu'un d'autre" ? Qu'est-ce qu'il t'apporterait ?

Manifestement, Rasmus avait encore du mal à penser les relations autrement qu'en terme d'enrichissement mutuel, et sa question le trahissait bien. Faire confiance, se soutenir, oui, mais il n'imaginait encore cela que comme une question de profit, et pas un instant comme un projet commun, l'envie de construire à deux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4427-rasmus-rask https://www.historia-pactum.com/t4430-rasmus-rask-o-pas-encore-de-classe#91122 https://www.historia-pactum.com/t4431-rasmus-rask#91124
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 7152
Points de vie (HP) : 500
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] 52108_s
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 1128
J'aime : 103
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] Empty
MessageSujet: Re: Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]  Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus] EmptyDim 16 Fév - 15:05

Dessine-moi un sorcier | Rasmus & Maxime
Maxime a un petit sourire en entendant le résumé de Rasmus concernant son monologue et hausse les épaules. “Est-ce qu’on est pas tous dans ce cas ? Chacun d’entre nous, on essaye de trouver notre place dans le monde, qu’il soit moldu ou sorcier.” Il ne se pense pas très différent des autres sur ce point. Certains, certes, ont peut-être déjà trouvé la manière dont ils participeront à la vie active demain - mais le Français reste persuadé que beaucoup d’élèves de sa promotion sont encore perdus quand au rôle à tenir dans le futur. Ce qu’ils peuvent ou doivent devenir ne dépend que d’eux et c’est une grosse pression sur leurs épaules. Maxime n’est même pas certain du travail qu’il a envie de faire plus tard. En tout cas, cela semble inspirer le peintre, ou du moins lui donner quelques éléments pour commencer son travail. Il continue de faire des commentaires, de lui poser des questions. Il l’a bien compris, c’est sa manière d’aller plus profondément en lui, de décortiquer son âme et ses pensées. Et le jeune sorcier se prête au jeu, ayant promis sincérité et dévotion. Et dieu sait qu’il est maître de ses promesses.

“Je dirais juste que c’est très important pour moi. Je ne vis pas que pour les autres et mes actes ne sont pas tous guidés par leurs avis ou leurs regards mais… Oui, peut-être qu’on peut le formuler comme ça en effet. Je suis le genre de personne qui ne se définit que par rapport à ce qu’elle peut apporter aux autres. Et c’est ce qui permet aux égoïstes de profiter de moi, au passage. Mais aussi pathétique que ça en a l’air, je suis content de réfléchir comme ça.” De nouveau, il hausse les épaules. Que ce soit en amour ou dans la vie de tous les jours, il ne pense qu’à ce qu’il peut offrir et donner, et pas à ce qu’il peut recevoir. Il le devrait un peu plus d’ailleurs, car c’est ce qui le fait tomber dans des pièges idiots. Si Maxime pensait un peu plus à sa propre gueule plutôt qu’à celle des autres, il s’en tirerait sûrement mieux. Mais son caractère est ainsi et se sentirait-il vraiment mieux s’il en changeait ? Il n’y a rien de moins sûr.
Il exprime par ailleurs cette volonté de trouver quelqu’un qui puisse l’accompagner et l’aimer, autant qu’il le fera. Bien sûr, il se trouve aussitôt stupide d’avoir formulé une telle idée devant Rasmus, mais ce qui est fait est fait. Et il s’est promis de ne pas cacher la vérité sur ce qu’il est. Or, s’il y a bien une chose que Maxime est, c’est romantique. Il veut le grand Amour, c’est comme ça. Il ne dit pas qu’on n’a qu’un amour dans sa vie, la pluralité est possible, mais il ne sera jamais du genre à passer de bras en bras sans un regard en arrière, sans une once de sentiment.

“Qu’est-ce qu’il m’apporterait…” Il réfléchit sincèrement à la question. Au fond, la réponse lui semble assez évidente, même si elle fait peur. Maxime ne veut pas tant dépendre des sentiments de quelqu’un d’autre mais force est de constater que c’est le cas. “Je pense que j’ai autant envie que besoin de quelqu’un d’autre. Tu sais, avoir quelqu’un avec soi… ça aide sur beaucoup de plans. Si c’est une personne adéquate, tu peux gagner en confiance en toi, construire des projets qui, seul, te feraient peur. Personnellement, la seule raison pour laquelle j’ai envie d’avoir quelqu’un à mes côtés, c’est pour ressentir de l’affection, de l’amour. Le reste, je pense que je peux m’en sortir seul mais je me sens comme… vide, si je ne me sens pas aimé. Encore une fois, j’ai l’air totalement pathétique. Pour moi, c’est cet échange de sentiments qui est important. Tu peux devenir immortel ou le roi du monde, mais sans quelqu’un à tes côtés qui te supporte et te soutienne, ça n’a aucun sens.” Il n’ose pas dire que c’est la peur de la solitude qui le conduit à se chercher un ou une partenaire. Bien qu’il puisse en apprécier parfois les avantages, il ne se voit pas faire sa vie avec pour seul accompagnant son ombre fluette et sombre. Et quel est l’intérêt de réussir sa vie si on n’a personne avec qui le partager ?

“Tu sais, au début je pensais qu’avoir des amis suffisait. Ils accomplissent un rôle, ils ont une utilité plus que nécessaire dans la vie quotidienne. Mais quand tu rentres chez toi le soir, après une journée de travail, ces amis ne sont plus là. T’es tout seul. Sauf si tu en décides autrement. Moi c’est ce que je fais. J’ai envie de me trouver quelqu’un qui soit content de me voir au début et à la fin de cette journée, avec qui je puisse partager des choses - quitte à avoir des conversations parfois houleuses avec divergence d’opinion. Je ne me vois clairement pas continuer ma vie plus longtemps sans ce soutien. J’ai cru que je pourrais, après la mort de mon frère, mais non, ça ne me ressemble pas. Certaines personnes sont faites pour être seules, d’autres non. Toi, tu te caserais où ?” Demande-t-il avec intérêt. Quelque chose lui dit que Rasmus n’est pas de la même trempe que lui - et c’est tout à son honneur, dans un sens. Tout le monde ne peut pas être comme lui et Maxime a toujours proné la diversité. Il aime discuter des choses, défendre son avis et que parfois, on rejoigne le sien. Ce n’est clairement pas le but premier de cette discussion avec le Serpentard.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




See You In The Other Side
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
 

Dessine-moi un sorcier [Ft. Rasmus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: La France :: L'Académie Beauxbâtons :: 2è étage Gauche & Droite :: Salle d'Arts Magique-