RSS
RSS

Historique du Forum

15/01/2020 — Saison 2 sur l'année 2024/2025
15/09/2018 — Saison 1 sur l'année 2023/2024
10/01/2018 — Saison 0 reboot du forum, sur l'année 2022/2023
30/10/2016 — Ouverture du forum
14/10/2016 — création du forum

Teaser

à adopter de toute urgence !

Top sites

©️linus pour Epicode
En bref



 
Partagez
 

 With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kai Moana A. Shinoda
https://www.historia-pactum.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://www.historia-pactum.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://www.historia-pactum.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://www.historia-pactum.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 13593
Points de vie (HP) : 2550
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Feuu
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1830
J'aime : 129
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Empty
MessageSujet: With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind  With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind EmptyDim 2 Fév - 23:21
With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind

LIBRE
Archipel de Hawaii - Un jour de septembre 2024 • Ce n'est pas une île, c'est un lieu. Un lieu où O'hana veut dire famille. Où Aloha veut dire bonjour ou au revoir, où Mahalo veut dire merci et où il a grandit. Pas ici même, mais plus loin. Derrière cette ligne de l'horizon qui se perd dans le lointain. Ici, ce n'est pas l'endroit qui l'a vu naître, c'est un hutte en bois sur l'île principale. Un coin où la taule bleuie est froissée et où la mer laisse son sel piquant s'insinuer. C'est étonnamment calme malgré tout ces chants qui s'élèvent, ses femmes qui dansent le Hula les pieds dans l'eau. C'est le bleu de la mer qui se joint à celui du ciel et se perd dans le vert des feuillages. Ici, c'est un endroit où le peigne à tatouer noirci de suie et imprégné de magie coupe la peau à chaque passage, s'y enfonce au rythme des battements de cœur et laisse le sang perler de la peau déchirée. C'est le lieu des techniques ancestrales, celles qui vous interdisent de manger, de boire et de baiser pour mieux vous purifier. Parce que tout à une signification même si pour lui, ça n'en a plus vraiment. Avant peut-être, pour le premier, celui où il n'a pas pissé le sang jusqu'à manquer de s'évanouir.
Aujourd'hui pourtant, il pourrait presque en mourir alors que le vieux lui laboure les côtes de son ciseau de tatouage, qu'il n'en fini plus d'éponger le sang depuis près de trois heures et que ça ne s'arrête pas de couler. Un hémophile qui se fait tatouer sur les côtes, forcément ça a de quoi le vider.

Pourtant lui, ça fait trois heures qu'il ne bouge pas. Qu'il reste là, allongé une main derrière la tête et les genoux relevés. Comme si il n'en avait rien à cirer de sentir son propre sang couler le long de sa peau, de ses côtes et par terre, sur cette paillasse pleine de poussière. Il est bien blanc pourtant, et faible sûrement. Mais qu'est-ce que ça peut bien faire, tout le rituel il est sympa et ça change pour une fois. Un de plus où un de moins, ça ne change rien et puis celui là, il en rêvait déjà. Il veut tout dire, il veut rien dire. Il est aussi important que son sarouel à fleurs cramoisies. Qu'est-ce que vous voulez, ça lui a pris comme une envie de pisser de revenir là. Dans ce coin. De ce faire appeler Moana encore une fois et de s'imaginer surfer. D'ailleurs, en vrai, vous en avez quoi à branler de ce qu'il fait et de comment il le fait ? Est-ce que votre petite vie et la façon dont vous passez votre temps libre à l'air de l'intéresser alors qu'il tire sur sa cigarette avant d'en recracher la fumée, petits ronds qui s'élèvent avant de disparaître comme le fil de sa pensée. Et encore un peu de sang qui sera épongé. A force de se faire planter un peigne traditionnel et de se faire essuyer avec une feuille de bananier, y'a de grande chance qu'il ait plus que la chair au vent dans pas longtemps. C'est que ça commencerait presque à le piquer maintenant et ça fait combien de temps ? Cinq heures, quinze clopes, dix sourires et trois rires. C'est précis et c'est bientôt fini.

Il devrait peut-être le craindre, ce moment où il va se relever. Où il va sentir ses jambes flageolantes et où il va encore devoir s'abstenir de bouffer. C'est la règle comme disent les anciens ; parce que c'est sacré que de se faire piquer. Si ça peut leur faire plaisir... C'est pas comme si il en avait quelque chose à cirer. Ouais bon, c'est comme la connerie, ça reste inscrit dans son ADN mais quand le vieux il a fini, qu'il met le pansement qui servira à rien et qu'il le laisse en plan, ça fait tout de même un petit peu de bien. Alors la seizième cigarette, il l'écrase sur le sol à quelques centimètres de lui, y'aura bien quelqu'un pour nettoyer derrière lui et maintenant le voilà qui pari. Sur le temps qu'il va mettre à s'approcher de ce petit balcon de bambous, pour voir les femmes danser de plus près et sentir l'air sur son visage. Il fait toujours bons ici, alors que là-bas, dans ce coin perdu et froid... Il fait pas trente degrés quoi.

Quand il se relève, c'était vu d'avance, il chancelle. Faut dire qu'il a pas manger depuis trois jours et qu'il va encore devoir en tenir trois. Un peu plus et il va même se fader les prières... Ou pas. Nan, en fait, il préfère regarder la mer. Marcher sur les cendres froides de ce qu'il a fumé plus tôt et descendre les marches de cette cabane sur pilotis pour rejoindre le sable chaud. C'est qu'on dirait pas qu'il est pas ça. Où si. Ou pas ? En fait, c'est peut-être ça qu'il est au fond et qu'il se plaît à pas montrer... Non vraiment, vous y croyez ? Parce que lui, ça lui traverse même pas l'esprit. Il est ceci, cela et tout à la fois. C'est l'art de savoir changer sans jamais s'adapter. Le faire croire pour maintenir le pouvoir. Ici il est la famille, le frère et la sœur, le père et l'enfant. Il est celui dont les racines sont nées ici. Il est pas l'étranger fraîchement arrivé. Parce qu'il vient de là. Qu'il est la racine plus que les autres et que ça lui convient bien. T'es de Hawaii, ou tu l'es pas. Et lui, c'est Moana alors bien sur qu'il vient de là.

Vous l'avez vu la réflexion qui vous à fait louper qu'il s'est approchée du groupe de fille et qu'il danse maintenant avec elles ? Vous l'avez loupé ce moment où elles ont eues un ratés en regardant les lignes noires tatouées sur sa peau dorée par le soleil de cet été éternel ? Vous l'avez manqué, ce moment où il a utiliser ce don du Dieu qui les fait fondre et les rapproches. Et bien, et bien ; on n'a pas dit que tu devais resté a jeun ? P't'être bien, si on vous demande, vous direz que vous ne savez pas parce qu'il est déjà parti plus loin, la bas.
Sous le soleil chaud qui frôle l'horizon, qui laisse ses bandelettes orange lécher la mer alors que les danseuses sur la plage ont terminés ce Hula éphémère. Il n'est pas désolé quand l'une vient se perdre dans ses bras et la seconde aussi. Parce que ça fini toujours comme ça. Et puis, ça aussi c'est sacré, vous savez pas ? Séduire, toucher, goûter et se nourrir. C'est sacré, pour lui. Pour les musiciens peut-être pas parce qu'ils sont partis. Ils savent pas ce qu'ils ratent en tous les cas. Mais l'apéro, il est servit !

D'habitude, c'est l'orgie. Orgie de cri, de bouffe, lutte dans la terre et douleur à l'arrière. Aujourd'hui c'est plus une danse aux pieds de la mer. Dans ce sable qui vient se coller sur les corps et qui fait brûler les muscles tout en tachant le pansement qui est encore rouge sang. On n'avait dit qu'il ne fallait pas manger pour ne pas salir les pigments. On l'avait dit oui, mais le vieux il est parti. Où bien il regarde ? Œil de pervers qui se glisse entre deux bout de bois la main entre les cuisses. Vu comme il sait y faire pour tatouer et manier ses outils, nul doute que ses doigts vont bien l'aider à se vider. Chacun son tour, papy... Après il viendra peut-être t'aider mais là, il préfère le parfum de la sueur de celle-là sur laquelle il glisse sa langue autant que ses doigts. C'est que c'en serait presque formel tellement c'est sensuel. Mais que voulez vous, il faut les cuire à point les vahiné, sinon elle ont un goût un peu trop salé. Mais ça vient là, ça vient même très bien alors que le soleil il continue sa route dans le ciel. Que l'écume des vague vient se perdre sur le sable et leur lécher les pieds. Si seulement il n'y avait que ça qui se faisait lécher, embrasser et embraser. Le pansement, il finira par l'arracher puisque la peau elle commence doucement à cicatriser. Désolé Papy mais il va peut-être te falloir une nouvelle danse pour remettre de la couleur là où il y a en eu trop d'enlevée. C'est que, c'est compliqué en vérité, que de tatouer quelqu'un qui n'est plus vraiment humain. Même si il l'a jamais vraiment été, vous devriez leur demander. A eux, qui vivent derrière l'horizon, sur cette île de sorciers cachée par les nuages et la mer. Ouais, vous devriez, mais pour l'instant, avec le peu de respect qu'il vous doit, il veut bien partager.






Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://www.historia-pactum.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://www.historia-pactum.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://www.historia-pactum.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
https://www.historia-pactum.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://www.historia-pactum.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://www.historia-pactum.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://www.historia-pactum.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 13593
Points de vie (HP) : 2550
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Feuu
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1830
J'aime : 129
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Empty
MessageSujet: Re: With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind  With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind EmptyDim 2 Fév - 23:22
Lancé de dé pour le palier Succubus n°6




Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://www.historia-pactum.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://www.historia-pactum.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://www.historia-pactum.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Albus P. W. B. Dumbledore
Albus P. W. B. Dumbledore
Exp : 1418
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Source
Âge IRL : 138
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 6386
J'aime : 44
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Empty
MessageSujet: Re: With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind  With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind EmptyDim 2 Fév - 23:22
Le membre 'Kai Moana A. Shinoda' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Échec / Réussite' :
With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Dzorzo10


« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Kai Moana A. Shinoda
https://www.historia-pactum.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://www.historia-pactum.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://www.historia-pactum.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://www.historia-pactum.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
Kai Moana A. Shinoda
Exp : 13593
Points de vie (HP) : 2550
Baguette : Bois d'Acacia Koa, 24,93 cm, plume d'Oiseau Tonnerre, souple
Photomaton : With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Feuu
Célébrité : Miyavi
Parchemins : 1830
J'aime : 129
Date d'inscription : 07/08/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind Empty
MessageSujet: Re: With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind  With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind EmptyMer 18 Mar - 20:29
With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind

LIBRE
Archipel de Hawaii - Un jour de septembre 2024 • L’odeur du sable chaud qui glisse sous la voute plantaire, vient bruler la chaire de sa chaleur jusqu’à monter vers les chevilles. Cette petite odeur des braises d’un feu rougeoyant dont on s’approche trop alors qu’au cœur des feuilles de bananier, il y a une viande qui cuit. Met succulant pour les spectateurs, amis, famille qui sont venus partager la fête. Odeur de la fin de l’été dans ce pays où il ne se termine jamais. Venir ici, se perdre ici et dans toute cette normalité, ça pourrait être étonnant pour lui. D’ailleurs, ça fait combien de jours qu’il est là ? Qu’il profite ? Que sa peau est devenue un peu plus noirs de signes ancestraux, de chiffres qui s’alignent comme un décompte mortel. Il n’a pas compté. Pas plus qu’il n’a compté ces moments où il a partagé des délires traditionnels de cette île. A la vérité, c’est un peu comme tout. Il s’en fout. Tout ce qu’il voit c’est que ça le fait marrer à défaut de lui plaire réellement.  C’est un peu comme tout. Faut savoir savourer pour mieux se régaler ; faire monter la chaleur pour ce que les cons diraient être le réchauffement du cœur. Sauf qu’il en a jamais vraiment eu, lui. Où alors il est pas formaté comme celui des autres. C’est son plaisir qui tient son cœur et son plaisir il est déjà pas bien conventionnel alors voire plus loin, chercher à comprendre et tergiverser entre les bancs de sables, ça servirait à rien sauf à le fatiguer.

Cigarette à la main, fumée qui s’échappe de ses lèvres. Il a le regard fixé sur les flammes dansantes qui viennent lécher la viande. Plus loin, y’en a qui s’en lècherait presque les babines. Pauvres cons dans un délire de bouffe traditionnelle qui n’apporte rien d’autre qu’un estomac bien rempli. Ça n’a aucun intérêt. Sauf celui de les regarder se marrer comme des baleines et espérer être les premiers servis. Abrutis qu’ils sont pour se satisfaire de leur petite vie qu’ils pensent bien remplie. Petits sorciers aux mœurs si contaminée par la normalité que ça lui donnerait presque envie de gerber. Et pourtant, il se marre silencieusement, il a les yeux sur les flammes, sur les corps, sur la fumée de ce qui est pas encore assez rougeoyant. Un peu comme s’il entamait une sélection. Ça, et ça, puis ça. Trop gras, trop sucré, trop salé. C’est pas un peu barbant ? Sûrement que oui puisque ça lui passe l’envie alors qu’il termine sa clope. Attrape un sachet de cachet dans la poche de son sarouel défoncé et glisse une petite pilule dans la bouche de celle qui à la tête sur ses genoux. Elle a l’air encore essoufflée, où bien c’est une illusion tout comme ce filet de bave qui pend à ses lèvres ; si seulement c’en était. Pauvre fille, même pas bonne pour faire un jouet ; alors il va l’aider. Un petit peu. A retrouver son énergie jusqu’à ce qu’elle ne tienne plus en place, que ses muscles lui fassent mal à force d’être immobile et allongée par terre. Il sera sympa aussi avec celui qui se trouve plus loin et a qui il balancera le plastique sans autre forme de procès. Prendra où prendra pas. Mais ces crétins qui se pensent être ses copains pourraient bien en redemander encore. Et pour les plus joueurs, il aura la poudre qui va avec. Mais ça, c’est uniquement si la scène se met à changer et qu’elle devient plus intéressante. C’est si les corps ont moins cet aspect de vieillesse chronique qui les rend raides comme des bâtons.

Allez, il va être sympa, il dira pas qu’ils bougent vraiment mal mais c’est pas assez et ça monte pas assez vite. Faudrait épicer un peu le porc qui cuit sous le bananier ; pour peu que ce soit du porc et pas autre chose. On sait jamais, parfois y’a des bouts de viandes qui peuvent tomber par inadvertance et tout habillés dans le soupé. Est-ce que ça à l’air de le chagriner ? Pas le moins du monde. Parce qu’ils finiront tous par en bouffer à force de se croire dans le monde des rêves. Enfumés par les vapeurs des alcools trop forts, des doses acidulées qui sont tombées ici et là et de cette envie qu’ils auront tout de se toucher. C’est que ça a du bon, de faire tourner les têtes. De distiller l’envie jusqu’à plus soif ; une envie qui non-assouvie rendrait presque fou. Allez, en poussant bien, ils finirons même -peut-être- par tellement se défoncer qu’ils vont s’entretuer. Mais pour ça, la nuit elle est pas assez avancée alors qu’on ne voit pas encore les étoiles se refléter dans l’écume de la mer.
Il s’allongera le temps que ce temps passe. Posera sa tête sur son bras tout en allumant une nouvelle cigarette, les yeux fixés sur les étoiles. Sur cette voie lactée qu’on voit un peu trop bien et qui donne l’impression d’être une trainée de sperme dans le cul serré du ciel. Il sourira peut-être aussi en sentant un autre corps se presser contre le sien alors que le premier reprend du poil de la bête. Le contact chaud de lèvres qui viennent jouer avec l’élastique de son pantalon iront pas jusqu’à lui faire fermer les yeux pendant qu’il tient, d’une main, une paire de seins. Mais ça pourrait aider à lui faire passer le temps. C’est pas la plus douée, mais il lui demande pas de l’être, juste de bien le pomper ou juste assez pour le faire se vider. Une fois, deux fois, dix fois. Autant qu’elle veut et jusqu’à l’étouffer si ça peut la faire mouiller ce qui lui reste de vêtements.

Faire chauffer la bouffe quand le lard humain cuit réellement plus loin. Laisser les autres regarder et voir si les petites pilules font leur effet. Ça deviendra si doux pour eux, tout doux et leurs sens, ils vont commencer à se développer. A n’en plus pouvoir de ne pas être titiller. Il y aura, à un moment, plus de bruits et plus de mouvement. Comme si leurs vies en dépendaient de se frottement incessant contre la peau, les fesses et les seins des voisins.  Faudra voir jusqu’où ça monte pour cette nouvelle fabrication et voir si y’a toujours besoin d’un peu de son aide pour que ce soit totalement à son goût.





Hands of Blood, Crimson HeartQ-Ulte ;; Hommage, honneur rendu à Dieu -Lui-, à des êtres divins -Eux- ou jugés tels ou à certaines créatures particulièrement proches de Dieu -Nous-.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4077-kai-moana-shinoda-o-achlys#73074 https://www.historia-pactum.com/t4078-kai-moana-a-shinoda-o-pas-encore-de-classe#73144 https://www.historia-pactum.com/t4079-kai-moana-a-shinoda#73146 https://www.historia-pactum.com/t4080-kai-moana-shinoda-o-rencontres-du-troisieme-type
 

With the Horizon in sight, just imagine let go of your mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: RP Atypiques :: Le reste du monde-