RSS
RSS

Historique du Forum

15/01/2020 — Saison 2 sur l'année 2024/2025
15/09/2018 — Saison 1 sur l'année 2023/2024
10/01/2018 — Saison 0 reboot du forum, sur l'année 2022/2023
30/10/2016 — Ouverture du forum
14/10/2016 — création du forum

Teaser

à adopter de toute urgence !

Top sites

©️linus pour Epicode
En bref



 
Partagez
 

 Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peter J. MacArthur
https://www.historia-pactum.com/t4004-peter-j-macarthur https://www.historia-pactum.com/t4014-peter-j-macarthur-o-pas-encore-de-classe#70355 https://www.historia-pactum.com/t4015-peter-j-macarthur#70357 https://www.historia-pactum.com/t4017-peter-j-macarthur#70364
Peter J. MacArthur
Exp : 23704
Points de vie (HP) : 4400
Baguette : 30 cm, bois de mélèze et plume d'Occamy
Photomaton : Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Ezgif-6-2d78ca1407c8
Âge IRL : 26
Célébrité : Ezra Miller (© Gajah, Tag, EXORDIUM., HOODWINK, Bidi)
Parchemins : 3640
J'aime : 194
Date d'inscription : 26/07/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Empty
MessageSujet: Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)  Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 EmptyJeu 26 Mar - 15:50
Peter
&
Maxime
Autumn leaves falling down like pieces into place And I can picture it after all these days And I know it's long gone And that magic's not here no more And I might be okay But I'm not fine at all
Même pas fichu de faire apparaître une potion d’oubli de sentiments dans une caverne aux merveilles censée vous procurer toutes les choses dont vous rêviez ! Même pas fichu d’oublier le regard déçu et blessé de Maxime lorsqu’il avait révélé à demi-mots tout le mal qu’il lui avait fait. Même pas foutu de dormir la nuit et de se réveiller reposé sans rêver de ce beau regard. Même pas foutu de faire attention où il marchait d’un pas décidé et colérique. Ses longues jambes buttèrent dans le talon de quelqu’un qui manqua de tomber sous le choc ; il rattrapa la personne de justesse et manqua lui-même de s’écraser tête la première sur les pavés. Cette journée ne pouvait décidément pas se présenter sous un plus mauvais jour. Une ombre passa sur son visage qui, grâce à la magie et à de bons gênes, ne reflétait aucunement toute la fatigue et l’abattement qui s’écrasaient sur lui. Le jeune homme s’excusa platement, laissant son sourire le plus charmeur faire le reste et le tirer de ce mauvais pas. Peter se recula et reprit sa marche désordonnée ; ses pas le menèrent jusqu’à la taverne la plus fréquentée par les étudiants français. Ces derniers le faisaient d’ordinaire sourire tant ils étaient clichés - le bon genre ; assis en terrasse, ils fumaient avec un verre dans les mains, l’air important et déifiés par des tenues vestimentaires impeccablement choisies. Son sourire s’étirait sur son visage quand quelqu’un franchit la porte de l’établissement pour regagner la lumière extérieure ; le soleil d’octobre était encore étrangement clément et brillait de mille feux. Shit. D’accord, celle-là, il n’avait pas réussi à la contenir complètement ; elle avait glissé de ses lèvres dans un murmure incontrôlable, presque vital.

Peter se retourna et profita du coin de mur pour ne pas se faire surprendre. Il n’avait peut-être pas eu la meilleure idée du monde en provoquant le destin - bien sûr que la situation pouvait s'aggraver ! Il n’y avait qu’à l’observer se cacher comme un rat ; il ne croassait plus, le corbeau, il se faisait tout petit - une jeune fille lui fit un clin d’œil, visiblement séduite par son attitude qu’elle pensait désinvolte (il n’était peut-être pas si discret que ça, finalement). Dégainant sa meilleure arme, le sorcier sourit en retour avant de jeter un œil en direction de la porte : Maxime avait engagé le pas, seul et… seul ? Ne lui avait-il pas dit qu’il devait rester en sécurité, s’entourer des bonnes personnes et ne faire confiance à personne ? Ces conseils l’avaient sûrement induit en erreur mais l’intention y était ; n’avait-il pas compris que l’intention y était ?! Il n’avait pas le choix, il allait devoir le suivre un peu de loin et s’assurer qu’il allait bien, que personne d’autre ne le suivait - si ! c’était une très bonne idée ! - et qu’il n’avait pas besoin de son aide. Si sa bonne action devait lui permettre en plus de regarder son beau visage sans éprouver le moindre remord ou voir son regard changer lorsqu’il le voyait, ce ne serait qu’un petit plus négligé et complètement hasardeux. De la pure chance, rien de plus !

Salut, pretty lassie! Il fit un clin d’œil à sa nouvelle amie et commença à suivre Maxime en ralentissant le pas - juste assez pour ne pas se faire surprendre. Sérieusement Maxime ? Tu vas vraiment aller dans cette petite ruelle sans personne à l’intérieur ? Tout seul ? Non-accompagné ? Alors que je t’ai dit que tu étais en danger ? Le garçon souffla et attendit une poignée de secondes devant la ruelle avant de l’y suivre. Pourvu qu’il ne se retourne pas !

CODAGE PAR AMIANTE
IMAGES PAR cheayovng.tumblr & kyoflash.tumblr
PAROLES PAR Taylor Swift
604 words



Peter
(c) justiceleague & frimelda
Thanks a million!  :3 :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4004-peter-j-macarthur https://www.historia-pactum.com/t4014-peter-j-macarthur-o-pas-encore-de-classe#70355 https://www.historia-pactum.com/t4015-peter-j-macarthur#70357 https://www.historia-pactum.com/t4017-peter-j-macarthur#70364
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 11320
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 52108_s
Âge IRL : 27
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 2075
J'aime : 154
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Empty
MessageSujet: Re: Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)  Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 EmptyJeu 26 Mar - 20:11

Hurlons dans la cabane hurlante | Peter & Maxime
La lutte en lui est cruelle et fait rage depuis trois jours, mais Maxime s’est toujours efforcé de garder un visage aimable et souriant malgré le poids dans sa poitrine. Une façade bien rodée pour contrer cet immense vide qui s’est emparé de lui à l’instant même où il a fermé la porte des toilettes, symbole de sa rupture définitive avec le corbeau. Il ne pensait pas ressentir un mal plus puissant que ne l’avait été le décès de son frère, mais la réalité a été cruelle avec lui. Elle lui fait désormais connaître cette sensation déchirante d’une main qui plonge dans votre poitrine pour vous arracher votre organe le plus salvateur. C’est une coquille vide qui déambule dans les couloirs de l’Académie française, affichant des sourires qui n’ont plus de source. Patient, Maxime n’attend que de se reconstruire malgré cette impression d’avoir tout donné pour la dernière fois. Il se dit qu’il est jeune, que le temps lui viendra en aide, d’une façon ou d’une autre. L’important maintenant est d’oublier, de ne plus croiser son visage, de le chasser de ses pensées. Mais en est-il seulement capable ? Ses nuits passées à pleurer sont là pour lui faire comprendre qu’il n’est qu’un faible idiot. Il doit aimer cette douleur qui le traverse car il lui semble l’entretenir comme un trésor. C’est tout ce qu’il lui reste de cette idylle qui n’aura jamais vraiment vu le jour. Peut-être la gardera-t-il quelques jours supplémentaires, avant d’apprendre petit à petit à s’en défaire. Et peut-être qu’un jour, quelqu’un viendra remplacer ces sentiments négatifs par quelque chose de plus beau, plus addictif, plus vrai…

“T’as l’air fatigué, t’es sûr que ça va ?” Le menton bien enfoui au creux de sa main, la tête soutenue par son bras, il regarde les passants dans la rue dont la peine semble bien moindre à la sienne. Mais qu’en est-il vraiment ? On ne peut jamais savoir ce qu’il se passe à l’intérieur d’une personne, il en est la preuve vivante. “Ouai, j’bosse trop.” On ne peut pas dire qu’il soit réellement dans ses cours en ce moment. Tout le dérange, rien ne le passionne. Il passe ses journées à se demander ce que peut bien ressentir Peter, si lui aussi souffre de cette séparation qu’il a lui-même initiée. Il se repasse leur conversation sans arrêt dans sa tête, se torturant avec délice car cela lui permet de revoir chaque trait de son visage parfaitement dessiné. Il fait travailler sa mémoire encore et encore, tentant de contrer ce sort qui lui mène la vie dure. C’est ce qui lui provoque cette immense fatigue. Cette bataille sans fin contre une force supérieure à la sienne. Il veut se souvenir mais s’en trouve incapable. Quoi de plus frustrant que de savoir qu’un pan de notre mémoire est là, quelque part, sans parvenir pourtant à mettre le doigt dessus ? Et encore cette question, sans cesse : pourquoi ? Pourquoi lui… Trop romantique, il voulait se donner à quelqu'un qui puisse comprendre sa sensibilité sans en faire un mauvais usage. Et il a finalement choisi une personne qui représente tout ce qu’il veut pas. Utilisé, jeté, dénigré… il n’y a pas de mot assez fort pour décrire ce qu’il ressent depuis trois jours. Depuis cette révélation choquante, délivrée à demi-mots par le sorcier.

“Je vais y aller, profitez bien du reste de l’après-midi.” La compagnie de ses camarades ne le distrait plus, il a besoin de se retrouver seul, même si cela veut dire se confronter à ses pensées. Encore plus maintenant qu’auparavant, Maxime se demande à quoi sert sa présence sur Terre, s’il n’est destiné qu’à être utilisé par les autres pour leurs propres desseins. Il lui arrive de souhaiter n’avoir jamais existé. Après avoir salué ses amis français, il quitte la taverne fréquentée par la plupart des élèves de Beauxbatons et serre son uniforme en soie contre sa peau. Il ne fait pas très chaud en ce mois d’octobre, mais le froid a l’avantage d’éveiller son esprit. Regardant rapidement autour de lui, il choisit une direction et s’y engage, seul. La place mène à une petite ruelle qui ne lui inspire aucune crainte tellement il a l’habitude de la fréquenter. Pourtant, en s’y engouffrant, il ressent une espèce de frisson étrange qui le fait s’arrêter. Les alertes du Serdaigle lui reviennent à l’esprit, bien qu’il ne leur trouve toujours aucun sens. Quel danger craindrait-il qui justifie un tel sort ? Il a eu beau se retourner l’esprit, il n’a trouvé aucune explication plausible à ces événements. Pourtant, cela ne l’empêche pas de ressentir cette appréhension en s’engageant dans la ruelle. Comme s’il avait raison. Comme si quelqu’un le suivait. Faisant mine de ne rien percevoir d’étrange, il tend pourtant l’oreille et il lui semble percevoir des bruits de pas derrière lui. À moins que ce ne soit les siens ? La panique ne l’envahit pas pourtant, alors qu’elle le devrait. Il lui semble ne plus rien craindre, à ce stade. Son état de tristesse est si intense qu’il ne peut rien lui arriver de pire que ce qu’il a vécu. Qu’on le vole ou le tue, à quoi bon ? Il s’en moquerait bien. Il ne se voit aucun avenir, sa vision est troublée par les événements récents.

Petit à petit, son pas s’accélère, comme si cela était naturel. Il tente de rester détendu ou au moins, de le paraître. Les pas lui semblent bel et bien présent et ne correspondent pas au sien. Est-ce qu’il avait raison ? Est-ce qu’il est vraiment en danger ? Mais pourquoi lui en voudrait-on ? Il n’a jamais rien fait de mal et sa seule erreur a été de donner son cœur à la mauvaise personne. La ruelle semble interminable et sa main vient trouver sa baguette. Sans crier gare, il tourne les talons et fait volte-face pour pointer l’objet de bois en direction de la silhouette qui se tient derrière lui, à quelques mètres. Alors il était bien suivi. La pénombre ne lui permet pas de distinguer tout de suite le visage de son suiveur et son cœur bat à grand rythme dans sa poitrine, suite à l’adrénaline provoquée par cette situation qu’il n’avait jamais vécue jusqu’à présent.

“Qui est là ? Montrez-vous ! Je n’hésiterais pas à attaquer s’il le faut.” Sa main tient fermement sa baguette tendue en avant et dans sa tête se succèdent tous les sorts qu’il connaît et qu’il pourrait utiliser pour se sauver. S’il en a vraiment envie.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Love isn’t who you can see yourself with.
It’s who you can’t see yourself without.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Peter J. MacArthur
https://www.historia-pactum.com/t4004-peter-j-macarthur https://www.historia-pactum.com/t4014-peter-j-macarthur-o-pas-encore-de-classe#70355 https://www.historia-pactum.com/t4015-peter-j-macarthur#70357 https://www.historia-pactum.com/t4017-peter-j-macarthur#70364
Peter J. MacArthur
Exp : 23704
Points de vie (HP) : 4400
Baguette : 30 cm, bois de mélèze et plume d'Occamy
Photomaton : Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Ezgif-6-2d78ca1407c8
Âge IRL : 26
Célébrité : Ezra Miller (© Gajah, Tag, EXORDIUM., HOODWINK, Bidi)
Parchemins : 3640
J'aime : 194
Date d'inscription : 26/07/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Empty
MessageSujet: Re: Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)  Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 EmptySam 28 Mar - 18:09
Peter
&
Maxime
Autumn leaves falling down like pieces into place And I can picture it after all these days And I know it's long gone And that magic's not here no more And I might be okay But I'm not fine at all
S’il voulait l’ignorer de tout son cœur, Peter savait tout le mal qu’il avait du faire au seul homme qu’il ne voulait pas blesser. En changeant, le garçon avait trouvé une chose inestimable : un but, un sens à sa vie. Il avait entamé cet été-là une formation secrète menée par la princesse Rouge, reine des cœurs. Cet entraînement changea beaucoup de chose et lui fit prendre conscience de l’importance de sa nouvelle vie. Bien sûr, ce n’était pas la seule issue possible ; malheureusement pour lui, le jeune corbeau réalisait trop tard que sa vie aurait pu être comblée par une toute autre chose - par l’Amour. Il était encore tôt pour parler d’un tel sentiment. Pourtant, chaque fois qu’il s’autorisait à penser à la situation, à imaginer Maxime tout seul dans sa chambre avec Brian, les larmes aux yeux et le même regard accusateur, déchiré, son cœur se serrait si fort qu’il était pris de nausée. D’un pas discret et assuré, Peter suivait un autre homme dans les rues du village aux Millefeuilles. Son regard faussement doux virevoltait ici et là, comme pour surveiller le trafic et s’assurer qu’il pouvait traverser les rues passantes sans crainte d’entrer en collision avec un piéton. Son visage, impassible et vaguement bienveillant ne laissait passer aucune autre émotion. Ses traits lumineux attiraient régulièrement les regards des plus sensibles aux charmes du Q-Ulte et son visage figé, comme plongé dans la glace, leur rappelait vite qu’il était inatteignable. Merveilleux outil que la beauté ! Tantôt chaude et rassurante, tantôt glaciale et effrayante, l’éclat faisait de ces charmantes créatures de parfaits espions capables de se cacher au grand jour. Dans l’ombre, les succubes étaient incapables de passer inaperçus et leurs charmes étaient telles que l’effacement ne leur était pas permis.

Les quelques regards qu’il se permettait de lancer en direction du beau Français pour mieux le suivre en filature l’informèrent sur la douleur atroce dont il était affligé. Maxime avait mauvaise mine et les quelques jours qui les séparaient d’une révélation cruelle n’avaient pas suffi pour apaiser même sommairement sa mélancolie. Le sorcier rouge redoubla d’effort pour que son visage ne se fasse pas le témoin de son désarroi ; voir le garçon dans cet état lui compressait si fortement le cœur qu’il voulait se fracasser la tête dans un mur pour ne plus jamais avoir à ressentir quoi que ce soit. Pour mieux se contenir, il se laissa submerger par la colère ; que faisait-il, cet imbécile, à se promener tout seul dans une ruelle déserte quand trois jours plus tôt, on l’avait averti qu’un danger planait sur sa tête ! Ce degré d’inconscience suffit à le mettre hors de lui et à oublier provisoirement les tribulations de leur vie commune. Il pressa le pas pour se rapprocher de lui tout en restant confortablement occulté par la pénombre qui surplombait d’un bâtiment sur l’autre. Devant ses yeux infatigables, le papillon enroulé dans sa tenue de soie ralentit soudain son pas pour finalement se stopper et se retourner, baguette de bois tendue dans les mains. Ses lèvres s’étirèrent tristement dans un silence aride.

“Ne dis pas n’importe quoi, Maxime.”, se dévoila-t-il enfin.

D’un pas prudent, il sortit dans la clarté du soleil ; sa peau réfléchissait la lumière telle sa fragmentation dans le plus beau des diamants.

“Tu as déjà essayé.”

La plaisanterie était cruelle pour celui qui devait avoir tout oublié de cette confrontation tempétueuse qui avait laissé place aux tourments du plaisir charnel. Seulement, Peter ne se rappelait plus avec précision de la chronologie des événements. Son corps ne manifestait peut-être pas le manque de sommeil mais son esprit était incapable de l’endurer plus longtemps. Il devenait de plus en plus difficile de réfléchir, de raisonner sans omettre certaines choses d’ordinaire envisagées de la plus haute importance. Le garçon enchaînait les faux-pas, les ratés et la salle aux mille souhaits en était sûrement un des exemples les plus probants. Mince… Cela non plus, Maxime ne pouvait pas le savoir. Ressaisis-toi, MacArthur.

“Qu’est-ce que tu fous dans une ruelle tout seul ?”

T’as rien compris ?, avait-il envie de hurler. Sa voix ne trahissait aucun grain de sa colère grandissante. Il n’avait pas fait tout ça pour rien ! Il fallait que Maxime le comprenne ! Cette idée serait encore plus insupportable. Non. Ne lui demandes pas comment il va… Tu sais très bien que ce n’est pas une bonne idée. La réponse ne lui apporterait rien d’autre que du tourment ; il n’avait pas besoin de l’entendre de sa bouche, son visage défait lui criait bien suffisamment qu’il souffrait mille morts. Son tourment était sûrement décuplé, maintenant que l’objet de sa colère et de sa peine se tenait droit debout devant lui en personne. Qu’il le déteste de tout son être, mais qu’il soit en sécurité ! Et à vue d’œil rapace, ce n’était tout simplement pas le cas.

CODAGE PAR AMIANTE
IMAGES PAR cheayovng.tumblr & kyoflash.tumblr
PAROLES PAR Taylor Swift
815 words



Peter
(c) justiceleague & frimelda
Thanks a million!  :3 :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4004-peter-j-macarthur https://www.historia-pactum.com/t4014-peter-j-macarthur-o-pas-encore-de-classe#70355 https://www.historia-pactum.com/t4015-peter-j-macarthur#70357 https://www.historia-pactum.com/t4017-peter-j-macarthur#70364
Maxime Leroy
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Maxime Leroy
Exp : 11320
Points de vie (HP) : 2250
Baguette : 29 cm, bois d'Erable et épine du monstre du Fleuve Blanc.
Photomaton : Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 52108_s
Âge IRL : 27
Célébrité : Maxence Danet-Fauvel
Parchemins : 2075
J'aime : 154
Date d'inscription : 21/01/2020

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Empty
MessageSujet: Re: Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)  Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 EmptyDim 29 Mar - 15:32

Hurlons dans la cabane hurlante | Peter & Maxime
Millefeuille est surtout fréquenté par la population sorcière alors, si danger il y a, il se doute que cela ne viendra que d’un sorcier. Expérimenté ou pas ? Là est la question. Maxime n’a clairement pas la tête à confronter quelqu’un en ce moment et cela l’agace de se faire suivre. Dans un coin de sa tête, il se dit qu’il a été prévenu par Peter mais en même temps, cela lui semble tout aussi absurde. Qui pourrait lui vouloir du mal à lui, l’élève de 7ème année ? Il n’a rien à apporter à personne. Et au final, peut-être que la personne derrière lui se contente de vivre tranquillement sa vie, passant d’un point A à un point B et qu’il est juste parano en se disant qu’elle lui en veut ? Tout tourne dans sa tête et son pas ralenti naturellement. Au bout d’un moment, il se dit qu’il est temps qu’il prenne les choses en main et qu’il sache ce qu’il en est. Si on lui veut quelque chose ou si ce n’est que pure coïncidence. Il espère simplement ne pas tomber sur le seul moldu de Millefeuille, qui verra peut-être sa baguette comme une farce. Tant qu’aucun sort n’en sort, on peut dire qu’il est safe non ?

Ses talons se tournent tandis qu’il fait face à la silhouette de son poursuiveur, qu’il ne distingue qu’à peine dans la pénombre. Ne sachant pas encore s’il s’agit d’un sorcier ou non, il ne se permet pas de lancer un Lumos mais l’envie y est. Finalement, l’inconnu se déplace pour être un peu plus visible et la voix qui retentit lui glace le sang. Non, pas lui. Pas encore. Son corps a comme une réaction chimique à l’instant même où ses yeux se posent sur son visage de marbre, que ses prunelles sombres rencontrent les siennes. La colère s’installe et monte mais pour le moment, il parvient à la contenir.

“Tu ne m’en penses pas capable ?” Lança-t-il, avant qu’il ne lui assène le coup dur. S’il ne se souvient pas avoir déjà essayé, c’est qu’il s’agit de ce pan de sa mémoire qu’il a oublietté, comme le pur égoïste qu’il est. Qu’est-ce qu’il cherche au juste, la confrontation ? Il n’est pas bon de le titiller, pas aujourd’hui. Pas en ce moment. Sa mâchoire se crispe tout comme ses doigts sur le morceau de bois et il baisse finalement le bras. Cela ne servirait à rien, bien qu’il en meure d’envie. “Et t’es fier de toi je suppose.” Il n’a sûrement pas dû réussir à l’atteindre la fois où il a lancé un sort, mais peut-être n’était-il pas non plus en état de le faire. Aujourd’hui, tout est différent. Il a la colère suffisante pour lui asséner quelque chose dont il se souviendra pendant plusieurs semaines. Il sait bien qu’il n’est pas censé s’attaquer à un camarade élève, surtout en dehors de l’académie, mais la tentation est là, bien trop alléchante. Et puis, soyons d’accord : Peter le mériterait amplement non ?
Il hausse les sourcils en entendant sa question. Comme si ça pouvait l’intéresser ? Comme s’il avait le DROIT de s’y intéresser, ou même d’avoir cette information. Gardant sa baguette à la main, il se recule d’un pas parce que se tenir à proximité du sorcier ne lui évoque rien de bon. Peter lui a déjà prouvé qu’il était plein de surprises, et pas des plus belles. Il ne veut pas retomber dans un piège habilement tendu. Cette fois, son beau visage ne suffira pas à l’amadouer.

“Qu’est-ce que ça peut te faire ? Peut-être que je vais rejoindre quelqu’un. Peut-être que j’ai autre chose à faire que de me soucier de ta petite personne. Ou peut-être que j’ai juste envie d’être seul après tous ces mois de déception ? Donc si tu pouvais passer ton chemin, merci.” Il ne peut pas comprendre, il n’a pas assez de cœur pour ça. Il a eu beau voir ses larmes dans les toilettes il y a quelques jours, il n’est plus sûr que Peter ait vraiment un cœur. Car qui joue avec les gens comme ça ? Là, tout de suite, il n’a pas envie de le voir, pas envie de faire des pirouettes pour le satisfaire. Il en a assez d’être son pantin, trop fatigué d’avoir à subir son regard. S’il pouvait seulement le laisser tranquille au lieu de venir lui rappeler constamment qu’il n’est qu’un déchet…
Il s’apprête à tourner les talons de nouveau pour partir mais en passant la main dans sa poche de sa veste de sorcier, il sent quelque chose et s’arrête. Doucement, ses doigts s’emparent de l’objet et le sortent à la lueur du jour, entre eux deux. Après l’avoir observé quelques secondes, il reporte son attention sur Peter et lui dit, avec un sourire malsain.

“Tiens, c’est à toi ça. Reprends-le.” Sans un seul égard pour la valeur de l’objet, il jette l’anneau de protection en direction du Mage, peu enclin à s’en servir quand bien même on viendrait le confronter. Il peut la garder, sa camelote. En réalité, il ne l’a jamais donné au professeur Atwings, l’ayant juste relégué dans un coin car ne sachant pas à qui elle appartenait. Mais depuis trois jours qu’il en connaît l’origine, il la voit différemment. Comme un mal. Comme le rappel constant que sa mémoire possède un trou énorme qu’il ne pourra peut-être jamais combler.

“Je n’ai pas besoin de ta protection, ni même de toi d’ailleurs. Je n’ai pas besoin que tu me suives dans la rue okay ?! D’ailleurs, qu’est-ce que tu veux hein ? T’as besoin de tirer un nouveau coup facile ?”
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Love isn’t who you can see yourself with.
It’s who you can’t see yourself without.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4794-maxime-leroy https://www.historia-pactum.com/t4796-maxime-leroy#104719 https://www.historia-pactum.com/t4795-maxime-leroy#104718 https://www.historia-pactum.com/t4797-maxime-leroy#104721
Peter J. MacArthur
https://www.historia-pactum.com/t4004-peter-j-macarthur https://www.historia-pactum.com/t4014-peter-j-macarthur-o-pas-encore-de-classe#70355 https://www.historia-pactum.com/t4015-peter-j-macarthur#70357 https://www.historia-pactum.com/t4017-peter-j-macarthur#70364
Peter J. MacArthur
Exp : 23704
Points de vie (HP) : 4400
Baguette : 30 cm, bois de mélèze et plume d'Occamy
Photomaton : Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Ezgif-6-2d78ca1407c8
Âge IRL : 26
Célébrité : Ezra Miller (© Gajah, Tag, EXORDIUM., HOODWINK, Bidi)
Parchemins : 3640
J'aime : 194
Date d'inscription : 26/07/2019

Secreto Revelio
Sortillèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 Empty
MessageSujet: Re: Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)  Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)	 EmptyAujourd'hui à 9:50
Peter
&
Maxime
Autumn leaves falling down like pieces into place And I can picture it after all these days And I know it's long gone And that magic's not here no more And I might be okay But I'm not fine at all
Pas le moindre soupçon de crainte sur les traits radieux du jeune homme quand Maxime tendit sa baguette, prêt à ensorceler. Le corbeau moqueur n’avait qu’une fois eu le privilège de voir le tireur d’élite fatigué incanter, et viser à côté ; son énergie dérobée, Maxime avait de quoi excuser son incapacité accidentelle. Un nouveau shot de culpabilité, tout droit versé dans la gorge, lui bousilla la trachée et lui brûla la glotte ; plutôt attaquer et lui rendre la monnaie de sa pièce pour ce qu’il n’avait même pas conscience d’avoir fait que subir cette douleur en silence et se racler la gorge. Peter n’était pas de ceux qui doutaient de leurs propres capacités ; il se faisait confiance et cela avait longtemps fait partie de son charme naturel et débordant. Intelligent, le garçon ne comptait pourtant pas parmi les meilleurs duellistes. Il connaissait la théorie, était capable de réaliser les sortilèges les plus complexes de son année mais avait longtemps peiné à réagir dans l’urgence et la précipitation d’une joute magique ; son cœur n’y était pas et influença grandement ses capacités de réaction. Endurci par un entraînement et des épopées qu’il n’avait pas seulement imaginées, Peter se sentait aujourd'hui capable de déjouer la plupart des maléfices. Sur Maxime, le sorcier avait un avantage certain : il connaissait la vérité et avait plusieurs fois eu à user de ses meilleurs sortilèges de protection pour se sortir d’affaire. Aouch...,Maxime répondait en faisant siffler sa langue, comme Brian, entre ses dents. Non. Bien sûr que non…, il n’était pas fier de lui. Avec davantage de recul (que celui qu’il se vantait justement d’avoir), le garçon aurait entendu ce juste retour de bâton sans broncher mais en l’absence de cette distance primordiale, il était condamné en écraser lourdement la coquille des œufs sur lesquels ils marchaient tous deux. La chose le plongea dans une colère noire ; n’avait-il pas vu ses larmes couler pour lui et personne d’autre ? Maxime n’avait-il pas reconnu sans sincérité grande ouverte et infectée ? Lui en voulait-il tant pour ne pas admettre la douleur dans les yeux de Peter quand la douleur avait filtré, comme une ennemie perfide ? Il ne méritait peut-être pas ses larmes, ses attentions et son courage ; car il en fallait, ça ou de la folie, pour cacher quelque chose au Q-Ulte. La mâchoire serrée, Peter se concentra intensément pour ne pas céder et former des mots assassins qui, il en était sûr, n’auraient pas eu l’effet attendu. Le sorcier voulait simplement que son compère se mette à l’abris et qu’il écoute enfin ses supplications : il n’était pas en sécurité dans les ruelles nébuleuses et solitaires du village aux Millefeuilles. Ravalant à grandes gorgées la bile bouillonnante, Peter lui demanda ce qui valait de braver l’interdit et de ne pas écouter ses avertissements pressants. Levant la tête pour mieux toiser la montagne étroite qui se tenait debout devant lui et qui prenait de la distance, le jeune homme n’écouta que d’une oreille son explication et ses accusations fumeuses. Bloody hell Maxime!, avait-il sincèrement tout sacrifié pour un crétin pareil ? Mr Hyde prenait le pas sur sa personnalité joviale et rieuse pour l’emplir de rancœur et d’une frousse maladive. La mâchoire serrée commença à trembler de rage ; il se foutait bien de l’injustice dont Maxime était la victime, il se moquait bien de ce qu’il voulait lui, tout ce qui importait à cet instant précis, c’était qu’il cesse de mettre sa vie en danger pour prendre sa revanche. Me soucier de ma petite personne !, fit-il rouler et rouler les mots dans sa tête écrasée par le mal de crâne qui le guettait, tapis dans l’ombre de cette même bloody ruelle. C’était la meilleure ! La tristesse et la crainte d’avoir fait mal à la seule personne qui comptait véritablement laissaient place à une colère aussi gargantuesque que déraisonnée. Une part de lui-même essayait pourtant de négocier et d’apaiser ses nerfs tendus et tout juste prêts à rompre : Maxime avait tous les droits de se sentir amer et déçu après tous ces mois de chagrin ; il l’avait blessé plus d’une fois et s’était enfui comme un lâche ; il avait volé une chose inestimable et irremplaçable ; il lui avait menti et avait piétiné allègrement de son pas d’incube toute la confiance que le garçon avait placé en lui.

The hell, Maxime! Tu restes seul si tu veux, okay ? Mais tu restes seul entouré des gens qui t’aiment ou dans un bloody café ! Tu vas pas dans une bloody ruelle où tu peux te faire sauter dessus sans prévenir ! J’aurais pu te jeter quatre maléfices que tu n’en aurais vu venir aucun ! Tu comprends rien en fait ?”

Il voyait sa peine, sa douleur mais enrageait que la sienne ne puisse s’enraciner dans une quelconque légitimité. Aussi, Peter fit un pas en avant pour combler celui que Maxime venait de faire pour se reculer. Le garçon n’aurait même pas dû être là, avec lui. Si Elle le voyait, si Elle comprenait, c’en serait sûrement fini pour le dernier des Leroy ! Oh… pas tout de suite, bien sûr que non ! Le corbeau jaloux lui enviait suffisamment sa malignité et sa dépravation pour savoir qu’Elle ferait durer les choses et qu’elle prendrait un plaisir cruel à détruire ce vestige d’un passé plus radieux. La colère de l’incube sembla avoir raison de la patience de Maxime qui sortit quelque chose de sa poche pour le lui jeter au visage en crachant son venin - peut-être serait-il atteint, peut-être mourrait-il ? D'un geste discret et silencieux, Peter enchanta le projectile d’un Accio pour que celui-ci atterrisse en sécurité dans sa main levée. Il fusilla encore une poignée de seconde le tireur avant de baisser les yeux vers l’anneau que sa main protégeait en son creux. Le déchirement dans son cœur fut si bruyant et si fort que quelqu'un avait sûrement dû l’entendre de l’extérieur ! Les mots fielleux affluaient déjà entre ses dents aiguisées quand Maxime le coupa net dans son élan pour lui jeter au visage qu’il ne voulait pas et n’avait pas besoin de sa protection. “Tu me dégoûtes”, lui hurlait son regard et l’intention le heurta plus que la parole haineuse du Français. Qu’est-ce que je… De nouveau sa mâchoire se mit à trembler de manière incontrôlable. Celle-là, en toute honnêteté, il ne l’avait volée…

“Je suis là parce que tu te comportes comme un fucking enfant ! Et tant que tu te comporteras comme un abruti fini, je surveillerai tes arrières, puisque t’es pas foutu de te gérer toi-même !”

Il surveillerait toujours ses arrières. Peter avança d’un pas supplémentaire et la main tendue lui ordonna de reprendre la chevalière :

“Maintenant tu me fais le plaisir de foutre ce fucking anneau à ton fucking doigt et tu arrêtes de me les briser trente secondes !”

CODAGE PAR AMIANTE
IMAGES PAR cheayovng.tumblr & kyoflash.tumblr
PAROLES PAR Taylor Swift
1162 words



Peter
(c) justiceleague & frimelda
Thanks a million!  :3 :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4004-peter-j-macarthur https://www.historia-pactum.com/t4014-peter-j-macarthur-o-pas-encore-de-classe#70355 https://www.historia-pactum.com/t4015-peter-j-macarthur#70357 https://www.historia-pactum.com/t4017-peter-j-macarthur#70364
 

Hurlons dans la cabane hurlante (feat. Maxime)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: La France :: Village aux Millefeuilles-