RSS
RSS



 


Coupe des 4 Maisons



Compétition des Ordres



/! Wanted /!

Les Macaron et les Baklavas
sont actuellement en effectif
réduit, n'hésitez pas à gonfler
leurs rangs en prenant élèves
et professeurs de
Beauxbâtons et Durmstrang !
Aux grands maux les grands remèdes. Et tout doux le tapis ! [privé] Anneau10

Partagez
 

 Aux grands maux les grands remèdes. Et tout doux le tapis ! [privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peter J. MacArthurHistoria PactumPeter J. MacArthur
Peter
Exp : 32480
Points de vie (HP) : 5400
Baguette : 30 cm, bois de mélèze et plume d'Occamy
Photomaton : Aux grands maux les grands remèdes. Et tout doux le tapis ! [privé] Ezgif-6-2d78ca1407c8
Âge IRL : 26
Célébrité : Ezra Miller (© Gajah, Tag, EXORDIUM., HOODWINK, Bidi, AVENGEDEMCHAEMS)
Parchemins : 5179
J'aime : 217
Date d'inscription : 26/07/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Aux grands maux les grands remèdes. Et tout doux le tapis ! [privé] Empty
MessageSujet: Aux grands maux les grands remèdes. Et tout doux le tapis ! [privé]   Aux grands maux les grands remèdes. Et tout doux le tapis ! [privé] EmptyMar 21 Avr - 12:33
Peter
&
Cœur-Cœur
To that king I will bow
At least for now
One of these days is coming
Hands red hands red
'Cause I am a little wicked
L’été touchait à sa fin et le garçon, docile, terminait son entraînement. Ayant pour tutrice la meilleure parmi les nouveaux dieux, Peter savait sa place et reconnaissait son immense privilège ; il avait pitié pour tous ces sorciers et toutes sorcières qui, contrairement à lui, ne vivraient sûrement pas assez longtemps pour connaître la beauté d’une vie sempiternelle. Ces asticots gigotaient, grouillaient dans la terre qui, un beau jour, leur servirait de lit pour un repos inaltérable que nul ne saurait troubler. Aucune potion, aucun alchimiste n’était parvenu ce degré de magie. La pierre la plus précieuse jamais conçue avait été détruite en même temps que les maigres espoirs de la voir portée un jour au commun des mortels. Une poignée seulement de sorciers y avaient eu accès et sans elle, leurs jours avaient été comptés. Quel bêtise ! Un si bel objet ! L’amour de Peter pour l’alchimie n’était sûrement pas sans fondement ; la capacité de créer, d’altérer l’essence même d’un objet, d’une vie le touchait au plus profond de son âme et résonnait en ondes étourdissantes dans son corps. S’il fallait être honnête et vertueux, Peter devrait admettre avoir aperçu, dans la porte entrouverte d’un livre d’Histoire de l’alchimie, une issue possible à la déchéance humaine et la décrépitude de la chair. Cette forme de beauté, plus ensorcelante que les corps les plus bénis par la nature, l’avait séduit sitôt que ses yeux s’étaient posés sur elle ; il n’avait eu de cesse de s’imaginer vivre des millénaires pour goûter aux mets les plus exquis, pour dévorer des yeux les figures emblématiques qui s'entredéchirent incessamment pour le pouvoir - de quoi, de qui, pour sentir les effluves enivrantes des plus beaux parfums découverts, pour voyager et sentir la terre de tous les continents lui caresser la plante des pieds. Cette pierre, un jour, il la recréerait, la façonnerait à son image et tel le Flamel de sa génération, la garderait secrètement cachée pour peut-être, un beau jour, trouver la bonne personne avec qui la partager.

Comme ce trésor doré lui paraissait insuffisant aujourd’hui ! Bien que ses propriétés furent été incroyables, l’objet de toutes les convoitises dans les années mille neuf-cent quatre-vingt-dix n’avait pas le pouvoir de vous garder immuablement beau et jeune. Son sang, acide et nouveau, lui permettait toutes ces choses et plus encore. Assis près d’un lac dans la grande propriété familiale, le jeune homme contemplait les promesses d’une nouvelle année passé à l’école de magie anglaise. Différente sur bien des plans, elle s’engageait dans de nombreuses épreuves, de nouveaux défis qu’il lui faudrait remporter s’il voulait rester dans la partie. Un joli oiseau blanc en origami attira bientôt son attention et fit sortir le beau jeune homme de ses rêveries. Une note ? Il ne pouvait y avoir qu’un seul destinateur. Peter tendit la main pour l’arracher sèchement de sa douce lévitation. L’œuvre d’art asiatique sentait la rose et la cerise. Les yeux pétillants, le garçon ouvrit promptement le message pour en déchiffrer le contenu avec empressement. En Bulgarie ? Mais j’y fous comment les pieds moi ? L’école n’avait pas repris et leurs déplacements étaient, de toute façon, contrôlé au minimum. Sa présence dans le tombeau des lucioles avait suffisamment soulevé d’hypothèses pour qu’il se précipite en Europe de l’est sans éveiller les soupçons de ses camarades ou - pire - de ses professeurs. Le jeune corbeau ne voulait pas mettre en péril ses plans et savait que ses actions étaient plus que jamais observées - et pas seulement par le corps enseignant. Du haut des dix-huit ans qu’il aurait quelques semaines plus tard, le garçon se dressa sur ses jambes et entama sa remontée jusqu’au manoir MacArthur. Voyons voir… Il pourrait sûrement s’en tirer en se faisant passer pour un autre camarade voire un professeur de son école. Qui irait interroger Miss McGonagall sur son voyage en Bulgarie ? Dressant une liste des pour et des contre dans sa tête, Peter remarqua immédiatement deux points négatifs : il n’était pas Métamorphomage et aurait besoin de Polynectar pour usurper l'identité de quiconque pourrait lui servir dans ce plan ; il n’avait pas suffisamment d'élixir pour s’assurer un retour certain au pays des kilts. Bloody hell. Impossible. La potion requérait un poil de la personne dont on souhaitait prendre l’apparence. Pourquoi n’y avait-il pas pensé plus tôt ?

Le garçon avait atteint la majorité des sorciers l’année précédente, un beau jour de septembre, et avec elle, le droit de transplaner à son bon vouloir ou d’user de magie en dehors de l’école. Malheureusement, transplaner sur une si grande distance lui était impossible. Il me faut un tapis… Je suis sûr que ça peut faire l’affaire. Si je vole suffisamment haut, on ne me verra pas. Je peux toujours jeter un sort de confusion… Un problème persistait, un problème de taille ! Il pourrait transplaner sans heurt sur le Chemin de Traverse et acheter, le plus naturellement possible, un tapis dans la meilleure boutique sans qu’on ne lui pose la moindre question. Hélas, un problème persistait : son prix. L’argent que ses parents lui donnaient, bien que conséquents, ne lui permettrait jamais d’acheter un objet magique aussi coûteux ! Encore moins aujourd’hui ! Il lui fallait trouver une solution, et vite.

“Je vais rendre visite à un ami, en France, mum!”

Alice tourna la tête ; elle tenait entre ses mains un journal grand ouvert et une cigarette qu’il tenait toujours au bout d’un porte cigarette en pierre blanche polie.

Mum! Arrête. Je vais voir Maxime. Tu te rappelles, non ? Je suis allé à son anniversaire en mars dernier.”

Peter sourit en serrant les dents ; il fallait que ce pieux mensonge soit suffisant pour expliquer sa nervosité toute récente. Qu’elle se fasse des idées sur la relation qu’il entretenait avec le beau Français ! L’école toute entière en parlait déjà comme s’ils avaient assisté aux faits. Le peu de chance qu’il avait lui permit de saisir le miroir enchanté par sa mère pour apparaître dans le salon de sa tante, à Paris. La pièce à vivre était vide et Peter eut tout juste le temps de transplaner avant que sa tante ne le couvre de centaines de questions.

Au pied de la porte, Peter déverrouilla le panneau de bois ensorcelé et, fort de ses convictions, implora silencieusement la salle de lui offrir ce qu’il désirait tandis que les torches s’allumaient une à une. La caverne le plongea subitement dans le noir avant de s’enflammer à nouveau. En son cœur, un large et grand tapis était enroulé sur lui-même. Ses franges dorées scintillaient dans la lumière des flammes enchantées. Parfait !

Thanks a bunch!, il remercia l’entité invisible et récupéra l’objet avec prudence.

C’est lourd ce truc ! Peter souffla avant de sortir sa baguette. Un tour de baguette et son Reducto réduisit tant et si bien l’objet qu’il pouvait le mettre dans sa poche sans éveiller les soupçons.

Plus loin, dans une ruelle sombre, le garçon s’assura d’être orienté vers le bon point cardinal et sortit le tapis pour lui rendre sa forme originale à l’aide d’un Reducio parfaitement maîtrisé. Il s’envola aussitôt pour la Bulgarie, d’abord incertain et maladroit dans ses commandes. Le vol, sur balais comme sur tapis, n’avait jamais été très naturel pour le jeune MacArthur.
CODAGE PAR AMIANTE
IMAGES PAR EzraMillerTherapy
LYRICS PAR Valerie Broussard
1275 words
Objet débloqué : niveau 3 - Grand Tapis Magique



Peter
(c) justiceleague & frimelda
Thanks a million!  :3 :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4004-peter-j-macarthur https://www.historia-pactum.com/t4014-peter-j-macarthur-o-pas-encore-de-classe#70355 https://www.historia-pactum.com/t4015-peter-j-macarthur#70357 https://www.historia-pactum.com/t4017-peter-j-macarthur#70364
 

Aux grands maux les grands remèdes. Et tout doux le tapis ! [privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Saison 1 [été 2023 - août 2024]-