RSS
RSS

Historique du Forum

15/01/2020 — Saison 2 sur l'année 2024/2025
15/09/2018 — Saison 1 sur l'année 2023/2024
10/01/2018 — Saison 0 reboot du forum, sur l'année 2022/2023
30/10/2016 — Ouverture du forum
14/10/2016 — création du forum

Teaser

à adopter de toute urgence !

Top sites

©️linus pour Epicode
En bref



 
Le Deal du moment : -8%
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 ...
Voir le deal
599.99 €

Partagez
 

 Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dragomir Romanov
https://www.historia-pactum.com/t4936-dragomir-romanov https://www.historia-pactum.com/t4960-dragomir-romanov-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t4961-dragomir-romanov
Dragomir Romanov
Exp : 2034
Points de vie (HP) : 350
Baguette : Corne de Serpent Cornu, 28.68 cm, et bois de Cèdre idéale pour le lancement de maléfices.
Âge IRL : 22
Célébrité : Daniel Gillies
Parchemins : 348
J'aime : 22
Date d'inscription : 05/04/2020

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Empty
MessageSujet: Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith]  Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] EmptyDim 26 Avr - 13:02




Une lettre bien intriguante


Viviane et Dragomir


Début Octobre, le froid s’installait de plus en plus en Bulgarie, les montagnes se recouvraient de neige. On pouvait les apercevoir lorsque l’on était dans les plus hautes tours de l’Institut Durmstrang. C’était un paysage magnifique qui entourait l’école, du haut de son bureau, Dragomir pouvait apercevoir ce panorama au loin. C’était agréable d’avoir sa place à la tête de l’école, bénéficier de cette vue, cet énorme bureau, tout était grandiose, synonyme de réussite et de pouvoir. Tout ce qu’appréciait le Directeur de Durmstrang, c’était à la hauteur de ses ambitions lui qui visait toujours plus haut. La dernière marche qu’il lui restait à franchir dans sa carrière brillante était de devenir Ministre de la Magie, mais cela il n’était pas encore certain de le vouloir. Si déjà il pouvait récupérer les rênes de la famille Romanov, cela lui irai.
 
Quelques jours auparavant s’était déroulé son premier cours particulier avec la fille Ballessaim, un moment plus qu’intéressant. D’une part, parce qu’il avait aimé être professeur et transmettre son savoir à d’autres, en étant devenue Directeur il était plus rare qu’il enseigne aux autres. Cela lui avait donc permis de retrouver ce sentiment, et la jeune femme était une élève disciplinée et intéressée, c’était donc un plaisir de faire ce cours. Par ailleurs, ce petit jeu de séduction, la jeune femme qui le repoussait, c’était vraiment tout ce qui plaisait à Dragomir qui n’avait pas eu de conquête lui ayant résisté depuis bien longtemps. En outre, c’était une Sang Pur elle était donc dotée d’un physique plus attirant que la moyenne.
 
Dans tous les cas, il ne s’attendait pas à recevoir une autre lettre. Tout du moins, pas d’une autre personne. En effet, il venait de recevoir une nouvelle lettre, chose qu’il ne comprenait pas, en recevoir une autre aussi rapidement de la part de son élève était étonnant, hormis si c’était pour lui annoncer qu’elle ne souhaitait pas poursuivre les leçons mais cela le surprendrait, puisque cela s’était plutôt bien déroulé. En l’ouvrant il pensait en tout cas que cela provenait d’elle. Cependant il se rendit vite compte que l’écriture n’était pas la même. C’était à coup sûr une écriture féminine mais elle était différente de celle de son élève. Après avoir lu les trois premières lignes il éclatait de rire. Décidément, les gens se prenaient pour qui pour penser pouvoir écrire directement au Directeur de cette manière ? Dragomir se levait de la chaise de bureau se dirigeant vers sa cheminée pour y balancer cette lettre qui ne méritait aucune attention, son expéditeur n’était personne, il avait donné satisfaction à une personne qui avait osé procéder de cette manière, il ne fallait pas que cela devienne une habitude.
Pourtant, alors qu’il marchait en direction du feu, la deuxième phrase lui tournait dans la tête. Assurément elle avait du cran, cela lui donnait envie d’en savoir plus, son identité, ce qu’elle lui voulait. Aller jusqu’à dire que cela relevait du génie était quelque peu exagéré mais il appréciait ce cran dont elle avait fait preuve pour rédiger cette lettre. L’homme poursuivait donc sa lecture, debout près du feu, prêt à jeter la lettre au moindre mot ne lui plaisant pas.
Spoiler:
 
 
C’était indéniable, la sécurité en France et en Angleterre était misérable, en Bulgarie c’était loin d’être le cas avec Dragomir présent pour veiller chaque instant sur son Institut. Elle savait flatter l’égo de l’ancien Auror, cela lui plaisait.
 
« Oh c’est donc une élève de Poudlard… »
 
Murmurait-il pour lui-même, presque impressionné par le culot dont elle faisait preuve. Viviane lui indiquait où la trouver, c’était fort intéressant, cette petite commençait à lui plaire, l’intriguer. Les deux jeunes femmes lui ayant envoyé ces lettres avaient dû étudier la personnalité du Directeur pour réussir à viser dans le mille et éveiller sa curiosité. Elle voulait donc travailler pour lui, apprendre de lui ? Tout cela était bien étrange, mais c’était réussi, elle avait gagné cette entrevue avec le Directeur de Durmstrang qui rangea la lettre dans un tiroir de son bureau.
 
Dragomir fit en sorte de surveiller la salle d’Arts Martiaux de son école afin de savoir lorsque la jeune femme s’y présenterai, avec ses talents magiques, ce n’était pas bien compliqué, en outre, c’était son école, il savait tout ce qu’il s’y passait. C’est la semaine suivante qu’il vit que Viviane était présente entre les murs de son établissement. Le Directeur enfilait sa veste de costume en fourrure de loup, le froid régnait dans les murs de l’Institut, seul un fou se baladerai sans être un minimum couvert. Après quelques minutes il était arrivé à l’entrée de la salle de classe où se trouvait la jeune femme. Rapidement, il avait repéré quel élève n’était pas censé être là, en silence il arrivait derrière elle, tapotait son épaule à l’aide de sa baguette pour attirer son attention avant de repartir hors de la salle de classe. Quand il vit qu’elle l’avait suivi, il la détaillait de haut en bas avant de dire :
 
« Dans mon bureau. » disait-il de son ton froid habituel.
 
Sur ces mots il avançait directement dans les couloirs de son établissement afin de rejoindre l’endroit dans lequel se déroulerait leur entretien. Dragomir avait hâte d’en savoir plus sur ce qu’elle attendait exactement de lui. Quel genre de petits services comptait-elle lui rendre ? Cette jeune blonde semblait cultivée si l’on s’en référait à la citation utilisée dans son courrier. Etait-elle intelligente en plus de cela ? C’était autant de choses que le Directeur de Durmstrang allait devoir découvrir pour savoir s’il allait lui donner satisfaction. Premièrement, elle allait devoir prouver ce qu’elle peut lui apporter avant même de penser à lui offrir quoique ce soit. Après tout c’était elle qui l’avait sollicité.
En arrivant devant son bureau, il ouvrait la porte d’un geste de la main avant de faire signe à son invitée d’entrer et de la suivre dans la pièce lorsqu’elle y serait entrée. Son bureau était immense, bien plus grand que celui du Directeur de Poudlard. Un portrait géant de Dragomir trônait derrière son bureau.
 
« Installez-vous et je vous écoute. »
 
Disait-il en désignant une chaise face à son bureau.





CODE BY SWEETIEBAY
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4936-dragomir-romanov https://www.historia-pactum.com/t4960-dragomir-romanov-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t4961-dragomir-romanov
Viviane F. Smith
https://www.historia-pactum.com/t4099-viviane-faery-smith#75101 https://www.historia-pactum.com/t4136-viviane-f-smith-o-pas-encore-de-classe#76215 https://www.historia-pactum.com/t4137-viviane-f-smith#76217
Viviane F. Smith
Exp : 3029
Points de vie (HP) : 600
Baguette : 24 cm d'Aubépine coeur en aile de Bylliwigg, plutôt rigide.
Photomaton : Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Tenor
Célébrité : Angourie Rice (by Nimeria)
Parchemins : 262
J'aime : 21
Date d'inscription : 16/08/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Empty
MessageSujet: Re: Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith]  Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] EmptyJeu 30 Avr - 16:55
une lettre bien intrigante
1.jpg
"Les seules limites de la connaissances pour l'humanité, sont celles que la morale impose à celle-ci" V.F. Smith

Les premières semaines de l’Automne se faisaient déjà sentir, et les jours, de plus en plus cours et de plus en plus froids nous rappellent que l’hiver était inéluctable et qu’il allait bientôt recouvrir l’Europe d’un manteau blanc. La jeune femme ne frisonne pourtant pas dans les couloirs frais et résonnants de l’école bulgare. Il faut dire qu’elle s’était habillée chaudement ce matin là, dans l’optique de ce petit passage dans l’Institut de sorcellerie, optant plutôt pour un pantalon en toile noire plutôt qu’une jupe, des bottines en cuir grises clair, celles là même qu’elle avait mises pour aller en France un mois plus tôt. Quand au haut, elle avait opté pour un petit chemisier blanc, par-dessus lequel elle portait une veste en velour noire de grande marque britannique chaude mais délicate, les seules touches de couleur qui recoupaient le tout étant apportées par sa cravate vert sombre et argent, et par une broche en argent représentant une cicindèle plantée dans le plis de son décolleté de sa veste du côté droit, comme le veut l’étiquette. En dernier barrage contre les courants d’air, elle pouvait compter sur la cape de sorcier quelle porte par-dessus ce tout, une grande cape noire, bardée de l’écusson de sa maison de Serpentard.

L’air songeur, elle marchait doucement la Smith, son esprit revenant sur les récents événements et sur ce qui l’avait poussée à écrire un tel courrier. Elle même avait du mal à croire qu’elle avait put faire une telle requête à quelqu’un capable de littéralement bouleverser sa scolarité si l’envie lui prenait, mais également d’en révéler autant sur sa personnalité dedans, et finalement qu’elle-même ait pu faire preuve d’autant de courage. Pourtant elle en était là, et curieuse de voir si son hiboux avait eu un quelconque impact. C’est vrai que du courage, ce n’est clairement pas la première chose qui traverse l’esprit quand on pense à Viviane Smith. Et pourtant, peu en aurait suffisamment eu pour vivre tout ce qu’elle a vécu, mais c’est vrai que ces derniers temps Viviane se développe des passe-temps assez inédits et observe des changements de caractère assez insignifiants chez une fille discrète comme elle mais qui en disent long sur son combat. En effet, tandis que ses pas battaient le pavé du couloir bulgares, elle se remémore les événements du nouvel an, l’attaque du ministère, les explosions et les cris de panique des gens, elle se rappelle avoir été tétanisée et n’avoir rien su faire d’autre que de courir vers la sortie incapable d’aider les êtres qui lui sont chers qu’elle avait complètement abandonnés. Elle savait que des choses se trament, en dehors des couloirs des ministères, en dehors des heures de cours, et Viviane était décidée à ne plus rester à l’écart. Être à l’écart est une chose qui horripile la jeune Smith, et pourtant c’était la situation de confort dans laquelle elle se masque allègrement, pour mieux observer, pour mieux étudier, gérer ses petites affaires mais surtout pour ne pas être exposée aux fourberies des autres. Mais Viviane ne voit en cette discrétion, en cette ignorance qu’une chose : elle allait tout le temps être à la ramasse quand des événements graves surviendront autour d’elle. Et d’autres personnes risquent de disparaître, au fond, elle savait que tata Mari n'était pas la première, et elle culpabilise, Viviane, même si elle n’aurait pas pu changer grand chose à ce qui l’avait poussée à disparaître sans dire au revoir à sa famille. Elle culpabilise aussi de ne pas avoir pu protéger son frère Lancelot, alors qu’elle savait que sa relation avec son amie de Serpentard lui ferait du mal à un moment donné. Depuis qu’elle était à Poudlard, Viviane avait toujours cherchée à devenir forte, plus forte, de caractère mais aussi d’esprit, mais elle se voit devant les fait : elle est larguée, toujours larguée.

L’année passée, Viviane avait commencée à se détourner des trois balais lors des sorties à Pré-au-Lard, on avait croisé quelques fois sa petite tête blonde dans une adresse moins recommandable du village Britannique. Elle y avait rencontré des gens plus intéressants que ses camarades, et s’était rendue compte qu’elle pouvait se rendre utile, avec sa discrétion naturelle et ses petites connaissances, mais d’une utilité pas gratuite. Et Viviane était de nature ambitieuse, elle débordait d’envie de mieux connaître ce milieu, de se rendre plus utile et d’en savoir plus. Elle comptais jouer des coudes parmis ses nouvelles fréquentations pour pouvoir préparer son avenir professionnel, mais aussi inconsciemment pour enquêter sur sa tante. Après avoir fabriqué une potion pour une personne au répertoire pas très recommandable, et un malin jeu de cluedo, on lui avait conseillé de se renseigner auprès de la famille Romanov. Dragomir Romanov, étant le seul qui lui vienne à l’esprit et le seul dont elle connaissait l’adresse, la suite est prévisible.

Maintenant elle était là, sans trop savoir ce qui l’attendait, déambulant rêveusement en direction de la salle d’arts martiaux de Durmstrang. La jeune femme avait incitée le professeur et directeur à la rejoindre durant l’un des cours d’arts martiaux de son collègue @Soren Netaniev, mais elle n’avait que des incertitudes, puisqu’elle ne pouvait pas prédire que cet homme la prendrait au sérieux, ni même s’il ferait l’effort de la faire venir à lui. A vrai dire elle ne savait même pas ce qu’elle dirait pour se montrer motivée ou pour lui expliquer ce courrier, elle avait certe quelques idées, mais une boule au ventre la terrifiait d’avoir fait une erreur, et cette boule au ventre lui empêchait d’avoir les idées claires et l’aplomb qu’elle aimerait avoir mais elle était quand même venue, comme elle avait dit qu’elle ferait, à l’improviste, et de manière discrète. Qu’importe, maintenant que les dés étaient jetés elle ne se défilera pas, “il est trop tard pour faire marche arrière” qu’elle se disait…

Tandis que le cour avait commencé, qu’elle observait attentivement ce qu’il s’y faisait, une main se posa sur son épaule, qui émit un léger sursaut de la jeune fille. Elle se retourna vivement en sachant pertinemment avec la phrase qu’elle vient d’entendre, qu’il s’agissait du directeur. L’homme était aussi impressionnant dans que dans ses souvenirs, elle n’osa d’ailleurs pas ouvrir la bouche et se contenta d’hocher de la tête avant de se mettre sur les pas du sorcier vêtu de noir, et de traverser les couloirs et escaliers de la forteresse médiévale jusque dans le bureau luxueux du directeur de l’école. Tandis que la pelote virtuelle qui squattait ses entraille sembla se nouer au fur et à mesure qu’elle se dirigeait vers ce lieu aussi impressionnant que redouté des élèves bulgares, un sentiment de satisfaction s’empara petit à petit de la jeune femme, finalement son courrier avait été lu et avait intrigué l’homme qui lui même l’intriguait plus que tout, une grande curiosité s'immisçait alors en elle, et elle reprit confiance. L’homme lui proposa de s'asseoir, mais elle refusa poliment en inclinant légèrement la tête tandis qu’elle s’exprimait :
Merci beaucoup. Mais je préfère rester debout si cela ne vous dérange pas ?
Je ne serai pas longue.”poursuivi-t-elle d’un ton calme et claire qui trahissait la jeunesse de ses seize ans. Enfin cela dépendrait surtout de l’impression qu’elle donnerait au bulgare à partir de maintenant. Elle décida de ne pas se perdre en formules de politesse, et d’aller droit au but, de toutes façons son courrier avait déjà annoncé les enjeux, si c’était une erreur, elle ne serait pas là, en face de Mr Romanov.
Je ne pense pas que ce soit là peine de me présenter, vous devez certainement avoir reçu le courrier que je vous avais envoyé, autrement nous n’en serions pas là. Donc je vais tout de suite entrer dans le vif du sujet. On m’a dit beaucoup de bien de vous et de vos talents magiques, alors j’ai prit l’initiative de vous contacter. Et sachez je l’ai bel et bien fait de mon propre chef, personne ne m’a pousser à le faire.” Viviane tu es bête ! Pourquoi dis-tu des trucs comme ça ? La jeune fille pensait que ça apaiserait l’atmosphère, que ça dissuaderait chez lui d’éventuels soupçons d'espionnage ou autre, mais peut-être que ça ferait tout le contraire, bien qu’elle l’eut envisagé, sa boule au ventre ne pu contenir ses paroles tant bien même seraient-elles maladroites.
Comme je vous l’ai dit, j’aimerai apprendre à m’endurcir face aux évènements récents et ceux qui risquent de suivre, puisqu’à mon avis les agitateurs n’en resteront pas à ces premiers coups d’éclats, et je pense que vous êtes le plus disposé pour cela.” En l'occurrence c’était sincère, et la petite blonde le pensait sincèrement, et il y a fort à parier qu’elle ne se trompait pas beaucoup, elle avait un certain don pour discerner les gens, comme qui dirait.
En échange, je peux vous servir d’yeux et d’oreilles dans les écoles de Poudlard et de Beauxbâtons, les adolescents ont tendance à plus se confier à leurs semblables qu’aux adultes, et de toutes façons j’ai une sorte de don pour ça. Avant j’aidais Miss Skeeter à alimenter la gazette de l’école, vous savez ? La fille de Mme Rita Skeeter. Mais suite a un différent on ne se côtoie plus beaucoup.” Ajouta la jeune femme qui savait que l’anecdote pourrait appuyer ses dires, mais qui craignait que Sutton soit considérée comme une mauvaise fréquentation, surtout suite aux événements de la Garden Party de Coqueline Chasnel ! “Enfin je suis sûre qu’il y a toujours de bonnes choses à savoir parmis ce qu’il se passe en France et au Royaume-Uni.” Dit-elle alors, un léger sourire poli et énigmatique se formant sur ses lèvres.

b l a c k f i s h


Viviane Smith — Do not fears the monsters in the lake, fears the monsters in you.  my little song : Fear not this night

ton ancien avatar:
 


Dernière édition par Viviane F. Smith le Dim 24 Mai - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4099-viviane-faery-smith#75101 https://www.historia-pactum.com/t4136-viviane-f-smith-o-pas-encore-de-classe#76215 https://www.historia-pactum.com/t4137-viviane-f-smith#76217
Dragomir Romanov
https://www.historia-pactum.com/t4936-dragomir-romanov https://www.historia-pactum.com/t4960-dragomir-romanov-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t4961-dragomir-romanov
Dragomir Romanov
Exp : 2034
Points de vie (HP) : 350
Baguette : Corne de Serpent Cornu, 28.68 cm, et bois de Cèdre idéale pour le lancement de maléfices.
Âge IRL : 22
Célébrité : Daniel Gillies
Parchemins : 348
J'aime : 22
Date d'inscription : 05/04/2020

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Empty
MessageSujet: Re: Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith]  Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] EmptyJeu 7 Mai - 11:51




Une lettre bien intriguante


Viviane et Dragomir
 
 
Dragomir avait pris le temps de détailler la jeune femme qui avait demandé à l’homme de son temps pour de l’enseignement extra-scolaire. Rares étaient les élèves qui faisaient ce genre de demandes. La dernière fois qu’un élève lui avait demandé d’approfondir ses enseignements il était encore Professeur. Cela ne l’avait jamais dérangé d’enseigner à des élèves avides de savoir, ils leur faisaient penser à lui étant plus jeune, même s’il s’était globalement débrouillé seul, partager son savoir avec des élèves était quelque chose qu’il appréciait. Bien entendu il gardait certains secrets pour lui, il ne pouvait pas dévoiler, partager, toute sa puissance. A ses yeux l’apprentissage devait également passer par des recherches solitaires, des expérimentations. Tout ne pouvait pas venir directement dans les mains d’un sorcier sinon il ne progresserai jamais vraiment.
La jeune Smith était vêtue de manière chic, même classe. C’était déjà un bon point pour elle, s’habiller n’importe comment pour venir voir le Directeur l’aurait mis dans une colère noire, il l’aurait pris pour une marque d’irrespect. Ici les choix de la jeune femme étaient adaptés au froid de Bulgarie mais également à la situation à laquelle elle allait faire face. Savait-elle que Dragomir répondrait favorablement ? Probablement pas, elle l’avait simplement espéré et avait anticipé au cas où son souhait serait exaucé. Du moins c’est ce que Romanov se disait en montant les escaliers vers son bureau après avoir détaillé la jeune femme.
Maintenant qu’il était là il ne pouvait plus vraiment revenir en arrière. Parfois il se demandait vraiment ce qui lui prenait. D’abord il avait accepté d’aider la jeune Ballessaim, maintenant il le faisait avec la jeune Smith. Pourtant son emploi du temps de Directeur lui permettait que très peu ce genre de folie, surtout avec l’accueil d’élèves d’autres écoles dans son institut. L’organisation était toujours un casse-tête sans nom, ce changement était encore très récent et pouvait poser des problèmes de logistique ou d’emploi du temps. Il fallait que les trois écoles s’accordent sur les emplois du temps pour permettre aux élèves de suivre les options qu’ils souhaitaient dans chacune des écoles et le faire pour plusieurs cours et sept générations d’élèves, même avec toute la magie du monde, cela requiert de longues heures de travail. D’autant plus que chaque école a ses traditions, des jours ou des horaires spécifiques pour chaque cours. Bref, de toutes façons c’était fait alors il était inutile de faire machine arrière. Autant écouter ce que la jeune Serpentard avait à dire, il aviserait ensuite.
 
Viviane refusait de s’asseoir, étrange. Voulait-elle se donner de la contenance en restant debout ? Peut-être que cela lui permettrai d’être plus assurée que si elle était assise face à lui. Bon nombre d’élèves se retrouvant face à lui étaient intimidés et décontenancés lorsqu’ils étaient face à lui dans cette pièce. Les circonstances étaient souvent différentes puisqu’ici elle avait demandé cet entretien. L’homme faisait signe à l’élève de commencer son discours avant d’aller derrière son bureau se servir un café qu’il dégusterai pendant qu’elle parlerai. La variété de café qu’il dégustait était sélectionnée avec attention, du pur Arabica importé directement d’Ethiopie auprès de producteurs renommés pour ne faire que les meilleurs cafés. Si certains appréciaient le vin de grand vignobles, lui était plutôt tourné vers le café, ou le bourbon, mais ce n’était pas vraiment le moment pour en boire. Les bienfaits du café étaient nombreux, il permettait de se réchauffer, un regain d’énergie certain, permettant au Directeur de tenir de très longues journées, beaucoup plus longues que celles de la plupart des sorciers. Alors qu’il venait de se servir il se retournait vers la jeune femme.
 
« En tant que Britannique j’imagine que vous êtes plus thé que café ? Je vous sers ? »
 
Peu importait qui était la jeune femme, élève, professeur ou Ministre de la Magie il aurait toujours proposé quelque chose si lui-même se servait quelque chose. Hormis si l’élève était dans son bureau pour se faire réprimander, évidemment.
Le monologue de la jeune femme commençait, Romanov ne voulait pas l’interrompre et de tout sens elle ne lui en laissait que très rarement l’occasion. Le sorcier s’était adossé au mur derrière son bureau regardant la jeune femme dans les yeux, bras croisés. Les flatteries, forcément, il allait y avoir droit, même si cela flattait son égo, il savait très bien qui il était lui-même et n’avait pas forcément besoin qu’on le lui rappelle. Tout ce qu’il espérait était que son argumentaire n’était pas basé que sur la flatterie sinon elle repartirai rapidement d’où elle venait. La phrase qui retint le plus son attention était celle disant qu’elle avait prit l’initiative de ce courrier. Cette insinuation était étrange, voulait-elle se dédouaner parce qu’elle était l’espionne de quelqu’un d’autre ? Ou bien était-elle maladroite et voulait prouver que ce n’était pas le cas. Ses sourcils se fronçaient après cette phrase, il lui laisserait encore une chance, la jeunesse faisait peut-être défaut à la jeune Smith.
 
Apprendre à s’endurcir, c’était équivalent à ce qu’@Audrey Ballessaim lui avait demandé. Autant, il comprenait qu’une femme de son âge vienne vers lui, autant que ce soit une élève de Poudlard il avait du mal à comprendre. Elle était encore en pleine éducation, avait plusieurs professeurs à sa disposition pour demander ce genre de choses, alors pourquoi lui ?
En revanche cette idée d’avoir une oreille au sein des écoles était intéressante. Comme elle l’avait très bien souligné les écoles étaient le théâtre d’intrigues mystérieuses. McGonagall était morte dans l’enceinte de Poudlard, une élève avait été tuée puis retrouvée, amnésique. Tout ne pouvait pas être l’œuvre que d’acteurs extérieurs. Cela pourrait se révéler très utile. Une fois qu’elle eut terminé de parler il prenait quelques instants pour réfléchir, peser le pour et le contre.
 
« Bon. Pourquoi choisir d’être mon espionne à moi, le Directeur de Durmstrang plutôt que la Directrice de Poudlard, votre école ? »
 
Demandait-il d’un air interloqué. Elle aurait très bien pu proposer ses services à sa Directrice plutôt qu’à un Directeur qu’elle ne connaissait même pas.
 
« Ensuite… que voulez-vous exactement que je vous apprenne exactement ? A vous battre ? Il me semble que vous avez des cours pour cela. »
 
La jeune femme était encore trop vague sur ce qu’elle voulait à ses yeux et si vraiment c’était apprendre à se battre il n’avait pas vraiment le temps de donner des cours particuliers à une seule élève. S’il voulait se constituer une quelconque armée secrète il aurait sélectionné plusieurs élèves, pas une seule. Bien qu’il l’ait fait pour Audrey même si c’était différent.
 
« Je ne suis plus Auror, je ne peux pas exemple vous emmener avec moi en mission, chose qui serait la plus simple pour vous endurcir. »
 
Terminait-il en espérant obtenir des éclaircissements de la part de la jeune femme.
 
CODE BY SWEETIEBAY
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4936-dragomir-romanov https://www.historia-pactum.com/t4960-dragomir-romanov-o-pas-encore-de-classe https://www.historia-pactum.com/t4961-dragomir-romanov
Viviane F. Smith
https://www.historia-pactum.com/t4099-viviane-faery-smith#75101 https://www.historia-pactum.com/t4136-viviane-f-smith-o-pas-encore-de-classe#76215 https://www.historia-pactum.com/t4137-viviane-f-smith#76217
Viviane F. Smith
Exp : 3029
Points de vie (HP) : 600
Baguette : 24 cm d'Aubépine coeur en aile de Bylliwigg, plutôt rigide.
Photomaton : Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Tenor
Célébrité : Angourie Rice (by Nimeria)
Parchemins : 262
J'aime : 21
Date d'inscription : 16/08/2019

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Empty
MessageSujet: Re: Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith]  Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] EmptyDim 24 Mai - 1:02
une lettre bien intrigante
1.jpg
"Les seules limites de la connaissances pour l'humanité, sont celles que la morale impose à celle-ci" V.F. Smith

L’homme à qui la cadette Smith avait à faire était aussi impressionnant que ce à quoi elle s’attendait, Mr Romanov dans toute sa stature, majestueusement enveloppé dans son vêtement en loup qui lui couvrait les épaules et renforçait sa silhouette. En même temps, facile de s’y attendre pour elle, qui avait eu l’occasion de l’apercevoir les deux dernières années pour le banquet de début d’année, ou pour divers événements comme lors du tournois des trois sorciers. A coup, c’était bel et bien le genre de sorcier qu’il lui fallait, impressionnant, remarquable, mais potentiellement discret à sa guise et ambitieux, ce n’était à parier, pas le genre d’homme à se contenter des limites qu’on lui impose. Enfin ça Viviane l’espérait de tout coeur mais le fait de se retrouver dans son bureau lui avait donné plus de prestance, allons même jusqu’à dire un peu d’assurance, mais une simple pincée pas de quoi lui faire perdre la tête dans une prise de risque inconsidérée. Viviane déteste prendre des risques, alors quand c’est le cas, elle préfère pouvoir y tenter une opportunité suffisamment valable avec.
Son éternelle précaution rimait bien d’ailleurs avec sa passion pour les potions, et elle laissait présager à certains élèves que la Serpentard était bien peureuse, pourtant du courage elle en avait, s’ils savaient… bien évidemment qu’elle en a. Toujours est-il qu’à trop prendre de précautions, à trop se limiter à ce que les autres imposent, on finit par se faire surprendre. Et ça, elle le sait, et elle n’a pas du tout envie de se faire surprendre trop fréquemment. Elle savait qu’il lui faudrait quelqu’un d'impassible et de calculateur à la fois qui pourrait à la fois lui donner les codes de cette manière d’être, et à la fois lui ouvrir des portes vers ce monde opaque que la Serpentard lorgne sans réussir à atteindre. Le charisme du directeur de Durmstrang lui indiquait qu’elle était sur la bonne voie, et Viviane se mit alors à concentrer tous ses efforts sur son savoir vivre et son éloquence pour ne pas faire défaut à son hôte.

Après lui avoir refusé poliment son invitation à s'asseoir, Viviane resta debout tandis que le directeur se servit un café, avant de lui proposer une boisson chaude. Viviane lui adressa alors un timide sourire, révélant la blancheur de ses dents derrière ses lèvres enfantines.
Oui en effet, je préfères le thé c’est très cliché. Oui, si vous en avez. Merci.
Tandis que le professeur restait attentif en profitant de la chaleur et des bienfaits de sa boisson, Viviane avait commencé à expliquer la raison de son courrier, et plus encore de sa venue. Elle ne pouvait décemment pas expliquer la raison intrinsèque de cette demande, mais elle pouvait tout de même essayer de présenter un deal et de le faire accepter au directeur. Elle approfondirait petit à petit tandis qu’ils apprendraient à se connaître. Un homme tel que Mr Romanov, personne ne peut se targuer de réellement le connaître, et Viviane le sait, mais elle même savait que sa propre personnalité pouvait être aussi insondable que le lac noir. Et elle comptait bien avoir l’air aussi sincère et déterminée que possible, tout en se gardant bien des air d’élève mystérieuse qui lui empêcherait de passer pour une pétasse prétentieuse… avec un manque d’assurance assez certain, qui pouvait être dû à la jeunesse de la sorcière, autant qu’il pouvait être dû au charisme de son interlocuteur, Viviane termina sa première tirade, avant de laisser le temps au bulgare de réfléchir et de lui apporter aussi bien des questions, que sa tasse de thé.

La première question tomba vite, et celle-là, Viviane s’y attendait, après tout quoi de plus naturel que d’aller solliciter ce qui nous est familier plutôt que de se jeter dans l’inconnu ? Pour Hermione Potter était quasiment aussi inconnue que Mr Romanov à ses yeux, bien qu’elle l’ai côtoyé de nombreux repas, Viviane n’avait jamais vraiment eut la chance d’avoir eu affaire à la directrice de Poudlard, ou en trop rares occasions qui pouvait laisser penser à la cadette Smith que la directrice ne s’occupait pas de ses petites affaires.
Quand aux autres questions… plus concrètes et plus directes, elle revenaient sur les imprécisions que la jeune femme avaient laissées à ses explications, involontairement ou pas ? Une chose est sûre, ces questions vont pouvoir lui permettre de reprendre son raisonnement depuis le début, en se basant sur les réflexions de son interlocuteur et ainsi lui permettre de visualiser les choses en même temps qu’elle. Et la serpentard en était bien contente.
Non, si j’avais voulu apprendre à me battre j’aurais pu solliciter Miss @Cora Riddleton qui est à n’en point douter tout à fait désignée pour ce genre d’enseignement malgré ses petits problèmes avec le verre du bar c’est une excellente professeure de Défense contre les Forces du Mal, plutôt que de vous déranger dans votre planning. Pour lancer de puissants sortilèges, il faut qu’une magie très forte circule et soit maîtrisée par un sorcier. Pour la magie, les connaissances, les sortilèges… on a des cours, et des professeurs. Mais pour le sorcier… ce que j’aimerai apprendre, ce sont les règles de l’étiquette, les formes de prestance, apprendre à observer, à anticiper, à soigner son image pour paraître de marbre face aux interlocuteurs, à ne pas laisser trahir ses pensées… Vous voyez où je veux en venir ?” s’enquit-elle, pour s’assurer que son interlocuteur réussissait à suivre le fil, en espérant de lui un hochement de tête qui l’aiderait à reprendre tranquillement. “On m’a conseillé de jouer au poker… c’est une idée, mais je me vois mal me rabaisser à pratiquer ce genre d’activité moldue. Avec ce que je viens de dire, vous comprendrez que je ne puisse pas me renseigner auprès de Mme Potter ? Vous conviendrez qu’elle n’est pas la mieux placée dans ce genre de maîtrise ? Et puis elle n’a pas besoin d’avoir des yeux et des oreilles dans sa propre école, elle peut déjà compter sur les préfets, les cafteurs et Mr Atwings pour lui faire remonter toute sorte d’info.
Le directeur l'interrompit par une dernière question, à laquelle elle laissa un léger silence afins d’être sûre qu’il ait terminé, et qu’elle puisse réfléchir convenablement à sa réponse. Le métier d’auror était assurément un de ceux qui l’attirait le plus, et elle aurait été ravie de pouvoir chasser les mages noirs pour les mettre sous les verrous, mais au fond elle savait que enquêter sur leurs pratiques, ne finirait qu’inéluctablement à attiser sa curiosité et sa soif de reconnaissance, et que le jour où elle passerait le cap ne serait qu’une date anodine entre deux conflits l’opposant à ses rivaux. Un peu comme ces chasseurs de pirates qui traquent sans relâche les mers du Sud et commencent par développer la même affinité qu’eux avec la mer et les techniques navales et finissent par interroger, torturer et exécuter femmes et enfants pour avoir des infos sur ceux qu’ils chassent. Autant dire que lorsque l’équipage pirate tombe sous leurs mains, aucun quartier n’est fait, aucun tribunal ne les juge.
Et pour être auror il faudrait déjà qu’elle soit plus courageuse, plus réactive, plus vive même, Viviane.
Non, je n’aurais pas l'indécence de vous écrire un courrier pour vous demander de me tuer en emmenant une sorcière peu expérimentée sur le terrain. Et si ça avait été le cas, je n’aurais pas prit le risque de contacter un auror de votre réputation, mais quelqu’un de bien plus inconnu, sur qui les responsabilités n’auraient pas beaucoup frappées en cas d’accident.” Elle émit alors un nouveau silence, consciente que sa pointe de sarcasme avait jeté un froid sur la conversation. Et ça pouvait se comprendre. Elle laissa méditer Mr Romanov un moment sur ses paroles, et voulu reprendre, avant de se dire qu’elle venait de lui poser pas mal de questions rhétoriques, peut être avait-il des remarques à lui faire ? Elle espérait qu’il ne lui en voudrait pas d’avoir le culot de si bien cerner ses professeurs de Poudlard. Et qu’il serait réceptif. Comment pouvait-elle lui montrer, que c’est vraiment de LUI qu’elle a besoin ? Comment pouvait-elle lui faire savoir qu’elle voulait être mise à l’épreuve, pouvoir lui faire ses preuves et montrer qu’elle était plus qu’une simple petite Britannique de seize ans qui pouvait se contenter du cadre qu’on lui impose ? Et enfin comment lui dire qu’elle voulait entrer en contact avec la mafia ? ça décidément elle ne pouvait vraiment pas le dire, ni même effleurer l’idée pour le moment… ce qui lui vaudrait très cher à coup sûr. Non elle avait besoin de temps pour parvenir à ses fins. Aucune connaissance, aucune opportunité de s’obtienne comme ça, un petit effort de rien du tout et c’est dans la poche ! Non. Et Viviane le sait bien.

Elle décide donc de poursuivre ses explications, en espérant secrètement qu’elle finirait par piquer la curiosité de Mr Romanov et d’amadouer un peu sa méfiance pour pouvoir allonger cette entrevue au possible.
Ce que je veux dire,c’est qu’il y a plein de choses utiles à apprendre si on veut se hisser dans la société, comme choisir son entourage, entre autre… plein de choses utiles qui s'apprennent en dehors d’un cadre scolaire et des règlements. Bien sûr, je pourrais compter sur mes parents, mais je crains que de toute bonne éducation qu’ils soient, ils ne me soient pas d’une grande utilité, ils sont trop…  …”britanniques”. Ils ne pensent pas forcément à regarder en dehors des apparences, ou en dehors des règles. Or il faut se rendre à l’évidence, aujourd’hui il y a beaucoup de choses qui se font “à l’irrégulière”, même au sein de nos écoles. Je pense qu’il faut apprendre à les anticiper, et à mieux maîtriser ses comportements. Tenez par exemple, je suis absolument nulle en intimidation, si je savais que des élèves complotent dans mon dos mais que j’en ai aucune preuve matérielle, et que tant qu’ils ne seront pas passés à l’action, je serais la seule à les soupçonner, mon but est de les empêcher de mettre en route le complot, sans leur faire de mal évidemment, je veux dire…  ...sans devoir aller faire un tour à Azkaban juste après. Je suis sûr qu’un homme de ressources comme vous, c’est de votre ressort d’y trouver un moyen d’intimidation si efficace, qu’il résolve le problème. C’est ce genre de choses que je cherche à apprendre. Bien évidemment, tout ce que je viens de vous dire n’est que le fruit de mon imagination, et je n’irai pas mettre en pratique votre méthode sitôt sortie de cette pièce. C’est juste une sorte de métaphore.” La voilà assez perplexe : est ce que les explications et la mise en situation qu’elle venait de donner suffiraient à donner au bulgare de lui accorder encore un peu plus de son temps, au fond, elle l’espérait, mais rien n’est bien sûr. Ce genre de demande est assez risqué, et d’autant plus qu’il est extrêmement difficile à exprimer, car au fond tout ce qu’elle veut apprendre est à la fois si simple, et à la fois un ensemble de tant de petites choses difficiles à exprimer… Devenir quelqu'un… une chose pas si facile quand on y pense, mais une chose que Mr Romanov avait plutôt bien réussit.

b l a c k f i s h
         


Viviane Smith — Do not fears the monsters in the lake, fears the monsters in you.  my little song : Fear not this night

ton ancien avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t4099-viviane-faery-smith#75101 https://www.historia-pactum.com/t4136-viviane-f-smith-o-pas-encore-de-classe#76215 https://www.historia-pactum.com/t4137-viviane-f-smith#76217
❝ Contenu sponsorisé ❞

Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Empty
MessageSujet: Re: Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith]  Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Une lettre bien intriguante [Feat Viviane F. Smith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Europe de l'Est :: L'institut Durmstrang :: 4è étage :: Bureau du Directeur-