RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur Logitech Z207 Système de hauts-parleurs Bluetooth pour PC ...
30 € 50 €
Voir le deal

Partagez
 

 Et vous en êtes où ? (Elhenna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyJeu 22 Déc - 19:28

❝Et vous en êtes où ?❞
- Ravenna & Elhenna -
LE MENSONGE EXISTE POUR UNE RAISON: PROTEGER CEUX QUE L'ON AIME. A MOINS QUE CE NE SOIT POUR SE PROTEGER SOI-MEME.
"Elizabeth, où est le compte-rendu que j'ai demandé sur l'affaire Jefferson il y a deux jours ? J'ai pourtant envoyé une note au juge McLeod comme quoi c'était urgent !
- Je suis désolée, mais le juge ne m'a pas déposé cela.
-Et bien convoquez-la de suite."

L'ordre tomba sans laisser la possibilité à ma secrétaire de rétorquer quoi que ce soit. Je rentrais alors dans mon bureau, m'asseyant dans mon fauteuil. Je fouillais alors dans mes tiroirs de façon à retirer le dossier que je gardais de côté sur le juge McLeod. J'avais cette jeune femme à l'oeil depuis quelques temps maintenant. Beaucoup avaient cru à ma rédemption et je devais avouer que je jouais la comédie à merveille. Parfois même moi je venais à y croire. Mais non, je n'étais pas prête à oublier les valeurs dans lesquelles j'avais été élevées. Voir une sang-de-bourbe diriger notre monde magique me les rappelait quotidiennement. Les nausées et l'envie de m'en prendre physiquement à Hermione Granger étaient si importantes que je devais me battre intérieurement pour ne pas craquer.

L'affaire Jefferson me regardait de près. Cet homme, qui avait par le passé supporté le mage noir et qui avait d'ailleurs servi à ses côtés, savait pertinemment où j'étais pendant la bataille finale. Si beaucoup pensaient que j'avais été évacuée avec les autres serpentards, Jefferson connaissait mon don non déclaré comme animagus corbeau, et je devais m'assurer qu'il ne me dénoncerait pas. Être sous-secrétaire d'état et être hors-la-loi, ça craignait n'est-ce-pas ? Or, ce très cher s'était fait récemment arrêté pour des vols d'objets magiques liés à la magie noire, et je savais qu'il avait été entendu deux jours auparavant. Je devais savoir ce qu'il avait dit ... Je devais savoir s'il avait passé un pacte avec les autorités magiques. Je devais savoir s'il était sur le point de me balancer. De toute façon, j'étais déjà en pour-parler avec quelqu'un pour le faire exécuter.

Je commençais donc à griffonner quelques informations dans le dossier, que je rangeais bien caché dans un double fond de mon bureau. Bien évidemment, lorsque je partais, je jetais des sortilèges de protection sur mes tiroirs, mais j'avais toujours cette crainte qu'il arrive quelque chose et que l'on découvre ce que je cachais. Dois-je vous rappeler que je suis paranoïaque ? D'ailleurs ... Je devais dans la soirée m'assurer que mon mari serait bien là où il me l'avait mentionné. Dînant ensemble quatre soirs par semaine, il m'avait expliqué la veille qu'il ne pourrait pas honorer nos habitudes, car il avait un dîner d'affaires. Après avoir obtenu de sa part l'endroit où il dînerait, j'avais bien l'intention d'aller vérifier sa présence là-bas, ainsi que les personnes l'accompagnant.

Entendant alors toquer à la porte de mon bureau, j'affichais un sourire de façade, invitant la personne à entrer:

"Oui, entrez !"
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 514 MOTS.

[/b][/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyJeu 22 Déc - 21:01


So go get yourself put


« How do you stay polite when dealing with a junk in the first category? »







Ce n'était vraiment pas la bonne journée pour aller travailler. Mais alors vraiment pas mais je ne savais pas. A l'approche de Noël, j'avais eu une petite idée, histoire de mettre un peu d'ambiance dans le Ministère qui semble si froid, si frigide. C'est alors un air malicieux qui j'avais quitté mon chez moi pour me rendre sur mon lieu de travail. Passant par l'entrée principale, je reste amusée par ce que je prépare. Personne est loin de se douter qu'il va commencer à neiger au sein de l'Atrium du ministère mais qu'il va geler. Sans oublier le reste, je n'oublie pas le chapeau du père Noël et tout ce qui va bien. Il faut souvent essayer de se détendre et même si l'ambiance est moins tendue depuis que la refonte à été établie, cela n'est encore pas suffisant. A croire que nous ne sommes que de la chaire à canon. Je suis peut-être juge mais il m'arrive aussi de chercher à me détendre. Habillée comme tous sorciers qui se doit, je prends ma baguette et je la secoue un peu afin de lancer mes sortilèges de manière tout à fait discréte.  

Il faut dire qu'il ne faut pas grand chose pour alerter la sécurité de l'entrée. Murmurant une formulation, je continue mon chemin tandis que le spectacle commence. Rangeant alors ma baguette, les autres membres du Ministère commencent à s'arrêter devant la fontaine qui est alors gelée et la neige commence à tomber. Certains d'entre eux se prennent au jeu mais d'autres beaucoup moins. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai une soudaine pensée pour la sous-secrétaire d'état la plus coincée de ce Ministère. Cette pimbêche ,qui ne pète pas plus haut que son popotin, ferait mieux de rester discrète. Par ailleurs, je chasse très vite cette pensée et je me montre surprise comme tout le monde. Mais en réalité, cela m'amuse vraiment. Puis, je réalise que les bonnets de noël sont présents sur la statue de la fontaine et je montre un sourire en coin. Voilà qui est mieux et puis, un peu de bordel, cela n'a jamais fait de mal à personne. Ce n'est pourtant pas mon habitude mais cette année, j'avais envie. Ce n'est parce qu'on est des sorciers qu'on a pas le droit de fêter Noël. Arrivant aux ascenseurs, j'attends tranquillement avant d'avoir l'ascenseur. Aujourd'hui, j'ai du travail après ce petit brin de folie.

Montant à l'intérieur, je laisse tout le monde gérer leur étages avant d'appuyer sur le deuxième niveau. En effet, je devais passer par le bureau administratif du Magenmagot afin de récupérer les dossiers en attente. Comme tous les jours en fait. Levant mon poignet droit, je consulte ma montre et je souris en voyant que j'avais quand même quinze minutes d'avance avant ma prise de service qui est à neuf heures. Vu qu'on a pas cherché à me joindre, je pouvais supposer que le bureau des Aurors a été tranquille toute la nuit. Nous sommes en période de fêtes et même eux ont besoin de souffler. Par ailleurs, nous sommes le vingt-quatre décembre deux mille vingt deux. Saluant les Aurors d'un signe de tête, je longe le bureau avant de prendre un couloir situé sur la gauche pour me rendre là où je dois aller. Passant la porte, je salue l'hôte d'accueil avant de prendre mes dossiers et de repartir. Pour pouvoir travailler, il me faut des supports et je repars sans discuter une seule seconde.

Reprenant l'ascenseur, je devais cette fois me rendre au niveau dix où se trouve les quartiers du Magenmagot dont mon bureau. Je marche tranquillement dans les couloirs tout en restant calme et neutre. Je passe devant les salles d'audience avant d'entrer dans des lieux beaucoup moins sordides et froids que les lieux d'audience. Bon nombre de mes collègues les trouvent froid, sordide, inquiétant et certains se sont amusés à lancer des rumeurs diverses et variées sur telle ou telle salle d'audience. Personnellement, cela ne m'amuse pas mais je fais avec. Il faut bien rire de temps en temps. Saluant mes collégues avocats et juges, je leur souris avant d'entrer dans mon bureau afin d'y déposer mes dossier de la journée voire même des prochaines semaines. Je dois bien mériter mon salaire même si je n'ai aucune obligation de le faire. Cependant avec deux jumeaux à charge, je devais assurer leur frais de scolarité jusqu'à la fin. Plus que deux ans et demi à faire ou presque.

Arrivant sur place, je soupire lorsque les dossiers sont là. Ouf, allez, je vais me mettre au travail. Il était temps. Levant les yeux vers l'horloge magique, je montre un sourire pour remarquer que je suis encore en avance. Je ne suis jamais arrivé en retard de toute ma carrière et ce n'est pas maintenant que cela va arrivé. Alors que je m'apprêtais à m’asseoir, j'entends frapper et je me redresse tandis que j'autorise la personne à entrer. J'avais un certain nombre de dossier à faire et pas mal de rapport à lire pour ensuite me rendre auprès des accusés afin d'avoir un entretien préliminaire. Je dois reconnaître que la Justice est mieux organisée depuis que Kingsley l'a réorganisée. Levant alors les yeux vers la personne, je l'accueille avec le sourire jusqu'au moment où il m'annonce que la sous-secrétaire d'état désirait me voir. Ah ? Tient donc ? Il me tend alors la convocation et je regarde le morceau de parchemin avec un sourire en coin. Remerciant alors mon collègue, je laisse la porte ouverte avant de mettre dans mes affaires la fameuse lettre qui ira rejoindre le reste hors du département. Le fait qu'elle cherche à s'immiscer dans les affaires, dans mes affaires plus exactement, me laisse plus que perplexe. Elle prétend juste récupérer des informations mais je ne crois pas en son excuse.

Rangeant donc le tout à sa place, je prends ma robe de juge pour me la mettre sur le dos et je quitte le bureau en direction du niveau principal du ministère de la Magie. J'étais prête à affronter cette femme qui a autrefois abusé de ses droits et qui semble encore le fait. La seule différence est que pour le moment, j'ai un avantage certain qui ne durera peut-être pas. Mais je resterais discrète comme d'habitude. Je ne suis pas arrivée à mon poste en criant à tout va qui elle était. Oh que non, mon boulot a toujours été fait et le président-sorcier a toujours été satisfait de mon travail. Tout comme le directeur de la Justice Magique. Mais je ne me dirige pas là-bas pour la faire tomber non mais juste que parce qu'elle m'a demandée de venir. Je crois savoir pourquoi d'ailleurs. Pour être certaine qu'elle ne fouille pas, je suis venue les mains vides sauf ma baguette bien sûr. Avec elle, je m'attends au pire. Arrivant la secrétaire de Madame Nott ,qui me paraît bien plus sympathique d'ailleurs, me dit qu'elle m'attend dans son bureau. La remerciant, je me dirige vers celui-ci avant de prendre une inspiration et de frapper. Ouvrant alors la porte, je ne montre pas de sourire parce que je n'ai pas que cela a faire. Passant la porte, je la tiens avant de regarder la blonde malsaine.

« - Bonjour Madame la sous-secrétaire ! »

Je n'ai aucunement besoin de me présenter et je ne le ferais pas. Si elle m'a convoqué alors elle sait très bien qui je suis. Portant la fameuse robe rouge avec l'insigne du Magenmagot sur la poitrine, je referme la porte sans la lâcher du regard. Un regard neutre sans sentiment ni agression. Je devais rester le plus neutre possible devant elle et surtout ne pas perdre mes moyens. Jusqu'à maintenant, je n'ai jamais eu besoin de le faire et je ne suis pas connue pour être diplomatique. Quand j'ai quelque chose à dire, je ne me gêne pas et cela peut causer bien des problèmes. Je devais jouer la carte de l'hypocrisie sans retenue car finalement, c'est comme ça que cela marche au ministère depuis des années. Depuis qu'elle est à ce poste en fait. Mais je me fiche car elle n'est pas ma supérieure et si elle me demande des comptes, je risque de l'envoyer sur les roses. Bon sang, heureusement qu'elle ne dépend pas de la Justice Magique ou du Magenmagot.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart
1384 mots  

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyJeu 29 Déc - 12:05

❝Et vous en êtes où ?❞
- Ravenna & Elhenna -
LE MENSONGE EXISTE POUR UNE RAISON: PROTEGER CEUX QUE L'ON AIME. A MOINS QUE CE NE SOIT POUR SE PROTEGER SOI-MEME.
Je l'avoue sans aucune honte, j'adore mon bureau. J'aime cette place. Je me sens puissante et je n'hésite pas à user de ce pouvoir. Alors bien sûr, j'avais toujours une fichue Granger qui venait se mettre dans mes pattes, restant accrochée à son poste de Ministre de la Magie. Mais je suis patiente, et c'est bien pour cela que je suis une excellente adversaire aux échecs. J'observe, je place mes pions, et au moment où l'autre ne s'y attend pas, je mets la personne échec et mat. Certes, c'est mesquin, hypocrite et tout ce que vous voulez, mais cela ne me dérange pas. Sachez que je ne suis pas ici pour faire le bonheur des autres. Le seul qui m'importe, c'est cela des miens: mon mari, ma fille et bien sûr, moi. S'il faut balayer tout sur mon passage, je le ferai. Et ce n'était certainement pas Elhenna McLeod qui allait m'en empêcher.

La jeune femme, d'ailleurs, vient de rentrer dans mon bureau. Une stature assez neutre, je rêve d'être legilimens pour lire dans ses pensées et la destabiliser. Mais la juge ne se laisse pas facilement faire, je ne le sais que trop bien. Si j'arrive à manipuler bien du monde et à faire croire à ma rédemption, elle reste l'une des seules qui semblent vraiment dubitatifs. C'est ce qu'il y a de plus dangereux pour moi aujourd'hui. Si l'on me soupçonne et que l'on ouvre une enquête sur moi, on risque de tomber sur de lourds secrets. Et je n'avais pas envie d'exposer ma famille à tout cela. Natasha était bien trop jeune pour tomber du piédestal que je lui avais construit année après année. Non, je ne laisserai pas Elhenna Mc Leod faire quoi que ce soit ... quitte à éliminer le problème d'une façon quelque peu extrême.

"Bonjour, Juge Mc Leod, je vous en prie, asseyez-vous. N'avez-vous pas eu mon hibou il y a quelques jours ? Je voulais savoir où en était le dossier Jefferson."

J'étais certes un peu directe sur ma façon de demander les choses mais dans ma voix, rien ne trahissait mon inquiétude. J'étais, comme à mon habitude, "aimable". Oh, certes, ce mot n'était pas vraiment celui qui reflétait ce que je ressentais pour la grand brune, mais c'était ce que je voulais faire transparaitre. Néanmoins, je pris les devants, m'attendant un peu à ce qu'elle allait me dire.

"Bien évidemment, cette question  n'a pour but qu'une bonne communication entre les différents services."

C'est une excellente excuse, non ? Surtout que c'était bien ce que cette chère Granger demandait au sein de son ministère. Une bonne communication pour que les actions soient coordonnées et logiques. Mais bon, elle refusait de m'entendre lorsque je lui disais que la réforme de 2000 n'avait fait qu'affaiblir le ministère. D'ailleurs, elle refusait aussi de m'entendre quand je lui disais que le juge Mc Leod n'avait rien à faire à cette place ...
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 529 MOTS.

[/b][/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyJeu 29 Déc - 14:05


So go get yourself put


« How do you stay polite when dealing with a junk in the first category? »







Quoi que cette pimbêche peut dire au Ministre de la Magie, elle n'est pas en mesure de me faire tomber. Je ne suis pas invincible mais il lui faut les preuves de ce qu'elle avance. Or, elle ne les a pas. Je n'ai aucun faux pas dans le département de la Justice Magique et encore moins au sein du Magenmagot. Accusée de corruption ? Elle peut toujours essayer. Mes amis sont hors du Ministère et elle ne peut donc pas me relier à un quelconque acte de corruption ou de trahison vis-à-vis du Ministère. J'en viens même à me demander si ce n'est pas elle qui les a écarter... Mais je fais comme tout le monde et j'attends qu'elle se plante où je l'attendrais au détour d'un couloir pour la faire juger et condamner. Cependant, je ne suis pas du genre à falsifier des preuves même si l'envie est tentante. Je suis quelqu'un de droite dans mes bottes et cela en sera toujours ainsi.

Jouer avec le feu ? Non, vous vous trompez de personne. Je ne suis une Gryffondor à me jeter dans la gueule du loup... Je suis une Serdaigle et donc beaucoup plus pernicieuse. On dit souvent que ce sont les Serpentards qui sont ainsi mais je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas pour rien si en règle générale, les élèves de Serdaigle et Serpentard s'entendent à merveille. Mais je ne suis plus élève à Poudlard et je travaille pour le ministère depuis plus de vingt ans alors je ne suis pas prête à rendre mon tablier. Après, même si elle vient à y arriver, je ne serais pas le genre à me laisser aller et je peux aussi trouvé un travail chez les moldus. Je suis peut-être connue chez les Sorciers mais la blonde n'aura pas l'idée de venir me chercher chez les moldus. Contrairement à elle, je ne crains pas les sans pouvoirs et je ne les haïs pas. Il y a toujours une solution à tous les problèmes. C'est ce que me disait mon mari lorsqu'il était encore en vie.

Si la blonde avait eu la capacité d'être légilimens, elle n'y aurait vu que de la mélancolie et du regret vis-à-vis de son époux. En effet, je regrette son absence mais je ne peux pas aller contre la Nature qui me l'a enlevé bien trop tôt. A l'époque où je me suis mariée, j'ai entendu les rumeurs disant que ce n'était qu'un mariage d'intérêt mais cela n'a jamais été le cas. Je l'ai toujours aimé et je l'aime toujours. La présence de l'alliance à mon doigt le prouve et je ne compte pas la retirer de sitôt. Gaëllia aimerait bien que je me remette avec quelqu'un mais je m'y refuse. J'ai des jumeaux et des affaires à traiter qui me prennent pas mal de temps. Surtout que les affaires se multiplient ses derniers temps. Tant mieux, cela me permet d'avoir plus de travail.

Je ne suis pas connue pour être hypocrite et on a toujours apprécié mon franc-parler. Surtout que je ne risque pas de me retenir même s'il s'agit de la sous-secrétaire d'état. L'avantage que j'ai, c'est que je ne dépends pas d'elle et que je dois ne rendre de compte qu'à deux personnes voire trois : le président-sorcier, le ministre du département de la Justice Magique ainsi que la Ministre de la Magie. Heureusement pour moi, elle n'est aucun des trois. Donc, je savais déjà quoi lui répondre. Au moins, on reste polies entre nous même si cela ne sera pas toujours le cas. Elle me nomme par mon titre de juge et je prends place pour en restant prudente. Ne retirant pas ma robe de juge, je la regarde en gardant mes mains sur mes jambes. Sous ma robe de juge, je portais une tailleur pantalon pour femme et je suis loin de l'époque où on portait les vieilles robes de sorciers. Lorsqu'on est contact avec d'autres personnes, il fallait se montrer élégante sans être provocante.

C'est alors qu'elle me demande si j'ai reçu son hibou. Oui, je l'ai bien reçu  mais je n'étais pas présente. Comme chaque année, je prends toujours quelques jours aux vacances de noël et de ce fait, je n'ai pas répondu à celui-ci. En même temps, vu la demande, ce n'est peut-être pas plus mal et tout le monde sait que je ne suis jamais dans les locaux du Ministère. Il faut dire que je m'y prend toujours plusieurs mois à l'avance et malgré la réticence de mon supérieur, ils m'ont tout de même été accordés. Je ne suis en général pas chiante mais cela ne se serait pas passé comme ça si on me les avait refusé. Je les prends toujours très en avance car je suis aussi mère et donc prioritaire sur les congés en période de vacances. Restant neutre, je reste silencieuse et la sous-secrétaire se tait aussi. Je n'ajoute rien de plus tandis qu'elle reprend derrière que c'est pour soi-disant la bonne communication. Bah tient ? Ce serait une grande première. Restant silencieuse un moment, je cherchais mes mots afin de rester polie malgré son statut.

« - J'ai bien reçu votre hibou mais je n'étais pas au Ministère. Je suis rentrée ce matin... »

Je garde ma neutralité tandis que je cherche le cas du dossier Jefferson. Je me mets donc à réfléchir pour essayer de retrouver les détails que j'ai à ma disposition. Jefferson... Jefferson... Ah oui, celui qui s'est fait arrêté pour vol volontaire d'objets magiques liés à la Magie Noire. Il me semble que c'est un collègue qui l'avait auditionné. Je vais devoir me renseigner mais avant ça, je devais m'assurer de quelque chose. Avec un peu de chance, on va me refiler l'affaire. Si ce n'est pas déjà fait. Je ne suis pas le seul juge du département mais je suis la plus incorruptible. Cela me rappelle l’interview que j'avais donné à une élève de Serpentard quelques jours auparavant. Elle m'avait demandé si je croyais à la corruption dans le service. Ma réponse voulait tout dire mais tout le monde aurait le loisir de la découvrir avec la prochaine édition de la Gazette de Poudlard. Prenant une inspiration brève, je reprends la parole simplement, mon ton était neutre, sans animosité contrairement à mon ressenti pour la blonde en face de moi. Je ne devais pas lui donner des raisons de me faire mettre dehors.

« - Je suis désolée, Madame la Sous-secrétaire, mais je n'ai pas le droit de vous en parler. Je suis soumise au secret professionnel et je ne crains que vous ne soyez obligé d'attendre le jour de son audience ... »

Il vaut mieux que je me tais car elle pourrait me faire accuser d'outrage au secret professionnel et c'est un coup à me faire perdre mon emploi. C'est hors de question. Je ne la laisserais pas faire. La blonde va devoir faire comme tout le monde et attendre le jour du jugement. Par ailleurs, comme sa question à émis un doute, je vais devoir rapidement le faire déplacer et je le ferais avec attention et je ne comptes pas ça n'importe comment. Sait-on jamais, dés qu'elle prévoit de le faire tuer. Ce ne serait pas la première fois que ce genre d'incident arrive en cours d'enquête. Bien sûr, en apparence, je reste neutre mais mon cerveau est en effervescence. Ce soudain intérêt pour cette affaire éveille chez moi des doutes et des questions dont la première va tomber comme un coupe-raie.

« - Mais dites-moi, pourquoi cet intérêt soudain pour cette affaire ? Vous qui habituellement ne prêtez aucune attention à tout ça … Détiendriez-vous, par hasard, des informations qui ne sont pas en ma possession ? »

Je ne l'accuse pas ouvertement mais elle parle à une Serdaigle et je suis habituée à émettre des théories. Après, c'est à moi que revient la responsabilité de découvrir la véracité ou non. Je suis resté neutre et je n'ai pas détaché mon regard de la sous-secrétaire d'état. Sa réaction promet d'être intéressante mais si elle est effectivement mêlée alors cela vaut le coup de se pencher sur le cas. Bien que la situation me fasse sourire intérieurement, j'ai mis mon masque de juge et je reste neutre et stoïque. Peut-être venait-elle de se dénoncer toute seule et j'admets que je vais devoir approfondir mes recherches afin de savoir si les deux sont réellement liés. De cette façon, je serais rapidement fixée...

Malheureusement pour moi, ce ne sont que des idées brèves et je dois reconnaître que si elle ne m'avait pas mise la puce à l'oreille avec cette soudaine interrogation, cela ne serait pas venue à l'esprit. Et puis, si je veux découvrir la vérité, je vais devoir me la jouer fine car accusée ouvertement un haut-dignitaire tel que Madame Ravenna Rowle-Nott peut être hyper dangereux. Heureusement pour moi, le département de la Justice Magique ne lui est absolument pas accessible. Je peux donc me dire qu'elle ne pourra pas avoir une quelconque emprise sur ce dossier qui promet d'être croustillant... J'ai hâte de sortir de ce bureau afin de m'y pencher avec attention et aussi voir avec mon collègue qui a auditionné ce fameux voleur.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart
1534 mots  

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyDim 1 Jan - 16:48

❝Et vous en êtes où ?❞
- Ravenna & Elhenna -
LE MENSONGE EXISTE POUR UNE RAISON: PROTEGER CEUX QUE L'ON AIME. A MOINS QUE CE NE SOIT POUR SE PROTEGER SOI-MEME.
Elhenna Mc Leod est sans nul doute ma "pire ennemie" dans ce ministère. Bien sûr, ce n'est pas la personne que je hais le plus, puisque cette chère sang-de-bourbe de ministre la surpasse, et dans la durée, et dans la hiérarchie. Mais je n'ai rien à craindre d'Hermione Granger. Bien trop naïve pour voir qui je suis au fond de moi, elle a pris ma rédemption comme acquise, me faisant rapidement gravir les échelons, un par un, jusqu'à m'accorder une telle confiance que je suis arrivée à la place juste en dessous d'elle. Il faut dire que j'avais vraiment bien joué, et je ne le regrettais pas un seul instant. Si j'étais à cette place aujourd'hui, c'était bien grâce à ma ruse et à mon ambition, deux qualités qui m'avaient placée à onze ans dans la maison de serpentard.

Je parvenais à me maîtriser sans aucun problème. L'hypocrisie était la clé de mon succès et personne n'en jouait aussi bien que moi. La juge était pourtant plutôt forte sur ce point, mais elle ne m'égalait pas. Et je connaissais les rouages de la justice pour y avoir durant quelques temps travailler. Je ne commettais donc que peu de faux pas, du moins, pour le moment, je pensais n'en avoir commis aucuns. Je m'entourais de personnes de confiance et ma seule faiblesse était ma fille. Bon, mon mari aussi mais je savais qu'il était comme moi, alors que Natasha était encore bien trop manipulable par son âge. Mais j'avais pris soin de lui inculquer mes valeurs. Et soyons francs, des gens comme Elhenna Mc Leod étaient bien trop faibles pour tenter de s'en prendre à un enfant, chose qui, personnellement, ne me faisait ni chaud, ni froid.

Je m'attendais à sa réponse. Bon, je n'étais pas au courant qu'elle avait pris des vacances, et, c'est avec un certain ton sarcastique que je lançais:

"Je suis ravie de voir que certaines personnes parviennent à prendre des congés. J'ai bien trop de travail pour ma part, j'ai à peine pu prendre une journée pour aller faire le shopping de Noël avec mon enfant. Mais si vous n'êtes pas débordés, tant mieux pour vous."

Oui, je sous-entendais clairement que je me sacrifiais plus au travail qu'elle. Que voulez-vous, je suis comme ça, et je n'ai pas l'intention de changer. Après tout, si j'en suis là, c'est bien grâce à mon travail sans relâche. Hermione Granger avait d'ailleurs été "séduite" par cela et c'était ce qui l'avait aveuglée.

Soumise au secret professionnel ... Les belles paroles ... Je soupirais légèrement, m'appuyant le dos sur le dossier de mon fauteuil, écoutant la juge me dire que j'avais peut-être des informations sur la question. J'esquissai un léger sourire. SI elle pensait me piéger aussi facilement, elle se mettait le doigt dans l'oeil. Je savais très bien comment justifier ma demande:

"Votre métier vous rend paranoïaque, chère juge. J'ai récemment eu une réunion avec le ministre Granger, et elle était quelque peu peinée de voir qu'hélas, depuis 22 ans, depuis la réforme de Kingsley, la séparation du Magenmagot avait aussi entrainé de gros problèmes de communication. Voyez-vous, il n'est pas rare que la gazette vienne nous interviewer, et même si j'invoque cette réforme, expliquant ainsi que je ne suis pas au courant des affaires en cours, cela est toujours tourné en critique à l'égard du ministère. Mais pensez ce que vous voulez, je sais pertinemment que vous n'avez aucune confiance en moi, ce qui est réciproque. Seule la confiance de la ministre m'importe, et, entre nous, les gens ont bien plus confiance en Hermione Granger qu'en vous ... Surtout avec les affaires de corruption ..."

Une menace déguisée ? Peut-être ...
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 659 MOTS.

[/b][/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyVen 6 Jan - 17:05


So go get yourself put


« How do you stay polite when dealing with a junk in the first category? »







On ne peut pas dire que c'est la meilleure des ambiances dans ce bureau mais je ne me laisse pas impressionner par la sous-sécretaire d'état. Je n'ai jamais été impressionné par qui que ce soit et ce n'est pas maintenant que cela va commencer. En fait, même les menaces ne me font rien. Mes proches sont désormais capables de se défendre seuls tout comme cela fait partie de mes compétences de Sorcières. Et ce n'est pas parce que je n'ai pas lever ma baguette depuis longtemps que je ne sais pas m'en servir. Il m'arrive de temps en temps de m'entraîner en solitaire et lorsque mes jumeaux seront majeurs alors je pourrais leur proposer de participer. C'est tellement plus pratique d'avoir des adversaires lorsqu'on s'entraine. Seulement, je dois attendre que la Trace disparaisse pour ça. Et malheureusement, ce n'est pas avant leur majorité.

M'en prendre à un enfant ? C'est mal me connaître mais je n'use de cette pratique que si je n'ai pas d'autre choix. Quoi qu'on en dise, les enfants ne devraient pas être mêler aux problèmes de leur parents et certains sont complètement dérangés pour en faire usage de la façon la plus ignoble qui soit. Mais je ne suis pas là pour juger des enfants ni même juger la personne qui est en face de moi. Elle m'avait convoquée et j'ai répondu présente. J'ai donc fait ce que j'avais à faire ici. Mais je ne comptes pas lui en dire plus. Je lui avais posé une question et elle me répondra probablement par la négative, comme d'habitude et je n'en serais même pas surprise. Mais pour le moment, j'entends son ton sarcastique et j'avoue que c'était cherché. Je me permets même de lui répondre d'une manière neutre à son pic ambulent. Cela m'amuse dans le fond car on croirait voir des gamins. Mais c'est drôle dans le fond. Voilà qui va faire rire mes collègues lorsque je vais leur raconter ça.

« - Tout est une question d'organisation ! »

Je me fiche de savoir sa quantité de boulot mais elle n'était pas la seule à en avoir. J'en ai toujours eu sinon je ne serais actuellement pas dans son bureau pour parler tandis qu'elle essaie de me soutirer des informations sur une affaire en cours qui ne la regarde pas. D'ailleurs, qu'elle me répond par le positif ou le négatif, je l'ai quand même pièger. En effet, si elle n'est pas mêler au dossier, elle n'a pas à avoir des informations sur celui-ci. C'est aussi simple que ça et elle s'est probablement piégée toute seule. C'est moche quand même. Encore une fois, je me suis montrée plus maligne qu'elle. Pauvre Madame Nott, elle va encore aller se plaindre à la Ministre. Encore une fois, cela montre laquelle des deux est la plus forte.

Elle use de son influence pour avoir ce qu'elle veut mais seuls les plus faibles usent de la manipulation pour ça. Après, ce n'est que mon point de vu. Mais quelque part, nous avons tous déjà utilisé ce genre de subterfuge, même moi, même si je ne m'en rappelle pas forcement. Restant entièrement neutre à ce qu'elle peut dire, ses attaques verbales font pipe et cela ne m'atteint pas mais je m'amuse à la contrerdire poliment. Je ne lui ai aucunement manqué de respect et je dois bien dire qu'il n'est pas rare d'entendre parler d'elle dans le service du Magenmagot. Mais elle a du se tromper de cible et je ne compte pas lui en dire plus. Je l'écoue quand même avec attention et je reste calme et posée. Je ne crains pas ses mots ou ses gestes actuelles.

Elle me révéle alors qu'elle a été contactée par la Gazette du Sorcier. Tient, encore eux ? Il semblerait que la rédactrice en chef s'amuse encore avec le Ministère. Cela me fait penser que j'ai eu une interview par l'une de ses filles. Trés professionnelle, je dois bien le reconnaître mais je vais quand même demander à mes jumeaux de m'envoyer un exemplaire, histoire de bien vérifier que mes paroles ont été respectées. Sait-on jamais. Apparemment, il semblerait qu'il y est des problémes de communication... Et alors ? Pour le moment, je n'ai reçu aucune note de mon chef de service afin de livrer des informations de cette ampleur donc je resterais muette. Car ce genre de détail ne passe que par le président-sorcier du Magenmagot.

Et puis, ce n'est pas parce que j'ai pris des congés que je ne suis pas occupée. D'ailleurs, elle est en train de me faire perdre mon temps en me convoquant ici. J'ai des dossiers sur la table de mon petit bureau et j'espère bien les finir avant la fin de la journée. Et je ne quitterais pas le Magenmagot avant d'en avoir fini. Si elle s'imagine qu'elle est la seule à finir après tout le monde, elle se leurre complètement car en règle générale, je suis la dernière juge à quitter le département de la Justice Magique. Mais soit qu'elle pense ce qu'elle veut et il est claire que j'ai autre chose à faire qu'à gambader dans les immenses couloirs des divers départements tous les jours...

« - Vos... problémes... avec la presse ne me regarde pas. Ici, il n'est pas question de confiance mais d'une affaire sur laquelle je travaille. Bien entendu, comme vous n'avez rien à voir avec ce dossier, je maintiens le fait que je ne peux donner suite à votre demande.  »

Et bam... Et même si c'est une personne de mon entourage en qui j'ai confiance, cela aurait été la même réponse. En fait, ma question était un piège. Elle n'est peut-être pas mêler à cette affaire mais ce ne sont pas mes affaires pour le moment. Être juge demande des compétences que la sous-sécrétaire d'état ne peut pas appréhender. Avoir travaillé au département de la Justice Magique ne permet pas forcement de savoir se comporter en un juge intégre et c'est un métier que bien peu de sorciers comprennent. Seulement, je ne lui en veut pas. Lorsqu'elle comprendra, il sera probablement trop tard pour elle. Je reste droite, neutre et immobile jusqu'au moment où je décide de me lever. Il est temps de mettre fin à cette mascarade. Je regarde la blonde en face de moi et je prends la parole.

« - Si vous voulez bien m'excuser, Madame Nott, mais je vais devoir vous laisser. A moins que vous ayez quelque chose d'autre à me dire ? »

Je porte ma robe de juge en guise de preuve et bien entendu, le logo du Magenmagot apparaît bien sûr sur celle-ci. Cela permet de distinguer ceux qui dépend du département de la Justice Magique du Magenmagot. Je n'ai pas confiance, c'est vrai mais cette fois-ci, elle a la réponse que j'aurais donné à tout le monde. Et je suis intrangigeante là-dessus. Même mes proches n'auront la réponse à cette question, même si j'ai confiance en eux. Mais pour le moment, je perdais purement et simplement mon temps dans ce bureau. Et si le Ministre a ce genre de probléme, j'en entendrais probablement parler lors de la prochaine réunion avec le président-sorcier qui doit avoir lieu dans l'aprés-midi justement. Conservant son calme et sa neutralité, elle incline tout de même la tête à la seconde du Ministre. Je ne dois pas lui laisser l'occasion de m'enfoncer.

« - Je vous souhaite une agréable journée, Madame la Sous-sécrétaire. »

Je ne dis rien de plus vu que j'ai du travail. Et si elle s'imagine pouvoir me piétiner dessus, elle peut se tromper. Je sais d'ailleurs ce qui me reste à faire avec ce dossier. Je vais devoir en parler avec quelques personnes avant de lancer mon action sur cette affaire. On est sûre de rien. Le plus drôle c'est qu'elle va essayer de me briser en me faisant passer pour quelqu'un de paranoïaque... Ma foi, si elle a le temps de jouer à ça, c'est qu'elle n'a pas tant de boulot qu'elle ne le prétend. Réajustant ma robe de juge, je la regarde un moment avant de me diriger vers la porte. Que faire de plus ? Je n'allais pas traîner dans son bureau alors que j'ai des dossiers sur mon bureau à traiter et à diriger. Je suis restée très professionnelle sans aller dans le manque de respect. Après si elle se sent visée, ce ne sont pas mes affaires...

Pour mon intégrité professionnelle, je me devais de rester neutre, droite et professionnelle avec la sous-secrétaire d'état et même si je ne dépends pas directement d'elle, je pense que je ne suis pas à l'abri de tentative de corruption. Chose qui n'a jamais fonctionné avec moi. C'est aussi pour ça que je fais attention à mon langage et à mon comportement en général. Cela ne paraît pas dit comme cela mais le masque est très important dans ce genre de cas et il permet de me protéger. Mes collègues semblent réellement me connaître mais ce n'est qu'une facade et une personnalité de moi qu'ils connaissent. Chez moi, c'est une toute autre Elhenna qu'ils peuvent voir. Mais lorsque je suis loin du boulot, je me permets certaines choses comme boire un petit verre de whisky qui est un alcool typiquement écossais. Mon pays natal et mon pays d'adoption.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart
1547 mots  

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyDim 15 Jan - 13:21

❝Et vous en êtes où ?❞
- Ravenna & Elhenna -
LE MENSONGE EXISTE POUR UNE RAISON: PROTEGER CEUX QUE L'ON AIME. A MOINS QUE CE NE SOIT POUR SE PROTEGER SOI-MEME.
Une question d'organisation ? Mais bien sûr ... Je ne sais pas pour qui se prenait cette foutue juge, mais si elle pensait avoir le monopole de l'organisation, elle se fourrait le doigt dans l'oeil. J'avais bien remarqué qu'elle ne m'avait balancé cela que pour me blesser, mais, très sincèrement, ce n'était pas le cas. Je me contrefichais de ce qu'elle pouvait penser et j'étais bien plus mauvaise qu'elle ... Je savais où taper pour faire mal. Je savais donc quoi dire pour lui faire comprendre que je pouvais être bien plus blessante. Et cela n'allait même pas me peiner ne serait-ce qu'un peu. Cette femme ne valait rien à mes yeux. Un simple juge de pacotille. Un croisement entre un scrout à pétard et un gobelin au niveau utilité. Mais puisqu'elle voulait jouer à cela, j'allais lui renvoyer la balle:

"Il est vrai que vous n'avez pas de mari à vous occuper. Cela prend un peu de temps dans mon organisation. Je ne peux me permettre de rester jusqu'à des heures tardives au travail puisqu'il attend sa femme pour passer des soirées agréables au coin du feu."

Oh la vilaine garce que je suis ! Oui oui ! Et le tout sur un ton des plus calmes et des plus sincères, comme si cela n'était pas fait pour blesser Mc Leod. Mais je la remettais ainsi à sa place, et j'espérais qu'elle comprendrait qu'elle pouvait se garder ses pseudos réflexions pour elle. Je n'avais aucun remords à taper là où cela faisait mal.

Je lui expliquais alors que la gazette du sorcier mettait un peu le nez dans les affaires et que cela expliquait le fait que je voulais en savoir plus sur l'affaire. Evidemment, elle ne marcha pas dans ma combine, et je me retrouvais pantoise, face à son refus.

"Eh bien, j'expliquerai donc à Madame la ministre que vous n'en avez rien à faire des problèmes du ministère. Certains parlent de vous comme une femme de coeur, j'avoue que je peine à la voir. Je dirigerai donc Mme Skeeter vers vous, je suis certaine que vous serez ravie de la recevoir et que vous parviendrez à entrer dans votre agenda si bien organisé une rencontre avec elle."

Une petite amertume dans ma voix pouvait se ressentir, mais je ne montrais pas ma déception. Elle décida alors de tourner les talons.

"Je ne vais pas vous retenir plus longtemps, voyons. Je m'adresserai aux aurors qui auront sûrement plus à coeur que vous de communiquer avec le ministère les informations pouvant nous aider à ne pas passer pour des idiots aux yeux de la communauté sorcière. Je vous souhaite une très bonne journée."

J'appuyais cette dernière phrase d'un sourire des plus hypocrites. Cette idiote allait m'entendre le jour où je parviendrais à l'écraser contre terre. J'allais devoir m'entretenir avec Hermione Granger pour faire descendre la juge dans son estime, c'était la moindre des choses.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 519 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) EmptyDim 22 Jan - 23:22
So go get yourself put


Je pense que je n'ai plus rien à lui dire. J'étais partie sur le fait que je ne lui révèlerais rien. Je n'avais jamais dit que j'avais le monopole de l'organisation mais elle semble prétendre qu'elle est la seule à avoir du boulot. En tout cas, j'en aurais peut-être moins si elle ne m'avait pas casser les pieds en ce début de journée. Mais je reste polie et courtoise et je ne joue pas avec le feu contrairement à la blonde qui se trouve encore devant moi. Heureusement plus pour très longtemps. Cette petite joute m'amuse et c'est tellement simple de la faire tomber dedans. Il serait tout aussi facile de la piéger mais je me garde de toutes ses pensées pour le jour où elle sera écrouée ou six pieds sous terre à ruminer dans les Enfers. Il en va de même pour moi mais je ne porte aucun détail à ce genre de chose et aucun esprit n'est jamais revenu pour raconter ce qui se passe après la vie. Comme beaucoup de mes confrères, je suis croyante mais cela ne concerne que moi. Je n'impose pas à mes enfants de l'être comme je n'ai jamais imposé à mon mari de l'être. Ils sont libres de leur choix même si mes jumeaux sont adolescents. Jusqu'à maintenant, je n'ai jamais eu besoin d'imposer quoi que ce soit même lorsqu'ils étaient enfants. Je ne parle bien entendu pas de leur éducation.

Dans le lot, elle rentre dans mon jeu et cela m'amuse encore plus. Cependant, mon visage reste neutre puisque mon masque de juge est présent. Avec elle, il faut mieux car elle serait capable de remuer ciel et terre pour me faire passer pour un assassin ou pire encore. Mais d'un autre côté, il ne lui faut pas grand chose pour être blesser dans son égo. C'est ça qui est drôle. Un mari qui l'attend. Pourquoi j'ai peine à croire en cette histoire ? Les mariage entre sang pur ne sont jamais d'amour et je ne vais donc pas la croire. Ce ne sont que foutaise, mais cela ne reste que mon point de vu. Après tout, elle ne fait que se plaindre. Et ceci et cela. Si elle arrêtait de se plaindre, elle avancerait plus vite dans sa surdose de travail selon ses dires. Cela me fait bien rire intérieurement.

« - Si vous ne savez pas gérer, je ne peux rien faire pour vous et votre vie privée ne me regarde absolument pas, madame la sous-secrétaire...  »

Cela voulait tout dire. Je me fiche éperdument de sa vie privée. Cela ne regarde que sa famille. Pour le reste. Après si elle n'est pas capable de gérer, elle peut aussi démissionner. Le jour où cela arrive, je ne l'a retiendrais absolument pas et je serais même la première à lui dire bon vent. J'ai bien insisté sur le les mots « ne me regarde absolument pas ». je ne suis pas du genre à étaler ma vie et la vie des autres ne m'intéressent pas. Plus exactement, cela ne m'intéresse pas au sein de ces locaux. En effet, je ne suis pas ici pour faire la papote mais pour travailler. Contrairement à la sous-secrétaire d'état, je ne suis pas payer à glaner dans les cérémonies pompeuses et à me plaindre. Elle pensait peut-être me remettre à ma place mais je crois que c'est l'inverse qui s'est produit. Contrairement à elle, je suis droite dans mes baskets et mes mains sont blanches signe que je n'ai rien à cacher. Je doute que cela soit le cas de la blondinette numéro deux du Ministère. Je ne l'apprécie pas mais je dois me mettre un frein pour ne pas lui donner l'occasion de me descendre.

Car je sais que c'est ce qu'elle cherche à faire. Mon ancienneté et mon service actif montre que je suis professionnelle alors autant le reste. Qu'elle s'estime déjà heureuse que je ne l'a dénonce pas pour outrepasser ses droits en se permettant ce genre de futilités. Je l'entends dire que je suis une femme de cœur. Ce qui est vrai mais pas au point de commettre une erreur qui peut mettre ma carrière au tapis. Donc non, je ne marche pas dans la combine de la sous-secrétaire et ce n'était absolument pas prévu d'entrée de jeu. Qu'elle m'envoie la pimbêche de la Gazette et je me ferais un plaisir de lui dire la même chose que ce que je venais de dire à la blonde. Contrairement à elle, je ne suis pas du genre à craquer sous la pression ou sous le chantage. Je sais me montrer tenace lorsque cela est nécessaire. Elle peut aussi en parler à la Ministre mais dans ce cas, je me ferais un plaisir de lui parler du comportement de sa seconde et je doute qu'elle apprécie vu que la tête pensante du ministère a aidé pour la création et la mise en place de cette réforme. Je garde mes atouts dans mes manches comme on pourrait le dire lorsqu'on joue aux cartes.

C'est alors qu'elle me libère. Merlin soit loué, elle me lâche la grappe. Pour la journée du moins. Je n'espère pas la revoir de ci-tôt et j'espère bien qu'elle aura compris que je ne me laisse pas avoir aussi facilement. Elle peut faire gober ce qu'elle veut aux autres mais pas à moi. J'ai une réputation à tenir et des principes à appliquer en tous temps au sein de ce lieu de corruption et de coups foireux. Il n'est quand même pas impossible que je sois frappé moi-même un jour. Mais j'espère que ce sera le plus tard possible et il arrivera un moment où je pourrais me permettre de raconter tous ça. Notamment à mes enfants ou mes petits-enfants. Cependant, j'ai encore le temps. Montrant un sourire sur le visage lorsqu'elle me souhaite une bonne journée, je ne fais que répondre à sa politesse.

« - De même, Madame la sous-secrétaire ! »

J'ai déjà la main sur la poignée et je la tourne afin de quitter ce lieu. J'en avais fini avec sa demande et je devais encore retourner au Magenmagot afin de m'occuper de mes propres affaires. Fermant la porte délicatement derrière moi, je salue d'un signe de tête l'assistante de la numéro deux du ministère avant de quitter l'étage. Je n'avais plus rien à faire ici. Marchant vers l'ascenseur, je pense alors à mon mari qui aurait pu me guider et m'aider pour la coincer. Malheureusement, je dois le faire sans lui mais il m'avait par le passé montrer quelques trucs qui pourront me servir un jour où l'autre. Pour le moment, je devais consolider ma place. L'ascenseur ne met pas longtemps pour arriver et j'entre à l'intérieur. Il était vide et c'est le bon moment. Une fois que la porte se referme, je lâche un soupire en fermant les yeux le temps du voyage pour rejoindre les salles d'audiences. Jouant avec mon alliance, je murmure quelque chose que je suis la seule à entendre vu que je suis seule dans l'ascenseur.

« - Si seulement, tu pouvais être encore là... »

Libérant un second soupir, je devais me concentrer sur mon métier et l'ascenseur était comme une période où je pouvais laisser tomber mon masque et souffler. Heureusement pour moi, l'ascenseur ne s'arrête pas entre temps et j'arrive rapidement au bon étage. D'un pas rapide, je me dirige vers les bureaux du personnel du Magenmagot où je vais enfin pouvoir commencer à travailler sur toutes mes affaires en cours et surtout à procéder à des modifications concernant certains dossiers. Je vais devoir m'entretenir avec le procureur ou le barreau pour ça. Laissant ma robe de juge ouverte, je marche dans les couloirs froids du service et je retrouve le sourire. Pour moi, la discussion avec celle qui aide la ministre est terminée mais je sais qu'elle reviendra à la charge. Cependant, je pense être tranquille un moment. Il faut savoir faire des sacrifices. Je ne comprends même pas pourquoi la ministre a choisi cette femme. Peut-être pour temporiser les sang purs... cela ne serait pas bête après tout. Je ne suis pas ministre et j'ignore donc ce qui lui passe par la tête mais mon rôle n'est pas de penser pour elle et encore moins de la juger. Madame Weasley a de loin ma confiance, ce qui n'est pas le cas de Madame Nott et cela ne sera jamais le cas. Une longue journée m'attend et je ne tiens pas à avoir plus de retard que je n'en ai déjà. Merci à la numéro deux du Ministère pour m'avoir fait perdre mon temps qui n'est probablement pas aussi précieux que le votre. Façon de parler, hein. Il arrivera un jour où l'heure des règlements de comptes sonnera son glas et ce jour-là, j'espère que je saurais prendre le dessus... En tout cas, ne comptez pas sur moi pour vous donner les clés qui mettrons fin à ma carrière... J'ai des principes et je ne compte pas les déroger pour le bon plaisir d'une personne en qui je sais que je ne peux pas avoir confiance. Après seul le temps nous dira ce qui va se passer...

© 2981 12289 0
1532 mots  


TOPIC TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
MessageSujet: Re: Et vous en êtes où ? (Elhenna)   Et vous en êtes où ? (Elhenna) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Et vous en êtes où ? (Elhenna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Ancienne version-