RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
-54%
Le deal à ne pas rater :
CARE Kit Pilates avec ballon, tapis, anneau et pompe
22.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'EpouventardHistoria PactumL'Epouventard
épouventard
Exp : 706
Points de vie (HP) : 50000
Parchemins : 283
J'aime : 38
Date d'inscription : 28/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] Empty
MessageSujet: Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia]   Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] EmptyMer 9 Sep - 18:57
Fernando
17.09.1983 | Bibliothèque de Beauxbâtons
Âge : 11 ans
Année/Métier : Etudiant en 1ière année à Beauxbâtons
Groupe : Macarons
Baguette : à définir
Patronus : à définir
Épouventard : à définir
Niveau : ??/100 (maximum 50)
Health Point : ??/??
Crédits (gifs) : FoX et Equinox
Le frère bâtard

  Chi va piano va sano
feat. @Ramsés Borgia

J'avais eu onze ans en mars, soit six mois plus tôt. Je savais que tu allais aussi avoir tes onze au plus tard au premier septembre et que tu ferais ta première rentrée à l'Académie de magie française Beauxbâtons en même temps que moi.
Mais sais-tu seulement que j'existe?
Moi, il m'est arrivé d'entendre parler de toi. Assez peu souvent, certes, mais j'ai déjà entendu parler de toi. Avec ma mère, il nous arrive de recevoir quelques lettres de notre père - même si l'on en reçoit de moins en moins souvent, avec le temps - et il a - très, voir trop rarement, devrais-je dire - parfois parlé de toi et d'Adis. Je crois que ta mère sait que j'existe et que ça la dérange que notre père puisse avoir, en France, un fils qui ne soit pas d'elle. Pourtant, j'ai toujours voulu parti de sa vie. Non, ce n'est pas ça. Pour être tout à fait honnête, j'ai toujours voulu faire parti de votre vie à tous. Faire parti de votre vie pour savoir ce que c'est que d'avoir un père, un vrai, et pas uniquement un homme qui, du fin fond de Carpi, ne fait qu'envoyer de façon assez régulière de l'argent à ma mère pour mon entretien. Faire parti de votre vie pour avoir des frères avec qui grandir et avoir avec de vraies relations fraternelles. Mais nous savons tous les deux que ça n'a jamais pu se faire.
Mais il n'est pas trop tard, n'est-ce pas? Le temps perdu ne peut-il pas être rattrapé? Maintenant que nous sommes tous les deux entre les quatre murs de ce palais, ne pouvons-nous pas enfin construire cette relation de frères dont j'ai toujours rêvé? Nous n'avons que six mois de différence, après tout, donc créer un tantinet de bonnes relations ne devrait pas être si compliqué que ça, si? Oui, j'y crois! Est-ce trop naïf de ma part? Je ne sais pas! Je ne le pense pas, en tout cas! En tout cas, c'est en y croyant dur comme faire que je me rends à la bibliothèque, sur une recommandation d'Esperanza que je sais être l'une de nos lointaines cousines du côté des ducs de Gandie et que tu as eu l'occasion de rencontrer lors de ton arrivée à Beauxbâtons.

“C'est toi, Ramsés, le fils de Battista Borgia!?” Que je te demande sans préambule, sans même me préoccuper de te dire bonjour ou une quelconque autre formule de politesse. C'est que je suis vraiment impatient de pouvoir enfin te rencontrer et faire ta connaissance, vois-tu?
En arrivant dans la bibliothèque, je t'ai assez rapidement repéré et je me suis limite précipité sur toi. Je crois que je l'ai fait un peu trop vite et avec un peu trop de bruit, car la bibliothécaire m'a lancé un regard noir. “C'est toi, le fils de Battista Borgia!? Redemandais-je sans avoir réellement remarqué que toi, contrairement à la bibliothécaire, tu ne m'avais pas entendu t'approcher et que, de ce fait, je t'avais fait faire un bon faramineux sur ta chaise. Esperanza m'a dit que je te trouverais ici!” T'expliquais-je comme si c'était une évidence, tout en m'asseyant sur la chaise libre en face de toi. Impatient que je suis, on ne peut pas dire que je me sois encombré de te demander si je ne te dérangeais pas et si je pouvais réellement m'asseoir là. Ton regard perplexe, je le vois bien, pourtant, mais je n'y fais pas plus attention que ça, car je ne te pense pas assez vicieux et taciturne pour m'envoyer bouler... n'est-ce pas!? N'est-ce pas!? Non parce que, pour ma part, c'est littéralement inimaginable que tu m'envoies sur les roses et que tu ne veuilles pas me rencontrer plus que ça...!
Revenir en haut Aller en bas
Ramsés BorgiaHistoria PactumRamsés Borgia
Ramsés
Exp : 39197
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : Bois d'aubépine, avec un cœur en poil de Niffleur, mesure 20,5 centimètres, est rigide et fine
Photomaton : Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] Tumblr_inline_npdpm3ZgnQ1szaa83_250
Familier : Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] Veaude10
Âge IRL : 23
Célébrité : Jared Leto
Parchemins : 7343
J'aime : 116
Date d'inscription : 13/08/2017

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] Empty
MessageSujet: Re: Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia]   Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] EmptyMer 9 Sep - 23:11



Chi va piano va sano

Il faut reconnaître tout être humain, sans chercher à savoir s'il est blanc, noir, basané ou rouge ; lorsque l'on envisage l'humanité comme une seule famille, il ne peut être question d'intégration ni de mariage inter-racial. ♪ Malcolm X


feat. L'Epouventard dans le rôle de Fernando

L'Académie de magie française Beauxbâtons...

Beauxbâtons, enfin! Tu l'avais attendu, cette première rentrée. Et avec impatience! Mais après tout, qui n'était pas impatient de rentrer dans l'école de sorcellerie de sa région pour y apprendre la magie? Tout le monde, tu n'en doutais pas. Toi, la réception du courrier annonçant ton admission à Beaubâtons, quelques semaines plus tôt, avait été plus qu'un soulagement. Un poids s'enlevant de tes frêles épaules. L'épée de Damoclès doublée du marteau et de l'enclume, ainsi que les nuages noirs, au-dessus de ta tête se dissipaient un petit peu. Aller à Beauxbâtons durant la période scolaire pour n'être à la maison que durant les vacances - et encore, tu savais que ta Madre ne serait pas contre que tu restes à l'Académie même durant les périodes de vacances! - te soulageaient. Ça t'éloignait de la pression familiale, de la honte de ton père d'avoir engendré un fils illégitime - bien qu'aux vues de beaucoup, c'était un médecin réputé gagnant bien sa vie et formant le couple parfait avec son épouse et leurs deux fils - et de la haine de ta mère qui, à l'inverse, adorait ton jeune frère.

Avec cette ambiance électrique au sein du cocon familial, tu as du coup été bien heureux de pouvoir intégrer Beauxbâtons. Bien sûr, y faire ton entrée allait signifier devoir y rencontrer Fernando. Ce fils illégitime dont ta mère n'avait jamais voulu entendre parler. Ce demi-frère que tu n'avais jamais rencontré. Après sa naissance, ton père avait juste envoyé tous les mois de l'argent à sa mère - une française qui avait eu une aventure avec ce dernier durant un séjour en Italie -, en guise de pension alimentaire. Durant les premiers mois, il lui avait également écrit des lettres - sans doute lui avait-il parler de toi et qu'elle en avait parlé à son fils, même si tu n'en avais aucune certitude et que tu t'en fichais quelque peu -, mais avait subitement arrêté, se contentant de l'aide pécuniaire. Par crainte que ta mère apprenne qu'il était resté en contact avec celle qu'elle appelait vulgairement la puttana et des représailles. Etant tous les deux de la même année, tu savais qu'il ferait sa première rentrée à Beauxbâtons en même temps que toi. Tu connaissais son existence - merci les disputes incessantes de tes parents à son sujet! -, mais connaissait-il la tienne et celle d'Adis? Comment réagirais-tu, en sa présence? Et lui à la tienne? Quelle serait la réaction de ta mère? Cette dernière semblait déjà crispée, lors de ton départ pour l'école. Redoutait-elle votre rencontre? A onze ans, tu connaissais déjà la réponse: oui, il n'y avait pas de doute là-dessus. La preuve en était cette lettre que tu avais reçu de ton hermano, ton frère, quelques jours après ton arrivée au sein du palais habitant l'Académie t'assurant que l'ambiance, dans la maison familiale de Carpi, le premier soir sans toi, avait été aussi électrique que la veille.

Et alors que le paquet de réglisse que ton jeune hermano t'avait fait parvenir avec sa lettre s'amenuisait petit à petit au fil des jours - il faudrait que tu fasses savoir à ton benjamin de t'en réexpédier une petite réserve incessamment sous peu -, tu n'avais pas cherché à prendre contact avec ce fils illégitime avec lequel ta Madre craignait à ce point que tu te lies d'une quelconque manière. De son côté, il n'avait pas semblé non plus vouloir faire un pas vers toi, ce qui, on allait pas se mentir, n'était pas une si mauvaise chose que ça. Malgré tout, Esperanza, l'une de tes lointaines cousines originaire de Gandie, en Espagne, et que tu avais rencontré sur le chemin menant à l'Académie, qui avait entendu parlé des rumeurs comme quoi ton Padre avait eu un enfant d'une relation extraconjugale qui serait actuellement à Beauxbâtons dans la même volée que vous t'avait, les quelques fois où vous vous étiez vus, t'avais tanné pour que tu tentes de trouver qui c'était et de, pourquoi pas, essayer de te lier avec lui. Tu n'avais encore pas dit à Espe' que tu savais qui était ton "demi-frère", mais tu ne la connaissais pas encore suffisamment pour te permettre de trop t'étaler, de trop t'ouvrir, sur ta vie et ce que tu savais de ce que l'on pouvait communément appeler des secrets de famille.

Mais alors que tu espérais ne jamais avoir à te lier plus que ça avec Fernando, un matin où tu étais à la bibliothèque tu fis un sacré bon sur ta chaise, en entendant une voix, en face de toi, te demandant si tu étais bien Ramsés Borgia, le fils de Battista Borgia. Tu étais venu à la bibliothèque dans le but de bosser, pas pour te faire interpeller quand à ton identité et ton ascendance. Tu relevas donc des yeux ronds vers le garçon qui t'avait apostrophé. Il avait ton âge et semblait bien sûr de lui. Il répéta sa question, comme si tu n'étais qu'un pauvre abruti qui n'avait pas compris la première fois. Il fit une allusion à Esperanza, tout en s'asseyant en face de toi sans te demander s'il pouvait et sans sembler se soucier de ton regard perplexe. Bon gré, malgré, tu finis par confirmer que tu étais bel et bien le fils du médicomage italien Battista Borgia.

Tu es Fernando, c'est ça!?

Fut la question qui suivit. Mais une fois posée, tu la regrettas presque. Le visage de ton camarade s'illumina d'un sourire. Un sourire bien trop fière, bien trop heureux. Le visage de celui qui semblait s'imaginer que l'on devait adorer parler de lui, le fils mystérieux et inconnu, lors des repas de famille, à Carpi...


(c) Codage par Asmareth pour Never Utopia



Aut Caesar aut nihil.
Ou Cesare ou rien.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.historia-pactum.com/t3432-ramses-cesare-borgia https://www.historia-pactum.com/t2815-ramses-borgia-maj-le-29-12-2018 https://www.historia-pactum.com/t2792-ramses-borgia https://www.historia-pactum.com/t2845-ramses-borgia-o-veaudelune-o-nom https://www.historia-pactum.com/t2216-ramses-borgia-disponibilite-0-4
L'EpouventardHistoria PactumL'Epouventard
épouventard
Exp : 706
Points de vie (HP) : 50000
Parchemins : 283
J'aime : 38
Date d'inscription : 28/02/2018

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] Empty
MessageSujet: Re: Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia]   Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] EmptyJeu 10 Sep - 16:26
Fernando
17.09.1983 | Bibliothèque de Beauxbâtons
Âge : 11 ans
Année/Métier : Etudiant en 1ière année à Beauxbâtons
Groupe : Macarons
Baguette : à définir
Patronus : à définir
Épouventard : à définir
Niveau : ??/100 (maximum 50)
Health Point : ??/??
Crédits (gifs) : FoX et Equinox
Le frère bâtard

  Chi va piano va sano
feat. @Ramsés Borgia

Evidemment, t'annoncer que Battista était mon père se trouvait être quelque chose de relatif, vu qu'il plus ton père que le mien. Il avait plus des airs de géniteur, pour moi, si je pouvais utiliser ce terme. Quoi que le dit terme ne pouvait être qu'on ne peu plus vrai, dans le fond: qu'est-ce que Battista avait fait pour moi, ses onze dernières années? Si ce n'est faire parvenir à ma mère de l'argent de façon mensuel pour mon entretien, pas grand chose, à la vérité...

Dans l'image que je me faisais d'un père - d'un vrai, hein, pas d'un en carton qui se refuse à voir ce qu'il ne dot même pas appeler ses enfants -, il était un minimum présent physiquement. Ou, tout du moins, il avait la décence de prendre des nouvelles des dits enfants. Etre présent physiquement, Battista ne l'était pas. Quand à prendre de mes nouvelles ou de celles de ma mère, ça faisait longtemps qu'il avait arrêté d'en prendre, faisant que les lettres de ma mère à son attention sont vites devenues des lettres mortes, pour mon plus grand malheur.
Du coup, tu ne peux même t'imaginer ma joie, lorsque tu me demandes si je suis bien Fernando. C'est tellement la joie, au fin fond de moi, que ça doit surement se voir, sur mon visage. Même si je voulais le cacher, je n'y arriverais que très difficile mais, pour ça, il faudrait que je veuille réellement le cacher, ce qui n'est de loin pas le cas! “Il t'a parlé de moi!?” Le moment de gêne que je ressens en provenance de ta personne, malgré ta pile de parchemins, de livres et de devoirs terminés qui nous sépare, à pour effet de quelque peu - pour ne pas dire beaucoup - me refroidir. Battista ne semblait pas parler de moi à sa famille considérée comme officielle. Adis et toi n'avez donc entendu parler de moi que lors des éternelles disputes entre votre mère et celui qui lui servait de mari. Même à onze, je ne m'étais jamais imaginé Dahlia m'accepterais réellement dans sa vie - quoi que, pour être honnête, au fond de moi, j'avais toujours espéré que si et que mon père aurait enfin un regain soudain d'intérêt parental pour moi -, mais c'était tout de même assez violent de s'entendre dire par quelqu'un que cette dernière me haïssait au point de ne jamais vouloir entendre parler de ma petite personne. Et pourquoi est-ce que j'avais cette désagréable impression que même toi, avec qui j'avais toujours espéré pouvoir nouer une véritable relation de deux frères, tu ne voulais pas entendre parler de moi, que tu ne voulais pas de moi dans ta vie? “Oh...!” Fis-je simplement, sans cacher ma déception. Je sens bien, désormais, que tu ne voulais pas de moi à ta table et ce, depuis que je t'ai apostrophé. Je sens bien, aussi, que je devrais me lever, m'en aller, te foutre la paix. Mais je n'arrive pas à bouger de la chaise sur laquelle je suis, ne pouvait également pas m'empêcher de continuer à te fixer...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] Empty
MessageSujet: Re: Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia]   Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Chi va piano va sano [PV Ramsés Borgia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: RP Atypiques :: Retourneur de temps-