RSS
RSS
HISTORIA PACTUM
saison II ♠ Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next.



 
Bienvenue sur Historia Pactum
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Ici vous retrouverez chaque mois le membre du mois récompenser pour sa participation RP dans la carte fidélité du forum.
Event en cours
Ici vous trouverez l'animation ou l'intrigue en cours sur le forum.
Le deal à ne pas rater :
Smartphone Samsung Galaxy Note 10 Lite en promotion
349.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéHistoria PactumAnonymous

Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) Empty
MessageSujet: Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya)   Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) EmptyMar 2 Mai - 19:42
+Qu’est-ce que je fais là ? Oui, je le vois bien à votre regard que vous vous demandez ce que Cora Riddleton fait là, cachée dans une sorte de grande cape noire dix fois trop grande pour elle, accroupie dans un recoin … J’enquête ! Ben oui, j’enquête ! Et je ne sais pas pourquoi, mais je sens que je suis sur une bonne piste. J’ai craqué … Complètement craqué … Et je ne m’en veux nullement. Je m’étais rendue dans l’allée des embrumes, et j’avais « activé » ma legilimencie, ciblant les personnes me semblant suspectes. Et autant vous dire que dans cet endroit, il y avait vraiment beaucoup de personnes peu recommandables. Lisant les pensées à tour de bras, je m’étais arrêtée sur une femme étrange, aux allures hautaines mais dont le regard fuyant m’interpelait. J’avais d’ailleurs déjà vu cette femme aux côtés de Ravenna Nott, ce qui était loin d’être un point négligeable.

Ni une, ni deux, j’avais commencé ma filature. Avais-je eu du pif pour comprendre que je devais prévenir Freya que j’allais peut-être me mettre dans une situation dangereuse ? J’avais donc usé de mon patronus pour lui transmettre un message. J’ignorais le nom de la femme que je suivais, et je savais juste que j’étais arrivée à Little Hangleton. Là étaient les seuls éléments que je donnais à ma meilleure amie. Mais je lui faisais confiance, elle était parfois plus douée que moi pour trouver des indices et pour se mettre sur les traces de personnes recherchées. Cela serait donc une formalité de me retrouver dans ce trou à rat, non ? Enfin, quand je dis trou à rats … Je venais d’atterrir devant un immense manoir. La femme blonde y était rentrée et je me retrouvais maintenant là, seule, dans mon coin, à attendre. Mais attendre quoi ? Et si je me faufilais dans ce manoir ? Mais comment ?

Un bruit me sortit de mes pensées, et, alors que je crus que j’allais être démasquée, j’aperçus ma magnifique meilleure amie, qui me regardait. Quand je vous dis qu’elle est douée pour me retrouver …

« Ne me regarde pas comme ça, Freya … Tu sais bien que je fais de mon mieux pour aider … Elle avait des pensées étranges, cette femme. Quand j’ai lu en elle, j’ai lu une sorte de plénitude, quelque chose d’hyper positif. Tu peux m’expliquer qui irait trouver que ces temps sont sereins ? »

Je me défends comme je le peux, mais je sais bien que ma petite blondinette déteste que je me mette en danger.

« Et surtout, je t’ai prévenu ! C’est ce qui était convenu, non ? Bon … On fait quoi ? Tu n’as pas une idée pour entrer dans ce manoir, sans se faire repérer. Je suis sûre … chut, viens ! »

Je lui attrape la manche et je la colle avec moi dans le coin. Ma peau contre la sienne, nos visages sont tellement proches que je sens mon cœur s’accélérer, et pas seulement à cause de la personne qui vient de passer à côté de nous, sans nous voir, et qui entre à présent dans le manoir.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéHistoria PactumAnonymous

Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya)   Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) EmptyVen 5 Mai - 10:22
Freya était dans son canapé, en tenue totalement débraillée. Un sweat-shirt gris qui avait survécu à la jungle amazonienne – comme pouvaient en témoigner quelques tâches marron jamais parties de boue sur son dos -, un jogging noir un peu lâche qui avait réchauffé sa propriétaire dans une tente au milieu du désert. Et des chaussettes qui était allées… Euh, dans ses appartements à Poudlard. Bah ouais, tout n’était pas badass chez Freya, certaines choses restaient soft, comme par exemple sa position en chien de fusil et son air totalement dépité en mangeant des carrés de chocolat. Tellement cliché.

Il était 22 heures et Cora n’était toujours pas venue manger, comme il était convenu. Oh, Freya s’y attendait un petit peu, il fallait l’avouer, car Cora avait une obsession devenue totalement malsaine pour ces affaires criminelles survenues peu de temps auparavant. Sur ces meurtres qui étaient survenus, ce professeur à Noël, et la Directrice… Ce Monument de l’histoire était désormais décédé, cette héroïne de guerre. Et si Freya aussi voulait savoir ce qui était arrivé, pourquoi, par qui, que se passait-il, elle avait tendance à vouloir garder Cora loin de tout cela.

Parce que c’était si dangereux… Si Minerva McGonagall n’avait pu survivre, que pouvait faire Cora Riddleton face à cela ?!

Alors Freya avait tenté de la détourner de cette obsession, de lui offrir d’autres choses à penser : un voyage, par exemple, ou des projets de vacances, voire même… Freya elle-même ? Elle avait tant espéré qu’un jour Cora la voie autrement, comme avant lorsqu’elles s’étaient embrassées, mais c’était foutu, si Cora regardait quelque chose comme ça un jour, ce serait la Vérité, celle qu’elle cherchait tant sans la trouver.

Freya soupira en entendant arriver le bruit caractéristique des patronus. C’était Cora qui lui envoyait le fameux message d’alerte signifiant « je vais faire quelque chose de très con, mais comme prévu, je t’appelle ». Freya avait pu arracher à sa meilleure amie la promesse que si elle se jetait la tête la première dans le danger, au moins qu’elle appelle une tête supplémentaire.

Alors Freya se leva d’un coup de son canapé, puis se dirigea vers son placard. Elle allait devoir retrouver Cora, et vite. Et pour cela, elle remerciait vivement son expérience d’historienne, qui était finalement pas si éloignée de celle des détectives privés. Et sans prendre la peine de se changer, tout juste enfila-t-elle des chaussures, elle récupéra des cheveux dans une fiole – ceux de Cora, elle en avait une réserve au cas où, créée dans son dos bien entendu – puis attrapa un autre flacon.

Elle introduit les cheveux dans ce flacon qui semblait vide au premier abord. Puis, tout en secouant l’objet, elle se dirigea vers sa cheminée afin de partir le plus vite possible d’ici. Et elle s’écria :

« Allée des Embrumes ! »


Car Cora était forcément allée pister l’éventuel assassin là où tout le monde penserait en trouver un. Freya était absolument certaine qu’il ne se cacherait pas là-dedans – trop de médiocrité dans ce quartier magique – mais elle laissait Cora faire : ainsi elle était loin de la vérité, donc du danger. Car elle en était sûre : la vérité dans cette affaire serait de pair avec le danger, et ça ce n’était absolument pas acceptable.

Quand bien même Freya espérait d’un autre côté que Cora découvre cette vérité, pour savoir.

Une fois sur l’Allée, Freya s’arrêta au hasard dans la ruelle, continua à secouer le flacon avec les cheveux, tout en psalmodiant quelques mots au hasard. Puis, elle le jeta à terre avec violence. Une fumée s’en dégagea, puis se dirigea dans la direction qu’avait prise Cora. Freya sourit : cette potion pour suivre les traces magiques était vraiment une merveille. Même si elle avançait tellement vite qu’il fallait courir.

Au bout d’un moment, Freya découvrit avec stupeur qu’elle allait en direction d’un quartier résidentiel, avec de grandes maisons, ou plutôt des manoirs. Qu’est-ce qu’elle faisait là ?! Heureusement, la fumée finit par disparaitre, signifiant que Cora était là. Et Freya la vit, la regardant avec un tel regard désapprobateur que sa meilleure amie tenta de se justifier toute seul. Apparemment, elle avait suivi une femme qui avait en tête une plénitude, des sentiments positifs qui n’étaient apparemment pas compatibles avec les temps actuels.

« Cora, ne… Non, nom d’une culotte de Merlin, tu as suivi une femme qui était de bonne humeur ? Bon sang, si tu m’avais croisée cet après-midi, moi aussi j’étais de bonne humeur ! Tu aurais pensé que j’étais l’assassin ?! »

Puis Cora se défendit en disant qu’elle avait prévenue Freya, comme convenu – touché ! Puis elle demanda ce qu’il fallait faire. Freya allait répondre qu’il fallait rentrer, prendre une douche, et retirer ce déguisement ridicule qui, visiblement, faisait office de… Non, elle ne savait pas à quoi servait ce long truc noir. Et elle allait râler donc, quand d’un coup elle se fit tirer par son amie, puis plaquer dans un coin, contre elle. Oh, soudainement, on devient muette, hein, Freya ? Pas vraiment ce à quoi elle aspirait, mais elle profita pendant quelques secondes de cette proximité, tout en retenant son souffle. Puis, une fois que la personne fut bien partie, Freya soupira puis demanda :

« Mais pourquoi tu veux rentrer dans ce manoir ? Ca se trouve il est extrêmement bien protégé. Et puis, moi je suis historienne, je force les portes des ruines, pas des habitations… Bon, j’avoue certaines étaient sacrément galères, heureusement que je suis bonne en sortilège hein… »

A peine eussé-je dit cela que je sentis son regard s’appuyer en moi. Oh, pourquoi je ne m’étais pas tue ?! On n’allait quand même pas jouer les James Bond, hein ? Sérieusement ? Puis, lâchant prise, je le fis signe que j’acceptais.

« Mais à une condition. Au moins pet de travers on s’arrache. Vite. Compris ? Et je ne promets rien. »


Puis, Freya se dirigea vers une petite porte dérobée de la barrière qui entourait la propriété, pour tenter de la forcer avec les quelques sortilèges qu’elle connaissait. Est-ce que ça allait marcher ?
__________________________________________

Dés : Réussite : La porte s’ouvre. Echec : La porte ne s’ouvre pas.
Revenir en haut Aller en bas
Albus P. W. B. DumbledoreHistoria PactumAlbus P. W. B. Dumbledore
Albus
Exp : 3805
Baguette : les tableaux n'ont pas de baguette
Photomaton : Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) Source
Âge IRL : 139
Célébrité : Richard Harris / Michael Gambon
Parchemins : 6704
J'aime : 47
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Sortilèges appris:
Compétences de Classe:
Mes aptitudes de Sorcier:

Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya)   Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) EmptyVen 5 Mai - 10:22
Le membre 'Freya Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Echec/Réussite' :
Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) Echec10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséHistoria Pactum

Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya)   Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Une mise en danger, mais pas sans toi (Freya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Les coulisses :: Les archives :: Archives RP :: Ancienne version-